Navigation – Plan du site

La résistance des démocrates d’inspiration chrétienne en France : précocité et diversité

Bruno Bethouart
p. 99-122

Texte intégral

  • 1 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, (...)
  • 2 J. Fauvet, De Thorez à de Gaulle. Les forces politiques françaises, Paris, 1951, p. 168.

1Minoritaires et souvent marginalisés durant l’entre-deux-guerres, les démocrates d’inspiration chrétienne sont reconnus comme un élément majeur de la vie politique à la Libération : « le parti de la fidélité », associé au général de Gaulle dans l’esprit de la majorité des citoyens est l’une des composantes du nouveau champ politique. Maurice Schumann, premier président des républicains populaires, rappelle que « la part prise par ses fondateurs à la Résistance des premiers jours a conféré aux catholiques français la plénitude du droit de cité que leur avait contestée la IIIe République. Cette mission nous aurait été plus difficilement dévolue si nos options de l’avant-guerre ne nous avaient préparés au grand choix de 1940 »1. Dans une formule concentrée, Jacques Fauvet corrobore ce constat en rappelant que le MRP est « l’enfant d’une tradition et d’un accident »2. Le second élément, décisif, sert de révélateur à un courant de pensée qui, dans l’adversité et dès le départ, choisit majoritairement son camp au nom de ses propres valeurs spirituelles. La diversité, la continuité et l’authenticité de l’engagement résistant de ces hommes ont non seulement contrebalancé certaines prises de position de la hiérarchie catholique mais rendu logique et obligatoire, le jour venu, leur présence aux affaires de l’État. La Résistance, véritable test de confiance, est le creuset où se forge la crédibilité des républicains populaires.

Précocité de la résistance

Des syndicalistes chrétiens habitués à la résistance

  • 3 J.-L. Clément, Mgr Saliège, archevêque de Toulouse, Paris, Beauchesne, 1994, p. 35.


2Ces hommes doivent vaincre les obstacles d’abord au sein de l’Église, où la plupart des catholiques restent méfiants devant toute forme d’organisation sociale renouvelée. Ils doivent également faire face aux tentatives d’intimidation de certains patrons du textile, de la métallurgie qui ne comprennent pas leur combat pour la dignité ouvrière. Pour raffermir leurs convictions, ces militants syndicalistes peuvent compter sur le soutien de certains prélats comme le cardinal Liénart, évêque de Lille, et Mgr Saliège, archevêque de Toulouse. En 1936, les dirigeants ouvriers chrétiens doivent résister à la pression des responsables de la CGT en faveur d’un retour à l’unité syndicale qui mettrait fin au pluralisme. Dans la région parisienne, à Nancy, dans le département du Rhône, des tentatives d’intimidation visent à obliger les membres de la CFTC à adhérer à la CGT. L’ouest n’est pas épargné puisqu’en Loire inférieure, à Saint-Nazaire, « bon nombre de syndiqués chrétiens ont été contraints de prendre la carte de la CGT pour pouvoir continuer à travailler ». Le bassin houiller du Pas-de-Calais est le lieu des affrontements les plus significatifs. La résistance victorieuse des syndicalistes chrétiens leur permet de conserver leur identité tout en partageant avec leurs concurrents le souhait d’un changement socio-économique. Mgr Saliège, dès la fin du mois de juin 1936, marque son soutien à la CFTC et souligne que « de l’avis unanime, l’état social ne peut durer. Fondé sur la suprématie de l’argent, vidé de tout esprit chrétien, entaché d’injustice et d’égoïsme, il est un désordre. Le christianisme n’est pas solidaire du capitalisme »3.

Le refus de l’occupation étrangère

  • 4 J.-D. Durand, op. cit. p. 220.

  • 5 Y.-M. Hilaire, « Des Chrétiens dans la Résistance », Notre Histoire, septembre 1994, n° 114, p. 28. (...)
  • 6 Églises et Chrétiens dans la IIe guerre mondiale. La Région Rhône-Alpes, Colloque de Grenoble, 1976 (...)
  • 7 R. Bichet, La Démocratie chrétienne en France : le MRP, Besançon, Jacques et Demontrond, 1980, p. 3 (...)

3Georges Bidault rappelle qu’« à l’origine de la Résistance, il y a une disposition d’esprit, plus encore un trait de caractère ». Le 17 juin 1940, Edmond Michelet reprend les mots de Péguy dans un tract : « En temps de guerre, celui qui ne se rend pas est mon homme quel qu’il soit, d’où qu’il vienne et quel que soit son parti. Il ne se rend point, c’est tout ce qu’on lui demande »4. Il considère que « ce sont les hommes des Nouvelles Équipes Françaises (NEF) qui ont constitué la première infrastructure de la Résistance, au moins en zone occupée »5. Le 19 juin, Gilbert Dru, responsable jéciste à Lyon, écrit à Jean-Marie Domenach : « Battue par les armes, la France n’est pas morte, si nous le voulons »6. Le 22 juin André Colin, président de l’ACJF, lance un appel de Beyrouth appelant « à la lutte contre l’ennemi dans l’Empire français même si la bataille de France est terminée »7.

  • 8 Centre d’études Edmond Michelet, Brive, correspondance E. Borne et E. Michelet pour la période 1938 (...)

4Au mois d’août après la dissolution des Confédérations syndicales par le gouvernement de Pétain, Gaston Tessier devient un farouche partisan du général de Gaulle. Alors qu’il doit veiller sur les locaux de la Confédération chrétienne, il dénonce les perquisitions faites au siège par les autorités allemandes. Le 28 août 1940, Étienne Borne rencontre, dans une librairie à Vichy, une personne qui « en ce moment ne pouvait supporter que du Mauriac, du Péguy ou du Bernanos ». Dans un courrier à Edmond Michelet, il confie sa joie d’une telle réaction : « Et moi, je me disais que nous sommes plus nombreux que nous n’osons le croire à penser les mêmes choses [...]. Mêmes désarmés, il nous reste des armes. Nous avons, si nous le voulons, une grande victoire morale à gagner »8.

  • 9 Journal du Père Merklen, communiqué par Y.-M. Hilaire.


5Dès cet été 1940, dans la région lilloise, les Flandres, le bassin minier, la région d’Arras, les Ardennes, la Lorraine, l’occupation allemande rappelle de mauvais souvenirs liés à la guerre 1914-1918 : elle engendre spontanément une anglophilie confirmée par le témoignage du père Merklen en mars 1942 : « Gaston Tessier m’a raconté comment en zone occupée les 9/10e de la population sont anglophiles et parfois même gaullistes surtout aux deux extrémités de la carte, la Bretagne et le Nord »9.

L’antinazisme doctrinal

  • 10 Revue du Nord, n° 238, juillet-septembre 1978, témoignage de Paul Vignaux, p. 700.

  • 11 S. Tranoy, Étienne Borne, théoricien et militant démocrate chrétien, Lille 3, DEA, 1995, sous la di (...)

6Des démocrates chrétiens, en minorité selon le témoignage de Paul Vignaux, sont enclins à accepter le répit offert par la conférence de Munich et ne veulent pas croire au caractère inéluctable du conflit10. Tous cependant considèrent que le nazisme relève du totalitarisme : La Documentation catholique fournit l’information aux journaux chrétiens et accorde une grande place à la critique du nazisme. Les éditoriaux de Georges Bidault dans L’Aube, journal démocrate chrétien, les articles de Joseph Vialatoux dans La Chronique sociale qui touche 1800 abonnés, les articles des pères Lebreton et Fessard, dans la revue Études dès 1938, attirent l’attention sur le danger nazi. Étienne Borne organise des conférences débats à thèmes traitant de cette idéologie. Le 8 février 1939, à Douai, il présente les théories racistes et leurs conséquences. En conclusion, il insiste sur l’attitude nécessaire du chrétien : « ce ne peut être qu’une position d’hostilité. Il peut y avoir un problème juif : agiter des passions antisémites ne peut aider à le résoudre »11.

  • 12 Archives de J. Catoire.


7Ce combat est encouragé par les positions claires du souverain pontife. L’encyclique de Pie XI, Mit Brennender Sorge, datée du 14 mars 1937, dénonce le danger nazi. L’Aube publie de larges extraits de ce texte et ouvre à nouveau largement ses colonnes pour une autre encyclique, Divini Redemptoris qui, le 19 mars suivant, condamne le communisme. Les démocrates-chrétiens, à la suite du pontife, combattent l’erreur doctrinale des marxistes mais aussi, à partir de l’été 1940, le choix stratégique de L’Humanité clandestine qui critique « le mouvement foncièrement réactionnaire et antidémocratique lancé par de Gaulle »12.

  • 13 M. Fourcade, « Notre responsabilité de chrétiens dans le conflit de l’Église et du monde », Cahiers (...)

8Cette lucidité se retrouve à la veille du conflit dans le cercle des amis des Maritain. Dans la collection des Îles sont publiés Thomas More de Daniel Sargent, et l’œuvre de Gertrud von Le Fort, La dernière à l’échafaud, qui devient par la suite Le dialogue des Carmélites sous la plume de Georges Bernanos. Ces textes rappellent que « César » n’a pas tous les droits. Des contacts avec le pasteur Pierre Maury, qui fait connaître la pensée de Karl Barth en France, permettent d’envisager un dialogue sans concession en vue de la recherche d’une unité face aux dangers de la situation présente. Lors de la dernière des rencontres œcuméniques en juin 1939 à Bièvres à l’initiative du pasteur Maury, de Suzanne de Dietrich et du pasteur Visser’t Hooft, en présence d’anglicans, d’orthodoxes, du père Congar, de Maritain, les sujets à l’ordre du jour évoquent les cas possibles d’opposition à certains types d’État, la résistance à la pénétration d’idéologies contemporaines dans l’Église, les exigences de l’Église, des Églises à l’égard de tout État, les cas de guerre légitime pour le chrétien. Jacques Maritain mentionne la possibilité d’un front chrétien « dans un domaine spécial et bien déterminé, celui des activités de miséricorde évangélique et de charité fraternelle envers les victimes, quelles qu’elles soient, de la barbarie du monde actuel »13.

  • 14 M. Fourcade, op. cit., p. 35.

9Certaines revues s’engagent contre le totalitarisme. Le père Maydieu, dominicain, a lancé dès 1928 une revue, La Vie intellectuelle, dont Étienne Borne estime que son honneur est « d’avoir inventé la Résistance avant la Résistance même ». La revue Sept, créée par les dominicains en 1934 et dans laquelle Maritain et ses amis jouent un rôle important, participe à cette préparation de l’esprit de résistance. Lors de la suspension de Sept en août 1937, Stanislas Fumet prend la direction du nouvel hebdomadaire Temps présent chargé de prendre la relève. Le réseau des « Amis de Temps présent » s’étend aux démocrates-chrétiens, en reprenant l’héritage de la Vie catholique, en pratiquant le rapprochement avec L’Aube. Aidé d’André Frossard, de Louis Cruvillier, Stanislas Fumet anime les réseaux des Amis de Temps présent, fait reparaître l’hebdomadaire au grand jour à Lyon à partir de Noël 1940 sous le titre Temps nouveau qui est interdit quelques mois plus tard. Louis Terrenoire se souvient que les locaux de l’hebdomadaire au 12, rue de Constantine, sont un « havre de résistance »14 : « Nos bureaux recevaient la visite des premiers résistants déjà en action : François de Menthon, Bertie Albrecht, Claudius-Petit, où ils nous adressaient des messages à lire entre les lignes comme Pierre-Henri Teitgen de Montpellier ». Louis Aragon s’inspire de Stanislas Fumet pour écrire le poème de « la rose et du réséda », avec « celui qui croyait au ciel et de celui qui n’y croyait pas ». Serge Ravanel, jeune colonel FFI, futur chef de la Résistance dans la région de Toulouse participe au groupe de Temps nouveau : « bien vite je m’aperçois que, derrière cette couverture, mon groupe chrétien cache d’autres activités [...]. Je n’ai jamais su comment mes amis se débrouillaient, mais on trouvera, rue de Constantine, au fil des mois, la plupart des journaux clandestins de l’époque ». Stanislas Fumet met en relation Henri Frenay et le RP Chaillet.

Diversité des activités résistantes démocrates chrétiennes

Au sein de l’institution ecclésiale

  • 15 Y.-M. Hilaire, « La jeunesse dans l’Église : un renouveau spirituel et intellectuel (vers 1938- ver (...)

10La période est propice aux initiatives engendrées par les nécessités de l’heure. L’interdiction des syndicats propulse les mouvements de jeunesse sur le devant de la scène. Après les disparitions sur le champ d’honneur de nombreux scouts tels que Guy de Larigaudie en 1940, les organisations chrétiennes durant la débâcle de mai-juin 1940 assurent des fonctions de suppléance ; elles accueillent des réfugiés, prennent en charge des évacués, organisent diverses collectes. La JEC met en place 200 centres d’accueil de militants durant l’été 1942 au lieu de 80 avant-guerre et la JOC rassemble 150 000 jeunes en 1942 pour le congrès du XVe anniversaire en zone sud. « En 1942, on peut considérer que 600 000 à 700 000 jeunes gens et jeunes filles se rattachent aux mouvements spécialisés » estime Yves-Marie Hilaire15. En ajoutant les scouts, les mouvements protestants, près d’un million de jeunes sont donc dans cette mouvance. Le combat contre une jeunesse unique au service de la Révolution nationale, les critiques du racisme et de l’antisémitisme puis, par la suite, du service du travail obligatoire en 1943 sont des gestes de refus de l’inacceptable. Reconnus en tant que représentants d’une jeunesse organisée, les mouvements disposent d’une certaine autonomie et de quelques facilités de ravitaillement pour leurs camps et sessions.

11L’ACJF, animée par Albert Gortais et Maurice-René Simonnet, réunit les conseils nationaux à Lyon en janvier 1941 et en janvier 1942 puis à Avignon en mars 1943 et à Montmartre en novembre 1943 avec, comme thèmes évoqués, la lutte contre les idéologies nazie et maurrassienne, le refus de l’organisation unique. Après avoir été tentée de participer à sa manière au redressement de la France en 1940-1942, l’ACJF, par l’entremise de ses dirigeants nationaux, évolue vers un soutien voire un engagement en faveur de la Résistance. Rémy Montagne, dirigeant national, prononce à Montmartre en novembre 1943, un vibrant hommage à la Déclaration des droits de l’homme. L’aide aux réfugiés, aux Juifs, aux résistants entraîne peu à peu une prise de conscience de l’injustice des mesures vichystes, notamment dans les milieux toulousains et lyonnais en zone sud. Le soutien et l’engagement de leurs aumôniers tels que le père de Montcheuil, professeur à l’Institut catholique de Paris depuis 1935 et aumônier d’équipes JECF en Sorbonne, les renforcent dans leur conviction. La JOC devient, surtout en zone occupée, un milieu où la Résistance peut bénéficier de complicités notamment à partir de 1942.

  • 16 Journal du Père Merklen, communiqué par Y.-M. Hilaire, Rome, cahier J 507, p. 78.


12Après une période d’engouement pour la Révolution nationale, alors que d’autres continuent de « s’accommoder » du régime, une partie des catholiques commence à critiquer le gouvernement de Vichy, notamment après le retour de Laval au pouvoir en avril 1942. Dans la hiérarchie, il faut attendre quelque temps pour que des critiques se manifestent. Le cardinal Gerlier a confié plus tard à Jean Lacroix16 : « J’ai dit moi-même, si vous saviez à quel point je le regrette : Pétain c’est la France et la France aujourd’hui c’est Pétain ». Dans cette phrase, il résume l’opinion de la majorité des Français, des catholiques, des évêques en 1940. Certains responsables diocésains tels Mgr Dutoit, évêque du diocèse d’Arras et le cardinal Liénart ont connu personnellement le héros de Verdun, la majorité des membres de l’épiscopat le considère comme l’homme providentiel qui peut « restaurer le pays ». Alors que certains évêques manquent visiblement de prudence politique, d’autres très rapidement sont déçus par les positions du maréchal. Mgr Saliège, au début de l’année 1941, n’hésite pas à critiquer les méandres de la politique scolaire de Jérôme Carcopino. Plus tard il rappelle que « l’État français demeure neutre, il demeure païen ». Il s’inquiète comme Mgr Théas et beaucoup d’évêques au printemps 1941, des projets de parti unique, de jeunesse unique. En septembre 1941, le cardinal Liénart, pourtant partisan d’un « loyalisme sans inféodation », rappelle que « Notre Dieu ce n’est pas l’État, ce n’est pas la Communauté nationale ». Les rafles de l’été 1942 amènent six évêques de la zone sud dont Mgrs Saliège, Théas et Gerlier à dénoncer fermement cette politique antisémite.

Une résistance spirituelle

  • 17 M. Fourcade, « Notre responsabilité de chrétiens dans le conflit de l’Église et du monde », op. cit (...)

13Elle se fait entendre par la voix de grands prophètes de la pensée chrétienne. Jacques Maritain représente le général de Gaulle aux États-Unis et s’exprime à La voix de l’Amérique. Il fait paraître, en janvier 1941, À travers le désastre aux éditions new-yorkaises de la Maison française. Cet essai, bref et dense, offre « la révélation subite et magnifique d’un Maritain historien sensible aux interférences les plus révélatrices et les plus complexes du calvaire national de 1940 »17. Le philosophe décrit d’abord l’état d’un peuple « politiquement démoralisé » entré dans une relation « de symbiose parasitaire » avec la classe politique où règne « les hypnotiseurs des nations ». Il voit dans l’armistice « l’esclavage total » et pressent dans la France « une victime enserrée par l’amitié du bourreau ». Il rejoint le général de Gaulle et certains démocrates chrétiens dans la critique absolue de l’esprit de compromission. Espérant que le chef de la France libre tiendrait « la ligne Jeanne d’Arc », il est conscient des incertitudes du projet de ce jeune général, de la distance entre ses ambitions et ses moyens. L’espoir d’un sursaut patriotique du maréchal qui lui fait craindre « un post-Pétain plus grave que le Pétain lui-même » ne lui interdit pas une critique féroce de la « fuite dans la morale » des vichystes qui réconcilient le sabre et le goupillon et se livrent à « l’exploitation politique des apparences religieuses ».

14Maritain termine son essai par un acte de foi dans la démocratie suspendue à la révélation biblique. En effet « l’apocalypse ne fait que commencer. Il est à penser que la liquidation dont la présente guerre n’est qu’un épisode se fera par étapes ». Il faut donc « que ceux qui ne veulent pas céder à la Bête descendent dans les catacombes de l’histoire, et y inventent des moyens inédits de résister au mal ».

  • 18 M. Fourcade, op. cit., p. 52.
  • 19 M. Fourcade, op. cit., p. 38.
  • 20 Notre Histoire, op. cit., n° 114, p 25, Y.-M. Hilaire.


15Maritain peut être considéré comme un inspirateur de la Résistance tant son influence est forte chez les premiers grands résistants comme Edmond Michelet ou même Charles de Gaulle, lecteur de Temps Présent. L’impact sur les résistants est spectaculaire. Claude Bourdet dans un rapport envoyé à Maritain en date du 18 août 194218 révèle que la presque totalité des amis communs d’avant-guerre y joue un rôle actif, souvent important. « Pour la première fois, des masses populaires importantes ont à leur tête des hommes de notre esprit : ce sont eux qui ont relevé la tête les premiers - on les a suivis, et on continue à les suivre. Il me paraît terriblement important que vous soyez exactement informé de ce qui se passe en ce moment, de ce qui va se passer probablement demain. Car si le terme élimé d’« ambassadeur de la pensée française » a un sens concret, c’est pour vous désigner. Votre action, pour la France peut être capitale - votre inaction, faute de compréhension exacte de la situation pourrait jouer un rôle fatal ». L’ouvrage est « lu avec émotion » selon Pierre Mendès-France19, Michel Debré se souvient : « dans les deux zones, j’ai suivi avec attention la presse clandestine variée, abondante. [....]. De l’étranger, nous arrivaient des livres, comme ceux de Jacques Maritain et de Georges Bernanos ou l’étonnante collection des Cahiers du Rhône »20.

  • 21 Mgr G. Gaucher, Georges Bernanos ou l’invincible espérance, Paris, Cerf, 1994, p. 90.

16Georges Bernanos trouve également un large écho chez les résistants d’inspiration chrétienne. Au Brésil depuis 1938, il apprend le désastre de juin 1940 et se met à écrire un journal intime où il exprime son angoisse. L’ouvrage n’est publié qu’en 1949 sous le titre Les Enfants humiliés mais il permet de comprendre les motivations de sa révolte contre l’inacceptable défaite. Ses fils et ses neveux s’engagent dans les armées de la France Libre. En 1941, il écrit La Lettre aux Anglais publiée à la NRF et donne régulièrement des messages pour la BBC et des articles aux journaux brésiliens. Ses articles paraissent dans la presse sous le titre Écrits de combat. Ses prises de position inspirent de nombreux résistants qui lui savent gré d’avoir écrit en 1938 Les grands cimetières sous la lune. Ses articles dans les journaux brésiliens atteignent un public plus large : « le romancier est devenu une sorte de prophète qui défend les valeurs bafouées »21.

  • 22 R. Bédarida, Les armes de l’esprit, TC, 1941-1944, Paris, Éditions Ouvrières, 1977, ainsi que dans (...)
  • 23 L’Écho de la Résistance, 29.04.1972.
  • 24 Une des originalités du MOC dans le diocèse d’Arras est la forte synergie entre la JOC et la CFTC g (...)

17La revue Témoignage chrétien rassemble également de nombreux démocrates-chrétiens autour des pères Chaillet, Fessard et de Lubac. Dès 1938, le père Chaillet publie une brochure L’Autriche souffrante et n’hésite pas à donner des conférences où il dénonce les dangers du nazisme. Il est en Hongrie lorsqu’il apprend le désastre de 1940. De retour en France en janvier 1941, malgré une surveillance du régime vichyste, ce jésuite, professeur de théologie à Fourvière, décide à l’automne de se lancer dans l’aventure des cahiers de Témoignage Chrétien décrite par Renée Bédarida22. Parallèlement, le père Chaillet fonde et anime « l’Amitié chrétienne » qui s’efforce de sauver des enfants juifs et qui aboutit à la création du COSOR (Comité des œuvres sociales de la Résistance). À la Libération, il est nommé sous-secrétaire d’État aux Affaires sociales23. Le premier exemplaire de TC intitulé France, prends garde de perdre ton âme, date de novembre 1941 : il est diffusé dans la région rhodanienne et très rapidement sur l’ensemble de la zone libre en 1942. À Toulouse, le syndicaliste Marcel Vanhove, à Montpellier Mme Pierre-Henri Teitgen, à Brive et dans le Sud-Ouest Edmond Michelet aidé par Étienne Borne, impriment et distribuent des exemplaires de façon clandestine. À partir de 1943, un complément plus bref, le Courrier de Témoignage chrétien, tract distribué dans les quartiers, dans les usines, permet de toucher le milieu populaire. Le souci de couvrir l’espace géographique se conjugue avec le besoin d’informer toutes les couches sociales. Le Courrier est tiré à 150 000 exemplaires et cherche à toucher le plus grand nombre possible de personnes. Le mouvement TC ne parvient pas jusqu’en 1943 malgré les efforts du syndicaliste Marcel Vanhove, technicien à Toulouse, originaire du Nord, à franchir la ligne de démarcation. Deux hommes acceptent de prendre en charge la diffusion et de gérer le réseau des propagandistes, René Théry pour le département du Nord en lien avec certains professeurs des Facultés catholiques et Jules Catoire aidé par son réseau de syndicalistes pour le Pas-de-Calais. Sur la place d’Arras comme dans le bassin houiller, des syndicalistes diffusent Témoignage Chrétien. Les cahiers s’attachent à justifier sur le plan théorique le refus de la Charte du Travail ; ils sont des outils de réflexion, des références dans les réunions des chrétiens de la LOC, puis du MPF ou du Mouvement Ouvrier chrétien (MOC)24.

  • 25 M. Fourcade, op. cit., p. 39.

  • 26 Carrefour, 30 10.1963, témoignage de Jean Letourneau.


18De véritables éditions clandestines sont mises en place dès 194125 comme celle réalisée par Vercors à Paris avec Le Silence de la mer puis, en novembre 1942, le texte de Maritain À travers le désastre. Avec Le Cahier noir de Forez alias Mauriac, La Lettre aux Anglais de Georges Bernanos, les Chrétiens sont donc présents dans la résistance spirituelle et leur influence déborde largement le cadre des milieux ecclésiaux : « Les militants catholiques ont pris dans notre pays une place importante et nous ne craignons pas de l’écrire, prépondérante, à la tête du mouvement de Résistance dont, bien souvent, ils ont pris l’initiative et dont ils demeurent les animateurs. D’abord sur le plan de la pensée : aux États-Unis, Jacques Maritain a pu, dès septembre 1940 exposer avec puissance et lucidité la psychologie du peuple français. En zone libre, Esprit et Temps Nouveau ont poursuivi courageusement le bon combat jusqu’au jour de leur suppression ». Francisque Gay, diffuseur de Témoignage Chrétien, propose à Émilien Amaury qui anime le Groupe de la rue de Lille d’imprimer en vue d’une distribution clandestine les discours du général de Gaulle sous le titre Pages d’histoire26.

Au cœur des grandes luttes nationales

  • 27 M. Launay, « Les syndicats chrétiens du Nord de la France, 1940-1944 », Revue du Nord, n° 238, juil (...)
  • 28 Polycopiés du rapport de J. Catoire, sur l’action des syndicats chrétiens, Archives de J. Catoire.

19Le combat contre la Charte du Travail représente un enjeu essentiel pour les syndicalistes chrétiens27. L’article premier de la loi du 16 août 1940 supprime « les groupements généraux rassemblant, à l’échelle nationale, les organisations patronales et ouvrières » : la Confédération chrétienne est ainsi dissoute au même titre que la CGT ou la CGPF (Confédération générale du Patronat Français). L’article 2 met en place, dans chaque branche d’industrie ou de commerce, un Comité d’organisation chargé provisoirement de la gestion de la production. Les syndicats locaux sont soumis au contrôle de ces nouvelles institutions : la structure nationale, régionale et départementale des syndicats est donc appelée à disparaître. Les décrets d’application de dissolution paraissent au Journal Officiel le 9 novembre 1940. Six jours plus tard, le Manifeste des douze, signé par 9 cégétistes et 3 syndicalistes chrétiens (Maurice Bouladoux, Gaston Tessier et Jules Zirnheld), dénonce les mesures prises par Vichy. Dès le mois d’octobre à l’initiative de Louis Naillod, responsable de l’Union Départementale du Rhône, et de Marcel Poimboeuf, secrétaire général de la Fédération des Employés, s’est constitué en zone sud un Comité interrégional de liaison des organisations syndicales chrétiennes »28. Paul Bacon, réfugié à Lyon, crée le Centre ouvrier d’études et d’information (COEI) dont le but est de protéger les syndiqués contre « les racoleurs de la Charte du Travail » en proposant un argumentaire face aux décisions de Vichy.

  • 29 M. Launay, « Les syndicats chrétiens du Nord de la France, 1940-1944 », Revue du Nord, op. cit., p. (...)
  • 30 L. Delaby, La Trouée, Liévin, Imprimerie La Centrale, 1977, p. 129, p. 135.

  • 31 Polycopiés, rapport de Jacques Tessier pour la CFTC. Paris, 31 janvier 1974, archives de J. Catoire (...)
  • 32 Revue du Nord, op. cit., André Caudron, p. 609, Paul Vignaux, p. 700.
  • 33 J.-L. Clément, op. cit., p. 179.
  • 34 Archives de J. Catoire.

20Cette fermeté n’est pas partagée par l’ensemble des syndicalistes chrétiens et, à plus forte raison, par la totalité du monde catholique français qui voit en Pétain le recours face « aux malheurs du temps ». Les principes corporatistes ne contredisent pas la doctrine sociale pontificale et permettent de mettre un terme à la lutte des classes. Jean Pérès, secrétaire de la Fédération de la métallurgie, refuse ce qu’il considère comme un procès d’intention au régime. Il veut aussi, de cette manière, rééquilibrer le rapport de forces au sein de la CFTC qui avantage trop, selon lui, la puissante Fédération des employés. La centrale syndicale se trouve donc non seulement supprimée de fait mais divisée entre « le groupe des Lyonnais », adversaires de Vichy autour de Guérin, Vignaux et Brodier le Toulousain, et « le groupe des Parisiens » avec Pérès, Jules Mennelet, Mlle Lafeuille29. Dans cette lutte doctrinale et structurelle, Gaston Tessier peut s’appuyer aussi sur l’Union régionale du Nord qui lui apporte un renfort décisif venant de la zone interdite. L’Union départementale du Pas-de-Calais est l’âme de ce soutien sans failles. Dès le 17 novembre 1940, à la suite de la dissolution de la confédération syndicale chrétienne, Louis Delaby à Lens s’étonne de cette mesure30 : « Ce que les adversaires de la vraie liberté syndicale, ce que les ennemis jurés ou non avoués du syndicalisme chrétien n’avaient pas réussi à faire en 20 ans, un gouvernement né de nos malheurs le réalise en un tour de main. [...] Nous ne pouvons pas croire que la tâche du syndicalisme chrétien soit terminée au moment même où, au contraire, sa nécessité s’impose plus que jamais ». Jules Zirnheld, le président de l’ex-Confédération chrétienne, est plus nuancé : « si nous avons fait notre devoir, la Providence nous aidera, si on nous fait faire un travail contraire, nous quitterons ». Il décède le 18 décembre : « nous pouvons dire que les récents événements qui l’ont beaucoup affecté, ont abrégé son existence » constate Gaston Tessier dans une lettre-circulaire du 4 janvier 194131. Dès le 15 décembre 1940, Jean Brodier, responsable de l’UD des Syndicats Libres de Haute-Garonne organise à Toulouse une rencontre32 qui permet d’instituer des contacts réguliers entre la CFTC et la CGT devenues clandestines. Toulouse est en effet devenue un des centres de résistance en zone libre. Dès le mois d’août 1940, Jean Brodier entre en liaison avec Julien Forgues, secrétaire de l’UD-CGT et avec Robert Bothereau et Georges Buisson, secrétaires de la centrale cégétiste. Le 1er mai 1941, l’archevêque de Toulouse, le cardinal Saliège, penche pour ceux qui refusent d’appliquer la Charte du Travail en déclarant : « on ne peut reconstruire la France si on ne respecte pas vos droits [...]. Je prie pour la liberté syndicale »33. En 1941, une motion votée par les syndicats départementaux clandestins est très largement diffusée. Elle rappelle la position traditionnelle du syndicalisme chrétien en faveur du « syndicat libre dans la profession organisée ». Marcel Poimboeuf est désigné pour défendre le point de vue des syndicats chrétiens dans un comité officiel chargé de préparer la future Charte du Travail. Il fait part d’une protestation publique signée par Gaston Tessier contre le vote en faveur du syndicat unique. La loi du 4 octobre 1941 au Journal Officiel du 26 octobre, instituant une « Charte du Travail », modifie profondément les structures syndicales : un syndicat unique est créé, tant au plan de chaque entreprise qu’au niveau local, régional et national. Les dirigeants restent partagés sur l’attitude à adopter en ce mois de novembre 1941 : certains, par réalisme mais aussi par adhésion à Vichy, voudraient « tenter l’expérience », d’autres refusent cette étatisation et prônent l’abstention totale. Le débat reste largement ouvert à la fin de cette année 1941. Jules Mennelet organise à Paris, le 16 novembre, une rencontre des ex-CFTC : dans le sillage de Gaston Tessier, Georges Torcq, Charlemagne Broutin et Jules Catoire ; les nordistes défendent le choix du refus de participer. Une partie des délégués derrière Jean Pérès, tout en étant également opposée au texte, veut tenter l’expérience d’une participation aux rouages. Le lendemain, les responsables nordistes décident d’envoyer une lettre au Maréchal dans laquelle ils évoquent « leur immense déception » devant cette Charte qui prend « exactement le contre-pied des solutions que nous préconisions ». En conclusion les dirigeants demandent, avant la mise en œuvre, « de reconsidérer l’ensemble du problème et de ne pas laisser s’aggraver un malentendu redoutable. Pour porter ses fruits, la Charte doit rencontrer la confiance ouvrière. Cette confiance n’existe pas ». Une abstention ferme succède à « une abstention digne ». Les 7 et 8 septembre 1942, les premiers décrets d’application de la loi du 4 octobre ruinent les derniers espoirs de revirement ultime. La confiance des syndicalistes dans la justesse de leur combat est renforcée par le soutien de leurs pasteurs. Mgr Hoguet, vicaire épiscopal du diocèse d’Arras et maître spirituel de Jules Catoire, n’hésite pas à contester les arguments du Père Villain, jésuite, favorable à la participation. Il condamne la légitimité du syndicat unique au nom du droit naturel d’association et de l’atteinte à la liberté de choix pour les ouvriers : « ne serait-ce pas odieux si le Peuple avait l’impression que nous les catholiques, après avoir conquis toutes nos libertés, nous faisions bon marché des siennes. Nous rejetterions bien loin de nous la classe ouvrière et il faudrait bien des années pour réparer le désastre que nous aurions causé »34.

  • 35 Archives nationales, Fonds FFSPM, 50 A.S.

  • 36 B. Béthouart, « Les syndicats et la pêche de Fécamp à Dunkerque de 1914 aux années 1970 », dans P.  (...)

21Une minorité de syndiqués du Nord, une majorité des syndiqués chrétiens de la Seine et d’autres en zone libre ne partagent pas ce choix. Cette tendance participationniste est renforcée par la publication de la note de l’épiscopat le 22 octobre 1942 demandant aux syndicats chrétiens d’accepter la Charte. Devant une situation ambiguë, les syndicats du Nord pressent Gaston Tessier d’organiser une réunion générale qui est fixée aux 15 et 16 mai 1943. Elle aboutit à une interdiction formelle de participer aux conseils des Fédérations. Un « Comité national de liaison » clandestin est constitué sous la direction d’un bureau central présidé par Gaston Tessier assisté de Jean Brodier comme secrétaire. Le secrétariat de ce comité est installé dans l’UD du Nord, Robert Vansieleghem en assure le fonctionnement. La Fédération des Cheminots, encore réticente, se rallie le 19 décembre 1943. Seule la Fédération Française des Syndicats Professionnels de Marins (FFSPM) d’Ernest Lamort n’obéit pas aux consignes35. Affiliée à la CFTC depuis 1932, cette fédération forte de 6 000 syndiqués dont 3 000 en Bretagne est sensible, comme les syndicats paysans, à certaines propositions telles que la Corporation des Pêches maritimes qui vise à instaurer des comités interprofessionnels et à créer des écoles d’apprentissage maritime. Devenu vice-président du nouvel organisme créé par Vichy, Ernest Lamort y est rejoint par Eugène Ehlers, le secrétaire de la fédération CGT de la pêche : ces deux responsables, à partir de 1943, participent à des actions contre l’occupant36. Désormais la CFTC peut pratiquement parler d’une seule voix dans les organismes de lutte qui se mettent en place. Par l’intermédiaire du comité interconfédéral de la Résistance, des délégués de la centrale chrétienne organisent avec la CGT une unité d’action : des réunions rassemblent à Paris, au siège de l’Union de l’Ouest des Cheminots CFTC, 16 rue de Budapest, les délégués de chaque grande centrale. À la fin de l’année 1943, une session réunit à Toulouse 25 syndicalistes chrétiens et 30 représentants de la CGT : une délégation est reçue par le cardinal Saliège.

  • 37 R. Bichet, op. cit., p33.
  • 38 S. Tranoy, Étienne Borne, théoricien et militant démocrate chrétien, Lille 3, DEA, 1995, sous la di (...)
  • 39 G. Adam, « La CFTC, 1940-1958, histoire politique et idéologique », Cahiers de la Fondation nationa (...)

22D’autres réactions de militants démocrates chrétiens contre le gouvernement de Vichy ou contre l’Occupant prennent des formes multiples. En zone « libre », François de Menthon, professeur de droit, ancien président de l’ACJF, membre dirigeant du PDP, fonde, en septembre 1940, avec Pierre-Henri Teitgen, Paul et Alfred Coste-Floret, le mouvement Liberté37. Celui-ci fusionne ensuite avec Vérité d’Henri Frenay pour devenir Combat en 1941. Étienne Borne, professeur de khâgne y participe de septembre 1941 à juin 1944. La région toulousaine est dirigée par André Hauriou, professeur à la Faculté de droit et Jacques Dhont, la région de Limoges est sous la responsabilité d’Edmond Michelet38. Germaine Poinso-Chapuis s’engage dans le Mouvement de Libération Nationale. Alphonse Juge, secrétaire adjoint du PDP, le sénateur Champetier de Ribes qui a refusé les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, coordonnent la résistance démocrate populaire. Dès la fin de 1940, Marcel Poimboeuf, replié sur Lyon, prend contact avec « Libération Sud » d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie. Il fait partie du comité exécutif du mouvement Libération composé de militants CGT, de membres du parti socialiste et d’Yvon Morandat. Celui-ci, ancien permanent syndical en Savoie, a gagné Londres dès juin 1940. Il est parachuté en octobre 1941 dans la région de Toulouse. La mission qu’il a reçue de la Direction des affaires politiques de la France libre consiste à coordonner l’action résistante des syndicalistes. Accueilli par Jean Brodier et Marcel Vanhove, il gagne Lyon et, caché au domicile de Louis Naillod à Villeurbanne, encourage les syndicalistes à s’engager plus largement dans le combat pour la Libération. Les manifestations du 1er mai 1942, organisées par les centrales clandestines et orchestrées par la BBC, sont mises en place avec le concours des réseaux de la zone sud tels que Combat, Franc-Tireur et Libération. De cette initiative conjointe où les syndicalistes chrétiens tiennent leur place naît le Mouvement Ouvrier Français (MOF) dans lequel figurent des dirigeants de la CFTC comme Brodier, Catoire, Myngers, Naillod, Coutaz, Poimboeuf, Rose, Morandat. Des grèves accompagnées de mouvements de solidarité du MOF éclatent à Lyon lors de l’affichage des listes d’ouvriers requis le 16 octobre 194239.

  • 40 Témoignage de Jacques Peyroles alias Gilles Perrault, courrier du 4.09.2001.
  • 41 Interview de Paul Verneyras le 4.03.1993.
  • 42 Revue du Nord, n° 238, André Caudron, p. 61.


23En zone occupée, l’engagement dans la Résistance est encore plus périlleux. Germaine Peyroles participe à un réseau d’évasion en compagnie de son mari qui est arrêté à l’été 1943 : elle parvient à le faire libérer en se présentant à la Gestapo40. Jacques Destrée de Jeune République et Robert Lecourt du PDP créent à Paris le mouvement Résistance. En novembre et décembre 1940, des syndicalistes de sensibilité socialiste mais aussi démocrate chrétienne autour de Gaston Tessier constituent un « Comité d’études économiques et syndicales » qui permet la création du mouvement Libération Nord dont certaines réunions se déroulent dans le domicile parisien de Paul Verneyras, délégué départemental de l’UD-CFTC de l’Aube41. Les syndicalistes des PTT organisent une résistance à caractère administratif. Grâce à Édouard Morin, président de l’UD-CFTC de Saône-et-Loire, département coupé par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre de la zone occupée, une filière de passage clandestin est organisée. Dans la région du Nord, des démocrates chrétiens sont engagés dans le mouvement Voix du Nord dirigé par l’un des leurs, Natalis Dumez et un socialiste, Jules Notour. Dès septembre 1940, une filière d’évasion est mise en place puis une feuille va aboutir au journal La Voix du Nord tiré à 900 exemplaires puis à 4 000. Jean Catrice, industriel démocrate chrétien, membre du Parti démocrate populaire, assume par la suite la fonction de délégué de VDN auprès du Conseil national de la Résistance42. L’Organisation civile et militaire (OCM) représente également un lieu privilégié d’engagement. Né à la fin de 1940 d’une rencontre de civils comme Maxime Blocq-Mascart et de militaires comme Raoul François, professeur à Arras, capitaine d’infanterie en 1940, le mouvement s’organise en zone occupée en 1941 avec dans le Nord, Jean Delvallez chef régional, militant CFTC et Robert Prigent, nommé délégué de l’OCM à l’Assemblée consultative d’Alger.

  • 43 Notre Histoire, op. cit. n° 114, p. 37, témoignage de Maurice Schumann.
  • 44 Notre Histoire, op. cit. n° 114, p. 37, témoignage de Maurice Schumann.

24Parmi les premiers à rejoindre la France Libre, certains démocrates chrétiens participent au Comité national français, esquisse d’un futur parlement. Maurice Schumann, membre de la JR (Jeune République), journaliste à L’Aube, devient le porte-parole de la France combattante à Londres pendant quatre ans43. Le colonel Pierre de Chevigné, ami de Champetier de Ribes, arrive à Londres dès la fin du mois de juin 1940, d’autres comme d’Estienne d’Orves, Leclerc et le colonel Rémy y viennent plus tard. Les catholiques de la France libre créent un journal Le glaive de l’esprit qui devient bientôt Volontaire pour la cité chrétienne. François-Louis Closon et Maurice Schumann, les animateurs, reçoivent à plusieurs reprises le général de Gaulle dans les réunions de rédaction44. Pour représenter la CFTC aux côtés de Georges Buisson de la CGT, Marcel Poimboeuf est désigné en avril 1943 ; il profite de la radio de Londres pour dénoncer le Service du travail obligatoire. D’autres comme J. Botton et P. Vignaux, ayant choisi de se réfugier aux USA, refusent de rallier le camp de Londres. Les deux syndicalistes obtiennent cependant à New-York, de la part du Jewish Labor Committee et de Sydney Hill, dirigeant du syndicat des vêtements appartenant au CIO, des aides pour les syndicalistes résistants.

  • 45 Revue du Nord, n° 238, p. 614.

  • 46 Notre Histoire, op. cit., p. 30, Y.-M. Hilaire.


25Moins portés à l’action directe que les résistants communistes, des démocrates chrétiens s’y investissent cependant à partir de l’automne 1943. À Paris, le siège de l’union Ouest des cheminots, 16, rue de Budapest, devient le centre nerveux de la Résistance des hommes du rail dans le cadre de Résistance-fer. Ils fournissent aux Alliés des renseignements sur les déplacements de trains et permettent aux responsables résistants de pouvoir se déplacer. Le siège syndical est également le lieu de réunion du Bureau confédéral clandestin ainsi que de différents mouvements de résistance. Toujours à Paris, l’Organisation civile et militaire des jeunes (OCMJ) est créée à l’initiative du secrétaire général de la Jeunesse étudiante chrétienne, Charles Verny étudiant en droit. Michel Hochard, jociste de Dunkerque, met en place dans le Nord le groupe de Jeunes chrétiens combattants (JCC), branche militaire de l’ACJF45. Les chrétiens sont également présents dans les maquis qui sont renforcés par les jeunes réfractaires du STO à partir de février 1943. Tom Morel, scout de France, est le chef du maquis des Glières, dom Goutet devient chef d’état-major de celui du Vercors46. Quelquefois des groupes de FTP (Francs-tireurs-partisans) ou de l’ORA (Organisation de la résistance de l’armée) avant l’unification dans les Forces françaises de l’Intérieur (FFI) osent défier l’occupant. Joseph Martin d’Auray, militant du PDP, alias le capitaine Ficquot, commandant du secteur Voix du Nord de Courrières dans les mines du Pas-de- Calais, se retrouve à la tête de 600 hommes. Parmi eux se trouvent des démocrates-chrétiens recrutés dans les communes environnantes. Au travail de planques, de sabotages, d’évasion de pilotes anglais, de diffusion de presse succèdent en 1944 les faits d’armes. Dès janvier, des sabotages sont organisés ; ils deviennent au printemps plus fréquents et plus dangereux.

  • 47 Notre Histoire, op. cit., G. Cholvy, « Les jeunes en mouvement », p. 34.

26Partout en France, notamment dans les maquis, un certain nombre de militants tombent dans la lutte quotidienne. Lucien Rannard, président fédéral de la JAC disparaît comme son chef, le scout Tom Morel, dans les combats du maquis des Glières contre l’occupant47. Le père de Montcheuil, aumônier du maquis du Vercors, est pris et fusillé. Jacques Monod, professeur protestant, est tué dans les maquis du Massif Central. Georges Bernard est fusillé à 22 ans après deux condamnations à mort, André Etcheverlopoo, président du syndicat de la métallurgie de Toulouse, est assassiné par la milice de Darnand. Labouisse, secrétaire adjoint de l’UD de Montauban est pendu par les nazis dans le maquis, Forest le président de l’Union Locale de Montluçon ainsi que Côme Chevalier du Syndicat libre des mineurs du Pas-de-Calais sont tués dans des opérations militaires. Henri Clément, président de la Fédération des employés, membre du bureau confédéral, Yves Bodiguel, secrétaire de l’UD de la Loire-Inférieure sont morts dans les camps de concentration. Le jéciste Gilbert Dru et le jociste Francis Chirat sont fusillés le 27 juillet après avoir été arrêtés au domicile de Maurice Guérin recherché par la Gestapo. Il faut cependant reconnaître que cette lutte armée est davantage menée avec détermination par les militants communistes que par les démocrates chrétiens qui préfèrent d’autres formes de résistance, moins violentes, plus conformes à leurs convictions religieuses.

Les fruits de cette activité résistante

La présence dans les instances politiques

  • 48 Le MRP vous parle, nouvelle série n° 81, deuxième trimestre 1999, bulletin de liaison de l’amicale (...)
  • 49 R. Bichet, op. cit., p. 38.
  • 50 L. Biton, La Démocratie chrétienne dans la politique française, Angers, H. Siraudeau et Cie, 1953, (...)

27Sous l’impulsion des émissaires du général de Gaulle, la Résistance intérieure est appelée à se regrouper dans le cadre du CNR. Le 27 mai 1943, Jean Moulin, délégué personnel du chef de la France libre, rassemble pour la première fois, 48 rue du Four à Paris, le Conseil national de la Résistance. Gaston Tessier y représente la CFTC. Il est choisi comme président de la Commission du ravitaillement, Jean Brodier devient membre de la Commission du travail. Paul Bacon entre dans l’équipe de Georges Bidault qui, à la fin de 1943, à la suite de l’arrestation de Jean Moulin, alias « Rex », prend la direction du CNR. Libéré de son stalag, Georges Bidault, revenu à Vichy le 2 novembre 1941, a organisé des contacts et des liaisons entre les réseaux et peut ainsi succéder à Jean Moulin. Solange Lamblin, née à Marcq-en-Baroeul, enseignante à Paris, l’héberge à plusieurs reprises48. Un Comité général d’études est mis en place dans le cadre du CNR. Des démocrates chrétiens comme François de Menthon, ami de Georges Bidault, Pierre-Henri Teitgen, Jean Letourneau, Paul Bacon y siègent en compagnie de leurs amis Louis Terrenoire et Jean Dannenmuller bientôt arrêtés par la Gestapo. Ce comité se réunit de 1943 à 1944 dans une dépendance de la librairie Bloud et Gay proposée par Francisque Gay49. Celui-ci prend en charge la question des moyens de propagande et d’information. D’autres entretiens, rue Garancière, dans les locaux de L’Aube, chez Charles Flory ou André Colin permettent aux démocrates chrétiens de se retrouver50.

  • 51 Journal Officiel des Débats, Assemblée Consultative provisoire, 1944-1945.
  • 52 Interview de Robert Prigent le 27.12.1991.


28L’Assemblée consultative d’Alger se révèle également être un lieu d’initiative pour les démocrates chrétiens. Dans ce Parlement de la France libre, les syndicalistes chrétiens apportent une contribution importante sur le plan social. Gaston Tessier émet une proposition de résolution sur la Sécurité sociale, Marcel Poimboeuf intervient sur le projet d’ordonnance portant création de comités d’entreprises dans les établissements industriels et commerciaux en décembre 1944, dans la discussion sur la nationalisation des grandes entreprises en juillet51. Un autre résistant d’origine syndicale, Robert Prigent, se montre très actif. Nommé secrétaire du groupe Résistance, il y fait part du souhait de ses amis de créer un Commissariat national à la jeunesse dès novembre 1943. Il rédige avec Hauriou, professeur de droit constitutionnel, vice-président de l’Assemblée consultative provisoire, un amendement instaurant à la Libération le droit de vote aux femmes. « On ne doutait de rien. Il fallait qu’un homme le fasse à la grande fureur d’ailleurs de certains sénateurs radicaux comme Asquier de l’Ardèche »52. Cette initiative se veut une réponse au grand élan et à l’héroïsme des femmes françaises et n’a pu aboutir selon Robert Prigent que grâce à la volonté du général de Gaulle. Celui-ci forme à Alger un gouvernement provisoire en novembre 1943 et demande à François de Menthon d’y siéger en qualité de commissaire à la Justice puis de Garde des Sceaux, ministre de la Justice, René Pleven assure les fonctions de commissaire aux Colonies et devient ministre des Finances en septembre de l’année suivante, André Diethelm est commissaire à la Production et à l’Industrie puis, dès le mois d’avril 1944, ministre de la Guerre.

  • 53 R. Bichet, op. cit., p. 38.

  • 54 Discours prononcé à Lille le 1er octobre 1944, Lettres, Notes et Carnets juin 1943-mai 1945, p. 325 (...)
  • 55 M. Cointet, « La guerre et la pensée sociale du Général de Gaulle » dans La Politique sociale du (...)
  • 56 Archives de J. Catoire.


29Des réunions restreintes rassemblent à Alger des chrétiens comme François de Menthon, commissaire à la Justice dès le 9 novembre 1943, André Diethelm, commissaire à la Production et à l’industrie, Jean Bourgoin, membre de la Commission des affaires économiques et sociales, un père dominicain, le Révérend Père Carrière, vice-président de l’Assemblée consultative provisoire, délégué à l’Assemblée consultative par les Français libres d’Égypte. De ces échanges naît une petite brochure Un groupe de catholiques prend position. Tous ces résistants chrétiens rejoignent à Alger les conclusions de quelques démocrates chrétiens formant à Paris le groupe de la Rue de Lille et qui publient clandestinement des Cahiers du Travaillisme français. Émilien Amaury, Robert Buron, Georges Hourdin, Jean Raymond Laurent, Ernest Pezet estiment que « rien ne peut être construit de durable dans la France de demain qui ne respecte pas les principes essentiels de la civilisation chrétienne, mais les solutions que nous voulons exprimer sont des solutions éminemment pratiques et concrètes que tout Français peut accepter en dehors de toute foi religieuse »53. Les réflexions, les propositions faites par le CNR sont le fruit des discussions de ces courants de pensée qui, autour de la personne emblématique du Général de Gaulle, cherchent à préparer le renouveau du pays : « Nous avons bien souffert, nous avons bien été humiliés. Nous allons montrer au monde entier, nous allons montrer à nous-mêmes que cette souffrance et cette humiliation, nous ne les avons pas éprouvées pour rien »54. Le programme de la Résistance insiste sur la nécessité d’assurer aux Français la dignité et la sécurité. Le général de Gaulle rappelle dans son discours du 18 mars 1944 qu’il entend en plein accord avec les instances de la Résistance instaurer « une démocratie sociale »55. L’Assemblée consultative provisoire remplace la précédente après la libération du territoire national. Quatre militants de la CFTC sont désignés pour représenter leur syndicat à cette instance en octobre 1944 : Maurice Guérin, l’âme de la résistance lyonnaise, Marcel Poimboeuf de retour d’Alger, André Paillieux, l’homme des cheminots et Jules Catoire, le représentant des mineurs. Gaston Tessier au titre du CNR et Paul Verneyras au titre de la Résistance y siègent également56.

  • 57 Interview de J. Catoire, le 19.05.1985.

30Les Comités départementaux de Libération sont mis en place à la fin de l’année 1943. Le 23 octobre, à Montmartre, le comité Parisien se constitue : André Paillieux représente le syndicat chrétien à cette réunion qui reste unique à cause de la surveillance de la Gestapo sur certains membres. Un petit comité se réunit dans l’appartement de Paul Verneyras, rue Manin. À Caen, Armand Huet, militant cheminot, devient secrétaire du Comité départemental du Calvados. Le CDL du Nord est créé par Jean Catrice qui reçoit François-Louis Closon, choisi comme commissaire de la République. Ce délégué du Général organise la première réunion le 6 novembre 1943 au domicile de Jules Defaux, futur président de la Fédération MRP du Nord. Jules Catoire est chargé de convoyer Félix Cabouat, le commissaire de la République choisi par Londres pour le Pas- de-Calais. À la fin du mois de novembre, le CDL de ce département tient sa réunion constitutive à Lens : Jules Catoire en devient très vite le secrétaire et Félix Pierrain alias « Dominique » est présent au titre de la CFTC57. Robert Bichet, futur secrétaire général du MRP, siège dans l’instance départementale du Doubs comme « démocrate chrétien », trois de ses amis y sont présents à d’autres titres.

  • 58 J.-L. Clément, op. cit., p. 311.

31Dans certaines régions comme le Sud-Ouest, la forte présence communiste au Comité départemental de Libération crée des tensions avec les autres groupements. À Toulouse l’organisme présidé par Jean Carovis58 entretient de mauvaises relations avec le commissaire de la République, Jean Cassou remplacé par Pierre Bertaux. Les chefs résistants modérés comme Charles d’Aragon, président du CDL du Tarn, possèdent des gardes du corps. Pour soutenir leur présence, Mgr Saliège décide de participer aux réunions de création des comités chrétiens d’action civique durant le mois de septembre 1944. Ces organisations prétendent rassembler des chrétiens sans les inféoder à l’instar de la CFTC. Un comité s’installe dans le département de la Haute-Garonne et grâce à La Croix du Midi possède une section à Saint-Gaudens.

  • 59 Carrefour, 30 octobre 1963, témoignage de Jean Letourneau.


32Des structures politiques se mettent en place dans les mois qui précèdent la Libération. Pour éviter l’emprise américaine sur le territoire national, le GPRF nomme des représentants dans chaque unité administrative. Étienne Borne est choisi comme commissaire à l’Information pour la région toulousaine qui comprend sept départements. Jean Catrice aidé par le jeune André Diligent occupe les mêmes fonctions dans le Nord, Henri Fréville prend en charge la réorganisation de la presse régionale à la Libération en Bretagne. Ces militants démocrates chrétiens sont sous la responsabilité de Pierre-Henri Teitgen, ministre de l’Information. Francisque Gay se prépare à devenir, dès la Libération, le premier directeur de la presse au ministère de l’Information afin d’assurer le lancement de la presse redevenue libre59. Cette présence locale, régionale, nationale permet d’offrir une part de responsabilité au courant catholique social. Elle atteste la forte implication des démocrates chrétiens dans la Résistance.

33Lyon, point d’origine du projet démocrate d’inspiration chrétienne

  • 60 G. Verpraet, « Lyon, capitale de la Résistance », Le MRP vous parle, n° 68, mars 1996, p. 10.

34À la fin de l’année 1942, alors que les éditions Bloud et Gay se sont repliées dans le chef-lieu du département du Rhône, les membres de L’Aube se réunissent dans une arrière-salle d’un café de la Croix-Rousse dans le but de rendre un dernier hommage à la mémoire de Robert Cornilleau, fondateur de l’hebdomadaire, Le Petit Démocrate. Georges Bidault, Pierre-Henri Teitgen, Jacques Fonlupt-Esperaber, Marcel Poimboeuf, Gaston Tessier, Maurice Guérin, Stanislas Fumet imaginent un éventuel élargissement du Parti démocrate populaire comme solution future pour les démocrates d’inspiration chrétienne60.

  • 61 Églises et Chrétiens, la région Rhône-Alpes op. cit., p. 308.
  • 62 J.-D. Durand, op. cit., p. 222.

35Durant l’été 1943, Gilbert Dru, étudiant à la Faculté des lettres de Lyon, auteur et chroniqueur des Cahiers de notre Jeunesse, revue fondée par les responsables de l’ACJF s’ouvre à Francisque Gay et André Colin d’un projet de Mouvement républicain de Libération » (MRL). Ce jeune militant d’action catholique écrit dès juillet 1940 d’un camp de prisonniers en Allemagne à son ami Jean-Marie Domenach « Que sera notre vie si elle n’est pas jusqu’au bout une protestation passionnée contre le mensonge ? »61. Revenu à Lyon, il refuse, avec André Mandouze et à cause de ce que Mounier et lui-même appellent « la vertu d’intelligence », de partir pour l’Allemagne comme le veulent la majorité des membres de l’ACJF au nom de l’apostolat, de la présence à la classe ouvrière : « même si toute la classe ouvrière part en Allemagne, nous ne partirons pas. Nous avons des raisons supérieures de nous refuser à aider les nazis ». Cette attitude, très proche dans son esprit de celle de certains syndicalistes chrétiens devant la Charte, explique l’engagement dans la Résistance et surtout le désir de préparer l’avenir. Gilbert Dru et ses amis souhaitent l’avènement d’un rassemblement de ceux qui s’inspirent de l’Évangile et de la doctrine sociale de l’Église et des militants de la mouvance laïque en s’appuyant sur une approche personnaliste, « une sorte de travaillisme à la française »62. Il rédige un projet de manifeste : « C’est aux jeunes, aux forces neuves capables de rompre avec les routines du passé qu’incombe cette mission de concilier des droits de l’homme avec la mystique démocrate chrétienne. L’intérêt d’un tel mouvement viendrait de ce qu’il dépasserait le champ de la politique et de l’action parlementaire : il serait fondé sur une conception du monde, serait école de pensée en même temps que parti politique, il aurait un rôle éducatif ». Dru et Gilibert viennent livrer leur projet à Francisque Gay à Paris où des discussions s’engagent entre les deux jeunes chrétiens, Bidault et Colin en fin octobre, début novembre 1943.

  • 63 L. Biton, op. cit., p. 65.

  • 64 J.-D. Durand, op. cit., p. 222.
  • 65 J.-D. Durand, op. cit., p. 223.

36La rencontre avec Georges Bidault, ancien vice-président du Comité général de l’ACJF séduit par le projet, est déterminante : « il faut pêcher par bancs » rappelle l’ancien éditorialiste de l’Aube63. En effet celui-ci se trouve au carrefour de plusieurs courants ecclésiaux et démocrates chrétiens susceptibles d’être intéressés par cette démarche novatrice. Georges Bidault est en rapport avec les responsables de l’ACJF comme l’ancien président André Colin, comme Albert Gortais, Rémy Montagne, il continue d’avoir des relations avec l’équipe de L’Aube, des anciens du PDP et connaît Gilbert Dru et ses amis étudiants lyonnais. André Colin et Maurice-René Simonnet avec l’aide d’Albert Gortais mettent au point durant le printemps 1944 le Manifeste du Mouvement Républicain de la Libération qui reprend le projet de rassemblement espéré par Gilbert Dru sans en retenir l’inspiration travailliste64. Ces jeunes démocrates d’inspiration chrétienne veulent s’investir dans l’œuvre de reconstruction nationale en dépassant les clivages anciens. Jacques Maritain dans La Voix de l’Amérique rappelle le 14 juillet 1943 « le malentendu cruel qui depuis un siècle et demi a tourmenté la conscience française, prise entre sa tradition chrétienne trop souvent confondue avec une politique réactionnaire, et sa tradition révolutionnaire trop souvent confondue avec une destructive philosophie de la vie ». Il insiste sur l’importance de l’expérience de la Résistance « occasion d’un rapprochement d’une importance extraordinaire, où les hommes de la Révolution française et les hommes de la foi et de l’espérance chrétienne se sont reconnus ». Pour les uns comme pour les autres, le moment du rapprochement dans l’estime mutuelle semble arriver : « ces chrétiens comprennent que l’inspiration démocratique procède en définitive de l’inspiration évangélique, si laïcisée, si déformée qu’elle ait pu être souvent. Ces démocrates comprennent que l’inspiration chrétienne peut faire des défenseurs indomptables de la liberté et des droits de la personne humaine »65. Malgré l’arrestation de Gilbert Dru et de son camarade jociste Francis Chirat en juillet 1944, les structures se mettent en place.

  • 66 Interview de Paul Bacon le 25.07.1992.
  • 67 B. Béthouart, op. cit., p. 35.


37Dans la région parisienne, avec Paul Bacon et André Colin, Pierre-Henri Teitgen est chargé par Georges Bidault d’organiser le MRL. Il obtient de Georges Bidault l’assurance de la mise en place statutaire d’équipes ouvrières nationales et fédérales dans ce futur parti. Il est aidé dans sa tâche de préparation par Maurice Neuville, ancien responsable CFTC à Lyon, spécialiste des questions ayant trait à la Sécurité sociale. Il contacte François Perroux qu’il a connu dans le cadre d’enquêtes pour le compte de l’Institut des sciences économiques appliquées (ISEA) ainsi que le père Bigot de l’Action populaire66. Dans le Nord-Pas-de-Calais, un Rassemblement des résistants d’inspiration chrétienne (RIC) est constitué par Jean Catrice et Jules Catoire. Ils estiment nécessaire d’installer une structure politique d’accueil des chrétiens entrés en résistance. Les deux hommes lancent officiellement le RIC en juillet 1944 lors d’une réunion constitutive à Roubaix67. Parmi les membres fondateurs dans le Pas-de-Calais, près de la moitié sont des militants de la CFTC. Le jeune parti connaît un réel succès à la Libération en septembre tout comme le MRL qui distribue lui aussi des tracts dans la région parisienne.

  • 68 Archives de J. Catoire.

38« Influer sur l’avenir de la Nation » : tel est le souhait formulé par Jules Catoire, secrétaire du CDL du Pas-de-Calais avant même la Libération : « nous devions être présents non seulement pour l’élaboration des programmes, des projets, mais présents dans la réalisation. Que serait notre monde de demain, matérialiste ou spiritualiste ? Allions-nous recommencer l’erreur du passé, être en dehors des institutions nouvelles ? »68. Durant le mois de septembre, des efforts convergents favorisent la mise en œuvre d’un mouvement de rassemblement des démocrates-chrétiens, toutes chapelles confondues. Les 25 et 26 novembre 1944, les anciennes forces comme le PDP, les embryons tels que le MRL, le RIC se fondent dans le Mouvement républicain populaire dont le président est un ancien de la Jeune République Maurice Schumann : la présidence d’honneur est offerte au fondateur du Sillon, Marc Sangnier. Parmi les vice-présidents figurent Simone Rollin et Paul Bacon de la JOC, Maurice Guérin de la CFTC, Jean Catrice du PDP. André Colin de l’ACJF est délégué général, Robert Bichet, membre du PDP et des Nouvelles Équipes Françaises, assure le secrétariat général. La diversité des origines est nette et la tendance sociale est bien affirmée dans cet état-major d’inspiration démocrate chrétienne.

Conclusion

39La future marque du MRP peut donc s’expliquer par des attitudes, des prises de position antérieures qui relèvent de l’histoire à la fois des mouvements ecclésiaux comme l’ACJF, la JOC, la JAC, du syndicalisme chrétien, du PDP et du mouvement sillonniste poursuivi par la Jeune République. Les dirigeants du Mouvement républicain populaire ne sont pas le résultat d’une génération spontanée. Ils sont l’aboutissement d’une longue et patiente démarche enracinée dans le message évangélique, dans la tradition chrétienne. Ils reçoivent les dividendes des investissements de plusieurs générations de militants catholiques.

Haut de page

Annexe

Ayant connu l’adversité, habitués à une présence minoritaire dans la société, dans le milieu ecclésial, les démocrates d’inspiration chrétienne, mentalement prêts à la rébellion, se sont plongés dans un combat patriotique diversifié. L’attitude résolument résistante leur permet à la Libération d’amortir le choc de l’épuration dans certains diocèses69. Ils obtiennent également de participer aux organismes qui préparent la France à venir. Présents au CNR, à l’Assemblée consultative d’Alger, puis à celle de Paris, ils sont souvent actifs dans les CDL en tant que membres, secrétaires ou présidents, au sein du GPRF et dans ses instances départementales. Le choix délibéré en faveur de la lutte leur donne droit, au même titre que d’autres, à tenter de gérer les affaires du pays. Après le temps de la Résistance, voici venu le temps de « la Révolution par la Loi »70.

Discussion

Étienne Dejonghe : Je voudrais revenir sur deux points de l’intervention de Bruno Béthouart. Je suis très étonné que vous placiez Bernanos parmi les démocrates-chrétiens…

Bruno Béthouart : Bernanos, dans les démocrates chrétiens, non, mais il a été un inspirateur des démocrates chrétiens et c’est un fait très important.

Étienne Dejonghe : Vous avez bien fait de parler de l’évolution des mouvements catholiques qui prennent leur virage au retour de Laval, mais c’est en avril 1942. De 40 à 41, il y une certaine ambiguité…

Bruno Béthouart : Au niveau des responsables, c’est vrai.
Étienne Dejonghe : Je suis très étonné aussi que vous placiez le Cardinal Liénart

sur le même plan que le Cardinal Saliège…

Bruno Béthouart : Justement, c’est pour entraîner un petit débat dans la salle. Il y a un ouvrage qui vient de paraître sur le Cardinal Liénart71 et je crois que ce serait intéressant d’évoquer sa position. Je ne le mettrai pas dans la catégorie. J’ai simplement cité une phrase intéressante qui date de 1941 et qui condamne la « Statolatrie »…

Étienne Dejonghe : Le Cardinal Liénart n’a jamais été un partisan de la collaboration, c’est évident, mais il est évident aussi qu’il n’a jamais mis en doute la légitimité de Vichy et qu’il a condamné la résistance comme un péché grave. Il partageait les idées de Mgr Dutoit mais ce dernier a eu le tort de les exprimer publiquement. Cela n’enlève rien à sa spiritualité, mais qu’il soit sur le même plan que Mgr Saliège, ça m’a quand même un peu étonné.

Jules Clauwaert : Je ne voudrais pas entrer dans votre querelle d’historiens, mais je suppose que Bruno Béthouart a voulu parler du Bernanos, non pas de la préface précédente72, mais des « grands cimetières sous la lune », qui a poussé un certain nombre de chrétiens à s’interroger, alors que l’Église avait soutenu Franco contre les « rouges ».

Étienne Dejonghe : C’est vrai. C’est son talent de pamphlétaire. Bernanos est le plus grand pamphlétaire, qui dénonçait « les consciences lâches comme des vents », à propos justement de cette compromission.

Jules Clauwaert : Je voudrais qu’on prenne l’habitude, ce doit être difficile pour vous autres historiens, de considérer les choses en oubliant ce qui s’est passé depuis.

Étienne Dejonghe : Ah non ! non, cher Clauwaert. L’historien se garde du déterminisme rétrospectif.

Jules Clauwaert : Ca s’adresse à vous deux, pas d’exclusive ! Cette tentation nous l’avons tous. Quand un journaliste écrit sur des faits d’actualité, il dispose d’un « background ». Et sur le passé, il parviendrait difficilement à faire œuvre d’historien, même si les événements ne datent que de vingt ou trente années. Et nous parvenons mal à nous détacher de l’histoire que personnellement nous avons vécue. C’est simplement ce que je voulais dire.

Haut de page

Notes

1 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, p. 7. Extrait de la préface de Maurice Schumann.

2 J. Fauvet, De Thorez à de Gaulle. Les forces politiques françaises, Paris, 1951, p. 168.

3 J.-L. Clément, Mgr Saliège, archevêque de Toulouse, Paris, Beauchesne, 1994, p. 35.


4 J.-D. Durand, op. cit. p. 220.


5 Y.-M. Hilaire, « Des Chrétiens dans la Résistance », Notre Histoire, septembre 1994, n° 114, p. 28.


6 Églises et Chrétiens dans la IIe guerre mondiale. La Région Rhône-Alpes, Colloque de Grenoble, 1976, p. 339.


7 R. Bichet, La Démocratie chrétienne en France : le MRP, Besançon, Jacques et Demontrond, 1980, p. 33.

8 Centre d’études Edmond Michelet, Brive, correspondance E. Borne et E. Michelet pour la période 1938-1942.

9 Journal du Père Merklen, communiqué par Y.-M. Hilaire.


10 Revue du Nord, n° 238, juillet-septembre 1978, témoignage de Paul Vignaux, p. 700.


11 S. Tranoy, Étienne Borne, théoricien et militant démocrate chrétien, Lille 3, DEA, 1995, sous la direction d’Y.-M. Hilaire, p. 19.

12 Archives de J. Catoire.


13 M. Fourcade, « Notre responsabilité de chrétiens dans le conflit de l’Église et du monde », Cahiers Jacques Maritain, n° 32, juin 1996, p. 27.

14 M. Fourcade, op. cit., p. 35.

15 Y.-M. Hilaire, « La jeunesse dans l’Église : un renouveau spirituel et intellectuel (vers 1938- vers 1950) », in Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 3, Toulouse, Privat, 1988, p. 276.

16 Journal du Père Merklen, communiqué par Y.-M. Hilaire, Rome, cahier J 507, p. 78.


17 M. Fourcade, « Notre responsabilité de chrétiens dans le conflit de l’Église et du monde », op. cit., p. 15.

18 M. Fourcade, op. cit., p. 52.

19 M. Fourcade, op. cit., p. 38.

20 Notre Histoire, op. cit., n° 114, p 25, Y.-M. Hilaire.


21 Mgr G. Gaucher, Georges Bernanos ou l’invincible espérance, Paris, Cerf, 1994, p. 90.

22 R. Bédarida, Les armes de l’esprit, TC, 1941-1944, Paris, Éditions Ouvrières, 1977, ainsi que dans Églises et Chrétiens, Rhône-Alpes, op. cit., son article intitulé « TC dans la région Rhône-Alpes », p. 245-247.


23 L’Écho de la Résistance, 29.04.1972.

24 Une des originalités du MOC dans le diocèse d’Arras est la forte synergie entre la JOC et la CFTC grâce notamment au père Hébert, aumônier de la JOC, mort au champ d’honneur en avril 1940 et dont le souvenir est régulièrement rappelé durant l’occupation.

25 M. Fourcade, op. cit., p. 39.


26 Carrefour, 30 10.1963, témoignage de Jean Letourneau.


27 M. Launay, « Les syndicats chrétiens du Nord de la France, 1940-1944 », Revue du Nord, n° 238, juillet-septembre 1978, p. 475-495.

28 Polycopiés du rapport de J. Catoire, sur l’action des syndicats chrétiens, Archives de J. Catoire.

29 M. Launay, « Les syndicats chrétiens du Nord de la France, 1940-1944 », Revue du Nord, op. cit., p. 475-495.


30 L. Delaby, La Trouée, Liévin, Imprimerie La Centrale, 1977, p. 129, p. 135.


31 Polycopiés, rapport de Jacques Tessier pour la CFTC. Paris, 31 janvier 1974, archives de J. Catoire.


32 Revue du Nord, op. cit., André Caudron, p. 609, Paul Vignaux, p. 700.

33 J.-L. Clément, op. cit., p. 179.

34 Archives de J. Catoire.

35 Archives nationales, Fonds FFSPM, 50 A.S.


36 B. Béthouart, « Les syndicats et la pêche de Fécamp à Dunkerque de 1914 aux années 1970 », dans P. Villiers, Ch. Pfister éd., La pêche en Manche et Mer du Nord, 18e-20e s., Cahier du littoral, 1998, p. 174.

37 R. Bichet, op. cit., p33.

38 S. Tranoy, Étienne Borne, théoricien et militant démocrate chrétien, Lille 3, DEA, 1995, sous la direction de Y.-M. Hilaire, p. 20.

39 G. Adam, « La CFTC, 1940-1958, histoire politique et idéologique », Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, 134, 1964, p. 34-36.

40 Témoignage de Jacques Peyroles alias Gilles Perrault, courrier du 4.09.2001.

41 Interview de Paul Verneyras le 4.03.1993.

42 Revue du Nord, n° 238, André Caudron, p. 61.


43 Notre Histoire, op. cit. n° 114, p. 37, témoignage de Maurice Schumann.

44 Notre Histoire, op. cit. n° 114, p. 37, témoignage de Maurice Schumann.

45 Revue du Nord, n° 238, p. 614.


46 Notre Histoire, op. cit., p. 30, Y.-M. Hilaire.


47 Notre Histoire, op. cit., G. Cholvy, « Les jeunes en mouvement », p. 34.

48 Le MRP vous parle, nouvelle série n° 81, deuxième trimestre 1999, bulletin de liaison de l’amicale du MRP. Correspondance et documents fournis par Jacques Parini.

49 R. Bichet, op. cit., p. 38.

50 L. Biton, La Démocratie chrétienne dans la politique française, Angers, H. Siraudeau et Cie, 1953, p. 64.


51 Journal Officiel des Débats, Assemblée Consultative provisoire, 1944-1945.

52 Interview de Robert Prigent le 27.12.1991.


53 R. Bichet, op. cit., p. 38.


54 Discours prononcé à Lille le 1er octobre 1944, Lettres, Notes et Carnets juin 1943-mai 1945, p. 325.


55 M. Cointet, « La guerre et la pensée sociale du Général de Gaulle » dans La Politique sociale du Général de Gaulle, sous la direction de M. Sadoun, J.-F. Sirinelli, R. Vandenbussche, Villeneuve d’Ascq, Centre d’Histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1990, p. 64.

56 Archives de J. Catoire.


57 Interview de J. Catoire, le 19.05.1985.

58 J.-L. Clément, op. cit., p. 311.

59 Carrefour, 30 octobre 1963, témoignage de Jean Letourneau.


60 G. Verpraet, « Lyon, capitale de la Résistance », Le MRP vous parle, n° 68, mars 1996, p. 10.

61 Églises et Chrétiens, la région Rhône-Alpes op. cit., p. 308.

62 J.-D. Durand, op. cit., p. 222.

63 L. Biton, op. cit., p. 65.


64 J.-D. Durand, op. cit., p. 222.

65 J.-D. Durand, op. cit., p. 223.

66 Interview de Paul Bacon le 25.07.1992.

67 B. Béthouart, op. cit., p. 35.


68 Archives de J. Catoire.

69 C’est le cas de Mgr Dutoit, évêque d’Arras dont les prises de position trop favorables au régime de Vichy l’amènent à « proposer » sa propre démission au nom de l’Odium plebis.

70 Il s’agit du slogan proposé par le MRP lors de son premier congrès à Paris les 25 et 26 novembre 1944.

71 C. Masson, Le Cardinal Liénart, Lille 3, thèse, 1997.

72 Allusion à La Grande peur des bien-pensants, ouvrage publié par G. Bernanos, en 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Bethouart, « La résistance des démocrates d’inspiration chrétienne en France : précocité et diversité », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 99-122.

Référence électronique

Bruno Bethouart, « La résistance des démocrates d’inspiration chrétienne en France : précocité et diversité », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/413

Haut de page

Auteur

Bruno Bethouart

Université du Littoral - Côte d’Opale

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org