Navigation – Plan du site

Conclusion

Robert Vandenbussche
p. 207-208

Texte intégral

1Les synthèses et les témoignages apportent des éclairages intéressants sur la problématique de l’engagement dans la Résistance et permettent de confronter et de comparer les perspectives.

2Certes, l’engagement est un acte individuel qui correspond à une culture politique imprégnée de patriotisme et de souvenirs d’un passé qui ne s’oublie pas. Il rejette une armée d’occupation qui incarne un État étranger et qui cherche à imposer sa domination. Témoins, acteurs et historiens partagent un point de vue analogue.

  • 1 Voir à ce sujet, P. Struye et G. Jacquemyns, La Belgique sous l’occupation allemande, Bruxelles, CE (...)

3Acte civique, l’engagement en résistance est dissidence mais souvent aussi rupture avec des leaders d’opinion. Dès lors, la confrontation avec la Belgique comme la comparaison avec d’autres régions françaises souligne les interférences avec le régime de Vichy. Si celui-ci ne peut s’imposer dans le Nord occupé, en Lorraine occupée, il est néanmoins un point de repère que les autorités locales aimeraient parfois exploiter. Ce qui n’est pas le cas de la Belgique où, de fait, ces interférences n’existent pas. Comme le montre Fabrice Maerten, l’idée d’une collaboration avec l’occupation et l’occupant ne rencontre pas un écho important dans la société belge. Cette observation, déjà mise en valeur par l’avocat catholique belge Paul Struye1, souligne es contrario, le brouillage opéré dans l’opinion française par le gouvernement de Vichy, même si, dans le Nord-Pas-de-Calais, les Allemands ne font rien pour renforcer l’influence de l’État français.

4Dans ces conditions, dans les régions occupées, et notamment dans le Nord-Pas-de-Calais, l’entrée en résistance est le fait d’une double dissidence. Les résistants s’opposent à un État étranger oppresseur et humiliant. Mais ils rejettent aussi un État français qui, au mieux, ne cherche pas à laver l’humiliation ni à limiter l’oppression et qui, au pire, fait le choix de la collaboration.

5Est-ce à dire que la résistance est gaulliste ? Le témoignage de Térèse Bonte met en valeur l’écho de La Voix de Londres et souligne que le rapport avec les « Français parlent aux Français » cimente la sensibilité résistante. Mais Dominique Balvet rappelle que la France Libre connaît mal la zone rattachée et que les informations circulent très médiocrement. Ce que d’ailleurs corrobore le témoignage de P. Struye. Il relève que les informations obtenues « outre Quiévrain » laissent entendre (ce qui surprend les Belges) que le mouvement gaulliste a peu de crédit en France, « après deux ans d’occupation ».

6La rupture avec les leaders d’opinion semble plus difficile à mettre en valeur. S’il est vrai qu’en Belgique, les évêques, les leaders des principaux partis politiques, manifestent une sensibilité résistante plus vive et plus incontestable que celle de leurs homologues du Nord-Pas-de-Calais, s’il est vrai aussi que les résistants belges n’apparaissent pas comme une alternative précieuse à la relève politique et sociale, dans la zone interdite les perspectives semblent plus ambiguës. Certes, une relève peut se préparer, comme le rappelle Bruno Béthouart à travers les résistants d’inspiration chrétienne ou Thibault Tellier à travers l’expérience de Maurice Schumann ; mais c’est une perspective qu’il importerait d’ouvrir plus largement, dans d’autres secteurs de l’opinion publique et de son organisation.

7À l’évidence, les spécificités régionales contribuent à modeler une résistance qui prépare une libération à venir. Elle privilégie des formes traditionnelles, que la première occupation entre 1914 et 1918 avait mises en valeur : l’évasion des soldats alliés, le renseignement, la vigilance civique. Certes, les communistes ont imaginé d’autres formes de résistance active. Mais on ne retrouve pas dans la zone rattachée de mouvements, même très minoritaires, prêts en 1942, à une « lutte armée ». Par ailleurs, même si le monde rural peut devenir un refuge pour les milieux résistants, la résistance s’inscrit plutôt dans les milieux urbains parce qu’elle utilise un environnement plus propice et qu’elle peut exploiter des réseaux relationnels antérieurs à l’Occupation.

8De nombreuses lacunes persistent et rendent nécessaires de nouvelles recherches. En occultant la résistance communiste qui a ses spécificités et sa chronologie, l’analyse du phénomène ne permet pas d’appréhender la diversité de la Résistance et encourage de nouvelles investigations, d’autant plus que la « mémoire résistante » a tendance à rechercher un consensus.

9Ce constat justifie que d’autres colloques soient envisagés.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet, P. Struye et G. Jacquemyns, La Belgique sous l’occupation allemande, Bruxelles, CEGES, 2002, édition préfacée et annotée par José Gotovitch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Vandenbussche, « Conclusion », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 207-208.

Référence électronique

Robert Vandenbussche, « Conclusion », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/519

Haut de page

Auteur

Robert Vandenbussche

Université de Lille 3 - CRHEN-O

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org