Navigation – Plan du site

Résistance et société en Hainaut belge. Histoire d’une brève rencontre

Fabrice Maerten
p. 77-98

Texte intégral

1L’invasion de la Belgique par les troupes allemandes en mai 1940 signifia non seulement la perte de l’indépendance nationale mais aussi une remise en cause profonde de la société, que l’occupant espérait remanier sur la base de son modèle national-socialiste. Face à cette « double » agression, il est intéressant de savoir comment a réagi la population d’une des provinces du pays les plus peuplées et les plus marquées par la révolution industrielle, en l’occurrence le Hainaut.

  • 1 Cette analyse se fonde essentiellement sur les résultats de notre thèse de doctorat en histoire déf (...)

2Plus précisément, cet article tente surtout de déterminer dans quelle mesure les habitants de cette contrée se sont opposés à l’envahisseur. L’analyse de ce phénomène nous amène à soulever une interrogation peut-être plus fondamentale encore ; la lutte contre l’occupant a-t-elle induit des changements fondamentaux dans le paysage politique, social et culturel du Hainaut, et si oui, lesquels ?1

Le Hainaut à la veille de l’occupation

3S’étendant à l’ouest du pays le long de la frontière française, le Hainaut présente une grande diversité de paysages et, particulièrement à l’époque contemporaine, une multitude d’activités humaines. L’agriculture s’y est développée depuis plusieurs siècles, encouragée par la fertilité du sol, la douceur du climat et la faiblesse du relief. Dans l’entre-deux-guerres, elle occupe encore une place importante à l’ouest, au nord et à l’extrême sud-est de la province.

4Mais depuis le XIXe siècle, elle a perdu sa prédominance au profit du secteur secondaire, dont le développement s’est basé presque exclusivement sur l’exploitation des gisements houillers répartis sur un axe qui traverse d’est en ouest une grande partie de la contrée. Ce bouleversement a d’abord touché le Borinage, puis le Centre, enfin la région de Charleroi, qui, à la fin du siècle dernier, est devenu le premier centre industriel de la province, profitant notamment de l’étendue de son bassin et de la diversification de ses activités. L’essor de toutes ces régions au cours du XIXe siècle et du début du XXe siècle a aussi été facilité par la mise en place d’un important réseau de communications ferroviaire et fluvial.

  • 2 Au 31 décembre 1939, la province, d’une superficie d’environ 3 725 km2, compte 1 2343 90 habitants, (...)

5Cette première révolution industrielle a provoqué un exode rural et une explosion démographique qui ont fait en quelques dizaines d’années des régions du Borinage, du Centre et de Charleroi la véritable épine dorsale de la province2. Elle a aussi été à la base de déséquilibres sociaux profonds, plongeant la population ouvrière, désormais majoritaire, dans une grande détresse. Seule parmi les formations politiques de la fin du XIXe siècle, le Parti ouvrier belge (POB) a été capable de répondre aux besoins légitimes de ces travailleurs, ce qui explique son enracinement dans la population au lendemain de la Première Guerre mondiale.

6Vers cette époque, apparaissent les premiers signes de vieillissement de l’outil industriel. Les gisements de houille, richesse sur laquelle le Hainaut s’était trop exclusivement basé, commencent à s’épuiser. À cette crise structurelle s’ajoute une autre, conjoncturelle, qui s’abat sur le monde entier au début des années trente. Le Hainaut parvient difficilement à y faire face. Son activité économique se ralentit considérablement, entraînant chômage et détresse sociale. Au plus fort de la dépression, les grandes grèves de 1932 témoignent de la gravité de la situation.

7Une partie de la population perd confiance en ses dirigeants. Les élections législatives de mai 1936 l’attestent : le POB perd près de 10 % des voix, essentiellement au profit des communistes, qui récoltent près de 11 % des suffrages. Le Parti catholique, deuxième force politique de la province, divisée en la circonstance entre conservateurs et progressistes, se voit laminé sur sa droite par les rexistes. Mais excepté dans le Borinage, où la situation économique et sociale est la plus catastrophique, les partis extrémistes ne parviennent pas réellement à déstabiliser l’opinion publique : celle-ci vote encore à plus de 45 % socialiste.

8Profitant d’une amélioration relative de la situation économique et de la présence d’un appareil syndical qu’il tend à rendre plus proche des travailleurs, le POB consolide à nouveau ses positions pendant les dernières années de l’entre-deux-guerres, même s’il perd encore plus de 1 % des voix lors des élections législatives d’avril 1939. L’essentiel pour lui est d’avoir endigué sa chute. Le grand gagnant de ce scrutin est le Parti libéral, qui après avoir connu son plus mauvais score de l’entre-deux-guerres en 1936, approche désormais les 20 %. Il talonne le Parti catholique qui a peu profité de son unité retrouvée et de l’effondrement rexiste. Quant aux communistes, ils perdent près d’un sixième des voix obtenues trois ans auparavant, dans un contexte international qui ne leur est guère favorable.

9Composé d’une majorité d’ouvriers d’opinion socialiste, le Hainaut de l’entre-deux-guerres est aussi marqué par une profonde tradition catholique, alimentée par un puissant réseau d’enseignement. Tout en restant une composante essentielle de la société hennuyère et malgré les efforts consentis pour occuper le terrain social, notamment parmi la jeunesse, cette tradition a tendance à s’atténuer face à la montée de la déchristianisation, flagrante dans les régions industrielles. Quant au courant libéral, il est surtout présent dans quelques grandes villes (Mons, Tournai et dans une moindre mesure Charleroi) ainsi que dans certaines régions agricoles (pays d’Ath, Thudinie).

10À la veille de la Seconde Guerre mondiale et malgré une situation économique précaire, le Hainaut apparaît toujours comme une province riche, forte de sa puissance industrielle et où les composantes traditionnelles de la société belge – socialisme, catholicisme et libéralisme - constituent plus que jamais les fondements de ses structures de vie.

Le temps de l’accommodation (fin mai 1940 – décembre 1942)

  • 3 Sur cette question du poids de la mémoire de la Grande Guerre dans le Hainaut, voir F. Maerten, « L (...)

11En dépit de ses traditions socialistes et d’un pacifisme relativement bien ancré, du moins jusqu’à la prise de pouvoir de Hitler, le Hainaut n’échappe pas à la vague de germanophobie qui déferle sur la Belgique le 10 mai 1940. Le nord de la France, qui a vécu une situation similaire en 14-18, ne réagit pas de manière différente. Mais pouvait-il en être autrement ?3 Le souvenir des souffrances de la Grande Guerre – ses massacres, ses déportations, ses amendes, ses angoisses provoquées par l’absence de nouvelles des êtres chers qui se battent au front, ses blessures morales, ses brimades qu’un occupant impitoyable s’ingénie à multiplier – est d’autant plus vivace qu’à peine un peu plus d’un quart de siècle sépare les deux invasions. En outre, une active culture de guerre s’est chargée après le premier conflit de transmettre aux jeunes générations l’amour de la patrie (particulièrement nécessaire aux élites francophones dans un pays où elles se sentent menacés par les revendications flamandes), mais aussi son corollaire, la haine de l’ennemi.

12La reddition de l’armée belge le 28 mai 1940 et la capitulation française moins d’un mois plus tard, couplées à l’attitude jugée alors relativement bienveillante des nouveaux envahisseurs n’ébranlent qu’un bref moment le sentiment de rejet. La réalité de l’occupation a tôt fait de dissiper les ambiguïtés de l’été 1940 et de raviver, au sein de la majeure partie de la population, l’hostilité qui animait les Hennuyers à l’aube du 10 mai. Cependant, de l’antipathie à l’égard de l’occupant à la participation à une action organisée en vue de lui nuire, il y a un pas énorme que bien peu franchissent en ces années 1940-1942.

13Pour preuve, lorsque les Allemands décident, dans la seconde moitié de 1942, de démanteler les structures clandestines actives dans la lutte armée – elles sont susceptibles de troubler l’ordre dont ils ont tant besoin pour poursuivre l’exploitation économique de la province –, ils ne se heurtent qu’à des noyaux très réduits : il suffit de les toucher au cœur pour les réduire à néant. De longs mois et un contexte très différent seront nécessaires pour sortir la Résistance hennuyère de son marasme.

  • 4 Appelés le plus souvent dans l’historiographie belge de la Résistance, Partisans armés, dénominatio (...)

14Il n’est évidemment pas inintéressant de savoir quels sont les groupes visés et atteints par les polices allemandes. Au nombre de deux, ils se situent aux extrémités du spectre politique et témoignent, de ce fait, de la marginalité de la Résistance à ses débuts. Les Partisans belges4, les plus engagés dans le combat direct contre l’ennemi, sont le bras armé du Parti communiste. L’organisation, née au lendemain de l’invasion de l’Union soviétique par l’Allemagne, se développe surtout en 1942 dans les bassins du Centre et de Charleroi où elle procède à de multiples attentats et sabotages. Mais le 21 décembre 1942, un des principaux responsables carolorégiens est capturé par l’occupant. S’ensuivent des arrestations en cascade qui mettent pratiquement fin à l’action de ces pionniers de la résistance armée communiste.

15Le calme régnant cette même année 1942 dans le troisième pôle industriel du Hainaut, le Borinage, peut de prime abord étonner. Déjà relativement étroite à Charleroi et dans le Centre, la base de recrutement des Partisans belges semble particulièrement exiguë dans le Borinage où il suffit que les principaux fondateurs de l’organisation soient appréhendés à l’automne 1941 pour que le mouvement soit pour ainsi dire exsangue jusqu’à l’automne 1943.

16À ce titre, le cas du Borinage est révélateur d’une politique d’accommodation suivie alors par la majorité de la classe ouvrière, à l’exemple de ses principaux dirigeants socialistes. Il faut dire que les leaders borains du POB se situent très à droite du Parti, l’ancien responsable du syndicat des mineurs ayant même intégré l’Union des Travailleurs manuels et intellectuels (UTMI) à la solde de l’occupant. Plus fondamentalement encore, les ouvriers, et surtout les mineurs, majoritaires dans le Hainaut et largement prédominants dans ce Borinage, répugnent alors à se battre pour un État belge qui, à leurs yeux, ne leur est pas venu en aide lors de la grande crise des années 30. On comprend que l’option patriotique prise par le PC à partir de l’été 1941, qui se traduit par la mise en place d’un large mouvement d’opposition, le Front de l’Indépendance (FI), ait relativement peu de prises sur eux, d’autant que la présence allemande leur assure un travail que ne pouvait plus leur garantir les autorités d’avant-guerre. Quand les mineurs borains se mettent en grève en 1941-1942, ce n’est pas d’abord pour lutter contre l’occupant, mais pour obtenir du patronat, qu’ils considèrent toujours comme leur principal adversaire, des avantages matériels d’ailleurs bien légitimes.

17La même année 1942 – précisément de juin à l’automne –, les polices allemandes brisent les reins à l’autre grande structure de résistance armée présente dans le Hainaut, la Légion belge (LB). Celle-ci est issue de la droite nationaliste, dont les forces vives sont surtout importantes dans le Tournaisis. Cependant, grâce à quelques fortes personnalités issues de l’armée (militaires d’active et de réserve), de la gendarmerie et de l’Église catholique, la LB a pu essaimer via les villes de garnison (Tournai, Mons, Charleroi) à travers tout le Hainaut.

18Critiques vis-à-vis du parlementarisme et partisans d’un renforcement du pouvoir du Roi au sein de l’exécutif, les initiateurs du mouvement, qui le concevaient d’abord comme une sorte d’instrument de maintien de l’ordre face au danger potentiel d’une insurrection communiste, l’orientent de plus en plus exclusivement contre l’envahisseur, que la lourdeur croissante de l’occupation fait peu à peu percevoir comme l’ennemi à abattre. En 1942, ils se sentent prêts à épauler un éventuel débarquement allié. Mais avides de contacts avec Londres, ils tombent, le plus souvent victimes de leur inexpérience, dans les pièges tendus par le contre-espionnage allemand, comme à Ghlin, près de Mons, en juin 1942, où la plupart des membres de l’état-major provincial sont capturés.

19Seule en définitive échappe relativement à la grande vague d’arrestations qui déferle sur le Hainaut en 1942, la troisième composante de la Résistance des débuts. Issue elle aussi des milieux de droite patriotes et germanophobes, elle se distingue cependant du deuxième groupe par son attachement aux institutions d’avant-guerre et aux autorités belges de Londres. Cette petite et moyenne bourgeoisie, marquée par le souvenir de 14-18, développe essentiellement des activités déjà déployées lors de la Grande Guerre, à savoir la presse clandestine, l’évasion et surtout le renseignement. Du fait de l’expérience acquise 25 ans auparavant et du caractère peu spectaculaire de ses formes d’action, elle s’expose moins que les autres structures aux rigueurs de la répression. Ses forces, concentrées dans les vieux centres urbains de la province (Tournai, Mons, Charleroi), se regroupent dans le Mouvement national belge (MNB) surtout actif à Charleroi, et dans les réseaux spécialisés comme Bayard, Clarence, Marc, Mill et Tégal (renseignements) ou Comète (évasions).

20Si l’on excepte cette frange extrêmement minoritaire engagée dans la Résistance et une autre, sans doute plus ou moins équivalente, impliquée dans la Collaboration, la droite s’accommode tant bien que mal de l’occupation, en attendant des jours meilleurs. En atteste son attitude au sein des différents pouvoirs où elle est tolérée par l’envahisseur. Ainsi, rares sont ceux parmi les nombreux édiles libéraux et surtout catholiques encore en place sous l’occupation – les socialistes, largement majoritaires dans les grosses communes industrielles, sont par contre remplacés par des bourgmestres rexistes, notamment à l’occasion de la création en 1942 des grandes agglomérations de La Louvière et de Charleroi – à participer, même de façon modeste, à la lutte contre l’envahisseur jusqu’à la fin 1942. Certains auraient même alors manifesté quelque sympathie pour l’Ordre nouveau.

  • 5 À ce propos, F. Maerten, « Le clergé du diocèse de Tournai face à l’occupation : la voie étroite », (...)

21À la gendarmerie, on décèle, à côté de véritables initiateurs de la Résistance – c’est surtout vrai dans le Tournaisis – et de nombreux patriotes germanophobes attendant, pour agir, que la guerre évolue de manière plus nette en faveur des Alliés, un certain nombre d’anticommunistes – c’est particulièrement le cas à Charleroi – dont l’activité coûte parfois cher aux structures clandestines du PC. La situation est relativement similaire à la police communale, même s’il semble que l’orientation moins droitière de ce corps – il est plus lié au pouvoir politique local – l’ait plus rapidement orienté vers la Résistance, notamment au sein du MNB, mais également dans le FI. Eux aussi attachés au maintien de l’ordre, les magistrats adoptent une attitude plus réservée, évitant généralement de prendre parti pour l’un ou l’autre camp. Par ailleurs, si très peu de membres du clergé catholique appuient la campagne « antibolchévique », la plupart sont alors réticents à s’engager dans le combat clandestin5. L’accommodation est aussi le fait de l’immense majorité des patrons qui, par souci de préserver leurs intérêts, maintiennent leurs entreprises en activité et donc produisent, au moins en partie, pour l’Allemagne.

22Considérablement affaiblie par les coups de boutoirs de l’occupant et manquant de relais importants dans la société, la Résistance hennuyère semble donc vouée, fin 1942, à une profonde léthargie. L’évolution de la situation internationale va en décider autrement.

Le temps du refus (janvier 1943 – début septembre 1944)

  • 6 Voir à ce propos surtout Le travail obligatoire en Allemagne 1942-1945. Actes du symposium tenu à B (...)

23La fin 1942 et le début 1943 marquent en effet un tournant dans la guerre. L’entrée en scène des États-Unis et les premiers revers importants de l’Allemagne, en Afrique du Nord d’abord, en Russie ensuite, sont autant de signes du basculement du conflit. Pour parer à cette situation, Hitler est obligé de requérir de nouveaux renforts. Ce faisant, il vide ses usines de forces vives qu’il décide de remplacer par des femmes et surtout des hommes issus des pays envahis. Le régime du travail obligatoire en Allemagne est né. Décrété en Belgique en octobre 1942, il commence vraiment à y faire sentir ses effets au début de 1943. Après s’en être pris de manière assez confuse aux ouvriers qualifiés, l’occupant décide à partir du printemps 1943 de systématiser son action en présidant à la déportation des jeunes adultes masculins, par classe d’âge. La résignation qui préside aux premiers temps de la mesure laisse peu à peu la place à une opposition de plus en plus nette, lorsqu’on apprend les dures conditions de travail Outre-Rhin et les dangers des bombardements alliés6. Ainsi, des milliers de jeunes Hennuyers refusent peu à peu de se rendre en Allemagne et se cachent. L’impérieuse nécessité de produire en grande quantité pour contrer la formidable machine de guerre alliée pousse en outre le IIIe Reich à augmenter les rythmes de production dans les entreprises des pays occupés, notamment dans les mines.

  • 7 Cette notion est très difficile à définir. On le fait généralement de manière résiduelle, en exclua (...)

24Un tel contexte politique, économique et social décuple l’hostilité des Hennuyers vis-à-vis de l’envahisseur. Au sein du monde ouvrier, qui rassemble plus de 60 % de la population active de la province, l’ennemi principal n’est plus le patronat, mais l’occupant. La rancœur n’est pas moindre – au contraire – parmi les classes moyennes7, surtout parmi celles liées à l’appareil d’État qui voient de nombreux partisans de l’Ordre nouveau – idéalistes d’extrême droite et/ou opportunistes – occuper, ou du moins menacer leur poste. Même les agriculteurs, qui sont restés longtemps éloignés du débat, ne peuvent plus demeurer indifférents à la question. Eux aussi comptent des membres de la famille touchés par le travail obligatoire. En outre, de nombreux illégaux quittent les régions urbaines où sévissent des dénonciateurs difficilement repérables dans la masse, et surtout de très pénibles conditions d’existence pour gagner la campagne, plus sûre et mieux pourvue en produits alimentaires de première nécessité. Dès lors, les paysans sont régulièrement sollicités et beaucoup viennent effectivement en aide à ces pourchassés. Ainsi se constitue peu à peu un véritable front du refus, au sein duquel le patriotisme, versant positif de la germanophobie, sert de vecteur rassembleur.

  • 8 Voir à ce propos les intéressantes réflexions développées par O. Wievorka dans son article « À la r (...)

25Deux remarques fondamentales doivent cependant être formulées. Le refus n’entraîne pas nécessairement – c’est même assez peu souvent le cas8 – une participation régulière à la Résistance : seuls 3 à 5 % des adultes du Hainaut s’engagent véritablement contre l’occupant. Mais le soutien ponctuel et/ou tacite de la majorité de la population à la Résistance permet à celle-ci de s’épanouir et de mieux se prémunir contre les assauts de la répression. En outre, les mouvements et réseaux disposent désormais d’une réserve où puiser en cas de coup dur.

26Par ailleurs, et c’est là pensons-nous un des éléments les plus originaux de la Résistance dans le Hainaut par rapport à celle développée dans la majeure partie du pays, le combat, s’il est avant tout patriotique, garde une dimension sociale importante. Pour preuve, le développement considérable à partir de 1943 du Front de l’Indépendance. À travers ses nombreuses publications clandestines, le FI transmet certes un message où prévaut la lutte pour la libération du pays, mais y percent aussi des aspirations à de meilleures conditions de vie et de vives critiques à l’égard du patronat. Ce discours « populiste » provient à l’origine des communistes, qui malgré les coupes sombres opérées dans leurs rangs, en particulier en juillet 1943, continuent à tenir les rênes du FI hennuyer. Il trouve cependant un écho favorable auprès de nombreux socialistes, libéraux et démocrates-chrétiens qui n’hésitent pas à s’investir dans un mouvement particulièrement actif dans l’aide aux illégaux.

27On notera cependant que le succès de la structure de combat du FI, les Partisans belges, bien qu’important, ne sera pas à la hauteur des espérances des dirigeants communistes hennuyers. D’abord, à partir de la seconde moitié de 1943, le bras armé du PC doit subir la concurrence d’une autre organisation spécialisée dans l’action directe contre l’occupant, le Groupe G. Elle aussi témoigne de l’élargissement de la base résistante, puisque la source de ce mouvement se trouve à l’Université libre de Bruxelles, dans les milieux libres penseurs. Le groupement se développe principalement dans les zones semi-rurales de la province (pays d’Ath, Thudinie), là où les libéraux sont nombreux, et où le FI et la LB connaissent de grosses difficultés à se reconstituer après diverses vagues d’arrestations.

28Ensuite et surtout, de nombreux Hennuyers hésitent à s’investir dans une forme d’action, la guérilla, profondément étrangère à leur culture guerrière et préfèrent rejoindre à partir du printemps 1944 l’Armée secrète, héritière de la Légion belge, où ils retrouvent une partie des cadres qu’ils ont côtoyés à l’armée ou du moins, pour les plus jeunes, dont on leur a parlé. Pour beaucoup de ces hommes, l’action se limite au mieux (ou au pire) à quelques escarmouches parfois sanglantes à la Libération, ou même à l’une ou l’autre patrouille et garde de prisonniers – Allemands et Belges soupçonnés de collaboration – au lendemain des journées de septembre.

29Comme on le voit, la Résistance de droite profite elle aussi des circonstances pour se développer. Ses deux ailes se sont rapprochées, le courant autoritaire ayant (provisoirement) rangé ses projets de « rénovation nationale » dans leurs cartons pour se concentrer sur la lutte contre l’occupant et aussi, sans doute, pour amener le plus possible d’opposants dans son camp. L’alliance est d’autant plus nécessaire pour la petite et moyenne bourgeoisie résistante que son organisation fédératrice, le MNB est durement touché par la répression tant dans le Hainaut (décembre 1943, février et mai 1944) qu’au niveau national (février 1944). La quête de renseignements en faveur des Alliés se poursuit néanmoins sans relâche jusqu’à la Libération, avec l’espoir qu’une fois le pays libéré, tout puisse rentrer dans l’ordre… ancien.

30Conscient de cette concurrence multiple qui lui ôte une grande partie des forces vives sur lesquelles il comptait pour la période de la Libération, le PC met sur pied à partir de juin 1944 les Milices patriotiques du FI. Les MP sont censées représenter la nation en armes, prête à se soulever au moment de la retraite allemande. Pour ce faire, le Parti n’hésite à confier de nombreux postes de commandement du nouveau mouvement à des non-communistes, notamment à des militaires de carrière. Mais la création de l’organisation est trop tardive et la réticence vis-à-vis du FI trop importante dans de nombreux milieux, pour que l’objectif visé puisse être atteint, même dans un Hainaut largement acquis aux idéaux du FI déjà actifs dans la diffusion de la presse clandestine et l’aide aux illégaux. En septembre 1944, leur nombre n’excède pas dans la province celui des Partisans, les deux organisations réunies faisant à peine contrepoids à l’AS. Relativement âgés, manquant d’armes et d’expérience de la lutte armée, les MP ne sont en outre que d’un médiocre secours au moment de la Libération. Si l’on ajoute à cela que le faible encadrement communiste a ouvert la porte à une influence socialiste non négligeable, on comprend que les MP seront un instrument malaisé à utiliser par le PC sur le plan politique.

  • 9 Voir notamment les résultats de l’analyse sociographique élaborée sur la base de 3 060 cas dans le (...)

31Ainsi, sans devenir un mouvement de masse, la Résistance se transforme à partir de 1943 en un phénomène largement répandu dans les diverses strates de la population hennuyère9. Se fondant désormais dans la société, elle en prend aussi davantage les contours, manifestant des positions et des attitudes plus proches du centre – précisément du centre gauche – que des extrêmes. Si la teinte dominante est plus centriste, il n’en demeure pas moins que les principaux animateurs de la lutte se situent toujours soit à droite, soit à l’extrême gauche.

32Les forces politiques traditionnelles ne peuvent évidemment rester indifférentes à une telle situation. C’est particulièrement le cas des socialistes qui à juste titre craignent l’influence grandissante des communistes auprès de leur électorat habituel. Dès lors, la politique dite du moindre mal adoptée aux premiers temps de l’occupation, qui consistait à ne pas se heurter à l’envahisseur afin de garder des liens avec la base (en particulier via des mutualités et des coopératives préservées de l’ingérence allemande) ne suffit plus.

33Si certains s’investissent à titre individuel dans le FI, le Parti en tant que tel refuse cette solution par peur de se voir manipulé par le PC et préfère prendre une voie autonome. Ainsi, peu à peu se développe une presse clandestine socialiste qui a pour but essentiel de maintenir la confiance des militants. Née de la volonté de défendre les travailleurs contre l’influence de l’UTMI, où quelques leaders syndicalistes socialistes, notamment du Borinage, du Centre et du Tournaisis, se sont fourvoyés, cette presse cherche en effet surtout à partir de 1943 à témoigner de la détermination du Parti à améliorer le sort de la classe ouvrière une fois les Allemands chassés du pays. Ce faisant, elle propose une alternative à la voie communiste, propagée par une intense propagande qui gagne notamment les entreprises, structure de base du pilier socialiste, via les Comités de Lutte syndicale (CLS) mis sur pied par le PC. Le développement de ces derniers, notamment dans les mines, constitue de fait une menace claire pour les syndicats socialistes, en veilleuse sous l’occupation. La presse socialiste clandestine offre aussi un certain rempart face à une tendance à l’émancipation vis-à-vis du Parti, de syndicalistes issus du giron socialiste, un courant autonomiste qui touche essentiellement les métallurgistes de la région de Charleroi.

  • 10 Voir E. Verhoeyen, « Le gouvernement civil en exil et le soutien clandestin aux réfractaires », dan (...)

34Le POB, devenu à partir de septembre 1941 Parti socialiste belge (PSB), participe en outre à la mission Socrate, mise sur pied à l’été 1943 par le gouvernement belge de Londres pour subvenir aux besoins des réfractaires. Au départ confiée au FI, la distribution de l’argent se voit rapidement dévolue, sur l’injonction des principaux bailleurs de fonds, des industriels et financiers belges, à des représentants des anciennes structures socialistes et sociales-chrétiennes10.

  • 11 Cf. D. Luyten et G. Vanthemsche (dir.), Het Sociaal Pact van 1944. Oorsprong, betekenis en gevolgen (...)

35Cette peur quasi générale parmi les élites du communisme et cette intégration des socialistes dans les structures de l’État belge – elle est effective depuis la fin de la Première Guerre mondiale – constituent les atouts majeurs du nouveau PSB pour assouvir les besoins légitimes de la population et, par là, « couper l’herbe » sous le pied des communistes. Et de fait, cette alliance objective conduit de hauts fonctionnaires, des dirigeants du patronat, et des représentants des syndicats socialistes et chrétiens, à mener des négociations qui aboutissent en avril 1944 à la conclusion d’un Pacte social, promesse, en grande partie tenue dans l’immédiat après-guerre, d’améliorations sensibles en termes de participation des salariés aux entreprises, de niveau de vie et de protection sociale11.

  • 12 Cf. notamment J. Velaers et H. Van Goethem, « Léopold III en Belgique, sous l’Occupation », dans M. (...)

36Ces diverses initiatives témoignent de ce que, même si elle est amenée à faire des concessions sur le plan social, la droite reste une composante essentielle du jeu politique belge, même en plein cœur de l’occupation. Car contrairement à ce qui s’est passé en France, elle ne s’est pas, dans l’ensemble, compromise avec l’occupant. Ce dernier l’y a d’ailleurs aidé en refusant à l’été 1940 l’idée même d’un gouvernement autoritaire dirigé par le roi Léopold III12. Sans doute au départ un peu plus « accommodante » avec l’envahisseur que les socialistes car plus réceptive aux sirènes de l’Ordre nouveau, la droite modifie petit à petit son attitude devant la lourdeur croissante de l’occupation et l’évolution de la situation internationale.

  • 13 Sur ce mouvement de collaboration prédominant en Wallonie, cf. surtout M. Conway, Degrelle, les ann (...)
  • 14 Au total, 27 personnes seront abattues par les rexistes. Cf. en particulier A. Lemaire, Le crime du (...)

37Ainsi, le cas d’Henri de Groeve, bourgmestre catholique de Leuze, gros bourg du Tournaisis, n’est-il probablement pas isolé. Selon le chef de Rex-Tournai Henry Platteau, cet industriel aurait eu au début de l’occupation des sympathies pour le rexisme13. Mais fin 1943, le partisan de Léon Degrelle ne nourrit plus guère d’illusions à son propos : non seulement il n’a plus aucune estime pour le rexisme, mais en outre il apporte son aide aux réfractaires. Il faut dire que depuis l’instauration du travail obligatoire en Allemagne, l’Église catholique a très nettement choisi son camp : appuyés tacitement par les plus hautes autorités religieuses du pays qui n’ont pas hésité à protester publiquement en mars 1943 contre la déportation des travailleurs Outre-Rhin, de nombreux prêtres, religieuses et religieux viennent au secours des réfractaires. Et si les magistrats se maintiennent en général dans une relative neutralité, de nombreux policiers et gendarmes intègrent la Résistance, en particulier l’Armée secrète, mais aussi le MNB, le Groupe G et le FI en 1943-1944. Quant au patronat, il participe lui aussi activement au soutien des réfractaires, notamment dans le cadre de la mission Socrate. Il est d’ailleurs révélateur que suite à l’exécution par la Résistance du bourgmestre du Grand-Charleroi Oswald Englebin le 17 août 1944, les rexistes cherchent surtout à faire périr, à titre de représailles, des magistrats, des policiers, des gendarmes, des prêtres14.

38Ainsi, à la veille de la Libération, la Résistance apparaît bien comme le fer de lance d’une population avide de chasser l’envahisseur et de châtier les collaborateurs, qu’elle considère comme des traîtres. Mais la volonté d’un certain nombre de ces résistants d’influer sur l’évolution de la société se heurte déjà apparemment à la solidité de structures politico-sociales profondément ancrées dans le tissu sociétal, structures que la guerre a à peine ébranlées.

Le temps de la restauration (septembre 1944 – novembre 1944)

  • 15 Cf. notamment P. Taghon, Belgique 44. La Libération, Bruxelles, 1993.
  • 16 Cf. Y. Bourdon, C. Faucon, M. Toubeau, H. Huet, La poche de Mons. La libération, en septembre 1944, (...)

39La Libération tant attendue se déroule de manière nettement moins ardue que prévu. En une semaine, du 2 au 8 septembre, l’occupant est chassé de la majeure partie du pays15. Entrés sur le territoire hennuyer le 2 septembre, les Anglo-Américains atteignent déjà les limites orientales de la province le 5. Le seul obstacle majeur rencontré sur leur route se situe à l’ouest de Mons, où ils parviennent à faire plus de 25 000 prisonniers allemands16. Un tel contexte ne permet pas la mise en valeur de la Résistance, qui joue plutôt le rôle d’une force supplétive, utile pour fournir des informations et aider à « nettoyer » le terrain à l’arrière de la progression alliée. D’ailleurs, les rares fois où elle s’oppose de manière isolée à des forces allemandes bien organisées comme à Fontaine-l’Évêque, Morlanwelz, Quevaucamps, Waudrez ou Wodecq, elle essuie des échecs cuisants et coûteux en vies humaines qui soulignent la faiblesse de ses moyens et son inexpérience du combat.

  • 17 Sur la place de la Résistance dans la société belge d’après-guerre, nous nous sommes essentiellemen (...)

40Le prestige de la Libération revenant essentiellement aux armées anglo-saxonnes, le gouvernement Pierlot, de retour de Londres le 8 septembre, peut, de manière relativement aisée, mettre en place sa stratégie de refoulement politique et administratif de la Résistance, dont cette équipe gouvernementale unissant au départ catholiques, socialistes et libéraux craint les aspirations droitières et surtout gauchistes17. Cette stratégie est d’autant plus facile à mener à terme que justement la Résistance apparaît divisée.

41Ainsi, l’idée développée par le gouvernement d’intégrer les combattants de l’ombre dans l’armée régulière satisfait les militaires de l’Armée secrète qui y voient un excellent moyen pour accélérer leur promotion. Si la proposition ne déplaît pas en soi aux responsables du Front de l’Indépendance dont le patriotisme est la valeur première, ses modalités d’application, qui tendent manifestement à saper l’unité des groupes de résistance, et surtout la lenteur avec laquelle le projet est mis en place, suscitent leur irritation. Cette irritation tourne à la colère, lorsqu’après avoir été confinés à la garde des collaborateurs présumés, les résistants sons appelés le 13 novembre à rendre leurs armes avant une hypothétique intégration dans l’armée. La grogne est d’ailleurs manifeste bien au-delà des rangs du FI, et le PC qui a accepté d’entrer au gouvernement le 26 septembre 1944, y voit l’occasion de renverser une équipe à ses yeux trop réactionnaire par une coalition de gauche, en se retirant du pouvoir, le 16 novembre, et en proposant l’idéal résistant du FI comme base d’une profonde rénovation sociale.

  • 18 L’étude de la Résistance et de ses rapports avec le pouvoir à la Libération sortait du cadre strict (...)

42Dans cette stratégie, le Hainaut occupe une place de premier choix18. Sous l’occupation, le FI y a en effet obtenu un indéniable succès populaire basé justement sur ce subtil mélange entre volonté de lutte pour la libération du pays et combat social. La situation en novembre 1944 peut faire croire aux communistes – et faire craindre à leurs adversaires – que la Résistance est à même, par ses connotations populistes, de servir de thème rassembleur en vue d’une agitation de grande ampleur qui serait fatale au gouvernement Pierlot. Depuis la Libération, la nervosité va en effet croissant parmi la population ouvrière de la province, qui se plaint amèrement de l’insuffisance du ravitaillement, de la lenteur de la reprise économique la privant régulièrement de travail et donc de salaire, enfin du manque de poursuite contre les gros collaborateurs économiques. Cette tension est mise à profit par les CLS pour développer, dès la fin septembre, des arrêts de travail, en particulier dans les puits de mine du Borinage et du Centre, où leur influence est la plus grande. Après l’arrêté du 13 novembre, la grève et plus généralement l’agitation ouvrière augmentent, surtout dans les deux bassins précités. De plus, le mécontentement est évidemment à son comble parmi les résistants. Ceux-ci se plaignent, en outre, des difficultés matérielles et de la lenteur de la répression, de leur non-représentation au sein des conseils de guerre, enfin de leur démobilisation et de leur désarmement.

43Pourtant, cette vague de mauvaise humeur ne débouche pas sur un mouvement de masse qui aurait permis au PC d’atteindre son but politique. Ainsi, l’appel à manifester contre le désarmement de la Résistance lancé, pour les 18 et 19 novembre, par les communistes et plusieurs mouvements de Résistance qu’ils utilisent comme paravents ne rencontre qu’un succès mitigé dans le Hainaut, même si les résultats obtenus tranchent avec ce que l’on observe dans le reste du pays, Liège et Bruxelles exceptés : 2 000 manifestants sont recensés à Mons, 2 000 autres à La Louvière, 1 500 à Charleroi, 2 à 300 à Tournai. Visiblement, les résistants situés en dehors de la nébuleuse FI-PC n’ont pas bougé, refusant d’entrer dans le jeu des communistes.

44Le samedi suivant, le 25, le PC organise à Bruxelles, sous le couvert du FI, un grand rassemblement dont le but est clairement de pousser le gouvernement Pierlot à la démission. Des Hennuyers – notamment des Borains – font partie des quelques dizaines de milliers de personnes qui défilent pacifiquement dans la capitale avant qu’une partie d’entre elles ne cherchent à franchir la zone neutre du Parlement et ne se heurtent à la gendarmerie. Les affrontements se soldent par des dizaines de blessés, pour la plupart des manifestants. Voulant profiter du choc provoqué par ces heurts, le FI et le PC appellent à une journée de protestation le 29 novembre ; dans le même temps, le PC pousse les CLS à la grève et les Partisans armés (PA), nouvelle appellation des Partisans belges, à une « marche sur Bruxelles » le 28. On note qu’il n’est pas fait appel aux MP, qu’on juge sans doute trop peu fiables.

45Le résultat obtenu par cette campagne dans le Hainaut, bastion du FI, témoigne bien du fiasco de l’entreprise. La « marche sur Bruxelles », qui y prend pourtant le tour le plus concret à l’échelle du pays, se résume à l’interception sans grosse difficulté par les gendarmes de quatre convois de Partisans armés composés de quelques dizaines d’hommes chacun. Par ailleurs, si des mouvements de grève sont bien observés dans les trois bassins industriels, ils sont, à l’exception de quelques puits du Borinage et du Centre, partiels et de courte durée, ce qui souligne bien la difficulté des CLS à encadrer correctement le mouvement.

46Plus fondamentalement, cet échec, qui est encore plus marquant au plan national, montre à quel point le PC a surestimé ses forces. Surtout, il n’a pas compris que le FI était une construction du temps de l’occupation inadaptée aux nouveaux défis de la Libération. Pour la population, ce qui compte en cet automne 1944, ce n’est pas le sort de la Résistance, mais bien la répression de la Collaboration et surtout l’amélioration des conditions de vie. En outre, en utilisant ouvertement la Résistance à des fins partisanes, le Parti communiste brise sa fragile unité et la fait disparaître comme force morale capable d’assurer une fonction dans l’État. Désormais seuls les prisonniers politiques, réunis à partir d’avril 1946 au sein de la Confédération nationale des Prisonniers politiques et Ayants Droits, parviendront de temps à autre à influer sur les décisions politiques, en particulier dans le délicat dossier de la répression de la collaboration mais aussi lors du dénouement de la question royale.

47Quant au PC, dont la puissance émanait de son engagement dans la lutte contre l’occupant mais aussi du prestige acquis par l’Armée rouge, il va peu à peu retourner dans son isolement d’avant-guerre, victime de la guerre froide et de son incapacité à trouver des relais dans la société, susceptibles d’ébranler le pilier socialiste. Est révélatrice, à ce titre, sa tentative de peser sur la Fédération générale du Travail de Belgique (FGTB), la nouvelle structure syndicale de gauche réunissant à partir d’avril 1945 anciens membres de la Confédération générale du Travail socialiste, communistes des Syndicats uniques issus des CLS et socialistes « autonomistes » du Mouvement syndical unifié. Dès décembre 1945, en effet, l’érosion importante du nombre d’adhérents aux Syndicats uniques consécutive aux faiblesses structurelles du mouvement, se traduit par la marginalisation des communistes au sein de l’organisation. Le départ de ces derniers du gouvernement, en mars 1947, et, un an plus tard, la non-réélection d’un représentant des Syndicats uniques au Bureau de la FGTB marquent la fin de l’empreinte du PC sur la société belge.

48Le Hainaut n’échappe évidemment pas à ce mouvement de ressac. Ainsi, le PC passe de 25,1 % des voix aux premières élections législatives de l’après-guerre, celles de février 1946 (son meilleur score provincial), à 9,6 % en 1950. Dans le même temps, les Syndicats uniques qui regroupaient au lendemain de la Libération 19 000 membres dans le Borinage, 19 000 autres dans le Centre, 18 000 à Charleroi, 12 800 dans le Tournaisis et 5 900 à Nivelles-Soignies, se réduisent comme peau de chagrin, disparaissant complètement en 1955. Depuis longtemps, la Résistance avait cessé de peser politiquement et socialement sur la société hennuyère.

À la recherche d’une influence plus durable de la résistance

49Très vite éjectée du débat public, la Résistance est malgré tout un phénomène qui a marqué des milliers d’hommes et de femmes. Il n’est donc pas inutile de se poser la question de savoir si cette expérience a modifié les comportements et les mentalités de ceux et de celles qui l’ont vécue et si, par-delà, elle a pu servir de vecteur de transformation de la société. Encore faut-il se demander si la Résistance portait réellement en elle des germes d’évolution ou si au contraire elle n’était qu’un reflet du monde qui l’entourait.

  • 19 Cf. pour plus de détails, F. Maerten, Du murmure... op. cit., p. 807-825. L’analyse porte sur 2 804 (...)

50L’analyse sérielle de l’impact de la profession sur divers paramètres de la lutte (type d’activité, choix du groupement, période d’entrée dans la Résistance, fonction exercée, répression subie) fournit une première ébauche de réponse19. Au-delà de la spécificité des attitudes propres à chaque catégorie socio-professionnelle se dessine clairement la constitution de deux ensembles. D’un côté se situent les ouvriers et, s’en rapprochant fort, les commerçants et artisans. Ils sont essentiellement attirés vers la lutte armée au sein de structures à connotation souvent communiste. Amenés à la Résistance un peu plus tard que les autres groupes, ils occupent généralement, à l’exception notable des métallurgistes, des fonctions subalternes d’exécution. Craints par l’occupant pour leurs opinions et leurs actions, ils sont la cible privilégiée de sa répression contre laquelle ils semblent disposer de peu de moyens de défense. Leurs pertes sont particulièrement importantes en 1944, année où l’opposition armée est la plus intense.

51Le reste du corps social constitue un bloc nettement moins homogène, son unité étant plutôt établie par opposition au monde ouvrier. Dans l’ensemble, on peut cependant dire que l’action non armée a sa préférence, qu’il se répartit entre une multitude de groupements, ses seules réticences importantes allant au monde communiste, qu’il occupe assez souvent des postes à responsabilité et qu’à l’exception des ecclésiastiques, il parvient à échapper à une répression trop féroce.

52Une analyse plus fine permet de scinder cette nébuleuse en deux. En effet, un certain nombre d’éléments des classes moyennes qu’on pourrait qualifier d’intellectuels (employés [surtout du secteur public], enseignants, ecclésiastiques) ainsi que les cadres supérieurs et membres des professions libérales occupent une place à part. Généralement chargés de la rédaction des feuilles clandestines, ils se trouvent souvent bien placés dans la hiérarchie de la Résistance et échappent dans leur grande majorité à la répression, grâce sans doute aux précautions particulières dont ils s’entourent. Ainsi et plus fondamentalement, les différences sociales se retrouvent dans la Résistance, que ce soit dans les types d’activités développées, les fonctions exercées ou même la répression subie.

  • 20 Cf. F. Maerten, « La Résistance, facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahi (...)
  • 21 Cf. notamment L. Douzou, « La Résistance, une affaire d’hommes ? », dans F. Rouquet et D. Voldman ( (...)

53Une enquête plus fouillée, associant analyse de la presse clandestine, sociographie et recueil de témoignages oraux, nuance un peu ces conclusions pour ce qui a trait à la position occupée par les femmes20. Sur le plan quantitatif d’abord, l’approche statistique montre que la part des opposantes dans la population résistante n’excède pas les 20 %. Que l’on estime cette proportion faible ou importante, il n’en demeure pas moins qu’elles sont encore nettement plus minoritaires que les hommes par rapport à l’ensemble de la population de leur genre « en âge de résister » (soit de 15 à 65 ans), peut-être 2 % de celle-ci. Même si on prend en compte une vision « maximaliste » de la Résistance féminine21, à savoir en particulier si l’on considère comme forme de Résistance le soutien passif aux hommes de l’ombre, le groupe reste de faible importance dans la population féminine de l’époque.

54Fondamental pour notre étude est aussi de savoir si cet engagement est porteur de valeurs novatrices, en particulier par rapport à la position des femmes dans la société. D’abord, et l’analyse de la presse clandestine l’a souligné de manière caricaturale, les responsables de la Résistance hennuyère, donc des hommes, ne tolèrent la présence féminine dans la lutte qu’à l’intérieur de limites bien précises qui renvoient le plus souvent au rôle traditionnel de la femme protectrice du foyer. Même si l’analyse sérielle témoigne d’un plus large éventail de fonctions dévolues au sexe féminin, elle montre que la réalité ne diverge pas fondamentalement de cette attente. En outre, elle fait ressortir combien les résistantes occupent des postes subalternes et à quel point le fait d’être mariée et plus encore mère constitue un handicap pour engager le combat. La mise en relation des diverses variables de l’approche statistique précise par ailleurs qu’au-delà de la différenciation due au sexe, les comportements et même dans une certaine mesure les destinées des résistantes fluctuent en fonction de stratifications héritées de la vie sociale de l’époque et relatives à l’âge, au milieu socio-professionnel, au niveau d’étude et à l’appartenance politique.

55L’enquête orale souligne que la plupart des résistantes se conforment à ces « règles » parce que généralement elles ne luttent pas pour un changement de société – et encore moins pour un changement de leur place dans cette société (leur entrée dans la Résistance est d’ailleurs le plus souvent sollicitée par des hommes) – mais plutôt pour une restauration de celle-ci. Cette fidélité à un certain ordre établi se traduit par la référence au patriotisme, valeur essentiellement transmise par la famille et en particulier par le père. Le respect envers ce dernier ou envers son image, lorsqu’il est décédé, n’est évidemment pas de nature à développer une conscience émancipatrice chez la résistante.

56Et pourtant il est indispensable de nuancer ce constat. D’abord le fait même d’avoir agi dans la Résistance, domaine qui relève incontestablement de la sphère publique, peut être considéré comme un progrès pour une gent féminine qui s’était vue de plus en plus refoulée vers le terrain privé à la suite de la grande crise. D’ailleurs, cet « accès » à la Résistance n’est pas donné à toutes : il touche surtout les femmes favorisées culturellement et rendues relativement autonomes par l’exercice d’une profession. Plusieurs d’entre elles sont même dès avant-guerre engagées idéologiquement, parfois de manière plus prononcée que leur père. Ensuite, et même si la structure de la société se reflète indubitablement dans la Résistance, la réalité du terrain nuance bien des schémas : unis face au danger, hommes et femmes entretiennent régulièrement des rapports bien plus égalitaires que dans la vie civile (c’est en particulier le cas quand les femmes ont un minimum de bagage intellectuel). En outre, l’épreuve traversée affermit généralement la personnalité de la femme qui éprouve pour ces deux raisons de grandes difficultés à se réadapter, à la Libération, à la condition féminine telle qu’elle lui est imposée par la société.

57La reprise d’une vie « normale » est d’autant plus ardue que l’expérience de la lutte n’a pas remis en jeu que les rapports de sexe : elle a aussi relativisé toute une série de clivages socio-culturels souvent considérés auparavant comme allant de soi. En outre, les bouleversements ressentis par les résistantes le sont aussi généralement par les hommes qui ont partagé avec elles une expérience difficilement transmissible à la grande majorité de la population, et même aux proches si ceux-ci n’y ont pas pris part. Ainsi la relation entre la résistante et son père est influencée par ce paramètre : elle évolue dans le sens d’un rapprochement ou d’un éloignement selon qu’ils aient ou non combattu ensemble. Tout cela débouche sur une puissante communion entre résistants et résistantes qui, naturellement, cherchent au lendemain de la guerre à vivre ensemble sur la base de cette expérience partagée. Dans l’esprit des anciennes opposantes rencontrées, cette communion rejette loin à l’arrière-plan toute idée d’émancipation féminine.

58Pourtant cette dernière notion fait implicitement partie des nouvelles valeurs que certaines d’entre elles, par leur engagement dans le domaine public, essaient de promouvoir au lendemain de la guerre. Mais leur implication dans la cité est souvent de courte durée, car très vite elles se rendent compte de leur incapacité à faire bouger une société qui n’a pas été bouleversée autant qu’elles par la guerre. Aussi se replient-elles généralement sur le domaine privé où, d’une certaine manière, elles peuvent mettre en pratique ce qu’elles ont vécu sous l’occupation. Lorsqu’elles sont en quête de contacts sociaux, elles les trouvent dans des associations patriotiques ou humanitaires, seuls lieux où elles parviennent à partager ou à transmettre des parcelles d’un vécu qui les a toutes marquées.

59Doublement marginalisées par leur statut de femmes résistantes, elles n’ont souvent d’autre choix dans la vie de tous les jours que de s’adapter à l’évolution du monde ambiant, participant au baby-boom de l’immédiat après-guerre et profitant comme les autres femmes de nos régions de l’évolution économique et culturelle des années 60 pour acquérir une certaine aisance matérielle et une plus grande autonomie personnelle. Quant aux valeurs notamment « féministes » défendues et surtout vécues dans la Résistance, elles les distillent çà et là, ne laissant sans doute dans la société hennuyère guère plus qu’une empreinte difficilement perceptible.

  • 22 F. Maerten, « Jeunesse et Résistance. Entre mythe et réalité. Le cas du Hainaut, 1940-1944 », dans (...)

60Une étude similaire, effectuée à partir d’un groupe par excellence porteur de changement, la jeunesse, fournit un constat guère plus positif22. Ainsi, la réponse à la question de savoir si la jeunesse occupe une place spécifique dans la Résistance hennuyère est pour le moins nuancée. Aux yeux des adultes engagés dans la lutte contre l’occupant, en tout cas de ceux dont on peut lire les textes dans le Hainaut, les jeunes ne constituent un groupe digne d’attention que de manière sporadique et en fonction d’intérêts bien précis. Il est en particulier frappant de constater qu’ils ne font l’objet d’aucun programme d’envergure cohérent pour l’après-guerre.

  • 23 La jeunesse est l’objet du même type d’attentes et d’appréhensions dans la Résistance française. CF (...)

61Les clandestins de droite accordent bien une certaine importance à la jeunesse pendant les deux, trois premières années de l’occupation, mais la campagne menée alors sert surtout à dénoncer les soi-disant carences de la société belge pendant l’entre-deux-guerres – manque de morale, de patriotisme, d’ordre et de discipline – et à faire de la jeunesse un instrument privilégié de sa rénovation. Ce rêve d’une jeunesse pilier d’une société rebâtie sur des principes d’autorité, laisse la place, en 1943-1944, à une sourde angoisse, celle d’être débordé par un pouvoir jeune, perméable à une manipulation que l’on situe aisément à l’extrême gauche. Cette crainte, partagée par les feuilles socialistes, est d’autant plus compréhensible que les communistes, profitant de la mise en place du travail obligatoire, développent à la même époque une intense propagande pour attirer les jeunes gens dans les rangs des mouvements qu’ils contrôlent23. Ainsi, de tous côtés, la jeunesse paraît bien être un instrument en vue de fins qui la dépassent.

62Cependant, du rêve – ou du cauchemar – à la réalité, il y a un très grand pas. Fondamentalement, la jeunesse n’est pas différente du reste de la population. Comme les adultes sur lesquels elle calque son attitude, elle cherche avant tout à se prémunir contre les aléas de l’occupation et adopte, dans sa grande majorité, une attitude de moindre mal. Quand de nombreux jeunes décident de se cacher en Belgique plutôt que de se rendre en Allemagne pour y travailler dans les usines, ce n’est pas d’abord par idéalisme mais par souci de préservation. Aussi n’est-il pas étonnant de constater que ces réfractaires sont, de manière générale, très réticents à engager la lutte armée dès l’occupation comme le réclament le PC et le FI. Dans l’ensemble, les résistants de 16 à 25 ans sont même un peu moins bien représentés proportionnellement que leurs aînés immédiats.

63Le goût de l’aventure, le besoin d’action mais aussi la témérité (ou l’inconscience) inhérents à la jeunesse conduisent les jeunes gens qui s’engagent à privilégier les coups de main contre l’ennemi, type d’action que les circonstances ne permettent le plus souvent que vers la fin de la guerre, pour autant que les cadres ne soient pas trop décimés par la répression, comme c’est le cas à Charleroi. Si les jeunes gens endossent le rôle conventionnel du jeune guerrier, les jeunes filles s’investissent aussi dans des formes traditionnelles, puisqu’elles servent surtout à transporter le courrier et des armes. Pour accomplir leurs tâches, les jeunes hommes disposent la plupart du temps d’une certaine autonomie, surtout lorsqu’ils sont à la pointe de l’action. Mais cette liberté qui sert bien les intérêts des mouvements – les jeunes sont souvent amenés à accomplir les missions les plus périlleuses – est contrôlée par les aînés et strictement limitée à la période de l’occupation.

64De toute façon, la jeunesse résistante n’a pas, semble-t-il, de projet propre à faire valoir pour l’après-guerre. Agissant par antifascisme ou plus souvent encore sur base d’un patriotisme s’appuyant sur une très forte germanophobie héritée de leur éducation, les jeunes résistants du Hainaut, excédés par le poids de l’occupation, désirent avant tout aider à chasser physiquement l’envahisseur du pays, sans autre arrière-pensée politique. En outre, le seul relais susceptible, non sans ambiguïté, d’être à ce niveau leur porte-parole, le Parti communiste, est lui-même exclu rapidement de toute sphère d’influence.

65À première vue, la seule contribution vraiment tangible de la Résistance à la société hennuyère est de lui avoir fait découvrir l’existence de femmes et surtout d’hommes capables de prendre la relève de ses dirigeants d’avant-guerre. Mais si l’on excepte un certain nombre de leaders syndicaux issus des CLS, en particulier des métallurgistes, ces hommes nouveaux ne se recrutent pas dans des milieux sociaux très différents de ceux qui prédominent avant 1940. Le renouvellement potentiel est essentiellement d’ordre générationnel, les leaders de la Résistance, âgés généralement de 30 à 40 ans, se sentant sans doute généralement prêts à assumer les rôles jusque-là dévolus à des responsables ayant allègrement dépassé la cinquantaine. Mais du rêve à la réalité, il y a une marge que le relatif immobilisme de la société hennuyère ne paraît guère permettre de franchir. Le succès politique rencontré après-guerre par les jeunes militants borains engagés dans la seule Résistance socialiste et qui se sont bien gardés de développer des liens avec le FI et le PC semble bien témoigner a contrario à quel point les élites politiques du Hainaut contrôlent – il vaudrait mieux dire filtrent – le sang neuf apporté par la Résistance. Ils le font d’autant plus facilement que la population retourne rapidement à ses anciennes habitudes électorales lors des scrutins de l’immédiat après-guerre. Les leaders politiques classiques, en l’occurrence les socialistes, ont à vrai dire l’habileté de répondre très vite à l’essentiel des attentes socio-économiques des Hennuyers. Le poids de la tradition, hérité de la « pilarisation » de la société belge, a sans doute fait le reste. Ainsi, et malgré notre désir de mettre en lumière les apports de la Résistance à son environnement humain, ceux-ci paraissent bien minces.

66On comprend d’autant plus l’amertume des anciens combattants de l’ombre que contrairement à ce qui s’est passé en France ou aux Pays-Bas, la Résistance n’a pas fonctionné comme mythe collectif ou pierre d’angle d’une nouvelle unité nationale. Pire encore, la patrie belge, une et indivisible, pour laquelle la plupart d’entre eux s’étaient battus, s’est transformée petit à petit en un État fédéral au devenir toujours plus aléatoire et à l’identité sans cesse remise en question. Par ailleurs, le système soviétique, qui pour beaucoup constituait un modèle, est mort de vieillesse. Ne reste plus dès lors que la défense de la démocratie, face à la montée de l’extrême droite. Au fond, par un curieux retour des choses, ne serait-ce pas aujourd’hui à la mémoire de la Résistance hennuyère à s’accommoder ?

Lettre d’Eugène Mongé, condamné à mort (7 juin 1944)

Lettre d’Eugène Mongé, condamné à mort (7 juin 1944)

(Bondues, Musée de la Résistance, R3)

Haut de page

Annexe

Discussion

Étienne Dejonghe : Bravo à Fabrice Maerten pour la prouesse de nous avoir donné l’essentiel de la question, en mettant l’accent sur la comparaison des situations entre le Hainaut belge, le Nord de la France et la France entière. Sa conclusion la plus frappante, c’est qu’en 44-45, dans le Nord et ailleurs, tous les mouvements, notamment communistes, parlent de révolution sociale, alors qu’en Belgique ce n’est pas le cas. Vous nous en avez donné les différentes raisons : un patronat très astucieux qui est en contact permanent avec Londres dès 1941, l’absence d’un phénomène Vichy comparée à la pénétration des rexistes…

Fabrice Maerten : marginaux à la fin de la guerre. C’est vrai, ils occupaient des postes importants dans l’administration, municipale surtout, mais ils n’obtiennent pas de relais dans la société belge. Alors quand la guerre est terminée, ils sont exclus ; il n’y a pas de révolution à faire puisqu’ils sont déjà marginalisés.

Étienne Dejonghe : ... la comparaison des partis frères, Parti communiste belge et le grand frère français, et surtout les points de concordance entre les deux partis socialistes, le POB et la SFIO.

Haut de page

Notes

1 Cette analyse se fonde essentiellement sur les résultats de notre thèse de doctorat en histoire défendue en 1996 à l’Université catholique de Louvain et publiée à Mons en 1999 sous le titre Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la Seconde Guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944), (Analectes d’histoire du Hainaut, t. 7), 3 vol. , Hannonia, 1176 p.

2 Au 31 décembre 1939, la province, d’une superficie d’environ 3 725 km2, compte 1 2343 90 habitants, soit 332 habitants/km2.

3 Sur cette question du poids de la mémoire de la Grande Guerre dans le Hainaut, voir F. Maerten, « Le poids du souvenir de 14-18 dans l’engagement résistant durant la Seconde Guerre mondiale. Le cas du Hainaut », dans F. Maerten, J.-P. Nandrin et L. Van Ypersele (dir.), Politique, imaginaire et éducation. Mélanges en l’honneur de Jacques Lory, Bruxelles, 2000, p. 89-125.

4 Appelés le plus souvent dans l’historiographie belge de la Résistance, Partisans armés, dénomination qui n’apparaît qu’à la Libération.

5 À ce propos, F. Maerten, « Le clergé du diocèse de Tournai face à l’occupation : la voie étroite », dans F. Maerten, F. Selleslagh et M. Van den Wijngaert, Entre la peste et le choléra. Vie et attitude des catholiques belges sous l’occupation, Gerpinnes, 1999, p. 127-163.

6 Voir à ce propos surtout Le travail obligatoire en Allemagne 1942-1945. Actes du symposium tenu à Bruxelles les 6 et 7 octobre 1992, Bruxelles, 1993.

7 Cette notion est très difficile à définir. On le fait généralement de manière résiduelle, en excluant les classes populaires, paysannes et ouvrières, et les classes dominantes qui exercent des activités de commandement. Sur la difficulté de déterminer ce groupe et sur son importance dans la Résistance, cf. notamment R. Lesage, « La participation des classes moyennes à la Résistance : l’exemple du département du Pas-de-Calais », dans La Résistance et les Européens du Nord, t. 1, Bruxelles 1994, p. 316-330.

8 Voir à ce propos les intéressantes réflexions développées par O. Wievorka dans son article « À la recherche de l’engagement », dans Vingtième siècle, n° 60, X-XII, 1998, p. 58-70.

9 Voir notamment les résultats de l’analyse sociographique élaborée sur la base de 3 060 cas dans le cadre de notre thèse (F. Maerten, Du murmure... op. cit., t. 2, p. 769-857).

10 Voir E. Verhoeyen, « Le gouvernement civil en exil et le soutien clandestin aux réfractaires », dans Le travail obligatoire en Allemagne..., art. cit., p. 133-162.

11 Cf. D. Luyten et G. Vanthemsche (dir.), Het Sociaal Pact van 1944. Oorsprong, betekenis en gevolgen. Acta van het historisch luik van het colloquium’50 Jaar Sociaal Pact’, Vrije Universiteit Brussel 8-9 december 1944, Bruxelles, 1995.

12 Cf. notamment J. Velaers et H. Van Goethem, « Léopold III en Belgique, sous l’Occupation », dans M. Dumoulin, M. Van den Wijngaert et V. Dujardin (dir.), Léopold III, Bruxelles, 2001, p. 141-170.

13 Sur ce mouvement de collaboration prédominant en Wallonie, cf. surtout M. Conway, Degrelle, les années de collaboration, Ottignies, 1994.

14 Au total, 27 personnes seront abattues par les rexistes. Cf. en particulier A. Lemaire, Le crime du 18 août ou les journées sanglantes des 17 et 18 août 1944 dans la région de Charleroi, Couillet, 1947 et F. Maerten, Du murmure..., op. cit., p. 106-107.

15 Cf. notamment P. Taghon, Belgique 44. La Libération, Bruxelles, 1993.

16 Cf. Y. Bourdon, C. Faucon, M. Toubeau, H. Huet, La poche de Mons. La libération, en septembre 1944, de la Région de Mons-Borinage-Bavai-Maubeuge, Ottignies, 1994.


17 Sur la place de la Résistance dans la société belge d’après-guerre, nous nous sommes essentiellement basé sur le dernier numéro de la collection, Jours de Guerre, Jours de Paix, Bruxelles, 2001 et plus particulièrement sur les articles de J. Gotovitch, « Communistes et Résistants : les (en) jeux de dupes d’une libération », p. 49-99 ; A. Colignon et J. Gotovitch, « Du sang, de la sueur, de l’encre », p. 101-125 et P. Lagrou, « La Résistance et la politique d’après-guerre », p. 127-155.

18 L’étude de la Résistance et de ses rapports avec le pouvoir à la Libération sortait du cadre strict de notre thèse. Pour les analyser, nous nous sommes appuyés sur les études mentionnées à la note précédente, sur R. Hemmerijckx, Het ABVV 1940-1949 : « Van Verzet tot Koude Oorlog », thèse de doctorat en histoire, Bruxelles, VUB, 2002, et surtout sur le rapport de travail réalisé par Frédéric Dauphin à partir du dépouillement des archives du Haut Commissariat à la Sécurité de l’État pour le Hainaut, texte inédit de 192 p. rédigé en mars 1998, et conservé au CEGES où se trouvent les dites archives.

19 Cf. pour plus de détails, F. Maerten, Du murmure... op. cit., p. 807-825. L’analyse porte sur 2 804 cas où la profession est connue.

20 Cf. F. Maerten, « La Résistance, facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahiers d’histoire du Temps présent, n° 4, 1998, p. 173-206. L’étude repose sur le dépouillement de plusieurs dizaines de feuilles clandestines, l’analyse d’un échantillon de 724 femmes et 4 776 hommes, ainsi que sur l’interview approfondie de 20 anciennes combattantes de l’ombre.

21 Cf. notamment L. Douzou, « La Résistance, une affaire d’hommes ? », dans F. Rouquet et D. Voldman (dir.), Identités féminines et violences politiques, Paris, 1995, p. 11-24 (Les Cahiers de l’IHTP, n° 31).

22 F. Maerten, « Jeunesse et Résistance. Entre mythe et réalité. Le cas du Hainaut, 1940-1944 », dans Cahiers d’histoire du Temps présent, n° 8, 2001, p. 257-305. Nous avons considéré comme jeunes, les personnes âgées au maximum de 25 ans lors de leur entrée dans la Résistance, soit essentiellement pour des raisons de commodité, celles nées après 1917. Sur un total de 5 008 cas, les jeunes ainsi définis sont au nombre de 1 112. Par ailleurs, 46 anciens résistants (36 hommes et 10 femmes) de cette même tranche d’âge ont été interrogés.

23 La jeunesse est l’objet du même type d’attentes et d’appréhensions dans la Résistance française. CF. J.-F. Muracciole, Les enfants de la défaite. La Résistance, l’éducation et la culture. Paris, 1998, spécialement p. 286-298.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre d’Eugène Mongé, condamné à mort (7 juin 1944)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/411/img-1.png
Fichier image/png, 432k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Maerten, « Résistance et société en Hainaut belge. Histoire d’une brève rencontre », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 77-98.

Référence électronique

Fabrice Maerten, « Résistance et société en Hainaut belge. Histoire d’une brève rencontre », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/411

Haut de page

Auteur

Fabrice Maerten

CEGES (Bruxelles)

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org