Navigation – Plan du site

Introduction problématique

La Résistance : un engagement
Robert Vandenbussche
p. 9-12

Texte intégral

1Résistance ? Ce concept au contenu fort complexe a été érigé en droit essentiel et sacré de l’humanité par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Mais en cette occurrence, il s’agit de légitimer le droit des individus à se dresser contre l’abus de pouvoir – résistance à l’oppression – d’un État spécifique, celui de la monarchie absolue. C’est dans cette perspective que les Huguenots cévenols en butte aux dragonnades menées par Louis XIV l’avaient mis en valeur.

2Mais ce concept a été plus utilisé dans des conjonctures plus particulières, celle d’une occupation étrangère du territoire national. Ce fut le cas entre 1914 et 1918, comme en d’autres circonstances après 1945. En ce sens, la résistance est sans nul doute le refus d’une situation de fait qui est oppressive mais aussi le refus d’une humiliation liée à un échec, à une défaite militaire. C’est d’ailleurs la perspective qu’a l’appel du 18 juin. La résistance devient réaction du patriote humilié et blessé. Ce n’est plus l’expression d’un droit car l’occupation militaire étrangère répond à d’autres critères réglementaires. Un régime de ce type induit toujours un état d’exception.

3Si résister c’est refuser, c’est donc un acte de désobéissance voire de rébellion qui engendre inévitablement des sanctions. Cet acte est d’abord individuel, il caractérise une dissidence. Mais face à un état exceptionnel, l’acte individuel est non seulement dangereux, il est aussi inefficace. À ce simple niveau, il demeure contestation sans être capable de mobiliser d’autres refus ou d’autres dissidences. C’est pourquoi le problème est posé des conditions et des modalités du passage d’une révolte individuelle à une action collective.

4Est-ce à dire qu’il y a engagement dans la Résistance ? Que les résistants, contraints à la clandestinité, n’aient pas rempli de fiches d’adhésion ni payé de cotisation à un mouvement organisé est une évidence. Mais le volontariat initial suppose, au nom de l’efficacité, le rapprochement avec d’autres volontaires soucieux de s’unir pour organiser une démarche susceptible d’effet. « On entre donc en Résistance », même si cette adhésion ne répond à aucune démarche publique dûment officialisée, au moment où elle est prononcée. En acceptant une stratégie – servir – au nom d’un certain nombre de valeurs – la libération du territoire national, la lutte contre des méthodes totalitaires, le combat contre un ennemi oppresseur – les résistants prennent un engagement, celui de contribuer par leur choix à faire changer cet état de fait. Tous les grands textes fondateurs de la Résistance expriment les mêmes préoccupations et les mêmes intentions.

5Mais les motivations de l’engagement peuvent être différentes. Pour certains, l’engagement concerne une « résistance armée » ; c’est le cas de la résistance gaulliste et, dans une certaine mesure, communiste. Dans d’autres cas, il s’agit de contribuer à la volonté de résistance pour qu’elle s’exprime au moment opportun. Dans d’autres cas encore, il s’agit d’aider des alliés pour préparer la lutte de libération nationale qui doit avoir une dimension militaire. Avec la durée de l’occupation, ces engagements se retrouvent même si certains sont privilégiés par rapport à d’autres.

6Les moments du choix de la résistance sont, par nature, multiples et complexes. C’est pourquoi la chronologie est essentielle. Quels sont les critères qui poussent un individu à prendre des risques pour sa vie ? À cet égard, la « préhistoire de la Résistance » est un passage nécessaire même si cette dimension reste mal connue. La reconstitution d’itinéraires individuels demeure indispensable pour approcher cette histoire des origines.

7En outre, le passage d’une sensibilité ou d’une démarche individuelle à une action collective suppose d’autres explications. L’environnement familial, professionnel, le partage d’une culture politique à références fortes comme la propension à la mobilisation citoyenne doivent être sollicités. Le rôle des groupes sociaux d’appartenance doit être aussi l’objet d’enquêtes. Les témoignages sur les parcours individuels sont utiles ; mais il faut apporter d’autres éclairages qui sont d’abord sociologiques, culturels et politiques.

8Par ailleurs, réduire la résistance à une action collective dans un mouvement organisé peut apparaître aussi schématique. Certes, ce sont ces mouvements qui suscitent l’engagement et qui s’efforcent de l’encadrer.

9Néanmoins, la résistance institutionnalisée n’aurait pu agir sans un environnement de sympathies sinon même de complicités. Dès lors, la « résistance au quotidien », la « résistance sans héroïsme » par lesquelles des individus veulent aider ou protéger la résistance organisée constitue aussi une contribution à une action plus délibérée sans laquelle les difficultés se seraient aggravées. Tous les réseaux ou les organisations ont su en profiter ; particulièrement la résistance communiste qui s’est voulue sociologiquement typée. En outre, cette résistance au quotidien n’exige pas des ruptures personnelles aussi fortes que l’entrée dans une résistance active, mais fait appel à des valeurs familières de charité, de fraternité, de solidarité, qui souvent sont efficaces dans un combat quotidien. Il s’agit le plus souvent d’une résistance civile qui peut élargir la zone d’influence de la résistance organisée.
La région du Nord-Pas-de-Calais offre un champ d’enquête pertinent.

10En effet, l’occupation appartient à une expérience vécue par la population civile 25 ans auparavant. La germanophobie mobilise donc des souvenirs douloureux qui demeurent proches pendant les « années noires ». Ils le sont d’autant plus que l’entre-deux-guerres n’a pas construit de motifs de les occulter. Elle justifie souvent un refus qui exprime une sensibilité patriotique et qui trouve dans l’anglophilie des ressources morales constamment rappelées. Les rigueurs de plus en plus pesantes de l’occupation, la présence permanente des formes complexes de la germanisation – depuis la dénomination de lieux publics en allemand jusqu’à l’exploitation économique, les réquisitions sans cesse renouvelées, la répression – renforcent le désir de s’opposer à une tutelle étrangère jugée oppressive. Par ailleurs, le sentiment d’abandon d’une région isolée du reste de la France, comme le rattachement administratif à Bruxelles, n’incitent pas la population à afficher de vives sympathies vichyssoises. Certes, ce désir peut s’exprimer différemment, dans une « résistance passive » ou dans une action plus caractérisée. Il doit tenir compte, néanmoins, des conditions humaines, sociales, politiques, géographiques et militaires. Si à l’évidence, la libération ne peut venir que de l’ouest, donc du monde anglo-saxon, il apparaît tout aussi nettement que la configuration géographique ne prédispose pas à une action armée dans le cadre de maquis. Hormis le bassin minier où les communistes s’efforcent de livrer une véritable guérilla nationale, les modes d’habitat poussent à d’autres choix, filières d’évasion, caches de soldats alliés ou mise en place de réseaux de renseignements. Par ailleurs, les cultures politiques dominantes, celles des milieux sociaux démocrates, des républicains, ou des démocrates chrétiens, incitent au développement d’une sensibilité de la dissidence plus qu’à l’organisation d’une action armée. La culture communiste de la clandestinité permet d’autres dispositions.

11La diversité régionale, dans ses modes de pensée, dans ses formes de sociabilité, prépare une société civile « non résistante » à accueillir et à laisser agir une « société rebelle ». C’est aussi une problématique de l’engagement résistant.

12Spécificité de la région ? Sans aucun doute, la zone interdite ou la zone rattachée dispose de ses caractéristiques propres. Mais il faut éviter tout déterminisme univoque. C’est pourquoi il est utile de confronter l’exemple régional et ses expériences à d’autres expériences. À cet égard, la confrontation avec la Belgique peut être fructueuse car si les cultures politiques sont différentes, la frontière n’est pas un obstacle infranchissable. La construction de réseaux franco-belges – Ali France – la participation de résistants locaux à des réseaux belges – Comète – ou l’inverse, permettent d’identifier points communs et divergences. Il s’avère également que d’autres régions françaises – la Lorraine par exemple –, ont été modelées aussi à une culture de refus de l’occupation. La résistance qui s’y développe peut donc offrir également des éléments de confrontation. Enfin, des régions situées dans la zone non occupée jusqu’en 1942 – la région Rhône-Alpes où s’est développée une active résistance spirituelle – peuvent proposer d’autres points de comparaisons. Cette démarche d’ensemble doit permettre de cerner les principales caractéristiques de l’engagement résistant.

13Le projet décrit par F. Nazé s’inscrit dans la durée car s’il est vrai que les années immédiatement postérieures à la guerre donnent lieu à récit et à publication de témoignages de qualité inégale, l’histoire de la Résistance s’est vite essoufflée. Certes, les rapports ont parfois été délicats entre les historiens et les résistants car les premiers ont tenté des synthèses dans lesquels les seconds ne se sont pas toujours reconnus. Dès lors, les historiens ont eu l’impression d’être « sous surveillance ». Par ailleurs, la Résistance est vite devenue un enjeu de mémoire ; les exploitations divergentes n’ont pas manqué. Même si une certaine sérénité s’est installée, ces enjeux demeurent visibles.

14Ces difficultés peuvent être surmontées par les historiens dans la mesure où les archives publiques ont tendance à s’ouvrir. Dès lors, ils peuvent s’engager dans une démarche qu’ils connaissent bien, celle de la confrontation des sources puisqu’ils peuvent disposer des archives des résistants et de leurs réseaux comme des documents issus des services administratifs ou même d’entreprises. Désormais, une perspective fructueuse peut s’ouvrir ; le temps est venu pour dépasser les limites du récit, de la narration et d’aborder la compréhension et l’explication historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Vandenbussche, « Introduction problématique », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 9-12.

Référence électronique

Robert Vandenbussche, « Introduction problématique », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/408

Haut de page

Auteur

Robert Vandenbussche

Université de Lille 3 – CRHEN-O

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org