Navigation – Plan du site

La résistance en Lorraine

Emmanuelle Jourdan
p. 129-146

Texte intégral

1Dans la perspective comparative, la possibilité d’établir un parallèle entre la Lorraine et le Nord-Pas-de-Calais semble assez pertinente.

  • 1 P. Barral, « L’Alsace-Lorraine, Trois départements sous la botte », dans La France des années noire (...)

2Mais il faut d’abord préciser le cadre de cette étude. En explorant la bibliographie relativement abondante consacrée au sujet, on constate que beaucoup d’ouvrages s’articulent en fait autour de la situation de l’Alsace-Lorraine. L’expression n’est pas neutre et le choix n’est pas sans conséquences. Pierre Barral écrit de ces terres qu’elles sont « un joyau dans l’imaginaire symbolique »1. C’est le traité de Francfort qui a donné une unité à cette entité composée de deux provinces pourtant bien différentes. La francophonie exclusive de la Lorraine, son catholicisme massif, son caractère industriel, la distinguent nettement de sa voisine en partie germanophone, protestante, et rurale, et donnent un intérêt supplémentaire à une perspective comparative avec le Nord. Mais la singularité lorraine par rapport à l’Alsace tient aussi au fait que seule la Moselle est annexée en 1871. La Meurthe-et-Moselle, les Vosges, la Meuse, restent françaises. La Lorraine est donc une petite patrie déchirée.

3Nous allons rapidement rappeler les spécificités de la situation lorraine ; ce préambule est nécessaire pour comprendre les formes de l’engagement résistant, que nous n’analyserons pas de manière exhaustive. Il paraît donc opportun d’insister sur quelques éléments qui permettent d’amorcer une réflexion comparative entre les deux régions de zone interdite. Les premiers gestes résistants et le socle idéologique et mémoriel sur lequel ils se fondent retiendront notre intérêt. Puis nous tenterons de mettre en évidence les conséquences des conditions matérielles d’occupation et d’annexion dans la définition des formes de résistance, avant de nous intéresser au poids de la sociologie ouvrière dans sa structuration. Nous terminerons par quelques réflexions sur l’organisation des mouvements et réseaux et sur la résistance armée à l’approche de la Libération.

Mémoire et annexion

  • 2 Qui choisissent d’abandonner leur famille pour leur patrie.


4L’occupation plonge à nouveau la Lorraine dans une situation complexe, réveille les souvenirs d’un passé très proche, qui influe largement sur les conditions d’engagement des populations. Rappelons en quelques mots 1871, la perte de la Moselle, les optants2, puis la germanisation. L’œil rivé à la ligne bleue des Vosges, dans le culte des provinces perdues, la France assiste au développement artistique, industriel, et universitaire de Nancy. Metz s’accommode progressivement de sa situation nouvelle. Si les officiers prussiens, hautains, agacent, seule une minorité reste réellement sur la défensive. L’annexion n’est pas qu’une parenthèse sans conséquence, et le mélange des cultures ne se fait pas que dans la confrontation. La Grande Guerre ravive le patriotisme. Dès septembre 1914, si Nancy est certes sauvée par la bataille de la Marne, le 1/4 de la Lorraine française est occupée. C’est la ligne de front qui désormais traverse la région. L’enfer de Verdun reste, dans la mémoire lorraine plus encore que dans la mémoire nationale, le symbole paradoxal du « plus jamais ça » et de la gloire patriotique. Pour la Moselle, 1918 est une nouvelle rupture. Les liens se renouent et la francisation remplace la germanisation. Mais le retour dans le giron républicain n’a pas laissé que de bons souvenirs, d’autant que la crise économique frappe durement l’Est de la France.

5Il faut rappeler maintenant les épreuves subies par la région en 1940, juste avant que, de l’occupation et l’annexion ne naisse la résistance. La première épreuve est celle de l’évacuation, qui commence en septembre 1940. Une bande de territoire qui peut atteindre jusqu’à 20 km de largeur est vidée de ses habitants. 227 000 mosellans, sur les 696 000 habitants, sont contraints de quitter leurs terres et leurs biens. 50 000 font volontairement le choix de se replier hors des zones d’évacuation. Et Metz se vide ainsi de la moitié de ses habitants. Puis il faut évoquer les opérations militaires, qui font plus de 2000 victimes civiles.

6Les combats, la débâcle, la défaite, l’occupation militaire, exacerbent les inquiétudes d’une région qui craint plus que tout une probable annexion.

  • 3 P. Cézard, « L’annexion de fait de l’Alsace et de la Lorraine (juin 1940-septembre 1942) », Revue d (...)

7On s’étonne alors du mutisme allemand au sujet des deux provinces. Pas un mot dans la déclaration de Keitel à Rethondes, rien dans la convention d’armistice, pas une allusion dans le discours triomphal du Führer le 19 juillet 1940. Pourtant, la situation était telle qu’on peut imaginer qu’une revendication territoriale aurait peut-être été elle aussi acceptée. Ce choix tactique d’une certaine modération visait sans doute à convaincre la France d’abandonner toute stratégie en lien avec l’Angleterre. Les populations n’en sont pas rassurées pour autant. Et à juste titre. L’annexion est réalisée très vite, en violation complète avec les termes de la convention3. La comparaison des situations nordiste et lorraine est déjà, sur ce point, pertinente. Dans le Nord, le rattachement au commandement de Bruxelles est décidé dès le mois de juin, violant également la promesse de respect de l’unité administrative et législative du pays. Mais entre annexion et protectorat, le choix est encore incertain. En Alsace-Lorraine, il n’y eut pas d’hésitation. Dès le mois de juillet, la frontière de 1871 est rétablie. Un cordon douanier allemand coupe une nouvelle fois la Lorraine en deux. À un protectorat réunissant les deux régions alsacienne et lorraine, qui aurait pu susciter l’émergence d’un particularisme, Hitler préfère l’intégration aux provinces allemandes voisines par l’annexion. Renonçant donc au Reichsland, il fait le choix de morceler le territoire. L’Alsace est rattachée au Gau de Bade, la Moselle à celui de Sarre Palatinat.

  • 4 P. Cézard, op. cit.

8Il apparaît donc d’autant plus pertinent d’envisager une étude de la résistance qui sépare l’Alsace de la Lorraine puisqu’elles n’appartiennent plus à la même entité administrative. Le 7 août 1940, Joseph Bürckel est nommé Gauleiter, chef de l’administration civile, pour le Gau Mosellan. Il est de longue date l’un des fidèles du Führer. Ancien de la Grande Guerre, il a déjà fait montre de sa brutalité, et son caractère un peu rustre, en Sarre puis en Autriche. Il se voit confier les pleins pouvoirs pour germaniser son nouveau territoire. La germanisation s’applique vite aux richesses économiques, par la saisie de l’appareil industriel, mais elle vise surtout les populations. Expulsions et transplantations marquent l’année 1940. Tous les éléments qui ne semblent pas pouvoir s’intégrer dans une Lorraine allemande sont chassés, des fonctionnaires français sont mutés dans le Reich et les terres et postes laissés vacants sont occupés par des Allemands. On peut estimer à 130 000 ou 140 000 le nombre d’expulsés, de déportés, et de réfugiés non autorisés à rentrer4. Et le département entier passe à l’heure allemande : les monuments sont démontés, les prénoms, patronymes, noms de lieux, sont germanisés, la presse française disparaît au profit de deux quotidiens allemands, les fêtes allemandes sont célébrées, la monnaie du Reich est seule en vigueur. Le seul fait de parler français dans la rue est désormais condamnable. Bien plus, il ne s’agit pas seulement de germaniser, mais de nazifier. L’appareil dirigeant du parti, qui s’implante en 1941, est le véritable outil de domination.

  • 5 H. Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique », Revue du Nord, n° 2 spécial hors s (...)

9La situation des autres départements lorrains n’est pas non plus enviable. Ils ont été intégrés dans cette zone réservée, interdite au retour des réfugiés. Pour des raisons tant stratégiques – afin de préserver l’hypothèse d’une annexion – qu’économiques, les régions du Nord-Est de la France se voient ainsi isolées et soumises à un régime d’occupation particulièrement dur5. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la Meurthe-et-Moselle. Ses richesses industrielles et minières, comme celles du Nord, justifient la place particulière accordée à ces régions dans les projets à plus long terme d’Hitler.

  • 6 J. Mièvre, « Début de l’Ostland en Meurthe-et-Moselle », Revue d’histoire de la seconde guerre mond (...)
  • 7 P. Gérard, « Le protectorat industriel allemand en Meurthe-et-Moselle », Revue d’histoire de la sec (...)

10La société Ostland, qui s’implante en Meurthe-et-Moselle dès le 30 juin 1940, procède dès l’automne à des larges confiscations de terres6, et met en place un véritable protectorat industriel7.

  • 8 P. Barral, « Une préfet régional sous l’occupation, Jean Schmidt (1940-1943) », Revue d’histoire de (...)
  • 9 Il est remplacé en juillet 1943, et au moment de l’épuration, simplement révoqué, gardant ses droit (...)
  • 10 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, WM 389. Texte complet publié dans Moselle et Mosellans dans la secon (...)

11Le préfet régional Jean Schmidt8 est en charge des trois départements lorrains de la zone réservée à partir de juillet 19419. Grand mutilé de la première guerre, il a fait toute sa carrière dans les départements de l’Est. Il parle couramment allemand, ce qui lui permet d’établir vite des rapports courtois avec l’occupant. Schmidt a pris son parti de l’annexion mosellane. « Évidemment, écrit-il en novembre 1940, ce fut dur pour les intéressés, mais il faut comprendre ce que signifie le mot défaite [...]. Cette amputation doit être acceptée par le patient, et exécutée vite pour ne pas être recommencée ou étendue »10. Se soumettre, c’est se protéger. Plus que cela, Schmidt incarne cette ambiguë méfiance de Nancy la française pour Metz l’allemande. Nancy, si française qu’elle refuse d’accueillir les réfugiés messins suspects de germanisme. Toujours dans le même texte de novembre 1940, le préfet écrit : « Je crois que ce serait une faute psychologique de laisser ces populations trop près de chez elles actuellement et en zone interdite. Il vaut mieux les fondre dans la France libre (c’est-à-dire la zone occupée), les imprégner français de même que les Allemands leur offrent de les imprégner allemand en les envoyant en Prusse ». Les conséquences de ce choix, de l’expression de cette vieille méfiance entre deux villes rivales, sont importantes dans la structuration des réseaux de résistance. Si l’on évoque ici le rôle de ce haut fonctionnaire, c’est aussi pour ouvrir la voie à une éventuelle comparaison avec le préfet du Nord Fernand Carles. Ils sont l’un comme l’autre passionnément anticommunistes, prônent la délation et engagent la répression en ce domaine, tout en tentant de maintenir la souveraineté française, négociant sans cesse avec les occupants. Le parallélisme des situations semble pouvoir être pertinent.

12En Meurthe-et-Moselle, donc, trois corps d’armée occupent une région qui souffre d’importantes destructions matérielles. Avec les Vosges et la Meuse, elle est totalement coupée du reste du pays, mais aussi de la Moselle. Et la menace d’une annexion future est toujours présente.

  • 11 L. Douzou, « L’entrée en résistance », dans La Résistance, une histoire sociale, dir. A. Prost, Par (...)
  • 12 F. Marcot, « Pour une sociologie de la résistance, intentionnalité et fonctionnalité », dans La rés (...)

13Que signifie l’engagement dans la résistance dans de telles conditions ? Que veut dire « entrer en résistance » ? Comme l’écrit Laurent Douzou11, l’expression évoque l’idée de rite de passage, ou de modalité d’engagement. Or l’on entre pas en résistance comme on s’engage en religion, en politique, voire dans le monde… L’idée d’entrer, ou de rejoindre la résistance, n’est d’abord pas valide. Il faut, dans un premier temps, là comme ailleurs, créer. On ne peut donc pas réduire l’étude de l’engagement en résistance à l’analyse des organisations ou structures. Il est d’ailleurs souvent difficile d’en définir les critères d’appartenance, durant les premières années d’occupation. Les réactions individuelles, les gestes collectifs des premiers temps, doivent bien sûr être pris en compte. « Résister, c’est réagir », selon François Marcot12. C’est bien de cela qu’il s’agit d’abord. D’une action – et non d’une pensée – contre un état de fait insupportable. « On ne résiste pas dans sa tête », écrit encore François Marcot. En Lorraine, très vite, la majorité de la population est acquise aux idées de résistance, c’est-à-dire est contre l’occupant. Mais le passage à l’acte est le seul signe de l’engagement dans la résistance. Il faut abandonner toute idée de voir opérer une distinction classique entre sympathisants et militants.

« Les Allemands, nous on les connaissait » : une résistance fondée sur une mémoire patriote, qui trouve dans le gaullisme un mode d’expression

  • 13 O. Wieviorka, « Structurations, modes d’intervention, et prises de décision », in La résistance, un (...)

14Dans l’ensemble de la région, la résistance se fonde sur le socle d’un passé douloureux, encore très présent. Comme dans le Nord, on ne compte plus les témoignages d’anciens résistants qui commencent leurs récits « les Allemands, nous on les connaissait » ! L’engagement s’inscrit ainsi dans des traditions et dans un passé, ce qui n’est pas propre à la région. La plupart des groupes nient la spécificité de la défaite de 1940 pour l’inscrire dans un temps long. Les protestants cévenols rappellent la geste des Camisards et les résistants de l’Aude l’épopée cathare13. En Lorraine, la prégnance et la proximité des souvenirs évoqués exacerbent cet appel au passé. Schmidt et Bürckel sont des anciens combattants de la Grande Guerre.

  • 14 Entretien, le 26-09-01.

15Presque tous les résistants lorrains évoquent, dans leurs témoignages, comme premier élément pour justifier leur engagement, les combats, ou la mort, d’un père, d’un oncle, d’un frère, entre 1914 et 1918. Pour expliquer son engagement dans la résistance à Nancy en 1942, le colonel Pierre Legrand14, qui, à 17 ans, était alors étudiant aux Beaux-Arts, commence ainsi son récit : « Ma mère a eu trois frères tués à la guerre de 14-18, et le quatrième blessé, mon père qui avait été gazé, est mort en 1935. C’était la haine des Allemands, la revanche ». Cette prégnance du souvenir de la première guerre mondiale marque également très nettement le Nord-Pas-de-Calais, même si la mémoire est profondément différente.

  • 15 La double surveillance, de l’appareil d’État et de l’appareil du parti, et la présence de populatio (...)
  • 16 L’Écho de Nancy, 3 août.

  • 17 Metzer Zeitung, 12 août.

  • 18 Qualifié de « bonnet à obscurcir le cerveau », le port du béret basque est interdit. À Ars-sur-Mose (...)

16En Moselle, où pourtant toute action, si minime soit-elle, était considérée par les Allemands comme une trahison15, très tôt, des gestes symboliques marquent l’émergence d’une première résistance. La nouvelle presse allemande, ou L’Écho de Nancy, qui consacre parfois une demi-colonne à la Moselle, rapporte ainsi quelques incidents. Le 3 août16, on apprend que le tribunal militaire de Metz a condamné à 3 mois de prison une femme qui avait traité les Allemands de boches. Le 12 août, des lignes téléphoniques sont sectionnées. Le 15 août, pour l’Assomption, la statue de la Vierge de la place Saint Jacques, toujours à Metz, est durant la nuit entourée de fleurs tricolores. Dès le lendemain, l’évêque du diocèse et d’autres prêtres sont expulsés. La violente hostilité des occupants au catholicisme dans cette région très pratiquante renforce le lien entre certains symboles patriotiques et religieux (le culte marial mais aussi celui de Jeanne d’Arc, bien sûr). La presse locale se fait l’écho de ces indisciplines, en multipliant les menaces. Dès le 12 août17, il y est rappelé que les auteurs de sabotages et leurs complices sont passibles de la peine capitale. Les journaux insistent aussi sur l’interdiction de parler, et de chanter en français, tandis que se multiplient les symboliques bérets basques, dont les Allemands ont décrété qu’il était « mal adapté aux têtes allemandes », et qu’il obscurcissait le cerveau18. Les refus de saluts hitlériens, drapeaux à croix gammée lacérés, les injures et graffitis sont fréquents. Fleurissent en particulier des croix de Lorraine. Le gaullisme devient ainsi le mode d’expression d’une hostilité aux Allemands.

  • 19 Rapport du SD de Thionville, semaine du 23 au 18 novembre 1942.

  • 20 M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale,(...)

17Ces gestes spontanés, utilisant des symboles forts, se poursuivent pendant toute la période d’annexion. Ainsi, le 11 novembre 1942, le drapeau tricolore est hissé sur la mairie d’Hagondange. Quelques jours plus tard, c’est le monument aux morts de Moyeuvre-Grande qui arbore les couleurs françaises19. L’analyse de la répression allemande en Moselle, réalisée par Maurice Neigert20, permet de décompter 422 arrestations en Moselle pour propagande anti-allemande, une cinquantaine en 1940, et près d’une centaine pour les quatre autres années de guerre.

  • 21 La délégation française auprès de la commission allemande d’armistice. Recueil de documents publiés (...)

18On note en outre, dès le mois de décembre 1940, une multiplication des arrestations ayant pour motif l’écoute de radio « ennemi » (BBC) ou « étrangère » (Suisse romande). 141 personnes sont condamnées pendant la guerre. La radio de Vichy ne gagne que peu d’auditeurs : il lui est reproché de ne pas assez s’intéresser au sort des provinces annexées. Le sentiment d’abandon prend en Moselle, semble-t-il, vite le pas sur l’attachement au héros de Verdun. Les protestations de Vichy, en attestent les documents, publiés, de la délégation française auprès de la Commission allemande d’armistice21, sont nombreuses. Mais leur nombre déclinant (11 en 1940, 9 en 1941 et 9 en 1942, 3 en 1943) et leur inefficacité ne peuvent que décevoir les Mosellans. En dépit de l’importante diaspora lorraine, et des exhortations pétainistes, les Lorrains restent, pour beaucoup dans la zone Sud, des boches. Il faut même qu’une recommandation officielle déconseille l’emploi du terme pour désigner ces réfugiés.

  • 22 É. Dejonghe, « Les départements du Nord et du Pas-de-Calais », La France des années noires, tome I, (...)

19Au contraire, la France Libre dénonce vigoureusement l’annexion. Dans une déclaration du 20 novembre 1940, de Gaulle associe ainsi, et condamne, la « déportation » des Lorrains, Alsaciens, « en attendant celle des Flamands, des Picards et des Champenois ». La BBC rompt ainsi le sentiment profond d’abandon, que partagent Nord et Lorraine. « Les gens du Nord, écrit Étienne Dejonghe22, n’étaient-ils pas persuadés que le gouvernement les avait abandonnés comme l’Alsace Lorraine » ? Et les nordistes étaient les « boches du Nord »….

20Concernant le Nord, l’autorité administrative allemande écrit en août 1940 : « l’attitude des habitants est négative ». Les rapports des services de sécurité allemands sont aussi explicites pour la Moselle. Ainsi, celui qui est consacré à la semaine du 17 au 29 octobre 1941 précise que « la grosse majorité des lorrains fait preuve d’une obstination grandissante à l’égard du Reich ».

  • 23 M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », op. cit.


21Le responsable syndical de Montigny-les-Metz, dans son rapport du mois de février 1942, écrit quant à lui que « des 16 000 habitants que compte le groupe local, 50 % sont des adversaires déclarés du germanisme, 40 % sont des hypocrites, les 10 % qui restent peuvent être considérés comme bons partisans du régime allemand »23.

  • 24 En Lorraine, le cas le plus significatif fut celui de Victor Antoni (1882-1966). Dirigeant du Parti (...)

22Il faut cependant nuancer l’idée selon laquelle une large majorité des Mosellans s’est opposée à l’occupant. Là comme ailleurs, il y eut peu de résistants. Et les Allemands trouvèrent sur place des minorités germanophiles, et autonomistes, décidées à leur prêter main-forte24. En ce domaine, il convient cependant de distinguer le cas lorrain de la situation alsacienne. La Moselle fut sans conteste plus réservée. Mais si les souvenirs de la Grande Guerre sont encore présents, ceux de la période allemande aussi. Et cette mémoire-là n’est pas entièrement négative. Il n’était pas interdit de parler français, la religion catholique n’était pas interdite, la législation sociale était assez confortable…

  • 25 Les quelques trains de volontaires, de ceux qui ont pu s’inscrire entre le 16 et le 22 mars, qui pa (...)

23Au-delà de la germanisation, c’est la nazification qui mobilisa certains Mosellans, qui ne retrouvèrent pas dans cette seconde annexion la relative bonhomie de l’Allemagne de Guillaume II. Ainsi, lorsque le gauleiter Bürckler, pensant avoir conquis les cœurs, demande en mars 1941 à tous les Lorrains souhaitant partir en France d’en faire la déclaration (reprenant une formule d’option mise en place en 1871), la foule est telle qu’il doit revenir sur sa proposition25.

24En Meurthe-et-Moselle, dans la Lorraine française, la forte présence militaire et le statut particulier de cette zone réservée suscitent aussi très tôt des gestes patriotiques assez similaires. La région s’est toujours revendiquée comme la vraie Lorraine française et patriote, et l’Allemand est resté, depuis 1870, l’ennemi menaçant de l’autre côté d’une proche frontière.

  • 26 J. L. Étienne et P. Gérard, « Débuts et développement de la Résistance en Meurthe-et- Moselle (1940 (...)
  • 27 Rapport du commissaire central au préfet, WM 482.

  • 28 Rapport du commissaire central au préfet, daté du 24 novembre 1940, WM 334.
  • 29 Rapport du commissaire spécial de Nancy au préfet, janvier 1941, Arch. dép. Lorraine, WM 334. Rappo (...)

25C’est encore la presse, en particulier L’Écho de Nancy26, qui rapporte les événements. Le 18 août 1940, à Dombasle, des affiches allemandes sont lacérées. En septembre 1940, sous la conduite de séminaristes, un groupe défile en chantant la Marseillaise à Dombasle. À Nancy, comme à Metz, des femmes sont arrêtées fin août-début septembre pour avoir insulté les troupes d’occupation. et quelques commerçants sont également mis en cause pour avoir refusé de vendre des produits aux soldats allemands. Dans la nuit du 17 au 18 octobre 1940, la statue de Jeanne d’Arc, la Lorraine, symbole patriotique particulièrement marquant dans la région, est dotée d’un drapeau tricolore27. La Brasserie viennoise rue des Michottes, devient le quartier général d’une jeunesse intrépide qui fait jouer à l’orchestre des airs patriotiques. On note également quelques incidents supplémentaires le 11 novembre 194028. Certains lycéens manifestent également leur rébellion. Les incidents, largement dramatisés par la presse, se multiplient dès janvier 1941 dans les établissements scolaires. En criant « Vive de Gaulle », par des graffitis ou lacération d’affiches, ou en quittant ostensiblement les salles de cinéma lors des actualités allemandes, les plus jeunes se font entendre. Les Allemands menacent même de fermer certaines institutions, conduisant les chefs d’établissement à signer une note stricte concernant les sanctions dont sont passibles les écoliers turbulents29. Notons d’ailleurs qu’en Moselle aussi, les plus jeunes furent les plus prompts à réagir. Le premier réseau démantelé, à Metz, est celui de L’Espoir français. Ses 19 membres, âgés de 16 à 19 ans, sont arrêtés dès le mois de juin 1941.

  • 30 Nancy et Pont-à-Mousson, 14, 18, et 20 novembre 1940, Arch. dép. Lorraine, WM 334.


26Plus rapidement et plus nettement qu’en Moselle, les symboles gaullistes apparaissent comme le moyen d’exprimer son refus de la situation. Dès l’automne 1940, comme en attestent les rapports de police30, dans les gares, au passage des trains de lorrains expulsés, sur les quais comme dans les wagons, les cris de « Vive de Gaulle » accompagnent le départ.

  • 31 Arch. dép. Lorraine, WM 334.

  • 32 Nancy, Laxou, Dombsale, Pont-à-Mousson, etc. Arch. dép. Lorraine, WM 334.

27L’écoute de la BBC est dans toute la Lorraine française également attestée par les arrêtés d’interdiction pris dès décembre 1940 dans la Meuse et la Meurthe-et-Moselle. Au printemps 1941, les croix de Lorraine et les V de la victoire se multiplient. Le préfet reçoit à partir de ce moment-là de nombreuses lettres anonymes de patriotes. Dont celle d’un ancien combattant, arguant de cette légitimité pour affirmer que rien ne pourra effacer « les V que tous les véritables français ont dans le cœur »31. L’hostilité de la population de Meurthe- et-Moselle à l’égard des Allemands semble croissante. Le 14 juillet 1943, les gerbes, drapeaux, et inscriptions fleurissent dans tout le département32.

  • 33 Il est le gendre de Joseph Barthélemy, ancien administrateur du journal Le Temps, ancien député, vi (...)

28Remarquons enfin deux éléments qui distinguent nettement, et dès les premiers mois d’occupation, les régions du Nord de celle de l’Est Lorrain. Ainsi l’anglophilie, propre au Nord, n’est pas du tout dominante en Lorraine. On ne trouve pas trace d’un tel sentiment. Par contre, la fidélité au héros de Verdun paraît notable au moins en Lorraine française. Le Maréchal Pétain reste une figure héroïque de la ligne de front qui a divisé la région entre 1914 et 1918. Le préfet Schmidt, collaborateur convaincu, proche, par sa famille, des milieux vichystes33, remet en août 1941 une francisque en cristal de Bacarrat offerte par 90 000 souscripteurs au chef de l’État. Puis en 1943 un livre d’or à reliure précieuse contenant les noms de ces généreux donateurs. Ce pétainisme se heurte souvent aux occupants. En témoignent les négociations du préfet avec le directeur allemand de L’Écho de Nancy, pour répercuter les actes et l’idéologie de la Révolution Nationale. Ce qui n’empêche pas une seconde souscription pour offrir cette fois au vieux Maréchal une épée de cristal sur flamme de verre, œuvre du maître artisan Colette, collaborationniste notoire. Et le chef de l’État n’est-il pas acclamé par une foule encore nombreuse à Nancy en avril 1944 ?

29L’expression d’un patriotisme résistant et d’un maréchalisme fidèle semblent, dans les premiers temps au moins, facilement compatibles.

Des zones prisons : s’enfuir et communiquer, les actes résistants dominants

  • 34 A. François, Passeurs et déportés, un groupe de la vallée de l’Orne, Pont-à-Mousson, P. François éd (...)

30Mais il faut aussi prendre en compte les conditions matérielles, les contraintes concrètes issues de l’occupation et de l’annexion pour comprendre l’évolution de cette résistance. En Moselle, elle se crée à l’intérieur d’un territoire allemand. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas avec la résistance allemande qu’il serait opportun de la comparer. En Lorraine française, les conditions de développement de cette résistance sont plus proches de celles qu’a connues le Nord-Pas-de-Calais, avec, d’ailleurs, un contraste comparable entre départements urbains et ruraux. La brutalité du tracé des nouvelles frontières sépare les familles, déracine les populations déjà largement déplacées, détruit les sociabilités, liens et réseaux préexistants d’une région où les communications, du fait des destructions et confiscations, ne peuvent guère se faire qu’au pas de l’homme. Mais elle crée surtout des zones prisons d’où l’on cherche à s’enfuir. Le franchissement des frontières est rapidement l’objectif de nombreux mouvements. Les passeurs34 deviennent vite une figure importante de cette résistance.

  • 35 M. Neigert, « La résistance en Moselle », Cahiers du cercle Jean Macé, n° 10, Metz, 1982.

31Les filières d’évasion se mettent en place d’abord le long des 200 km de frontières mosellanes, protégées par un contrôle douanier allemand. Les passages ont lieu le plus souvent dans la vallée de l’Orne, dans les localités minières, où l’on utilise le passage du train de minerai, mais aussi dans les Vosges, très boisées. Les filières organisent l’accueil, les étapes, et le franchissement de la frontière, fournissant parfois des faux papiers. Elles évacuent d’abord des prisonniers de guerre évadés, et des civils menacés par l’annexion. La plus célèbre de ces chaînes de passeurs est sans doute celle initiée par la Sœur Hélène de l’hospice Saint-Nicolas de Metz35, arrêtée en février 1942. Près de 600 personnes sont comme elle arrêtées pour avoir aidé des prisonniers de guerre français ou alliés.

  • 36 Ordonnance n° 283.
  • 37 Certains, parce qu’ils n’apparaissaient pas comme suffisamment sûrs ou dignes, reçoivent dans les t (...)
  • 38 Discours reproduit in extenso dans la presse du lendemain. De larges extraits dans M. Neigert, « La (...)

32Très vite, il faut aussi évacuer les jeunes gens menacés par une mobilisation au service du Reich. Le 23 avril 1941, une ordonnance36 annonce la mobilisation de tous les jeunes, filles et garçons, de 17 à 25 ans, dans le service du travail obligatoire du Reich. Le pire intervient un an après : les Lorrains sont incorporés dans l’armée allemande. Les mosellans, considérés comme Volksdeutsche, deviennent Reichsdeutsche, c’est-à-dire citoyens allemands à part entière37. Dans un long discours du 29 août 1942, le Gauleiter déclare que « ce jour apparaîtra dans l’histoire comme le premier jour grand-allemand de la Lorraine »38. Les passeurs deviennent alors l’un des moyens d’échapper à la mobilisation.

  • 39 Longeville-lès-Saint-Avold, et Vittersbourg.

  • 40 Nous ne connaissons pas les chiffres mosellans, mais 33 % des Alsaciens furent réformés pour raison (...)
  • 41 Dans une entreprise indispensable à l’économie de guerre.

  • 42 Le terme date de la première guerre mondiale. C’est le nom que s’étaient alors donnés les Mosellans (...)
  • 43 Les classes 14 à 19 ont déjà combattu dans l’armée française en 1940.
  • 44 M. Neigert, « la répression allemande en Moselle », op. cit.

33D’autres cherchent à se cacher, donnant naissance à des maquis39, ou à obtenir des certificats médicaux40 ou de travail41. Trente mille lorrains deviennent ainsi des nouveaux « malgré nous »42. L’incorporation touche successivement les classes 1908 à 192843. Elle ne fut pas totalement efficace puisque les Allemands pouvaient espérer mobiliser 200 000 personnes en Alsace-Lorraine et n’en mobilisent que 130 000. Ces recrues ne furent pas non plus totalement fiables. Les déserteurs furent nombreux, arrêtés dans toute l’Europe. Et le commandement allemand, conscient de la fragilité de ces troupes, recommandait de ne jamais dépasser 15 % d’Alsaciens-Lorrains par unité. Les mouvements d’insoumission, refus de prêter serment, injures ou tentatives de désertion, de ces réfractaires furent à l’origine selon Maurice Neigert de plus d’un millier d’arrestations44. Les jeunes de Distroff, par exemple, se rendent à leur convocation à Thionville en chantant la Marseillaise. L’incorporation de force explique l’ampleur prise par les filières d’évasion, et l’augmentation des arrestations dans ces réseaux. La résistance profite aussi de l’impopularité de la mesure.

  • 45 Sur le sujet, voir N. Hobam, Quatre années de lutte clandestine en Lorraine, Nancy, 1946, et J.- L. (...)
  • 46 Le recrutement est également une tâche particulièrement difficile en raison de la dureté du régime (...)
  • 47 Le groupe de Thérèse Adloff, d’obédience gaulliste, qui agit dès 1940.


34Reste souvent une seconde frontière à franchir. En Meurthe-et-Moselle, des organisations sont également mises en place pour accueillir les prisonniers puis les réfractaires, qui doivent quitter la zone interdite. Mais sont aussi concernés les volontaires pour la France libre ou les agents brûlés. L’exemple le plus célèbre est celui du premier groupe organisé autour d’Alfred Gauthier45, qui compte environ 200 personnes. Il accompagne les évadés, et tente de les convaincre de rejoindre la France Libre46. Le groupe est démantelé dès 1941. D’autres prennent la suite47, comme le groupe Marie-Odile, d’obédience gaulliste, qui sert aussi de relais à la résistance belge. Les frontières délimitent une prison pour les hommes, mais empêchent également la circulation des informations.

  • 48 Op. cit.

  • 49 Et déborde donc largement la Lorraine : Marne, Ardennes, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Meuse, Meurthe-et-Mos (...)
  • 50 G. Grandval et A. Jean Colin, Libération de l’Est de la France, Paris, Hachette, 1974.

35Les passeurs mosellans transportent également du courrier ou des colis. En Lorraine française, réseaux de renseignements et filières d’évasion sont très étroitement liés. Ils dépendent de Londres, soit des services britanniques soit de la France Libre. L’Intelligence Service dispose pour ne prendre qu’un exemple du réseau Alliance de Marie-Madeleine Fourcade. J.-L. Étienne et P. Gérard48 estiment à quelques centaines le nombre de personnes ayant en Meurthe-et-Moselle appartenu à ces réseaux, et Gilbert Grandval, devenu en novembre 1943 commandant de la région C, qui englobe les huit départements de l’Est49, estime être en contact avec une vingtaine de réseaux de ce genre50.

36Ils jouent donc un rôle capital. Les formes prises par la résistance sont là très clairement inspirées des contraintes du terrain. Mais la résistance s’inscrit aussi dans un contexte sociologique, dans une pratique sociale spécifique.

Une histoire sociale de la résistance lorraine ?

  • 51 F. Marcot, op. cit.

37Au-delà de l’intentionnalité, c’est-à-dire d’un engagement déterminé par l’objectif à atteindre, les valeurs à défendre, la fonctionnalité51, c’est-à-dire la capacité d’action, influence les formes d’engagements. La sociologie des départements lorrains est donc importante. En Meurthe-et-Moselle et en Moselle, une fois encore comme dans le Nord, le caractère ouvrier de la société doit être pris en compte.

  • 52 Confirmant l’audience persistante de la BBC.
  • 53 Dossier consacré à cette journée, WM 334.


38L’audience52 du mot d’ordre lancé sur la BBC pour le 31 octobre 1941 atteste d’une mobilisation ouvrière précoce. Le « gigantesque garde à vous » auquel appelle le général de Gaulle se concrétise par des arrêts de travail dans les usines (Longwy, Mancieulles, Varangéville – Saint Gobain), et dans les mines (chutes de tension électrique, Bazaille, Saint-Pierremont). Les grévistes sont bien entendu arrêtés53.

39Aucun mouvement ne prit l’ampleur des grèves patriotiques et sociales qui agitent les mines du bassin nordiste, mais les chapardages et sabotages, la résistance aux rythmes de travail ou les refus de travail le dimanche se poursuivent pendant les années suivantes. On compte en Moselle 171 arrestations pour des infractions aux lois de l’économie. Presque toutes concernent des ouvriers qui refusent de travailler. Les deux tiers sont arrêtés après le 18 février 1943, date à laquelle Goebbels proclame à Berlin l’entrée dans la « guerre totale ».

  • 54 L. Burger, La groupe Mario, une page de la résistance lorraine, Metz, Imprimerie Hellebrand, 1965.
  • 55 M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », op. cit.

40Mais cette forte mobilisation ouvrière passe aussi par l’action au sein de mouvement. L’histoire du Groupe Mario54, mosellan, est à ce sujet intéressante. Mario était le pseudonyme de son fondateur, un instituteur communiste. C’est en juillet 1941 que Mario se voit confier par le parti la responsabilité de la résistance en Moselle. Groupes de combat, dépôt d’armes, aides aux prisonniers et réfractaires, propagande, sabotages… le mouvement compta jusqu’à 2 000 membres, majoritairement communistes ou syndicalistes. Au cours de l’hiver 1943-1944, il est entièrement démantelé. 752 personnes sont arrêtées. L’analyse sociologique montre que 57 % étaient ouvriers d’usine, 22 % mineurs (12 % charbon, 10 % fer), et 11 % cheminots. Parmi lesquels une centaine d’Italiens et une cinquantaine de Polonais55. Là encore, la comparaison avec le Nord peut sembler pertinente.

41Si la renaissance du mouvement communiste n’est pas aussi précoce que dans le Nord, elle joue tout de même un rôle majeur. Son pouvoir de mobilisation de la classe ouvrière était important, ce qui ne signifie bien sûr pas que la résistance ouvrière ne fut que communiste. Le Groupe Derhan, fondé en 1942, consacré au renseignement et à l’évasion, victime de 45 arrestations aux mêmes dates, était lui aussi largement ouvrier, recrutant dans les milieux sidérurgiques de la vallée de l’Orne, mais il était d’inspiration gaulliste.

  • 56 Tract distribué à Frouard avant juin 1941, WM 325.

  • 57 J.L. Étienne et P. Gérard, op. cit. Pour le Nord, voir le mémoire de maîtrise M. Vasseur, Les résis (...)

42En Lorraine française, le Parti communiste se ranime dès la fin de l’année 1940, et se manifeste par la distribution de tracts, puis de journaux clandestins (L’Humanité et La Voix de l’Est). Les thèmes mêlent revendications sociales et salariales, lutte contre l’occupant, et contre la politique de collaboration, et dénonciation du mouvement gaulliste, « réactionnaire et colonialiste »56. À partir de l’hiver 1941-1942, avec l’implantation du Front national, la lutte devient plus unitaire et s’appuie sur les symboles républicains et révolutionnaires57, soldats de Valmy, 14 juillet, 11 novembre… L’idée d’une insurrection populaire liant revendications quotidiennes et combat patriotique reste cependant dominante, et pas uniquement dans la mouvance communiste (Lorraine).

  • 58 J.-C. et Y. Magrinelli, Antifascisme et Parti communiste en Meurthe-et-Moselle, Auboué, 1985, Maiso (...)
  • 59 100 arrestations, 75 déportations, 15 fusillés.

  • 60 WM 312, WM 393.

  • 61 Expression empruntée à J.-P. Azéma, La France des années noires, Paris, Seuil, 1993-2000.

43En Lorraine française, de multiples actions, des groupes FTP en particulier, visent aussi à frapper l’appareil économique. L’incendie des récoltes ayant provoqué de vives réactions58 dans une population soumise à un rationnement douloureux, c’est l’industrie qui devient la cible de sabotages. C’est dans ce cadre que le groupe de Giovanni Paci, responsable militaire régional, sabote la centrale électrique qui alimente le haut-fourneau d’Auboué le 4 février 1942. Les représailles sont brutales : exécution d’otages59, d’abord, puis démantèlement de l’organisation clandestine communiste, avec l’appui préfectoral. Le groupe FTP de Marcel Simon, ouvrier chaudronnier communiste, prend ensuite le relais. Des attentats assez spectaculaires se succèdent, comme celui visant la sous-station électrique de Laneuveville-devant-Nancy (4 avril 1942). L’exécution et la déportation d’otages60 répondent souvent, en Lorraine comme dans le Nord, aux actes d’une résistance inscrite dans un contexte idéologique, matériel et sociologique spécifique. Mais cette résistance est déjà militaire, elle est le fait de mouvements structurés, et nous allons donc évoquer rapidement cette évolution « des résistances à la résistance »61 en ce qui concerne les autres mouvements.

Des mouvements qui s’étoffent et se militarisent

  • 62 Organisation civile et militaire, d’inspiration militaire, née dans le Nord et à Paris. Son implant (...)
  • 63 Organisation de Résistance Armée, provenant de l’armée d’armistice en zone Sud, implanté à Nancy à (...)
  • 64 J.-L. Étienne et P. Gérard, op. cit.
  • 65 Implantée très vite dans la Marne, le Calvados, en Charente, dans le Nord, la région parisienne (Se (...)
  • 66 N. Hobam, op. cit.


44Nous n’évoquerons que rapidement ce dernier aspect, en privilégiant la Meurthe-et-Moselle. La formation de mouvements dès l’année 1940, qui s’étoffent au long de guerre, permet la mise en place d’une résistance qui progressivement se concentre sur la préparation de la libération, en liaison avec les forces alliées et la France Libre. L’action militaire devient rapidement la priorité des mouvements. Au sein de ces mouvements, l’ambiguïté du rapport à Vichy est levée. Le collaborateur est un traître. Parmi ces mouvements, nous ne nous intéresserons qu’à ceux qui sont nés en Lorraine, délaissant les mouvements nationaux implantés plus tard dans la région, comme l’OCM62, ou l’ORA63. Évoquons plutôt la naissance dès juillet 1940 du mouvement Défense de la Patrie64. Ils sont trois, Jean Faivre, Louis Mourot et Jacques Lemoine, à décider d’agir, dans leur commune de Badonviller, après avoir entendu l’Appel du 18 juin. Ils créent des groupes francs pour engager la lutte, et entrent en septembre 1942 en liaison avec le mouvement Combat. Mais une vague d’arrestations démantèle Défense de la Patrie. Ceux qui échappent à la répression rejoignent, (sous la direction de Jean Braun), Ceux de la Résistance, CDLR. Ce mouvement a été fondé par Jacques Lecomte-Boinet sur ce qui subsiste de Combat-Nord, lui aussi décapité par une vague d’arrestations en février 1942. Cette organisation, d’ampleur nationale65, se développe particulièrement dans l’Est. Le mouvement essaime en Meurthe-et-Moselle, mais aussi dans les Vosges, en Meuse, dans les Ardennes, avec des contacts dans le Doubs et le Jura. En Meurthe-et-Moselle, le mouvement dispose dès la fin de l’année 1942 de quatre groupes. Les problèmes civils sont à la charge du Professeur Mayoux, qui met en place le noyautage des administrations publiques, et le domaine paramilitaire est confié à Émile Pierret. Dès 1943, des sabotages sont organisés, et en 1944, après une nouvelle vague de répression, une formation militaire est mise en place.
Une autre initiative individuelle est celle de Nicolas Hobam66.

45préparateur-épicier, à la SANAL. Il organise d’abord, dès 1940, une filière d’évasion vers le Jura. La filière devient un mouvement d’inspiration gaulliste en 1941, solidement implanté dans la région nancéienne, et prend le nom de Lorraine. Maurice Leroy instituteur, syndicaliste chrétien et militant de la Jeune République, arrive en 1942 et prend en charge le journal clandestin du mouvement, qui atteint un tirage de 10 000 à 12 000 exemplaires. Il est le seul organe de presse clandestin dans la région de Nancy. Imprimé sur place, il est diffusé par un réseau de complicité dans les gares, postes, etc. Son importance est telle que d’autres réseaux, CDLR par exemple, en assurent également, pour partie, la diffusion.

  • 67 Que Hobam dit avoir rencontré, et qui lui aurait remis 50000 francs.
  • 68 Déporté à Buchenwald, il meurt à Dora.

  • 69 Ce dernier mouvement, d’inspiration socialiste et syndicaliste chrétien, apparaît en Meurthe-et-Mos (...)

46Les liens entre CDLR et Lorraine sont assez rapidement établis. Le mouvement sort ainsi de son isolement. Son fondateur, Nicolas Hobam, requis pour le STO et en fuite à Lyon, entre également en contact avec Claudius-Petit (Franc-Tireur) et avec le colonel Manhès, délégué du Comité national français en zone Nord, adjoint de Jean Moulin67. Mais Lorraine n’eut jamais de relation directe et suivie avec Londres. Après l’arrestation de Maurice Leroy en juillet 194368, René Fallas prend la direction de l’organisation. Il confirme sa volonté d’ouverture, renforçant les liens avec CDLR et nouant des contacts avec Libération-Nord69. Si la fusion avec CDLR est impossible, une étroite collaboration unit les deux mouvements qui se partagent le département selon une ligne Paris-Nancy : Lorraine au Nord, CDLR au Sud. Mais Lorraine conserve pourtant jusqu’au bout son autonomie, aux dépens, diront certains, de son efficacité.

  • 70 R. Dodin, « Les FFI en Lorraine », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 105, janvier (...)
  • 71 Une trentaine en Meurthe-et-Moselle, une quarantaine dans les Vosges, où neuf seulement furent serv (...)
  • 72 Jusqu’en 1943, la résistance reste artisanale, et peu structurée.
  • 73 Les FFI n’y sont créés qu’à l’été 1944.

47En parallèle, dans toute la zone réservée, des maquis et des groupes militaires naissent en 1942 et s’organisent au cours de l’année 1943. Et à partir de février 1944 se forment les FFI70. Les structures se mettent en place jusqu’au 6 juin 1944. Les départements sont divisés en secteurs, les états-majors constitués, les terrains de parachutages opérationnels et homologués71. La Meurthe-et-Moselle et les Vosges72 disposent d’une structure solide. La Meuse, par contre, où la Résistance a subi des coups très rudes, et la Moselle, isolée et fragilisée par son statut73, semblent plus instables. En même temps se préparent les Comités de Libération. Le principal problème reste celui des armes, qui sont en nombre très insuffisant. Grandval ne cesse de signaler à Londres cette lacune, et les maquis s’impatientent en l’attente de parachutages promis mais qui n’arrivent pas.

  • 74 Au total, on comte 47 morts et 100 déportés.

48Dès le débarquement, la BBC donne l’ordre de déclencher la guérilla. Le déclenchement prématuré de combats menés par des hommes mal armés est très préjudiciable à la résistance lorraine. Londres lance, mais trop tard, un ordre de modération. Seul l’état-major de Meurthe-et-Moselle, faute de moyen, avait renoncé à déclencher le combat. Les maquis des Vosges, en particulier celui de Corcieux, payent cher cette erreur tactique74. La violente réaction de l’ennemi et les suppliques de Grandval ne mobilisent pas réellement Londres, qui promet juste, le 23 juin, l’envoi de brassards tricolores à croix de Lorraine, censés mettre leurs porteurs sous protection des conventions de La Haye. Il semblerait que Londres se soit méfié du colonel Grandval, qui aurait été considéré comme politiquement incertain. Mais il s’agit d’un autre sujet. Nous n’entamerons pas ici le récit détaillé des opérations de libération de l’Est de la France, et qui échappent à la problématique qui nous occupe.

49Comme dans le Nord, la libération était attendue avec ferveur par les populations. Cette résistance lorraine, en zone interdite comme en zone annexée, a contribué à cette libération par les armes, mais elle a surtout soutenu le sentiment patriotique pendant les années d’occupation, dans des conditions particulièrement pénibles, en se fondant sur un passé déjà très complexe. Bien sûr, la Lorraine et le Nord diffèrent en de multiples domaines. Leurs points communs même peuvent les séparer. Le catholicisme du Nord ne peut être par exemple assimilé au catholicisme lorrain, pas plus qu’on ne peut assimiler le monde ouvrier et le patronat des deux régions. Les souvenirs de la Première Guerre ne sont pas non plus identiques. Il n’en reste pas moins que la similarité des conditions d’occupation par la création de la zone interdite au retour des réfugiés permet une approche comparative, qui, si elle doit être prudente, peut être intéressante.

Haut de page

Annexe

Discussion

Jean-Pierre Azéma : Vous avez bien fait finalement de parler des deux Lorraine, la première, la Moselle donc, qui est toujours occultée par les deux départements de l’Alsace, d’autant plus qu’il y a au niveau de la mémoire un groupe de pression extrêmement efficace, les « Malgré nous », qui marquent surtout les Alsaciens et l’on oublie toujours ce qu’il s’est passé du côté des Mosellans et vous avez bien fait de rappeler qu’ils ont subi autant de choses que les Alsaciens. Vous avez parlé ensuite de la Meurthe et Moselle, ce qui nous montre l’ambivalence de l’opinion, une Moselle « anti-boches » et en même temps sinon totalement pétainiste, du moins maréchaliste, c’est-à-dire celle qui se souvient du vainqueur de Verdun, donc celle des 90 000 souscripteurs de cette francisque de Baccarat qui est quand même pas mal dans le genre. Et à côté de cela, vous avez des mouvements de résistance spécifiques de Lorraine, en particulier le mouvement « Lorraine » qui a son importance et sur lequel ont travaillé des historiens et qui a pu s’intégrer au MNL à partir de 44. Et ce que vous dites sur ce qu’il se passe en juin 1944 est malheureusement juste, j’ajouterai cette petite précision : si Koenig finit par donner l’ordre aux résistants de monter au créneau, de monter en puissance, c’est, on le sait maintenant, sous la pression des Britanniques qui en 48 heures ont changé d’opinion quand ils ont vu ce qu’il se passait au niveau d’Overlord et qui ont demandé à Koenig de déclencher l’ordre d’action. Ce dernier était pris entre les pressions britanniques et la certitude qu’ils allaient au casse-pipe, il s’est exécuté quand même, mais trois jours après il leur a demandé de rentrer pour ne pas être massacrés, comme cela a été le cas en Lorraine comme ailleurs en France.

Étienne Dejonghe : On a toujours l’habitude de coller en un seul morceau l’Alsace et la Lorraine, les Alsaciens et les Lorrains, alors je voudrais poser la question de savoir s’il y a des éléments de différenciation entre Alsaciens et Lorrains pendant l’occupation.

Emmanuelle Jourdan : Je crois que les Lorrains étaient plus francophones, plus rattachés et plus attachés à la France et puis il n’y avait pas en Moselle de mouvements autonomistes aussi puissants qu’il pouvait y en avoir en Alsace. En outre, ces mouvements autonomistes étaient moins importants dans la période antérieure française et les Allemands n’ont pas pu s’appuyer sur un mouvement autonomiste germanophile lors de leur invasion. Il y en a eu bien sûr, mais ça n’était pas aussi important qu’en Alsace. Alors c’est une différence notable. Les Mosellans n’aiment pas être associés aux Alsaciens pour cette période de la guerre car ils considèrent avoir fait montre d’une toute autre attitude que leurs voisins.

Étienne Dejonghe : Les rapports allemands le disent. Quand ils sont arrivés à Metz, ils parlent d’une très grande froideur. Ce qui me frappe quand je vais à Nancy, c’est cette statue des deux femmes qui pleurent, la province séparée, la province rattachée…

Godeleine Vanmersel : Je voulais poser une question sur l’ampleur du phénomène des « Malgré-nous » en Moselle par rapport à ce phénomène en Alsace. Est-ce effectivement la même ampleur ?

Emmanuelle Jourdan : Non, pas du tout. Pour la Moselle, il y a eu 30 000 jeunes qui ont été incorporés de force. Il y en a eu, je crois, près de 100 000 en Alsace. Ce n’est donc pas la même ampleur. Pour les « Malgré-nous », je rappelle que ce terme n’est pas apparu pour la Seconde guerre mais bien pour la Première guerre mondiale et qu’il est d’origine mosellane, et non d’origine alsacienne. Au départ, les Alsaciens parlaient volontiers d’une incorporation forcée. C’est après que l’élargissement s’est fait et que les Alsaciens, plus nombreux, ont mobilisé cette mémoire plus que les Mosellans.

Monsieur Tales : Il ne faut pas oublier quelque chose dans la poche de Colmar. Il y avait des « Malgré-nous », ils se sont battus contre De Lattre, il ne faut pas l’oublier, il y a très peu de gens qui le savent, ils ne sont pas allés uniquement sur le front de l’Est. Français contre Français. Il ne faut pas oublier non plus l’Alsace. 1871-1918, après re-belote 1940-1945, Colmar a été libérée le 2 février 1945. Sans commentaire. Vous savez, ces Alsaciens ont terriblement souffert. Ils ont été obligés de parler allemand, entre eux bien sûr c’était un dialecte alsacien. Mais moi, j’ai le plus grand respect pour ces gens-là.

Jean-Pierre Azéma : On ne va pas ouvrir le dossier des « Malgré-nous » alsaciens, on n’en finirait pas. On peut dire, ainsi que l’a signalé Madame Jourdan, que comme dans le Nord, les Alsaciens plus particulièrement et les Mosellans ont eu l’impression que le régime de Vichy les abandonnait. Comme on le sait tous, il y a eu des protestations, de Philippe Pétain notamment, mais des protestations qui ont été totalement secrètes et ces Alsaciens et ces Mosellans ont eu l’impression que le peuple français, plus encore peut-être ou tout autant que le régime de Vichy, les laissait tomber devant cette annexion de fait et devant cette germanisation forcée.

Haut de page

Notes

1 P. Barral, « L’Alsace-Lorraine, Trois départements sous la botte », dans La France des années noires, t. 1, De la défaite à Vichy, dir. J.-P. Azéma et F. Bédarida, Paris, Seuil, 1993.

2 Qui choisissent d’abandonner leur famille pour leur patrie.


3 P. Cézard, « L’annexion de fait de l’Alsace et de la Lorraine (juin 1940-septembre 1942) », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, 1952, n° 5, p. 37-52.

4 P. Cézard, op. cit.

5 H. Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique », Revue du Nord, n° 2 spécial hors série, 1987.

6 J. Mièvre, « Début de l’Ostland en Meurthe-et-Moselle », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 79, 20e année, juillet 1970.

7 P. Gérard, « Le protectorat industriel allemand en Meurthe-et-Moselle », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 105, 27e année, janvier 1977.

8 P. Barral, « Une préfet régional sous l’occupation, Jean Schmidt (1940-1943) », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale et des conflits contemporains, n° 144, 38e année, 1986.

9 Il est remplacé en juillet 1943, et au moment de l’épuration, simplement révoqué, gardant ses droits à pension.

10 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, WM 389. Texte complet publié dans Moselle et Mosellans dans la seconde guerre mondiale, Metz, 1983.

11 L. Douzou, « L’entrée en résistance », dans La Résistance, une histoire sociale, dir. A. Prost, Paris, Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 1997.

12 F. Marcot, « Pour une sociologie de la résistance, intentionnalité et fonctionnalité », dans La résistance, une histoire sociale, dir. A. Prost, op. cit.

13 O. Wieviorka, « Structurations, modes d’intervention, et prises de décision », in La résistance, une histoire sociale, dir. A. Prost, op. cit.

14 Entretien, le 26-09-01.

15 La double surveillance, de l’appareil d’État et de l’appareil du parti, et la présence de populations allemandes ou acquises à l’annexion, renforcent encore la dangerosité de toute manifestation d’hostilité aux occupants.

16 L’Écho de Nancy, 3 août.


17 Metzer Zeitung, 12 août.


18 Qualifié de « bonnet à obscurcir le cerveau », le port du béret basque est interdit. À Ars-sur-Moselle, le Stadtkommissar fait apposer une affiche en ce sens, et la presse alsacienne (Strassburger Neueste Nachriten du 13 mai 1941) justifie la mesure. L’ordonnance d’interdiction date du 13 décembre.

19 Rapport du SD de Thionville, semaine du 23 au 18 novembre 1942.


20 M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 105, janvier 1977.

21 La délégation française auprès de la commission allemande d’armistice. Recueil de documents publiés par le gouvernement français, 5 tomes, 1947, dans P. Cézard, op. cit.

22 É. Dejonghe, « Les départements du Nord et du Pas-de-Calais », La France des années noires, tome I, De la défaite à Vichy, dir. J.-P. Azéma et F. Bédarida, Paris, Éditions du Seuil, 1993- 2000.

23 M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », op. cit.


24 En Lorraine, le cas le plus significatif fut celui de Victor Antoni (1882-1966). Dirigeant du Parti Populaire social chrétien de Lorraine, signataire dès 1926 d’un manifeste en faveur de l’autonomie lorraine, arrêté au début de la guerre puis « rendu » aux Allemands en juillet 1940.

25 Les quelques trains de volontaires, de ceux qui ont pu s’inscrire entre le 16 et le 22 mars, qui partent cependant en mai, sont pris d’assaut.

26 J. L. Étienne et P. Gérard, « Débuts et développement de la Résistance en Meurthe-et- Moselle (1940-1943) », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale, n° 105, janvier 1977.

27 Rapport du commissaire central au préfet, WM 482.


28 Rapport du commissaire central au préfet, daté du 24 novembre 1940, WM 334.

29 Rapport du commissaire spécial de Nancy au préfet, janvier 1941, Arch. dép. Lorraine, WM 334. Rapports du sous-préfet de Lunéville, avril-mai 1941, WM 980/72.

30 Nancy et Pont-à-Mousson, 14, 18, et 20 novembre 1940, Arch. dép. Lorraine, WM 334.


31 Arch. dép. Lorraine, WM 334.


32 Nancy, Laxou, Dombsale, Pont-à-Mousson, etc. Arch. dép. Lorraine, WM 334.

33 Il est le gendre de Joseph Barthélemy, ancien administrateur du journal Le Temps, ancien député, vice-président du parti de l’Alliance démocratique, garde des Sceaux de janvier 1941 à mars 1943.

34 A. François, Passeurs et déportés, un groupe de la vallée de l’Orne, Pont-à-Mousson, P. François éditeur, 1990.

35 M. Neigert, « La résistance en Moselle », Cahiers du cercle Jean Macé, n° 10, Metz, 1982.

36 Ordonnance n° 283.

37 Certains, parce qu’ils n’apparaissaient pas comme suffisamment sûrs ou dignes, reçoivent dans les trois jours qui suivent une notification d’exclusion. Ils sont nombreux à demander alors à pouvoir partir en France. Par un affichage du 5 septembre, le Gauleiter semble accéder à cette demande. Mais il se rétracte très vite. De tels départs priveraient la région d’une main d’œuvre précieuse. Il accuse donc la France de ne pas vouloir accueillir les réfugiés, et demande la rétractation écrite des Lorrains concernés. Un millier de ces « irréductibles », ou « indignes », sont arrêtés et envoyés dans des camps allemands de travail (Bad Blankenburg et Lagensalza).

38 Discours reproduit in extenso dans la presse du lendemain. De larges extraits dans M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », op. cit., et dans P. Cézard, op. cit.

39 Longeville-lès-Saint-Avold, et Vittersbourg.


40 Nous ne connaissons pas les chiffres mosellans, mais 33 % des Alsaciens furent réformés pour raisons médicales.


41 Dans une entreprise indispensable à l’économie de guerre.


42 Le terme date de la première guerre mondiale. C’est le nom que s’étaient alors donnés les Mosellans contraints de servir dans l’armée allemande, qui fondèrent en 1920, sous le patronage de Maurice Barrès, une première association portant ce nom. En Alsace, le terme est moins courant et on lui préfère celui d’« incorporés de force ».

43 Les classes 14 à 19 ont déjà combattu dans l’armée française en 1940.

44 M. Neigert, « la répression allemande en Moselle », op. cit.

45 Sur le sujet, voir N. Hobam, Quatre années de lutte clandestine en Lorraine, Nancy, 1946, et J.- L. Étienne et P. Gérard, op. cit.

46 Le recrutement est également une tâche particulièrement difficile en raison de la dureté du régime d’occupation. Le colonel Legrand se souvient par exemple de ses difficultés pour « contacter » - le mot est un néologisme devenu courant dans la Résistance – un groupe, rejoindre la résistance, ou partir. « On faisait des vacheries au directeur de l’École des Beaux-arts qui était collabo ». Mais comment franchir le cap ? Il doit son entrée dans l’action à un pion de l’école, qui avait fait la guerre en 1914-1918 avec son oncle, et qui lui a donné un premier contact. Entretien, op. cit.

47 Le groupe de Thérèse Adloff, d’obédience gaulliste, qui agit dès 1940.


48 Op. cit.


49 Et déborde donc largement la Lorraine : Marne, Ardennes, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Vosges.


50 G. Grandval et A. Jean Colin, Libération de l’Est de la France, Paris, Hachette, 1974.

51 F. Marcot, op. cit.

52 Confirmant l’audience persistante de la BBC.

53 Dossier consacré à cette journée, WM 334.


54 L. Burger, La groupe Mario, une page de la résistance lorraine, Metz, Imprimerie Hellebrand, 1965.

55 M. Neigert, « La répression allemande en Moselle », op. cit.

56 Tract distribué à Frouard avant juin 1941, WM 325.


57 J.L. Étienne et P. Gérard, op. cit. Pour le Nord, voir le mémoire de maîtrise M. Vasseur, Les résistants et les fêtes patriotiques dans le Nord, Université Lille 3, 1995, dir. A. Becker.

58 J.-C. et Y. Magrinelli, Antifascisme et Parti communiste en Meurthe-et-Moselle, Auboué, 1985, Maison des jeunes et de la culture d’Auboué.


59 100 arrestations, 75 déportations, 15 fusillés.


60 WM 312, WM 393.


61 Expression empruntée à J.-P. Azéma, La France des années noires, Paris, Seuil, 1993-2000.

62 Organisation civile et militaire, d’inspiration militaire, née dans le Nord et à Paris. Son implantation en Meurthe-et-Moselle fut quasiment nulle, tandis que le mouvement était implanté dans les Vosges.

63 Organisation de Résistance Armée, provenant de l’armée d’armistice en zone Sud, implanté à Nancy à partir de l’hiver 1942-1943.

64 J.-L. Étienne et P. Gérard, op. cit.

65 Implantée très vite dans la Marne, le Calvados, en Charente, dans le Nord, la région parisienne (Seine et Oise et Seine et Marne). Voir G. Grandval et A. J. Colin, op. cit.

66 N. Hobam, op. cit.


67 Que Hobam dit avoir rencontré, et qui lui aurait remis 50000 francs.

68 Déporté à Buchenwald, il meurt à Dora.


69 Ce dernier mouvement, d’inspiration socialiste et syndicaliste chrétien, apparaît en Meurthe-et-Moselle en 1942, au moment de la renaissance de la SFIO clandestine. Il mène une action de propagande, d’évasion, mais aussi une action paramilitaire, et recrute largement dans les centres industriels de la régions de Nancy (Varangeville, Dombasle) et du Haut Pays (Longwy, Jarny), en liaison étroite avec la CGT et la CFTC, mais aussi dans les milieux de la fonction publique.

70 R. Dodin, « Les FFI en Lorraine », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 105, janvier 1977.

71 Une trentaine en Meurthe-et-Moselle, une quarantaine dans les Vosges, où neuf seulement furent servis.

72 Jusqu’en 1943, la résistance reste artisanale, et peu structurée.

73 Les FFI n’y sont créés qu’à l’été 1944.

74 Au total, on comte 47 morts et 100 déportés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Jourdan, « La résistance en Lorraine », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 129-146.

Référence électronique

Emmanuelle Jourdan, « La résistance en Lorraine », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/415

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Jourdan

Université de Lille 3 - CRHEN-O

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org