Navigation – Plan du site
Première Partie : le coup du 16 mai et la dissolution

(Lettres 1 à 39, 1 à 9) 15 mai-27 juin

15 mai - 31 mai 1877
p. 33-60

Texte intégral

- Lettre 1 - 15 mai

  • 1 Edme duc d’Audiffret-Pasquier (1823-1905), conseiller d’État, neveu (et fils adoptif) du chancelier (...)
  • 2 Ernest Picard (24 décembre 1821-13 mai 1877), avocat, député de la Seine (1858-1869) [« Le 2 décemb (...)
  • 3 En mars1877, pour l’élection d’un sénateur inamovible en remplacement du général Changarnier, Alfre (...)
  • 4 Les rumeurs de changement de ministère, de dissolution, de coup d’État vont bon train au printemps (...)
  • 5 Louis Tournu de Ventavon (1806-1879), avocat, légitimiste, représentant des Hautes-Alpes (1871-1875 (...)
  • 6 Illisible.

  • 7 Louis Blanc (1811-1882), militant, journaliste et théoricien socialiste (L’organisation du travail,(...)
  • 8 Mgr Joseph Hippolyte Guibert (1802-1886), évêque de Viviers (1842), archévêque de Tours (1857), de (...)
  • 9 Charles Pasquier, marquis de Franclieu (1810-1877), grand propriétaire qui a servi dans la marine. (...)
  • 10 En employant un tel vocabulaire, Paris se moque quelque peu des royalistes ultras, déconnectés des (...)
  • 11 Henri Baillardel, baron de Lareinty (1824-1901), militaire, possessionné à la Martinique, a partici (...)

1Ma Chère Lucie,

Le duc Pasquier1 a pris la précaution inusitée de lire l’éloge qu’il a consacré à Ernest Picard2. Il était sûr ainsi de garder la mesure qu’il entendait apporter à l’éloge. Au fond, il estimait médiocrement notre défunt collègue ; il me l’a représenté comme un brouillon, constamment guidé par un esprit d’opposition taquine et de mauvaise humeur, et qui lui était personnellement hostile. Le président n’a pas dissimulé qu’il désirait gagner une partie du Centre gauche en comprenant André3 parmi les futurs inamovibles. Je crois que le duc d’Audiffret se considère comme un chef de cabinet en expectative.
Le maréchal fait dire aux chefs de la droite qu’il est prêt à changer de ministère, quand on le voudra4. Le refus de discuter le budget dans cette session lui paraîtrait une occasion propice.
Je reste dans la solitude de Versailles en dehors de tout mouvement : je regarde pousser les feuilles, tomber la pluie. Les présidents des commissions ne savent pas mettre à profit les jours de suspension de séance et nous laissent dépérir d’inaction. J’en ai fait le reproche à Ventavon5, président du…6 et de deux ou trois autres commissions ; Ventavon-Cumul, on pourrait donner ce nom à mon commensal. Je l’ai trouvé fort changé de mine. Louis Blanc7 m’a recommandé de veiller sur sa santé. Il a écrit à Melle Ventavon pour l’engager à venir s’installer près de son oncle. À son âge, il devrait renoncer à être toujours par monts et par chemins ; il passe la moitié de sa vie à courir les ministères et à dîner en ville. L’archevêque de Paris8 a seul déterminé le marquis de Franclieu9 à ne point partir pour la croisade. Les Sarrasins n’auraient pas demander mieux que de voir le Sénat se mettre en campagne ; notre prudence a trompé leur attente10. Les Chevau-légers et M. de Lareinty11, mouche du coche, qui avait ouvert ses salons à une cour plénière des droites ne sont pas contents de ce résultat. Ils auront bientôt assez d’occasions de périr de l’épée.
À vous.
P.
J’irai demain à Paris. Je ne t’écrirai peut-être pas.

- Lettre 2 - 16 mai, 7 heures pm

  • 12 Jules Simon Suisse, dit Jules Simon (1814-1896), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé (...)
  • 13 Il est en train de mourir (mot à mot : il décline en mourant), (Cicéron, Cato Major, de senectute)
  • 14 Louis Martel (1813-1892), magistrat puis avocat, député du Pas-de-Calais (1849-1851, 1863-1870, 187 (...)
  • 15 Léon Say (1826-1896), petit-fils de l’économiste Jean-Baptiste Say, homme d’affaires, administrateu (...)
  • 16 Félix Voisin (1832-1915), avocat, magistrat, philanthrope qui s’intéresse aux problèmes pénitentiai (...)
  • 17 Le président de la République regrettant que le gouvernement n’ait pas combattu certains textes don (...)
  • 18 Contrairement au vœu de Mac-Mahon, le gouvernement n’empêche pas la publicité des séances des conse (...)
  • 19 Léon Clément (1829-1894), avocat à la Cour de cassation, jurisconsulte, président du conseil généra (...)
  • 20 Il s’agit en fait des travaux en vue de l’exposition universelle de 1878 qui a été décidée en 1876 (...)
  • 21 Ce sera en fait un ordre du jour de défiance au nouveau cabinet (Broglie-Fourtou). Le 17 mai, à la (...)
  • 22 Léon Renault (1839-1933), avocat, préfet du Loiret (mars 1871), préfet de police dont la démission, (...)
  • 23 Marie François Bardy de Fourtou (1836-1897), avocat, maire de Ribérac (1865-1870), député (1871-188 (...)

2Chère Lucie,

Si je t’avais écrit hier soir, en sortant de la séance de la Chambre des députés, je t’aurais dit : M. Jules Simon12 va mourir : languescit moriens13. Il ne se sent plus la force de soutenir une opinion contraire à celle de ses amis des gauches ; il ne gouverne plus…
Tu auras appris, avant de recevoir cette lettre que M. Jules Simon a vécu. Je m’étais rendu ce matin aux funérailles d’Ernest Picard. On répandait dans les groupes réunis autour de la maison mortuaire la nouvelle de la retraite du président du Conseil. MM. Martel14 et Léon Say15 répondaient qu’ils n’en savaient pas le premier mot. Bientôt le fait devint notoire. Après le service, je me retirai avec M. Voisin16, préfet de police, qui me fit connaître, en substance, la lettre du maréchal très ferme17. Il me disait : « il est en disgrâce ». Le maréchal était fatigué de voir qu’il n’y avait plus de gouvernement. La défection des ministres de l’Intérieur et de la Justice au sujet de la loi municipale et de la loi sur la presse18, l’a déterminé à prendre une résolution énergique. Il a jeté son cabinet par terre. J’ai échangé quelques paroles avec Martel qui était ahuri. J’ai déjeuné chez un de mes collègues et amis, Léon Clément19. J’ai visité ensuite l’Exposition20. J’ai rencontré un certain nombre de députés et de sénateurs : tous reconnaissaient, à des points de vue différents, la gravité de la situation.
Les gauches tiendront ce soir une réunion plénière. On leur prête l’intention de voter demain, à la Chambre des députés, un ordre du jour de confiance au ministère démissionnaire21.
Le duc Pasquier a été appelé à la présidence. On parle de deux combinaisons : un ministère constitutionnel, nuance Léon Renault22, un ministère de dissolution, couleur Fourtou23. De graves événements peuvent surgir de cette crise que je jugeais, tu le sais, inévitable. Que Dieu protège la France !
Je vous embrasse tous affectueusement.
Paris.

- Lettre 3 - 17 mai, 6 heures pm

  • 24 Auguste Paris, avocat, s’est spécialisé dans ce domaine dans lequel il développe une grande et lucr (...)
  • 25 Jean Paris, troisième enfant de Lucie et Auguste Paris, né en 1867.

  • 26 Joseph-Eugène Michel (1821-1885), avocat, représentant puis sénateur des Basses-Alpes (1871-1885). (...)
  • 27 Cf. Luc : 22, 42 ; Marc 14, 36 ; Mathieu 26, 39,

  • 28 Eugène Caillaux (1822-1896), polytechnicien, ingénieur en chef aux chemins de fer de l’Ouest, admin (...)
  • 29 Le duc Louis Charles Decazes (1819-1886), fils du duc Élie Decazes, ministre de Louis XVIII, représ (...)
  • 30 Fais ce que doit, advienne que pourra = fais ton devoir, sans t’inquiéter de ce qui pourra en résul (...)
  • 31 Les belles-sœurs d’Auguste Paris, mesdemoiselles Béreux, auxquelles il est très lié, habitent dans (...)
  • 32 M. Envent, né en 1816, est archiprêtre, c’est-à-dire responsable ecclésiastique pour l’arrondisseme (...)
  • 33 Paris doit vouloir dire de chez Carette. Les Carette sont des amis d’Auguste Paris ; l’un Antoine-A (...)

3Ma Chère Lucie,

Je t’apprends une grave nouvelle qui te préoccupera, qui t’affligera : j’ai dû accepter une place qui m’a été pour ainsi dire imposée, dans le nouveau cabinet. J’avais passé la matinée à préparer des dossiers d’expropriation24 ; j’avais lu ta lettre et je me félicitais des progrès de Jean25 lorsqu’une dépêche m’annonça que le Maréchal me priait de passer au plus tôt à la présidence. Je dis adieu à Ventavon et à Michel26 avec qui je me trouvais et je priai Dieu d’éloigner de moi le calice27 et de m’inspirer une résolution conforme aux devoirs. Le Maréchal m’exposa la situation et me déclara qu’il comptait sur mon secours. Pendant plus d’une heure, je conversai avec le duc de Broglie, Fourtou, Caillaux28, Decazes29, j’entassai objection sur objection, je finis par déclarer que j’allais exprimer au Maréchal mes regrets de ne pouvoir accepter.
« Vous serez le seul de tous ceux qu’il a appelés qui lui répondrez par un refus. Vous avez l’air de l’abandonner, vous conservateur… »
Fais ce que dois30. Je n’osai insister… Je suis nommé ministre des Travaux publics.
Ne me blâmez pas ; je n’ai consulté que ma conscience. Je t’écrirai demain. J’essaierai d’aller vous voir, vous embrasser dimanche. Communiquez ma lettre à Saint-Nicolas31 et à M. Envent32.

À Toi.
Je t’écris chez M. Carette33.

- Lettre 4 - 18 mai, Versailles

  • 34 « L’affluence y est plus nombreuse, plus variée et plus animée que d’habitude. La plupart [des invi (...)
  • 35 Élisabeth de la Croix de Castries (1834-1900), fille d’un gentilhomme ordinaire de la Chambre du ro (...)

4Ma première pensée, après Dieu, est pour toi, ma chère Lucie. Avant de partir pour Paris où je suis convoqué pour 9 h 1/2 en conseil des ministres, je t’envoie l’expression de toute ma tendresse. Je suis retourné à Paris hier soir, afin de faire acte de présence à la réception du Maréchal34 et de présenter mes devoirs à madame de Mac-Mahon35. Il y avait foule, j’ai revu d’anciens amis. Ils ont compris qu’à l’appel du Maréchal, en de pareilles circonstances, il n’y avait qu’une chose à faire : se dévouer. Que Dieu m’éclaire et m’assiste. J’ai passé une bonne nuit.
Je tâcherai de t’écrire ce soir.
Ne fût-ce que passer quelques heures, j’irai vous embrasser demain soir…
À vous tous.

P.

- Lettre 5 - 18 mai, Versailles

  • 36 De Broglie est chef du gouvernement, ministre de la Justice, Fourtou, ministre de l’Intérieur. Le d (...)
  • 37 Mac-Mahon regrette que Jules Simon n’ait pas disposé d’une majorité solide ; il ne peut se résoudre (...)
  • 38 Vaste salle de réunion, à proximité du château de Versailles, qui servit au début de l’Assemblée na (...)
  • 39 Le parlement est ajourné jusqu’au 16 juin.
  • 40 Les Demy sont des amis très proches d’Auguste et Lucie Paris ; Mme Demy est peut-être née Carette m (...)
  • 41 7, rue de la Paroisse à Versailles ; sa logeuse est Mme Planchard.


5Chère Lucie,

Le message du Maréchal a été lu et adopté ce matin au conseil des ministres. MM. de Broglie et de Fourtou36 viennent d’en donner lecture, l’un au Sénat, l’autre à la Chambre des députés. Il a été accueilli par les gauches avec une vive hostilité. Nous nous y attendions, encore bien que (sic) la prose en soit très ferme mais très constitutionnelle37. Députés et sénateurs de gauche sont réunis en ce moment aux Réservoirs38 ; ils préparent leur manifeste. Les Chambres sont prorogées pour un mois39. C’est au retour qu’éclatera la tempête si la fermentation des esprits continue mais j’espère que, Dieu aidant, le temps portera conseil. Le combat, il ne faut pas se le dissimuler, est engagé entre le Maréchal et Gambetta.
Je suis invité à dîner ce soir chez M. Demy40, en famille avec Mme Carette. J’ai accepté pour me reposer un peu de la politique. Nous nous réunissons à 6 heures à l’Élysée. Je reviendrai coucher à Versailles dans ma modeste chambrette41. Je n’ai pas encore fait d’apparition au ministère des Travaux publics. Ce sera pour demain. Je compte aller vous voir demain soir ô mes bien chers !
À vous.
P.

- Lettre 1 - Saint-Nicolas, 18 mai

  • 42 Les constitutionnels sont en partie les héritiers du groupe Lavergne fondé en juillet 1874 et qui r (...)
  • 43 Les sentiments des époux Paris ne sont pas sans rappeler ceux d’Albert de Broglie qui répond à l’ap (...)
  • 44 Lucie Paris se rassure en estimant que le ministère des Travaux publics est un ministère technique, (...)
  • 45 Il peut s’agir de Charles Wartelle-Deretz (1804-1884), propriétaire, ancien conseiller de préfectur (...)
  • 46 Émile Bottieau (1822-1887), magistrat, représentant du Nord à l’Assemblée nationale, légitimiste mo (...)
  • 47 Legentil, juge au tribunal civil d’Arras, membre de la commission des Antiquités départementales et (...)
  • 48 Elle est l’épouse du général de brigade O. Loysel, commandant les subdivisions régionales (de la 2e(...)
  • 49 Est-elle liée au curé de Dainville qui porte le même nom ?

  • 50 Non identifié.

  • 51 illisible
  • 52 Allusion à la Chanson de Malbrough (sans doute composée à la suite de la bataille de Malplaquet (17 (...)

6Cher Ami,
J’ai rempli hier la mission que vous m’aviez donnée de faire part à M. Envent et à Saint-Nicolas de la manière dont vous aviez été amené à accepter un ministère que vous ne convoitiez pas du tout et dont le fardeau, je l’espère, ne sera pas plus lourd que vos forces ne peuvent vous permettre de le porter. Les circonstances difficiles que traverse en ce moment Monsieur le maréchal vous faisaient un devoir comme constitutionnel42 d’accepter une place dans le gouvernement43 et la Providence vous a servi comme toujours en vous donnant celui des ministères qui devra vous occasionner le moins d’embarras et d’ennuis ; les gens qui travaillent sont toujours les plus raisonnables, et c’est pourquoi j’aime à penser que vous trouverez aux Travaux publics la récompense de vos vertus44.
J’ai reçu ce matin les félicitations sages de M. Wartelle45, j’ajoute qu’elles n’étaient pas moins tendres que sages, puis de M. Bottieau46 que vous verrez sans doute demain, de M. Legentil47, puis une foule de cartes que je vous conserve. Une surtout m’a beaucoup touchée, celle de Mme Loysel48 qui est venue elle-même pour me féliciter. Je n’étais pas à la maison, je l’ai vivement regretté quoique la mère Lainé49 ait trouvé une consolation à me donner : elle est toute jeune et toute aimable, elle reviendra. Le vieux comte Constantin50 a pu prendre près de moi le repos qui lui est nécessaire entre ses promenades mais c’est avec une véritable…51 qu’il m’a exposé ses vues passées et futures sur la politique à suivre pour conjurer la révolution. Il félicite le gouvernement de l’acquisition qu’il fait en votre personne et il se félicite avec nous de ce que vous nous apparteniez comme homme public et privé.
Maintenant, c’est à nous que tout manque. Je ne sais même pas où vous adresser cette lettre, mais je pense que vous garderez toujours votre appartement à Versailles, ne fût-ce qu’à l’intention de nos sœurs qui comptent y trouver un gîte la semaine après la Trinité ; d’ailleurs le perroquet méfiant doit conserver un pied sur la branche où il perche jusqu’à parfait affermissement de l’autre pied. Je ne vous attends pas demain mais pour La Trinité. J’espère que Malborough ne me manquera pas trop, sans quoi je pleure en attendant. J’espère au noir souffle du Nord, je ploie et relève la tête52.

Adieu. Lucie.

- Lettre 6 - Paris, le 21 mai, 4 heures 1/2 pm

  • 53 Comme presque toutes les lettres d’Auguste Paris jusqu’au 23 novembre 1877.

  • 54 M. Curnier père, Léonce, (1813-1894), fabricant et négociant en soieries à Nîmes, ami de Frédéric O (...)
  • 55 Il s’agit de deux aristocrates du Pas-de-Calais : le marquis Girod de Resne est un châtelain cathol (...)
  • 56 Le ministère des Travaux publics est installé aux 60-62 et 64 (aujourd’hui 244, 246 et 248) du boul (...)
  • 57 Louis Dubrulle (1821-1890), avocat, riche propriétaire-agriculteur, châtelain légitimiste, maire de (...)
  • 58 Charles Conelly, né en 1824, docteur en droit, est successivement avocat, magistrat (notamment en p (...)
  • 59 Les Chaulnes et les Luynes sont deux branches de la famille d’Albert dont le représentant le plus i (...)
  • 60 Le Pavillon de Flore, à l’extrémité de la grande galerie du Louvre, au bord de la Seine, fut rebâti (...)

7(à l'entête du ministère des Travaux publics)53
Chère Lucie,

Je t’adresse ma première dépêche ministérielle. J’ai fait bon voyage en compagnie de M. Curnier fils54. J’ai reçu la visite de MM. de Resne et de Rocourt55 qui m’ont attendu en faisant un tour de promenade dans le jardin de l’hôtel56.
M. Dubrulle57 m’a présenté M. Conelly, conseiller à la Cour de cassation58. M. le duc de Chaulnes, petit-fils du duc de Luynes59 est venu me recommander un projet de musée d’ornementation pour lequel il sollicite un emplacement dans le pavillon de Flore60. J’ai mis en ordre ma correspondance et préparé des cartes à renvoyer puis j’ai profité de ma solitude pour faire connaissance, comme Jean Lapin sortant du terrier, avec mes splendeurs officielles !
Oh que j’aime bien mieux le modeste séjour où j’ai laissé ceux que j’aime !
L’huissier en chef de mon cabinet qui s’appelle, je crois, Dubrot, voyant que je négligeais de me soigner, m’a allumé du feu.

Au revoir et nombreux baisers à tous.

Paris.

- Lettre 7 - 22 mai, 2 heures pm

  • 61 M. Cléraut a participé à la rédaction de plusieurs rapports pour la commission du grisou sur la pré (...)
  • 62 Cf. lettre du 17 mai, note 33.

  • 63 Voir lettre du 18 mai, note 41.

  • 64 Les demoiselles Béreux qui habitent Saint-Nicolas-lez-Arras. (voir lettre du 17 mai, note 31).

8Chère Lucie,

Je me suis rendu hier chez le ministre de l’Intérieur et j’ai fait choix, d’après son conseil, de mon chef de cabinet : M. Fernand Clérault, ingénieur des mines attaché au contrôle des chemins de fer de l’Est. Il paraît âgé de 30 à 35 ans ; il est marié avec une amie de Mme Darcy61 et m’est signalé comme un fonctionnaire très distingué. Pendant la guerre, il a été décoré pour fait militaire.
J’ai dîné avec Auguste Carette62 et sa femme dans le tête à tête de l’intimité le plus cordial. L’amitié supplée à la famille et m’enlève, par intérim, le souci des affaires.
J’ai passé une dernière nuit à Versailles ! Ce matin, j’ai préparé mes malles et j’ai jeté un dernier regard sur ce modeste appartement qui me devient plus cher quand je le quitte ! J’ai écrit à Mme Planchart63 pour la prévenir de l’arrivée de nos sœurs64.
Et après avoir adressé à Dieu ma prière, je me suis mis en route pour le ministère. Demain, je reçois toute mon administration dans le salon du ministère, à 10 heures.
Je reçois de tous côtés des lettres qui me donnent bon courage. M. l’abbé R. m’écrit de Rome et me promet une prière spéciale dans tous les sanctuaires qu’il visitera.
Je suis invité à dîner jeudi chez M. le Maréchal et samedi chez M. le Duc Decazes. J’espère que mon petit Jean est bien sage ? Ce sera une consolation pour moi de savoir qu’il te donne une entière satisfaction.

À vous tous un bon baiser.

P.

- Lettre 8 - 23 mai, 8 heures

  • 65 Sous-préfecture du Calvados.

  • 66 Forcade de La Roquette (1820-1874), avocat, conseiller d’État (vice-président), ministre de l’Agric (...)
  • 67 Lui-même ancien ministre des Travaux publics.

  • 68 Adolphe Poizat, né en 1834 à Strasbourg, avocat qui a débuté dans l’administration préfectorale sou (...)

9Chère Lucie,
J’ai donc pris mon pied-à-terre à l’hôtel du ministère. Ma chambre a vue sur le jardin qui est vraiment beau. Un brave garçon est attaché à mon service comme valet de chambre. Il se nomme Baptiste. Originaire de Vire65, il remplit ses fonctions depuis le temps où M. Forcade de La Roquette66 était ministre. Il paraît très attaché à M. Caillaux67. Tu sais que j’aime à faire connaissance avec les humbles.
J’ai passé une très bonne nuit qui m’a tout à fait reposé. J’ai placé vos portraits sur ma cheminée. Ma première pensée quand je me lève va à Dieu et à vous. À huit heures précises, Baptiste m’a apporté mon chocolat.
J’ai reçu hier la visite de notre nouveau préfet. Il paraît intelligent ; il est marié et a de jeunes enfants. Il part ce soir pour Arras. Sa femme est restée à Aurillac, il va l’y chercher. Il m’a dit lui-même, prévoyant sans doute qu’on tirerait parti de cet incident, qu’il a rempli à Saint-Étienne les fonctions de conseiller de préfecture pendant que M. Levert était sous-préfet de l’arrondissement. Il m’a promis de travailler de tout son pouvoir à créer dans le Pas-de-Calais l’union des conservateurs. Je l’ai engagé à insister dans ses rapports officiels sur ces trois points : la légalité constitutionnelle, la fermeté du pouvoir produisant l’ordre, l’ordre assurant la paix. Tu sais que notre nouveau préfet se nomme M. Poizat68.

5 heures pm

  • 69 Il n’en cite que quatre ; les deux autres concernent d’une part, la navigation fluviale et les rivi (...)
  • 70 Allusion à la Querelle des Anciens et des Modernes qui se développa parmi les auteurs français à la (...)
  • 71 M. Pascal, conseiller d’État, inspecteur général des ponts et chaussées.

  • 72 Joseph Brunet (1829-1891), magistrat favorable au Second Empire, président du conseil général de la (...)
  • 73 Bavière, conseiller de préfecture, révoqué par le préfet républicain Tenaille-Saligny début 1877, e (...)
  • 74 Les pouvoirs du préfet apparaissent ici dans toutes leurs limites : il est contrôlé non seulement p (...)
  • 75 Napoléon Daru (1807-1881), filleul de Napoléon 1er dont son père, le comte Bruno Daru (1767-1829) a (...)
  • 76 L’Union, organe officiel du Comte de Chambord, fondé en 1847, dirigé par Blacas et Dreux Brézé, tir (...)
  • 77 Voir lettre du 15 mai, note 11.

  • 78 M. Schlemmer, ingénieur du corps des mines, inspecteur général des ponts et chaussées. En 1898, il (...)
  • 79 En 1862, le gouvernement impérial concède à deux compagnies indépendantes le réseau de la Vendée et (...)

10Ma journée a été très occupée. J’ai reçu de 10 heures à 11 heures tous les employés de l’administration centrale comprenant six groupes suivants : les corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées, des mines, la commission centrale des chemins de fer, le conseil général des bâtiments civils…69 J’ai eu à prononcer six speeches différents « sur des sujets anciens faisons des vers nouveaux »70. Au témoignage de mon secrétaire général71, j’ai réussi. Je t’assure que malgré mon habitude de la parole, j’étais ému. L’émotion m’a peut-être délié la langue.
J’ai fait une visite à mon collègue de l’Instruction publique et des Cultes72, qui m’avait prévenu. M. de Fourtou que j’ai rencontré chez lui m’a promis la réintégration de Bavière73. Il me consultera sur tout ce qui concerne le Pas-de-Calais74.
Je ne te parle pas de politique. Le Comte Daru75 vient de me dire, ce que L’Union76 m’avait déjà appris, que 15 légitimistes du Sénat boudent. Le moyen de les gagner serait selon lui de nommer M. de Lareinty77 directeur général des Postes. J’ai eu une conférence avec le secrétaire général et le directeur des chemins de fer78 au sujet des Cies de la Vendée et des Charentes dont la position est très critique79. Demain j’ai donné rendez-vous pour le même objet au ministre des Finances et au président de la Cie d’Orléans, M. Solacroup. Si je n’avais à m’occuper que des travaux publics, je m’en tirerais.
Tout à vous.
Paris.

- Lettre 2 - Arras, 23 mai

  • 80 Sophie et Adèle Béreux, les sœurs de Lucie Paris.

  • 81 Village du canton d’Arras sud, à 3 kilomètres du chef-lieu.
  • 82 Voir la généalogie.
  • 83 Entre le 21 et le 28 mai se déroule une neuvaine en l’honneur de Notre-Dame des Ardents à Arras ; c (...)
  • 84 L’ordre rédemptoriste a été fondé en Italie en 1732 par Alphonse de Ligori pour l’évangélisation de (...)
  • 85 - Station : suite de sermons (expression vieillie).

  • 86 L’abbé Depooter est responsable de l’établissement privé d’instruction secondaire Saint-Joseph à Ar (...)
  • 87 Un vêtement de demi tenue est au niveau intermédiaire entre la simple et la grande tenue (costume d (...)

11Cher Ami,
Vous ne croyez pas, je le sais, que personne ne puisse vous oublier, c’est pourquoi j’ai passé la journée d’hier sans trop de remords dans mon silence habituel. Aujourd’hui, le temps me semble si long sous le poids des félicitations que je reçois de tous côtés, des compliments faits, et répondus, de toute la ville qu’il me serait difficile de ne pas vous adresser aussi quelques mots avant la fin de ce jour. Comment avez-vous dormi dans le lit de l’hospitalité ministérielle que vous avez accepté dans toute la ferveur d’un zèle presque dévoué au milieu des hasards de la vie publique ? Comment vous portez-vous ? Voilà la question qui nous intéresse le plus. Sophie et Adèle80 sont venues passer la matinée avec moi, elles ont consacré l’après-midi à une visite à Beaurains81 mais Sophie a été si fatiguée qu’elle me reste ce soir et m’engage à vous envoyer ces quelques mots afin que vous ne teniez pas toujours seul les dés de la conversation de famille sans riposte.
Eugénie est retournée à Saint-Nicolas avec sa tante Adèle et la petite Sophie. Jean82 rentre de Saint-Joseph où il a eu ce soir concert de comédie à la suite du pèlerinage qu’ils ont fait ce matin83. Le père rédemptoriste84 qui prêche la station85 a fait lui-même les frais du divertissement des enfants après leur avoir appris, ce matin, qu’il avait été longtemps professeur dans des établissements du genre de celui de Saint-Joseph. On s’est fort bien amusé après avoir édifié ce matin la ville d’Arras par la piété et la bonne tenue des élèves de M. Depotter86 si bien que j’ai promis un uniforme pour vêtement de demi-tenue87 à notre fils. J’espère que vous ratifierez ma parole car je ne commanderai le vêtement que lorsque vous serez revenu. Nous espérons bien vous avoir dimanche.
En attendant, je vous embrasse de tout cœur au nom de tous. Lucie.

- Lettre 9 - 24 mai

  • 88 L’aménagement du boulevard Saint-Germain, commencé sous Haussmann par les deux bouts, fut achevé, d (...)
  • 89 Restaurant réputé situé 17 rue de Beaujolais, dans le 1er arrondissement, il s’agit de l’ancien caf (...)
  • 90 M. Dufresne, né en 1842, a été avocat à Paris (1865) ; il est nommé, après son doctorat en droit (1 (...)
  • 91 Voir lettre du 21 mai, note 54.

  • 92 Le parlement a été prorogé pour un mois le 18 mai.

  • 93 En 1863, Thiers est élu député de Paris où les ouvriers ont souvent voté pour lui et l’un d’eux aur (...)
  • 94 Expression reprise de l’époque de la Révolution française pour désigner les réunions des électeurs (...)
  • 95 Message présidentiel du 18 mai.

12Chère Lucie,

Je t’écrirai le plus souvent dès mon lever, ce sera le moyen de ne pas te priver de courrier. Je n’aurai ainsi le soir qu’à t’envoyer mes souvenirs de dernière heure.
Je n’ai pas l’espoir d’aller passer avec vous la journée de dimanche, puis celle de lundi. On ne manquerait pas de dire à Arras que je suis toujours absent, d’où l’on conclurait que je n’ai rien à faire ou que je ne fais rien. Il est donc probable que j’arriverai seulement dans la journée du lundi.
J’ai disposé mes audiences de manière à me rendre libre habituellement le lundi matin ; je recevrai les mercredi et vendredi les visiteurs qui m’auront fait demander audience. Les mardi, jeudi et samedi à 9 h /2, j’assisterai au conseil des ministres.
Je crois bien qu’à partir de la semaine prochaine je m’arrangerai de manière à déjeuner et peut-être à dîner au ministère. Le restaurant est deux fois une gêne. La première raison qui me détournera d’y prendre un repas, c’est que dans un lieu public, on rencontre toutes sortes de gens ; la seconde est la perte de temps. Le café du Quai d’Orsay est fermé par suite des transformations qui s’opèrent dans ce quartier (tout le côté droit de la rue Saint-Dominique de l’autre côté du ministère tombe sous la pioche pour livrer passage au boulevard Saint-Germain)88.
J’ai dîné hier soir au restaurant Véfour89 et j’y ai rencontré notre substitut Dufresne90 et sa femme. Ils resteront à Paris jusqu’à lundi. Je t’ai dit que j’ai voyagé avec M. Curnier fils91 ; j’espère le faire nommer à Lannion, c’est dans cet arrondissement que sa femme a toutes ses propriétés. M. Curnier serait un excellent sous-préfet.
La situation me paraît se dessiner ainsi : dès la rentrée des Chambres92, MM. les députés feront une réponse au message du Maréchal ; elle sera très hostile au cabinet. La question de confiance se posera devant le Sénat sous la forme d’un ordre du jour plutôt que d’une réponse au message. Si toutes les forces conservatrices s’unissent, nous aurons une majorité de 25 voix. Abandonnés par l’extrême droite, nous pouvons échouer et alors c’est une retraite du cabinet et sans doute du Maréchal. M. Thiers, retiens bien ceci, cherchera à revenir au pouvoir et les gauches, par tactique, auront de nouveau recours au cheval de renfort93.
Si nous obtenons un succès au Sénat, la Chambre des députés peut continuer à discuter le budget et les lois d'affaires. C'est peu probable. Elle ne le ferait que pour faire de nouveau échec à chacun des ministres. La question de la dissolution se posera plutôt. Le Sénat engagé par son premier vote, donnera sans doute un avis favorable.
Que fera alors la France, réunie dans ses comices ?94 C’est le secret de Dieu. On peut toutefois prévoir ceci : nous aurons alors à faire élire les conseils généraux. Sur ce terrain, les conservateurs ont toute chance de conserver l’avantage de la position. Un succès en amène un autre ; unis pour la défense d’intérêts sociaux, ne sortons pas du programme tracé par le message95, il nous charge de vaincre et nous opposons une digue à la Révolution… L’avenir est à Dieu.
Tu vois, ma chère amie, que je ne me dissimule pas la gravité de la situation. Les fureurs de la gauche sont naturellement dirigées contre le duc de Broglie et M. de Fourtou. On vise à la tête. Ma position de ministre des Travaux publics me tient davantage à l’écart et dans l’ombre.

6 heures pm

  • 96 Albert Auguste Gicquel des Touches (1818-1901), ancien élève de l’École navale, préfet maritime à L (...)
  • 97 Le comte François-Marie de Bondy (1802-1890), polytechnicien, militaire, préfet, conseiller d’État (...)

13Chère Lucie,
J’ai eu raison d’être auprès de toi l’ouvrier de la première heure : depuis 9 heures du matin, je n’ai pas eu une minute de liberté.
9 heures à 12 h 1/2 conseil des ministres. Je ne t’en dis rien naturellement sinon que j’y ai fait la connaissance du vice-amiral Gicquel des Touches, notre nouveau ministre de la Marine96.
De 1 h 1/2 au moment où je t’écris, j’ai reçu visites nombreuses pour affaires urgentes, tenu conférence avec le ministre des Finances, M. Solacroup, directeur de l’Orléans et mes chefs de service. J’ai de très grosses affaires sur le bras. Je m’en tirerai… Ma santé est excellente. Je dors aussi bien que mon fidèle Baptiste.
Mon chef de cabinet est une perle. Hier, mes amis les Constitutionnels se sont réunis. Le comte de Bondy97 est venu me tenir au courant de la séance. Tous soutiendront le maréchal et son cabinet.

À vous tous.
P.

- Lettre 10 - 25 mai, 8 heures

  • 98 Achille Adam-Fontaine (1829-1887), membre d’une grande famille de banquiers boulonnais, lui-même ba (...)
  • 99 Gabriel Lacoste de Belcastel (1821-1890), ancien élève des jésuites de la rue de Vaugirard, est un (...)
  • 100 Des bruits avaient laissé supposer que l’exposition universelle serait reportée d’un an, cette visi (...)
  • 101 Ce voyage en compagnie du vicomte de Meaux permet au maréchal de se faire voir, le gouvernement esp (...)
  • 102 Fernand Duval (1827-1896), avocat, capitaine d’état-major à la Garde nationale, secrétaire de Dufau (...)
  • 103 Le vicomte Alfred de Meaux (1830-1907) doit une partie de sa notoriété au fait qu’il est le gendre (...)
  • 104 Eugène Adnet (1829-1885), avocat, magistrat, représentant (1871-1875) puis sénateur (1876- 1882) de (...)

14Chère Lucie,
Les nouveaux ministres ont dîné hier chez M. le maréchal. Il y a eu ensuite une brillante et nombreuse réception. Je n’ai pas à te dire que nous étions là dans une réunion homogène : félicitations et bon courage était le vœu unanime. J’ai rencontré dans les salons du maréchal plusieurs députés du Pas-de-Calais : Adam, Hamille, Levert98. Ce dernier ne m’a dit mot : nous nous sommes salués. Le comte de Lareinty, le plus agité des boudeurs de la Droite était du nombre des convives, ainsi que M. de Belcastel. J’ai eu avec M. de Belcastel quelques minutes d’entretiens qui me l’ont montré fort raisonnable. Il espérait cependant que l’on donnerait une satisfaction à la Droite c’est-à-dire un portefeuille en plus. Si vous saviez, lui ai-je dit, combien d’efforts j’ai faits pour que l’on dispose de celui qui m’était offert99.
M. Le Maréchal visitera aujourd’hui les travaux de l’exposition afin de montrer que cette entreprise qu’on pensait compromise, ne sera pas entravée par le changement de ministère100. Lundi, il se rendra à Compiègne où se tient le congrès agricole de la région du Nord101.
Un des huissiers de mon cabinet m’a demandé quelques cartes de Madame. Fais m’en l’envoi. J’ai trouvé parmi les cartes déposées au ministère celles de Madame Ferdinand Duval102 et de Mme la vicomtesse de Meaux103. Je ne sais s’il vaut mieux que tu renvoies des cartes d’Arras ou de Paris. Dans le premier cas, mets pour suscrition : - à la Préfecture de la Seine - et Mme la Vicesse de Meaux, avenue St-François-Xavier. Un de mes amis du Sénat, Adnet104 m’a donné les meilleurs renseignements sur notre nouveau préfet M. Poizat.
Je ne prévois aucun obstacle pour lundi. S’il n’y avait pas conseil des ministres mardi matin, je partirais lundi à 1 heure et je ne reviendrais que mardi par mon express ordinaire, afin d’éviter la fatigue d’un voyage de nuit. Je crois qu’il me sera facile en attendant que vous veniez me voir ici et passer quelque temps avec moi, de m’absenter le dimanche.

5 heures 1/2 pm

  • 105 Pierre Mathieu-Bodet (1816-1911), avocat à la Cour de cassation, administrateur du Crédit foncier ; (...)

15Pour la première fois, je trouve le temps de respirer et de compléter ma lettre. J’ai sur les bras deux grosses affaires : le chemin de fer de la Vendée et celui des Charentes menacés de mort et que je cherche à sauver. J’ai ce rôle de sauveur que m’attribuait je ne sais quel portrait fantaisiste de journal.
Je viens de conférer pendant deux heures avec MM. Mathieu-Bodet, Siegfried et Giraud105. [...]. J’ai pris rendez-vous pour dimanche matin avec la Vendée et les Charentes afin d’être libre lundi. Malgré le surcroît de travail, ma santé est bonne. J’espère que le rhume de Jean n’aura pas de suite. Quelle idée vous avez eue d’associer la tonte de sa toison avec une procession en plein air ?
J’embrasse grands et petits. P.

- Lettre 11 - 26 mai, 7 heures

  • 106 Entre le 18 mai et le 23 novembre, 77 préfets, 140 sous-préfets, 373 magistrats sont déplacés ou mi (...)
  • 107 Le 17 décembre 1876, l’avocat général Bailleul a été révoqué par le Garde des Sceaux Martel à la de (...)
  • 108 Le ministère de l’Instruction publique est installé depuis 1839 dans l’ancien hôtel de Rochechouart (...)
  • 109 Brunet est bonapartiste, Paris est orléaniste.

  • 110 Dompierre d’Hornoy (1818-1901), ancien élève de l’École navale, contre-amiral en 1864, fut ministre (...)
  • 111 Certains parlementaires italiens redoutent que le nouveau gouvernement français ne s’engage plus ac (...)
  • 112 À la suite des insurrections anti-turques en Bosnie (1875) et en Bulgarie (1876), la Russie décide (...)
  • 113 Léontine est une veuve qui a la charge d’un infirme et dont le dernier enfant qui est son seul appo (...)

16Chère Lucie,
Nous avons eu hier soir conseil des ministres. M. de Fourtou n’ayant pas terminé son mouvement des sous-préfectures qu’il veut, avec raison, publier dans son ensemble, nous ne nous sommes guère occupés que d’un premier mouvement de magistrature106. Le procureur général Serre qui a si misérablement sacrifié son avocat général à Besançon107, est destitué. Le sort des sous-préfets sera réglé dimanche. Je suis très satisfait de voir fixé à dimanche le prochain conseil ; de la sorte, je pourrai peut-être ne rentrer d’Arras que mardi ? Comptez sur moi en tous cas, lors même que partant lundi à midi je devrais repartir la nuit. J’entre en relation très agréable avec M. Brunet, ministre de l’Instruction publique et des Cultes qui va habiter l’hôtel du ministère108 avec sa famille ; il sera mon voisin. L’homogénéité la plus grande règne parmi nous, malgré les nuances d’opinion qui nous distinguent109. Dès que trois hommes s’occupant de politique sont réunis, il y a nécessairement de quoi former une droite, une gauche, un centre. J’espère que l’extrême droite du Sénat ne nous fera pas défaut tout entière quoiqu’on ne soit pas disposé à donner un portefeuille à M. de Lareinty. Ils veulent, disons le, avoir une sentinelle dans le conseil des ministres, « mais on vous a offert le portefeuille de la Marine » disait l’un de nous à M. de Lareinty. Et en effet, il a été question de l’amiral d’Hornoy110 ; on ne m’a pas offert la Marine dit gravement M. de Lareinty. Les petites causes expliquent les grands effets. J’ai signé hier mes premières nominations : j’ai nommé deux inspecteurs généraux des Ponts et Chaussées en suivant strictement l’ordre du tableau d’avancement qui avait été méconnu la dernière fois et qui l’aurait encore été cette fois-ci. Jusqu’à ce que nous ayons livré la première bataille, dans trois semaines, je vise à conserver tout le monde et à ne modifier aucun rouage.
Rien de grave du côté de l’extérieur ; le débat ouvert sur la question cléricale au parlement italien a bien tourné pour la France111. Je te signale néanmoins un incident : deux officiers prussiens qui se promenaient en bourgeois à la foire de Nancy ont été reconnus, insultés, menacés. Une instruction a été ouverte aussitôt. L’état de siège proclamé à Constantinople peut amener des difficultés puisqu’il suspend la protection qui résulte des capitulations au profit de nos nationaux112.
À l’intérieur, tout le parti républicain, y compris le Centre gauche, se prépare à la lutte. Si les élections ont lieu, jamais on n’aura vu pareille agitation. Gambetta accepte le rendez- vous électoral pris par le maréchal.
Écris à Léontine113 que j’ai écrit au ministre de la Guerre pour lui recommander son fils. [...]

1 heure 1/2 pm

  • 114 Marc-Antoine Calmon (1815-1890), juriste, conseiller d’État, député du Lot (1846-1848), sous-secrét (...)

17Je continue de consacrer mon temps à la Vendée et aux Charentes. Je viens d’avoir un entretien avec M. Solacroup, directeur de l’Orléans. Je suis dans la position d’un médecin appelé in extremis.
Entre mon déjeuner et la reprise de mon travail, j’ai fait, dans le jardin des Tuileries, la rencontre de M. Calmon, sénateur (Centre gauche)114. Des paroles avec lui échangées, il résulte que les gauches espèrent que le Sénat refusera la dissolution ; ils ne se flattent pas d’en être sûrs. Ils comptent alors sur les électeurs sans dissimuler leurs craintes au sujet d’un coup d’État auquel m’a dit M. Calmon nous savons que ni Decazes, ni Caillaux, ni Paris, ni peut-être même le duc de Broglie ne participeraient.
Les deux armées s’observent, calculent, attendent avec une égale anxiété de quoi demain sera fait.

À vous.
P.

- Lettre 3 - Arras, 26 mai

  • 115 C’est l’évêque qui administre le sacrement de confirmation qui communique le Saint-Esprit ; après a (...)
  • 116 Officier de santé à Arras.

  • 117 Une amie de Lucie Paris qui habite dans la capitale, 66 rue du Rocher (8e arrondissement).
  • 118 M. Pillons : maire de Beaumont, canton de Vimy. Le docteur Duval : né en 1822, médecin en chef de l (...)

18Cher Ami,

Il est midi, c’est à peine si je suis encore parvenu à déchiffrer votre lettre. Je suis encombrée d’affaires pires qu’un ministre. Je suis pourtant si heureuse de voir que vous avez eu un tout petit moment hier soir pour rentrer en famille et m’écrire une demi page à tête reposée. Ce repos que
nous avons sacrifié sur l’autel de la patrie est le premier des biens. Quoiqu’il en soit, je ne perdrai pas le temps ici de faire une glose sur le farniente chéri de ma jeunesse. Je vais vous dire tout de suite ce que j’attends de votre activité après quoi je ne vous demanderai plus rien pour moi et je me contenterai du possible. Demain, il faut faire l’impossible ; à mon intention vous partirez le soir à l’heure de votre dîner ; je n’ai pas entendu que vous soyez invité nulle part. Vous arriverez à 9 heures et demi, vous aurez une nuit de repos chez vous et vous assisterez lundi à la confirmation de ma fille ; vous savez que celle-là est la mienne, je vous soignerai bien la vôtre, je me mettrai en quatre s’il le faut pour que notre fils soit le digne héritier des vertus de son père mais ma Sophie, l’enfant des trois sœurs et je le dis en pleurant l’héritière de tout ce qu’il y a de plus grand, de plus tendre au monde, le cœur de ma mère, ma Sophie ne sera point privée du baiser paternel au moment où viendra de s’imprimer sur son front par le doigt de l’autorité cette onction qui fait pénétrer la force et la douceur du Christ dans le cœur des jeunes néophytes115. Vous voyez que j’ai, comme M. E. Carette, fait une phrase tout entière en faveur de ma supplique. Tenez-la pour dite et faites tout ce que vous pourrez.
Je ne sais plus quoi faire pour nos cartes. Je vais moi-même en beaucoup d’endroits où une carte du ministre ferait infiniment mieux que ma visite mais je n’en ai pas. Je vous envoie quelques-unes des miennes, ce qui tient dans une enveloppe. Je continue à vous envoyer (mes lettres) sans affranchissement quoique vos lettres portent toutes double cachet. Jean s’est vivement préoccupé de la multiplicité des timbres que l’on met sur vos enveloppes. Il a passé un jour et demi dans son lit et est parti hier après-midi pour Saint-Nicolas. M. Devillers116 est venu deux fois, il craignait un érysipèle ; je lui ai promis de vous transmettre ses compliments et de vous dire de sa part qu’on ne trouvait jamais en lui qu’un ami avec ou sans carte.
Au revoir Cher.
Je ne serai pas incontentable
(sic) après cette visite pour laquelle je me suis inscrite dès les premiers jours, je n’aurai plus rien à solliciter. Je vous remercie d’avoir fait la paix avec Délia117. Mme Pillons est enfin l’heureuse grand-mère d’un petit-fils né hier matin ; les billets étaient envoyés hier au soir. J’ai porté ma carte de félicitations. Le pauvre M. Duval est à toute extrémité, Maître Le Secq118 a l’air de vouloir se remettre, quoique bien lentement comme à sa première congestion. Je n’ai pas eu le temps de vous dire que j’ai reçu des cartes de félicitations jusque de la part des morts. Je vous montrerai cela mais je n’ai plus le temps que de vous embrasser de cœur bien tendrement.
L. Paris.

- Lettre 12 - 27 mai, 7 heures

  • 119 Construit entre 1845 et 1856 par Jacques Lacornée aux nos 35 et 37 du Quai d’Orsay, et nos 128 et 1 (...)
  • 120 L’ambassadeur d’Autriche est Félix Frédéric Wimpffen (1827-1882) ; avant d’être en poste à Paris (1 (...)
  • 121 Voir lettre du 16 mai, note 16 ; Louise Clémentine Voisin (1834-1881) est née Rathier.
  • 122 Le vicomte de Meaux (voir lettre du 25 mai, note 103). Le baron René Reille (1835-1898), saint-cyri (...)
  • 123 François Chabaud-Latour (1804-1885), protestant, polytechnicien, général, administrateur de la comp (...)

19Chère Lucie,

J’ai reçu ta lettre d’hier avec une vive satisfaction. Je ne peux malheureusement pas partir ce soir. Le conseil des ministres a été ajourné du samedi au dimanche soir, 10 heures. Je suis donc prisonnier du devoir. Je ne voudrais pas manquer ce conseil dans lequel tout le mouvement de sous-préfectures sera arrêté. Si l’affaire des Charentes et de la Vendée pour laquelle j’aurai une conférence, ce matin, avec les intéressés, ne m’oblige pas à rester ici demain matin, je prendrai l’express de 8 heures, sinon, le train de 11 heures qui me conduira à Arras à 4 h 1/2. Pour rien au monde, je ne voudrais manquer au rendez-vous que tu me donnes et faire défaut à la fête de famille donnée en l’honneur de notre petite confirmée. À demain donc, et puisse le conseil des ministres être fixé, pour mardi, jour de séance ordinaire, à une heure qui me permettra de rester près de vous jusqu’à mardi matin. Ne t’imagine pas, du reste, que je vais abandonner mes habitudes de visite à Arras jusqu’au jour où tu pourras venir ici passer quelques heures avec moi (et je t’expliquerai combien la chose sera facile, même avec enfants). Je n’aurai rien de plus agréable que de partir le samedi soir ou le dimanche matin et d’aller vous dire : me voici.
J’ai dîné hier chez le duc Decazes. Je n’avais jamais mis les pieds au ministère des Affaires étrangères : c’est un palais119. Tous les ministres étaient invités ; il n’y avait de personnages marquants parmi les convives que l’ambassadeur d’Autriche et le ministre des Finances d’Angleterre120. Je fus placé entre Mme Blest Gana, femme du ministre plénipotentiaire du Chili et Mme Voisin (Préfet de police)121.
Après le dîner que Coralie aurait qualifié de splendide, brillante et nombreuse réception de nationaux et d’étrangers. La confiance paraît naître : les paroles prononcées par le maréchal à Compiègne étaient unanimement approuvées. Je me suis fait présenter - les ours s’apprivoisent - après avoir salué Mme la Duchesse Decazes, à Mmes Voisin, de Meaux, Reille…122 J’ai serré la main à beaucoup d’anciens collègues, Chabaud-Latour, Bigot, Dupont123.
Ce matin, le printemps apparaît en habit de fête ; le soleil illumine mon jardin ; les oiseaux chantent dans mes grands arbres. Ah ! que j’aime bien mieux cependant mes vieux arbres de St-Nicolas !

9 heures

  • 124 Cette église est située à proximité du ministère des Travaux publics.
  • 125 Auguste Bonamour, marquis de Talhouët (1819-1884), héritier d’une ancienne famille noble bretonne, (...)
  • 126 Non identifiée.


20Je viens d’assister à la messe à St-Thomas-d’Aquin124. Baptiste m’affirme que la chambre à coucher que j’occupe a été appropriée à cet usage par le marquis de Talhouët, à qui a succédé Plichon, à qui a succédé le baron Jérôme David125, homme impérieux et dur pour ses serviteurs, à qui a succédé… Quand aurai-je un successeur ? Je n’ai, ma Chère Lucie, ni défaillances ni ambitions. Le jour où le maréchal m’a appelé, j’ai répondu : « présent ». Le jour où il me relèvera de ma fonction, je retournerai avec bonheur à mes modestes habitudes, à ma vie de famille.
Je reçois à l’instant une lettre de Mme Girardin126, à ton adresse, elle sollicite pour son mari.

Midi

21Je reçois les lettres des enfants et je t’envoie une dépêche.
J’ai consacré trois heures à notre réunion Vendée et Charentes : si je ne réussis pas à préserver ces malades, ils me rendront cette justice que je n’ai négligé pour eux aucun soin.

À demain.
P.

- Lettre 13 - 29 mai

  • 127 Ancien chef-lieu d’arrondissement de la Manche, aujourd’hui chef-lieu de canton de l’arrondissement (...)
  • 128 Le conseiller de préfecture d’Arras est le neveu de l’amiral et ancien ministre du même nom (cf. le (...)
  • 129 Voir lettre du 21 mai, note 54. Le Journal officiel du 28 mai publie le décret du 27 nommant Pierre (...)
  • 130 François Jacqmin, professeur à l’école des ponts et chaussées, directeur de la compagnie de l’Est a (...)
  • 131 Il a eu une poussée de fièvre dans la nuit du lundi 28 au mardi 29.


22Chère Lucie,
Je t’écris quelques lignes pour te montrer combien je tiens à rester auprès de toi, auprès de vous tout au moins de cœur. Mon retour s’est opéré sans incident. J’ai appris à l’arrivée la nomination à Saint-Pol de M. d’Hornoy de qui j’ai reçu la visite. Il est attristé de sa nomination et demande à rester conseiller de préfecture à Arras. M. de Lagarde, nommé sous-préfet à Valognes127, va jeter aussi les hauts cris et demandera à rester à Saint-Pol, ce qui prouve que l’on n’apprécie la valeur d’une chose que quand on est menacé de la perdre128. J’ai rencontré à la gare Mme Curnier jeune, en compagnie de M. Pageot129. Elle est très satisfaite de voir son mari sous-préfet de Lannion.
J’ai reçu la visite de M. Darcy qui t’envoie ses hommages, puis du nouveau préfet qui est venu chercher femme et enfants. Je lui ai dit qu’ayant, hier, à Arras, une réunion de famille et d’amis, j’avais eu le désir de l’inviter impromptu, mais que j’avais appris qu’il n’avait fait que poser le pied à Arras. La communication qu’il m’avait faite de son projet de départ m’avait empêché de l’inviter en règle dans la crainte de contrarier son plan.
J’ai passé l’après-midi avec le ministre de la Guerre et M. Jacqmin directeur de l’Est, à examiner, en présence de mon directeur des chemins de fer130, la question des chemins stratégiques. Tu ne doutes pas que j’étais plus auditeur que tout autre.
J’ai demandé à Baptiste de me préparer mon déjeuner pour demain ; je pourrai de la sorte inviter un jour mes belles-sœurs.
Et le petit Jean est-il guéri ?131
À vous.

- Lettre 14 - 30 mai, 4 heures pm

  • 132 Employée chez Auguste et Lucie Paris à Arras et à Saint-Nicolas-lez-Arras. Lucie écrit Rémonde.

  • 133 Panta reï, formule reprise du traité De la nature écrit par Héraclite (vers 540-vers 480 av. J.-C.) (...)
  • 134 Voir lettre du 27 mai, note 125. Il existe, en effet, un autre Plichon, Hippolyte, originaire d’Hes (...)
  • 135 Adeline Plichon (1840-1894) est née Boitelle, fille d’un banquier de Mazingarbe (62) et nièce de Sy (...)
  • 136 M. Bourdelois, originaire d’Hesdin, est chef de bataillon au 5e régiment d’infanterie d’Arras.
  • 137 Non identifié.
  • 138 Le baron Jorant.

  • 139 Cette éventualité ne sera pas retenue.


23Chère Lucie.
Je n’avais ce matin qu’à te souhaiter le bonjour. Je saisis au vol un moment de liberté pour t’écrire. Raymonde132 s’est présentée chez mon chef de cabinet pour le prier de m’annoncer l’arrivée à Paris de mes belles-sœurs à la rencontre desquelles elle irait afin de prendre leurs ordres. Je n’ai encore vu personne.
J’ai fait avec Baptiste mon entrée en ménage. Il m’a servi au déjeuner une omelette très réussie, une côtelette succulente et une tasse de café préparés de mains de maître. Tu vois que je prends peu à peu possession du logis. Après le déjeuner, je me suis promené pour la première fois dans mon jardin. Le jardinier prépare des semis, des plantations qui le rendront très agréable au maître quelconque qui résidera en ces lieux. Je n’oublie pas qu’« ainsi tout passe »133... J’ai reçu dans la matinée la visite de deux de mes prédécesseurs, le marquis de Talhouët et Plichon (du Nord)134. Mme Plichon135 continue d’être très souffrante. Elle suit à Bellevue un traitement hydrothérapique.
D’Hornoy, nommé à St-Pol ne demande qu’à rester à Arras à moins qu’on ne lui donne une place de conseiller de préfecture à Amiens. De fait, je ne le crois pas né pour devenir sous-préfet avec ou sans poigne.
Dis à Bourdelois136, ton protégé, que j’ai remis à son beau-frère M. l’abbé… x.137 une note de recommandation pressante destinée à M. Palluin, chef du personnel aux Finances.
Quand tu verras Mme D., dis lui que j’ai recommandé son fils et au procureur général de Douai138 et au garde des Sceaux.
Nous n’avons pas eu aujourd’hui conseil des ministres, je suis donc en dehors du courant politique. Plusieurs députés m’ont dit cependant que la Chambre pourrait bien ajourner la bataille, discuter le budget et prendre position en faisant ouvrir le feu au Sénat, au moyen d’une interpellation139. Ce ne serait pas malhabile car de cette façon, un ordre du jour de confiance ne réunirait peut-être dans le Sénat qu’une faible majorité. On mettrait ensuite le pays incertain et flottant, attaché avant tout aux intérêts matériels, dans le camp des députés en votant le budget et les questions d’affaires. On chercherait, au sujet du budget des Cultes à rallumer les passions anticléricales, pour parler le langage du jour. On tâcherait de rendre les indécis et les intransigeants de droite du Sénat plus hésitants et plus pessimistes encore pour le jour où la dissolution serait demandée… Ce jeu est habile, trop habile pour que les droites ne le déjouent pas.
À l’instant, je reçois, pour mardi, une invitation à dîner avec Mme Paris, chez le ministre du Commerce. Je vais répondre : Mme Paris est à Arras (ce que l’envoi de ta carte que j’ai fait hier d’Arras même a dû apprendre).

À Toi. P.

- Lettre 15 - 31 mai, 8 heures

  • 140 Paris, sans doute fatigué, n’a pas mis l’article défini les.

  • 141 Ernest Carette, voir lettre du 17 mai, note 33.

  • 142 Allusion à la fable de La Fontaine, Le Rat de ville et le Rat des champs, pour rappeler la modestie (...)
  • 143 Dieu grec du sommeil et des songes.

24Chère Lucie,

J’avais terminé travaux de la journée140 et j’étais fort indécis de ce que j’avais à faire ; il était près de sept heures ; nos sœurs n’avaient pas donné signe de vie au ministère des Travaux publics. Devais-je encore les attendre ? Fallait-il prendre de leurs nouvelles chez Auguste Carette ou simplement dîner en disant : elles ont manqué le train ? Tout à coup, l’huissier m’annonce que Melles Béreux demandent à me parler. Il était temps. J’ai embrassé mes voyageuses, je ne les ai guère retenues sachant que leur voiture attendait et que si elles voulaient voir le soir même M. Ernest141, nous n’avions qu’à gagner Versailles au plus vite. C’est ce qui fut fait. Je supposai que j’avais dîné et je les accompagnai afin de leur éviter l’embarras d’une installation sinistre dans mon logis de rat des champs142. En chemin, j’appris l’aventure du dernier moment qui avait mis obstacle au départ de Sophie. Dis-lui qu’elle se console. Je lui promets qu’elle reprendra son tour et que je lui ferai voir Paris, avant que le flot qui m’apporta ici me remporte.
 Arrivés à Versailles, rue de la Paroisse, n° 7, je révélai à mes sœurs les secrets du bon cuisinier. En une demi-heure, nous avons pris un excellent chocolat, dégusté un pâté au jambon, et je m’en retournai par le train de 9 h /2 en invitant mes hôtes à gagner au plus vite l’avenue de Paris si elles ne voulaient pas attendre que Morphée143 y eut fait son apparition. Il est convenu que Melles Béreux passeront la journée à Versailles ; j’irai les rejoindre vers le soir. J’ai passé une bonne nuit. Je me rends au conseil des ministres (9 heures) en espérant qu’à mon retour je trouverai un mot d’Eugénie ou de toi qui me rassure au sujet des deux petits que je recommande à la sollicitude de leur grande sœur.

4 heures pm

  • 144 Voir lettre du 29 mai, note 127.

  • 145 Voiture à quatre roues, généralement à deux places et à moitié découverte.


25Le conseil des ministres nous a occupés toute la matinée.
Sur le terrain de la légalité, le gouvernement montrera sa résolution. J’espère que d’Hornoy sera nommé conseiller de préfecture à Amiens ou qu’il restera à Arras. M. de Lagarde continuera à aimer St-Pol avec d’autant plus de fidélité qu’il a failli partir pour Valognes144. Je fait réintégrer à Arras M. Bavière : ce sera la réparation d’un acte de criante injustice. Je compte partir à Versailles à 5 h 26, et revenir à 9 h 30, afin d’assister quelques moments à la réception de M. le maréchal. Je suis très content de mon installation culinaire. Peut-être serai-je amené par cet essai, à dîner aussi chez moi. Tous mes collègues ont pris une voiture. Le prix en est très cher. M. Brunet a un coupé avant victoria145, deux chevaux et un cochet pour 800 francs par moi. On ne fait pas grande différence pour une voiture au lieu de deux. J’attendrai l’automne.
L’affaire des chemins de fer de la Vendée va entrer dans une crise aiguë. Je serai sans doute obligé de mettre sous séquestre cette compagnie expirante. Les lenteurs de la Chambre des députés ont gravement compromis tous ces intérêts en souffrance et dont le mal est originel.

J’envoie quatre baisers pour mère et enfants. P.

- Lettre 4 - Arras, 31 mai

  • 146 Pendant le mois de mai, les catholiques sont invités à prier plus spécialement Marie, le soir, à l’ (...)
  • 147 Une des servantes de Madame Paris.

  • 148 Mme Bellecourt est l’épouse du général de division Véron dit Bellecourt, commandant la 2e division (...)
  • 149 Mme Duval, voir lettre du 27 mai, note 118 ; Mme Dorlencourt est l’épouse du président honoraire du (...)
  • 150 Son mari, avocat, est le fils de Charles Wartelle-Deretz, ancien collègue de Paris à l’Assemblée na (...)
  • 151 Eglise d’un couvent de bénédictines à Arras.
  • 152 Augustin de Montaignac épouse quelques jours plus tard, à Arras, Melle Marie de Valicourt dont les (...)
  • 153 Bataille où les troupes piémontaises affrontèrent victorieusement l’armée pontificale de Lamoricièr (...)
  • 154 Louis-Raymond, marquis de Montaignac de Chauvance (1811-1891), ancien élève de l’École navale, cont (...)
  • 155 S’agit-il de l’épouse du conseiller d’arrondissement de Bertincourt, propriétaire à Ruyaulcourt ?
  • 156 Expression pour le moins confuse ! S’agit-il d’un dossier d’expropriation en vue de la construction (...)
  • 157 Il s’agit de Mathilde Lecesne dont le mari, Paul, est vice-président du conseil de préfecture, secr (...)
  • 158 Lucie Paris orthographie-t-elle correctement ce nom ? On trouve un Acrément avoué à Arras et plus t (...)

26Cher Ami,

Je viens de réunir à ma satisfaction une paire de lunettes, du papier, de l’encre ; à force de chercher, j’ai trouvé la plume et me voici courant vers vous…
Eugénie vient de partir pour le dernier salut du mois de Marie
146. Aglaé147 la conduit car Jean ayant manifesté l’intention de nous suivre si nous nous en allions toutes, la bonne petite Sophie a consenti à rester avec lui et je les garde tous deux au logis afin d’éviter que les volontés mutines de mon capricieux enfant ne le conduisent de nouveau à l’accès de fièvre que vous avez vu dans la nuit de lundi à mardi. Aujourd’hui, il va assez bien sauf une surdité qui paraît s’accentuer de plus en plus. Je compte voir demain M. Devillers à ce sujet ; je vous écrirai ce qu’il aura dit. Aujourd’hui, je suis allée rendre quelques visites. À cause de la mort de M. Duval, j’avais commencé par Mme Bellecourt148 qui ne recevait pas ; je suis allée chez Mme Loysel, son mari est souffrant de sa névralgie ; elle, toujours aimable m’a reçue en même temps que Mme Dorlencourt149. J’ai tenté la fortune chez Mme Alfred Wartelle150 qui était sortie. Je me suis lancée jusqu’au Saint-Sacrement151, Mme la Prieur, toute pleine de grâce et de douceur m’a reçue et m’a fait force compliments à votre adresse puis elle m’a glissé sa petite sollicitation puisque la providence m’avait guidée vers elle, remettant aux soins de la providence et aux vôtres la sollicitation de M. le comte de Montaignac152, fils du marquis du même nom, originaire de l’Indre, propriétaire d’un petit manoir près de Châteauroux appelé Nui ou Mui. Je n’ai pas bien compris mais enfin ce pauvre comte moins favorisé de la fortune que des titres, parent à un proche degré de l’amiral du même nom, a cherché dans la carrière militaire un point favorable à sa condition. Il était à Castelfidardo153 ; ses exploits se sont-ils bornés là ou a-t-il encore fait quelques campagnes au-delà ? Je ne sais, Dieu le sait ; tout ce que je sais, c’est qu’il est à présent employé dans les contributions indirectes à Saint-Mandé ou Vincennes et qu’il sollicite une perception qu’il espère obtenir du crédit de l’amiral154 mais bien plus encore de l’influence de M. Paris, un ministre.
J’ai rencontré au Saint-Sacrement Mme Boniface155 : elle fait ses compliments. J’ai rempli vos intentions, lui demandant la note que son petit gendre doit vous présenter à l’occasion de son chemin de fer156.
Puis tout courant (sic), je suis rentrée chez moi passant par le boulevard Crespel : Mathilde, ses enfants, son mari sont tous très délicats, très fatigués, l’un comme conseiller, l’autre comme mère157, les enfants à cause de la mauvaise saison, mais enfin, ils ont été très affectueux et je me suis laissée aller à passer un quart d’heure de plus avec eux, lorsque, rentrant chez moi, j’ai trouvé M. Acrémant158 qui veut que je vous annonce sa visite pour demain matin. Il quitte sa jeune femme et son enfant nouveau-né afin d’aller vous présenter son frère lequel désire une place dans un ministère et il se trouve pris d’une vocation subite et irrésistible pour le ministère des Travaux publics. Ceux-là vous expliqueront eux-mêmes leur affaire. Je les ai engagés à se présenter de bonne heure afin de vous trouver au nid. Vous savez qu’à votre sollicitation, je suis allée faire une visite à Mme Acrémant ; de cette démarche sont nées la vocation, la pétition. Vous en ferez tout ce que vous voudrez, ce n’est pas à moi que revient la gloire.
Vous verrez sans doute nos sœurs. Je ne leur écris pas. Dites-leur que tout va le mieux possible. Je ne suis pas allée à Saint-Nicolas aujourd’hui parce qu’il a beaucoup plu et que Sophie était un peu fatiguée. J’irai demain. M. Depotter est revenu voir Jean, il l’a ajourné à samedi ; espérons qu’il sera assez bien pour retourner selon vos vœux. Je dirigerai demain mon courrier vers Versailles. Faites prendre patience à nos pèlerines.
Je les embrasse ainsi que vous à la hâte.
Lucie P.

Haut de page

Notes

1 Edme duc d’Audiffret-Pasquier (1823-1905), conseiller d’État, neveu (et fils adoptif) du chancelier Pasquier qui servit Louis XVIII et Louis-Philippe, représentant de l’Orne de 1871 à 1875. Grand orateur, président de l’Assemblée nationale (1875), sénateur inamovible et président du Sénat (1876-1879), il souhaite la conjonction des centres, Centre droit dont il est un des leaders, et Centre gauche dont son beau-frère Jean Casimir-Périer est un membre influent avec lequel il a contribué à l’élaboration de la loi constitutionnelle sur le Sénat (24 février 1875).

2 Ernest Picard (24 décembre 1821-13 mai 1877), avocat, député de la Seine (1858-1869) [« Le 2 décembre est un crime ! » s’est-il exclamé, le 28 mars 1864] puis de l’Hérault (1869-1870), tendance « gauche ouverte ». Membre du gouvernement de la Défense nationale (ministre des Finances). Représentant de la Meuse (1871-1875), ministre de l’Intérieur (19 février-31 mai 1871), ambassadeur à Bruxelles (1871-1873), il quitte ce poste à la chute de Thiers, combat l’ordre moral avec le Centre gauche et est élu sénateur inamovible le 10 décembre 1875.

3 En mars1877, pour l’élection d’un sénateur inamovible en remplacement du général Changarnier, Alfred André [né en 1827), régent de la Banque de France, représentant (républicain conservateur) de la Seine (1871-1875), battu aux élections sénatoriales de 1876 dans l’Ain], candidat des républicains, est défait par le bonapartiste Dupuy de Lôme [(1816- 1885), ingénieur du génie maritime (à ce titre créateur de l’architecture navale moderne), conseiller d’État, député du Morbihan (1869-1870]. Selon André Daniel (L’année politique, 1877, p. 58), il existait une convention tacite par laquelle les légitimistes, les orléanistes et les bonapartistes se répartissaient à tour de rôle les sièges des sénateurs inamovibles devenus vacants qu’ils réservaient à un recallé du suffrage universel ; l’orléaniste Buffet, battu dans 4 circonscriptions en février 1876 entre au Sénat le 14 juin 1876, le légitimiste Chesnelong, élu en février mais battu lors de la partielle consécutive à son invalidation, y entre à son tour le 24 novembre, puis c’est le tour du bonapartiste Dupuy de Lôme, candidat malheureux dans le Nord en février 1876.

4 Les rumeurs de changement de ministère, de dissolution, de coup d’État vont bon train au printemps 1877. Déjà après les élections de 1876, certains conservateurs (de Meaux, Buffet) avaient conseillé au maréchal de Mac-Mahon [1808-1893, militaire qui s’est illustré en Crimée, en Italie (duc de Magenta) et qui commandait l’armée qui triompha de la Commune, conservateur et légaliste, président de la République depuis le 24 mai 1873 après la chute de Thiers] de tenter un coup d’État avant que le nouveau gouvernement ne soit constitué ; d’autres (de Broglie) estimaient qu’il fallait laisser la nouvelle Chambre se discréditer. Après les élections municipales d’octobre où la droite a perdu la majorité dans sept mille communes, on en reparle. En mars-avril, quelques légitimistes envisagent la formation prochaine d’un gouvernement de résistance (avec le général Ducrot et Fourtou) qui dissoudrait et ferait voter correctement le pays avant d’appeler le comte de Chambord sur le trône. Après le 4 mai et le vote d’un ordre du jour hostile aux cléricaux, Mac-Mahon est résolu à se séparer de Jules Simon et de son cabinet républicain en place depuis décembre 1876, mais il attend une opportunité plus favorable. Il faut entendre par chefs de la droite : les orléanistes Audiffret- Pasquier, Albert de Broglie (sénateur de l’Eure), Bocher (sénateur du Calvados), Decazes (député de Paris), Mgr Dupanloup (sénateur du Loiret), Lambert de Sainte-Croix (sénateur de l’Aude), les légitimistes Audren de Kerdrel (sénateur du Morbihan), Belcastel (sénateur de la Haute-Garonne), de Meaux (sénateur de la Loire), de Mun (député du Morbihan), les bonapartistes Fourtou (député de la Dordogne), Rouher (député de Corse)...

5 Louis Tournu de Ventavon (1806-1879), avocat, légitimiste, représentant des Hautes-Alpes (1871-1875, Droite). Rapporteur de la commission sur l’organisation des pouvoirs publics, il adhère à la constitution de 1875 et est élu sénateur des Hautes-Alpes, sous l’étiquette Centre constitutionnel avec le soutien des républicains contre les bonapartistes.

6 Illisible.


7 Louis Blanc (1811-1882), militant, journaliste et théoricien socialiste (L’organisation du travail, 1839), membre du gouvernement provisoire de la Deuxième République (Droit au travail, ateliers nationaux). Exilé à partir de 1849, il rentre en France le 4 septembre 1870 et se fait élire représentant de la Seine (1871-1875, extrême gauche), il est réélu en 1876.

8 Mgr Joseph Hippolyte Guibert (1802-1886), évêque de Viviers (1842), archévêque de Tours (1857), de Paris (1871), cardinal (1873). Sous son épiscopat parisien, la basilique de Montmartre est construite, l’Institut catholique est fondé. Après l’offensive anticléricale des républicains consécutive à l’agitation ultramontaine, Mgr Guibert a donné des conseils de modération dans sa lettre épiscopale du 9 mai. Déjà autrefois, il a jugé le Syllabus inopportun et n’était pas à Rome lors du vote sur le dogme de l’infaillibilité pontificale. Il s’est montré réservé quant à la composition du comité de l’Œuvre des Cercles ouvriers, créée par Albert de Mun, dont il a souhaité que « sa tendance générale au mysticisme soit bridée » et où l’élément ecclésiastique devait jouer « un rôle modérateur », a recommandé à ses confrères de ne pas se « mêler trop directement aux choses politiques ». À Tours puis à Paris, il est en contact avec le nouveau gouvernement dont il inspire de nombreuses nominations épiscopales ni trop gallicanes ni trop ultramontaines. Début mai 1877, avec Mgr Dupanloup, il a dissuadé Chesnelong de poser une question au gouvernement sur la question religieuse. (Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au ralliement, Rome, EFR, 1983, p. 362, 472, 547.).

9 Charles Pasquier, marquis de Franclieu (1810-1877), grand propriétaire qui a servi dans la marine. Représentant des Hautes-Pyrénées (1871-1875), sénateur inamovible. Membre de l’extrême droite légitimiste, il reproche au duc d’Aumale de pactiser avec la Révolution en préférant le drapeau tricolore (1872), il pratique la politique du pire en votant contre le gouvernement de Broglie (d’ordre moral) le 16 mai 1874 et en s’entendant avec les républicains et certains bonapartistes lors de l’élection des sénateurs inamovibles (décembre 1875).

10 En employant un tel vocabulaire, Paris se moque quelque peu des royalistes ultras, déconnectés des réalités (développement des idées laïques, libérales et démocratiques), fiers de leur noblesse d’épée, prêts à revivre les anciennes épopées (on constate alors une recrudescence des duels) et qui risquent ainsi de mettre en difficulté les conservateurs plus modérés.

11 Henri Baillardel, baron de Lareinty (1824-1901), militaire, possessionné à la Martinique, a participé à la défense de Paris puis à la répression de la Commune. Monarchiste et catholique convaincu, il est sénateur de la Loire-Inférieure de 1876 à sa mort.

12 Jules Simon Suisse, dit Jules Simon (1814-1896), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, membre de l’Académie française. Député républicain des Côtes-du- Nord (1848) puis de la Seine (1863-1870), représentant de la Marne (1871-1875), sénateur inamovible (1875), ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts dans le gouvernement de la Défense nationale puis dans celui de Thiers (4 septembre 1870-mai 1871). Chef du gouvernement à partir du 12 décembre 1876, il entre en conflit avec le président Mac- Mahon, malgré sa modération qui lui a valu de fréquents démêlés avec Gambetta sur les positions duquel il doit s’aligner (Cf. note 18), et est contraint à la démission le 16 mai 1877.

13 Il est en train de mourir (mot à mot : il décline en mourant), (Cicéron, Cato Major, de senectute)

14 Louis Martel (1813-1892), magistrat puis avocat, député du Pas-de-Calais (1849-1851, 1863-1870, 1871-1875), vice-président de l’Assemblée nationale, sénateur inamovible depuis décembre 1875. Orléaniste, proche de Thiers, comme lui rallié à la République conservatrice (Centre gauche), vice-président du Sénat (janvier-décembre 1876), ministre de la Justice et des Cultes dans le cabinet Jules Simon.


15 Léon Say (1826-1896), petit-fils de l’économiste Jean-Baptiste Say, homme d’affaires, administrateur de la Compagnie des chemins de fer du Nord, représentant de la Seine (1871), préfet de la Seine (1871-1872, après la Commune), ministre des Finances (7 décembre 1872- 24 mai 1873, 10 mars 1875-16 mai 1877), sénateur de la Seine-et-Oise. Centre gauche, proche de Thiers sous l’autorité duquel il assure le règlement rapide de l’indemnité de guerre à l’Allemagne, favorable au libre-échange. (Jean Garrigues, Léon Say et le Centre gauche, 1871-1896. La grande bourgeoisie libérale dans les débuts de la IIIe République, thèse, Paris X-Nanterre, 1993 et La République des hommes d’affaires 1870-1900, Paris, 1998). « Homme de confiance des Rothschild, il représente le capital bancaire et ferroviaire, dans sa fraction la plus ouverte et la plus novatrice sur le plan économique comme sur le plan politique » (Marie-Noëlle Thibault, La question du rachat des chemins de fer dans l’idéologie républicaine au XIXe siècle (1832-1883), sous la direction de François Caron, thèse de 3e cycle, Université de Dijon, 1975, p. 226).

16 Félix Voisin (1832-1915), avocat, magistrat, philanthrope qui s’intéresse aux problèmes pénitentiaires. Procureur de la République à Melun en 1870, son attitude énergique face aux autorités militaires allemandes l’a conduit en prison. Représentant de la Seine-et-Marne (1871-1875), il passe, après le 24 mai 1873, du Centre gauche au Centre droit. Le 9 février 1876, il devient préfet de police.

17 Le président de la République regrettant que le gouvernement n’ait pas combattu certains textes dont il avait reconnu « tout le danger », se demande notamment si le chef de cabinet conserve encore sur la Chambre « l’influence nécessaire pour faire prévaloir ses vues ». Il conclut ainsi : « une explication à cet égard est indispensable ; car si je ne suis pas responsable comme vous envers le parlement, j’ai une responsabilité envers la France dont, aujourd’hui plus que jamais, je dois me préoccuper ».

18 Contrairement au vœu de Mac-Mahon, le gouvernement n’empêche pas la publicité des séances des conseils municipaux (12 mai), puis il n’oppose guère de résistance à l’abrogation d’une loi qui retirait aux jurys la connaissance des délits de presse au profit des tribunaux correctionnels (15 mai). Auparavant, Jules Simon avait dû accepter un ordre du jour invitant le gouvernement à réprimer les manifestations ultramontaines (4 mai). (Cf. lettre précédente).

19 Léon Clément (1829-1894), avocat à la Cour de cassation, jurisconsulte, président du conseil général (1869), représentant (1871-1875), sénateur (1876-1894) de l’Indre, conservateur constitutionnel et Centre droit.

20 Il s’agit en fait des travaux en vue de l’exposition universelle de 1878 qui a été décidée en 1876 et doit témoigner du relèvement rapide de la France.

21 Ce sera en fait un ordre du jour de défiance au nouveau cabinet (Broglie-Fourtou). Le 17 mai, à la suite de l’interpellation de Devoucoux (Cher), au gouvernement démissionnaire sur la crise ministérielle qui est discutée immédiatement, Gambetta (Seine) [(avec Devoucoux et Lepère (Yonne)] propose et fait adopter par 347 voix contre 149, l’ordre du jour motivé suivant : « La Chambre des députés, considérant qu’il lui importe dans la crise actuelle et pour remplir le mandat qu’elle a reçu du pays, de rappeler que la prépondérance du pouvoir parlementaire, s’exerçant par la responsabilité ministérielle, est la première condition du gouvernement du pays par le pays que les lois constitutionnelles ont eu pour but d’établir, déclare que la confiance de la majorité ne saurait être acquise qu’à un cabinet libre de son action et résolu à gouverner suivant les principes républicains qui peuvent seuls garantir l’ordre et la prospérité au dedans et la paix au dehors, passe à l’ordre du jour ». Le 20, les 363 députés républicains démontrent leur union en publiant un manifeste - qu’ils signent tous -, qui dénonce « une politique de réaction et d’aventure ».

22 Léon Renault (1839-1933), avocat, préfet du Loiret (mars 1871), préfet de police dont la démission, après le 24 mai 1873, est refusée par Mac-Mahon qui le nomme, en outre, directeur de la Sûreté générale et conseiller d’État en service extraordinaire. Élu député de la Seine-et- Oise en 1876, il quitte l’administration et siège au Centre gauche. Il dirigerait un cabinet réalisant la conjonction des centres.

23 Marie François Bardy de Fourtou (1836-1897), avocat, maire de Ribérac (1865-1870), député (1871-1880, 1889-1893) et sénateur (1880-1885) de la Dordogne, conseiller général de Verteillac (1874-1891). Membre du Centre droit mais aux sympathies bonapartistes, ministre sous Thiers (Travaux publics, décembre 1872-mai 1873) et sous Mac-Mahon (Instruction publique et Cultes, novembre 1873-mai 1874 ; Intérieur, mai-juillet 1874). Son (trop) grand zèle antirépublicain lui vaut sa disgrâce en 1874, mais le recommande après le 16 mai 1877. Un ministère Fourtou serait un ministère de combat, antirépublicain.

24 Auguste Paris, avocat, s’est spécialisé dans ce domaine dans lequel il développe une grande et lucrative activité, à une époque où la construction des lignes de chemin de fer reste importante.

25 Jean Paris, troisième enfant de Lucie et Auguste Paris, né en 1867.


26 Joseph-Eugène Michel (1821-1885), avocat, représentant puis sénateur des Basses-Alpes (1871-1885). Membre du Centre gauche et du groupe Lavergne, il soutient toutefois le gouvernement Broglie en 1873-1874 ; au Sénat, il siège parmi les constitutionnels.


27 Cf. Luc : 22, 42 ; Marc 14, 36 ; Mathieu 26, 39,


28 Eugène Caillaux (1822-1896), polytechnicien, ingénieur en chef aux chemins de fer de l’Ouest, administrateur de la compagnie ferroviaire Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), représentant (1871-1875) puis sénateur de la Sarthe (1876-1882), ministre des Travaux publics (1874-1876), ministre des Finances après le 16 mai 1877. Membre du Centre droit, assez proche des républicains conservateurs, il est le père de Joseph Caillaux (1863-1944). (Jean-Claude Allain, Joseph Caillaux. Le défi victorieux. 1863-1914, Paris, Imprimerie Nationale, 1978).

29 Le duc Louis Charles Decazes (1819-1886), fils du duc Élie Decazes, ministre de Louis XVIII, représentant de la Gironde (1871-1875) puis député [Centre droit] de Paris (1876-1877), ministre des Affaires étrangères depuis le 26 novembre 1873. Lors de la crise diplomatique d’avril-mai 1875 où l’Allemagne, mécontente des tendances cléricalo-revanchardes de la majorité d’ordre moral et inquiète de la reconstitution de l’armée française, a parlé de « guerre préventive », Decazes a su habilement trouver l’appui du Royaume-Uni et de la Russie.

30 Fais ce que doit, advienne que pourra = fais ton devoir, sans t’inquiéter de ce qui pourra en résulter.

31 Les belles-sœurs d’Auguste Paris, mesdemoiselles Béreux, auxquelles il est très lié, habitent dans ce village de la banlieue nord d’Arras qui compte alors 1034 habitants ; la famille Paris s’y rend souvent.

32 M. Envent, né en 1816, est archiprêtre, c’est-à-dire responsable ecclésiastique pour l’arrondissement d’Arras ; c’est un modéré qui se défie de l’ultramontanisme intransigeant ; il est membre de la commission des Antiquités départementales et de l’Académie d’Arras.

33 Paris doit vouloir dire de chez Carette. Les Carette sont des amis d’Auguste Paris ; l’un Antoine-Auguste (1803-1885), avocat à la Cour de cassation est jurisconsulte et habite boulevard Saint-Michel à Paris ; son frère Antoine Ernest, né en 1808, polytechnicien, officier, historien et publiciste a été inspecteur des fortifications à Arras (1863-1868), il habite avenue de Paris à Versailles.

34 « L’affluence y est plus nombreuse, plus variée et plus animée que d’habitude. La plupart [des invités], soulagés et réconfotés par l’acte du maréchal, s’empressaient de le féliciter ; d’autres arrivaient, incertains, inquiets, tous curieux d’observer de près l’événement et d’en pressentir l’issue ». (Vicomte de meaux, Souvenirs politiques, p. 327, cité par Gabriel de broglie, Mac-Mahon, Paris, Fayard, 1999, p. 346). Deux témoignages rendent bien compte de l’atmosphère du palais présidentiel : « L’Élysée était à l’égard de la République comme une sorte de camp ennemi... La haute société parisienne, celle du faubourg Saint-Germain, entourait Madame la Maréchale, ce qui était fort naturel, et n’était de nature à gêner personne » (de Marcère, Histoire de la République. Le 16 mai, Paris, Plon, 1900, p. 25.). « L’Élysée représente ce qui reste en France de l’esprit monarchique. C’est encore une cour. Sur le Paris du luxe, des fêtes, de l’élégance, sur le Paris qui n’est pas seulement le Paris électoral, mais le Paris capitale, le président, avec ses façons simples et ses manières cordiales, est une survivance : il règne ». (Gabriel Hanotaux, Histoire de la France contemporaine (1871-1900), tome III, La Présidence du Maréchal de Mac-Mahon, la Constitution de 1875, Paris, Combet, 1908, p. 558).

35 Élisabeth de la Croix de Castries (1834-1900), fille d’un gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi (1829), arrière-petite-fille de Charles Eugène Gabriel de La Croix de Castries (1727- 1801, maréchal de France, ministre secrétaire d’État à la Marine, gouverneur de Flandre et du Hainaut, qui combattit dans l’armée de l’émigration aux côtés de la Prusse), longtemps présidente du comité central de la Croix-Rouge française, exerce une grande influence sur son mari qu’elle a épousé en 1854.

36 De Broglie est chef du gouvernement, ministre de la Justice, Fourtou, ministre de l’Intérieur. Le duc Albert de Broglie (1821-1901), - fils du duc Victor, président du Conseil sous Louis- Philippe -, diplomate, historien, académicien, représentant Centre droit de l’Eure à l’Assemblée nationale, a déjà dirigé le cabinet après le départ de Thiers (Broglie I : 24 mai- 24 novembre 1873 ; Broglie II : 26 novembre-16 mai 1874), dans le cadre d’une fragile majorité conservatrice d’ordre moral (orléanistes, légitimistes, bonapartistes) ; il est sénateur de l’Eure depuis 1876.

37 Mac-Mahon regrette que Jules Simon n’ait pas disposé d’une majorité solide ; il ne peut se résoudre à faire appel à des républicains plus avancés qui réclament « une modification radicale » des institutions que lui-même entend respecter ; il affirme son « droit constitutionnel » à choisir ses « conseillers » que les républicains considèrent comme une prétention inadmissible au pouvoir personnel.

38 Vaste salle de réunion, à proximité du château de Versailles, qui servit au début de l’Assemblée nationale de lieu de rencontre à toutes les droites.

39 Le parlement est ajourné jusqu’au 16 juin.

40 Les Demy sont des amis très proches d’Auguste et Lucie Paris ; Mme Demy est peut-être née Carette mais nous n’avons pu identifier davantage ces personnes. Ils habitent Bellevue, une section de la commune de Meudon (Hauts-de-Seine) où Mme de Pompadour s’était fait construire un château dont le parc fut mis en lotissement en 1823.

41 7, rue de la Paroisse à Versailles ; sa logeuse est Mme Planchard.


42 Les constitutionnels sont en partie les héritiers du groupe Lavergne fondé en juillet 1874 et qui réunissait des hommes du Centre droit et du Centre gauche ayant accepté d’instaurer la République. Ils forment depuis février 1876 un groupe politique situé à la lisière gauche du Centre droit qui prétend vouloir respecter et servir loyalement la constitution, c’est-à-dire respecter tous les pouvoirs et notamment celui de Mac-Mahon. Ils sont une vingtaine à la Chambre et à peu près autant au Sénat. Souvent catholiques modérés, ils sont également favorables aux grandes compagnies ferroviaires.

43 Les sentiments des époux Paris ne sont pas sans rappeler ceux d’Albert de Broglie qui répond à l’appel du maréchal « sans enthousiasme ni espoir mais par fidélité à Mac-Mahon et pour éviter que celui- ci ne démissionne devant un refus de sa part » (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 344). Le Figaro, toutefois, dans son compte rendu de la séance du Sénat du 18 mai signale que « le malin M. Paris se prêtait avec une bonne grâce parfaite au rôle, nouveau pour lui, d’astre levant » (19 mai).

44 Lucie Paris se rassure en estimant que le ministère des Travaux publics est un ministère technique, d’action plus que de parole et donc potentiellement moins exposé qu’un ministère régalien, mais Paris est un orateur que de Broglie va utiliser au parlement et la question des chemins de fer est hautement politique...

45 Il peut s’agir de Charles Wartelle-Deretz (1804-1884), propriétaire, ancien conseiller de préfecture, ancien conseiller général, ancien député (orléaniste) [1849-1851, 1871-1875], membre de l’académie d’Arras, qui a partagé son logis avec Auguste Paris à Versailles au temps de l’Assemblée nationale (son cousin a été député bonapartiste du Pas-de-Calais (1852-1866)), ou de son fils, avocat.

46 Émile Bottieau (1822-1887), magistrat, représentant du Nord à l’Assemblée nationale, légitimiste modéré (Droite), battu en 1876 et 1877, mis à la retraite en 1884 (épuration), réélu en 1885.

47 Legentil, juge au tribunal civil d’Arras, membre de la commission des Antiquités départementales et de l’Académie d’Arras.

48 Elle est l’épouse du général de brigade O. Loysel, commandant les subdivisions régionales (de la 2e division d’infanterie) d’Arras et Béthune qui fait intervenir le 73e régiment de ligne lors de la grève des mineurs de Noeux-les-Mines en juin 1877. Ce général a-t-il un lien de parenté avec le général Charles Loysel (1825-1889), représentant (1871-1875) puis sénateur (Droite, 1876-1879) d’Ille-et-Vilaine ?

49 Est-elle liée au curé de Dainville qui porte le même nom ?


50 Non identifié.


51 illisible

52 Allusion à la Chanson de Malbrough (sans doute composée à la suite de la bataille de Malplaquet (1709) où avait couru le bruit de la mort du général anglais Marlborough), mise à la mode par la cour de Louis XVI et qui a inspiré l’opéra-bouffe Malbrough s’en va-t-en guerre composé en 1867 par plusieurs musiciens dont Bizet (1838-1875) sur des paroles de Siraudin et Busnach. Le 2e couplet de la Chanson de Malbrough dit : « Il reviendra z’à Pâques ou à La Trinité » ; en 1877, La Trinité tombe le dimanche 27 mai.

53 Comme presque toutes les lettres d’Auguste Paris jusqu’au 23 novembre 1877.


54 M. Curnier père, Léonce, (1813-1894), fabricant et négociant en soieries à Nîmes, ami de Frédéric Ozanam, député du Gard (1852-1853) préfère faire carrière dans l’administration des Finances qu’il termine comme trésorier payeur général du Pas-de-Calais (1867-1878) ; il a épousé Mathilde Sibour (petite nièce de l’archevêque de Paris et sœur de Georges Bonnefoy- Sibour, future personnalité de la IIIe République) dont il eut quatre fils dont Léonce qui épousa la petite fille d’Adolphe Vuitry (voir lettre suivante, note 61) et Pierre-Antoine, officier de marine.

55 Il s’agit de deux aristocrates du Pas-de-Calais : le marquis Girod de Resne est un châtelain catholique tout comme le vicomte de Rocourt qui a fait édifier deux chapelles à Ruitz (canton d’Houdain, arrondissement de Béthune) par le grand architecte régional Alexandre Grigny (1815-1868).

56 Le ministère des Travaux publics est installé aux 60-62 et 64 (aujourd’hui 244, 246 et 248) du boulevard Saint-Germain (Paris, 7e). C’est en 1808 que l’hôtel de Roquelaure (XVIIe et XVIIIe siècles) ancienne propriété de Mathieu-François Molé, président à mortier du Parlement de Paris fut acquis par Cambacérès, archichancelier d’Empire, qui prit également possession de l’hôtel voisin (Hôtel Lesdiguières, XVIIIe siècle, n° 248) qui avait appartenu à Louis Marie Maximilien de Béthune, duc de Sully. L’ensemble acquis par la duchesse d’Orléans, veuve de Philippe Égalité en 1816 et aménagé par François-Hippolyte Destailleurs, fut affecté au Conseil d’État (en 1830) pour lequel l’architecte François-Léonard Fontaine créa le grand escalier et une salle des séances. En 1839, le ministère des Travaux publics s’y installa et l’architecte Félix Duban y fit quelques aménagements poursuivis par Godeboeuf quand le n° 244 fut à son tour annexé (1861). (Paris. Le guide du patrimoine, Jean-Marie Pérouse de Monclos (dir.), Hachette, 1994, p. 441).

57 Louis Dubrulle (1821-1890), avocat, riche propriétaire-agriculteur, châtelain légitimiste, maire de Rouvroy, conseiller général du canton de Vimy, élu sénateur du Pas-de-Calais en 1876. Il appartient à une famille de magistrats de Douai, il est lié à plusieurs grandes familles de l’aristocratie (Cordier de Ribeauvillé, de Cathelineau).

58 Charles Conelly, né en 1824, docteur en droit, est successivement avocat, magistrat (notamment en poste à Boulogne, Douai, Lille), avocat général (1868) puis conseiller à la chambre des requêtes (1872) de la Cour de cassation ; il est également professeur de droit à l’Institut catholique de Paris et doyen de la faculté libre de droit (1875-1881) ; en 1882, il est ordonné prêtre.

59 Les Chaulnes et les Luynes sont deux branches de la famille d’Albert dont le représentant le plus illustre fut Charles, marquis d’Albert, duc de Luynes (1578-1621), favori de Louis XIII. Marie-Joseph duc de Chaulnes (1741-1793) fut un grand physicien et chimiste ; Honoré duc de Luynes (1802-1867) fut un grand archéologue et numismate.

60 Le Pavillon de Flore, à l’extrémité de la grande galerie du Louvre, au bord de la Seine, fut rebâti très rapidement après son incendie à la fin de la Commune [par l’architecte Lefuel qui l’avait déjà rebâti sous le Second Empire dans la cadre du projet de Napoléon III - effectivement réalisé - visant à réunir Le Louvre aux Tuileries] ; il relève du ministère des Travaux publics qui a en charge, entre autres, les bâtiments civils et les palais nationaux ; en devenant un musée, il est confié par l’administration des Beaux-Arts à l’Union centrale des Arts décoratifs.

61 M. Cléraut a participé à la rédaction de plusieurs rapports pour la commission du grisou sur la prévention des accidents et l’organisation des secours ; comme contrôleur des chemins de fer, il touche 2400 francs d’indemnité en 1877. En 1878, il demande un congé pour entrer dans l’industrie privée : il devient directeur de la compagnie des chemins de fer de l’Ouest et sera membre du jury de l’exposition universelle de 1900 (André E. A. Thépot, Les ingénieurs du corps des mines du XIXe siècle, 1810-1914. Recherche sur la naissance et le développement d’une technocratie industrielle, Paris-X Nanterre). Mme Darcy, née Elisabeth Hély d’Oissel est l’épouse d’Henry Darcy (1840-1926), ancien préfet du Pas-de-Calais, fils d’un préfet et sous secrétaire d’État à l’Intérieur, petit fils d’Adolphe Vuitry, ministre et président du Conseil d’État (1864-1869), président du PLM. Auditeur au Conseil d’État, conseiller général de la Côte-d’Or, préfet des Vosges après la chute de Thiers, du Pas-de-Calais (juin 1874-mars 1876), puis des Alpes- Maritimes (mars 1876-décembre 1877), Henry Darcy préside par la suite plusieurs compagnies minières et industrielles, le Comité central des houillères, et participe à la fondation du CGPF (1919). (Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, René Bargeton (dir.), Paris, Archives nationales, 1994, p. 180).

62 Cf. lettre du 17 mai, note 33.


63 Voir lettre du 18 mai, note 41.


64 Les demoiselles Béreux qui habitent Saint-Nicolas-lez-Arras. (voir lettre du 17 mai, note 31).

65 Sous-préfecture du Calvados.


66 Forcade de La Roquette (1820-1874), avocat, conseiller d’État (vice-président), ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics en 1867-1868 ; il occupa avant et après d’autres importantes fonctions ministérielles (Finances, Intérieur), député de la Gironde (1870).

67 Lui-même ancien ministre des Travaux publics.


68 Adolphe Poizat, né en 1834 à Strasbourg, avocat qui a débuté dans l’administration préfectorale sous le Second Empire (conseiller de préfecture, sous-préfet) et a poursuivi après 1870 (sous-préfet, secrétaire général de préfecture, préfet des Hautes-Pyrénées puis du Cantal). Il a épousé une strasbourgeoise, Jeanne Keller ; il est père de trois enfants. Paris fait une erreur à propos de Levert qui, de février à décembre 1866 était préfet de la Loire (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 450 ; Jean-Marc Guislin, Les préfets du Nord et du Pas-de-Calais et la crise du 16 mai, in Intendants et Préfets dans le Nord-Pas-de-Calais, Études réunies par Alain Lottin, Annie Crépin, Jean-Marc Guislin, Arras, Artois Presses Université, Collection Histoire, 2002, p. 277-302). Charles Levert (1825-1899), après des études de droit, entre dans l’administration préfectorale en 1848 ; rallié à Louis Napoléon Bonaparte, il réprime sévèrement les opposants au lendemain du coup d’État du 2 décembre à Saint-Omer. En 1857, il devient préfet et administre le Pas-de-Calais en 1864-1866. Il s’exile après le 4 septembre 1870 mais rentre assez vite en France et se fait élire représentant du Pas-de-Calais en 1872. Il est ensuite député de 1876 à 1889, il siège à l’Appel au peuple (groupe bonapartiste) dont il est un des leaders.

69 Il n’en cite que quatre ; les deux autres concernent d’une part, la navigation fluviale et les rivières, d’autre part, les ports maritimes de commerce.

70 Allusion à la Querelle des Anciens et des Modernes qui se développa parmi les auteurs français à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles dans laquelle Boileau (finalement) et Fénelon adoptèrent une position conciliante. Celle-ci est reprise par André Chénier (1762-1794) à la veille de la Révolution dans son poème L’Invention dont le vers 1840 « Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques » a visiblement inspiré Auguste Paris.

71 M. Pascal, conseiller d’État, inspecteur général des ponts et chaussées.


72 Joseph Brunet (1829-1891), magistrat favorable au Second Empire, président du conseil général de la Corrèze ; après un échec lors d’une législative partielle en 1873, il est élu sénateur de ce département en 1876 par la coalition des bonapartistes et des royalistes.


73 Bavière, conseiller de préfecture, révoqué par le préfet républicain Tenaille-Saligny début 1877, est effectivement réintégré en juin et définitivement révoqué en décembre de la même année.


74 Les pouvoirs du préfet apparaissent ici dans toutes leurs limites : il est contrôlé non seulement par son ministre de tutelle, mais il doit aussi tenir compte des pressions du ministre élu de son département et des parlementaires influents en haut lieu. Ainsi Poizat communique des dépêches à Mme Paris et lui accorde de nombreuses faveurs.

75 Napoléon Daru (1807-1881), filleul de Napoléon 1er dont son père, le comte Bruno Daru (1767-1829) a été le fidèle serviteur. Polytechnicien, pair héréditaire (1833-1848), il s’intéresse à la question des chemins de fer ; député en 1849, il proteste contre le coup d’État, est arrêté et se retire de la vie politique où il revient en 1869 : député (Tiers Parti), ministre de Affaires étrangères dans le cabinet Ollivier qu’il quitte en avril 1870 en raison de son opposition au plébiscite du 8 mai. Élu en 1871, à l’Assemblée nationale, il siège au Centre droit puis entre au Sénat en 1876. Il a toujours représenté le département de la Manche au Parlement.

76 L’Union, organe officiel du Comte de Chambord, fondé en 1847, dirigé par Blacas et Dreux Brézé, tire à environ 8000 exemplaires en 1877. Cette feuille où les parlementaires sont tenus en lisière et qui s’est opposé systématiquement aux premiers gouvernements de Broglie (1873- 1874) - qui le fit suspendre quelque temps - regrette que les légitimistes n’aient pas été directement associés au coup du 16 mai. (Pierre Albert, Histoire de la presse nationale au début de la Troisième République (1871-1879), thèse soutenue à l’université Paris IV en 1977, Lille, ANRT, 1980, page 669 et suivantes).

77 Voir lettre du 15 mai, note 11.


78 M. Schlemmer, ingénieur du corps des mines, inspecteur général des ponts et chaussées. En 1898, il publie avec H. Bonneau un recueil de documents relatifs à l’histoire parlementaire des chemins de fer (A. E. A. Thépot, op. cit.).

79 En 1862, le gouvernement impérial concède à deux compagnies indépendantes le réseau de la Vendée et celui des Charentes qui illustrent la volonté des notables locaux, industriels et commerçants, de voir le développement des chemins de fer d’intérêt local échapper à l’emprise des grandes compagnies. La Cie de Vendée est victime de son rachat par le spéculateur belge Philippart (début 1875) qui la vend bientôt à la Cie du Paris-Orléans (PO, juillet 1875), mais la Chambre des députés repousse ce contrat en février 1876 et la Cie de Vendée tombe en faillite le 22 juin 1877. La Cie des Charentes qui n’a aucun caractère spéculatif, connaît rapidement des difficultés : guerre de 1870, accroissement plus rapide des dépenses que des recettes, forte récession du trafic en 1876-1877. Elle tente en vain de se raprocher de la Cie de Vendée (1875) puis elle signe en juillet 1876 un traité prévoyant son rachat par celle du PO, conformément aux vœux du ministre, qui est rejeté par la Chambre des députés en mars 1877. L’hostilité aux grandes compagnies a conduit une majorité - composite - de parlementaires à voter, à la fin du mois de mars 1877, l’amendement Allain-Targé, qui refuse ces rétrocessions et propose le rachat par l’État des compagnies secondaires en difficulté. En outre, ce texte confirme le monopole des réseaux, souhaite renforcer l’autorité de l’État (tarifs, trafic et autorisation de nouvelles constructions), envisage la création d’un réseau d’État ainsi que l’ouverture de nouvelles négociations avec les grandes compagnies ferroviaires. Certains historiens estiment que ce vote est une des causes de la crise du 16 mai, certaines grandes compagnies (PO, PLM) ayant encouragé la chute du cabinet Jules Simon afin d’avoir en face d’elles un partenaire moins défavorable. De fait Caillaux est administrateur du PLM, Fourtou et Reille du PO (Marie-Noëlle Thibault, op. cit., p. 213-226 et François Caron, Histoire des chemins de fer en France. 1740-1883. Paris, Fayard, 1997. p. 423 à 474). Christophle, ministre des Travaux publics de Jules Simon a commencé les opérations et rouvert les négociations avec le PO ; Auguste Paris poursuit cette double action. Albert Christophle (1830-1904), avocat, représentant (Centre gauche) de l’Orne, ministre des Travaux publics (1876-1877) a réorganisé son département en supprimant le poste de directeur général et en créant cinq directions distinctes ; futur directeur du Crédit foncier, il est plutôt favorable aux grandes compagnies ferroviaires. François Allain-Targé (1832-1902), avocat et journaliste républicain sous le Second Empire, est un proche de Gambetta qui le nomme préfet de Maine-et-Loire le 4 septembre 1870, commissaire aux armées de l’Ouest puis préfet de Gironde ; il est ensuite conseiller municipal de Paris, député de la Seine (1876-1889), ministre des Finances dans le ministère Gambetta (1881-1882) puis de l’Intérieur dans le premier cabinet Brisson (1885).

80 Sophie et Adèle Béreux, les sœurs de Lucie Paris.


81 Village du canton d’Arras sud, à 3 kilomètres du chef-lieu.

82 Voir la généalogie.

83 Entre le 21 et le 28 mai se déroule une neuvaine en l’honneur de Notre-Dame des Ardents à Arras ; chaque jour, une paroisse se rend en procession au sanctuaire.

84 L’ordre rédemptoriste a été fondé en Italie en 1732 par Alphonse de Ligori pour l’évangélisation des campagnes. Au cours des années 1870, avec d’autres ordres, ils participent à de très nombreuses missions paroissiales (une centaine par an) dans les diocèses d’Arras et de Cambrai (Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, tome I, 1800/1880, Toulouse, Privat, 1985, p. 268.)

85 - Station : suite de sermons (expression vieillie).


86 L’abbé Depooter est responsable de l’établissement privé d’instruction secondaire Saint-Joseph à Arras.


87 Un vêtement de demi tenue est au niveau intermédiaire entre la simple et la grande tenue (costume d’apparat).


88 L’aménagement du boulevard Saint-Germain, commencé sous Haussmann par les deux bouts, fut achevé, dans la perspective de l’Exposition universelle de 1878, avec le percement de la partie comprise entre la rue Hautefeuille et le débouché de la rue Saint-Dominique, soit la moitié du boulevard, entre 1874 et 1877 (Bernard Rouleau, Paris. Histoire d’un espace, Paris, Seuil, 1997, p. 366).

89 Restaurant réputé situé 17 rue de Beaujolais, dans le 1er arrondissement, il s’agit de l’ancien café de Chartres acquis par Jean Véfour en 1820.

90 M. Dufresne, né en 1842, a été avocat à Paris (1865) ; il est nommé, après son doctorat en droit (1867), magistrat d’abord à Hazebrouck (1868) puis à Arras où il est substitut au procureur de la République.

91 Voir lettre du 21 mai, note 54.


92 Le parlement a été prorogé pour un mois le 18 mai.


93 En 1863, Thiers est élu député de Paris où les ouvriers ont souvent voté pour lui et l’un d’eux aurait dit : « Nous prenons M. Thiers comme un cheval de renfort pour monter la côte ». Au temps de l’Assemblée nationale, Dussaussoy, représentant bonapartiste du Pas-de-Calais reprend l’expression contre « le libérateur du territoire ». Président de la République depuis 1871, Thiers qui s’est rallié à la République a été renversé par la coalition d’ordre moral le 24 mai 1873, il est depuis simple député de Paris.

94 Expression reprise de l’époque de la Révolution française pour désigner les réunions des électeurs pour nommer les membres des assemblées délibérantes. Dans la proclamation annonçant le coup d’État du 2 décembre, l’article 3 stipule que « Le Peuple français est convoqué dans ses comices à partir du 14 décembre jusqu’au 21 décembre suivant ».

95 Message présidentiel du 18 mai.

96 Albert Auguste Gicquel des Touches (1818-1901), ancien élève de l’École navale, préfet maritime à Lorient, directeur du personnel au ministère de la Marine, entre dans le cabinet Broglie-Fourtou le 26 mai en raison de ses opinions légitimistes, mais il ne représente pas expressément l’extrême droite légitimiste. Le gouvernement compte donc 10 membres : 2 militaires (Berthaut, Gicquel des Touches), 5 sénateurs (de Broglie, de Meaux, Brunet, Caillaux, Paris), 3 députés (Decazes, Fourtou, Reille) ; 2 légitimistes modérés (de Meaux, Gicquel des Touches), 3 bonapartistes (Brunet, Reille ; Fourtou est seulement proche de cette mouvance), 5 orléanistes ou constitutionnels ; il n’y a aucun légitimiste ultra (chevau-légers).

97 Le comte François-Marie de Bondy (1802-1890), polytechnicien, militaire, préfet, conseiller d’État a été élu représentant (Centre droit) puis sénateur (constitutionnel) de l’Indre (1871-1890) ; après les élections d’octobre 1877, le groupe des constitutionnels s’étant disloqué, il s’associe à la droite.

98 Achille Adam-Fontaine (1829-1887), membre d’une grande famille de banquiers boulonnais, lui-même banquier et administrateur de sociétés, représente le Pas-de-Calais à l’Assemblée nationale (1871-1875) puis à la Chambre des députés (1876-1877) où il siège au Centre droit. Victor Hamille (1812-1885), avocat, ancien directeur de l’administration des Cultes, représentant puis député bonapartiste (1871-1885) du Pas-de-Calais est également président du conseil général (1871-1880). Charles Levert (voir lettre du 23 mai note 68).

99 Gabriel Lacoste de Belcastel (1821-1890), ancien élève des jésuites de la rue de Vaugirard, est un avocat qui s’occupe de littérature et d’agronomie ; c’est un légitimiste (chevau-légers) qui représente la Haute-Garonne à l’Assemblée nationale (1871-1875) puis au Sénat (1876-1879). Le Figaro du 23 mai signale des rumeurs selon lesquelles M. de Lareinty remplacerait Paris.

100 Des bruits avaient laissé supposer que l’exposition universelle serait reportée d’un an, cette visite sur les chantiers du Champ-de-Mars et du Trocadéro visent à les démentir.

101 Ce voyage en compagnie du vicomte de Meaux permet au maréchal de se faire voir, le gouvernement espère tirer bénéfice de la bonhommie et de la franchise du chef de l’État dont « le déplacement se déroule comme la visite d’un souverain » (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 348) et qui tient des propos rassurants.

102 Fernand Duval (1827-1896), avocat, capitaine d’état-major à la Garde nationale, secrétaire de Dufaure, préfet de la Gironde (février 1871-mai 1873), de la Seine (mai 1873-janvier 1879), conseiller municipal (conservateur) de Paris (1887-1896). Il a épousé N. de Mourgues en premières noces puis Alice Godchaux. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 221).

103 Le vicomte Alfred de Meaux (1830-1907) doit une partie de sa notoriété au fait qu’il est le gendre de Montalembert avec lequel il a collaboré au Correspondant. Auteur de plusieurs ouvrages d’histoire, conseiller municipal de Montbrison, conseiller général (Saint-Georges-en- Couzan), il représente la Loire au parlement de 1871 à 1879, après deux échecs en 1863 et 1869 face au candidat officiel. À l’Assemblée nationale, il siège au Centre droit puis passe à la Droite (légitimiste) quand il devient sénateur (février 1876) ; ministre de l’Agriculture et du Commerce de mars 1875 à mars 1876, il retrouve ce portefeuille dans le cabinet du 16 mai.

104 Eugène Adnet (1829-1885), avocat, magistrat, représentant (1871-1875) puis sénateur (1876- 1882) des Hautes-Pyrénées - où Poizat fut préfet en 1875 -, passé du Centre droit à la Droite.

105 Pierre Mathieu-Bodet (1816-1911), avocat à la Cour de cassation, administrateur du Crédit foncier ; conseiller général (1845), député de la Charente (1848-1851, 1871-1877), conservateur rallié à la République modérée, ministre des Finances (juillet 1874-mai 1875) ; à partir de 1876, il opine avec les constitutionnels sans faire partie de leur groupe, s’abstient lors du vote de blâme et de défiance à l’encontre du cabinet Broglie-Fourtou (juin) et reste neutre jusqu’aux élections d’octobre auxquelles il ne se présente pas puis est vaincu aux élections sénatoriales de 1879. Siegfried est président du conseil d’administration de la compagnie des chemins de fer de Vendée. Louis Alfred Giraud (1827-1880), ancien élève de l’École des Chartes, juriste, magistrat, représentant légitimiste de la Vendée (1871-1875), non réélu en 1876.

106 Entre le 18 mai et le 23 novembre, 77 préfets, 140 sous-préfets, 373 magistrats sont déplacés ou mis en disponibilité, 1743 maires sont révoqués.

107 Le 17 décembre 1876, l’avocat général Bailleul a été révoqué par le Garde des Sceaux Martel à la demande du procureur général pour ne pas avoir suivi les instructions données par son supérieur hiérarchique et pour avoir défendu les commissions mixtes qui, après le 2 décembre, rendirent une parodie de justice. Le 12 janvier 1877, la question avait été évoquée à la Chambre des députés avec passion, Martel ayant qualifié les théories avancées par M. Bailleul d’« outrage contre la conscience publique ». Il en est à nouveau question au Sénat le 22 juin (voir infra lettre du 22 juin, notes 161 et 162).

108 Le ministère de l’Instruction publique est installé depuis 1839 dans l’ancien hôtel de Rochechouart (au no 110 de la rue de Grenelle, à l’angle de la rue de Bellechasse), construit en 1776 par Mathurin Cherpitel pour la marquise de Courteille qui le destinait à sa fille la marquise de Rochechouart ; l’architecte Alphonse de Gisors a réalisé les aménagements consécutifs à sa nouvelle affectation. (Paris. Le guide du patrimoine, op. cit., p. 224)

109 Brunet est bonapartiste, Paris est orléaniste.


110 Dompierre d’Hornoy (1818-1901), ancien élève de l’École navale, contre-amiral en 1864, fut ministre de la Marine du gouvernement de la Défense nationale à Paris tandis que l’amiral Fourichon remplit cette fonction à Tours. Vice-amiral (1871), représentant conservateur monarchiste de la Somme (1871-1875), il est ministre de la Marine de mai 1873 à mai 1874 ; il est ensuite sénateur (1876-1882) puis député (1885-1893). Un membre de sa famille est conseiller à la préfecture d’Arras.

111 Certains parlementaires italiens redoutent que le nouveau gouvernement français ne s’engage plus activement en faveur du Vatican. Les conservateurs français craignent une détérioration des rapports franco-italiens qui nous aliénerait encore davantage l’Allemagne et qui risque d’être exploitée par les républicains. Le 22 mai, à la Chambre des députés italiens, M. Savini a interpellé le gouvernement sur cette question en tenant des propos hostiles au cabinet du 16 mai (« Le maréchal a prouvé qu’il n’avait pas le cœur républicain ») ; le ministre des Affaires étrangères, M. Melegari, a estimé que « la gravité » des événements français qui ont fait « sensation » avait été « exagérée » ; le président du Conseil, M. Depretis a rappelé que la France était « une nation amie qui a versé son sang pour l’Italie et a exprimé son sentiment de confiance et de sympathie à l’égard du peuple français ».

112 À la suite des insurrections anti-turques en Bosnie (1875) et en Bulgarie (1876), la Russie décide d’intervenir pour affaiblir l’Empire ottoman et accroître son influence sur les populations slaves des Balkans. Le 24 avril, les troupes du tsar entrent en Roumanie puis atteignent rapidement le Danube : la Sublime Porte est sérieusement menacée, d’où ces mesures exceptionnelles. Une capitulation est une convention qui règle les droits des sujets chrétiens en pays musulmans.

113 Léontine est une veuve qui a la charge d’un infirme et dont le dernier enfant qui est son seul apport de ressources souhaite entrer dans l’armée ; il est également recommandé par le maire d’Arras et un capitaine.

114 Marc-Antoine Calmon (1815-1890), juriste, conseiller d’État, député du Lot (1846-1848), sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (février 1871-novembre 1872), préfet de la Seine (novembre 1872-24 mai 1873), représentant (1873-1875) de la Seine-et-Oise, sénateur inamovible (1875). Lié par son épouse au baron de Mackau et à Waddington, ce proche de Thiers siège au Centre gauche et fait partie du comité institué par les républicains pour diriger la propagande et la résistance contre le cabinet du 16 mai.

115 C’est l’évêque qui administre le sacrement de confirmation qui communique le Saint-Esprit ; après avoir étendu les mains sur ceux qui vont être confirmés, l’évêque fait une croix avec le saint chrème sur le front de chaque personne à confirmer, puis il la renvoie en lui touchant la joue et en lui souhaitant la paix.

116 Officier de santé à Arras.


117 Une amie de Lucie Paris qui habite dans la capitale, 66 rue du Rocher (8e arrondissement).

118 M. Pillons : maire de Beaumont, canton de Vimy. Le docteur Duval : né en 1822, médecin en chef de l’hôpital militaire d’Arras depuis plus de dix ans est mort le 28 mai au Quesnoy (Nord). Le lieutenant colonel Jean-Baptiste Lesecq, né en 1819, directeur du génie à Arras, décède le 4 juin.

119 Construit entre 1845 et 1856 par Jacques Lacornée aux nos 35 et 37 du Quai d’Orsay, et nos 128 et 130 de la rue de l’Université (Cf. Paris. Le guide du patrimoine, op. cit., p. 372-373).


120 L’ambassadeur d’Autriche est Félix Frédéric Wimpffen (1827-1882) ; avant d’être en poste à Paris (1876-1880), il fut ministre d’Autriche en Prusse (1866-1872), en Italie (1872-1876). Il est de nouveau ambassadeur à Rome (1880-1882) puis à Paris où il se suicide. La famille Wimpffen est une famille alsacienne d’origine souabe qui compte une branche autrichienne et une branche française dont le représentant le plus illustre est le général Emmanuel Félix de Wimpffen (1811-1884). Le ministre britannique des Finances est Stafford Henry Northcote (1818-1887), un proche du premier ministre Disraeli.

121 Voir lettre du 16 mai, note 16 ; Louise Clémentine Voisin (1834-1881) est née Rathier.

122 Le vicomte de Meaux (voir lettre du 25 mai, note 103). Le baron René Reille (1835-1898), saint-cyrien, militaire a épousé la petite fille du maréchal Soult ; en 1869, il est l’adversaire heureux d’Eugène Péreire (bonapartiste laïque) à la députation du Tarn qu’il représente ensuite à l’Assemblée nationale ; député (1876-1898), conseiller général, ce bonapartiste clérical est devenu sous-secrétaire d’État à l’Intérieur après le 16 mai.


123 François Chabaud-Latour (1804-1885), protestant, polytechnicien, général, administrateur de la compagnie de l’Ouest, député orléaniste du Gard (1837-1848, 1871-1875), ministre de l’Intérieur (juillet 1874-mars 1875), vaincu aux élections sénatoriales de janvier 1876. Julien- Armand Bigot (1831-1914), avocat, magistrat sous le Second Empire, représentant Centre droit de la Mayenne (1871-1875) ; battu aux élections législatives de février 1876, il est nommé le 7 juin 1877 président de la cour d’Angers ; épuré en 1883, il est député de la Mayenne entre 1885 et 1893 et siège à droite. Alfred Dupont (1813-1887), avocat, président du conseil d’administration des mines de Courrières, monarchiste, catholique militant ; conseiller général et représentant du Nord (1872-1875), il siège au Centre droit et ne se représente pas en 1876.

124 Cette église est située à proximité du ministère des Travaux publics.

125 Auguste Bonamour, marquis de Talhouët (1819-1884), héritier d’une ancienne famille noble bretonne, conseiller d’État, un des 200 plus gros actionnaires de la Banque de France, un des plus grands propriétaires fonciers de France, conseiller général, maire du Lude, député (1849-1875) puis sénateur (1876-1882) de la Sarthe ; libéral conservateur, il accepte d’être ministre dans le cabinet Ollivier en janvier 1870 mais démissionne en mai pour protester contre le plébiscite. Ignace Plichon (1841-1888), avocat, grand propriétaire et administrateur de sociétés, conseiller général de Bailleul, député du Nord de 1846 à 1848 puis de 1857 à 1888, libéral conservateur, clérical et protectionniste ; rallié à l’Empire libéral, il remplace Talhouët pour trois mois. Jérôme David (1823-1882), petit-fils du peintre Jacques Louis David, filleul de Jérôme Bonaparte, militaire, conseiller général et député (1859-1870, 1876-1881) de la Gironde ; bonapartiste autoritaire (arcadien), il contribue à la chute du ministère Ollivier et participe au dernier gouvernement du Second Empire (cabinet Palikao, 10 août-4 septembre 1870).

126 Non identifiée.


127 Ancien chef-lieu d’arrondissement de la Manche, aujourd’hui chef-lieu de canton de l’arrondissement de Cherbourg. Alexis de Tocqueville en fut le député.


128 Le conseiller de préfecture d’Arras est le neveu de l’amiral et ancien ministre du même nom (cf. lettre du 26 mai, note 110). Cette double mutation figure au Journal officiel du 29 mai (décret du 28).


129 Voir lettre du 21 mai, note 54. Le Journal officiel du 28 mai publie le décret du 27 nommant Pierre Antoine Curnier, né en 1858, ancien officier de marine, sous-préfet de Lannion (Côtes- du-Nord). M. Pageot est fondé de pouvoir à la TPG d’Arras.

130 François Jacqmin, professeur à l’école des ponts et chaussées, directeur de la compagnie de l’Est a écrit plusieurs ouvrages sur les chemins de fer où il traite notamment de la gestion des compagnies dont on ne prend conscience que progressivement de la permanence des importantes dépenses (renouvellement et réfection des voies, entretien et agrandissement des gares, augmentation du matériel roulant...) à côté de la mise de fonds initiale. Disciple de Le Play, il s’intéresse à l’encadrement social des compagnies et y favorise les initiatives des agents en soutenant les coopératives de consommation ouvrière ; il se penche également sur le problème des retraites [Les caisses de retraites dans les administrations des chemins de fer, Dieppe, Leprêtre et Cie, 1881]. (François Caron, op. cit., p. 163, 255, 638, 660, 662). Le directeur des chemins de fer est M. Schlemmer.

131 Il a eu une poussée de fièvre dans la nuit du lundi 28 au mardi 29.


132 Employée chez Auguste et Lucie Paris à Arras et à Saint-Nicolas-lez-Arras. Lucie écrit Rémonde.


133 Panta reï, formule reprise du traité De la nature écrit par Héraclite (vers 540-vers 480 av. J.-C.), philosophe du devenir, du changement constant de toute chose.


134 Voir lettre du 27 mai, note 125. Il existe, en effet, un autre Plichon, Hippolyte, originaire d’Hesdin, ancien maire d’Arras, membre de l’académie locale.


135 Adeline Plichon (1840-1894) est née Boitelle, fille d’un banquier de Mazingarbe (62) et nièce de Symphorien Boitelle, préfet de police (1858-1866), directeur de la police générale, sénateur (1866), et d’Édouard, banquier à Cambrai, président du conseil d’administration des mines de Vicoigne et de Noeux, député (invalidé) du Nord (1863-1864).

136 M. Bourdelois, originaire d’Hesdin, est chef de bataillon au 5e régiment d’infanterie d’Arras.

137 Non identifié.

138 Le baron Jorant.


139 Cette éventualité ne sera pas retenue.


140 Paris, sans doute fatigué, n’a pas mis l’article défini les.


141 Ernest Carette, voir lettre du 17 mai, note 33.


142 Allusion à la fable de La Fontaine, Le Rat de ville et le Rat des champs, pour rappeler la modestie de son logis à Versailles.

143 Dieu grec du sommeil et des songes.

144 Voir lettre du 29 mai, note 127.


145 Voiture à quatre roues, généralement à deux places et à moitié découverte.


146 Pendant le mois de mai, les catholiques sont invités à prier plus spécialement Marie, le soir, à l’église en récitant le chapelet.


147 Une des servantes de Madame Paris.


148 Mme Bellecourt est l’épouse du général de division Véron dit Bellecourt, commandant la 2e division d’infanterie (1er corps d’armée) à Arras.


149 Mme Duval, voir lettre du 27 mai, note 118 ; Mme Dorlencourt est l’épouse du président honoraire du tribunal civil d’Arras.


150 Son mari, avocat, est le fils de Charles Wartelle-Deretz, ancien collègue de Paris à l’Assemblée nationale.


151 Eglise d’un couvent de bénédictines à Arras.

152 Augustin de Montaignac épouse quelques jours plus tard, à Arras, Melle Marie de Valicourt dont les parents sont des amis d’Auguste et Lucie Paris. M. de Valicourt (père ou fils ?) est percepteur à Alquines (canton de Lumbres).

153 Bataille où les troupes piémontaises affrontèrent victorieusement l’armée pontificale de Lamoricière, entraînant l’annexion des Marches et de l’Ombrie au royaume d’Italie (1860).

154 Louis-Raymond, marquis de Montaignac de Chauvance (1811-1891), ancien élève de l’École navale, contre-amiral (1865), représentant Centre droit de l’Allier (1871-1875), ministre de la Marine (mai 1874-mars 1876), sénateur inamovible (1875). Vincennes et Saint-Mandé sont deux communes de la banlieue est de Paris (Val-de-Marne).

155 S’agit-il de l’épouse du conseiller d’arrondissement de Bertincourt, propriétaire à Ruyaulcourt ?

156 Expression pour le moins confuse ! S’agit-il d’un dossier d’expropriation en vue de la construction d’une ligne de chemin de fer (dont Paris est un spécialiste), de recommandations ou de services à propos de titres de compagnies ferroviaires...

157 Il s’agit de Mathilde Lecesne dont le mari, Paul, est vice-président du conseil de préfecture, secrétaire adjoint de l’Académie d’Arras et dont le père fut adjoint au maire. Ils habitent, 2, boulevard Crespel.

158 Lucie Paris orthographie-t-elle correctement ce nom ? On trouve un Acrément avoué à Arras et plus tard un Acremant médecin à Saint-Omer dont la fille Germaine a notamment écrit Ces dames aux chapeaux verts (1921) ; dans ce roman, l’héroïne, Arlette, a été recueillie par quatre tantes, vieilles filles partageant leurs occupations entre les cancans et les fêtes patronales, qui ne sont pas sans rappeler les demoiselles Béreux. (Dictionnaire des Œuvres de tous les temps et de tous les pays, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, tome I, 1980, p. 619).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 1 à 39, 1 à 9) 15 mai-27 juin », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 33-60.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 1 à 39, 1 à 9) 15 mai-27 juin », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/556

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org