Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

p. 5-25

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Jessenne - Edna Hindie Lemay, avec l’assistance de Martine Aubry, Député-Paysan et Fe (...)
  • 2 Correspondance du Marquis et de la Marquise de La Moussaye (1619-1663), présentée par Jean-Luc Tu (...)
  • 3 Les lettres dont le numéro est écrit en italiques (ex : lettre 7) sont celles qui ne sont pas éc (...)
  • 4 Philippe Levillain, Albert de Mun - Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ra (...)

1La publication de la correspondance entre époux n’est pas chose nouvelle comme en témoignent encore ces derniè̀res années celle des Lepoutre (mai 1789-septembre 1791)1 ou celle du Marquis et de la Marquise de la Moussaye (1619-1633)2. Comme celle-ci, l’échange de lettres entre Auguste Paris, avocat et parlementaire parti à Versailles puis Paris et son épouse Lucie restée à Arras, s’é́tale sur une longue période (1871-1891), mais pour des raisons maté́rielles et d’inté́ret historique, une séquence plus brève a été retenue pour le présent volume, mai à novembre 1877, c’est-à-dire la crise du 16 mai, pendant laquelle Auguste est au gouvernement. Cette duré́e se rapproche ainsi de celle de la correspondance étudiée par Jean-Pierre Jessenne et Edna Hindie Lemay qui se développe à un moment encore plus important de l’histoire de France. Sur environ six mois et demi, vingt-huit semaines ou deux cents jours seulement, sont cependant déjà écrites 173 lettres, ainsi réparties : 142 écrites par Auguste Paris dont 132 à son épouse, 9 à ses belles-sœurs, 1 à son fils ; 29 écrites par Lucie à son mari et 2 écrites par Sophie Béreux à son beau-frère. Cette abondance est donc principalement due à la très grande fidélité du ministre des Travaux publics dans son activité épistolaire puisqu’il envoie environ cinq courriers par semaine (142 lettres pour 197 jours) généralement rédigée le matin (« Je t’écrirai le plus souvent dès mon lever, ce sera le moyen de ne pas te priver de courrier. Je n’aurai ainsi le soir qu’à t’envoyer mes souvenirs de dernière heure », lettre 9, 24 mai), dans lesquels il s’enquiert de la situation familiale et locale, raconte sa journée, confie ses opinions et formule quelques demandes. Pour sa part, Lucie ne prend la plume qu’une fois par semaine grosso modo (« Que dira le ministre... qui ne reçoit... aucun souvenir apparent de sa femme et de ses enfants », lettre 83, 17 juin) et davantage au hasard des circonstances (« Il est cinq heures du soir, je vais compléter ma lettre d’hier... Je n’ai plus le courage de descendre chercher une feuille de papier, je prends ce qui me tombe sous la main », lettre 11, 28 juin), le plus souvent pour répondre à son mari et lui adresser quelques sollicitations. La régularité et la tenue des textes, même s’il s’agit parfois de simples notes (lettre 109, par exemple) ainsi que la qualité des sentiments exprimés ne sont pas sans rappeler celles que Philippe Levillain a rencontrées dans la correspondance des époux de Mun4.

Les correspondants

2Né le 12 novembre 1826, Auguste Paris est le fils aîné des cinq enfants d’un menuisier de Saint-Omer qui s’intitule plus tard marchand. Ancien élève et ancien professeur (de rhétorique) du collège Saint-Bertin de Saint-Omer, licencié es lettres et docteur en droit, il s’installe comme avocat à Arras en 1856 et y épouse la même année Lucie Béreux, née le 3 juin 1822 à Hesdin. Elle est la quatrième fille d’un polytechnicien, officier du génie, Jean Béreux (1778-1836), qui a fait les campagnes de l’Empire avec le général Ney avant de rallier Louis XVIII qu’il sert fidèlement. En 1816, il s’est marié avec Célénie Cartier, fille d’un riche marchand de charbon établi à Arras, Vincent Cartier (1780-1819), qui a protégé des religieuses au temps de la Terreur ce qui lui a valu un séjour en prison. Décoré de la Légion d’honneur et de l’ordre de Saint-Louis, Jean Béreux est nommé inspecteur royal du génie en Corse (1823-1831) où l’accompagne Lucie qui y affirme un caractère indépendant et autoritaire. Une tradition familiale prétend qu’il aurait été chargé par la duchesse d’Angoulême de rechercher sur l’île les traces d’un éventuel passage de Louis XVII ! De retour d’une mission en Guadeloupe, il a émancipé deux esclaves noires.

  • 5 Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 90-94 (La maison (...)

3Auguste et « la Corse », comme l’appellent ses sœurs, se sont rencontrés dans la propriété familiale des Cartier-Béreux, à Saint-Nicolas-lez-Arras : située en bordure de la Scarpe, elle est composée d’une maison de pierre avec onze fenêtres de façade, entourée d’un parc et de nombreuses dépendances. Cette demeure abrite encore les demoiselles Béreux en 1877 et sert de résidence de campagne à Lucie et Auguste qui, en bons bourgeois et à l’imitation du modèle aristocratique, « quittent volentiers la villes pour ses environs, à la belle saison » ou en fin de semaine5. En 1856, le jeune ménage s’installe place Saint-Géry, à Arras, dans une maison attenante au tribunal ; ils auront trois enfants Eugénie, Sophie et Jean, ce dernier voyant le jour alors que sa mère a plus de 45 ans. Le jeune avocat à la belle prestance, - une haute taille, des cheveux bouclés encadrant un vaste front, des favoris -, est donc d’extraction plus modeste que sa femme et doit sa promotion à ses talents (bourgeoisie intellectuelle) et à son engagement catholique.

  • 6 Christophe Charles, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 224.
  • 7 Il laisse à son décès, en 1896, un héritage de plus de 515 000 francs.
  • 8 La Terreur dans le Pas-de-Calais et dans le Nord : Histoire de Joseph Lebon et des tribunaux révol (...)

4L’ascension sociale d’Auguste Paris corrobore tout à fait cette remarque de Christophe Charles : « la profession d’avocat constitue une position de prestige dans les villes moyennes où l’on ne s’établit pas comme on veut... »6. Neuf fois bâtonnier, jurisconsulte renommé, il fait en outre fortune7 dans les procès d’expropriation alors fréquents en raison de la construction de nombreuses voies ferrées et semble entretenir d’étroites relations avec la compagnie du Nord. Il siège également à l’Académie d’Arras et écrit deux ouvrages historiques relatifs à la Révolution dans le Nord et le Pas-de-Calais8 pour lesquels il reçoit les félicitations de Taine et de Guizot. Il est encore et surtout un fervent catholique : ancien secrétaire de Louis Veuillot (lorsqu’il était étudiant), membre de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul, président du conseil de fabrique de l’église Saint-Jean-Baptiste d’Arras, toujours proche de l’évêché. Il est donc une personnalité en vue du chef-lieu du Pas-de-Calais qui s’est quelque peu assoupi au XIXe siècle après une activité économique soutenue dans les premières décennies autour de l’industrie sucrière ainsi que de la chaudronnerie et malgré l’arrivée du chemin de fer (1846). En effet, la grande richesse vient de la terre (marché des céréales et des oléagineux, rente foncière) et la population est restée à son niveau de 1790 (26764 habitants au dénombrement de 1876), loin derrière celle de Calais Saint-Pierre et de Boulogne-sur-Mer.

5C’est à l’occasion de la crise de 1870-1871, qu’Auguste Paris fonde un journal catholique et conservateur Le Pas-de-Calais (automne 1870) et s’engage nettement en politique, il a alors 45 ans.

Auguste Paris, un ministrable précoce

  • 9 Il se montre un partisan déterminé du protectionnisme - il est proche des raffineurs de sucre de (...)
  • 10 Lettre à son épouse du 24 novembre 1872.

6Candidat sur la liste conservatrice d’« Union sociale » emmenée par Thiers, en vue des élections législatives du 8 février 1871, l’avocat arrageois en rédige lui-même la profession de foi collective qu’il publie dans son quotidien, et est élu huitième sur quinze avec un peu plus de 137000 voix. Ses options politiques - rejet des extrêmes (le Second Empire comme le gouvernement de la Défense nationale), soutien au pouvoir temporel du Pape, attachement à la liberté de l’enseignement, recherche d’une paix honorable - ajoutées à une aisance certaine, un ancrage bourgeois et citadin en font une personnalité représentative de l’orléanisme. Très présent à l’Assemblée nationale, tant en commission qu’en séance où il se fait remarquer par l’étendue de ses compétences, la multiplicité de ses centres d’intérêt (agriculture, budget, chemins de fer, enseignement, magistrature, religion...)9 et la grande tenue de ses discours, il est un membre influent du Centre droit dont on évoque le nom pour le ministère de l’Instruction publique ou de l’Intérieur et des Cultes en mai 1874. Auguste Paris, attaché à la conjonction des centres soutient d’abord Thiers puis surmonte longtemps sa méfiance à son égard et incite fréquemment ses amis politiques à faire de même. Lors de la crise du message, en novembre 1872, il repousse les ouvertures que les Centre gauche Bérenger (Drôme) et Max Richard (Maine-et-Loire) lui ont faites mais espère un « raccommodement » et estime que « les conservateurs intelligents devraient faire les concessions nécessaires »10. Toutefois, le 24 mai 1873, il suit l’ensemble des droites pour renverser Thiers et porter Mac-Mahon au pouvoir afin de faire triompher une politique résolument conservatrice, tout en gardant le contact avec le Centre gauche « raisonnable ». Hostile à l’amendement Wallon qui fonde la République, mais favorable au projet de loi constitutionnelle sur l’organisation des pouvoirs publics dont il est le rapporteur (février 1875), il vote finalement l’ensemble des textes constitutionnels qui organisent la République. Peu après, les bonapartistes et les légitimistes les plus résolus lui font payer cette trahison : ils se coalisent avec l’ensemble des gauches pour l’empêcher d’être élu sénateur inamovible (15 décembre 1875). Deux mois plus tard cependant, les grands électeurs du Pas-de-Calais le vengent en le faisant entrer à la haute assemblée, premier d’une liste de coalition antibonapartiste. Il siège parmi les constitutionnels, un petit groupe, à la charnière des deux centres, respectueux de la constitution, ne voulant pas chercher des armes contre elle dans la révision, mais qui penche plutôt vers le Centre droit et se montre favorable à Mac-Mahon.

7Après les élections législatives de février-mars 1876 qui voient la victoire des Républicains et le recul des forces du centre, l’heure n’est plus à la conciliation et, au Sénat, Paris s’affirme comme un des leaders de la majorité conservatrice : en mai 1876, il s’oppose avec succès à la proposition de loi relative à l’amnistie des communards brillamment défendue par Victor Hugo, puis il tente, en vain, d’arracher au ministre de l’Intérieur de Marcère, la reconnaissance publique du droit de révision de la Constitution dans son acception la plus large, permanent et constant (qu’il avait défendu en février 1875) afin de laisser quelques espoirs aux monarchistes. Le 1er décembre, il contribue à la chute du 4e cabinet Dufaure sur la question des poursuites contre la Commune. Face aux progrès constants des républicains, et notamment des radicaux, le sénateur du Pas-de-Calais se raidit sur la question du régime ainsi que sur celle de l’influence de l’Église catholique sur la société civile. Il se défie de la gauche et reste attaché à la monarchie modérée qui, selon lui, fournit un cadre plus efficace pour la défense des principes conservateurs à laquelle il sacrifie ses réticences vis-à-vis de l’ultramontanisme militant et ses scrupules antibonapartistes. De fait, il ne s’offusque pas de l’agitation cléricale du printemps 1877 et se résout à siéger - certes avec beaucoup de réticence et sur les instances pressantes de Mac-Mahon (voir lettre 3 du 17 mai) - dans un gouvernement d’ordre moral et de combat réunissant toutes les droites à partir du 17 mai.

Une période névralgique : la crise du 16 mai

  • 11 René Rémond, La vie politique en France, 1848-1879, Paris, Armand Colin, 1969, p. 339.
  • 12 Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, 1973, p. 39.

8Les conservateurs qui ne cessent de perdre du terrain songent depuis un certain temps à réagir fermement (lettre 1). Certes, ils tiennent encore la présidence de la République, normalement jusqu’en 1880 et le Sénat, mais avec une étroite majorité et pour combien de temps ? En effet, à chaque fois que les électeurs s’expriment directement, depuis avril 1871, c’est en faveur de la République. Les amis politiques de Mac-Mahon craignent de voir disparaître « le double contrepoids de l’autorité présidentielle et de la sagesse sénatoriale » qui permet de s’opposer à la Chambre des députés « abandonnée par avance aux impulsions du suffrage universel »11. Cette situation est dommageable au gouvernement qui a autant besoin de la confiance du chef de l’État que de celle de la Chambre et se trouve immédiatement pris dans la bataille politique, notamment engagée autour de la question religieuse, opposant le président de la République et la majorité républicaine dont le désaccord va crescendo. Il atteint son paroxysme en mai 1877 en raison, d’une part, de l’agitation des cléricaux ultramontains qui se mobilisent derrière les appels de certains évêques en faveur de la restauration du pouvoir temporel du pape, et d’autre part, de la pression des républicains qui condamnent les manifestations ultramontaines (4 mai), autorisent la publicité des séances des conseils municipaux (12 mai) et abrogent une loi qui limitait la liberté de la presse (15 mai), deux mesures conformes à leur programme mais très inquiétantes pour le camp d’en face. S’estimant responsable devant le pays et regrettant la faiblesse du gouvernement qui n’a pas réagi, Mac-Mahon accule le président du Conseil, Jules Simon, à la démission. Ainsi éclate la crise du 16 mai dont les enjeux apparaissent clairement : l’interprétation des lois constitutionnelles et l’évolution de la société. Qui du chef de l’État (lecture conservatrice) ou de la Chambre des députés - seul pouvoir élu au suffrage universel - (lecture républicaine), doit avoir la prérogative ? « Les élites de la France du passé »12 peuvent-elles préserver leur influence ainsi que celle de l’Église sur la société ?

  • 13 René Rémond, op. cit., p. 340.

9Le choix du duc Albert de Broglie pour former un gouvernement minoritaire, le 17 mai, est « inopportun en raison des souvenirs qu’il évoque : la chute de Thiers et la politique d’ordre moral »13. Auguste Paris, bien qu’il ait conscience de cette faiblesse, ainsi que de la maladresse et de l’improvisation de l’opération, accepte toutefois le portefeuille des Travaux publics pour lequel il a certains intérêts et compétences (voir supra).

Raisons et signification de la participation d’Auguste Paris au cabinet du 16 mai

  • 14 Même si Gabriel Hanotaux le qualifie d’« homme obscur », certes après avoir évoqué Victor Hugo  (...)
  • 15 Vicomte de Meaux, Souvenirs politiques, 1871-1877, Paris, Plon, 1905, p. 324-325.

10Sa participation au gouvernement n’est pas une véritable surprise : c’est un des leaders de l’orléanisme catholique14 et il a déjà été pressenti, mais la présence du sénateur constitutionnel du Pas-de-Calais dans cette combinaison est riche de signification : Mac-Mahon et de Broglie ne souhaitent pas rompre définitivement avec le Centre gauche et donnent des gages de respect de la Constitution (lettre 99). Si ce portefeuille occupe une place relativement modeste dans la hiérarchie ministérielle et n’est pas le plus exposé politiquement (lettre 1 de Lucie Paris, 18 mai), toutefois de Broglie compte utiliser, et utilise, les talents de debater de son titulaire dont le vicomte de Meaux justifie ainsi le choix : « Dans les débats sur la collation des grades et sur la cessation des poursuites contre les communards, il avait tenu tête à M. Dufaure, tout en lui témoignant une particulière déférence ; il avait été le rapporteur de nos commissions et notre organe en ces circonstances où le Sénat s’était mis en opposition avec la Chambre : double titre à figurer dans le gouvernement... Sur le champ de bataille, soit à la tribune, soit dans les réunions populaires, il rendait coup pour coup, en lutteur aussi intrépide que vigoureux, ce qui faisait dire au duc de Broglie, se souvenant de la façon dont les Anglais caractérisent certains de leurs hommes politiques : « Paris vaut mieux debout qu’assis. (He is better on his legs) » »15. Ces propos sont d’ailleurs confirmés par l’intéressé lui-même : « Ceux qui me lançaient la balle ont vu que je savais donner des coups de raquette » (lettre 33 du 19 juin). Le ministre des Travaux publics est donc au cœur du drame pour raconter, expliquer, commenter les événements, les décisions, l’atmosphère politiques ainsi que la situation internationale, dont il se fait un devoir d’informer presque quotidiennement son épouse qui reçoit également des nouvelles via le préfet.

Un ministre dans la bataille électorale

11Ainsi la crise du 16 mai et ses suites jusqu’à la démission du ministère se déroulent-elles au fil des lettres, vues du côté conservateur, fournissant un témoignage au jour le jour, évitant les réinterprétations autant que les défaillances de la mémoire et parfois agrémenté d’une sorte de revue de presse (lettres 54, 60, 63, 71, 75, 77, 79, 80, 101, 102). Auguste Paris se plaît à faire le compte rendu plus ou moins détaillé des conseils des ministres ou des séances du parlement : prorogation des chambres (lettre 5), mouvements des sous-préfectures (lettres 11 et 12), décision de la dissolution (lettres 17 et 18)... Le nouveau ministre ménage le suspens à propos du plan de campagne du gouvernement qui « a été définitivement arrêté ce matin » (12 juin, lettre 25), « que je te ferai connaître dès qu’il n’y aura plus d’indiscrétion à le faire » (13 juin, lettre 26), « qui surprendra nos adversaires et étonnera peut-être nos amis » (14 juin, lettre 27) qu’il dévoile finalement le 15 juin : demande de dissolution dès la rentrée du Sénat, discussion immédiate de l’interpellation des républicains à la Chambre.

12« Je t’écris quelques lignes pour te faire connaître la physionomie de la journée parlementaire », cette introduction à la lettre 29 du 16 juin pourrait être reprise pour celles qui suivent jusqu’au 22 juin et dans lesquelles la tension des débats autour de la dissolution (effective le 25 juin) est tout à fait perceptible : atmosphère surchauffée (« fournaise », lettre 36) et enfumée (« tabagie », lettre 29), violence des échanges (« injures,...saturnales... », lettre 29), émotion personnelle de Paris qui est chargé de répondre à Gambetta (lettre 30) et qui prépare studieusement son discours du 18 juin à la Chambre (lettre 31) dont il rend compte à deux reprises. La très courte lettre 32, écrite à chaud, à sa descente de la tribune, sur une feuille à en tête de la Chambre des députés et à la mauvaise calligraphie témoigne de l’état physique et affectif de l’orateur. Ces récits sont parsemés de remarques féroces sur ses adversaires : Gambetta, « le citoyen dictateur » prononce « un discours débraillé, quelque fois spirituel, toujours perfide » ; Bethmont est qualifié de « mouton enragé » (lettre 29), Dufaure de « vieux sanglier » (lettre 35), Jules Ferry de « parleur vulgaire,...tribun de cabaret... » (lettre 130), et Léon Renault ne serait « guidé que par un sentiment, le regret amer de ne pas être ministre » (lettre 35).

13La dissolution prononcée, la bataille électorale, nouvelle phase dans l’action politique, commence aussitôt et l’avocat arrageois dans sa correspondance insiste sur trois points : la date des scrutins, le choix des candidats, la propagande électorale. Le premier est un véritable casse-tête qui divise le gouvernement (lettre 79) et tourmente le ministre des Travaux publics qui l’évoque pas moins de dix fois entre le 27 juin (lettre 39) et le 29 août (lettre 79) et ne parvient pas à faire triompher ses vues alliant respect de la légalité et moment le plus favorable en liaison avec les élections cantonales (lettres 42, 57). La sélection des candidats conservateurs est une autre épreuve pour le cabinet et ses partisans qui étalent au grand jour leurs divisions, les différents comités électoraux faisant des propositions concurrentes (lettres 40, 62). Le gouvernement paraît relativement impuissant face à cette discorde, particulièrement vive dans certains départements (Pas-de-Calais, Calvados, Eure, Gironde, Lot, Seine-et-Oise...) et le ministre de l’Intérieur met plus de deux mois pour arrêter la liste définitive des candidats officiels [« 200 candidatures environ sont arrêtées », lettre 50, le 10 juillet ; « M. Fourtou nous dit que lundi tout son travail de candidatures sera terminé », lettre 53, 13 juillet ; « 330 candidatures environ sont arrêtées », lettre 62, 26 juillet ; « Il y a encore un cinquantaine de candidatures à arrêter » lettre 77, 23 août ; « on ne fait plus qu’un glanage des candidats », lettre 86, 11 septembre] et ne peut empêcher certaines candidatures dissidentes.

14La campagne électorale des conservateurs est assez peu évoquée directement dans cette correspondance, en revanche celle de l’adversaire et les entraves qui peuvent y être mises le sont davantage. Auguste Paris mentionne principalement l’adoption des manifestes du président de la République des 19 septembre et 11 octobre et les modifications qu’il a pu y apporter (lettres 90 et 103), ainsi que les différents voyages du chef de l’État et les siens qui sont des tournées électorales (mise en scène du pouvoir, promesses d’investissements, remises de décoration) pendant lesquelles sont prononcés d’importants discours, à Bourges (lettre 64) ou à Bordeaux (lettre 87) par Mac-Mahon, à Modane (lettre 99) ou à Dieppe (lettre 104) par le ministre des Travaux publics. L’activité des républicains est régulièrement abordée sous ses différentes formes : les manifestations à l’occasion de remise de prix (lettre 65), les protestations lors de la session des conseils généraux (lettre 75), l’action du comité des jurisconsultes (« un État dans l’État », lettre 65), les articles de La République française, le discours de Gambetta à Lille (« J’ai conseillé de poursuivre le Dauphin de France devant le tribunal de Lille pour outrage envers le maréchal vis-à-vis de qui il prend des airs de 4 septembre. Le discours du dictateur est soumis à l’examen du parquet », lettre 73) et le procès qui s’en suit, les slogans qui « pervertissent » l’opinion... Comme ses collègues, il est particulièrement sensible à la propagande républicaine faisant craindre, en raison des sympathies du gouvernement pour Pie IX et la restauration de son pouvoir temporel, une guerre avec l’Italie, voire l’Allemagne (lettres 60 et 112) dont il reçoit d’ailleurs les représentants. Le dynamisme de la campagne des républicains suscite la crainte ainsi que la jalousie devant son efficacité et le modéré Paris en vient à déplorer le manque de fermeté du gouvernement. Il ne lui échappe pas non plus que Thiers occupe une place essentielle dans le dispositif des républicains : « Servant de paravent aux révolutionnaires » (lettre 82), l’ancien président de la République est l’homme qui rassure face à l’impétueux Gambetta, qui entretient de bonnes relations avec les gouvernements italien et allemand (lettre 18) et dont les ambitions sont connues (« M. Thiers croit à sa restauration... Il distribue les emplois », lettres 65 et 68).

  • 16 La phrase « M. Thiers est mort ! » revient trois fois en quelques lignes dans la lettre du 4 septem (...)

15L’annonce de sa mort et la préparation de ses funérailles dont le gouvernement voit aussitôt l’enjeu (« Il importe de ne pas laisser les républicains mener seul le deuil de celui qui s’était mis à leur tête ») constituent un temps fort de cette correspondance (lettres 82 à 85). La surprise de cette disparition16 puis les manœuvres de l’entourage familial, amical et politique du défunt qui entend garder l’initiative face à un pouvoir exécutif sur la défensive sont bien rendues. Si le ministre des Travaux publics croit (et espère ?) d’abord que « les gauches sont désemparées [car] elles perdent le successeur du maréchal » (lettre 84), il comprend ensuite tout le parti que l’opposition tire des obsèques du Libérateur du territoire, ce qui accroît son hostilité à son égard : « Devant la mort, on ne doit se rappeler que les services rendus » (lettre 83, 5 septembre) ; « Qu’il trouve la paix dans l’autre monde et qu’il nous la laisse en celui-ci » ! (lettre 84, 6 septembre).

16En fait, très tôt, il ne se fait guère d’illusions sur les chances des conservateurs (lettre 21, 6 juin) et émet peu à peu quelques critiques à l’égard du gouvernement : « le 16 mai n’a pas été suffisamment préparé », lettre 75 ; « Je remplis... le rôle d’un colonel qui marche au signal donné, sans bien savoir où il est conduit... Le plus souvent, il arrive que, dans le conseil des ministres, après avoir émis un avis indépendant, il n’y a qu’à s’incliner devant la force des choses », lettre 81). Les reproches sont encore plus directs pour Decazes (lettres 57, 79, 103 : « il est presque constamment absent, soignant sa double candidature et préparant, je pense, ses destinées futures ») et pour de Broglie dont il admire les talents oratoires (lettre 137) mais qui « manque de rapidité dans l’exécution » (lettre 74) et néglige l’avis de ses collègues. Paris déplore la division de son camp mais lui-même, au moins dans sa correspondance privée, ne cesse de rappeler la nécessaire discrétion de l’Église (lettres 45, 68, 100, 112) et de dénoncer ses alliés ultra légitimistes, notamment le sénateur Lareinty (lettres 1, 8, 11, 20, 21, 80...), ou bonapartistes autoritaires, spécialement ceux du Pas-de- Calais, Levert et Sens (lettres 29, 33, 49, 51, 52...), pour leurs prétentions et leur extrémisme.

  • 17 Les rares pronostics qu’il a avancés ne donnait qu’un « succès partiel » aux conservateurs (lettr (...)

17Cette mésentente, cette désillusion qui lui font dire « Je suis devenu le ministre de la mélancolie » (lettre 81), - mélancolie peut-être aggravée par « la monotonie de cette période d’attente de la réponse du suffrage universel » et par la vacuité des conseils des ministres (96, 97, 98) - annoncent l’échec électoral du 14 octobre17. Paris qui rend bien compte de l’atmosphère de l’arrivée des résultats, dans la nuit, au ministère de l’Intérieur (lettre 106), n’en prend pas immédiatement conscience (« Ni victoire ni défaite », lettre 106, 15 octobre) d’autant que certains de ses collègues tendent à le relativiser.

  • 18 « Pauvres ministres ! Que sommes-nous actuellement ? Des vivants ou des ombres ? » (127), « Il nous (...)

18Dès le 16 octobre, toutefois, il assume la défaite, juge nécessaire la retraite du cabinet et prêche pour la formation d’un cabinet de détente. C’est aussi l’avis de Berthaut, Caillaux, Decazes, et même Brunet et Fourtou ; mais ces ministres ne veulent guère ouvrir à gauche ce futur cabinet modérateur et ils se heurtent à ceux qui entendent résister, notamment de Broglie et de Meaux (lettres 107 et 108). Ces hésitations expliquent les multiples combinaisons (Audiffret-Pasquier, Pouyer-Quertier, Batbie, cabinet d’affaires...) échafaudées en vue de ménager au mieux la délicate situation du président de la République (« assailli de tant de conseils qu’il ne doit plus savoir où donner de la tête », lettre 125) et de préparer une sortie honorable pour le gouvernement devant le Sénat (lettres 107 à 115, 117 à 134). Cette « incertitude pénible » (lettre 122)18 réduit l’avocat arrageois « aux conjectures et aux « on-dit » » (lettre 121) et le contraint à revenir sur « sa résolution » de quitter le gouvernement le 5 novembre, c’est-à-dire la rentrée des Chambres (lettre 112) dont il fait à nouveau un compte rendu détaillé des séances (lettres 130, 131, 137). Il s’attarde notamment sur celle du 15 novembre à la Chambre des députés où il est décidé de former une commission d’enquête sur les actes du gouvernement du 16 mai à propos de laquelle il tient à rassurer son épouse (lettres 129, 130, 133).

19Le 20 novembre, après la démission officielle du gouvernement, Paris raconte brièvement les adieux des ministres au président de la République (lettre 138) pour lequel il manifeste en permanence des sentiments de respect et de fidélité. Dès le lendemain, il accompagne sa signature de la mention « ancien ministre » et attend avec impatience la nomination de son successeur qui intervient le 23.

20Cette activité principale d’Auguste Paris, pendant une période politique clé de la Troisième République a été privilégiée dans la présentation de cette correspondance selon trois séquences chronologiques :

  1. Le coup du 16mai et la dissolution (lettres1 à 39, 1 9, du 15mai au 27 juin),

  2. Les travaux et les jours d’un ministre en campagne (lettres 40 à 105, 10 24, du 28 juin au 14 octobre),

  3. L’échec du dernier gouvernement d’ordre moral et sa difficile retraite (lettres 106 à 142, lettres 25 31, du 15 octobre au 29 novembre).

21Cependant, à côté du combat politique - permanent -, mais surtout concentré lors des sessions du parlement, il y a...

L’activité protocolaire et administrative du ministre des travaux publics

  • 19 Voir le portrait du couple Grant (lettres 117 et 120), et où il rencontre des personnalités inté (...)

22...sur laquelle le sénateur du Pas-de-Calais fournit de multiples renseignements. Outre la revue militaire du 1er juillet à Longchamp (lettre 44), il est convié à de nombreuses réceptions à l’Élysée (une bonne dizaine), à la chancellerie (lettre 47), au ministère des Finances (lettre 65), à l’ambassade des États-Unis (lettre 117), chez Rothschild (lettre 25) qu’il se plaît à décrire, parfois avec humour19, et qui prouve son importance - relative - du moment. C’est souvent à cette occasion ou à la suite d’entrevues avec des ambassadeurs (Allemagne, Autriche-Hongrie, Espagne, États-Unis, Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Russie, Serbie), qu’il recueille des informations sur la situation internationale, à propos des conspirations républicaine ou carliste en Espagne (lettre 44) ou à propos des derniers développements de la guerre russo-turque (lettres 11, 27, 55, 78, 80, 103).

  • 20 En post scriptum à la lettre 25, il indique : « Je viens de découvrir une annexe de mon apparteme (...)
  • 21 « La pelouse, fraîchement coupée et arrosée avec soin étend sous mes fenêtres un tapis de verd (...)

23Il met rapidement son épouse au courant de l’organisation matérielle de sa vie quotidienne de ministre : son valet de chambre qui lui prépare son chocolat et ses repas, sa résidence avec son parc au confort et au luxe (« splendeurs officielles », lettre 6) de laquelle il est sensible (deux salons, une salle de bain20, un piano, un billard, un jardin21 avec ses grands arbres et son bassin...).

  • 22 De même réorganise-t-il la commission centrale des chemins de fer (lettre 73, 19 août).
  • 23 « Chaque courrier qui arrive me met en présence de cette question : combien de révocations me dem (...)

24Rapidement, il recrute son chef de cabinet, recommandé par le ministre de l’Intérieur qui a peut-être ainsi un œil sur ce ministère ( ?) et entre en rapport avec les employés de son administration centrale (lettre 8, 23 mai) au sein de laquelle il n’opère pas d’épuration mais qu’il réorganise (lettre 81)22. Au niveau subalterne et local, il subit de nombreuses pressions pour procéder à des révocations ou à certaines nominations, mais il prétend essayer d’agir avec le plus d’équité possible (lettres 26, 8023, 89, 91). L’emploi du temps de sa matinée, indiqué dans la lettre 72, donne un bon aperçu de son activité qui consiste entre autres à recevoir des visiteurs venus traiter d’affaires relevant de son ministère et dont certains l’intéressent plus particulièrement et avec lesquels l’horizon de la discussion s’élargit : Charles Garnier, architecte de l’Opéra, Gustave Rouland, gouverneur de la Banque de France, Rouher, Félix Voisin, préfet de police, le général Chanzy, gouverneur de l’Algérie qui l’« a entretenu longuement et d’une façon intéressante des grands travaux entrepris et à entreprendre dans notre colonie d’Afrique qu’il cherche à assimiler à la mère patrie, afin de lutter contre le tendances à l’autonomie » (lettre 101)... Le contenu de l’entretien avec le prince de Hohenlohe, ambassadeur d’Allemagne, compte moins que les sentiments hostiles que l’État qu’il représente (« l’ambassadeur de nos ennemis ») suscite chez Paris : « Ce nom produit toujours sur moi un singulier effet. Il me semble que l’on me dit voilà l’ennemi » (lettre 52). La relation de sa conversation avec le baron Haussmann qui négocie alors une ligne ferroviaire entre Tarbes et Perpignan est un autre temps fort de cette correspondance : « J’ai laissé prendre à la conversation, désireux que j’étais de connaître celui qui pendant 17 ans a été préfet de la Seine, une tournure politique... Il m’a raconté divers incidents très curieux de son opposition au Prince Napoléon, du temps de l’Empire... Des scènes très vives éclatèrent plus d’une fois dans le conseil... » (lettre 76).

  • 24 François Caron, Histoire des chemins de fer en France. 1740-1883, Paris, Fayard, 1997, p. 475. Dè (...)

25Le principal dossier qu’il a à traiter, avec le ministre des Finances, concerne la difficile situation des petites compagnies ferroviaires, notamment celle de Vendée, fréquemment établies dans un but spéculatif, rapidement peu rentables et souvent au bord de la faillite, pour lesquelles il se présente comme « un médecin appelé in extremis » (lettres 8, 9, 12, 16, 20, 24, 27, 28, 39, 45, 48, 52, 94). Son prédécesseur, Christophle, a commencé à le régler en prévoyant leur rachat par l’État ou par de grandes compagnies, mais la majorité républicaine est divisée sur cette question. Le gouvernement du 16 mai passe pour favorable aux grandes compagnies en raison des accointances de plusieurs de ses membres avec ses dernières, et le 22 juin le républicain Allain-Targé dénonce la collusion entre cette « oligarchie financière » et « la coalition du 16 mai ». Toutefois, comme l’indique François Caron, « Le gouvernement du 16 mai rouvrit les négociations avec la Compagnie du PO, mais n’eut pas le temps de conclure bien que l’on fût proche d’un accord. Il racheta plusieurs lignes secondaires. Il ne mena donc pas une politique outrageusement favorable aux grandes compagnies »24. Les questions relatives à l’entretien des bâtiments civils et palais nationaux (Palais de Justice, Archives nationales...), au contrôle des eaux (autour de Saint-Omer, lettre 19), à l’aménagement des voies navigables (le Rhône, l’Isère, la Scarpe) et des ports (Boulogne, Calais, Dieppe) occupent également une bonne partie de son temps et occasionnent des visites ou voyages sur place qu’il évoque plus ou moins longuement dans sa correspondance. Ainsi consacre-t-il deux lettres (99 et 100) à son « excursion » en Savoie et en Dauphiné (30 septembre-3 octobre) qui « au triple point de vue de la politique générale, des affaires de mon département ministériel et de mon agrément, n’a rien laissé à désirer ». En effet, il a tenu de nombreux discours visant à rassurer les populations quant au respect de la légalité constitutionnelle par le gouvernement ou quant à l’état des relations avec l’Italie, il a manifesté l’intérêt du gouvernement pour des problèmes concrets, il a découvert des personnalités remarquables et des paysages qui l’ont enchanté et qu’il décrit longuement à son épouse. À ce moment, à travers le tourisme, l’homme public rejoint l’homme privé qui n’oublie jamais l’Artois et le Boulonnais.

Le bourgeois, le père de famille, le notable local

  • 25 Les bonapartistes n’apprécient guère Paris qui le leur rend bien : « Que ne pouvons-nous pas le p (...)

26Bien des facettes en sont révélées par cette correspondance, et d’abord celle de l’élu du Pas-de-Calais qui ne saurait négliger la situation de son département sur laquelle Fourtou s’engage à le consulter (lettre 8), où il se rend en visite officielle du 19 au 22 septembre (lettres 90-93) et où il envisage de se présenter aux élections cantonales dans le canton de Pas-en-Artois (lettres 41, 43, 97, 110). Il est donc constamment informé, en premier lieu par son épouse, mais aussi par les nombreux élus ou candidats qu’il reçoit, et par le préfet, Adolphe Poizat (lettres 8, 39, 78, 110), qui est donc soumis non seulement à la pression de son ministre de tutelle mais aussi à celle du ministre élu du département ; ainsi doit-il tenir compte des souhaits ou avis du ministre des Travaux publics et sénateur du Pas-de-Calais, mais également de ceux de son épouse à laquelle il communique des dépêches et accorde bien des faveurs. La délicate préparation des différentes consultations préoccupe beaucoup l’avocat arrageois (lettres 39, 43, 45, 47, 51, 54-58, 63, 69, 87), en raison des profondes divisions de la famille conservatrice, les légitimistes et les orléanistes préférant parfois l’entente avec les républicains contre les bonapartistes, hégémoniques à droite et parfois de nuance autoritaire25. Ils se considèrent comme les plus à même de triompher et regrettent les ménagements - dus à Auguste Paris selon eux -, avec lesquels est traité le député maire d’Arras, Ernest Deusy, un des 363, qui est révoqué bien tardivement à leur goût (lettre 79) et dont la situation tracasse l’avocat arrageois (lettres 40, 79, 84, 97). Après l’intervention de Rouher, qui reçoit sans doute l’appui de Fourtou, Paris ne peut éviter la candidature officielle de Sens et Levert à Arras II et Saint-Omer II, mais il obtient la condamnation de la candidature dissidente de Thuilliez dans la circonscription de Saint-Pol contre le légitimiste de Partz de Pressy.

27Le ministre joue de son pouvoir et de ses relations pour décorer, recommander, nommer des personnes qui lui sont proches ou qui le sollicitent, souvent par l’intermédiaire de sa femme [c’est presque l’essentiel de sa correspondance dont les lettres 10 ou 14 offrent un bon exemple] ou de ses belles-sœurs, notamment dans la magistrature, mais aussi dans l’administration préfectorale et fiscale, ainsi qu’à toute sorte d’emplois subalternes. Ainsi ébauche- t-il la constitution d’une clientèle, suivant en cela les conseils de sa belle-sœur Sophie Béreux : « Tâchez seulement de savoir si quelque médecin d’Arras ne sollicite pas une décoration de la Légion d’honneur, et si vous m’en croyez, pendez le petit bout de ruban au mât de cocagne jusqu’à la fête de l’élection. Notre ami Deusy a su ainsi tenir en haleine tous les présidents des petites sociétés dont on a discipliné les votes » (lettre 15). Il suit également de près les affaires religieuses de son département, tant au niveau de l’enseignement catholique dont il est ancien élève et que ses enfants fréquentent que des promotions. Par exemple, il intervient en faveur de Clovis Catteau, vicaire général d’Arras qui est nommé évêque de Luçon, mais jusqu’à quel point ? En effet, le couple Paris évolue au sein d’un réseau d’ecclésiastiques, (Mgr Lequette, les abbés Depooter, Envent, Hervin...), en partie liés à la société de Saint-Bertin de Saint- Omer, relativement modérés qui se défient de l’ultramontanisme intransigeant, au moins dans le domaine politique.

  • 26 Ainsi : « Que Dieu m’éclaire et m’assiste » (lettre 4) ; « Priez Dieu qu’il seconde nos efforts et (...)

28Bien des personnes qui ont obtenu des faveurs appartiennent aux milieux que fréquentent Auguste et Lucie Paris et qui constituent la bonne bourgeoisie : le préfet, des conseillers de préfecture, des avocats, avoués et magistrats, des officiers et sous-officiers, le trésorier-payeur général, le directeur de l’enregistrement et des domaines, quelques propriétaires rentiers... sans oublier les ecclésiastiques qui tiennent une place si importante auprès du couple et auprès de nombreuses épouses qui sont souvent des dames d’œuvre... La ferveur religieuse d’Auguste Paris est incontestable, sa foi d’honnête homme confiant dans la Providence apparaît dans presque chaque lettre26 où les références bibliques sont multiples. Il assiste régulièrement aux offices de l’église Saint-Thomas-d’Aquin, sa nouvelle paroisse et veille à pouvoir entendre la messe au cours de son voyage en Savoie (lettres 98 et 99) pendant lequel il se rend au monastère de la Grande-Chartreuse (lettre 100)... Son épouse n’est pas en reste, son calendrier est souvent religieux (Trinité, Sainte Madeleine, Saint Alexis, Saint Michel, Toussaint), elle participe à de nombreux exercices (mois de Marie, adoration du Saint-Sacrement), reçoit des prêtres et rend visite à des religieuses.

29En bourgeois responsable, Auguste Paris s’intéresse à son patrimoine et à celui de ses proches dont il gère les comptes (lettre 82) ; il se tient au courant de l’état des bâtiments d’Arras ou de Saint-Nicolas (lettre 26) et suit avec attention le devenir de son portefeuille d’obligations (lettres 37, 11, 41, 42). Fumant le cigare, jouant au billard, fréquentant peu les restaurants (Véfour, Vatel), il apprécie le confort et l’équipement de l’hôtel de son ministère, mais ne prise guère le luxe ostentatoire (« À l’hôtel de la préfecture de Savoie, je couchai dans la chambre de l’Empereur, meublée avec un luxe vraiment insensé », lettre 100).

  • 27 L’affirmation de Françoise Mélonio selon laquelle « Au Théâtre-Français, où l’on joue princip (...)
  • 28 Hippolyte Taine, La Fontaine et ses Fables, Paris, Hachette, 1860.

30Sa nouvelle résidence lui permet de flâner avec plaisir dans Paris (« Je suis revenu à mon logis le long des quais, admirant, dans la demie lumière du crépuscule, Notre- Dame, la Seine, le Louvre... ») qu’il visite, ainsi que ses environs avec sa famille (École des Beaux-Arts, Sainte-Chapelle, Notre-Dame, Saint-Étienne du Mont, le Panthéon, Les Invalides, les Buttes-Chaumont, les musées de Cluny et du Luxembourg, le Palais-Royal, les parcs de Saint-Cloud et de Versailles..., lettres 64, 66, 67, 70) et dont il évoque les grands travaux dans le prolongement du programme d’Haussmann et en vue de l’exposition universelle de 1878 (lettres 9 et 51). Il profite des facilités offertes par ses fonctions officielles et dont il fait bénéficier ses amis, pour aller au théâtre ou à l’Opéra qui sont un des passe-temps favoris27 de cette homme de culture qui enjolive constamment ses lettres, de métaphores, de maximes et de citations, parfois en latin. Bien avant Corneille, Fénelon, Malherbe ou Pascal..., le plus souvent cité est La Fontaine dont Taine28, quelques années auparavant, a souligné la portée des Fables. Ces références contribuent à valoriser ses propos et à créer une complicité avec sa lectrice, elle aussi sensible à la culture classique et religieuse.

31Les voyages touristiques sont également une de ses distractions comme en témoignent les récits enthousiastes et détaillés qu’il fait de ses excursions à Blois et sur les bords de la Loire (lettre 64) ou en Savoie (lettres 99 et 100) où il mêle l’utile à l’agréable. Il se dit charmé par la beauté des lieux, la majesté des paysages qui lui rappellent certaines lectures, comme Le voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’abbé Barthélémy dans la vallée de la Cisse, ou Le Lac de Lamartine sur le lac du Bourget...

32L’attachement du mari et du père de famille aux siens n’est pas seulement prouvé par la régularité de son courrier, il ressort également de son vocabulaire - que l’on retrouve chez son épouse - qui témoigne d’une réelle affection (« Je vous embrasse (affectueusement) » ; « Un (tendre) baiser à... ; « J’ai placé vos portraits sur ma cheminée », lettre 8). Son amour pour Lucie se manifeste par de multiples expressions (« Ma première pensée, après Dieu, est pour toi, ma chère Lucie », lettre 4 ; « Te amo », lettre 24 ; « Toto corde », lettre 52 ; « Je vais m’endormir et te revoir, ma Lucie chérie », lettre 99...), par le regret de son absence (« Que n’êtes vous ici ? », lettre 63) et de ses trop peu nombreuses lettres (« Ne me laissez pas longtemps sans nouvelles », lettre 40 ; « Je me demande si vous manquez de papier, de plumes et d’encre », lettre 47), par son souci permanent de la rassurer. L’épouse est aussi une confidente qui assure certaines démarches (prévenir certaines personnes, assurer la représentation et entretenir le réseau de relations), voire une conseillère dont il craint « de casser les oreilles avec la politique » (lettre 112) mais dont il espère l’appui bienveillant. Son affection englobe ses belles-sœurs de Saint-Nicolas avec lesquelles le couple Paris semble vivre en symbiose (« Tu sais ou plutôt vous savez, Lucie, Sophie, Clara que je ne sépare pas dans mon affection... », lettre 34 ; « Vous savez que tout reste en commun entre nos sœurs, nos enfants et votre toute dévouée », lettre 30 ; « Je ne puis laisser commencer cette lourde journée sans vous envoyer à l’avance tous les vœux de mon cœur et vous bien assurer que je les confie à Dieu comme depuis vingt deux ans, je lui ai toujours confié ce qui devait faire époque dans votre vie », lettre 7 de Sophie Béreux). Elles aussi sont des confidentes et des relais, qu’il reçoit à Paris et qu’il informe lorsque Lucie est avec lui et ne peut leur communiquer les nouvelles (lettres 61-63, 64-65, 67-

  • 29 Il est intéressant de noter qu’en 1877, Victor Hugo, adversaire politique d’Auguste Paris, publie (...)

33Dans les échanges épistolaires entre époux, les enfants occupent naturellement une grande place (« Dis à notre fille aimée que je lui adresse les meilleurs souhaits de mon cœur », lettre 52 ; « Les enfants ne disent rien mais n’en pensent pas moins à leur père chéri », lettre 23)29, et notamment leurs études, leur éducation religieuse ou leur état physique. D’ailleurs la santé est un thème qui revient très fréquemment dans la correspondance du ministre, non seulement à propos des siens proches (« Les indispositions fréquentes de Jean doivent éveiller notre attention au point de vue des précautions hygièniques qui en empêchent le retour. J’espère l’embrasser dimanche entièrement guéri », lettre 48) ou de lui-même (« Je ne suis pas trop fatigué par mon exercice d’hier. J’ai eu la précaution de changer aussitôt de vêtements, et je ne suis rentré que peu d’instant dans cette fournaise de la Chambre », lettre 33), mais aussi à propos de ses collègues (Brunet) ou des gens qu’il rencontre (Achille Adam, Mme Plichon...) et qui vont prendre les eaux... La grave maladie (avec intervention chirurgicale à Paris) dont souffre sa nièce Gabrielle retient plusieurs semaines l’attention du couple, avec de nombreuses lettres (27, 12, 52, 54, 55, 57, 59, 65) qui nous révèlent de fortes tensions dans la famille Paris, alors que les relations sont plus faciles avec la famille Béreux dont il reçoit par deux fois Coralie, la nièce de son épouse, Lucie.

Lucie Paris, une épouse aimante et associée dans le combat pour l’ordre moral

  • 30 Les expressions des lettres 4 et 40 se font écho.
  • 31 Ainsi fait-elle l’éloge de la tradition : « Il ne faut pas faire fi des traditions, après les tem (...)

34De son côté, elle maintient le contact en permanence avec son mari mais avec une moindre intensité. Elle reconnaît d’ailleurs son « peu de goût pour l’épistolaire » (lettre 24), semble moins fiable dans ses souvenirs (« J’avais encore autre chose à vous dire mais je ne puis rien me rappeler pour le moment », lettre 28) et moins rigoureuse dans l’organisation de ses textes, même si certains passages sont très bien écrits (début des lettres 2 ou 23...) avec un art de la mise en scène (« Je viens de réunir à ma satisfaction, une paire de lunettes, du papier, de l’encre ; à force de chercher, j’ai trouvé la plume et me voici courant vers vous », lettre 4)30 ou du récit (lettre 12). L’amour et l’admiration qu’elle voue à son époux (« ce modèle des époux, des pères, des ministres, j’aime à croire qu’il est destiné à le devenir aussi », lettre 8) éclatent à maintes reprises : elle aussi multiplie les marques d’affection (« J’ai besoin de vous dire que votre pensée remplit tout mon cœur », lettre 29) et regrette son absence ; elle loue ses compétences, ses « vertus », son sens de l’honneur et du devoir, son dévouement, lui qui accepte de se charger d’un « fardeau », de « sacrifier son repos sur l’autel de la patrie » (lettres 1 et 3). Dans sa correspondance, la place la plus importante est occupée par les demandes d’interventions et les affaires d’Arras (visites effectuées et reçues, état civil, cérémonies religieuses). Elle se montre volontiers plaintive à propos du temps, du surcroît d’activités, de la qualité de ses domestiques (lettres 17 ; « Je ne trouve ce mythe qu’on appelle une bonne servante », lettre 24...) ou de la conduite des enfants et emploie à ce sujet des expressions comme celle-ci - « votre fils est insupportable, paresseux, têtu, impossible à gouverner, il est digne de faire partie du peuple français » (lettre 29) -, qui trahissent un positionnement marqué à droite31 et une sensibilité certaine aux affaires politiques. Tout en avouant son incompétence (« ce ne sont pas des conseils que je vous donne, ce sont des impressions », lettre 25), elle se permet toutefois de donner son avis sur les candidatures conservatrices dans la première circonscription d’Arras (dans la lettre 17, elle souhaite la candidature du chevau- légers Eugène de Diesbach) ou sur la difficile retraite du gouvernement après l’échec électoral du 14 octobre. Il y a alors un véritable échange politique entre les époux qui ne sont pas tout à fait d’accord. Auguste juge le départ du ministère nécessaire, préfère un gouvernement de conjonction des centres à un cabinet d’affaires (lettres 109-112) ; en revanche, Lucie qui estime qu’il ne faut pas abandonner le maréchal de Mac-Mahon, opte pour la résistance et regrette l’attitude de son mari auquel elle reproche, en outre, de ne pas l’avoir consultée le 17 mai (lettre 26, 25 octobre). Un certain agacement est perceptible chez le mari qui lui répond, le lendemain (115), que cette attitude serait dangereuse et que le ministre qui la préconise, l’amiral Gicquel des Touches, affirme lui-même qu’« il ne connaît rien à la politique ». Significativement, les lettres échangées entre le 23 et le 26 octobre ne se terminent pas par une formule d’affection, mais l’incident est vite clos puisque le 22 novembre Lucie Paris se félicite « de la manière dont s’est terminée la crise ministérielle » (lettre 31) qui sanctionne l’échec du coup du 16 mai.

35Après la lecture de cette correspondance, deux questions méritent d’être posées : quelle est la réalité de la modération du ministre des Travaux publics ? Explique-t-elle, avec d’autres éléments, la défaite du dernier cabinet d’ordre moral ?

  • 32 Ainsi indique-t-il qu’il a « contribué à adoucir la forme, en plus d’un endroit » de la circulair (...)

36Cette modération, politique et religieuse, est revendiquée, affichée32, reconnue par beaucoup de ses collègues parlementaires en raison de son attitude passée, de son appartenance au groupe des Constitutionnels. Bien des éléments le confirment au cours de ses six mois et demi de crise : les propos de Marc-Antoine Calmon qui sait que Paris ne participerait pas à un coup d’État (lettre 11), les bonnes relations maintenues avec Léon Say (lettres 16 et 135), tous deux du Centre gauche, sa volonté de respecter strictement la légalité constitutionnelle notamment à propos de la date des élections ou de la révocation de certains fonctionnaires, sa proximité idéologique avec le ministre de la guerre, Berthaut, quant à « la défense de l’autorité sur le terrain légal et l’éloignement absolu de l’armée dans les questions politiques » (lettre 75), sa volonté de reconnaître le verdict du suffrage universel et de se retirer, ce qui lui vaut les félicitations d’Audiffret-Pasquier (lettre 114), lui aussi hostile à la résistance et très attaché au parlementarisme... Cette modération va de pair avec une certaine modestie : combien de fois prétend-il n’être entré au gouvernement que par devoir, n’avoir aucune ambition [« comme un soldat, j’obéis » (lettre 30) ; « Tu sais... que je n’ai ni recherché, ni désiré la situation que la Providence a faite, que mon unique ambition est de rentrer bientôt, ma tâche terminée, dans l’intimité de la vie de famille », lettre 34 ; « Je n’ai été qu’un ouvrier de bonne volonté » (lettre 127)], réaliser le caractère éminemment provisoire de sa fonction (lettres 14, 25...), souhaiter devenir rapidement un simple parlementaire !

37Toutefois, il regrette de n’être pas davantage associé à la prise de décision (lettre 112) et ne manque pas de signaler à son épouse ses satisfactions d’amour propre après son speech de Dieppe qui connaît quelques retentissements (lettre 104) et surtout après son discours du 18 juin. Ce dernier, en effet, lui a valu les félicitations, à son banc, de toute la droite (lettre 32) ainsi que celles du président de la République : « J’oubliais de te dire que le maréchal, à l’ouverture du dernier conseil des ministres, m’a dit, sans faire de phrase qu’il était content de moi ». N’y a-t-il pas une fausse modestie et une satisfaction plus raffinée à rapporter cela plus tard et comme en incidente ? Mais il ajoute, aussitôt après cette remarque : « Laissons de côté le moi, toujours haïssable » (lettre 35). De même, sa modération ne saurait faire oublier la fermeté de ses principes, tant religieux (mais qui apparaît moins alors qu’au temps de l’Assemblée nationale) qu’économiques et sociaux (crainte du « péril social », hostilité au radicalisme volontiers assimilé à la dictature montagnarde, rancune durable à l’égard de la Commune et de Paris qui ne devrait pas redevenir capitale), exprimée parfois sur un ton très militant (« À Roanne, lors de la réception du maréchal, les ouvriers ont braillé la Marseillaise. « Qu’un sang impur... ». Pauvre pays ! », lettre 83). Bien plus, il accepte de cautionner (valse des préfets, restriction des libertés publiques, candidature officielle) voire de mener lui-même (circulaire du 9 juillet, lettre 53), une politique autoritaire dont il regrette même parfois l’insuffisance : « L’opposition a son gouvernement... Les administrateurs de gauche forment un corps de fonctionnaires résolus et passionnés. Les journaux circulent librement malgré les mesures prises contre le colportage. Ils montrent une audace d’autant plus grande que la répression est impuissante » (lettre 60). L’ambiguïté de ses choix politiques, les tiraillements de sa conscience, une certaine faiblesse apparaissent ici nettement : il cède sur la date des élections, il se soumet aux exigences bonapartistes dans le Pas-de-Calais, il accepte de différer au 20 novembre sa démission pourtant annoncée, pour le 5, comme irrévocable, quitte à « faire un éclat » (lettres 112 et 113, 23 et 24 octobre).

38Ces hésitations sont à l’image du gouvernement et de son action dont le ministre des Travaux publics ne constate qu’au début de la période « l’homogénéité la plus grande » (lettre 11, 26 mai), « la fermeté et l’unité de vue » (lettre 21, 6 juin). Très tôt, en effet, cet optimisme est nuancé par les divisions [mauvaise humeur des légitimistes (lettre 8, 23 mai), prétentions bonapartistes] qui affaiblissent le camp conservateur et relativisent les bons renseignements venant de la province (lettre 45, 3 juillet). Dès la mi-juillet, le défaitisme pointe : Fourtou est impuissant face aux déchirement de la droite (lettre 55), le cabinet est partagé quant à la date des élections. Le découragement envahit l’esprit de Paris [« la situation se gâte de plus en plus », « il n’y a pas actuellement de courant dans le pays » (lettres 60 et 69)] qui se montre de plus en plus critique envers l’entreprise du 16 mai dont il stigmatise à plusieurs reprises l’impréparation et l’irrésolution (lettres 108 et 127). Mais lui-même n’en est-il un bon exemple ? Avec Decazes et Berthaut, il n’approuve que du bout des lèvres cet acte de vigueur si contraire au régime parlementaire auquel il voue un véritable culte, et pas plus que ses collègues il ne sait où va le pays. De Broglie, lui-même, ne souhaite pas multiplier les coups d’autorité souhaités par les bonapartistes et les légitimistes les plus ultras ; cependant, il lui reproche, ainsi qu’à Fourtou, son inefficacité et ses méthodes de gouvernement, déjà signalées. « Les chefs du mouvement... se laissent conduire par des impressions », préparent et prennent leurs décisions en a parte et « laissent trop le chef de l’État dans l’ignorance de ce qui se passe » (lettres 81, 130, 126).

  • 33 D’après Daniel Halévy, La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, p. 289. Tous les défauts d (...)

39Les dispositions divergentes de la coalition d’ordre moral, son improvisation, son manque de confiance, l’absence d’objectif clair - si ce n’est opposer au « parlementarisme des bourgeois et des francs-maçons, celui des nobles, des grands bourgeois et des prêtres »33 - ressortent clairement de cette correspondance et sont autant d’éléments d’explication de la défaite, également due, ô combien !, à l’organisation, la détermination et l’optimisme des républicains qui y apparaissent surtout en creux mais sont quelquefois signalés, avec inquiétude...

40La retraite du ministère satisfait sans doute le constitutionnel (« Tout est bien qui finit bien », lettre 138) et le père de famille. Cependant, l’évocation de « la tristesse des temps présents » (lettre 140), des adieux émouvants au président de la République (lettre 138), des « regrets » de son administration centrale (lettre 139) et de « la nostalgie » ressentie par son chef de cabinet (lettre 141) révèle peut-être, à côté d’un réel sentiment de soulagement, la déception d’un homme d’une certaine envergure qui, s’il ne s’était pas compromis dans l’aventure du 16 mai aurait pu être, comme le lui dit Fourtou, « le pivot de la combinaison recherchée » après le 14 octobre (lettre 117), et pour lequel l’échec du troisième cabinet Broglie signifie la fin des ambitions ministérielles.

Généalogie d'Auguste et Lucie Paris

Généalogie d'Auguste et Lucie Paris
Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Jessenne - Edna Hindie Lemay, avec l’assistance de Martine Aubry, Député-Paysan et Fermière de Flandre en 1789. La Correspondance des Lepoutre, en collaboration avec M. et Mme. Adolphe Lepoutre, Villeneuve d’Ascq, CRHEN-O, 1998.

2 Correspondance du Marquis et de la Marquise de La Moussaye (1619-1663), présentée par Jean-Luc Tulot, préface de Janine Garrisson, Paris, Honoré Champion, 1999.

3 Les lettres dont le numéro est écrit en italiques (ex : lettre 7) sont celles qui ne sont pas écrites par Auguste Paris.

4 Philippe Levillain, Albert de Mun - Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ralliement, Rome, EFR, 1983.

5 Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 90-94 (La maison du bonheur). Une partie des informations de ces deux paragraphes a été recueillie dans un texte écrit par Madame Tricart et destiné à sa famille : Une famille d’Arras à travers deux siècles d’histoire. 1780-1870. Nous la remercions vivement de nous en avoir offert un exemplaire et de nous avoir permis de l’utiliser. Au temps de l’Assemblée nationale (1871-1875), Anatole Claveau dresse un portrait moins flatteur : « Un député du Centre droit, nommé Paris, dont le visage justifiait mal ce nom mythologique » (Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin. Le principat de M. Thiers 1871-1873, Paris, Plon, 1914, p. 264).

6 Christophe Charles, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 224.

7 Il laisse à son décès, en 1896, un héritage de plus de 515 000 francs.

8 La Terreur dans le Pas-de-Calais et dans le Nord : Histoire de Joseph Lebon et des tribunaux révolutionnaires d’Arras et de Cambrai (1864), La jeunesse de Robespierre et la convocation des États Généraux en Artois (1870).

9 Il se montre un partisan déterminé du protectionnisme - il est proche des raffineurs de sucre de betterave -, des grandes compagnies, de la liberté de l’enseignement supérieur.

10 Lettre à son épouse du 24 novembre 1872.

11 René Rémond, La vie politique en France, 1848-1879, Paris, Armand Colin, 1969, p. 339.

12 Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, 1973, p. 39.

13 René Rémond, op. cit., p. 340.

14 Même si Gabriel Hanotaux le qualifie d’« homme obscur », certes après avoir évoqué Victor Hugo ! Histoire de la France contemporaine (1871-1900), Tome III, La Présidence du Maréchal de Mac-Mahon. La Constitution de 1875, Paris, Combet, 1908, p. 591.

15 Vicomte de Meaux, Souvenirs politiques, 1871-1877, Paris, Plon, 1905, p. 324-325.

16 La phrase « M. Thiers est mort ! » revient trois fois en quelques lignes dans la lettre du 4 septembre.

17 Les rares pronostics qu’il a avancés ne donnait qu’un « succès partiel » aux conservateurs (lettres 69, 74, 98).

18 « Pauvres ministres ! Que sommes-nous actuellement ? Des vivants ou des ombres ? » (127), « Il nous est aussi difficile de mourir qu’à d’autres de naître... Nous sommes encore ministres malgré nous » (134).

19 Voir le portrait du couple Grant (lettres 117 et 120), et où il rencontre des personnalités intéressantes comme l’amiral Fourichon qu’il fait parler du gouvernement de la Défense nationale (lettre 47).

20 En post scriptum à la lettre 25, il indique : « Je viens de découvrir une annexe de mon appartement qui a son prix : une salle de bain ».

21 « La pelouse, fraîchement coupée et arrosée avec soin étend sous mes fenêtres un tapis de verdure. Les corbeilles de rosiers sont en fleurs ; deux jardiniers de luxe plantent, ratissent » (lettre 14).

22 De même réorganise-t-il la commission centrale des chemins de fer (lettre 73, 19 août).

23 « Chaque courrier qui arrive me met en présence de cette question : combien de révocations me demande-t-on aujourd’hui ? Comme je n’ai pas du tout le tempérament nécessaire à un ministre de combat, j’examine, j’instruis, je préfère les moyens adoucis aux résolutions rigoureuses ».

24 François Caron, Histoire des chemins de fer en France. 1740-1883, Paris, Fayard, 1997, p. 475. Dès le 14 mars 1878, son successeur Freycinet avait laissé entendre qu’il y avait eu une grande continuité dans le traitement de ce dossier : « Lorsque l’honorable M. Christophle est tombé au 16 mai, M. Paris ne devait pas avoir un désir immodéré de suivre les traditions de son prédécesseur. Il n’était ni député, ni républicain ; et cependant M. Paris s’est cru lié par votre décision. Elle n’était pas politique : il s’agissait d’une question d’affaires, comme dans les votes que vous avez rendus en matière de finances. L’honorable M. Paris, qui est un esprit distingué et un ministre compétent - je tiens à le dire quoiqu’il ne soit pas de mon opinion -, s’est considéré comme lié, de même que l’honorable M. Christophle, et il a consenti à passer des conventions. Il a même annoncé dans l’Officiel qu’au retour de la Chambre, il lui soumettrait le projet de loi réclamé par elle ». Voir la note 79 de la lettre 8.

25 Les bonapartistes n’apprécient guère Paris qui le leur rend bien : « Que ne pouvons-nous pas le pousser au delà du détroit ! » dit-il à propos de Levert (lettre 79). Toutefois les candidats bonapartistes Hamille à Montreuil-sur-Mer, Livois et Dussaussoy à Boulogne-sur-Mer (I et II) semblent lui convenir et il déplore que dans le canton de Fruges, son ami Gosselin, bonapartiste, soit combattu par le légitimiste d’Hébrard (lettre 63). En outre, au niveau national, s’il est distant avec Rouher, en revanche ses relations sont très correctes avec Fourtou et Reille, et même amicales avec Brunet (lettres 11 et 48).

26 Ainsi : « Que Dieu m’éclaire et m’assiste » (lettre 4) ; « Priez Dieu qu’il seconde nos efforts et protège la France » (lettre 27) ; « Comptons sur la Providence » (lettres 128 et 129)...

27 L’affirmation de Françoise Mélonio selon laquelle « Au Théâtre-Français, où l’on joue principalement le répertoire classique, on ne vient que pour s’ennuyer dignement, pour une soirée perdue » (Histoire culturelle de la France, Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), volume III, Lumières et Liberté, Dix-huitième/Dix-neuvième siècles, Antoine de Baecque, Françoise Mélonio, Paris, Seuil, 1998, p. 234) ne semble pas pouvoir être appliquée à Auguste Paris.

28 Hippolyte Taine, La Fontaine et ses Fables, Paris, Hachette, 1860.

29 Il est intéressant de noter qu’en 1877, Victor Hugo, adversaire politique d’Auguste Paris, publie L’Art d’être grand-père où il célèbre la douceur de l’enfance et la joie qu’elle procure aux hommes toujours préoccupés des luttes politiques et des difficultés sociales et où il souligne que dans son amour de la famille, il surmonte les difficultés (cf. Dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays, tome I, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, 1980, p. 261-262).

30 Les expressions des lettres 4 et 40 se font écho.

31 Ainsi fait-elle l’éloge de la tradition : « Il ne faut pas faire fi des traditions, après les tempêtes, après les naufrages, c’est sur elles que l’on s’appuie et que l’on vit encore sur les débris des existences perdues » (lettre 25). Ainsi qualifie-t-elle les républicains d’« enragés » et d’« ennemis nationaux » (lettre 30).

32 Ainsi indique-t-il qu’il a « contribué à adoucir la forme, en plus d’un endroit » de la circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets du 3 juillet, ou se défend-il d’être « un ministre de combat » (lettres 45 et 80).

33 D’après Daniel Halévy, La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, p. 289. Tous les défauts de la coalition du 16 mai sont réunis, chez plusieurs contemporains, comme Flaubert ou Magnard, sous le terme « bêtise », ibidem, p. 298-299.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Généalogie d'Auguste et Lucie Paris
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « Introduction », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 5-25.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « Introduction », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://hleno.revues.org/553

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org