Navigation – Plan du site
Témoignages

Témoignage – Paysans dans la Résistance

Casimir Destombe
p. 27-30

Texte intégral

1Je suis né à Bondues le 9 octobre 1925, à la ferme du château de la Folie. Mes parents étaient agriculteurs et exploitaient une ferme de 40 hectares, 4 gros chevaux comme on disait à l’époque, c’était une ferme importante. Je vais vous retracer l’histoire d’une famille face à l’occupant.

2Tout d’abord, il y a eu l’occupation allemande. Quand les Allemands sont arrivés, la première réaction fut un élan patriotique, mes parents avaient connu la guerre de 14 et tout de suite on a saboté, jeté des armes et du matériel dans la mare aux canards. Nous avons caché également quelques armes sous les soupentes du grenier. Puis il y a eu les soldats français, anglais qui ne savaient plus où aller. Alors nous les avons aidés ! Nous leur avons donné des vêtements, de la nourriture. Il y avait même des soldats d’Afrique qui s’étaient battus vaillamment à Emmerin, à Haubourdin, à Loos et qui sont passés par la ferme. Ils avaient faim, on leur a donné des tartines et du jambon et ils l’ont mangé, en disant : « Ça fait rien, c’est la guerre ! »

3En septembre 1940, le 6 septembre, ma mère a fait 6 mois de prison parce qu’elle avait écouté Londres, insulté l’armée allemande en traitant un Allemand de « Schwein » et n’avait pas remis à la Kommandantur la plus proche les tracts jetés par les avions. Quand elle est sortie, elle était encore plus acharnée qu’avant !

4M. Natalis Dumez, cofondateur du journal clandestin La Voix du Nord, est allé rue de Tenremonde à Lille à la Caisse du Crédit Agricole, dont mon père était président (il était aussi vice-président des agriculteurs du Nord). Il lui a demandé s’il pouvait venir à la ferme de la Folie. Un rendez-vous a été pris. M. Dumez est venu à la ferme du Fort et il a observé sa situation stratégique. Il a demandé si on pouvait fournir des renseignements sur le champ d’aviation et sur le fort car nous étions dans la zone interdite de ces deux sites. Nous avons fourni des renseignements pendant toute l’occupation ; c’était notre travail si l’on peut dire. Il fallait noter le nombre de bombardiers Heinkel qui partaient pour l’Angleterre et le nombre de ceux qui revenaient ; il y avait également des avions de chasse, des Messerschmitt, des Stukas. Il fallait indiquer l’emplacement des dépôts de munitions, d’essence, des batteries de DCA, des phares antiaériens, des hangars d’avions qui étaient disséminés dans toute la campagne et cette dispersion nous a valu douze bombardements contre le champ d’aviation, impraticable pendant quelque temps. Les batteries DCA, qui étaient sur le fort ont sauté. Quant à notre exploitation agricole, elle a subi 10 bombardements, 112 grosses bombes et 738 petites, des bombes à éclats. Un jardinier a été tué, un nommé Herbaut de Bondues ; 16 bœufs charolais tués, 1 cheval blessé et une grande partie des bâtiments détruite.

5Voilà le travail qu’on a fait. Ces renseignements que je prenais, je les portais à Lille à Mme Parmentier, au 1er étage, au-dessus d’une boucherie, rue Masséna à Lille en bicyclette ou en tramway. Il y a eu aussi le STO qui avait été instauré par Laval en 1943, tous les jeunes de 20 à 22 ans devaient aller travailler en Allemagne. Il y avait 3 solutions : rejoindre le maquis ou alors les Forces Françaises Libres, les forces combattantes, travailler dans les mines (les jeunes travaillaient certes quand même pour les Allemands, mais ne partaient pas en Allemagne) ; les travaux agricoles. À la ferme Destombe, on avait toujours une grande quantité de réfractaires, on avait des Belges, des Français, des Polonais, et malgré la présence des Allemands dans la ferme, ils pouvaient travailler en toute tranquillité car on leur fournissait des vraies-fausses cartes d’identité qu’on obtenait d’un commissaire spécial à la Préfecture de Lille qui s’appelait M. Kervarec. Quand on recevait les vraies-fausses cartes, le jeune n’avait plus qu’à mettre son âge, à se rajeunir ou à se vieillir. Les réfractaires tournaient beaucoup à la ferme ! Il y a eu aussi la réquisition des chevaux. C’était en 1944. Le 8 mars 44 on a reçu de la mairie de Bondues une convocation nous demandant de « livrer » le cheval Mémère avec un licol et des harnais en bon état. Quelques agriculteurs et moi, nous sommes montés sur des chevaux et sommes allés au lieu-dit du Lazaro qui se trouve à 2 kilomètres de la ferme à vol d’oiseau ; on interceptait les fermiers qui répondaient à la réquisition et on leur faisait faire demi-tour, ce qu’ils n’auraient peut-être pas osé faire par peur des représailles. Parmi les intercepteurs, il y avait quelques agriculteurs de Bondues, je peux les citer : Omer Catry, Hennekens, Pierre Couvreur et moi-même. La réquisition n’a pas eu lieu.
Un mauvais souvenir : le contrôle économique. On était obligé d’avoir des carnets d’exploitation sur lesquels il fallait noter le nombre de poules, de vaches, de cochons, de moutons, le blé et les pommes de terre qu’on possédait ; il fallait tout noter. Et il y avait donc des contrôleurs économiques qui venaient régulièrement. Ils étaient vicieux et ils faisaient tout pour nous piéger et nous faire dire que nous donnions de l’alimentation à des réfractaires… Tout ça, c’était pour obtenir des victuailles, des pommes de terre, du beurre, mais il ne fallait pas se laisser prendre sous peine de corruption de fonctionnaires. Ils étaient

6terribles !
On a fait du transport d’armes, d’une mitraillette allemande de Bondues jusqu’à Lille. On l’avait enveloppée dans un drap blanc et en passant au "Beau Jardin" où il y avait un poste allemand, Mme Parmentier qui m’accompagnait (parce qu’une mitraillette allemande c’était assez lourd) m’a dit : « Si les boches savaient ce qu’on transporte, on passerait un mauvais quart d’heure ! » Ça ne m’étonne pas… et je ne serais plus là pour vous le raconter aujourd’hui.

7Il y avait également notre attachement aux Anglais et au Général de Gaulle. Ainsi, la population de Bondues a offert aux soldats anglais tombés sur son territoire lors des combats de 1940 des plaques en marbre blanc avec un petit drapeau tricolore, une palme dorée et une citation : « Hommage de la population de Bondues à… ». Onze plaques furent ainsi garnies pour la Toussaint 41. Cette année-là, il n’avait pas gelé, il y avait des dahlias dans les jardins. Nous avons confectionné des croix de Lorraine avec des morceaux de bois et du fil de fer et le matin même de la Toussaint, ma sœur et moi, nous avons porté, sur le porte-bagages de nos bicyclettes, les croix de Lorraine au cimetière de Bondues et nous les avons déposées sur les tombes des Anglais.

8Bien sûr, on pourrait parler aussi de la distribution des journaux clandestins, La Voix du Nord, La Voix de la Nation, La Terre, La Pensée Française, etc. On distribuait ces journaux dans les maisons amies.

9Pour conclure, on pourrait dire que, pendant 4 ans, on a fait ce que l’on pouvait pour narguer les soldats allemands et, à la Libération, ma mère a eu un certificat d’appartenance à la Résistance intérieure française, à partir du 15 juin 1940, c’est-à-dire trois jours avant l’appel du Général de Gaulle. Moi, j’ai été convoqué à la mairie de Bondues pour faire partie du Comité provisoire de la Libération de la commune de Bondues.

Marcel Maess
FTPF - Vieux Condé Coupeur de chaussures (24 ans)

André Croquelois OCM - Pas-de-Calais médecin (34 ans)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Quelques résistants fusillés à Bondues
Légende Henri Martrice FTPF - Vieux Condé (19 ans)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/501/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Légende Marcel Maess
FTPF - Vieux Condé Coupeur de chaussures (24 ans)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/501/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Légende Eugène d’Hallendre OCH/UDN filière évasion
La Madeleine - cheminot (45 ans)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/501/img-3.png
Fichier image/png, 74k
Légende André Croquelois OCM - Pas-de-Calais médecin (34 ans)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/501/img-4.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Casimir Destombe, « Témoignage – Paysans dans la Résistance », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 27-30.

Référence électronique

Casimir Destombe, « Témoignage – Paysans dans la Résistance », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/501

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org