Navigation – Plan du site
Première Partie : le coup du 16 mai et la dissolution

(Lettres 1 à 39, 1 à 9) 15 mai-27 juin

1er juin – 27 juin 1877
p. 61-100

Texte intégral

1- Lettre 16 - 1er juin 1877, 7 heures

  • 1 Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau (1638-1720), est un mémorialiste introduit à la cour de (...)
  • 2 Ernest Carette doit avoir une fille (ou une petite fille ?), Charlotte, dont Mme Auguste Carette es (...)
  • 3 Les Jouffroy sont eux aussi, semble-t-il, apparentés aux Carette.

  • 4 L’épouse, la fille aînée ou la petite-fille d’Ernest Carette ?
  • 5 Baron de Sède de Liéoux, homme de lettres, membre de l’Académie d’Arras, rédacteur en chef-gérant d (...)
  • 6 Joseph de Carayon-Latour (1824-1886), polytechnicien, agriculteur, spécialiste de vénerie, membre d (...)
  • 7 Cette lettre n’est pas signalée par Jean Garrigues (thèse, op. cit.) ; C. et P. : sans doute Cailla (...)
  • 8 Le Journal des Débats, apparue en 1789, est un important journal politique et de culture dont la ré (...)
  • 9 Fondé en 1871 par Gambetta, avec pour principaux rédacteurs Allain-Targé, Challemel-Lacour, Ranc et (...)

2Chère Lucie,
J’ai pu m’échapper hier soir et me rendre à Versailles. J’ai rencontré nos sœurs au rendez-vous convenu chez M. Carette. Clara a probablement été prise à la gorge par un coup d’air : elle est sans voix et réduite à laisser reposer son larynx. C’est une simple indisposition locale et sans aucune gravité. Je ne t’en parle que pour rester fidèle à mes habitudes de Dangeau1. Sophie va bien. La cérémonie et le dîner de famille ont occupé la journée ; mes hôtes se sont montrées fort aimables. L’héroïne du jour a été fort sensible au souvenir de sa petite amie. Mme Auguste (Carette) avait assisté à la première communion de sa nièce et s’était empressée de regagner son logis2. M. et Mme Jouffroy3 étaient revenus la veille ; le bébé, admis à table, sous la surveillance de Jeanne4 s’est montré sage. Il a été convenu que Sophie et Clara passeraient la journée à Versailles afin de se reposer. Elles devront dormir chez Auguste (Carette à Paris) et déjeuneront chez moi. Dimanche nous sommes invités à Bellevue chez les Demy. J’ai dit que je t’avais annoncé les détails du voyage et de l’arrivée ce qui rassurera la paresse épistolaire de nos chères sœurs.
Rentré à Paris à deux heures, j’ai assisté à la réception du maréchal, où j’ai rencontré beaucoup de collègues et d’anciens amis de l’Assemblée nationale. J’ai échangé quelques paroles de courtoisie avec le baron de Sède5. M. de Carayon La Tour, le duc de Bisaccia6 et quelques autres sommités du parti légitimiste assuraient par leur présence que les prétentions de L’Union n’avaient qu’une portée presque individuelle. J’aurai sans doute à recourir à une grave mesure au sujet des Chemins de fer de la Vendée : la Cie suspend ses travaux et congédie ses ouvriers à partir du 1er juin. Je me dispose à la mettre sous séquestre, aussitôt que le moindre trouble surviendra dans son exploitation.
J’ai appris de mon collègue des Finances que le baron de Rothschild lui avait montré une lettre de Léon Say approuvant le choix de deux des ministres C. et P.7. On ne peut encore deviner ce qui se passera dans quinze jours. Les Débats8 voudraient restreindre le litige à un débat entre la Chambre et le ministère. La République Française9 engage la partie contre le maréchal. Les uns consentiraient à discuter le budget, les autres n’acceptent aucune discussion avec le ministère actuel. Ce dernier parti, qui est celui des violents l’emportera sans doute.

5 heures 1/2

  • 10 C’est-à-dire des représentants de ces compagnies ferroviaires : la ligne Orléans-Châlons a été conf (...)
  • 11 Après 1850, la facture instrumentale est entrée dans l’ère industrielle et Érard est un des princip (...)

3J’ai reçu aujourd’hui quinze personnes parmi lesquelles le Nord, l’Orléans à Châlons, la Vendée, le Frévent à Gamaches10, c’est à peine si, après déjeuner, j’ai pu faire une sorte de promenade dans le jardin du ministère dont j’apprécie le charme et l’utilité.
J’ai reçu la visite de nos chères sœurs qui venaient saluer M. et Mme Auguste. Je leur ai montré mes appartements : deux salons, salle à manger, deux chambres à coucher, salle de billard. Clara a touché un orgueilleux piano à queue d’Erard11. Je leur ai donné lecture de ta lettre. La voix de notre sœur a repris un peu de sonorité. Le déjeuner est remis à demain. Je les conduirai ensuite à l’exposition.
Je dînerai chez moi ce soir. Je trouve avantage à ce régime quoi qu’il soit solitaire et peut-être plus coûteux. Je le crois plus convenable aux convenances de ma position. J’ai vu M. Acremant que j’ai détourné de sa vocation subite. C’est à 18 ans qu’on entre dans les bureaux et non à 25. Mme Patel s’est aussi présentée en sollicitude.
Mes baisers à tous. Paris

- Lettre 17 - 2 juin, 7 heures

  • 12  = La Comédie française.

  • 13 Jean Dacier est une comédie écrite par Charles Lomon né en 1862. Dans son journal, Édouard Millaud (...)
  • 14 Constant Coquelin, dit Coquelin aîné (1841-1909) ou Ernest Coquelin, dit Coquelin cadet, tous deux (...)

4Chère Lucie,

Après mon dîner hier soir libre et solitaire, j’ai eu la fantaisie de profiter d’une loge aux Français12 que m’avait envoyée le ministre de l’Instruction publique. Plaisir en apparence égoïste car j’occupais deux places ! J’ignorais, il est vrai, comment on use des billets réservés aux ministres. J’ai vu jouer Jean Dacier, drame en vers qui n’est qu’un essai de jeune homme13. J’aime mieux Coquelin14 interprétant Molière que chaussant les cothurnes. J’ai consacré les entractes, aussi tranquille dans une loge d’avant-scène du rez-de-chaussée que dans mon cabinet quand j’ai mis fin aux audiences, à me rendre compte de la situation non pas de Jean Dacier mais du maréchal et de son ministère. Dans quinze jours, nous recevrons un premier choc dont le résultat n’est pas douteux : le Sénat prononcera, après que la Chambre des députés aura donné le spectacle de quelques séances de convulsion, la dissolution demandée par le ministère. Les constitutionnels se rallieront à nous : les attaques violentes dirigées contre le duc Pasquier, jusque dans le cénacle de l’Académie Française ne feront qu’assurer ce résultat. Quant à la droite, à part quelques casse-cou, son opposition me semble improbable.

5 heures pm

  • 15 Chez les Carette (Ernest) et chez les Demy.

  • 16 Le Journal officiel du 2 juin annonce que Dompierre d’Hornoy et Légier de Lagarde sont maintenus, à (...)

5J’ai dû suspendre le récit de mes réflexions. Nos chères sœurs sont venues me voir à midi. Nous avons déjeuné ensemble. Puis je les ai conduites à l’exposition. Clara a recouvré une voix de rossignol. Je ne puis me laisser attarder : je suis attendu chez Auguste (Carette).
Nous avons un conseil des ministres ce matin.
Je compte passer la journée de dimanche avec nos sœurs, à Versailles et Bellevue15.
Je vous confonds tous quatre dans mon cordial souvenir.

PS : J’ai obtenu la réintégration de Bavière, le maintien de d’Hornoy et de Lagarde, la restauration de Coffinier16, envoyé dans les Vosges au lieu d’être destitué.

- Lettre 18 - 3 juin

  • 17 Lucie Paris a été déclarée à l’état civil d’Hesdin sous le premier prénom de Clotilde.

  • 18 Chez Délia, amie de Lucie Paris (voir lettre 3 de Mme Paris, note 117).
  • 19 Dépôt provisoire entre les mains de l’administration d’un bien litigieux en vue de sa conservation. (...)
  • 20 Conformément à l’article 5 de la loi constitutionnelle du 25 février 1875 : « en ce cas [de dissolu (...)
  • 21 Paris, pourtant très hostile aux mœurs de l’Empire autoritaire, semble accepter sans scrupules la p (...)
  • 22 Les libertés de presse et de réunion sont strictement limitées par le cabinet Broglie-Fourtou qui f (...)
  • 23 Thiers a reçu le 1er juin la visite de l’ambassadeur d’Allemagne, le prince de Hohenlohe, et celle (...)
  • 24 Guillaume Bonnet-Duverdier (1824-1882), enseignant, républicain proscrit après le 13 juin 1849, rev (...)

6Chère Lucie,
En posant les yeux sur le calendrier, je vois que c’est aujourd’hui la sainte Clotilde, je te souhaite la bonne fête (n ̊ 2)17.
J’ai retrouvé nos sœurs chez M. Auguste, exactes au rendez-vous. Elles avaient cherché à voir Délia qu’elles n’ont pas trouvée : ton amie passe au rang des invisibles. Sophie a laissé un mot annonçant qu’elles iront déjeuner lundi, rue du Rocher, 6618. M. et Mme Auguste sont très bons, fort aimables. Je crois qu’il y a de nouveaux nuages entre Paris et Versailles. J’ai reconduit nos sœurs à la gare Montparnasse, pour le train de 10 heures. J’irai déjeuner ce matin à mon domicile versaillais. Nous nous promènerons avant de gagner Bellevue. J’espère résoudre demain, au moyen d’un séquestre administratif19 et d’un crédit extraordinaire, la première des difficultés que j’ai rencontrées comme ministre des Travaux publics. Ce séquestre me serait demandé, dans des termes convenus par les administrateurs eux-mêmes.
Je te disais donc que la dissolution me paraissait certaine. Si le Sénat refusait de prendre cette grave résolution, la crise aiguë surviendrait immédiatement, et la retraite du cabinet serait sans doute suivie de celle du maréchal. Je me rappelle que le jour où j’ai dit au maréchal « J’accepte », il m’a répondu : « Quand vous partirez, je partirai ». Aucune résolution n’a été prise à ce sujet au conseil. C’est seulement la semaine prochaine qu’on arrêtera le plan de campagne à suivre devant les Chambres.
Je ne crois pas à un nouvel ajournement. Nous livrerons dans quinze jours notre première bataille.
Que dira le suffrage universel, consulté dans les trois mois ?20
Jamais lutte n’aura été plus vive. Le Gouvernement désignera clairement ses candidats21, il prêtera tout son concours aux Conservateurs, il leur demandera de s’unir en faisant le sacrifice de leurs lointaines espérances, de faire choix du candidat qui dans chaque circonscription aurait le plus de chances, de consentir à des transactions qui viendraient assurer l’accord si désirable ; il appuiera l’initiative des comités, il fera appel en un mot à tous les moyens honnêtes… et Dieu fera le reste et décidera de nos destinées.
Les plus grands obstacles naîtront de l’union de toutes les gauches, affectant la modération, montant sur le pavois M. Thiers et non Gambetta, usant de deux armes redoutables avec lesquelles on peut battre en brèche tout gouvernement : la presse et le droit de réunion22.
Toute complication extérieure paraît écartée pour le moment.
Le Paris Journal et La Patrie (journaux de Soubeyran)23 s’étaient livrés à des attaques déplacées contre divers ambassadeurs au sujet de leurs relations avec M. Thiers. Une note insérée à l’Officiel les rappelle à un sentiment plus exact des convenances. On ne peut permettre que des amis deviennent aussi compromettants. Les poursuites dirigées contre Bonnet-Duverdier président du Conseil municipal24 et l’arrestation de ce jacobin montreront que ce gouvernement est résolu à user de fermeté. Je pars pour Versailles.

À vous.

Lettre 5 – Arras, 3 juin

  • 25 À l’occasion de la Fête-Dieu.

  • 26 Non identifiée.


7Mon cher Papa,

Nous venons d’assister à la procession du Saint-Sacrement
25. Mme Herbelin26 avait mis ses fenêtres à notre disposition, de sorte que nous avons vu défiler tout le cortège sans aucune fatigue. Un temps magnifique a favorisé cette belle cérémonie, aussi les assistants étaient-ils très nombreux, et les rues fort bien décorées. Malheureusement nous n’avons pu voir les reposoirs : il nous a fallu aller à la messe de midi, et, lorsque nous en sommes sortis, tout était déjà démonté. Jean est retourné hier à Saint-Joseph. Il ne lui restait plus de son indisposition qu’un peu de sourdité (sic), mais M. Devillers, que maman a fait venir ce matin, nous a dit que nous ne devions nullement nous inquiéter de ce mal tout à fait volontaire, et inventé par le malin personnage pour se soustraire à nos ordres et faire occuper de lui.
Fifie s’ennuie assez de son séjour à la ville. Pour la distraire, nous l’avons conduite hier et avant-hier passer la soirée et souper à son cher Saint-Nicolas. Si vous voyez mes tantes avant que nous ayons le plaisir de leur écrire, dites-leur, je vous prie, que tout est en bon état chez elles ; tous les animaux vont bien, sauf les petits lapins dont il ne reste que quatre. Veuillez aussi les embrasser bien affectueusement pour nous, et dire à ma tante Adèle combien nous sommes heureux d’apprendre que son voyage ne l’a pas trop fatiguée.
Adieu, cher papa. Fifie et Jean se joignent à moi pour vous envoyer leurs tendres baisers, et je vous prie de me croire votre fille respectueuse et affectionnée.
E. Paris.

  • 27 Auguste Paris qui y était bibliothécaire succède à la présidence à M. Gardin, président du tribunal (...)
  • 28 Le vieil Arras, ses faubourgs, ses banlieues, ses environs, avec des eaux fortes de Boutry, Arras, (...)
  • 29 Non identifiées, sauf Mme Boniface (voir lettre de Mme Paris, 31 mai, note 155).

  • 30 Lucie Paris reprend ici le titre d’une fable de La Fontaine, Jean étant le loup, Eugénie la chèvre, (...)
  • 31 Voir lettre de Mme Paris du 26 mai, note 118.
  • 32 Werther est un chien, Lolotte est le nom donné par Lucie Paris à sa dernière fille Sophie.

8De quoi vais-je compléter la lettre de votre fille, vous parlerai-je de ce qui nous intéresse près de vous ou de ce qui peut vous intéresser ici ? Je juge que le mieux est de vous dire que vos lettres nous sont chaque jour le pain spirituel qui nous soutient dans un désert encore assez habité. Sophie seule s’ennuie parce qu’elle est hors de toutes ses habitudes. Eugénie travaille avec une ardeur qui ne laisse point la place à l’ennui. Quant à Jean, il s’ingénie sans cesse à trouver quelque niche à faire à ses sœurs ou à moi.
Vous avez sans doute reçu le compte rendu de la séance de l’académie où vous avez été élu Président27 à je ne sais combien de voix. M. Legentil est venu lui-même me faire part de cette distinction qui vous arrive. Comme une glorification personnelle, il vous offre avec hommage d’auteur son livre du vieil Arras28 aussi parfaitement exécuté qu’il le désirait, vous remerciant en même temps de la faveur que vous avez accordée à ses protégés qui me restent inconnus. Vous saurez quoi pour répondre le plus tôt possible car j’ai reçu hier sa visite, son billet, son livre et je n’ai fait récompense que d’un petit billet en attendant. Je ne vous ai pas écrit hier car j’étais fatiguée du premier jour de chaleur et des visites que j’avais courues chez Mmes Billet, Daire, d’Hornoy, Deuzé, Lareche, Boniface, de Boff et Martin29. J’en ai promis d’autres encore qu’il me faut faire en toute hâte sans poser comme nos sœurs à chaque station parce qu’il me faut revenir vite accommoder mon loup, ma chèvre et mon chevreau30.
On vient d’annoncer ce matin la mort d’un colonel. Aglaé n’a pas retenu le nom, elle sait seulement que c’est un chef. Je pense que ce ne peut être que M. Lesecq31.
Vous pourrez retenir nos sœurs le plus longtemps possible, tout va bien chez elles. Les herbes qui montent dans notre jardin particulier n’empêchent pas les cerises de grossir. Werther mange avec un plaisir infini les salades que pourtant il n’a point plantées mais ma Lolotte32 les aime comme siennes. Je crois qu’il faudra absolument en étendre le domaine plus que sur nos terres. Elle visite ses poules et ses autres bêtes con amore ; les plaisirs de la ville n’ont aucun charme pour elle mais elle est sensible à toutes les affections que nous vous envoyons nos meilleures et le baiser du soir à partager quand il y aura lieu avec les deux chères voyageuses.
Lucie.

- Lettre 19 - 4 juin, 7 heures

  • 33 « Ils partirent chacun de leur côté », Vulgate, Livre des Rois, 4, 4, 11.

  • 34  ?

  • 35 Commune du Val-de-Marne (de la Seine avant 1964).
  • 36 Charles Paris, frère d’Auguste, né en 1830 est peintre d’ornement et siège au conseil des prud’homm (...)
  • 37 L’ingénieur en chef de la navigation pour le nord de la France est M. Bertin, demeurant à Douai. Le (...)
  • 38 Ferdinand Wartelle est le neveu de Charles Wartelle-Deretz (voir lettre de Mme Paris du 18 mai, not (...)
  • 39 Albéric de Brandt de Galametz, propriétaire légitimiste à Mont-Saint-Éloi (canton de Vimy), préside (...)
  • 40 Non identifié.

  • 41 Les sœurs Béreux.

  • 42 Secrétaire général de la préfecture d’Arras.

  • 43 Non identifié.


9Chère Lucie,
Je suis arrivé à Versailles au moment où nos sœurs rentraient de la messe, nous avons déjeuné, reçu les félicitations attendues de madame Planchard, fait dans le parc une promenade entrecoupée d’une longue sieste ; à 5 heures nous descendions à Bellevue. Toute la famille se trouvait réunie, moins les Parisiens, dans l’ermitage que tu connais et où l’on a évoqué ton souvenir. La chaleur était grande, le ciel qui nous avait menacés d’un orage, est resté clément. Il était soir quand nous nous séparâmes. Alii alias diverterunt33 (demande la traduction à Jean).
Les voyageuses vont, ce matin, rendre leur pieuse visite à Montparnasse34. Elles déjeunent ensuite chez ton amie Délia qu’elles espèrent quitter assez tôt pour faire leur excursion à Maisons-Alfort35 et revenir dîner chez Madame Auguste. Je ne les verrai probablement pas, ni de cette journée, ni de celle de demain, à moins que demain elles viennent me demander à déjeuner. Elles dîneront chez M. Ernest. Pour le mercredi, elles n’ont pu échapper à l’invitation de Mme Demy mère. Jeudi, retour à Arras. Tu vois, ma Chère Amie, que je te découvre des horizons lointains.
Sur quelles autres questions peut-on prédire l’avenir à si longue distance ?
J’ai écrit à Bavière pour lui dire le prix que j’avais attaché à sa réintégration, à Coffinier pour ne pas lui laisser ignorer que c’est à mon intervention qu’il doit son maintien dans l’administration.
J’ai reçu une lettre de Charles, chargé de plaider auprès de moi la cause des maraîchers de Lyzel et du Haut-Pont36, menacés par les eaux. Déjà, j’ai prescrit des mesures qui ont abaissé le plan d’eau de 7 centimètres. J’ai envoyé hier ma dépêche à l’ingénieur en chef de la navigation37, lui prescrivant de continuer ses efforts et de m’envoyer un rapport. J’ai soin de mes compatriotes.
Ferdinand Wartelle est nommé lieutenant-colonel. Aussitôt que je l’ai su, j’ai envoyé une dépêche à mon ancien camarade de chambre et de chambrée38.
J’ai reçu la visite d’Albéric de Galametz39. Je crois qu’on lui laisse épuiser complètement la brouille survenue dans le jeune ménage de V. de R40.
J’ai reçu votre lettre avec grand plaisir : je transmettrai aux pigeons voyageurs41 les nouvelles qu’elle renferme. Dis à Eugénie que je ne crois pas du tout que son élève soit atteint de sourdité. Surdité vient du latin surdus c’est une bizarrerie de dire un sourd mais il ne faut pas pousser la logique jusqu’à sourdité.
Ma bonne fille dont je voudrais faire ma secrétaire ne m’en voudra pas de lui donner une leçon de grammaire, le jour où l’Académie d’Arras m’a nommé son président. Je ne tiens pas encore l’avis officiel de cette nomination. Je vais écrire un mot de remerciement à Legentil.
Nos attrébates me donnent du fil à retordre. Tu sais combien Dufresnes désirait Béthune. La famille de sa femme objecte maintenant que madame Dufresnes (la mère) a laissé à Béthune des souvenirs galants, ensevelis hélas ! sous trente années de prescription. Donc, encore un qui demande à partir, et à rester. Il suit de là que tous ceux qui emboîtaient le pas derrière lui sont condamnés à l’immobilité.
Je viens de voir de Châtaux42 et M. Artigaud inspecteur des contributions indirectes à Laval, gendre d’Hubert43. Pluie d’Artésiens.
J’embrasse mon secrétaire particulier, la petite mère aux poules, mon sourd qui je l’espère, entendra raison, et enfin toi.
P.

- Lettre 20 - 5 juin, 2 heures pm

  • 44 Non identifiée.

  • 45 Il est l’heure. Jean 4, 23. C’est aussi une formule que l’on retrouve souvent sur les cadrans solai (...)
  • 46 Non identifiée.

  • 47 Charles Chesnelong (1820-1899), propriétaire d’une maison de draperie à Orthez, conseiller général, (...)
  • 48 Le capitaine Max Récamier est membre du Comité de l’Œuvre des cercles catholiques où il est secréta (...)
  • 49 Édouard de Monti de Rézé est responsable des comités royalistes (légitimistes) de l’Ouest. Stanisla (...)
  • 50 Paulin Talabot (1799-1885), polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, protégé du maréchal S (...)
  • 51 Le directeur des chemins de fer (rappel).

  • 52 Paul Andral, petit-fils de Royer-Collard (1763-1845, avocat, professeur, conseiller d’État, académi (...)
  • 53 Victor Routier, né en 1847, juge suppléant au tribunal civil de Saint-Pol-sur-Ternoise, a épousé La (...)

10Chère Lucie,
J’ai reçu hier la visite de nos sœurs qui avaient déjeuné en tête à tête avec Mme Jubin44 et qui se disposaient à dîner - dîner d’adieu - chez Mme Auguste. Sachant combien il est inutile de dire : hora est45 je suis allé vers huit heures, les rejoindre, chez nos amis au boulevard St-Michel et par une chaleur tropicale de 27 degrés ; j’ai pu, à temps, les piloter jusqu’à la gare de manière à leur permettre de rentrer à Versailles à 10 heures et demie. Je viens de déjeuner avec elles au ministère où Mme Auguste leur a fait une visite. Elles se rendent à Maisons-Alfort avec Mme Jubin qu’elles trouveront à la gare du P.L.M. Demain, elles déjeuneront à l’avenue de Paris sans Melle de Saint-Paul46 pour qui le déjeuner était préparé et que « ses nombreuses occupations » retiendront à Paris.
On compte sur moi pour une visite à l’exposition. Le soir, dîner chez Mme Demy. Nos sœurs comptent retourner à Arras jeudi.
En revenant de la gare Montparnasse, j’ai rencontré Chesnelong47 qui allait passer la soirée chez M. Récamier48. Il m’a manifesté les appréhensions que lui impose l’attitude de L’Union servant d’organe à 10 ou 11 sénateurs de l’extrême droite. Je n’ai pas besoin de te dire combien il la blâme : « Votre hostilité serait un crime, leur a-t-il dit, et qui perdrait à jamais le parti légitimiste aux yeux des conservateurs ». Il craint notamment que messieurs de Lareinty et Cie permettent dans leur résolution de faire échec au cabinet avec le fol espoir que le maréchal, après un ministère de prorogation, - c’est ainsi que L’Union nous désigne -, leur donnera un cabinet de dissolution. Chesnelong doit avoir demain un entretien avec de Broglie, de Fourtou et de Meaux. Il pense qu’une satisfaction devrait être donnée à l’extrême droite.
Laquelle ?
Le comte de Monti, assagi, qui vient me voir au moment où je t’écris me dit que M. de Blacas49 a dû écrire hier au comte de Chambord afin que des instructions fermes mettent fin à cette diversion. Il me parle d’un ministère des Beaux-Arts qui pourrait être donné au duc de Bisaccia… ?
Nous sommes engagés dans une campagne dont le succès ne peut être assuré que si nous n’éprouvons aucun échec partiel. Le conseil des ministres s’est occupé ce matin du plan de campagne. Les difficultés de la situation ne sont ignorées de personne.
Mon directeur des chemins de fer m’a dit hier que M. Talabot50, un des hommes les plus honorés de la finance, ne quitterait pas Paris à cause des complications qui pourraient surgir le 26 juin. Je souhaite vivement m’a dit M. Schlemmer51, que vous nous restiez longtemps ; jamais je n’ai connu de ministre des Travaux publics avec qui le travail fut plus facile. M. Siegfried, président du conseil d’administration de la Vendée, m’a adressé ce matin tous ses remerciements pour la bienveillance avec laquelle je l’ai accueilli. Nous avons préparé un projet de séquestre, qui je l’espère, va recevoir aujourd’hui sa conclusion. Je me rends à cet effet chez le ministre des Finances à 3 heures. Nous avons une réunion avec le vice-président du Conseil d’État52. « Si vous aviez été ministre 6 mois plus tôt, m’a dit M. Siegfried, vous nous auriez sauvés. Je vous en parle d’autant plus librement que nous ne suivons pas la même ligne politique ». Aurais-je sauvé la Vendée, j’en doute. Toutes ces petites compagnies sont atteintes d’un vice originel.
Je reviens du ministère des Finances. J’ai juste le temps de donner le dernier coup de main à l’affaire Vendée.
Il pleut.
Je viens de rencontrer M. et Mme Routier-Monel53 en voyage de noces.
Tout à toi. P.

- Lettre 21 - 6 juin

  • 54 Épouse d’Albert Desjardins (1838-1897), neveu du général Sébastiani, juriste, professeur à la facul (...)
  • 55 Le Temps : quotidien fondé en 1861 par A. Nefftzer, remplacé par son neveu A. Hébrard en 1867 ; ce (...)
  • 56 L’Italie et la France ont signé un traité de commerce en 1863 qui a été prorogé le 1er mai 1877 jus (...)
  • 57 Chlodwig Hohenlohe Schillingfürst (1819-1905), premier ministre de Bavière (1866-1870), favorable à (...)
  • 58 Corneille, Polyeucte, IV, 2. 1110-1114.
  • 59 Affirmation pour le moins discutable !

  • 60 Lors de l’audience que Mac-Mahon accorde, le 9 juin, à une délégation légitimiste conduite par Belc (...)
  • 61 Certains ont été élus sénateurs inamovibles en décembre 1875 grâce à un complot regroupant tous les (...)
  • 62 Charles Kolb-Bernard (1798-1888), propriétaire d’une fabrique de sucre, luthérien converti au catho (...)
  • 63 Le 4 juin, Coffinier a écrit à L’Avenir pour signaler qu’il refusait sa nomination à Mirecourt.

11Chère Lucie,

J’ai dîné hier avec le ministre du Commerce, avec le ministre des Finances. Mme de Meaux m’avait placé à sa gauche. J’avais près de moi, de l’autre côté, Mme Desjardins54 ; ces deux dames se sont montrées envers ton ministre improvisé aussi aimables que gracieuses. J’ai profité de la note du Temps55 qui m’avait signalé, ainsi que M. Brunet, comme m’étant abstenu de me faire présenter, à la soirée du duc Decazes, au corps diplomatique. J’ai eu soin de parler chemins de fer et travaux publics avec les négociateurs italiens chargés de préparer le traité de commerce56, avec M. Kern ministre plénipotentiaire de la Serbie, l’ambassadeur de Perse, le prince de Hohenlohe, ambassadeur d’Allemagne57… Peu à peu je m’apprivoiserai.
Je ne crois pas, ma chère amie, que je me laisse éblouir par tous ces éclats superficiels de la position que j’occupe. Je n’oublie pas les vers du poète : « Toute votre félicité, Sujette à l’instabilité, En moins de rien tombe parterre ».
Avant quinze jours peut-être le Sénat nous aura rappelé que « Comme elle a l’éclat du verre, Elle en a la fragilité »58.
Je me persuade que je suis encore avocat : au lieu de m’occuper d’intérêts privés, je m’attache avec le même goût du travail et le même dévouement à la défense des intérêts publics.
Si notre entreprise ne devait pas réussir, j’aimerais mieux rentrer dans mon obscurité demain, après un vote du Sénat refusant la dissolution qu’après quatre mois de luttes et d’agitations. Sans illusions, je ferai tout mon devoir quoi qu’il advienne, sachant que notre sort, - que le sort de la France -, est entre les mains de Dieu.
Ni la fermeté, ni l’unité de vie, ne manquent au ministère59. Que fera le Sénat ? Je t’avais d’abord exprimé des espérances qui étaient presque à l’état de convictions. J’ai ensuite été saisi par des craintes qui subsistent. J’ai causé hier avec un certain nombre de légitimistes raisonnables ; ils reconnaissent que si, à l’origine, une place dans le cabinet avait pu être donnée à la droite pure - le duc de Bisaccia aux Beaux-Arts, M. Kolb-Bernard à… ou à… -, aujourd’hui une modification aurait l’air d’une dislocation et nous affaiblirait. La crainte affichée par l’extrême droite, c’est que, en 1880 ! on songe à proroger les pouvoirs du maréchal ; derrière le maréchal, il voit le duc d’Aumale60. Ce qu’ils appellent l’orléanisme leur fait oublier le péril social. La façon dont ils sont entrés au Sénat permet de tout attendre de leur aveuglement61. 10 voix déplacées pourront faire perdre la partie. Chesnelong qui réprouve autant que moi l’attitude de L’Union et de ses coreligionnaires du Sénat m’a reconduit jusqu’au ministère. Il aura aujourd’hui un entretien avec le duc De Broglie. MM. Kolb, Belcastel, de La Monneraye et Rodez-Bénavent62 l’accompagneront. J’ai pêché par excès de bonté en demandant que Coffinier fût replacé. Il refuse le poste qui lui est offert, et après avoir annoncé sa détermination à l’avenir, il vient me demander de le faire mettre en non-activité avec traitement63. Sinon il usera de son influence… ! Qu’il en use.

1 heure pm

  • 64 Sans doute s’agit-il d’obligations à lots qui en plus d’être productrices d’intérêts et remboursabl (...)
  • 65 M. Pageot est fondé de pouvoir à la TPG d’Arras (rappel). M. Cavrois-Lantoine est propriétaire à Ar (...)

12Je vais rejoindre nos sœurs et les Carette à l’exposition. J’ai obtenu pour Olivier R… (sous-préfet du Jura) une lettre particulière : il est venu m’exprimer sa reconnaissance. Le sort m’a favorisé ! 11 obligations du Nord sont sorties64. J’ai reçu ce matin 13 visites dont celles de MM. Pageot et Cavrois-Lantoine65.

- Lettre 22 - 7 juin, 4 heures pm

  • 66 C’est-à-dire au ministère de la Justice, 11-13 place Vendôme (1er arrondissement), composé de la ré (...)
  • 67 Richard Bickerton Pemell, 2e baron Lyons (1817-1887), diplomate britannique successivement en poste (...)
  • 68 Sur les querelles à l’Académie française, voir duc de Castries, La Vieille Dame du quai Conti, Pari (...)

13Chère Lucie,

J’ai conduit hier toutes nos dames à l’exposition où je les ai laissées après une demi-heure de promenade artistique. Clara et les jeunes Carette sont venus me chercher le soir et nous avons dîné en parfaite cordialité chez Mme Demy. J’ai terminé ma soirée dans le salon de la chancellerie66 où le duc de Broglie recevait pour la première fois. Je me suis fait présenter à Lord Lyons, ambassadeur d’Angleterre67.
Rentré tard, je me suis éveillé trop tard pour t’écrire ce matin avant la réunion du conseil des ministres. La bataille à livrer devant la Chambre, les espérances et les craintes à concevoir, la stratégie à employer, tels ont été les points sur lesquels a été appelée notre attention.
Le duc Pasquier et le groupe constitutionnel marchent avec nous. Il paraît que l’Académie a voulu obtenir du duc-candidat une déclaration de laquelle il serait ressorti qu’il n’avait pas été mis au courant des projets du Maréchal. Il a refusé de faire une reculade apparente. Le succès de sa candidature se règle en ce moment. Elle sera triomphante ou vaincue à une voix. Quelles divisions passent même dans les académies !68 Nos sœurs ont déjeuné avec moi. Elles partiront pour Arras demain. Je vais dîner avec elles à Versailles chez Mme Carette. La santé de Clara s’est beaucoup améliorée. J’espère être libre de passer avec vous la journée de dimanche. Je désirerais pouvoir partir à midi afin de me rendre à l’invitation du général Loysel, mais le conseil des ministres m’en empêchera sans doute.
Je vous embrasse tous affectueusement. P.

- Lettre 23 - 8 juin, 9 heures

  • 69 Journal officiel du 8 juin. Hallo, Delétoille et Édouard Leconte étaient précédemment avocats à Arr (...)
  • 70 Une querelle de famille... Zénaïde est la sœur d’Auguste Paris, elle a épousé M. Moniot ; ils ont u (...)
  • 71 Allusion à l’ode de Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose..., vers 11-12 « Puisqu’une telle fle (...)
  • 72 Audiffret-Pasquier n’a pas été élu à l’Académie française en 1877, mais deux ans plus tard, il y su (...)

14Chère Lucie,

Je t’écris au moment où nos sœurs approchent d’Arras. Elles te diront que nous avons dîné ensemble hier chez nos amis de l’avenue de Paris. Je tâcherai de seconder leur désir au sujet du changement demandé par M. Jouffroy, ingénieur à Giens, et qui me paraît être le prétendant de Jeanne. En attendant, j’envoie à Mme Carette une loge à l’Opéra Comique pour dimanche. Je compte passer avec vous cette journée. Je ferai mon possible pour partir demain à 11 heures 40 et assister au dîner du général Loysel. Si le conseil des ministres me retient, je lui enverrai une dépêche d’excuses et j’arriverai demain soir.
J’ai obtenu du duc de Broglie la nomination de M. Hallo comme juge à Saint-Pol et de M. Delétoille comme juge suppléant à Béthune. Édouard Leconte, à qui j’avais proposé de l’appuyer pour la justice de paix de Bapaume, ne m’a pas répondu. Votre substitut d’Arras (Dufresne) reste pour le moment debout alors qu’il demandait à s’asseoir69. Les démarches ont été contradictoires et l’ont fait demeurer en équilibre sous l’égale pression de forces contraires et qui lui étaient également dévouées.
J’ai consacré une heure à répondre à Zénaïde qui m’a écrit une lettre… surprise. La brouille avec Saint-Omer est complète. Tu devines le sens de cette lettre et le ton qui y règne. Dans ce triste sujet70, comme ailleurs, je tâche de me montrer ferme sans dureté, conciliant sans faiblesses.
Je viens de recevoir une dizaine de visites. Thème invariable. Chacun demande qui son chemin de fer, qui son canal, qui son port, qui sa route, qui un emploi, qui la lune.
Le jardin me permet de rester prisonnier au ministère sans me priver d’air et de promenades. Je vois s’ouvrir mes premières roses. Elles vivront peut-être plus de matins que nous71.
Je dis peut-être, car je constate que les chances s’accroissent en faveur de la dissolution. L’échec du duc Pasquier72 va le rejeter encore de notre côté. Si je sors cette après-midi, je lui ferai une visite de condoléances.
Je vous embrasse cordialement sans oublier nos sœurs redevenues les châtelaines de Saint-Nicolas.
À vous. P.

- Lettre 24 - 11 juin, 6 heures pm

  • 73 Allusion au célèbre épisode de l’Iliade dans lequel Achille, furieux contre Agamemnon qui lui a rav (...)
  • 74 La compagnie Orléans-Rouen a été créée par l’homme d’affaires belge Philippart en 1869. En 1875, el (...)
  • 75 Léon Riant, inspecteur des Finances, représentant légitimiste de l’Allier (1871-1875), battu en 187 (...)
  • 76 Les villes d’eaux qui ont connu sous le Second Empire un développement considérable (avec notamment (...)

15Chère Lucie,

J’ai voyagé en compagnie d’Artésiens, par une chaleur suffocante, sans ressentir néanmoins ni indisposition ni gêne durable. Je me suis rendu immédiatement au ministère. J’ai su que M. Demy était venu m’inviter à dîner hier chez sa mère ; c’était sans doute dans l’hypothèse de ma présence à l’Opéra comique ?
Zénaïde ne m’a pas encore répondu. Demeure-t-elle sous sa tente ?73
Je n’ai reçu depuis samedi que 14 lettres de sollicitations.
J’ai consacré l’après-midi à examiner diverses affaires : concessions de tramways, travaux à l’école des Mines et au conservatoire des Arts et Métiers, convention avec le syndic des chemins de fer d’Orléans-Rouen74.
Parmi nos préfets, il en est dont l’ardeur a besoin d’être contenue. En voici un qui a demandé et obtenu le déplacement de deux conducteurs des ponts et chaussées. Il propose, il exige presque, le changement du conducteur remplissant les fonctions d’ingénieur. Je cherche à le modérer ; l’ingénieur en chef intervient, il demanderait bientôt l’éloignement de l’ingénieur en chef. M. Léon Riant, nommé récemment directeur général des Postes qui connaît bien son conducteur, intervient. Sans prendre le temps de la réflexion, il maintient énergiquement ses propositions75. Je maintiendrai non moins ma résistance à cette ardeur belliqueuse.
Mme la Maréchale reçoit ce soir, ainsi que Mme de Rothschild. Ce sont probablement des soirées de congés. Les courses terminées, les eaux ou la villégiature ont plus d’attrait que l’atmosphère de Paris76.
Je viens d’apposer une centaine de signatures de service. La dernière aura pour objet d’attester que je vous aime et que Te amo.
Paris.

- Lettre 25 - 12 juin

  • 77 Léonora (1837-1911), fille de Lionel de Rothshild (1808-1879, branche anglaise de la famille).
  • 78 Le prince Nicolas Orlov, né en 1827 est un général (qui perdit un œil au siège de Sébastopol) et di (...)
  • 79 Il doit s’agir de l’hôtel Saint-Florentin situé 2 rue Saint-Florentin (8e arrondissement), acquis e (...)
  • 80 Louis Charles Philippe d’Orléans, duc de Nemours (1814-1896), deuxième fils de Louis- Philippe, a d (...)
  • 81 Les Rothschild contrôlent la Compagnie du Nord dont Léon Say est l’administrateur (voir lettre du 1(...)
  • 82 Pierre Édouard Teisserenc de Bort (1814-1892), polytechnicien, administrateur des tabacs qui s’inté (...)

16Chère Lucie,

Je reprends ma bonne habitude de t’écrire dès mon lever. Je suis maître de cette partie de la journée et je te la donne.
J’ai assisté aux réceptions de Mme la Maréchale et de Mme de Rothschild77. Je suis arrivé à l’Élysée avec une exactitude militaire, à 9 h 10, le premier. Les invités étaient peu nombreux : 100 personnes environ. Cette soirée intime était motivée par le désir de nous faire entendre le premier, des pianistes, un Russe dont j’ai oublié le nom et que le maréchal a décoré séance tenante. J’ai échangé quelques paroles avec le prince Orloff78, ambassadeur de Russie qui croit m’avoir connu il y a quinze ans. Un incident a détourné la conversation avant que je n’eusse le temps de le détromper. La confiance paraît s’établir ; on est convenu de la montrer ! de bien faire entendre que le maréchal reste, quoiqu’il advienne.
Je me suis rendu chez M. de Rothschild79 en compagnie de M. Caillaux. On devisait. Les convives sont arrivés fort tard, vers onze heures, la chaleur étant si grande. J’ai causé avec le duc de Nemours80 politique générale, avec le baron de Rothschild chemin de fer81. Teisserenc de Bort82, l’ancien ministre du Commerce ne me garde pas rigueur : nous avons parlé sucres. Léon Say garde la note mécontente des Débats. Il pense que le résultat des élections sera de produire une Chambre des députés plus à gauche que la Chambre actuelle, et d’annoncer la perte du Sénat. C’est à Caillaux qu’il a tenu ce langage. La seule réponse à lui faire est celle-ci : où nous conduisait le régime actuel ?
J’ai remarqué au buffet de Mme Rothschild une innovation qui ne manquait ni de pittoresque ni de fraîcheur. Le milieu de la table était garni d’un rocher en blocs de glace orné de fleurs.
Minuit avait sonné quand je rentrai. Baptiste avait eu la précaution de laisser la fenêtre ouverte afin de laisser pénétrer l’air du jardin, et garnie de sa jalousie afin d’arrêter au passage les visiteurs de la nuit. Baptiste m’a raconté qu’un soir, toute une compagnie de chauves-souris avait fait invasion dans la chambre de M. Caillaux…

1 heure pm

  • 83 Vérificateur des poids et mesures à Boulogne-sur-Mer dont la fille Sophie est la filleule de Mme Pa (...)

17Notre plan de campagne a été définitivement arrêté ce matin en conseil des ministres. L’accord le plus complet règne entre nous. M. Brunet est incommodé d’une légère fluxion. Je prends mes précautions contre ce même mal qui m’est habituel en pareille saison. Ma santé est excellente. M. de Meaux m’a ramené dans sa voiture et m’a annoncé très aimablement la nomination de M. Docquois83 à la 1re classe de son grade. Encore une de mes interventions satisfaite… jusqu’à quand ?
J’ai reçu hier soir de bonnes nouvelles de St-Omer. La chaleur continue d’être excessive. Le thermomètre marque 32 degrés au-dessus de zéro. Je ferai ce soir une visite à Mme de Meaux.

À Vous et à Toi. P.
Je viens de découvrir une annexe de mon appartement qui a son prix : une salle de bains.

- Lettre 26 - 13 juin, 7 heures

  • 84 Le château de Sassy à Saint-Christophe-le-Jajolet (canton de Mortrée, Orne), édifié à partir de 176 (...)

18Chère Lucie

Une conférence que j’ai eue hier avec M. Caillaux et M. Schlemmer, mon directeur des chemins de fer, m’a montré que le projet de convention avec l’Orléans que je vais préparer soulèvera les plus graves critiques et comme je devrai le soumettre au Conseil d’État avant de le déposer sur le bureau de la Chambre, je ne serai pas en mesure… Une autre combinaison a été alors imaginée qui consisterait à faire décider le rachat des chemins qui m’en feraient la demande ; le prix serait fixé par une commission arbitrale et, en attendant que la détermination du prix, sur la base des dépenses réellement faites, ait été connue, le gouvernement serait autorisé à verser un intérêt de 4 % sur un capital à déterminer par provision et pendant un an. Je me ferais autoriser enfin à passer des traités d’exploitation avec les six grandes compagnies. Nous aurons à 4 heures au ministère des Finances une nouvelle entrevue à cet effet.
Mon ministère est un véritable hôpital dans lequel j’ai à soigner bien des malades.
J’ai passé une heure à la réception du ministre du Commerce. Rien n’est plus monotone que les soirées officielles ; elles n’ont d’autre utilité que de faciliter la rencontre de personnes qu’on perdrait beaucoup de temps à chercher chez elles.
La confiance semble naître dans les esprits. La gauche convaincue que la dissolution sera votée ne livrerait pas bataille sur ce terrain. Les uns veulent interpeller immédiatement, obtenir un vote de blâme contre le ministère et ne consentent à discuter le budget que devant un autre cabinet. Les autres, plus avisés, consentiraient au contraire à discuter les questions d’affaires.
Au Sénat, on cherchera aussi à affaiblir le ministère au moyen d’une interpellation, de manière à l’isoler du Maréchal.
Notre plan que je te ferai connaître dès qu’il n’y aura plus d’indiscrétion à le faire, pare, je pense, à ces dangers.
Le duc Pasquier, après son échec, est retourné à sa terre de Sassy84. Je doute fort qu’il s’y console de n’être pas immortel.

2 heures

  • 85 Le marquis Adolphe de Partz de Pressy (1819-1910), châtelain, riche propriétaire, conseiller généra (...)

19Je n’ai pas encore eu le temps de mettre le pied au jardin. Après le déjeuner, j’ai fait une partie de billard. La chaleur m’aurait empêché de sortir. Une douzaine de visiteurs m’ont pris tout mon temps. M. de Partz voudrait que, Levert étant candidat à la députation, on renonçât à l’introduire au conseil général, et qu’à Arras, le comte de Diesbach fût présenté à la députation au lieu de Sens… ? ?85
J’ai accepté pour vendredi l’invitation de M. J… et je lui ai offert comme bouquet d’anniversaire la loge du ministre aux Français.

Écrivez-moi. Tout à Vous. P
T’ai-je dit que M. Docquois est promu à la 1re classe ? Il m’adresse ses remerciements.

- Lettre 27 - 14 juin, 7 heures (jeudi)

  • 86 Sa sœur Zénaïde.

  • 87 Celui que les Prussiens établirent d’octobre 1870 à mars 1871.
  • 88 Les stances composées d’un nombre variable de strophes forme un poème lyrique d’inspiration grave ; (...)

20Chère Lucie,

L’entretien que j’ai eu hier avec le ministre des Finances n’a servi qu’à une chose : nous convaincre tous les trois de l’impossibilité de trouver un moyen légal, promptement applicable, qui nous permette de venir au secours des petites compagnies. La solution sera nécessairement reportée à la session de la nouvelle Chambre des députés. Je vais donc me borner, si la compagnie d’Orléans accepte le projet préparé, à le soumettre au Conseil d’État.
J’ai sacrifié la réception du duc de Broglie et j’ai passé la soirée dans ma Thébaïde à me reposer, à lire les journaux, à préparer une circulaire sur les mines qui rapporte celle de mon prédécesseur.
Je n’ai pas de nouvelles de ma révoltée86. Dans une lettre confidentielle écrite à Charles, j’ai recommandé qu’on la tînt au courant de la convalescence de Gabrielle, qu’on évitât tout éclat, qu’on cherchât, par la douceur, à apaiser son irritation, sauf à n’avoir avec elle que les rapports indispensables de famille. Dois-je, de mon côté, tout en me maintenant sur le terrain où je me suis placé et en n’allant pas la voir jusqu’à ce qu’elle m’ait écrit une lettre convenable, l’informer que je me charge des droits d’école du petit garçon jusqu’à ce qu’il ait une bourse ?
Le ciel est couvert. La pelouse, fraîchement coupée et arrosée avec soin étend sous mes fenêtres un tapis de verdure. Les corbeilles de rosiers sont en fleurs ; deux jardiniers de luxe plantent et ratissent… Je ne me sens pas de vocation pour les jouissances du pouvoir. Je m’en séparerai aussi philosophiquement que mon canard huppé qui a l’air de penser sur les bords de sa pièce d’eau à tous les ministres qu’il a vu passer depuis dix ans, au premier siège87 et à la Commune qui ont épargné ses jours. Si j’étais plus jeune et moins préoccupé, je ferais des stances « à mon canard »88, et je les enverrais à M. de Lareinty qui tant aurait voulu être ministre.

1 heure 1/2

  • 89 « points noirs » : expression rendue célèbre en raison de son utilisation par Napoléon III lors d’u (...)
  • 90 Le Royaume-Uni et l’Autriche-Hongrie - dont Auguste Paris, curieusement, ne parle pas - sont inquie (...)
  • 91 Peut-être songe-t-il aux propos prêtés à Bonnet-Duverdier (cf. lettre du 3 juin, note 24) et aux no (...)
  • 92 Mme Fourtou (1844-1915), née Alix Dereix de La Plane, a en effet eu six enfants : Adrien né en 1864 (...)
  • 93 Le gouvernement craint aussi peut-être des manifestations d’opposition, notamment à la gare Saint-L (...)

21Trêve de plaisanteries humoristiques. Notre plan est arrêté. Il surprendra nos adversaires et étonnera peut-être nos amis. La Chambre des députés est résolue à ne pas discuter le budget avec le ministère actuel ; une interpellation sera posée samedi (16 juin). On dit qu’au Sénat, Lareinty veut expliquer, en portant à la tribune une déclaration, l’acquiescement de l’extrême droite à la demande de dissolution. Rien n’est plus dangereux que ces manifestations de parti. Le duc Pasquier que le duc de Broglie a vu hier reste avec nous.
L’extérieur présente quelques points noirs. La Russie rencontre sur les bords du Danube un obstacle naturel au prompt accomplissement de ses desseins89. L’Angleterre est dans l’attente. Son intervention amènerait l’entrée en scène de l’Allemagne. Il est certain que des mouvements de troupes s’opèrent non seulement dans les provinces les plus proches de notre territoire sous prétexte de compensation, mais aussi en arrière, et que du côté de l’Italie des mesures analogues sont prises. Les escadres allemande et italienne comptent dans la Méditerranée 11 cuirassés. Avant quinze jours, nous compterons dans ces parages des forces égales90.
MM. de Meaux et Brunet font concurrence d’empressement aimable pour me ramener du conseil au ministère des Travaux publics. Ce matin, M. de Meaux me disait que M. Voisin prenait des précautions pour la préservation du Maréchal. Si on le faisait disparaître, les deux Chambres devraient se réunir en congrès pour le remplacer avant la dissolution. Il y a double précaution à prendre contre ces tentatives qui germent dans les cerveaux des sectaires91.
Mon chef de cabinet, toujours charmant autant qu’obligeant m’a appris aujourd’hui que Mme de Fourtou qui est accouchée d’un sixième enfant il y a trois mois, est malade depuis cette époque d’une péritonite suivie d’une rechute. Elle a été en grand danger et ne peut encore quitter le lit. Ses trois enfants aînés sont en pension à Paris, les trois plus jeunes dans la Dordogne près de leur mère92. Tu comprends quel sacrifice a fait M. de Fourtou en accédant à l’appel du Maréchal et en prenant le fardeau du ministère le plus lourd. Samedi, nous nous rendrons à Versailles en voiture afin d’éviter l’encombrement des gares93. Je partirai avec M. Caillaux. Au moment où je t’écris, des coups de tonnerre se font entendre dans le lointain ; la pluie tombe avec abondance. Je voudrais la déverser sur le jardin de Saint-Nicolas afin de vous envoyer la fraîcheur d’un air purifié.
Écrivez-moi. Il me semble que trois semaines se sont écoulées pendant ces trois jours. Et priez Dieu qu’il seconde nos efforts et protège la France.
Paris.

- Lettre 6 - Arras, 14 juin

  • 94 Ne s’agirait-il pas plutôt de M. Spéry, chef de gare à Arras ?

22Cher Ami,

Je rentre à 9 heures et 1/2 ayant attendu deux heures les élucubrations de ma sœur Adèle et la balle de pétitions que les deux sœurs vous envoient. Vous en ferez ce que vous voudrez. Quant à moi, j’ai la réclame d’un ouvrier typographe qui veut être huissier à la préfecture et se recommande de vous. Je le recommande à Dieu car votre fille qui s’est chargée de vous envoyer son nom ne veut plus rien chercher et je pense que la chose ne vous importe pas. Je vous recommande seulement Bastide, le fils du facteur, qui a demandé sous votre recommandation une place de graisseur au chemin de fer du Nord. Sur ce, sa place de commis dans une maison de commerce lui est retirée, l’autre se fait attendre. M. Spirit
94 a dit à la mère que vous pouviez tout et lui rien. Tâchez, si vous pouvez, de ne pas laisser ce garçon à rien. Je n’ai pas le temps de vous parler de nous. Aglaé attend pour mettre ce gros paquet aux mains du facteur qui relève les balles.
Je vous embrasse à la hâte en attendant qu’on vous écrive quelque chose de plus posé et de plus sensé.
Lucie.

- Lettre 28 - 15 juin, 6 heures 1/2

  • 95 Paris veut dire discussion ; ce lapsus est significatif !

  • 96 « Cromwell allait ravager toute la chrétienté ; la famille royale était perdue, et la sienne à jama (...)

23Je suis matinal, ma Chère Lucie ; c’est qu’il pleuvait hier soir et que n’étant pas sorti, je me suis couché avant dix heures et demi. Je puis aujourd’hui, sans indiscrétion, te confier notre plan de campagne, puisque, au moment où tu recevras cette lettre, la bataille sera sur le point de s’engager.
Les dispositions très connues de la Chambre des députés nous donnent la certitude 1) que le ministère sera interpellé demain ; 2) que l’interpellation aboutira au vote d’un ordre du jour de défiance ; 3) que l’on nous refusera de discuter le budget. Les gauches du Sénat se tiendraient au contraire sur la défensive et attendraient la demande de dissolution.
Dès lors, le parti à prendre est imposé par la situation. Le gouvernement doit surprendre ses adversaires par la vigueur de son attaque. Aussi, dès l’ouverture de la séance du Sénat, après avoir répondu en deux mots aux explications personnelles de Jules Simon, le duc de Broglie donnera lecture du message qui propose la dissolution.
Au même moment, M. de Fourtou portera à la tribune de la Chambre des députés une déclaration annonçant le dépôt de cette demande. Une interpellation sera faite. M. de Fourtou en acceptera la dissolution (sic)95 immédiate. La séance du Sénat ne sera pas longue, puisque nécessairement l’examen de la résolution proposée par le Maréchal sera renvoyée aux bureaux qui nommeront une commission. La discussion ne s’engagera que sur le rapport.
Je dois me rendre au Sénat avec M. de Meaux pour accompagner le duc de Broglie. Les autres ministres suivront M. de Fourtou à la Chambre des députés. Nous resterons dans les limites de la légalité la plus stricte. Je t’écrirai en revenant de la Chambre.
Je suis rassuré, moi qui ne suis pas optimiste, sur la réussite de la bataille parlementaire. À moins d’un de ces incidents tout à fait imprévus que la Providence tient en sa main, et que Pascal appelait un grain de sable dans l’urètre de Cromwell96, la dissolution sera votée la semaine prochaine. Dieu soit à notre aide !
J’ai reçu hier la visite de six représentants des compagnies secondaires de chemin de fer. Ils étaient inquiets, parce qu’on leur avait dit que je voulais modifier les pouvoirs de la commission arbitrale chargée de fixer les dépenses réelles de construction des chemins de fer rachetés. Je les ai rassurés en leur déclarant que je n’avais pas, dans une question de comptabilité, à faire table rase des précédents et que je respecterai les engagements pris par mon prédécesseur, en me conformant aussi, dans la mesure qui me paraîtrait acceptable, à la résolution de la Chambre des députés… qui ne résout rien.
On m’a annoncé pour ce matin la visite de la commission arbitrale. J’espère qu’elle ne va pas brouiller mes cartes. D’un autre côté, il faut que je presse la Cie d’Orléans qui n’a pas encore signé la convention de rachat.

  • 97 Voir les lettres du 25 juin et du 23 mai.


241 h. La commission arbitrale vient simplement me rendre ses devoirs et m’exposer le difficultés de sa mission que ne paraît pas avoir appréciée M. Christophle. J’insiste vivement pour que la Cie d’Orléans me donne ou me refuse son approbation dans la journée ; je ne puis paraître à la Chambre pour déclarer… que je négocie. On m’a prévenu ce matin que Gambetta, Allain-Targé et cie me préparent un coup fourré et déposeront une proposition de rachat des Cies en souffrance. Ils ont trop d’intérêts à ne pas garder dans leur jeu les questions de chemin de fer, à la veille des élections, pour ne pas tout tenter, tout risquer97.

255 heures M. de Fourtou prendra la parole en répondant à un député qui fera l’interpellation. Il m’annonce que le gouvernement compte sur moi pour répondre à M. Gambetta.
Le duc Pasquier sort de mon cabinet. Il est tout entier avec nous. P.

- Lettre 7 - Saint-Nicolas, ce 15 juin 1877

  • 98 Lucie Béreux et Auguste Paris se sont mariés à Arras le 25 janvier 1856.

26Mon cher ami,

Votre lettre que nous venons de lire appelle les nôtres. Mes sœurs ont devancé votre appel. Pour moi, je ne puis laisser commencer cette lourde journée sans vous envoyer à l’avance tous les vœux de mon cœur et vous bien assurer que je les confie à Dieu comme depuis vingt-deux ans
98, je lui ai toujours confié ce qui devait faire époque dans votre vie. J’espère que votre bonne volonté sera bénie, et qu’une fois de plus nous aurons à nous glorifier de notre frère.
Si vous pouvez, sans aucun dérangement, envoyer demain une bonne dépêche, elle sera bienvenue ; mais ne vous préoccupez en rien, nous n’aurons aucune inquiétude si la dépêche n’arrive pas, nous penserons qu’il aura mieux valu ne rien dire au télégraphe.
Bonne nuit et bonjour pour demain. Nous vous embrassons aussi tendrement que nous vous aimons. S. Béreux.

  • 99 Non identifié. Peut-être s’agit-il d’un serviteur qui s’apprête à porter le courrier à Arras ?

27Mon cher papa,

Je vous embrasse bien tendrement et je prierai bien pour vous demain. Jean est sage et il a été second en version latine. Si vous voyez Charlotte, remerciez-la, je vous prie, de l’image qu’elle m’a envoyée. Jules
99 va partir. Pardonne-moi de vous envoyer ce vilain bout de lettre.

Votre fille respectueuse, S. Paris.

- Lettre 29 - 16 juin, 7 heures 1/2 pm

  • 100 Par commodité et par précaution !

  • 101 La séance du 16 juin commence par une déclaration de Fourtou annonçant l’intention du président Mac (...)
  • 102 « Nous n’avons pas votre confiance, vous n’avez pas la nôtre » : cette phrase résume la réponse de (...)
  • 103 Échange non mentionné dans le Journal officiel.

  • 104 A gauche les interrupteurs sont Désiré Barodet (Union républicaine, Paris), Étienne-Henri Giraud (C (...)
  • 105 Après Fourtou, Gambetta monte à la tribune et stigmatise « la misère et la pauvreté » de la politiq (...)
  • 106 Paris a tendance à confondre dans une même opprobre la Terreur de 1793-1794, La Commune de 1871 et (...)
  • 107 À propos de l’agitation qui a régné lors de la séance du 21 août 1871 de l’Assemblée nationale où J (...)

28Chère Lucie,

Je t’écris quelques lignes pour te faire connaître la physionomie de la journée parlementaire.
Je suis parti pour Versailles avec M. et Mme Caillaux, en voiture100. Au Sénat aussi bien qu’à la Chambre des députés, la résolution du cabinet était ignorée. Le Sénat a renvoyé à lundi la nomination de la commission qui doit examiner la demande de dissolution. Quelle séance à la Chambre des députés ! Après un discours filandreux du doux Bethmont101 - un mouton enragé -, M. de Fourtou a pris la parole. Son thème a été bien développé. Peut-être a-t-il eu le tort de prendre la parole trop tôt et de provoquer trop vivement Gambetta102.
Une vraie scène du Crapaud volant, avec discours débraillé, quelquefois spirituel, toujours perfide du citoyen Gambetta, a tenu l’assemblée pendant deux heures, en pleine tabagie. Tu ne peux te figurer les violences, les injures que j’ai entendu s’échanger. En voici un échantillon : « - Vous êtes un cochon ; - Les cochons sont dans la peau de gens de votre espèce »103. Les bonapartistes ont été aussi violents que les radicaux104.
Gambetta a fait appel aux plus mauvaises passions. Il a soulevé la question dite cléricale avec une violence égale à celle des Communards partant arrêter les otages. Il n’a pas craint de faire appel à l’étranger et de nous signaler comme des suspects105. J’ai protesté au milieu de son réquisitoire106. Le duc Decazes a voulu donner lecture de dépêches au sujet de nos rapports avec les puissances. On a renvoyé les suites de ces saturnales107 à lundi.
À Vous. P.

- Lettre 30 - 17 juin, 4 heures pm

  • 108 Le gouvernement a choisi en Paris un brillant orateur (ancien professeur de rhétorique, avocat) qui (...)
  • 109 Que Dieu (me) soit en secours, formule créée par Paris à partir d’une des prières formulées par l’o (...)

29Chère Lucie,

Je t’écris quelques lignes pour te tenir au courant. Il a été décidé au conseil des ministres que le duc Decazes communiquerait à la Chambre quelques dépêches relatives à nos relations pacifiques avec l’étranger, et que je répondrais à Gambetta108.
Comme un soldat, j’obéis.
Deus sit in adjutorium109.

Tout à Vous. Paris.

- Lettre 8 - Arras, 17 juin

  • 110 S’agit-il de Wartelle-Deretz ? de son frère Wartelle-Monel ou d’un prêtre de leurs parents ?
  • 111 Plus exactement, les milieux que fréquentent Lucie et Auguste Paris, c’est-à-dire la bonne bourgeoi (...)

30Que dira le pauvre Ministre qui, au milieu des occupations les plus multipliées, des soucis, des embarras, trouve encore le moment de nous donner le mot de la situation et qui ne reçoit pour ses peines aucun souvenir apparent de sa femme et de ses enfants.
Hé ! bien, que ce modèle des époux, des pères, des ministres, j’aime à croire qu’il est destiné à le devenir aussi, se console. Ici, tout n’est occupé que de lui. Nous lui sommes tellement unis par la pensée que l’on ne songe même plus à l’exprimer. Il me semble que je suis près de vous comme je suis avec vous et j’oublie que vous avez encore, après les fatigues du jour, vos heures de solitude où vous vous demandez : que font-ils ?…
Servir les petits et les grands, attendre, espérer et me plaindre, voilà tout l’emploi de mon temps. Ma fille désire vieillir, je voudrais peut-être, moi, retourner en arrière si je m’amusais à former des vœux inutiles, surtout si je pouvais rattraper ce petit quart d’heure dont parle le père Wartelle110, ce petit quart d’heure de retard au moment où je vins au monde, qu’on ne peut retrouver de toute la vie et qui vous met toujours en retard. Heureusement, vous ne partagez pas cette malchance. Je crois bien que vous arriverez à temps pour beaucoup de choses. Dieu fait bien ce qu’il fait, nous n’avons qu’à lui rendre grâce.
M. Envent avec qui je viens de passer la soirée à Saint-Nicolas nous a mises dans cette pensée. Je vous l’envoie ce soir, il me semble que cela vaut mieux que d’attendre demain pour vous écrire plus à tête reposée. Tout le monde part pour la campagne111, nous avons des adieux à faire partout, sauf notre préfet qui fait ses visites d’installation et qui est venu hier m’octroyer les faveurs que je lui avais fait demander par Paul Lecesne. Je ne sais si vous avez reçu la grande lettre de recommandations de nos sœurs et mon petit mot de jeudi. Sophie vous a écrit vendredi. Nous parlons de vous et nous pensons à vous sans cesse.
Je vous embrasse en hâte. Lucie.

- Lettre 31 - 18 juin, 6 heures

  • 112 Audiffret-Pasquier, Buffet, Chesnelong...

  • 113 Les parlementaires des deux assemblées sont répartis, par tirage au sort, en bureaux - 9 au Sénat e (...)

31Chère Lucie,

J’ai consacré l’après-midi de dimanche (17 juin) à préparer mon discours. J’ai reçu la visite du comte Daru, de MM. Caillaux et de Broglie qui venaient me faire connaître ce que l’on avait arrêté en réunion des chefs de la droite sénatoriale112. On est sûr de cinq bureaux sur neuf113, pour la dissolution. Mes collègues ont été contents du canevas que je leur ai montré.
J’ai passé une bonne nuit. J’éprouverai néanmoins quelque fatigue, car je ne suis pas encore débarrassé entièrement du rhume qui s’est installé chez moi depuis deux matins. Je me reposerai demain.
J’ai le désir d’être ferme et modéré. Cette modération n’empêchera pas les flots de se déchaîner autour de la tribune. La Chambre ressemble à une mer affolée. Je n’ai jamais vu séance pareille à celle de samedi.

À demain.
P.

- Lettre 4 - Versailles, chambre de députés, lundi (18 juin)114

  • 114 Paris écrit cette lettre à chaud d’où sa brièveté et sa mauvaise calligraphie qui témoignent de l’é (...)
  • 115 Avant Paris, Decazes a répondu à Gambetta sur les affaires étrangères et affirmé (dépêches à l’appu (...)

32Chère Lucie,

Je descends de la tribune après avoir parlé pendant six quarts d’heure115, avec courage ; on dit avec éloquence et succès.
Toute la droite est venue me féliciter à mon banc.

À Toi.
Paris.

Fac-similé de la lettre

Fac-similé de la lettre

- Lettre 33 - 19 juin, 7 heures

  • 116 Après Paris, Jules Ferry [1832-1894, avocat libéral, républicain passionné mais allergiques aux pas (...)
  • 117 Les interrupteurs républicains de Paris ont été nombreux : Désiré Barodet et Germain Casse (Union r (...)
  • 118 Le débat parlementaire est bien une joute ! Sans doute pense-t-il à son développement sur les coups (...)
  • 119 Jules Grévy (1807-1891), député du Jura, président de la Chambre des députés s’efforce presque touj (...)
  • 120 Il s’agit de Levert.
  • 121 Edgar Raoul-Duval (1832-1887) « bonapartiste indépendant, esprit original et tempérament de combat (...)
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

33Chère Lucie,

Je commence par te dire que je ne suis pas trop fatigué de mon exercice d’hier. J’ai eu la précaution de changer aussitôt de vêtements, et je ne suis rentré que peu d’instants dans cette fournaise de la Chambre116 où je m’étais débattu pendant six quarts d’heures, au bruit de l’orage et des interruptions117. Je me suis senti en vaine et j’ai marché. Ceux qui me lançaient la balle ont vu que je savais donner des coups de raquette118. Grévy s’est montré fort bien, il m’a soutenu constamment119. Parmi les députés du Pas-de-Calais, un seul ne s’est pas approché de moi. Mon discours a eu la bonne fortune de lui déplaire120. Il était assis près de Raoul-Duval121, à gauche du banc des ministres. Les paroles qu’échangeaient ces deux représentants de la démagogie impériale me montraient qu’ils n’étaient pas contents.
Mon chef de cabinet m’a montré un attachement plein de dévouement et de tendresse. Jusqu’à dix heures du soir, il m’a aidé à revoir les feuilles du service sténographique. Je n’ai pas eu le courage de veiller pour réviser ensuite les épreuves de l’Officiel. À dix heures, nous avons dîné chez Vatel122. Mes amis Ventavon et Michel sont venus me féliciter bien cordialement. Je leur ai promis de déjeuner demain avec eux.
Il est décidé que nous ne parlerons plus devant cette chambre qui se débat dans les convulsions de l’agonie.
« Je plains votre gendre, Madame, » disait l’ambassadeur d’Autriche à la belle-mère du duc Decazes « et je plains votre pauvre pays ! »123.
Les deux dernières séances doivent en effet inspirer à l’étranger un sentiment de pitié. Puissent tous les conservateurs répondre à notre appel et se relever dans les prochaines élections. La dissolution sera votée par une majorité de vingt voix124. Six bureaux sur neuf ont nommé des commissaires favorables125. Le rapporteur sera Grivart, Clément ou Depeyre126. J’aimerais mieux Grivart.

1 heure

  • 1
  • 1

34Je pars pour Versailles. Il est décidé que nous n’interviendrons plus dans la lutte à la Chambre des députés127. À quoi bon ?
Je remercie tous mes correspondants, grands et petits, de leur bon souvenir.
J’ai pris bonne note de la recommandation de M. Gherbrant, mais connaît-il suffisamment le cabaretier pour le fils de qui il demande une bourse au collège ?128 Nous causerons de tout cela et d’autres choses.

À vous.
P.

- Lettre 34 - Paris, 20 juin, 7 heures

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

35Chère Lucie,

La bataille livrée pour la forme devant la Chambre des députés est terminée. Nous ne répondrons que pour le pays aux attaques dirigées contre le gouvernement. Aussi avons-nous vu sans étonnement (pour mon compte je ne dis sans une tristesse indignée) tous les Centre gauche129 s’unir aux radicaux et réunir leurs rancunes et leurs craintes aux détestable pressions de ceux qui sont leurs maîtres : 363 députés contre 158 ont déclaré, dans les termes les plus injustes, que nous n’avions pas leur confiance130.
Ce résultat, en lui-même, est indifférent puisque la dissolution est demandée et sera prononcée par le Sénat.
Le pays dira ensuite quelle politique il veut suivre. S’il nous donne raison, il permet à la France de remonter le courant, s’il renvoie à la Chambre une majorité semblable à celle qu’il a élue en 1876, on peut s’attendre à tout ; mais nous aurons fait notre devoir.
On avait décidé hier qu’on ne répondrait plus, au nom du gouvernement, à la Chambre des députés. Le duc de Broglie, seul, aurait pu parler. Physiquement, il lui aurait été impossible de se faire entendre devant ces flots qui l’auraient couvert de leurs clameurs et de leur écume.
C’est M. Léon Renault, l’ancien préfet de police du 24 mai, qui a eu le triste courage de mener au combat le Centre gauche. Il a accompli avec talent cette méchante action131. Puis le comte de Choiseul-Praslin !132 est venu lire, en le commentant à sa façon, l’ordre du jour assez grotesque et très violent élaboré sur les fourneaux parlementaires.
Tout en ne répondant plus aux discours, nous ne pouvions cependant avoir l’air de courber la tête comme des vaincus ou comme des poltrons. En quelques mots, j’ai résumé le débat et dit ce que nous pensions, et de Léon Renault et de l’ordre du jour. Gambetta a prononcé quelques phrases incohérentes et la Chambre des députés a voté son testament133.
J’ai trouvé sur mon bureau des lettres de félicitations, une de Mme de Partz, une autre qui m’a beaucoup touché, du pauvre cte de Bryas si affaibli par la maladie134.
Ta dernière lettre m’aurait réconforté si j’avais eu besoin de courage. Tu es tout à la fois mon témoin et mon soutien dans cette campagne. Tu sais, ou plutôt vous savez, Lucie, Sophie, Clara, que je ne sépare pas dans mon affection, que je n’ai ni recherché, ni désiré la situation que la Providence a faite, que mon unique ambition est de rentrer bientôt, ma tâche terminée, dans l’intimité de la vie de famille. De mon côté, je sais, quand je serais tenté de douter, d’hésiter, de m’inquiéter, que vos âmes vaillantes seraient près de moi qui me diraient : courage.
Dis à Eugénie que je vois avec plaisir approcher le jour de son examen, du succès duquel je ne doute pas ; à la petite Sophie, que j’ai été touché de son bon souvenir devant Dieu ; à notre Jean, qu’il se rappelle la lettre du mobile Brisson135 qu’il nous récitait si bien pendant la guerre de 1870 et qu’il n’oublie jamais de faire son devoir.
À vous. P.

- Lettre 35 - 21 juin, 7 heures

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

36Chère Lucie,

J’ai reçu hier, en arrivant au Sénat, les félicitations cordiales d’un grand nombre de mes collègues, particulièrement du duc Pasquier, du maréchal Canrobert136, de Belcastel. Il n’est pas jusqu’à M. Béhic137 qui ne m’ait offert ses compliments en ajoutant « s’ils ne sont pas trop désagréables ». Lareinty m’a donné la main, rien de plus ; Franclieu m’a rencontré dans un couloir et a passé superbe, irrité, silencieux !
J’oubliais de te dire que le maréchal, à l’ouverture du dernier conseil des ministres m’a dit, sans faire de phrases, qu’il était content de moi.
Laissons de côté le moi, toujours haïssable138. La campagne a été mal engagée au Sénat. La majorité de la commission était d’avis que la discussion s’engageât aussitôt après la lecture du rapport de M. Depeyre, sauf à la continuer aujourd’hui. Ventavon qui aime à faire toujours autrement qu’un autre se rallia à l’opinion des trois membres de la gauche139. Le gouvernement craignant une escarmouche fâcheuse se désintéressa du débat140. Mais il arriva que nos amis de la droite, Montgolfier141, Adnet, furent très empêtrés dans leur demande de discussion immédiate. Et le duc Pasquier s’empêtra lui- même dans la discussion, entre la discussion immédiate faite immédiatement et la discussion immédiate renvoyée à demain142. Bref, toutes les belles dames furent déçues Elles n’eurent du festin que le potage143 : rapport de Depeyre, dont le seul tort est d’avoir trop parlé de M. Dufaure144. « Décidément, je suis la tête de Turc de tout le monde », grommelait dans ses dents, derrière le banc des ministres, le vieux sanglier. Il avait pris sa mine renfrognée des mauvais jours. S’il intervient dans le débat, gare aux coups de boutoir145 ! Léon Renault, qui s’est montré si dur envers le cabinet, n’a été guidé que par un sentiment, le regret amer de n’être pas ministre. « Alors ? disait-il au duc de Broglie quelques jours avant le 16 mai, vous ne prendrez donc pas le pouvoir ? Le maréchal attendra, comme Wimpffen146 à Sedan qu’il n’y ait plus qu’à capituler ? ». Le 17 mai, je l’ai vu chez le maréchal. Il ignorait encore la composition du cabinet. Le soir même, il passait à gauche. Quand j’ai prononcé le nom du comte de Choiseul, qui a lu l’ordre du jour, des voix à droite criaient Praslin !
Praslin ! J’ai effacé à l’Officiel ce mot trop cruel mais mon chef de cabinet a fait savoir à Choiseul que j’étais l’auteur de cette suppression147.
M. Wartelle et Ferdinand sont venus me voir hier soir. Ce Ferdinand m’avait écrit une lettre charmante. Dis à Mme Petit que je conserverai cette lettre de Ferdinand148, et à cause des bons sentiments qu’elle renferme, et comme autographe. Tu as du recevoir l’Officiel ? Nous avons conseil à 9 h 1/2, séance à 2 heures Les Demy m’ont invité à dîner à Bellevue. Je ferai une apparition à la réception du maréchal.
À moins d’imprévu, j’irai vous embrasser samedi soir. P.

- Lettre 9 - Arras, 21 juin

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

37Cher Ami

Puisque mes lettres vous sont bonnes à quelque chose, je regrette vivement de ne pas les multiplier et surtout de ne pas mieux coordonner mes idées qui sont toutes dirigées vers vous-même quand je ne vous exprime aucun des sentiments qui, comme je vous le disais dans ma dernière, sont aussi présents, aussi actuels que si vous étiez toujours près de moi et que nous n’eussions ensemble qu’une action autant qu’une pensée.
J’ai reçu hier une masse de visites dont la première fut celle du bon vieux Benjamin Dauchez
149 ; je lui ai dit que je vous ferais part de cette circonstance, de toutes les félicitations qui furent nombreuses et tendres à votre égard, la sienne toute paternelle se rapportant bien à vous, à la satisfaction qu’il avait d’être un de ceux qui ont jugé d’avance la supériorité qu’ils sont heureux de vous reconnaître. Cette satisfaction, dis-je, m’a touchée plus que tous les autres compliments qui comprirent depuis le Père Constantin jusqu’à la jeune Mme Perquer150 qui veut avec son père, sa mère et son mari rendre hommage à notre ministre.
J’ai répondu de mon mieux à cet empressement. Je suis même allée à la fin de la journée rendre visite à la préfette qui était venue samedi et m’avait annoncé qu’elle prenait jour le mercredi. M. le Préfet a été charmant, il m’avait envoyé toutes les dépêches du 18 en communications151. Je les lui reporterai. Ce matin, je reçus de lui un nouveau message par lequel il m’annonçait que le bureau de tabac demandé par mon intermédiaire était accordé. Vous pensez que je n’avais pas insisté, pas plus que pour lui imposer un huissier de ma main. Nous sommes dans les meilleurs termes, je n’en abuserai pas.
Vous aurez vu, j’espère aujourd’hui même, M. Wartelle. Je l’ai engagé à aller vous prendre au lit, le matin. Je ne sais s’il obtempérera à cet avis, toujours est-il que vous serez, comme je le lui ai dit, heureux de revoir en lui un membre le plus cher de la famille artésienne. Il me semble que vous devez avoir besoin de retrouver un des vôtres malgré le charme de vos relations avec votre jeune chef de cabinet, les vieux sont encore plus proches.
J’ai reçu hier M. et Mme Petit152 Je n’ai pas vu mes sœurs aujourd’hui, l’orage que nous avons subi m’a beaucoup fatiguée. Jean travaille tant bien que mal pour ses examens ; quant à Eugénie, elle est insupportable : voici huit heures et demie, elle fait gémir Aglaé sans avoir voulu ni commencer la lettre qu’elle vous enverra ou ne vous enverra pas et sans avoir permis à la pauvre fille de souper. La constitution de mon service est aussi compliquée que votre constitution républicaine et mes serviteurs l’embrouillent autant que M. Jules Ferry et les gauches. J’espère vous voir dimanche. Si vous ne venez pas, j’irai vous trouver.
En attendant, je vous embrasse à l’aveugle.
Lucie.

- Lettre 36 - 22 juin, 1 heure pm

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

38Chère Lucie,

Les journaux te feront connaître combien la journée d’hier a été pour nous une journée occupée. Le matin, conseil, de deux à sept heures séance au Sénat. J’ai déjeuné et dîné à Versailles avec mes anciens commensaux. Le duc de Broglie a prononcé un excellent discours153. Nous avons essuyé le feu de V. Hugo154, J. Simon155 et Bérenger156 au Sénat. Tu liras les discours : pompe, habileté, rancune.

2 heures

  • 1
  • 1
  • 1

39Je continue mon bulletin au banc des ministres157. Il a été convenu, au conseil, que M. Brunet prendra la parole, au nom du gouvernement. Après un discours de Bertauld158, le rapporteur clora la discussion. Le vote aura lieu ce soir. Quelques sénateurs, Hervé de Saisy, de Franclieu, Wallon nous abandonneront peut-être, mais le résultat paraît certain159.
J’espère aller vous voir demain soir (samedi). Si tu avais le projet, l’intention de venir passer quelques jours près de moi, que mon excursion ne contrarie pas tes vues. Tu pourrais m’envoyer une dépêche et me dire : Restez.
J’ai hâte, je te le déclare, de nous voir sortir de cette fournaise. Par cette chaleur, la fatigue physique est grande. Heureusement, une bonne nuit répare tout. Les préoccupations morales sont plus accablantes.

4 heures

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

40En rentrant de la Chambre des députés où j’ai dû faire une apparition, je trouve M. Bertauld, planté à la tribune et posant au cabinet une série de questions ? Que ferez- vous si la dissolution est accordée sur les points suivants : 1), 2) etc.160. À quoi on peut répondre : et qu’arrivera-t-il si la dissolution demandée par le maréchal n’est pas votée par le parlement ? M. Brunet répond. Il n’est pas assez maître de sa parole. Il se montre tellement dur envers Martel que le duc Pasquier qualifie ses expressions d’« injures personnelles » et l’invite à les retirer ! Tumulte indescriptible. M. Brunet s’explique. Fourtou lui dit avec raison : « passez sur l’incident ». Le ton agressif persistant, pour la seconde fois, le président l’invite à expliquer ses expressions… Il se relève néanmoins malgré ce double faux pas161.
Martel prend la parole pour un fait personnel et met en scène les commissions mixtes162. Laboulaye163 prend la défense de la République parlementaire.
J’écoute.

À Vous. P.

- Lettre 37 - 25 juin, 6 heures pm

  • 1
  • 1

41Chère Lucie,

Enfin je trouve cinq minutes de liberté pour te dire que mon retour s’est opéré sans incident ! J’ai voyagé seul, dans un compartiment réservé. Arrivé à la gare, j’ai touché nos coupons Nord, grâce à l’obligeance du chef du bureau des titres. J’ai fait préparer les pièces nécessaires pour recevoir, le 1er juillet, le montant des 11 obligations amorties. Je n’avais dans mon porte-monnaie que 52 coupons d’actions, y compris celui que nos sœurs m’ont remis hier. Or, nous possédons 52 actions. Vois donc si je n’ai pas laissé un coupon du 1er juillet 1877 attaché à l’une d’elles. Vérifie si les 52 se trouvent bien dans le rouleau. Si un coupon a été omis, signale le moi simplement. On le touchera à Arras. Si les 52 coupons sont détachés, donne-moi les nos des actions afin que je demande une vérification au Nord, du compte arrêté aujourd’hui. J’ai appris en arrivant, la mort de M. Dumon, président de chambre à la Cour de cassation que j’avais reçu il y a dix jours à peine. C’était un des hommes qui font l’honneur de la magistrature. Une dépêche que je reçois de l’Intérieur m’apprend que tout s’est bien passé à la Chambre quand le président a lu le décret de dissolution. M. Grévy a tenu cependant à déclarer que la Chambre avait les sympathies du pays. Je ne connais pas les termes précis de son allocution164.
M. Clérault m’apprends que samedi dernier, M. Louis Legrand lui a déclaré qu’il n’avait attaqué le ministère (que) pour faire passer sa loi ; son échec l’a fort tourmenté. La Chambre vient de donner raison au gouvernement a-t-il dit à M. Wilson. Ce dernier a reconnu qu’avant de demander l’ajournement165, il avait pris l’avis de Gambetta !
Je vous embrasse affectueusement. Paris.

- Lettre 38 - 26 juin, 6 heures pm

  • 1

42Chère Lucie,

Conseil des ministres, service de M. Dumon, réception de quatorze personnes se succédant pour affaires différentes : tu vois que ma journée a été bien remplie.
Hier soir, j’avais reçu de M. Auguste Carette une invitation à dîner jeudi. Je lui ai porté mon acceptation et vos souvenirs d’amitié. Toute la famille va bien.
Au service de M. Dumon, j’ai serré la main à L. Dupont, gendre du défunt, à Alfred Dupont mon ancien collègue, à Duhem etc.166. J’ai vu aussi MM. Dufaure et Martel. Parmi mes visiteurs, je compte le maréchal de Canrobert et notre préfet. Le maréchal s’est montré fort aimable. Il relève de sa première maladie qui a duré trois mois ! Il a pensé que son horloge allait s’arrêter. « Je vous adresse, m’a-t-il dit, tous mes compliments, dont vous n’avez pas besoin ». Avec le préfet, je me suis entretenu de questions qui concernent le département : élections, municipalités etc. Nous sommes d’accord.
Baptiste m’annonce que le dîner est servi.
J’ai à peine le temps de vous embrasser.
P.

- Lettre 39 - 27 juin, 7 heures

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

43Ma chère Lucie,

J’ai appris hier à mes dépens que la première heure est la seule qui m’appartienne et dont je puisse avec certitude disposer à ton profit. Tu as failli attendre mon courrier. Je t’écris donc avant de m’installer dans mon cabinet.
Je viens d’envoyer aux Carette une loge aux Français. Je pensais d’abord à les accompagner et me procurer ainsi un moment de distraction mais on donne encore Jean Dacier, que j’ai vu jouer et je ne suis pas tenté de dire : bis repetita placent167.
J’écris à Mme Planchard pour mettre à sa disposition mon appartement de Versailles, non sans esprit de retour. J’irai du reste y faire une apparition vendredi.
J’ai conseillé au préfet de ne toucher à Deusy168 que si une mesure générale était prise (ce dont je doute) à l’égard des maires qui figurent parmi les 363, et s’il lui trouvait un successeur. M. Métivier169 sera changé. Il a pris habilement un congé de deux mois, mais le préfet m’a dit qu’il ne pouvait se passer d’un inspecteur. On voulait faire remplacer Viseur par Lenglen170, ce dont le préfet ne se soucie pas. Je l’ai engagé à tenir Viseur très serré en bride, et à ne pas opérer un changement trop significatif. Quant à la candidature de Sens, j’ai dit ce que j’en pensais, et j’espère qu’il n’en sera plus question. Le préfet est fort embarrassé par le choix d’un candidat. Il ne faut pas nous dissimuler que Diesbach a toutes les chances… de faire arriver son concurrent. On a parlé du jeune Tailliandier…171 ?
Une question nous embarrasse, c’est celle de l’élection des conseillers généraux et d’arrondissement. La politique exigerait que cette élection suivît celle de la Chambre des députés. Tous les préfets le désirent. Les conservateurs se diviseront, sur des questions de personnes et de clochers. Si le gouvernement ne réussit pas d’une manière éclatante dans son combat d’avant-garde, le sort de la bataille sera compromis, mais à mon avis, le Droit exige que les conseillers généraux soient élus avant le 16 août172 !

1 heure

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

44Parmi les nombreuses visites reçues ce matin, la plus intéressante a été sûrement celle de Clément Laurier173. Il venait me renouvelait les félicitations « d’un homme qui s’y connaît en discours » et me mettre en garde contre tous les chevaliers d’industrie qui, sous prétexte de porter secours aux chemins de fer, m’accablent de leurs doléances. Il m’a raconté qu’à l’occasion du mariage de sa fille, il a vu Gambetta et Challemel-Lacour174, les gentilshommes de salon175 que possède le parti républicain. Gambetta lui a dit : « nous allons faire pendant trois mois une immense agitation. Nos élections sont plus faciles que les vôtres : nous les faisons avec de la passion. Si nous redevenons les maîtres, toutes vos élections seront invalidées »176. D’où il sort, m’a dit Laurier, que nous devons obtenir une victoire complète, la majorité en sièges. Il a répondu à Gambetta : « tu nous laisseras bien quinze jours pour faire nos malles ? ». Tous les chemins de fer déraillés aboutissent à mon cabinet. Libera nos, domine177.
Donne-moi des nouvelles de ta santé, et partage avec sœurs et enfants le baiser que je t’envoie.

- Lettre 10 - Saint-Nicolas, 27 juin

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

45Cher Ami,

Vous avez eu vos réceptions et moi les miennes. Vous devez être fatigué outre mesure, pour moi je le suis aussi, mais je ne puis pas dire que ce soit pour avoir fait grand-chose d’utile. J’ai cherché hier toute l’après-midi et aujourd’hui toute la matinée le malheureux coupon perdu, toujours espérant le retrouver et n’être pas obligée de faire la nomenclature des 52 plus un, puis j’ai demandé à votre fille de faire ce relevé tandis que je recevais. Je n’ai rien obtenu et pourtant je n’ai pas pu me mettre à cet ouvrage à 6 heures et demi. J’avais trop mal à la tête. Je suis venue ici comptant retourner encore d’assez bonne heure pour rechercher encore les numéros et vous les envoyer, sinon ce sera pour demain. Votre coupon a dû s’échapper de sa liasse et tomber à terre dans les bureaux du Nord, celui qui l’a ramassé l’aura touché tout de suite. Je pense qu’il n’y aura qu’à en faire son deuil.
J’ai à vous remettre une pétition recommandée par Melle Laure Petit
178, je l’ai perdue. J’ai aussi à vous demander un mot de recommandation pour le commandant de la compagnie d’ouvriers de Lyon dans laquelle est envoyé comme bourrelier un jeune homme de Béthune dont je n’ai pas pu lire le nom sur sa feuille de route. Je l’ai engagé à vous écrire lui-même un mot en passant à Paris où il ne séjournera pas puisqu’il doit être rendu à son corps demain 28. C’est vous qui avez procuré l’entrée de ce jeune garçon, vous saurez peut-être qui il est. Sa mère est venue le conduire jusqu’ici. Il paraît fort bien élevé et bien pensant, il a 18 ans et donc il faudrait que ses chefs fussent recordés179 un tant soit peu pour veiller sur lui en même temps que sur son travail. Lyon est si loin de Béthune que la pauvre mère, heureuse de la faveur que vous lui avez obtenue et très reconnaissante n’en est pas moins un peu inquiète d’abandonner sa géniture (sic), elle vous le recommande comme à Dieu et aux Saints. Et de deux.
Adèle me dit qu’elle vous a écrit de son côté pour son cabaretier. J’espérais n’avoir plus rien à vous mettre sous les yeux mais voici M. de Boiry180 qui me renvoie son homme affligé, dont tous les enfants (sont) dans une position si misérable. Il venait vous faire les compliments dudit Boiry et vous annoncer que son fils était encore ajourné. Je ne sais ce que cela veut dire, il n’a pas pu s’expliquer davantage, il m’a montré ses doigts retournés, m’a répété qu’il n’était pas riche et puis c’est tout. Sa langue n’est pas plus déliée que ses doigts. Il tient, de plus, sa casquette obstinée, fixée sur ses lèvres ce qui me fait craindre pour lui un mal pire encore que les autres.
Jean ne brille pas par ses succès, 4e en thème et de l’indulgence pour le reste, mais il ne cesse d’être insoumis et flâneur. Je ne sais ce que nous pourrons faire de lui pendant les vacances, heureusement nous n’y sommes pas encore. Vous aurez appris avant la réception de ma lettre la mort de M. Delétoille-Coquel181 et celle, plus frappante, du pauvre Sauvage ; pour moi j’en suis ahurie. J’ai fait demander à Mme Lenglet si elle désirait me voir, elle est trop malade182. Je n’envoie partout que cartes de deuil.
Je vous donne un bon baiser de cœur.
L. P.

Haut de page

Notes

1 Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau (1638-1720), est un mémorialiste introduit à la cour de Louis XIV qu’il accompagna dans ses campagnes comme aide de camp. Gouverneur de Touraine, diplomate, protecteur des écrivains, académicien, il est l’auteur d’un Journal de la cour de Louis XIV où il s’intéresse aux petites choses, au cérémonial, à l’étiquette et montre le roi au milieu de son cabinet, dans son intérieur, dans sa vie privée.

2 Ernest Carette doit avoir une fille (ou une petite fille ?), Charlotte, dont Mme Auguste Carette est la tante, qui vient de faire sa communion. Elle doit être à peu près du même âge que Sophie Paris (12 ans) qui vient de faire sa confirmation et lui a sans doute adressé un petit mot.

3 Les Jouffroy sont eux aussi, semble-t-il, apparentés aux Carette.


4 L’épouse, la fille aînée ou la petite-fille d’Ernest Carette ?

5 Baron de Sède de Liéoux, homme de lettres, membre de l’Académie d’Arras, rédacteur en chef-gérant du Courrier du Pas-de-Calais (quotidien bonapartiste), ancien membre de l’administration préfectorale.


6 Joseph de Carayon-Latour (1824-1886), polytechnicien, agriculteur, spécialiste de vénerie, membre du Jokey club et de la société hippique de France, membre du conseil supérieur des haras, a pris la tête des mobiles de la Gironde pendant la guerre de 1870. Élu représentant (chevau-légers) de la Gironde en 1871, il est vaincu aux législatives de février 1876 et octobre 1877, mais devient sénateur inamovible le 19 février 1878. Charles de la Rochefoucauld, duc de Bisaccia (1825-1908), grand propriétaire, représentant (chevau- légers) de la Sarthe ; nommé ambassadeur à Londres le 4 décembre 1873, il continue de siéger à l’Assemblée nationale à laquelle il propose de rétablir la monarchie au profit du comte de Chambord et de confier à Mac-Mahon le titre de Lieutenant général du royaume (15 juin 1874), ce qui lui vaut d’être rappelé à Paris en raison du caractère anticonstitutionnel de cette proposition. Très riche, il est réputé pour la splendeur de ses réceptions à Londres ou pour son don de 1200000 francs à l’Université catholique d’Angers (1875) ; il est constamment député de la Sarthe de 1876 à 1898, année où Joseph Caillaux le bat.

7 Cette lettre n’est pas signalée par Jean Garrigues (thèse, op. cit.) ; C. et P. : sans doute Caillaux et Paris, deux modérés - même si Jean Garrigues présente Paris comme « un dur » du Centre droit (p. 640) - puisque partisans d’une conjonction des centres et favorables aux grandes compagnies ferroviaires ; d’ailleurs le républicain Allain-Targé dénonce le 22 juin la collusion entre cette « oligarchie financière » et « la coalition du 16 mai ». En fait, « les grandes compagnies étaient politiquement divisées... et le baron Rothschild [Alphonse (1827-1905), ami de Léon Say, administrateur de la compagnie du Nord, régent de la Banque de France, principal banquier français ; c’est dans son château de Ferrières que Bismarck et Jules Favre discutèrent des modalités de la paix et de l’indemnité au règlement de laquelle il participa activement] fit discrètement démentir dans La République française [le quotidien de Gambetta, le 23 juillet] sa participation au soutien conservateur ». (François Caron, op. cit., p 474-475 et Marie-Noëlle Thibault, op. cit., p. 218).

8 Le Journal des Débats, apparue en 1789, est un important journal politique et de culture dont la rédaction est de grande qualité (« salon et antichambre de l’Académie ») mais en perte de vitesse. De tendance républicaine modérée (son directeur depuis 1871 Jules Bapst est étroitement soumis aux influences de son beau-frère Léon Say), il mène, sous l’impulsion de John Lemoine, « une campagne modèle » contre le gouvernement Broglie-Fourtou, insistant sur les causes religieuses de la crise, ironisant sur les changements de préfets, s’en prenant même à la personne du maréchal de Mac-Mahon (Pierre Albert, op. cit., p. 1112-1140).

9 Fondé en 1871 par Gambetta, avec pour principaux rédacteurs Allain-Targé, Challemel-Lacour, Ranc et Spuller, ce quotidien qui tire à environ 18000 exemplaires, vient de sortir d’une passe financière difficile grâce à Scheurer-Kestner, Edmond Adam et Dubochet. « De tous les journaux français, La République française fut celui qui mena le combat avec la plus grande vigueur et un des rares qui osa attaquer de front la personne même de Mac-Mahon ». Pour ce journal qui souligne sans cesse la responsabilité du parti clérical, la lutte sera cette fois-ci décisive. (Pierre Albert, op. cit., p. 1373-1427). Dans son numéro du 1er juin, elle évoque l’éventuelle démission de Mac- Mahon : « Si M. de Mac-Mahon tenait à conserver ses pouvoirs jusqu’à leur expiration, rien ne lui était plus facile, personne ne songeait à les contester ni à les affaiblir : il n’avait qu’à rester dans son rôle, à se contenter d’être le chef constitutionnel d’un gouvernement parlementaire... Pourquoi a-t-il renvoyé brusquement un ministère qui n’avait été mis en minorité dans aucune des deux Chambres ? Pourquoi a-t-il donné sa signature à un document qui l’engageait personnellement et qui mettait dans la balance sa conscience et son autorité ?... Si la majorité actuelle est réélue en bloc par le suffrage universel ou même si le Sénat refuse la dissolution et que la France exprime énergiquement au cabinet la défiance qu’il lui inspire, que pourra faire M. de Mac- Mahon ? »

10 C’est-à-dire des représentants de ces compagnies ferroviaires : la ligne Orléans-Châlons a été confiée après 1865 aux banquiers Tenré et Tarault, celle de Frévent (62) à Gamaches (80) au banquier lyonnais Delahante associé aux entrepreneurs Gautray et Abt ; ces concessions visant à échapper au monopole des grandes compagnies sont de fragiles opérations spéculatives pour lesquelles l’heure de vérité arrive alors... (François Caron, op. cit., p. 448-449).

11 Après 1850, la facture instrumentale est entrée dans l’ère industrielle et Érard est un des principaux fabricants français de pianos avec Bord, Elcké, Gaveau et Playel. Le piano « indispensable dans un salon » [Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues] occupe alors une grande place dans la vie musicale et apparaît comme « un signe extérieure de richesse ou d’émancipation artistique » [Danièle Pistone, Piano, in Dictionnaire du Second Empire, Jean Tulard (dir.), Paris, Fayard, 1995, p. 1002].

12  = La Comédie française.


13 Jean Dacier est une comédie écrite par Charles Lomon né en 1862. Dans son journal, Édouard Millaud (député du Rhône) note, le 24 avril 1877 : « Le succès de Ch. Lomon aux Français s’est affirmé. Jean Dacier n’est pourtant point un chef-d’œuvre, mais ce drame vendéen remue nos fibres patriotiques et Coquelin donne un grand relief à quelques scènes », in Le Journal d’un parlementaire, tome II, Paris, G. Oudin, 1914, p. 16.

14 Constant Coquelin, dit Coquelin aîné (1841-1909) ou Ernest Coquelin, dit Coquelin cadet, tous deux natifs de Boulogne-sur-Mer qui s’illustrèrent à la Comédie française.

15 Chez les Carette (Ernest) et chez les Demy.


16 Le Journal officiel du 2 juin annonce que Dompierre d’Hornoy et Légier de Lagarde sont maintenus, à leur demande, à Arras et à Saint-Pol ; celui du 3 juin signale la réintégration de Bavière comme conseiller de préfecture du Pas-de-Calais, en remplacement de Pallu de la Barrière nommé conseiller de préfecture du Lot-et-Garonne. J. Coffinier, ancien sous-préfet, ancien conseiller de préfecture à Arras, membre de plusieurs sociétés savantes, officier d’Académie, un des auteurs de l’annuaire du Pas-de-Calais pour les années 1877 et 1878 est nommé sous-préfet de Mirecourt (Vosges) dont Louis Buffet (sénateur inamovible, politiquement proche d’Auguste Paris) est le grand notable.

17 Lucie Paris a été déclarée à l’état civil d’Hesdin sous le premier prénom de Clotilde.


18 Chez Délia, amie de Lucie Paris (voir lettre 3 de Mme Paris, note 117).

19 Dépôt provisoire entre les mains de l’administration d’un bien litigieux en vue de sa conservation.


20 Conformément à l’article 5 de la loi constitutionnelle du 25 février 1875 : « en ce cas [de dissolution], les collèges électoraux sont convoqués dans le délai de trois mois ». En fait le gouvernement repousse au maximum la consultation électorale en annonçant le 19 septembre la convocation des électeurs pour le 14 octobre.

21 Paris, pourtant très hostile aux mœurs de l’Empire autoritaire, semble accepter sans scrupules la pratique des candidatures officielles.

22 Les libertés de presse et de réunion sont strictement limitées par le cabinet Broglie-Fourtou qui fait appliquer à la lettre une législation restrictive : le 28 mai Broglie envoie une circulaire aux procureurs généraux, le 31 mai, Fourtou fait de même à destination des préfets. Paris est tout à fait conscient de l’habileté des républicains qui depuis la Commune et le ralliement de Thiers à la République jouent la modération, mettent en avant leur attachement au conservatisme, au pacifisme intérieur et extérieur. (Jérôme Grévy, La République des opportunistes 1870-1885, Paris, Perrin, 1998, p. 239-263).

23 Thiers a reçu le 1er juin la visite de l’ambassadeur d’Allemagne, le prince de Hohenlohe, et celle de l’ambassadeur d’Italie, le général Cialdini, les gouvernements de ces deux pays signalant ainsi leurs préférences... [Daniel Halévy fait état d’une note de Bismarck datée du 18 juin recommandant que « la presse officieuse exerce sur l’électeur français la pression la plus forte qu’il se pourra pour le persuader que s’il donne sa voix au cabinet en fonction, il vote pour la guerre », La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, p. 305]. Georges Soubeyran (1828-1897), juriste, proche d’Achille Fould, a travaillé dans l’administration des finances ; député de la Vienne (1863-1893, bonapartiste passé à la droite monarchiste) ; sous-gouverneur du Crédit foncier puis de la Banque de France, administrateur de la Compagnie du Nord, ses compétences financières lui valent de participer constamment à la commission du budget du Corps législatif et de l’Asssemblée nationale. Homme d’affaires qui se révèle ultérieurement peu honnête (arrêté et libéré sous caution en 1894), il a constitué un groupe de presse avec Paris Journal, fondé en 1868, Le Soir fondé en 1869, et La Patrie, organe d’affaires fondé en 1841, racheté en 1872 ; il s’agit de trois feuilles conservatrices, favorables au bonapartisme, surtout les deux premières, dont le ralliement à la politique du 16 mai a été réticent (Voir Pierre Albert, op. cit., p. 858-889).

24 Guillaume Bonnet-Duverdier (1824-1882), enseignant, républicain proscrit après le 13 juin 1849, revenu en France après le 4 septembre 1870 ; journaliste, élu conseiller municipal de Paris (11e arrondissement) en novembre 1874, vice-président (1875) puis président (1875) de cette assemblée ; à ce titre, en voyage officiel à Londres il a accepté de participer à un banquet offert par des proscrits de la Commune puis quelque temps plus tard, après le 16 mai 1877, dans une réunion privée à Saint-Denis, il aurait attaqué violemment Mac-Mahon et son gouvernement en ces termes – « Luttons d’abord avec les urnes... puis il y a le moyen que vous connaissez » - tout en simulant un tir au fusil. Il est dénoncé, arrêté pour offenses et menaces envers le président de la République (1er juin), condamné à 15 mois de prison et 2000 francs d’amende ; choisi par les républicains de la 2e circonscription de Lyon à la place d’un des 363, il est élu député (extrême gauche, réélu en 1881), sort de prison et retrouve sa place au conseil municipal.

25 À l’occasion de la Fête-Dieu.


26 Non identifiée.


27 Auguste Paris qui y était bibliothécaire succède à la présidence à M. Gardin, président du tribunal de première instance d’Arras. Sur les académies de province, voir : Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition : Les sociétés savantes en France XIXe-XXe siècles, Paris, CTHS, 1995.

28 Le vieil Arras, ses faubourgs, ses banlieues, ses environs, avec des eaux fortes de Boutry, Arras, Eugène Bradier Éditeur, 1877, 750 pages.


29 Non identifiées, sauf Mme Boniface (voir lettre de Mme Paris, 31 mai, note 155).


30 Lucie Paris reprend ici le titre d’une fable de La Fontaine, Jean étant le loup, Eugénie la chèvre, Sophie le chevreau.


31 Voir lettre de Mme Paris du 26 mai, note 118.

32 Werther est un chien, Lolotte est le nom donné par Lucie Paris à sa dernière fille Sophie.

33 « Ils partirent chacun de leur côté », Vulgate, Livre des Rois, 4, 4, 11.


34  ?


35 Commune du Val-de-Marne (de la Seine avant 1964).

36 Charles Paris, frère d’Auguste, né en 1830 est peintre d’ornement et siège au conseil des prud’hommes de Saint-Omer, cité dont l’Ysel et le Haut-Pont sont des quartiers établis sur des marais et donc submersibles.

37 L’ingénieur en chef de la navigation pour le nord de la France est M. Bertin, demeurant à Douai. Les services de la rivière de l’Aa et du canal de Neuffossé sont placés dans les attributions de M. Barlatier de Mas, en résidence à Saint-Omer.

38 Ferdinand Wartelle est le neveu de Charles Wartelle-Deretz (voir lettre de Mme Paris du 18 mai, note 45).

39 Albéric de Brandt de Galametz, propriétaire légitimiste à Mont-Saint-Éloi (canton de Vimy), président de la commission administrative de la Société artésienne des amis des Arts.

40 Non identifié.


41 Les sœurs Béreux.


42 Secrétaire général de la préfecture d’Arras.


43 Non identifié.


44 Non identifiée.


45 Il est l’heure. Jean 4, 23. C’est aussi une formule que l’on retrouve souvent sur les cadrans solaires.


46 Non identifiée.


47 Charles Chesnelong (1820-1899), propriétaire d’une maison de draperie à Orthez, conseiller général, député officiel (1865-1870) puis représentant légitimiste des Basses-Pyrénées (1871- 1875). Élu, invalidé et battu en 1876, il devient un peu plus tard sénateur inamovible (1876) ; la statue de cet ardent défenseur des intérêts catholiques se trouve dans la crypte du Sacré-Cœur de Montmartre dont il avait soutenu la déclaration d’utilité publique en 1873.

48 Le capitaine Max Récamier est membre du Comité de l’Œuvre des cercles catholiques où il est secrétaire de zone.

49 Édouard de Monti de Rézé est responsable des comités royalistes (légitimistes) de l’Ouest. Stanislas Blacas (1819-1882) dont le père, Pierre (1771-1839) fut conseiller du futur Louis XVIII au temps de l’Émigration, puis son ministre et son ambassadeur à Naples avant de suivre Charles X dans l’exil en 1830, est un fidèle du comte de Chambord, son « lieutenant, chargé de représenter Monseigneur au siège du gouvernement, au centre de la vie politique et parlementaire », jusqu’en 1871 puis son « fidei commis », chargé d’animer les comités royalistes du Sud Est, auquel il confie les pleins pouvoirs en avril 1877. Stanislas Blacas est un parent de la nièce de Mac-Mahon chez laquelle les deux hommes se rencontrent pour négocier (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 350). Albert de Mun juge très sévèrement ces deux personnages : le premier « est un vieillard respectable mais dont les facultés mentales qui n’avaient jamais été développées sans doute étaient tout à fait amoindries par l’âge » ; le second est « un chef incapable ». (Philippe Levillain, op. cit., p. 501-505).

50 Paulin Talabot (1799-1885), polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, protégé du maréchal Soult, rallié au Second Empire, entrepreneur ferroviaire (directeur du PLM), a largement contribué au projet du canal de Suez. Député officiel (1863-1870) et président du conseil général du Gard (1865-1870), il est vaincu en juillet 1871 dans les Basses-Alpes ; ce nostalgique de l’ordre apporte son soutien actif au gouvernement du 16 mai, le 26 juin : après l’éventuelle dissolution de la Chambre des députés.

51 Le directeur des chemins de fer (rappel).


52 Paul Andral, petit-fils de Royer-Collard (1763-1845, avocat, professeur, conseiller d’État, académicien, président de la Chambre des députés en 1828), est élu conseiller d’État en 1872 et en est le vice-président du 6 août 1874 au 8 février 1879. Il est présenté comme « l’aménité et la bienveillance en personne » dans un article du marquis de Ségur dans La Revue des Deux Mondes (1910, p. 247). Voir Le Conseil d’État. Son histoire à travers les documents d’époque, 1799-1974, Paris, Éditions du CNRS, 1974.

53 Victor Routier, né en 1847, juge suppléant au tribunal civil de Saint-Pol-sur-Ternoise, a épousé Laure Monel, apparentée aux Wartelle.

54 Épouse d’Albert Desjardins (1838-1897), neveu du général Sébastiani, juriste, professeur à la faculté de droit de Paris, représentant (Centre droit) de l’Oise (1871-1875), sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique (27 novembre 1873-9 mars 1875), à la vice-présidence du Conseil et à l’Intérieur (15 mars 1875-23 février 1876), à l’Intérieur (23 février-9 mars 1876) ; battu aux élections législatives de 1876, il démissionne du gouvernement, se retire de la vie politique et retrouve sa chaire de professeur.

55 Le Temps : quotidien fondé en 1861 par A. Nefftzer, remplacé par son neveu A. Hébrard en 1867 ; ce dernier, ennemi de tous les extrêmes, républicain modéré, en fait l’organe de presse le plus sérieux de France et l’engage contre le gouvernement du 16 mai. Le journal insiste sur le rôle de la presse dans la lutte contre l’ordre moral et propose des abonnements de propagande à prix réduit ; ses rédacteurs protestants sont sensibles au danger clérical ; il multiplie les nouvelles des départements qui dénoncent l’arbitraire des autorités et avertit dès juillet que les fonctionnaires auraient des comptes à rendre, signale les divisions des conservateurs, critique l’action personnelle de Mac-Mahon... (Pierre Albert, op. cit., p. 1163-1199).

56 L’Italie et la France ont signé un traité de commerce en 1863 qui a été prorogé le 1er mai 1877 jusqu’au 31 décembre 1877. Un nouveau traité est signé le 6 juillet 1877 mais il n’entrera pas en vigueur (Journal officiel du 2 mai et du 29 décembre 1877).

57 Chlodwig Hohenlohe Schillingfürst (1819-1905), premier ministre de Bavière (1866-1870), favorable à l’unité allemande sous domination prussienne, ambassadeur d’Allemagne à Paris (1874-1885) devient gouverneur d’Alsace-Lorraine (1885-1894) puis chancelier du Reich (1894-1900).

58 Corneille, Polyeucte, IV, 2. 1110-1114.

59 Affirmation pour le moins discutable !


60 Lors de l’audience que Mac-Mahon accorde, le 9 juin, à une délégation légitimiste conduite par Belcastel et Chesnelong, les deux parties s’entendent sur deux points : 1) les partisans du comte de Chambord auront une large représentation dans les candidatures officielles, 2) le président de la République s’engage à ne pas solliciter la prorogation de ses pouvoirs au-delà de 1880 (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 350). Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), quatrième fils de Louis-Philippe, a certaines ambitions politiques : élu député de l’Oise (où se trouve son domaine de Chantilly) en 1871, il se verrait bien président de la République. Son attitude ambiguë contribua à l’échec de la restauration monarchique en 1873.

61 Certains ont été élus sénateurs inamovibles en décembre 1875 grâce à un complot regroupant tous les républicains (menés par Testelin représentant du Nord), quelques bonapartistes (Raoul-Duval) et légitimistes (de La Rochette, de Franclieu) parmi les plus extrémistes, partisans de la politique du pire visant à faire élire le minimum d’orléanistes qui avaient finalement accepté la République. Auguste Paris qui en fit les frais dénonça en vain cette entreprise le 16 décembre 1875.

62 Charles Kolb-Bernard (1798-1888), propriétaire d’une fabrique de sucre, luthérien converti au catholicisme dont il devient un ardent défenseur ; député du Nord en 1849, il ne se rallie pas au coup d’État mais accepte le patronage officiel en 1859 pour entrer au Corps législatif où il est un des chefs du parti clérical qui s’oppose souvent au gouvernement qui ne présente toutefois personne contre lui en 1863 et 1869 ; représentant en 1871, sénateur inamovible en 1875, il continue de défendre ses thèses protectionnistes, légitimistes et ultramontaines ; il est l’arrière-grand-oncle du général de Gaulle. Charles-Ange, comte de La Monneraye (1812- 1904), militaire, conseiller général (Malestroit), député (1869-1870), représentant (1871-1875), sénateur (1876-1894) légitimiste du Morbihan. Marie-Théophile comte de Rodez- Bénavent (1817-1883), riche propriétaire, conseiller général (Ganges), représentant (1871- 1875) puis sénateur (1876-1879) légitimiste de l’Hérault, vaincu en 1879.

63 Le 4 juin, Coffinier a écrit à L’Avenir pour signaler qu’il refusait sa nomination à Mirecourt.

64 Sans doute s’agit-il d’obligations à lots qui en plus d’être productrices d’intérêts et remboursables dans un temps limité, sont l’objet d’une loterie. Ces titres, soumis au tirage au sort, peuvent rapporter des gains supplémentaires à leurs titulaires favorisés par le hasard et ainsi encouragés à en acheter d’autres.

65 M. Pageot est fondé de pouvoir à la TPG d’Arras (rappel). M. Cavrois-Lantoine est propriétaire à Arras, vice-président de la société de secours mutuels d’Arras, membre de la commission des Antiquités départementales.

66 C’est-à-dire au ministère de la Justice, 11-13 place Vendôme (1er arrondissement), composé de la réunion de deux anciens hôtels particuliers construits à la fin du règne de Louis XIV. Le grand salon du premier étage fut aménagé, en 1718, par Robert de Cotte. (Paris. Guide du patrimoine, op. cit., p. 556).

67 Richard Bickerton Pemell, 2e baron Lyons (1817-1887), diplomate britannique successivement en poste à Florence, Rome, Washington, Constantinople et Paris.

68 Sur les querelles à l’Académie française, voir duc de Castries, La Vieille Dame du quai Conti, Paris, 1978.

69 Journal officiel du 8 juin. Hallo, Delétoille et Édouard Leconte étaient précédemment avocats à Arras. Édouard Leconte est finalement nommé juge de paix à Bavay (Nord) le 10 juillet. Dufresne (voir lettre du 24 mai, note 90) souhaite passer de la magistrature debout (parquet ou ministère public) à la magistrature assise : il sera nommé juge au tribunal de grande instance de Dunkerque à l’automne (Journal officiel, 1er novembre 1877).

70 Une querelle de famille... Zénaïde est la sœur d’Auguste Paris, elle a épousé M. Moniot ; ils ont une fille (Gabrielle) et deux fils, ils sont désargentés. Zénaïde est un prénom rare, d’origine grecque. Sainte Zénaïde que l’on fête le 11 octobre, vécut en Asie mineure ; après avoir rencontré Saint Paul qui la convertit, elle se retira du monde et consacra le reste de sa vie à soigner les malades.

71 Allusion à l’ode de Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose..., vers 11-12 « Puisqu’une telle fleur ne dure/Que du matin jusques au soir ! » et à la stance de Malherbe, Consolation à M. Du Perrier, vers 15-16 : « Et rose elle a vécu ce que vivent les roses, L’espace d’un matin ».

72 Audiffret-Pasquier n’a pas été élu à l’Académie française en 1877, mais deux ans plus tard, il y succède à Mgr Dupanloup.

73 Allusion au célèbre épisode de l’Iliade dans lequel Achille, furieux contre Agamemnon qui lui a ravu sa captive Briséis, se retire sous sa tente et refuse de continuer la guerre (Homère, Iliade I 318-427, 488-492).

74 La compagnie Orléans-Rouen a été créée par l’homme d’affaires belge Philippart en 1869. En 1875, elle exploite 378 km sur 1133 concédés, mais elle connaît de graves difficultés et est déclarée en faillite le 22 mars 1877. Elle est rachetée dans le cadre du plan Freycinet le 12 janvier 1878 (François Caron, op. cit., p. 453, 455, 458, 475-476).

75 Léon Riant, inspecteur des Finances, représentant légitimiste de l’Allier (1871-1875), battu en 1876, nommé directeur général de l’administration des Postes, en remplacement de M. Le Libon décédé (Journal officiel du 29 mai), membre de la commission des chemins de fer (11 août 1877).

76 Les villes d’eaux qui ont connu sous le Second Empire un développement considérable (avec notamment le lancement de Vichy), ont une clientèle estimée à 300000 visiteurs en 1870. Ce succès tient à la prospérité générale, au progrès des transports, au progrès de la médecine thermale, à la publicité, au snobisme. Après une période, consécutive aux événements de 1870-1871, difficile, le thermalisme connaît un nouvel essor. Les raisons de « la fièvre thermale » des années 1875-1890 (avec environ 100 stations) sont à rechercher dans la prospérité, un temps retrouvée, mais aussi dans l’antagonisme franco-allemand qui joue sur la clientèle française au détriment des stations allemandes (« nationalisme thermal »). Si les cures concernent d’abord les vrais malades, on estime également de plus en plus que les villégiatures - pour ceux qui en ont les moyens - sont nécessaires à la santé ; elles sont considérées comme une rupture avec les dures conditions de la vie moderne, un changement d’air salutaire lorsqu’arrivent les chaleurs de l’été. Enfin, depuis l’origine, « le goût pour les stations thermales est également inspiré par des considérations essentiellement mondaines » qui s’étendent d’ailleurs aux autres formes de villégiature. Les hommes politiques qui mènent une vie très fatigante et dont la carrière est soumise à des vicissitudes stressantes sont nombreux à fréquenter les villes d’eaux pour reprendre équilibre et force, d’autant que sous la République des ducs ils appartiennent presque tous aux catégories sociales habituées de ces lieux ; mais ce phénomène continue avec le personnel républicain (Challemel-Lacour, Ferry, Clemenceau...). [Armand Wallon, La vie quotidienne dans les villes d’eaux, Paris, Hachette, 1981, p. 31-37, 93, 96, 109, 131-132, 237]. Voir également, Christian Jamot, Thermalisme et villes thermales en France, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’études du Massif Central, Université Blaise Pascal-Clermont- Ferrand 2, fascicule 32, 1999.

77 Léonora (1837-1911), fille de Lionel de Rothshild (1808-1879, branche anglaise de la famille).

78 Le prince Nicolas Orlov, né en 1827 est un général (qui perdit un œil au siège de Sébastopol) et diplomate qui représente son pays à Paris depuis 1873. Il appartient à une grande famille dont plusieurs membres ont joué un important rôle, notamment son père Alexis Foedorovitch (1786-1861) qui représenta la Russie lors de la conclusion du traité de Paris (1856), fut président du conseil d’Empire et président du conseil des ministres ; il passe pour favorable à la France.

79 Il doit s’agir de l’hôtel Saint-Florentin situé 2 rue Saint-Florentin (8e arrondissement), acquis en 1838 par James de Rothschild (1792-1868) fondateur de la branche parisienne de la banque et père d’Alphonse (voir lettre du 1er juin, note 7). Construit par Chalgrin (1739-1811) pour Louis Phélipeaux, duc de La Vrillère et comte de Saint-Florentin (1705-1777, ministre de Louis XV), il fut agrandi et transformé en 1863-1868 et après 1871 ; avec son plan en U, il donne sur les rues de Rivoli (et l’actuelle Place de la Concorde), Mondovi et Saint-Florentin et sa décoration est remarquable notamment celle de « la grande salle à manger qui s’ouvre par six baies sur la rue de Mondovi », ornée « de colonnes et de pilastres corinthiens en marbre blanc entre lesquels ont été placées des glaces et de grandes peintures » et à l’extrémité de laquelle « une importante niche de marbre a été conçue pour recevoir une statue de Pigalle (1714-1785) » (Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, bâtisseurs et mécènes, Paris, Flammarion, 1995, p. 315).

80 Louis Charles Philippe d’Orléans, duc de Nemours (1814-1896), deuxième fils de Louis- Philippe, a dû refuser les couronnes de Grèce (1824) et de Belgique (1831) ; pair de France, exilé de 1848 à 1871, il est partisan de la fusion entre les deux branches de la famille royale ; militaire qui s’est illustré en Algérie, il est placé dans le cadre de réserve en 1879 puis rayé de cadres de l’armée en 1886.

81 Les Rothschild contrôlent la Compagnie du Nord dont Léon Say est l’administrateur (voir lettre du 1er juin, note 7).

82 Pierre Édouard Teisserenc de Bort (1814-1892), polytechnicien, administrateur des tabacs qui s’intéresse également aux questions ferroviaires, est successivement député (guizotiste) de l’Hérault (1846-1848), représentant (1871-1875) puis sénateur (1876-1892) de la Haute- Vienne ; Centre gauche, animateur de la résistance républicaine au 16 mai, il est par trois fois ministre de l’Agriculture et du Commerce (avril 1872-mai 1873, mars 1876-mai 1877, décembre 1877-février 1879) puis ambassadeur à Vienne (février 1879-avril 1880). Il a décidé la tenue d’une exposition universelle à Paris (1876) qu’il inaugure le 1er mai 1878. À l’Assemblée nationale puis au Sénat, Auguste Paris s’est fait l’ardent défenseur des fabricants de sucre de betterave pour lesquels il préconise des mesures protectionnistes.

83 Vérificateur des poids et mesures à Boulogne-sur-Mer dont la fille Sophie est la filleule de Mme Paris (lettre du 22 septembre).

84 Le château de Sassy à Saint-Christophe-le-Jajolet (canton de Mortrée, Orne), édifié à partir de 1760, est devenu la propriété du duc d’Audiffret-Pasquier en1850.

85 Le marquis Adolphe de Partz de Pressy (1819-1910), châtelain, riche propriétaire, conseiller général (Heuchin), représentant puis député du Pas-de-Calais (1871-1889), est le principal leader du parti légitimiste dans département qui eut un autre élu à l’Assemblée nationale de 1871-1875 avec le comte Eugène de Diesbach de Belleroche (1817-1905) lui aussi châtelain et riche propriétaire, organisateur du pèlerinage parlementaire à Paray-le-Monial (1873). Il ne s’est pas représenté en 1876 et les bonapartistes qui souhaitent maintenir, voire accroître leur influence au grand dam des royalistes artésiens entendent imposer leur candidat Édouard Sens (1826-1905), polytechnicien, ingénieur des mines, conseiller général (Beaumetz-les- Loges), député officiel (1866-1870) puis représentant (1874-1875) du Pas-de-Calais. Battu en 1876 aux élections sénatoriales et législatives, élu en octobre 1877 mais invalidé et non réélu, il retrouve la Chambre des députés en 1885-1889.

86 Sa sœur Zénaïde.


87 Celui que les Prussiens établirent d’octobre 1870 à mars 1871.

88 Les stances composées d’un nombre variable de strophes forme un poème lyrique d’inspiration grave ; Paris songe sans doute à La consolation à M. du Périer de Malherbe (1598) mais aussi aux Stances à Lucie de Musset (1835).

89 « points noirs » : expression rendue célèbre en raison de son utilisation par Napoléon III lors d’un voyage à Lille en août 1867 qui annonce ainsi une dégradation de la situation internationale et intérieure. Les Russes se heurtent à une forte résistance entre Roustchouk et Plevna (Bulgarie) ; dans cette dernière forteresse, les troupes d’Osman Pacha soutiennent un siège jusqu’en novembre 1877.

90 Le Royaume-Uni et l’Autriche-Hongrie - dont Auguste Paris, curieusement, ne parle pas - sont inquiets des ambitions russes même si le gouvernement de Saint-Pétersbourg a déclaré à celui de Londres qu’il n’avait pas l’intention d’occuper Constantinople ni de réviser unilatéralement le statut des détroits, et à celui de Vienne qu’il ne porterait pas la guerre dans la partie occidentale de la péninsule balkanique (janvier et avril 1877). L’Allemagne voudrait éviter de prendre partie pour ne se brouiller avec aucune grande puissance et préserver l’Entente des trois Empereurs (Russie, Autriche-Hongrie, Allemagne). En échange de sa « neutralité bienveillante », la Russie autorise l’Autriche-Hongrie à occuper la Bosnie- Herzégovine, cette compensation pourrait amener certains Etats à en réclamer pour leur propre compte, notamment l’Italie qui n’entretient pas de bons rapports avec Vienne et s’alarme de l’expansionnisme austro-hongrois en bordure de l’Adriatique... (Pierre Renouvin, Histoire des relations internationales, Tome sixième, Le XIXe siècle, II, De 1871 à 1914, L’apogée de l’Europe, Paris, Hachette, 1974, p. 67-69).

91 Peut-être songe-t-il aux propos prêtés à Bonnet-Duverdier (cf. lettre du 3 juin, note 24) et aux nombreuses tentatives d’assassinat contre Louis-Philippe ; à cette époque, les assassinats politiques réussis sont assez rares en Europe depuis celui du Duc de Berry (1820) et avant celui du tsar Alexandre II (1881).

92 Mme Fourtou (1844-1915), née Alix Dereix de La Plane, a en effet eu six enfants : Adrien né en 1864, Antoinette née en 1865, Albert né en 1866, Ernest né en 1872, Mary née en 1874 et Jean né en 1877 (Dictionnaire des Parlementaires d’Aquitaine sous la IIIe République, Textes recueillis par Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, Bordeaux, Centre aquitain de recherches en Histoire contemporaine, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, PUB, 1998, p. 75-77).

93 Le gouvernement craint aussi peut-être des manifestations d’opposition, notamment à la gare Saint-Lazare !

94 Ne s’agirait-il pas plutôt de M. Spéry, chef de gare à Arras ?

95 Paris veut dire discussion ; ce lapsus est significatif !


96 « Cromwell allait ravager toute la chrétienté ; la famille royale était perdue, et la sienne à jamais puissante, sans un petit grain de sable qui se mit dans son uretère. Rome même allait trembler sous lui ; mais ce petit gravier s’étant mis là, il est mort, sa famille abaissée, tout en paix, et le roi rétabli ». PASCAL, Pensées, Contradiction de l’homme, Sa misère.

97 Voir les lettres du 25 juin et du 23 mai.


98 Lucie Béreux et Auguste Paris se sont mariés à Arras le 25 janvier 1856.

99 Non identifié. Peut-être s’agit-il d’un serviteur qui s’apprête à porter le courrier à Arras ?

100 Par commodité et par précaution !


101 La séance du 16 juin commence par une déclaration de Fourtou annonçant l’intention du président Mac-Mahon de dissoudre la Chambre des députés où aucune majorité durable n’est possible sans l’appui des radicaux dont il veut éviter l’arrivée au pouvoir. La prorogation d’un mois n’ayant ni calmé les esprits ni créé les conditions nécessaires au vote du budget, le gouvernement demande aux députés d’adopter les lois urgentes en attendant la dissolution qui, espère-t-il, sera acceptée par le Sénat et permettra au pays de trancher.

S’engage ensuite la discussion de l’interpellation déposée le 18 mai par M. de Marcère et d’autres collègues républicains ainsi libellée : « Les sousignés, considérant que le ministère annoncé ce matin par le Journal officiel est composé des hommes dont la France a déjà condamné la politique ; que leur présence au pouvoir compromet la paix intérieure et extérieure ; demandent à interpeller le gouvernement sur la composition du cabinet ».

Paul Bethmont [(1833-1889), fils d’Eugène (1804-1860), avocat, député de la monarchie de Juillet, représentant et ministre de la Deuxième République, hostile au coup d’État ; lui-même, avocat, conseiller général, député de l’opposition (1865-1870) puis Centre gauche (1871-1882) de la Charente-Inférieure quitte le Palais-Bourbon le 6 mars 1882 afin d’exercer pleinement ses fonctions de premier président de la Cour des comptes] monte le premier au créneau. Après avoir comparé le gouvernement du 18 mai 1877 à celui du 24 mai 1873 « trop monarchique, trop clérical », il lui reproche d’avoir bouleversé l’administration préfectorale et la magistrature, d’être « un coup de force » et de marquer « une rupture » dans « l’apaisement merveilleux » que connaissait le pays depuis 1876. Empêcher l’affermissement de la République, éviter la perte d’audience définitive des partis monarchiques, faire triompher le cléricalisme sont, selon le député de la Charente-Inférieure, les raisons profondes du 16 mai, la dernière étant la seule sur laquelle les conservateurs (dont il ménage quelque peu l’aile légitimiste) soient d’accord (« Vous êtes des ministres cléricaux »). Les conservateurs qui n’ont rien à proposer si ce n’est « leur néant et leur impuissance » seront battus (« Vous serez vaincus dans l’assaut suprême que vous tentez aujourd’hui contre la République »).

102 « Nous n’avons pas votre confiance, vous n’avez pas la nôtre » : cette phrase résume la réponse de Fourtou qui dénonce « les fausses alarmes et les chimériques inquiétudes » agitées par les républicains et rappelle « les deux caractères essentiels du gouvernement : respect absolu de la constitution, sauvegarde et protection des intérêts conservateurs du pays ». D’après le ministre de l’Intérieur, ces deux principes sont menacés par « l’esprit révolutionnaire » du radicalisme inspiré du programme de Belleville qu’il cite longuement, visant ainsi directement Gambetta qu’il accuse par ailleurs de dissimulation [« Lorsque nous avons vu dans de récents débats parlementaires, M. Gambetta modérer les mouvements trop ardents, à son gré, d’une majorité qu’il contient si difficilement et si provisoirement, ce n’était point l’indice d’un changement quelconque dans les aspirations et les espérances de son parti ; c’était simplement une stratégie politique destinée à dissimuler au pays le but vers lequel on voulait le conduire »]. Bien plus, les radicaux tendent à transformer la Chambre des députés en une nouvelle Convention ; contre 1793, les ministres du 16 mai sont « aussi les amis de la France de 1789 » et s’inquiètent des projets des républicains préjudiciables à l’ordre, aux affaires, à la stabilité sociale et à la paix. Sur ce dernier point éclate un incident célèbre qui met Thiers en vedette [« Le voilà le libérateur du territoire »] et déstabilise sérieusement Fourtou.

103 Échange non mentionné dans le Journal officiel.


104 A gauche les interrupteurs sont Désiré Barodet (Union républicaine, Paris), Étienne-Henri Giraud (Centre gauche, Deux-Sèvres), Louis Chassaignac de Latrade (Gauche républicaine, Corrèze), Latrade, Philippe Lepère (vice-président de la Chambre, Union républicaine, Yonne), Édouard Lockroy (Union républicaine, Bouches-du-Rhône), Georges Périn (Union républicaine, Haute-Vienne), Maurice Rouvier (Union républicaine, Bouches-du-Rhône), Emmanuel Tirard (Union républicaine, Seine), Adolphe Truelle (Centre gauche, Eure-et-Loir) et bien sûr Gambetta qui a qualifié le 16 mai de coup d’État... ; à droite, les légitimistes Léon Baudry d’Asson (Vendée), de La Biliais (Loire-Inférieure), le duc de La Rochefoucauld- Bisaccia (Sarthe), le baron de La Rochette (Loire-Inférieure), Alain de Rohan-Chabot prince de Léon (Morbihan) apostrophent surtout Gambetta, alors que Bethmont est principalement victime des bonapartistes, Hyacinthe Brierre (Loiret), le comte de Colbert-Laplace (Calvados), Gustave Cunéo d’Ornano (Charente), Ernest Dréolle (Gironde), Dugué de la Fauconnerie (Orne, directeur de L’Ordre), Robert Mitchell (Gironde), le marquis Adhémar de Guillautet (Landes), Michel de Goyon duc de Feltre (Côtes-du-Nord), Le Provost de Launay (Côtes-du- Nord), Albert Thirion-Montauban (Dordogne), le baron Verbigier de Saint-Paul (Ariège) mais surtout Paul de Granier de Cassagnac (Gers, directeur du Pays).

105 Après Fourtou, Gambetta monte à la tribune et stigmatise « la misère et la pauvreté » de la politique du gouvernement qui vise à éviter la désignation de Thiers par les Français pour diriger le pays. Le cabinet ne respecte pas les institutions, sa demande de dissolution est illégitime mais si elle est adoptée, la population doit être rapidement consultée. Il compare le cabinet du 16 mai (« Nous avons en face de nous des nobles qui ne veulent pas s’accomoder de la démocratie, et une congrégation qui veut asservir la France ») au cabinet Polignac et signale que ce « gouvernement des prêtres » a rencontré « la réprobation de l’étranger » qui s’inquiète de l’agitation cléricale qu’il entretient. À ce sujet, Paris, s’approchant de la tribune, demande la parole ce qui suscite un incident : un grand nombre de membres de la gauche descendent dans l’hémicycle et l’interpellent vivement tandis que des membres de la droite en font autant vis-à-vis de Gambetta. Après avoir défini le véritable patriotisme [« Le patriotisme, messieurs, il consiste à dire la vérité à son pays ; le patriotisme, il consiste à ne pas s’engager dans une politique d’aventure ; il consiste à tenir la France à l’abri des expéditions de Rome... »], Gambetta condamne l’ensemble de la politique du gouvernement (« Cette politique, c’est l’équivoque ») et justifie l’action de la majorité républicaine, peine de « sagesse et de prudence » qui sortira plus nombreuse de l’épreuve face à des conservateurs (dont il attaque surtout l’aile bonapartiste) entre lesquels « il ne peut y avoir que la discorde et finalement la guerre civile ».

106 Paris a tendance à confondre dans une même opprobre la Terreur de 1793-1794, La Commune de 1871 et les amis politiques de Gambetta. La loi des Suspects à l’élaboration de laquelle le nordiste Merlin de Douai a contribué fut votée par la Convention nationale le 17 septembre 1793 et servit de base juridique à la Terreur ; Auguste Paris en a étudié les effets dans le Nord et le Pas-de-Calais (La Terreur dans le Pas-de-Calais et dans le Nord, Arras, 1864). Le 5 avril 1871, la Commune de Paris prit le décret sur les otages ; lors de la semaine sanglante, c’est-à-dire lors de la reconquête de Paris par les troupes versaillaises (21-28 mai), la Garde nationale demanda et obtint l’exécution des otages détenus à la prison de La Roquette, parmi lesquels Mgr Darboy, archevêque de Paris et l’abbé Deguerry (24 mai). Auguste Paris refuse de pardonner : « Si innocents qu’on les [les prisonniers comunards] suppose, vous admettrez que dans l’intérêt de la France, le gouvernement ait l’œil ouvert sur eux » (25 janvier 1872, Assemblée nationale) ; en 1876, il s’oppose à l’amnistie des Communards proposée par Victor Hugo.

107 À propos de l’agitation qui a régné lors de la séance du 21 août 1871 de l’Assemblée nationale où Jules Simon a été violemment attaquée par la droite pour s’être montré trop tolérant à l’égard du laïcisme militant de la municipalité lyonnaise, Émile Zola parle, déjà, de « saturnales parlementaires » dans sa chronique du journal républicain La Cloche.

108 Le gouvernement a choisi en Paris un brillant orateur (ancien professeur de rhétorique, avocat) qui s’est déjà illustré de nombreuses fois à la tribune du parlement.

109 Que Dieu (me) soit en secours, formule créée par Paris à partir d’une des prières formulées par l’officiant au début des Complies du dimanche : Deus, in adjutorium meum intende = O Dieu, venez à mon aide.

110 S’agit-il de Wartelle-Deretz ? de son frère Wartelle-Monel ou d’un prêtre de leurs parents ?

111 Plus exactement, les milieux que fréquentent Lucie et Auguste Paris, c’est-à-dire la bonne bourgeoisie arrageoise. Cette remarque peut être mise en rapport avec ce que dit le ministre des Travaux publics dans sa lettre du 11 juin : « Les courses terminées, les eaux ou la villégiature ont plus d’attrait que l’atmosphère de Paris ».

112 Audiffret-Pasquier, Buffet, Chesnelong...


113 Les parlementaires des deux assemblées sont répartis, par tirage au sort, en bureaux - 9 au Sénat et 15 à la Chambre des députés - qui discutent rapidement les projets et propositions de loi puis désignent leurs représentants au sein des commissions. Les cinq bureaux sûrs sont le 2e (comte Daru), le 3e (Grivart), le 4e (Depeyre), le 6e (Audren de Kerdrel), le 9e (Léon Clément) ; le 1er (Le Royer), le 5e (Bérenger), le 7e (Jules Favre) sont tenus par les républicains ; le 8e, présidé par le constitutionnel Ventavon est incertain.

114 Paris écrit cette lettre à chaud d’où sa brièveté et sa mauvaise calligraphie qui témoignent de l’émotion et de la fatigue de l’orateur.

115 Avant Paris, Decazes a répondu à Gambetta sur les affaires étrangères et affirmé (dépêches à l’appui) que les relations avec l’Italie (spécialement évoquée par le tribun républicain), l’Allemagne et la Russie étaient bonnes.
Paris a estimé d’abord qu’il s’agissait d’une fausse demande d’interpellation puisque, avant même la discussion, les républicains avaient pris leur décision de blâmer un gouvernement condamné avant même d’être né. Il a expliqué ensuite (chiffres à l’appui) que la politique du cabinet n’avait pas entraîné « un trouble profond des intérêts matériels » car « la gêne » est générale et antérieure au 16 mai ; en outre, les républicains n’ont rien fait pour procurer l’apaisement. Il a insisté surtout sur « le caractère politique » c’est-à-dire institutionnel du débat. Après avoir rappelé que la République n’est pas un gouvernement de droit absolu, et exposé les attributions exactes des trois pouvoirs (Président de la République, Sénat, Chambre des députés), il a regretté que l’esprit qui animait les institutions de 1875 ait été modifié par la pratique qu’en ont fait les républicains dont il a souligné les divisions (à propos de la chute du cabinet Dufaure) et fustigé les propos anticléricaux [... « samedi dernier, un orateur [Paul Bethmont] n’a pas craint, par la plus injuste des accusations, d’attirer les méfiances de l’opinion sur ces modestes curés de villages. Ces méfiances, exprimées en termes plus ardents, et bientôt suivies de haine, ont amené à une époque qui n’est pas très éloignée de nous, le massacre des otages ».]. Il a terminé en appelant tous les conservateurs à s’unir, comme après les journées de juin 1848 ou en février 1871 pour repousser « l’invasion du radicalisme » (dont les républicains conservateurs n’ont pas su se séparer, rendant ainsi impossible l’union des centres) aux multiples dangers.

116 Après Paris, Jules Ferry [1832-1894, avocat libéral, républicain passionné mais allergiques aux passions révolutionnaires, député de Paris en 1869 ; membre du gouvernement de la Défense nationale, il est chargé de l’administration de la capitale mais entre rapidement en conflit ouvert avec les futurs communards (1870) ; représentant puis député des Vosges (1871- 1889, Gauche républicaine), cet anticlérical convaincu, franc-maçon, influencé par le positivisme humanitaire, brillant orateur combat violemment l’ordre moral avant de commencer une grande carrière ministérielle en février 1879] est intervenu pour dénoncer « le régime constitutionnel extraordinaire » exposé par son prédécesseur à la tribune qui confie trop de pouvoir au président de la République alors que la constitution de 1875 a établi un régime parlementaire. À ce sujet, il attaque sévèrement le ministre des Travaux publics : « L’honorable M. Paris nous fait une description singulière de notre constitution républicaine, à laquelle pourtant il a longtemps collaboré et qui n’est venue au monde que contre son gré ; car c’est un père d’une singulière nature : il a fait pour empêcher son enfant de naître des efforts surhumains, dont nous avons tous été témoins ». Puis il rejette les accusations de propension à la subversion portée contre les républicains en raison de l’influence en leur sein des radicaux (de 1877) qui lui rappellent plus ceux de 1819 que ceux de 1848. Pour Jules Ferry, le 16 mai est la réalisation du projet développé par les orléanistes depuis 1875 : « prendre pied dans la constitution pour la détruire progressivement ». Ils ont constitué autour de Mac-Mahon « un gouvernement occulte » qui a usé et brisé les cabinets républicains avant de devenir le gouvernement officiel. Ses multiples abus de pouvoirs dépassent ceux des « plus mauvais jours de 1852 » ; mais, en indisposant les Français, ils font le jeu des républicains qui reviendront au pouvoir et feront respecter le droit.

117 Les interrupteurs républicains de Paris ont été nombreux : Désiré Barodet et Germain Casse (Union républicaine, Paris), Horace de Choiseul (Centre gauche, Seine-et-Marne), Étienne Deschanel (Gauche républicaine, Seine), le comte Gaston de Douville-Maillefeu (Union républicaine, Somme), Léopold Faye (Gauche républicaine, Lot-et-Garonne), Henri de Lacretelle (Union républicaine, Saône-et-Loire), Henri Liouville (Gauche républicaine, Meuse), Francisque Ordinaire (Union républicaine, Rhône), Bruno Thourel (Gauche républicaine, Basses-Alpes). Vers la fin de son intervention, un coup de sifflet, venu d’où ( ?) suscite une longue agitation...

118 Le débat parlementaire est bien une joute ! Sans doute pense-t-il à son développement sur les coups d’État qui est construit comme la définition du patriotisme donnée par Gambetta deux jours avant : « Vous parlez de coup d’État. Savez-vous quand on fait des coups d’État ? C’est, lorsque, au lendemain des malheurs de la France... on s’empare de tous les pouvoirs. On fait des coups d’État lorsqu’on dissout les conseils généraux... On fait des coups d’État, alors que la volonté d’un homme s’imposant à celle du pays retarde d’une manière indéfinie la convocation d’une Assemblée nationale... ».

119 Jules Grévy (1807-1891), député du Jura, président de la Chambre des députés s’efforce presque toujours de diriger avec autorité et équité les débats. Ainsi, au début, il n’a pas cédé aux demandes insistantes de la gauche qui souhaitait pouvoir répondre immédiatement au ministre des Affaires étrangères, avant que Paris ne prenne la parole ; à la fin, il a condamné les interruptions de la gauche et soutenu Paris : « M. le ministre proteste, et il a raison, de la modération de ses sentiments et de son langage. Il professe ses opinions devant la Chambre et vous devez les respecter, ne fût-ce que pour montrer que vous savez respecter la liberté de la tribune ».

120 Il s’agit de Levert.

121 Edgar Raoul-Duval (1832-1887) « bonapartiste indépendant, esprit original et tempérament de combat » (Gabriel Hanotaux, op. cit., p. 459). Depuis un incident à l’Assemblée nationale le 20 décembre 1871, il est « la bête noire de Paris » (Anatole Claveau, Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin. Le principat de M. Thiers, Paris, Plon, 1914, p. 264 et suivantes) qui, en outre, lui tient sans doute encore rigueur d’avoir conclu un pacte avec certains légitimistes et les républicains afin que les orléanistes aient le minimum de sénateurs inamovibles (décembre 1875). Son évolution politique est, en effet, originale. Petit-fils par sa mère de Jean- Baptiste Say, protestant, magistrat, représentant de la Seine-Inférieure (1871-1875) il est passé du Centre droit à l’Appel au peuple (bonapartiste). Député de l’Eure (1876-1877, 1884-1887), il ne prend pas part, le 19 juin 1877, au vote sur l’ordre du jour de défiance présenté par lesHaut de page

Table des illustrations

Titre Fac-similé de la lettre
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/557/img-1.png
Fichier image/png, 341k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/557/img-2.png
Fichier image/png, 2,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 1 à 39, 1 à 9) 15 mai-27 juin », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 61-100.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 1 à 39, 1 à 9) 15 mai-27 juin », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/557

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org