Navigation – Plan du site

Itinéraires de « résistants-prisonniers » : ceux de Rawa-Ruska

Laurent Barcello
p. 189-199

Texte intégral

1La localité de Rawa-Ruska, située en Galicie à 52 kilomètres au nord-est de la ville de Lwow, a abrité respectivement, de 1941 à 1944, un ghetto juif destiné à alimenter l’« usine de la mort » de Belzec, un camp d’extermination de prisonniers soviétiques et de militants communistes, puis de représailles contre les « prisonniers-résistants » français et belges coupables d’évasion ou de sabotage. Environ 24 000 prisonniers français y ont séjourné, dont Pierre Soufflet, père des fusées stratégiques militaires françaises, Guy Durandin, directeur du laboratoire de psychologie sociale de l’Université René Descartes de 1969 à 1985, André Méric (1913-1993), vice-président du Sénat, de 1956 à 1980 puis secrétaire d’État aux Anciens Combattants et Victimes de guerre dans le second gouvernement Rocard, Pierre Gascar, Prix Goncourt pour le recueil de nouvelles Les Bêtes suivi de Le Temps des morts (Gallimard, 1953), ou encore Robert Lannoy, compositeur et directeur du Conservatoire de Lille.

2Aujourd’hui, les anciens prisonniers de guerre détenus dans ce camp sont réunis dans une association discrète, « Ceux de Rawa-Ruska », qui s’est fixée pour but d’entretenir la mémoire collective au sujet d’une facette peu connue de la seconde guerre mondiale, si l’on en croit le manque d’ouvrages consacrés à ce thème. En évoquant le passé de ces « fortes têtes », il convient de s’interroger sur la nature exacte de cette notion de « résistant-prisonnier », d’étudier les modalités d’un engagement résistant de la part de prisonniers de guerre a priori coupés des réseaux structurés, d’analyser la réaction des autorités allemandes à ces activités.

Parcours de résistants

  • 1 Cf. C. Luca, Rawa-Ruska, camp d’extermination à l’Est, préface du colonel Rémy, Marseille, Amicale (...)

3Selon une circulaire émise le 16 janvier 1942 sous la référence 42/Sü/9 873 par le Service central de sécurité du Reich (RSHA), plus de 30 000 évadés parcouraient en permanence les territoires allemands ou contrôlés par le Reich. Suite à ce constat, les autorités estiment le temps venu de mettre un terme à cet état de fait et décrètent que « l’évasion n’est plus un sport »1. Cette décision vise à impressionner les détenus, prévenus qu’ils perdent la protection de la convention de Genève, déjà peu scrupuleusement appliquée, en cas d’utilisation d’habits civils et de faux documents. Le message est également adressé aux gardiens des prisonniers, menacés d’être affectés sur le front de l’Est en cas de relâchement de leur attention. Surtout, cette circulaire permet de prendre conscience de l’ampleur du phénomène d’évasion.

  • 2 Les renseignements rassemblés sur Guy Durandin et Charles de Montfalcon ont été puisés dans les not (...)

4Les chiffres dissimulent un grand nombre d’aventures individuelles à peine croyables. À titre d’exemples, Charles de Montfalcon et Guy Durandin ont manifesté la même obstination à s’extirper des griffes du Reich pour reprendre le combat2. Charles de Montfalcon voit sa cinquième tentative couronnée de succès en mars 1944, ce qui lui permet de rejoindre le 8 avril les Forces françaises libres avant d’être contraint au retrait, le 26 mai, en raison de la tuberculose. Guy Durandin, lui, est d’abord transféré à l’Oflag IVD de Hoyerswerda de mai à septembre 1940, puis à l’Oflag XVII A, au Stalag 17 A en Autriche et dans le camp de regroupement des aspirants de Stablack. Il s’en évade en octobre 1941. Capturé, il est affecté au Stalag XII A de Limbourg où il tente de nouveau sa chance, en vain. En raison de ses évasions, il fait partie du premier convoi de prisonniers français transférés au camp 325 de Rawa-Ruska en Ukraine. En juin 1943, il s’échappe de la citadelle de Lwow en compagnie de trois autres détenus, déguisé en soldat allemand, au volant d’une camionnette militaire. De nouveau intercepté, à proximité de la Roumanie, il est incarcéré dans une prison civile puis au camp disciplinaire n ̊ 369 de Kobierczyn. Il s’évade pour la quatrième fois, mais échoue, cette fois, près de la frontière slovaque. En juillet 1944, alors que les Allemands évacuent les camps devant la progression de l’armée russe, il se cache pendant 3 mois. Repris, il est placé en détention dans le camp 10 c de Lubeck. Le 2 mai 1945, Guy Durandin retrouve enfin la liberté grâce aux unités britanniques.

5Les moyens utilisés pour l’évasion sont souvent spectaculaires. Certains, comme Jean-Marc Frébour, l’actuel président de l’association des anciens de Rawa-Ruska, sont parvenus à rejoindre la Suède en s’emparant de vedettes militaires allemandes. Beaucoup n’ont pas eu la même chance et le « KG » dans le dos a souvent constitué une cible idéale. D’autres, une fois repris, ont partagé le sort des déportés civils transférés à Dachau ou à Buchenwald.

  • 3 Les mémoires dactylographiées de Marcel Toussirot, ancien prisonnier, font l’objet d’un projet de p (...)
  • 4 Ibid.

6Le témoignage inédit d’un ancien de Rawa-Ruska, évadé récidiviste, renseigne lui aussi sur les techniques employées, et les complicités nécessaires, pour fausser compagnie aux gardiens3. Mais il incite également à nuancer tout manichéisme en révélant la diversité des comportements allemands envers les prisonniers. En juin 1940, sur le Pont de Kehl, alors qu’ils sont acheminés en colonnes vers l’Allemagne, un civil allemand « assez âgé », leur crache à la figure. En revanche, le « patron » allemand chez lequel il est placé lui propose son aide pour prendre la fuite. Depuis le wagon qui l’emmène à Rawa-Ruska, il semble à Marcel Toussirot que « dans l’ensemble, la population allemande nous regardait plutôt avec tristesse »4. Alors qu’il vient d’être repris sur les bords de l’Inn, il rencontre la même compréhension chez le maire de la petite ville devant laquelle il est présenté, un officier allemand de la Grande guerre, fait prisonnier à l’époque, avec à son actif trois tentatives d’évasion, vaines, qu’il raconte en détail aux fuyards qu’il gratifie d’un bon repas.

  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

7Le prêtre allemand avec lequel ils voyagent, lui et ses compagnons d’évasion, dans le train qui les conduit ensuite en cellule disciplinaire, manifeste des dispositions analogues : « Très bien mes enfants ! [...] Ne vous découragez surtout pas. Vous aurez peut-être plus de chance la prochaine fois »5. Au stalag VII A, où ils sont astreints au pain et à l’eau le midi, c’est encore un pasteur qui adoucit leurs conditions de détention en améliorant l’ordinaire de la soupe servie le soir : « Grand merci, mon Dieu, car dans le fond de la gamelle se trouvaient deux gros morceaux de viande, et cela sous le nez des gardiens qui ne voyaient rien »6.

Le camp de représailles de Rawa-Ruska

  • 7 Cf. L. Mertens, J. Poindessault, Rawa-Ruska, le camp de représailles des prisonniers de guerre évad (...)
  • 8 R. Maire, Ceux de Rawa-Ruska - Aude, 1995, p. 16.

  • 9 Ibid., id. ; « À Tarnopol, en août 1942, lors de mon premier contact avec le deuxième médecin allem (...)
  • 10 Rapport de la commission d’enquête soviétique dans le district de Rawa-Ruska (23 au 24 septembre 19 (...)

8En mars 1942, un avis est apposé dans les stalags. Sur ordre de l’OKW, en date du 21, les prisonniers français et belges évadés récidivistes, ou coupables de sabotages ou de refus de travail réitérés, doivent être déférés dans un camp du Gouvernement général, dont Rawa-Ruska et ses sous-camps. Environ 24 000 prisonniers de guerre français y sont transférés. Le premier convoi de Français, de deux mille hommes, arrive le 13 avril 1942. Le 10, en gare de Dresde, ils peuvent constater que tous leurs concitoyens ne se font pas la même idée du patriotisme : « un train vint se ranger tout contre nous sur une voie parallèle. Il contenait des hommes en tenue Feldgrau montant sur le front et stupéfaction ! Sur leurs casques et sur leurs manches, l’écusson des trois couleurs de la France, c’était la LVF (Légion des Volontaires Français), la division Charlemagne : invectives, insultes, et d’un de nos wagons jaillit notre « Marseillaise » reprise en chœur par l’ensemble du convoi. Dans ce vacarme, l’ennemi fit démarrer rapidement le train de la LVF »7.
En posant le pied sur le quai de Rawa-Ruska, les prisonniers débarquent « dans un autre monde »8 et prennent conscience des desseins nazis à l’encontre des prisonniers soviétiques et de la population juive. Il leur semble d’ailleurs acquis qu’ils vivent leurs dernières heures9. La localité de Rawa-Ruska (Rava-Russkaya), qui fait aujourd’hui partie du territoire ukrainien, compte approximativement 25 000 habitants en 1942. Dès les premiers jours de l’opération « Barbarosa », les Allemands établissent des camps de prisonniers de guerre sur le territoire conquis aux troupes soviétiques. Du mois de juillet 1941 au mois d’avril 1942, plus de 18 000 prisonniers soviétiques trouvent la mort au camp de Rawa-Ruska10. La localité se trouve en outre dans le « triangle de la mort ». Pour la population juive de la ville de Rawa-Ruska et des environs, parquée en ghetto, le site est devenu l’antichambre de l’« usine de la mort » de Belzec à 19 kilomètres de là.

9Le camp est un espace plat de 36 hectares. Il s’agit d’une caserne inachevée constituée de quatre blocs, de quatre écuries et de baraquements sommaires. Les détenus sont entassés dans les écuries et dans les baraquements. Alors que le camp compte jusqu’à 12 000 à 15 000 détenus en même temps, il n’y a jamais qu’un seul robinet d’une eau polluée en raison de la proximité de charniers. Ce manque d’eau est à l’origine du surnom du camp, attribué à Churchill, « camp de la goutte d’eau et de la mort lente ».

  • 11 Sur les conditions de détention endurées par les prisonniers, voir les différents témoignages rasse (...)

10Pour se nourrir et se désaltérer, les hommes utilisent leurs sabots ou tout objet creux qu’ils peuvent trouver. L’alimentation est sommaire : le détenu reçoit une soupe par jour avec quelques grains de millet, parfois quelques grammes de margarine, de marmelade, de betteraves avariées. Matin et soir, chaque homme reçoit un litre de ce qui est censé être le « thé » ou une tisane, faite à base de décoction de feuilles ou de bourgeons de sapin. En raison de leur affaiblissement, les prisonniers constituent des proies de choix pour le typhus, la typhoïde, la diphtérie, la dysenterie bacillaire11.

11Les détenus sont envoyés au travail en corvées extérieures ou en kommandos. C’est sur le trajet de ces kommandos que certains parviennent à s’évader, en espérant notamment gagner la Hongrie ou la Roumanie. D’autres réussissent à rejoindre la Suède en se dissimulant dans des cargos. D’autres encore, après avoir combattu avec la résistance polonaise ou ukrainienne, peuvent s’engager dans l’armée soviétique et participer ainsi à la prise de Berlin.

  • 12 Le CICR revient à Rawa-Ruska une fois le camp déserté par les Allemands : voir l’inventaire du CICR (...)
  • 13 Y. Durand, La vie quotidienne des prisonniers de guerre dans les stalags, les oflags et les kommand (...)
  • 14 Voir C. Lavabre, Ceux de l’An 40, Rodez, Éditions Subervie, 1981, 467 p. L’ouvrage comprend une pho (...)

12L’espace d’une semaine, au mois d’août 1942, les conditions de détention s’améliorent. En effet, averti de l’existence du camp au mois d’avril par la « mission Scapini », autorisée depuis l’automne 1940 par les autorités allemandes à veiller sur les prisonniers de guerre français, le Comité international de la Croix-Rouge sollicite une visite du camp auprès des autorités allemandes, que celles-ci n’accordent qu’au début du mois de juin12. La visite du délégué du CICR s’effectue le 16 août 1942. Pour la préparer, les Allemands apportent en hâte quelques modifications pour donner le change, en augmentant notamment les rations distribuées aux prisonniers. À cette date, Rawa-Ruska administre 13 033 PG dont 3 243 Français et 113 Belges au Stalag ; les autres sont répartis dans les kommandos de travail13. Les contacts entre le délégué de la Croix-Rouge et les détenus sont soigneusement évités. Bien qu’il ne puisse être un reflet fidèle de la vérité, le rapport en 36 points élaboré à la suite de cette visite relève néanmoins l’essentiel des insuffisances dans le traitement des détenus : « état de santé général précaire vu l’insuffisance de nourriture » (paragraphe 15)14. Cependant, leur sort ne s’améliore guère au lendemain de cet épisode. Les arrivages en provenance de la Croix-Rouge ne seront pas assez importants pour lutter contre la disette qui menace les prisonniers. Quant aux colis individuels et aux colis envoyés par le gouvernement français, dont les prisonniers ont été privés pendant les premiers mois de leur captivité à Rawa-Ruska, ils ne parviennent généralement, lorsqu’ils ne sont pas pillés, que fortement détériorés.

13Le Tribunal de Nuremberg établit comment l’Allemagne nazie a bafoué les diverses conventions internationales pour « humaniser » la guerre et régissent les droits des prisonniers de guerre, en l’occurrence les articles 4, 5, 6 et 7 du Règlement de La Haye de 1907, et les articles 2, 3, 4 et 6 de la Convention des Prisonniers de Guerre établie à Genève en 1929. À ce titre, le cas de Rawa-Ruska a été évoqué au cours des débats :

  • 15 Exposé du colonel Y. V. Pokrovsky, substitut du procureur général pour l’URSS ; tribunal de Nurembe (...)

« Dans notre document URSS-6 © sont mentionnés les rapports d’expertise des médecins légistes et les conclusions de ces expertises. [...] Dans ces rapports, il est dit que, dans la ville de Rawa-Ruska, située à 52 kilomètres au nord-est de la ville de Lwow, les hitlériens avaient organisé un grand camp pour les prisonniers de guerre. Dans ce camp furent détenus et périrent un grand nombre de prisonniers de guerre soviétiques et français. Ils furent fusillés, moururent de maladies contagieuses ou des suites de la famine. Les recherches des médecins légistes ont permis la découverte d’une série de fosses de grandes dimensions. Certaines d’entre elles étaient camouflées à l’aide de plantes et de verdure. On y découvrit une quantité importante de cadavres en vêtements militaires ou semi-militaires. Sur certains d’entre eux furent découvertes des plaques d’identité des soldats de l’Armée rouge. L’âge des prisonniers de guerre dont les cadavres ont été retirés des fosses varie de 20 à 40 ans »15.

Le facteur humain

  • 16 Célestin Lavabre, op. cit.

14Le 14 juillet 1942, les prisonniers saisissent l’occasion de la fête nationale pour remporter une victoire pour l’honneur. En effet, les Allemands accordent aux détenus de Rawa-Ruska la possibilité de défiler derrière un drapeau tricolore de fortune, confectionné à partir de lambeaux de tissus trouvés sur place. Une partie des prisonniers défile devant leurs compatriotes, en chantant. Misant sur la méconnaissance de la langue française de leurs gardes, ils chantent la Marseillaise puis parodient les paroles d’autres chants patriotiques pour manifester leur résolution de ne rien céder moralement à leurs adversaires, ainsi qu’aux autorités de l’État français. Quoique ce dernier point ait pu être apprécié de façon contradictoire. En effet, le témoignage de l’abbé Célestin Lavabre évoque un portrait du Maréchal Pétain, qui aurait été porté en tête du cortège. Mais l’abbé précise bien que cette place de choix est due au fait que Pétain incarne pour les prisonniers, sûrement peu informés de l’évolution globale des événements, « l’homme de confiance de la France » et non la collaboration16.

  • 17 Ibid.


15Ironie du sort, le camp de Rawa-Ruska est dirigé par un officier allemand du nom de Fournier, descendant d’expatriés protestants français. Ce personnage a frappé les esprits des détenus, lesquels l’ont surnommé « Tom Mix », en raison de son inclination pour le revolver. D’après l’abbé Célestin Lavabre, tous les geôliers ne sont pas aussi singuliers. Ainsi, lorsque le projet des PG du bloc IV de creuser un tunnel est vendu par un de leurs camarades aux Allemands, le capitaine Furreck, enseignant à l’Université de Vienne, plutôt que de réprimer la tentative d’évasion, convie l’abbé Montmartin dans ses quartiers pour lui recommander d’abandonner l’initiative en lui livrant en sus le nom du délateur17. Cet épisode rappelle, comme le précise Yves Durand, que l’évasion dépasse l’importance d’une aventure individuelle : elle engage ceux qui restent sur place et qui risquent la répression. La tentation peut, dès lors, être forte d’éventer les projets, même dans un camp qui ne comprend que des spécialistes éprouvés de l’évasion.

  • 18 L. Mertens et J. Poindessault, Rawa-Ruska, le camp de représailles des prisonniers de guerre évadés (...)
  • 19 Ibid. Les Allemands ont accepté d’affecter 70 prisonniers aux rôles d’acteurs, de musiciens ou de m (...)

16Ces anecdotes révèlent là encore de grandes différences de comportements selon les hommes, dans les deux camps. Les souvenirs de Lucien Mertens et Jean Poindessault livrent en la matière de précieuses indications sur un camp où se côtoient « tous les types de l’espèce humaine : voici le poète, le mathématicien, le philosophe, l’athlète, le bohème aux longs cheveux [...], les artisans, les ouvriers, les paysans [...]. On devine les actifs, les rêveurs, les crapules, les optimistes, les têtus, les crédules »18. Des groupes se forment, en fonction des origines géographiques, des tempéraments, des origines sociales. Finalement, quatre grandes « classes sociales » se forment dans le camp : l’« aristocratie », la « classe tumultueuse et sale des travailleurs manuels », le « monde irréductible des réfractaires au travail », enfin le « monde des étrangers », en l’occurrence celui des hommes qui ne séjournent au camp que quelques jours avant d’être affectés en Kommando. La solidarité n’est donc pas de mise, et Lucien Mertens pointe surtout du doigt les « maffias » : « la maffia de la cuisine, la maffia de la police, la maffia du théâtre, la maffia de l’infirmerie, la maffia de la poste, la maffia de l’Université, la maffia de l’administration du camp »19.

La culture : un parfum de liberté

17Les témoignages établissent l’organisation d’une vie culturelle à Rawa- Ruska qui, en la matière, ne fait pas exception. Les samedis et dimanches, sur un podium transformé en ring, se produisent les amuseurs et les lutteurs, les catcheurs et les boxeurs. Des équipes de football et de rugby sont constituées. Surtout, de nombreux prisonniers éprouvent le besoin de soigner leurs âmes. Les fidèles, catholiques et protestants, s’organisent. Une chapelle est confectionnée par des prisonniers formés aux Beaux-arts et l’abbé Célestin Lavabre raconte comment le curé de la localité de Rawa-Ruska fait passer quelques gouttes de vin pour la célébration de la messe dite sur le terrain de sport. D’autres préfèrent s’adonner au spiritisme.

  • 20 Ibid.

18Certains détenus prennent encore l’initiative d’élaborer dans le bloc 2 un théâtre de fortune, où sont organisés des récitals de variétés, et mises en scène des pièces de théâtre. Pour pallier le manque d’informations, les prisonniers confectionnent enfin un « hebdomadaire », un journal d’1,20 mètres de haut sur 1 mètre de large, placardé dans un couloir. Le soir, un « journal parlé » est prononcé dans les blocs : un prisonnier dit à ses camarades les dépêches qu’il a pu glaner en lisant les gros titres des journaux allemands tandis qu’il est acheminé vers les chantiers20.

Conclusions

19Trois types de population ont payé un lourd tribut à l’occupation allemande du district de Rawa-Ruska : les prisonniers de guerre soviétiques, la population juive de la ville et de la région, les prisonniers de guerre français déportés pour faits de résistance, par l’évasion ou le sabotage. Ces détenus de Rawa-Ruska ont le sentiment d’appartenir à une catégorie particulière, celle des « résistants-prisonniers », c’est-à-dire de soldats qui n’ont pas accepté la défaite.

20L’évasion constitue en elle-même un acte de résistance. Ceci dit, les motivations sont diverses. Si beaucoup aspirent à reprendre le combat en rejoignant les forces alliées, d’autres sont d’abord motivés par le désir de retrouver leurs proches. Dans tous les cas, les méthodes employées pour échapper à la vigilance des gardiens et traverser le territoire allemand sur des centaines de kilomètres laissent à la mémoire collective des témoignages de destins individuels fascinants.

Haut de page

Bibliographie

Orientation bibliographique

Si Rawa-Ruska est parfois évoqué, par Yves Durand par exemple, les études historiques exclusivement consacrées à ce camp sont rares. Elles sont exclusivement le fait d’anciens prisonniers. Le premier d’entre eux, celui de Lucien Mertens et Jean Poindessault, paraît dès 1945.

Témoignages :

Anonyme, Le temps où l’homme était un loup pour l’homme, Chevilly, Lagrue, 1965, 166 p. (consultable à la FNDIRP).

Auger Lucien, Mémoires d’un indomptable, Villejuif, Le réveil des combattants, 1994, 155 p.

Jarny Raymond, L’enfer de Rawa-Ruska, Presses de Valmy, 2001, 560 p.


Josso Lucien, Le refus (1940-1945), Guérande, 1984, 243 p.


Lavabre Célestin, Ceux de l’An 40, Rodez, Éditions Subervie, 1981, 467 p.

Luca Clément, Rawa-Ruska, camp d’extermination à l’Est, préface du colonel Rémy, Marseille, Amicale des anciens de Rawa, 1983, 157 p.

Mertens Lucien et Poindessault Jean, Rawa-Ruska, le camp de représailles des prisonniers de guerre évadés, préface du colonel Giraud, Bagneux, éditions du Cep, 1945, 132 p.

Envols, Organe officiel de l’union nationale des déportés de Rawa-Ruska (« Ceux de Rawa- Ruska ») : fait le point sur la vie de l’association mais contient également de nombreuses notices biographiques et des témoignages.

Barcelo Laurent, Chronique d’un évadé (titre provisoire) : présentation du témoignage d’un « prisonnier – résistant », Marcel Toussirot, en cours.

Récits romanesques à caractère autobiographique :

Aubert André, Le petit soldat sans fusil, Paris, La table rase, 1980, 269 p.


Daniel Yann, Les chemins de la Belle, éditions La Digitale, Quimperlé, 1990, 231 p.

Guillot Maurice, La ville aux toits verts, Paris, Presses de la cité, 1964, 427 p.

Madelpuech Jacques, Les chaînes brisées, Paris, La pensée universelle, 1974, 341 p.

Romans :

Bilalian Daniel, Le camp de la goutte d’eau, Paris, Presses de la cité, 1980, 217 p.

Causel Laurent, Ainsi vogue la galère, Paris, éditions Serg, 1963, 213 p.

Haut de page

Annexe

Discussion

Jean-Pierre Azéma : C’est bien qu’on ait parlé des camps, c’est quelque chose d’extrêmement difficile et il n’y a pas tellement d’études qui ont été menées par des historiens. Ce camp a, on l’a dit, un statut spécial : 3 sections. Vous aviez les prisonniers politiques qui sont de fait exterminés (il y a eu 2 millions de prisonniers politiques qui ont été exterminés par les nazis). Vous aviez les juifs dont vous connaissez le sort également et vous aviez les prisonniers de guerre au statut particulier puisque c’était un camp de représailles. Yves Durand en avait parlé dans quelques pages et je pense qu’il était nécessaire d’en dire beaucoup plus et ce que vous en avez dit est intéressant à tous égards.

Albert Benoît : Je suis le président de Ceux de Rawa-Ruska pour le Nord et le Pas-de-Calais. Je vous remercie d’avoir expliqué la situation des gens qui comme nous se sont évadés et qui ont vécu des destins plus ou moins bons.

Clément Millon : Je suis étudiant et j’ai travaillé sur les camps de prisonniers de guerre et sur le scoutisme en particulier dans ce cadre. Vous nous avez parlé de l’état d’esprit du résistant-prisonnier de Rawa-Ruska, mais il me semble qu’il y a un autre aspect à prendre en compte, celui de mission de ces prisonniers qui veulent transmettre cet état d’esprit et de fait ils le transmettent par des chants, par une organisation qui s’appelle : L’Union des Prisonniers de Guerre, dont vous connaissez sans doute l’existence. Cela participe d’un état d’esprit de résistance spirituelle qui est à la base du comportement des prisonniers de Rawa-Ruska. Est-ce qu’il faut opposer cette résistance passive à la résistance active qui est celle des prisonniers qui se sont évadés, qui ont fait du sabotage ? Est-ce que finalement l’action des prisonniers de Rawa-Ruska n’est pas plus valable, plus efficace, par la résistance spirituelle que par la résistance active ?

Laurent Barcello : En ce qui concerne le cas de Rawa-Ruska, effectivement que reste-t-il pour entretenir la mémoire ? Il reste aujourd’hui une association, un organe diffusé par cette association : Envols. La préoccupation spirituelle, je pense qu’elle est bien définie dans l’association a posteriori. Nous voyons par exemple que les prisonniers ont la volonté d’associer leurs descendants à leur association pour entretenir effectivement un esprit de Rawa-Ruska. D’après les recherches que j’ai faites à travers les rares témoignages publiés qui, encore une fois, sont de valeur inégale, il y a les témoignages de prisonniers sur leur expérience ; à côté de cela il y a des tentatives d’écrits romanesques, il y a des romans, ce qui fait finalement que sur les 9 témoignages publiés sous forme de livres, sans compter les notices qui figurent dans la brochure Envols, on a 4 ou 5 témoignages qui peuvent servir vraiment de base pour essayer de reconstituer une histoire, avec en plus les témoignages oraux, qu’il faudrait relancer. Mais longtemps après les faits, les témoignages oraux sont toujours assez difficiles à traiter. Effectivement donc, ils ont la volonté d’associer leurs descendants mais je constate néanmoins que l’association de Rawa-Ruska est assez discrète ; le président Jean-Marc Ribour a pris conscience de cette discrétion et a la volonté, comme beaucoup d’associations d’anciens résistants, de faire passer leur expérience, leur esprit, leur spiritualité, notamment auprès des élèves du secondaire, en se rendant dans les classes et en cherchant le partenariat avec les enseignants. Je constate que la notion de résistance des prisonniers a rarement été portée devant le public, a rarement été défendue avec vivacité. Il me semble qu’il y a une réelle discrétion. Alors sinon, y a-t-il une réelle homogénéité de ceux de Rawa-Ruska ? Il le semble car l’association Ceux de Rawa-Ruska rassemble tout le monde. Néanmoins je constate que d’après les témoignages que j’ai pu consulter, il y a le facteur humain. Bien que tous ces gens aient eu en commun la volonté de s’évader, de s’enfuir, de saboter la machine de guerre allemande, une solidarité, un esprit a posteriori ; ils forment cependant des personnalités très diverses. La réalité du terrain est celle de n’importe quelle communauté humaine, n’importe quel groupe humain. Des gens se rassemblaient selon leurs origines géographiques régionales, se retrouvaient dans les plus durs moments pour se parler du pays, se rappeler leur culture, leurs traditions, leurs chansons ou, alors, se retrouvaient selon leurs origines sociales, selon leurs propres centres d’intérêt. Le fait par exemple qu’un théâtre ait été créé à Rawa- Ruska et que des gens aient monté des pièces, cela ne satisfaisait pas tout le monde car d’un autre côté les Allemands apparemment avaient accepté l’idée que 70 à 75 personnes, parce qu’elles montaient un théâtre, étaient exemptées des corvées et cela sur le coup a pu être mal perçu par ceux qui n’en faisaient pas partie et qui, eux, allaient en camp de travail.

Jean-Pierre Azéma : La question que vous posez est fondamentale par rapport au nazisme, à tout ce qu’il a pu se passer par rapport à la résistance française. Pour reprendre un distinguo cher à un historien allemand, Martin Broszat, entre ce qu’il appelle le resistein et le resistenz. Le resistein, c’est ne pas entrer dans le jeu allemand, conserver ses distances, avec la difficulté qu’on peut leur reprocher de demeurer passif. Le resistenz, c’est entrer effectivement en résistance, au sens où nous l’entendons, à tort ou à raison, c’est-à-dire dans l’action de la Résistance et de sauter le pas. C’est une question difficile, une des questions centrales, qui n’est pas que posée pour la Résistance française. Elle se pose pour la résistance allemande,

Itinéraires de « résistants-prisonniers » : ceux de Rawa-Ruska 199 ce qu’on peut appeler la résistance allemande, en tous les cas autour des réactions du Volk, du peuple allemand donc, devant le nazisme.

Fabrice Maerten : Vous avez parlé de la présence de Belges et de Français dans ce camp. Est-ce qu’il y avait une homogénéité entre Français et Belges ? Avez-vous relevé des différences et/ou des ressemblances entre les deux communautés ?

Laurent Barcello : D’un point de vue qualitatif, je n’ai pas trouvé une quelconque mention de différenciation ou d’ostracisme, je suppose néanmoins que, d’après les témoignages que j’ai trouvés, les Belges étaient contents de se retrouver entre eux, de se rappeler les souvenirs propres à leur culture, à leur nation. En dehors de cela, je n’ai pas trouvé de traces de différenciation.

Haut de page

Notes

1 Cf. C. Luca, Rawa-Ruska, camp d’extermination à l’Est, préface du colonel Rémy, Marseille, Amicale des anciens de Rawa, 1983, 157 p.

2 Les renseignements rassemblés sur Guy Durandin et Charles de Montfalcon ont été puisés dans les notices publiées au sein du bulletin de liaison de l’Union nationale de Ceux de Rawa-Ruska, n° 251, décembre 2000.

3 Les mémoires dactylographiées de Marcel Toussirot, ancien prisonnier, font l’objet d’un projet de publication par l’auteur de cette communication, assorti d’une présentation et d’un commentaire critique (échéance : fin 2001-début 2002).

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Cf. L. Mertens, J. Poindessault, Rawa-Ruska, le camp de représailles des prisonniers de guerre évadés, préface du colonel Giraud, éditions du Cep, Bagneux, 1945, p. 24 : « Pour nous c’est le bout du monde, nous venons, il nous semble, d’accomplir notre dernier voyage. Nous n’avons plus qu’à franchir la frontière de l’au-delà ». Voir également le témoignage du médecin-colonel Jacques Dedieu cité dans Envols, brochure de l’association Ceux de Rawa-Ruska, mai 1982, p. 13 : « À l’arrivée de notre convoi à Rawa-Ruska (fin mai 1942, convoi en provenance de Düren), un officier allemand, à cheval, s’approche de mon groupe. C’est le commandant du camp. Il nous dit : « Ici, le camp dispose d’un grand cimetière avec beaucoup de place ! ».

8 R. Maire, Ceux de Rawa-Ruska - Aude, 1995, p. 16.


9 Ibid., id. ; « À Tarnopol, en août 1942, lors de mon premier contact avec le deuxième médecin allemand, ce dernier me dit : « Je ne comprends pas qu’on vous laisse en vie : je tuerai la moitié d’entre vous aujourd’hui, l’autre moitié demain ». Témoignage du médecin-colonel Jacques Dedieu, cité dans Envols, organe de l’association Ceux de Rawa-Ruska, numéro spécial de mai 1982, p. 13.

10 Rapport de la commission d’enquête soviétique dans le district de Rawa-Ruska (23 au 24 septembre 1944). Document consulté : rapport demandé aux autorités soviétiques par le Professeur Pilichowski, Directeur de la Commission Principale d’Enquête sur les crimes hitlériens commis en Pologne, traduit par D. Dowojna Bienaimé, expert traducteur assermenté près la cour d’appel et le tribunal de grande instance de Paris (traduction n ̊ 28981, du 27 juin 1968) et déposé au ministère des Anciens Combattants fin mai 1968.

11 Sur les conditions de détention endurées par les prisonniers, voir les différents témoignages rassemblés dans les numéros d’Envols, Organe de l’union nationale des déportés de Rawa- Ruska (Ceux de Rawa-Ruska).

12 Le CICR revient à Rawa-Ruska une fois le camp déserté par les Allemands : voir l’inventaire du CICR à Genève (série G 59) Sous-série G 59/12, Visites de camps et ghettos : visite du Camp de Rawa Ruska (20.11.1944 -27.12.1944) (cote G5912 ; Microfilm n ̊ 14–180). La visite du camp de Rawa-Ruska ayant été refusée à la Commission d’Arolsen, Rawa-Ruska n’a pas figuré sur la liste A 160 des Camps de déportation.

13 Y. Durand, La vie quotidienne des prisonniers de guerre dans les stalags, les oflags et les kommandos, Paris, Hachette, 1987.

14 Voir C. Lavabre, Ceux de l’An 40, Rodez, Éditions Subervie, 1981, 467 p. L’ouvrage comprend une photographie prise à l’occasion de la visite du camp par le délégué du CICR (voir le site internet du CICR) et reproduit les différents paragraphes du rapport.

15 Exposé du colonel Y. V. Pokrovsky, substitut du procureur général pour l’URSS ; tribunal de Nuremberg, cinquante-huitième journée : audience du vendredi 13 février 1946. L’URSS marquera dans l’immédiat après-guerre son hostilité envers le CICR qui, selon elle, « n’a pas protesté au cours de la guerre contre les crimes fascistes et contre les violations les plus graves des Conventions internationales [...] pratiquées par l’Allemagne hitlérienne ». Voir le Compte rendu de la dix-septième Conférence internationale de la Croix-Rouge tenue à Stockholm du 20 août au 30 août 1948, Croix-Rouge suédoise, Stockholm, 1948,

16 Célestin Lavabre, op. cit.

17 Ibid.


18 L. Mertens et J. Poindessault, Rawa-Ruska, le camp de représailles des prisonniers de guerre évadés, préface du colonel Giraud, Bagneux, éditions du Cep, 1945.

19 Ibid. Les Allemands ont accepté d’affecter 70 prisonniers aux rôles d’acteurs, de musiciens ou de machinistes. Du moment qu’ils feront partie de la troupe théâtrale, ceux-ci sont exempts de toute corvée, extérieure ou intérieure, ce qui explique l’agacement qui perce derrière les propos rédigés par Lucien Mertens et Jean Poindessault.

20 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Barcello, « Itinéraires de « résistants-prisonniers » : ceux de Rawa-Ruska », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 189-199.

Référence électronique

Laurent Barcello, « Itinéraires de « résistants-prisonniers » : ceux de Rawa-Ruska », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/515

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org