Navigation – Plan du site

Maurice Schumann, la voix de la résistance

Thibault Tellier
p. 171-182

Texte intégral

1Maurice Schumann a participé au premier plan à la Résistance contre l’ennemi allemand. Il a été, au cours des cinq années de guerre, la voix de la résistance de la France libre qui, chaque jour, s’adressait aux Français et aux combattants de l’ombre pour les encourager à poursuivre leur périlleux et courageux engagement.

2Ce texte a donc pour but de présenter les grandes lignes de son engagement et montrer en quoi sa fonction de porte-parole de la France Libre le situe parfaitement dans les perspectives qui sont celles de la recherche menée actuellement.

3Dans un premier temps, il sera question de la précocité de l’engagement puisque, si l’on s’en tient à la formule consacrée, Maurice Schumann appartient au cercle restreint des résistants de la première heure. Dans un second temps, il sera question de l’aide apportée à la Résistance.

Un résistant de la première heure

4Maurice Schumann voit le jour à Paris le 10 avril 1911 dans une famille de bourgeois aisés. Ses premiers engagements politiques se situent nettement à gauche. Étudiant à Paris, il adhère à la Ligue d’Action Universitaire Républicaine (LAURS) dont le président est alors Pierre Mendés-France. Maurice Schumann franchit le pas et adhère à la SFIO.

5La section de Paris dans laquelle il milite le fait rencontrer la seconde épouse de Léon Blum. Celle-ci lui fait rencontrer le chef du parti socialiste. Le futur ministre du général de Gaulle n’a jamais caché le charme intellectuel dégagé par le chef historique du parti socialiste.

6Sur le plan professionnel, après des brillantes études qui lui ont notamment valu un prix de philosophie au Concours général, Maurice Schumann décide, après avoir dû renoncer à intégrer l’École normale supérieure pour raison de santé, de s’orienter vers le journalisme. Il intègre les services de politique étrangère de l’agence Havas en 1932. L’année suivante, il part pour Londres. Il y reste trois années.

7Ses fonctions professionnelles lui permettent d’acquérir une acuité particulière concernant la montée du fascisme en Europe. Dès les origines, il s’y montre résolument hostile. Autant sur le plan politique que, d’ailleurs, sur le plan spirituel. Son attirance de plus en plus forte pour le catholicisme étant, de son point de vue, parfaitement incompatible avec le paganisme que les nazis tentent d’imposer en Allemagne. En 1936, Schumann participe activement à Paris à la campagne électorale de Paul Reynaud, l’un des rares hommes politiques à avoir compris très tôt ce que représentait pour la France le nouveau danger allemand.

8En 1938, Maurice Schumann appartient à la petite minorité des anti- munichois alors que lui-même se situe désormais clairement chez les démocrates-chrétiens, animés notamment par le journaliste de L’Aube, Georges Bidault.

9La déclaration de la guerre, un an plus tard, ne le prend donc pas au dépourvu. Lucide, il savait que cette échéance était devenue inévitable, du fait même de la faiblesse des démocraties à l’égard d’Hitler. À sa demande, et malgré son état de santé, il est versé dans le service armé. Il est alors officier de liaison avec l’armée britannique. Le 17 juin, à son grand désespoir, il entend le Maréchal Pétain annoncer officiellement qu’il faut cesser le combat. Lui ne l’entend pas ainsi. La suite de son parcours mérite de lui donner directement la parole. Maurice Schumann, en compagnie d’autres soldats, se trouve à Niort le 18 juin :

  • 1 Déclaration de Maurice Schumann à l’auteur, dans T. Tellier, Maurice Schumann 1939-1945, Une voix d (...)

« Je vais me laver les mains dans l’arrière-cour d’un café où nous nous étions attardés pour essayer de boire quelque chose, et j’entends alors la fin de l’appel du général de Gaulle (moi, général de Gaulle, actuellement à Londres…). Je reste en arrêt et j’entends la dernière phrase : « Quoiqu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas et ne s’éteindra pas ». Je dis à mes camarades qu’il y a à Londres une structure frêle mais française et nous nous jurons de la rejoindre à tout prix »1.

10Arrivé à Londres avec une lettre de recommandation de Daniel-Rops et après avoir signé un acte d’engagement dans les Forces Françaises Libres, le 30 juin, il rencontre enfin de Gaulle. Peut-on parler de coup de foudre ? Le terme ne semble pourtant pas si déplacé lorsque l’on a entendu Maurice Schumann raconter cette entrevue. Les relations qu’a ce dernier à Londres sont précieuses pour de Gaulle qui le charge de recruter pour la France Libre. Quelques jours plus tard, il est chargé par le même général de Gaulle de le représenter quotidiennement pour les cinq minutes auquel il a droit sur les ondes de la BBC. Sa mission : galvaniser les énergies résistantes sur le sol national qui sont en train de se former. Il gardera toujours en mémoire ce que le général de Gaulle lui avait dit lors de leur première rencontre : « Il faut ramener du bon côté non pas les Français mais la France ». Sa détermination est entière.

11L’ancien journaliste d’Havas s’est transformé pour les besoins de la guerre, en un porte-parole d’exilés en quête d’une souveraineté à reconquérir.
À cette date pourtant, les actes de résistance sont encore très rares et isolés les uns des autres. La voix du porte-parole de la France Libre est là pour guider leurs premiers pas. « Être le lien avec l’insubmersible » est la définition

  • 2 A. Mathieu, La France Libre en Grande-Bretagne 1940-1943, Paris I, mémoire de maîtrise, 1969, sous (...)

12donnée de son rôle par Maurice Schumann lui-même.
Durant quatre années, jour après jour, Maurice Schumann parle sur les ondes par-delà la Manche. Symboliquement, sa première intervention a lieu la veille de la fête nationale, le 13 juillet. C’est en réalité à une véritable guerre des ondes que l’on va assister. Selon une estimation, Maurice Schumann, sur les 1 417 jours passés à Londres, parle sur les ondes 1 200 fois2. La nature de ces messages évolue bien évidemment au fil du temps.

  • 3 M. Schumann, La voix du couvre-feu, Paris, Plon, 1964, p. 22.

13Au début, il s’agit avant tout de garder l’espoir. Il convient effectivement de rappeler que la véritable France, la France éternelle, ne renonce pas au combat. Aussi, la toute première de ses allocutions s’adresse-t-elle à François Mauriac qui a écrit un texte favorable au maréchal Pétain. Le porte-parole de la France libre lui répond par ses mots : « Le drame de la Patrie, nous l’avons vécu, et nous le vivrons comme le drame de la créature. Et jamais, François Mauriac, nous ne reviendrons sur nos pas »3. En septembre 1945, François Mauriac salue dans Le Figaro les « Hommes nouveaux », parmi lesquels Schumann. Il s’agit donc d’une contribution qui est avant tout intellectuelle. Il est vrai qu’en 1940, la Résistance n’est pas encore du tout structurée. L’essentiel est d’empêcher la propagande de Vichy de gagner à elle les esprits. Cette première bataille est très vite remportée, puisque comme nous le dit Pierre Laborie, dès 1940, les préfets interdisent l’écoute de la radio de Londres, mais il est déjà trop tard. Le message passe : il faut résister à l’oppresseur car la guerre n’est pas finie. Elle ne fait en réalité que se poursuivre du point de vue de Maurice Schumann.

  • 4 Émission du 28 octobre 1940.

14Dans son émission du 3 septembre 1940 intitulée justement La guerre continue, il refuse tout renoncement à la poursuite de la lutte et constate au contraire que nous n’en sommes en réalité de son point de vue qu’au « 365e jour de la guerre que l’Allemagne a déchaînée, et qui ne se terminera que par sa défaite ». Maurice Schumann s’attache jour après jour à montrer le véritable visage du nazisme aux Français. En particulier à ceux qui seraient tentés de se laisser conduire dans la voie de la collaboration. Il faut dire que Maurice Schumann figurait parmi les rares observateurs à avoir, avant-guerre, lu Mein Kampf. La rhétorique est directe : « Mais prends garde, peuple français, toi qui, depuis longtemps, a compris où l’on te mène. Ce n’est pas demain, c’est aujourd’hui qu’il te faut imposer ce sursaut »4. L’entrevue de Montoire qui a eu lieu quatre jours plus tôt ne peut donc rien amener de bon à la France. Il le dit avec force : « Nous tenons [...] pour sacrilège, toute association directe ou indirecte, de la France avec son ennemi mortel ». Seule la résistance peut sauver le pays. Pour cela, il faut lui venir en aide.

L’aide apportée à la résistance

15Très tôt, la radio de Londres s’intéresse aux actes de résistance qui ont lieu sur le sol national. Dès le 6 juillet 1940, Étienne Achavanne, du Havre, est fusillé par les Allemands pour avoir saboté des câbles téléphoniques. Au début, Maurice Schumann en a connaissance, surtout pour la zone rattachée, par la presse allemande qui relate l’exécution de « terroristes ».

16Rapidement, les canaux d’information se multiplient. Dès 1941, il peut compter sur ceux qu’il a appelés lui-même « Les hommes du va-et-vient », c’est-à-dire les résistants qui font la navette entre la France occupée et Londres. Par la suite, lorsque le nombre de postes émetteurs rend la chose possible, il reçoit des informations quotidiennes en provenance de la Résistance intérieure. Il peut également compter, à partir de 1942, sur la mise sur pied du Bureau d’information et de presse (BIP), animé par Georges Bidault. La collaboration avec Jacques Soustelle, qui devient en 1942 commissaire à l’Information, est également essentielle. Une véritable amitié naquit d’ailleurs à cette occasion entre les deux hommes.

17Le porte-parole de la France Libre peut également compter sur la création, au sein du BCRA, d’une section non militaire, chargée de transmettre au Commissariat à l’Intérieur, dirigé alors par André Diethelm, tous les documents et télégrammes d’information de caractère politique en provenance de France, et de transmettre, par le même canal, à la résistance intérieure, les instructions du Commissariat à l’Intérieur. Maurice Schumann bénéficie d’une copie de ces documents, ce qui constitue une mine de renseignements concernant les activités résistantes. L’autre grande innovation est l’instauration, en avril 1942, par Diethelm d’un Comité exécutif de propagande.

18On entre alors dans une seconde phase, plus opérationnelle. Le but de Maurice Schumann est désormais d’œuvrer à la structuration de la Résistance.

19S’il salue, comme il se doit, les actes de résistance à l’occupant qui sont, ici et là, de plus en plus nombreux, il en appelle surtout à l’organisation de ces mouvements. Dans son émission du 28 août 1941, il rend hommage au jeune Paul Colette qui a ouvert le feu sur Marcel Déat et Pierre Laval. Mais aussi héroïque qu’il soit, ce geste ne saurait suffire : « Nous ne cesserons pas de dire qu’accepter de frapper ensemble et plus tard, c’est vouloir frapper plus sûrement et plus fort » explique-t-il. Il faut avant tout songer à l’organisation. Ce n’est d’ailleurs que sur ce point précis que l’on peut, peut-être, déceler une certaine divergence de point de vue entre Maurice Schumann et le général de Gaulle. Pour ce dernier, quel que soit le prix à payer, il faut montrer à l’occupant que la France n’a jamais accepté la reddition de juin 1940, en réalité du régime de Vichy et non de la Nation française.

20À cette date, les relations entre la France Libre et la France occupée sont encore, il est vrai, assez aléatoires dans la mesure où ce n’est qu’à cette date, que le premier émissaire officiel de la France Libre, Yvon Morandat, est parachuté en France occupée.

21Il va sans dire en effet que, dans l’esprit de Maurice Schumann, la structuration doit se construire autour de la France Libre et de la personne du général de Gaulle. Ce qui ne va pas de soi au début. Comme l’a écrit Jean-Pierre Azema, il existe une réelle « spécificité originelle de la résistance intérieure » qui n’entend pas se placer spontanément sous l’autorité du général de Gaulle. L’action de Maurice Schumann en direction de celle-ci s’inscrit donc aussi sur un plan politique. Ceci est surtout vrai à partir de 1942. De ce point de vue, la crise de novembre 1942 entre Darlan et de Gaulle marque un tournant dans le rôle joué par Maurice Schumann. À deux reprises en 1943, il se rend en Afrique du Nord pour y favoriser l’implantation des Comités de la France combattante.

22La présentation même du porte-parole du général de Gaulle évolue elle aussi. Au début, la formule est : « Voici le porte-parole de la France Libre ». À partir de juillet 1942 : « Voici le porte-parole de la France combattante ». Enfin, à partir de l’été 1943 : « Voici le porte-parole du Comité Français de la Libération Nationale ».

23L’œuvre unificatrice accomplie par Jean Moulin donne un débouché plus pratique aux messages diffusés par Maurice Schumann à partir de 1943. Désormais, il s’agit de veiller à la diffusion pratique d’informations destinées à la Résistance sur le terrain ainsi que de messages à l’adresse des populations, en particulier au moment des grands rendez-vous de la Mémoire nationale comme le 1er mai ou le 14 juillet. La personnalisation des messages est de plus en plus manifeste. La voix de Maurice Schumann est, il est vrai, désormais familière aux résistants.

24L’exemple du maquis des Glières en Haute-Savoie est ici significatif. L’insurrection contre les troupes allemandes y débute en janvier 1944. La bataille va durer plus de deux mois. Un véritable dialogue va s’instaurer entre le porte-parole de la France Libre et les résistants.

25Il reste maintenant à s’interroger sur l’impact de la mission assurée par Maurice Schumann au micro de la France Libre en direction de la Résistance intérieure.

L’écho de sa voix : l’exemple des glières

  • 5 Éditions de La Table ronde, 1965.


26Maurice Schumann n’a pas comme seul but d’encourager la résistance morale du peuple de France. Il a, en même temps, une action ciblée et concrète envers la résistance intérieure. Il en est ainsi en particulier lorsque celle-ci accentue sa pression sur les troupes allemandes.
Certains estiment à ce propos que Maurice Schumann joua trop sur l’incitation à appeler les combattants de l’intérieur à se battre, tandis que lui-même, à cette date, se trouvait à Londres. C’est par exemple l’opinion de Robert Mengin dans son ouvrage, De Gaulle à Londres vu par un Français Libre écrit : « J’estimais monstrueux que, de Londres, nous puissions inciter nos compatriotes à mettre leur vie en péril par des actes, du reste, prématurés. Schumann, lui, porte-parole, signataire enthousiaste de l’acte d’engagement, était chaque soir, par devoir, le clairon qui, dans le microphone de Londres, sonnait la charge »5.

27Cette opinion est toutefois très minoritaire. Pour l’essentiel de ceux qui l’ont alors connu, en particulier Lucie Aubrac que nous avons interrogée à ce sujet, il a été, au contraire, par ses allocutions quotidiennes au micro, une arme de la Résistance durant les années 1943-1944, proclamant tout haut ce que les combattants de l’ombre pensaient et devaient garder pour eux. Selon elle, « Schumann a été un véritable soldat car chacun fait la guerre à la place où on le met ».

  • 6 G. Fontenice, Les Français parlent aux Français, Roubaix, Éditions Vershave, p. 5. Il ne faut toute (...)

28Georges Fontenice, qui fut résistant dans le Nord de la France, note dans son ouvrage Les Français parlent aux Français que « La BBC donna son plein sens à la résistance larvée dans nos cœurs déchirés ». Il conclut son témoignage par ce jugement : « Pendant quatre ans, l’équipe des Français parlent aux Français et le porte-parole de la France combattante firent entendre au monde entier que la France avait toujours son mot à dire »6.

  • 7 Cité par C. Rimbaud, Maurice Schumann, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 74.

29Pour Pierre Sudreau, autre résistant, « En 1941, la Résistance n’était encore faite que de groupuscules sans liens entre eux. Le ferment fondateur de ces multiples initiatives a été Maurice Schumann qui, de jour en jour, a encouragé le sursaut des Français. Sa voix, toujours chaleureuse, a joué un rôle essentiel dans l’éveil de la Résistance et son influence n’a cessé de s’amplifier jusqu’à la fin de la guerre. Maurice Schumann a été un commentateur exceptionnel des événements et un soutien quotidien pour les clandestins »7.

30C’est en juin 1943 que débutent les combats entre maquisards et forces de l’Axe dans les massifs de Haute-Savoie. Dès le début de la reconnaissance des maquis par Londres, la radio de Londres et Maurice Schumann en particulier, leur viennent en aide par des transmissions de type radiophonique. C’est ainsi que le porte-parole du CFLN prend clairement position pour les maquis, les faisant par là même découvrir à l’opinion publique : « Le maquis, c’est un front français ; les réfractaires, c’est une armée, une des armées qui font l’armée française ».

31Au fur et à mesure qu’un débarquement allié se précise, les appels en provenance de Londres pour encourager les jeunes à rejoindre les maquis, échappant ainsi au service du travail obligatoire, s’intensifient. À l’inverse, la pression s’exerce également sur les miliciens chargés de mettre fin aux maquis. À leur égard, Maurice Schumann a ce mot : « Miliciens, futurs fusillés ».

32Il en va de même concernant les gardes mobiles français qui doivent participer aux côtés des Allemands à l’assaut contre les Glières. Il leur lance cet avertissement le 2 février : « Chaque goutte de sang qui, demain, peut-être par votre faute, coulera dans les ravins et les gorges de notre Haute-Savoie, retombera sur vos têtes ».

33Les Glières restent parmi les moments radiophoniques les plus émouvants de la guerre. Un véritable dialogue s’instaure durant les trois mois que dure la bataille. Les combattants envoient régulièrement à Londres des télégrammes, dont certains, sitôt décodés, sont portés à Maurice Schumann. Ce dernier les évoque à la radio afin que chaque Français sache ce qui se passe dans ces massifs montagneux. Lorsqu’il s’adresse aux maquisards, il emploie le style direct. Ainsi, le 2 février 1944, ayant appris que les maquisards allaient être attaqués sous peu, il « sonne le tocsin » en commençant par ses mots restés célèbres :

« Alerte au maquis, alerte à la Haute-Savoie ! Allô, Allô, maquis de Haute-Savoie, SOS, SOS, l’Oberführer Joseph Darnand a décidé demain, 3 février, (je répète : demain 3 février) une attaque massive contre les réfractaires et les patriotes retranchés dans les montagnes de Haute-Savoie ».

34Dans son allocution du 7, il continue de guider les maquisards alors en plein combat :

« Allô, Allô, maquis de la Haute-Savoie ! maquis de Haute-Savoie, écoutez bien, écoutez bien les consignes fraternelles que nous vous adressons en plein accord avec les autorités alliées ».

35L’aide apportée par Maurice Schumann aux maquis est aussi l’occasion de joutes oratoires avec Philippe Henriot, lui aussi redoutable communicateur. Leurs échanges ne prennent fin qu’avec l’assassinat de ce dernier par la Résistance.

36Le soulèvement des maquis marque effectivement le début de la vaste offensive alliée qui doit avoir pour but de libérer le sol national et de là toute l’Europe du joug nazi.

37À ce propos, lors de leur première rencontre quatre ans plus tôt, Schumann a obtenu de de Gaulle l’engagement solennel qu’il participerait bien à la reconquête du territoire national.

38Le 30 mai 1944, le porte-parole de la France Libre cesse, du moins en direct, de parler à la radio. Le 6 juin, il embarque avec le IVe commando britannique.
Capitaine à la 2e DB, il participe à la libération de Paris puis à celle de Strasbourg d’où, le 4 décembre 1944, il prononce une allocution très émue. Pour la dernière fois, il s’exprime le 8 mai 1945. Il termine par un vibrant hommage aux Français de la France Libre qui n’ont, dit-il, jamais cessé de croire en la France.

39Quelques semaines plus tard, le 14 juillet, il reçoit des mains mêmes du général de Gaulle la Légion d’honneur à titre militaire et la Croix de la Libération.

Conclusion

40Comme de nombreux résistants, Maurice Schumann s’engage en politique après la Libération. Sollicité par Jean Catrice, dirigeant dans le Nord du MRP, pour prendre la tête du mouvement aux premières élections générales à Lille, Maurice Schumann opte en effet pour le Nord.

41Preuve que les Français le reconnaissent comme un grand résistant, et surtout les électeurs de cette région, l’ancien porte-parole de la France Libre sera le meilleur élu de toute la France.

42Militant catholique, résistant, gaulliste, Maurice Schumann a sans aucun doute joué un rôle important dans le relèvement de la France. Certes, il n’a pas été un combattant les armes à la main, mais par sa rhétorique, il a su galvaniser par ses mots l’action des résistants sur le terrain, y compris dans la zone rattachée.

Haut de page

Annexe

Discussions

Étienne Dejonghe : Je souhaite souligner un paradoxe. La région du Nord apparaît éloignée de la Grande-Bretagne pendant la guerre, du fait même des opérations militaires. C’est sur la zone rattachée que les émissions de la France Libre recueillent le moins de nouvelles. C’est parfaitement vrai que la grève des mineurs n’a été connue à Londres qu’en 1942, que Londres n’a eu aucune nouvelle des premières exécutions d’otages de septembre 1941 qui ont eu lieu dans le Nord à la suite de l’attentat d’Eusébio Ferrari. On faisait allusion dans les émissions « Les Français parlent aux Français » à des correspondants, mais en juin 1944, il n’y avait que 2 lettres venant de la France du Nord. La première datait de mai 1941 et venait de la région de Boulogne-sur-Mer. Elle portait sur l’existence de la zone rattachée, et adressait une félicitation aux gens du Nord qui accueillent les pilotes abattus lors des bombardements stratégiques sur le Nord. La menace d’annexion sur le Nord-Pas-de-Calais, Londres la connaît parce que la France Libre a réussi à obtenir les rapports du général Doyen. Ce ne sont pas des renseignements venant des gens du Nord-Pas-de-Calais qui l’en informent.

Ma seconde remarque porte sur l’écoute de la radio anglaise par les gens du Nord. Les rapports français sont déjà explicatifs là-dessus ; mais ce qui est encore plus frappant, ce sont les rapports de la Propagandastaffel, dont l’unique but est de faire de la contre-propagande à la propagande anglaise. Dès 41, à la suite des manifestations, ils en voient l’échec : ils ont tellement l’assurance que l’Angleterre est l’ennemi idéologique dans la guerre des ondes que, même en 41, dans les pages régionales de la presse officielle, c’est l’Angleterre qui demeure l’ennemi principal et non l’ennemi bolchevique. Certes, la page d’information parle de la guerre sur le front russe ; mais dans les pages régionales, c’est l’Anglais qui demeure l’ennemi principal. Falkenhausen y revient sans cesse. Une solution : confisquer les postes pourrait contrecarrer l’influence anglaise. Les Allemands l’avaient déjà fait au lendemain de la manifestation du 13 mai, mais c’était avouer leur défaite. Une deuxième solution, on la voit dans la propagande au lendemain de la grève des mineurs qui avait soulevé la sympathie, toutefois teintée d’une pointe de déception car un bombardement de soutien par la RAF n’a pas eu lieu. La propagande allemande affirme : on sera battu, la propagande anglaise sera toujours victorieuse tant que les consignes de notre propre propagande ou en réponse à la propagande ennemie viendront de Bruxelles ou de Berlin. Donnez-nous une certaine autonomie de réponse. Ce qu’elle obtient en septembre 1941. C’est à ce moment- là que se développe dans la presse, pour répondre à Londres, toute une propagande patriotique, maréchaliste, avec hommage aux combattants français de 40, citation des régiments qui se sont bien battus, discours du maréchal, etc. Comme vous le disiez, c’est seulement en 1942 quand le BCRA reçoit des rapports, en particulier de Just Evrard, que Londres connaît véritablement ce qui se passe en zone rattachée.

Edgard d’Hallendre : Pour connaître le point de vue de la France libre sur la zone rattachée, il suffit de reprendre ce que Passy écrit dans ses mémoires. Il avait la certitude, après son inspection à Amiens, Arras et Lille, ou plus précisément à La Madeleine, qu’il suffirait de quelques semaines d’efforts pour que la région A fût prête à accomplir toutes les tâches que Londres attendait de l’armée secrète, même si elle devait être réduite aux seules forces de l’OCM. C’était en 43, alors que l’OCM va être démolie après. Il tombait d’accord avec les Allemands qui voyaient dans l’OCM le réseau le mieux organisé et le mieux armé.

Je reviens sur cette fameuse réunion du 10 avril 43 et sur la fin de la réunion, au moment où - essayez d’imaginer la scène - nous avons devant nous le chef des services secrets qui allait partir. Une double question nous brûlait les lèvres, que nous lui avons posée : le débarquement, quand ? où ? La réponse fut aussi brève qu’imprécise. Il nous répondit : à la fin de l’année et dans le Nord. Je me suis rendu compte, par la suite, que nous étions pris involontairement dans l’opération Fortitude, qui consistait à faire croire aux Allemands que le débarquement en Normandie était une diversion. Je dois dire que la presque totalité des présents à cette réunion furent fusillés ou exécutés à la hache ou moururent en déportation. Si, au cours de leur arrestation, ils ont été amenés à parler, ou à faire croire aux Allemands, ils ont donc trompé l’ennemi sur le lieu de débarquement, ces gens-là ont bien mérité de la patrie.

Jean-Pierre Azéma : Un témoignage a été demandé précisément sur Maurice Schumann et nous allons donner la parole dans quelques instants à Madame Térèse Bonte. Auparavant, quelques mots. La BBC qui avait des émissions pour toute l’Europe envahie en avait une pour la France occupée. Il y avait donc une émission de cinq minutes qui fut d’abord appelée « Honneur et Patrie » dans laquelle Maurice Schumann a tenu le plus souvent le micro. Les autres étaient des Français qui parlaient aux Français, ils n’étaient pas forcément gaulliens, ils prenaient parfois leurs distances vis-à-vis de Charles de Gaulle et, en tous les cas, ils ne se sentaient pas comme Maurice Schumann membres à part entière de la France libre, des forces françaises de la France libre. Voilà un premier point.

Soulignons aussi la part de ce qu’on a appelé le BI (le Bureau d’Information), mis en place par Jean Moulin et dont Georges Bidault était la cheville ouvrière et qui pratiquement toutes les semaines, et parfois tous les jours, par radio donnait des nouvelles fort importantes et fournissait de la matière à Maurice Schumann pour une bonne partie de ses émissions. Il y a eu une guerre des ondes, c’est vrai. Dans un premier temps, qui connaissait Charles de Gaulle, pas grand monde, qui savait qui était Charles de Gaulle, pas grand monde, et pour cause : général, 49 ans lors de l’aventure, secrétaire d’état au moment de la déroute, il a été connu avant tout par la radio et grâce à Maurice Schumann. Sa voix portait et s’il y a eu un mouvement gaulliste plus ou moins diffus sans que l’on pût former des réseaux, encore moins des mouvements, cela tient à cette forme de guerre. La guerre contre qui ? contre Vichy et Radio-Vichy, également contre Radio-Paris, car c’est bien, notamment au moment des Glières, une lutte sans merci qui se livrait, notamment entre Maurice Schumann et Philippe Henriot qui était un tribun redoutable et redouté. On était dans une guerre des ondes entre la BBC d’une part et Goebbels, les uns comme les autres étant, aussi bien du côté de la BBC que du côté de l’Allemagne nazie, des hommes de radio tout à fait redoutables. Cette guerre des ondes a été effectivement une guerre extrêmement importante.

Étienne Dejonghe : Une précision, sur la crise d’Alger. Vous dites : Maurice Schumann se tait. Est-ce qu’il se tait volontairement, est-ce qu’il se tait à cause de la censure des autorités britanniques ou à cause de l’attitude des speakers des « Français parlent aux Français » ?

Thibault Tellier : Un peu des deux. Maurice Schumann a toujours dit par la suite qu’il s’était tu pour protester contre ce qui était fait au général de Gaulle. Mais quand on creuse un peu plus, on s’aperçoit qu’il y a aussi la censure britannique qui est menaçante. Ce qui est certain par contre, c’est qu’il y avait un projet, si Darlan devait rester aux commandes, de partir à Brazzaville. Schumann devait partir à Brazzaville. Un peu opportunément je dirais, Darlan a été assassiné et ça a réglé le problème, mais c’est une crise fort importante. C’est le seul moment pendant les quatre années où Maurice Schumann va signer, dans La Marseillaise, un article qui dit : « Politique d’abord » qui prend fait et cause pour le général de Gaulle et où il sort un peu plus de sa réserve. C’est évident, la censure britannique veille, mais ne l’oublions pas, la menace est là.

Edgard d’Hallendre : Quelques réflexions et anecdotes faites par Maurice Schumann en 1997 au moment de la sortie du recueil des numéros de La Voix du Nord clandestine. Il nous a dit qu’à son arrivée en France il avait une fausse carte d’identité qui en faisait un agent d’assurances habitant le Pont de Nieppe ; que Dumez, qui était avec Nautour le fondateur de La Voix du Nord, lui avait déclaré avoir entendu l’émission qu’il avait prononcée à la BBC de Londres sur La Voix du Nord ; que Geneviève de Gaulle lui avait rapporté qu’elle avait raconté à son oncle sa peur de s’endormir car elle se retrouvait dans son camp de concentration et on la frappait. De Gaulle lui avait répondu que c’était la même chose pour lui et que souvent il se retrouvait dans les tranchées en 1914 avec la boue, les rats et les blessés. Autre côté humain de de Gaulle, Schumann nous a dit aussi qu’à son arrivée en France, au moment du débarquement, il était près de de Gaulle quand ils croisèrent des Canadiens montant au front et qu’il lui avait murmuré : combien en reviendront ?

Henri Lehembre : J’ai beaucoup aimé votre intervention, sauf au tout dernier moment. Certes, il n’a pas combattu les armes à la main et on entend trop souvent dire autour de nous : Ah, c’est facile de parler de Londres quand les autres... Je voudrais qu’on dise qu’à son arrivée à Londres, devant de Gaulle, il déclare : Je viens pour me battre, et de Gaulle lui répond : Non, j’ai besoin de vous derrière le micro ! Alors, faites-moi la promesse que le jour où l’on débarquera, j’y serai. Alors, que s’est-il passé le 30 mai, avant le 6 juin ?

Thibault Tellier : C’est exact, quand Maurice Schumann arrive à Londres, il a bien l’intention de se battre et d’ailleurs il signe un engagement dans la France libre et il a fait promettre à de Gaulle que le jour où il y aurait un débarquement il en serait. C’est pourquoi il allait devoir se taire le 30 mai pour préparer son propre embarquement, ce qui poserait un problème car on pourrait penser : si Schumann se tait, c’est qu’il se passe quelque chose. Alors on a monté tout un stratagème. Il a enregistré les émissions et la BBC les diffuse jusqu’au jour J. Loin de moi de penser que c’est péjoratif de parler derrière un micro. Il faut comprendre que le micro est une arme très redoutable dans cette guerre des ondes. Le mot est très fort, parce qu’il y a en effet tout le côté propagande qui se développe pendant la seconde guerre mondiale. Schumann a un rôle aussi important que d’autres. Il n’y a aucun doute pour personne, c’est un combattant.

Henri Lehembre : Le 6 juin, il débarque, près de Caen, avec son équipe. Les Canadiens lui demandent de revenir en arrière.

Thibault Tellier : Il est sur le territoire national, il est capitaine dans la 2e DB, il accompagne les combats jusqu’à la libération de Strasbourg. Il va jusqu’en Allemagne. Je crois que chez nombre personnes qui se trouvaient à Londres, il y avait cet espoir de pouvoir, à un moment ou à un autre, être parachuté ou déposé par un avion ou de participer au combat de la Libération. Lorsqu’il m’a été permis d’interroger Maurice Schumann, et que je l’interrogeais sur la raison pour laquelle il avait été fait Compagnon de la Libération, Maurice Schumann m’avait répondu que s’il avait été élevé à cette dignité, ce n’était pas tant pour l’animation pendant quatre années de ses émissions de la BBC, mais justement pour la durée, évidemment bien plus réduite, où il avait participé à une unité combattante. Il y avait dans l’esprit de nombre de membres de la France libre cette idée qu’ils participaient certes au combat, parfois avec un rôle important, mais les uns et les autres, auraient aimé prendre part à un combat sur le territoire national, comme Maurice Schumann a eu l’occasion de le faire.

Françoise Raymonde : Quelques mots sur le colonel Rémy que vous avez cité. C’était un breton, il est parti rejoindre l’Angleterre, pas aussi vite que Maurice Schumann mais très peu de temps après. Il est parti, au mois d’août, avec son épouse Édith Anderson qui était écossaise et ses 5 enfants, cachés au fond d’une barque de pêcheurs ; le 6e enfant, son fils Yann, qui vit dans le Tarn, est né en Angleterre. Le colonel Rémy a été de nombreuses fois parachuté en France car il était agent de renseignement. Il regagnait ensuite l’Angleterre pour porter des renseignements au général de Gaulle, et cela pendant toute la guerre. Il avait également monté sur Paris une compagnie cinématographique qui lui servait de couverture. Je voulais apporter ce témoignage en hommage au colonel Rémy que j’ai très bien connu, son fils est un de nos amis. Quant à Maurice Schumann, je ne peux dire qu’une chose : sa modestie, dont on ne parle jamais. Dernièrement, nous étions sur sa tombe et un nordiste qui nous accompagnait a dit : « C’est ça la tombe de Maurice Schumann, c’est un petit monument, "hein" ? C’est parce qu’il était modeste ! » Il s’attendait à voir un grand mausolée.

Yvonne Abbas : J’avais 17 ans aussi à la déclaration de la guerre. Ma mère avait connu l’autre guerre comme beaucoup d’autres. Elle était veuve de guerre, et comme a dit mon camarade nous étions déjà motivés contre l’occupation allemande, et particulièrement antifascistes. Bien qu’étant très jeune, à 16 ans, on savait qu’il y avait la guerre en Espagne, on connaissait beaucoup de choses. Mais je voudrais dire aussi, et là je crois que je vais vous déplaire...

Jean-Pierre Azéma : C’est votre droit, Madame.

Yvonne Abbas : que, contrairement à beaucoup de mes amis ici, je n’ai pas entendu l’appel du général de Gaulle. Lorsque nous faisons nos expositions, nous reportons toujours l’appel du général de Gaulle, ainsi que les autres, on a parlé de Schumann, on a parlé d’autres ; on n’a pas parlé de ceux qui étaient partis à Moscou ou ailleurs. On n’en a pas parlé, c’est tout. En ce qui me concerne, j’ai toujours habité La Madeleine, qui est une ville voisine. À l’approche des Allemands, les gens sont allés piller les entrepôts des établissements « Docks du Nord » et « Nouvelles Épiceries du Nord » où il y avait principalement des vivres. Les Allemands très mécontents, pas très méchants et encore corrects à l’époque, sont venus perquisitionner nos maisons pour récupérer ces vivres, pour voir aussi s’il n’y avait pas des prisonniers cachés ; par la même occasion ils ont réquisitionné tous les postes de radio de la commune. Cela se passait en mai 1940, si bien que nous n’avons pas pu entendre cet appel. J’indique ensuite que La Madeleine était une ville très riche et que tout le long de la rue du général de Gaulle actuelle, de la gare de La Madeleine jusqu’à l’autre bout, il n’y avait que des châteaux occupés par des soldats ; les officiers occupaient l’avenue de la République dans des locaux réquisitionnés. À La Madeleine, nous avions deux salles de torture, une à la Rotonde et une autre rue François de Badts, la Feldgendarmerie. Je veux dire que, sans avoir entendu l’appel du général de Gaulle, nous avons été tout de suite braqués contre les Allemands et que nous avons organisé la résistance ; moi-même et mon mari, ainsi que des camarades, nous avons été condamnés par le tribunal de la section spéciale de Douai, sans avocats, à huis clos. Pendant l’internement, j’ai retrouvé mes camarades dans les cellules prévues pour une personne et dans lesquelles on se retrouvait à 4 ou 5. Nous n’avons pas eu de postes pour écouter le général de Gaulle car, en général, ils étaient réquisitionnés.

Haut de page

Notes

1 Déclaration de Maurice Schumann à l’auteur, dans T. Tellier, Maurice Schumann 1939-1945, Une voix dans la nuit, Lille 3, mémoire de maîtrise, 1991, sous la direction de J.-F. Sirinelli.

2 A. Mathieu, La France Libre en Grande-Bretagne 1940-1943, Paris I, mémoire de maîtrise, 1969, sous la direction de J.-B. Duroselle.

3 M. Schumann, La voix du couvre-feu, Paris, Plon, 1964, p. 22.

4 Émission du 28 octobre 1940.

5 Éditions de La Table ronde, 1965.


6 G. Fontenice, Les Français parlent aux Français, Roubaix, Éditions Vershave, p. 5. Il ne faut toutefois pas confondre le service français de la BBC animé chaque jour par l’équipe de Jacques Duchesne et les cinq minutes accordées quotidiennement au général de Gaulle.

7 Cité par C. Rimbaud, Maurice Schumann, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Tellier, « Maurice Schumann, la voix de la résistance », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 171-182.

Référence électronique

Thibault Tellier, « Maurice Schumann, la voix de la résistance », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/421

Haut de page

Auteur

Thibault Tellier

Université de Lille 3 – IUT B Tourcoing – CRHEN-O

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org