Navigation – Plan du site
Deuxième Partie : les travaux et les jours d'un ministre en campagne

(Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877

28 juin – 30 juin 1877
p. 101-216

Texte intégral

- Lettre 40 - 28 juin, 7 heures

  • 1 L’Avenir, journal d’Arras et du Pas-de-Calais, est une feuille républicaine, paraissant tous les jo (...)
  • 2 Paris songe-t-il à Renaud-Cordonnier, conseiller municipal d’Arras?

  • 3 M. Deusy possède un château dans ce hameau de la commune de Faverolles (canton de Valençay, Indre). (...)

1Chère Lucie,

J’ai passé la journée d’hier à recevoir des députés et des sénateurs qui, avant de gagner leurs départements venaient m’adresser leurs recommandations.
M. Andral, vice-président du Conseil d’État, voisin de campagne de M. Deusy, m’a parlé de la visite qu’il avait reçue de notre maire à moitié repentant. Deusy déclare que la peur du bonapartisme lui a fait voir rouge. Il s’aperçoit qu’il est allé trop loin en compagnie des 363 et il craint d’échouer aux élections, les bonapartistes votant pour Sens, les légitimistes et les catholiques ne votant pas pour le candidat de L’Avenir1. Aussi se dit-il tenté de se retirer de la politique. Je le crois encore plus tenté d’opérer un demi-tour à droite, s’il en trouve l’occasion, sans cesser d’être ou d’avoir été un des 363. J’ai engagé M. Andral à maintenir Deusy dans cette disposition d’esprit. Mieux vaudrait pour nous qu’il se brouillât avec L’Avenir et que nous eussions à combattre un Renaud2 quelconque. Avant de partir pour Arras, Deusy passe quelques jours à la Pacaudière3.
J’avais hier une loge aux Français. Pour ne pas en user seul et me tourmenter avec des rendez-vous manqués, j’ai envoyé simplement le coupon aux Carette. J’ai consacré la dernière heure du jour à une promenade sur les quais de la Seine…


  • 4 Cette décision sera finalement abandonnée.
  • 5 Il s’agit du vicomte Robert de Mun qui a été imposé par son frère, le comte Albert, à ce poste de r (...)
  • 6 Le comité électoral bonapartiste est présidé par Hyacinthe Arrighi de Casanova duc de Padoue [1814- (...)
  • 7 Alexandre Fairé né en 1824, élu à Angers II (Maine-et-Loire), invalidé, battu le 21 mai 1876, élu e (...)
  • 8 Le marquis Léonce de Vogüé (1805-1877), fils d’un député et pair de France, militaire (Espagne, Alg (...)
  • 9 M. Dehée est médecin à Arras, M. Braine est notaire à Arras et conseiller d’arrondissement (Arras s (...)

21 heure. J’ai reçu vos lettres ; je vous remercie, Clara et toi, de penser à l’absent. Dis à Jean que je ne suis pas du tout content d’une place de 4e. Il m’a promis de bien travailler jusqu’aux prochaines vacances. Je compte sur sa parole.
Dis à Eugénie de m’envoyer le plus tôt possible les 53 nos des actions, y compris celle de Saint-Nicolas pour que je puisse demander une vérification au Nord. Assurez-vous bien, avant tout, qu’aucun coupon de juillet n’est resté attaché aux titres, assurez vous qu’il y a bien 52 actions dans le rouleau d’Arras. Ces coupons ont été liés par moi au moment même où je les ai détachés et ils n’ont pu quitter mon porte-monnaie, sinon au moment où j’y ai joint celui de Saint-Nicolas, en wagon.
Nous avons résolu de faire les élections au conseil général avant les élections législatives. Agir autrement aurait été illégal. C’est le 12 août probablement que les électeurs seront convoqués4.
A propos des élections législatives, la droite légitimiste a fait remettre à M. de Fourtou, par l’entremise de M. de Mun5, secrétaire général du comité central, le tableau indiquant ses prétentions et ses espérances. C’est un travail d’ensemble. M. Rouher aurait voulu, au nom de son parti, procéder autrement et agir par groupes de départements, afin de dissimuler davantage son plan en le fractionnant6. Le ministre de l’Intérieur lui a déclaré que des propositions d’ensemble devraient lui être faites, qu’il ne les consulterait qu’à titre de renseignements, le gouvernement se réservant le droit d’arrêter ses choix après avoir consulté les préfets. Pour le moment, une seule règle a été acceptée : soutenir tous les députés qui ont voté contre l’ordre du jour, assimiler à ces députés tous les invalidés7 qui n’ont pas été réélus. Pour le reste, on verra…
Les décès abondent ici aussi bien qu’à Arras. On a enterré hier le marquis de Voguë et le comte de Melun, nos anciens collègues8. La mort de Sauvage est un coup bien douloureux pour Mme Lenglet et pour toute la famille Dehée-Braine9 déjà si éprouvée.
Ne me laissez pas longtemps sans nouvelles.

- Lettre 11 - Arras, 28 juin

  • 10 Non identifiée.

  • 11 S’agit-il du sermon qu’elle écoutera s’il va à la messe de ce jour qui célèbre la vigile de la fête (...)

3Cher Ami,

Il est cinq heures du soir, je vais compléter ma lettre d’hier et l’envoyer à la poste en faisant chercher Jean. Je n’ai plus le courage de descendre chercher une feuille de papier, je prends ce qui me tombe sous la main. Ce matin, je me levai de bonne heure et parvins à me servir des yeux de ma fille pour inscrire un à un les malheureux coupons dont un perdu et, voyez ce que vaut le devoir écrit, je n’en dirai plus de mal de ma vie, ces coupons comptés, recomptés, inspectés trois ou quatre fois avaient su dissimuler aux yeux d’Eugénie comme aux miens un récalcitrant numéro qui n’avait pas été coupé ; la nomenclature est faite pour une autre fois et le coupon sera touché ici avec les fonds de nos sœurs.
J’ai fait aujourd’hui payer les contributions et toucher les fonds français. J’ai assisté au service de M. Delétoile. J’ai fait offrir encore ma personne et mes services à ma petite amie Élisa
10. J’ai servi tous mes serviteurs et je me délecte dans un repos inaccoutumé en attendant l’heure du sermon11 qui m’empêche de faire aujourd’hui les courses de Saint-Nicolas.
La pétition ci-jointe est celle que Melle Laure Petit m’a apportée hier.
Je vous ferai bien écrire un mot par Eugènie mais elle a perdu beaucoup de temps ce matin, elle tâche de le rattraper. Nous vous embrassons donc collectivement, heureuse de ne vous voir pas (sic) de nouveaux embarras et satisfaites des informations que me donne votre lettre. La dame de notre département n’est pas empressée de me rendre ma politesse au jour, on voit bien qu’elle ne sait pas combien sont rares et précieuses les démarches que je fais en faveur de la jeunesse et sont moins de peine pour moi si elle éloigne les occasions.

L. P.

- Lettre 41 - 29 juin, 1 heure pm

  • 12 Fernand Duval (voir lettre du 25 mai note 102). Mariano Roca de Togores y Carrasco, marquis de Moli (...)
  • 13 Il s’agit de la revue militaire du dimanche 1er juillet à Longchamp.

  • 14 M. Lallard de Gommecourt est maire de Gommecourt (canton de Pas-en-Artois). Félix Le Sergeant de Mo (...)
  • 15 Le Journal officiel du 20 juin a indiqué qu’il s’était abstenu [comme les bonapartistes autoritaire (...)
  • 16 Le conseiller général de Pas-en-Artois est le comte de Louvencourt, maire de Couin.
  • 17 Charles et Marie Paris, frère et sœur d’Auguste résident auprès de leur mère à Saint-Omer où ils hé (...)

4Chère Lucie,

J’ai dîné hier soir chez M. Auguste avec les Demy, un grand soleil et quelques amis. Toutes les santés sont bonnes. On nous envoie, en t’associant force compliments. J’ai passé une heure de la soirée chez M. le maréchal. Il n’y avait pas réception officielle mais réunion plus intime. J’ai fait la connaissance de M. Ferdinand Duval, préfet de la Seine, du marquis de Molins, ambassadeur d’Espagne, du baron de Zuylen, ministre plénipotentiaire des Pays-Bas qui se sont montrés fort aimables envers moi12. Le maréchal se montre très gai, très confiant. M. Brunet est le seul ministre que j’ai rencontré à l’Élysée. Le duc de Broglie m’a invité à dîner mercredi.
J’ai reçu de Mme Carette une invitation pour dimanche. M. Jouffroy m’a appris que dimanche, Melle Charlotte recevra la confirmation. Si je puis me dispenser de la revue13, j’irai vous voir dimanche, consoler ma veuve, réconforter mes orphelins. Si je suis de revue obligatoire, je recommanderai à Mme Carette de ne pas m’attendre et j’arriverai quand je pourrai. Je t’enverrai une dépêche demain pour t’annoncer mon arrivée, si je puis m’échapper.
Je suis bien aise que tu aies retrouvé le coupon Nord. Je t’avais indiqué le gîte du lièvre. J’ai acheté 20 obligations Nord à mon nom et 10 au nom de notre fille aînée que je ferai profiter jusqu’à concurrence du remboursement des obligations amorties.
J’ai reçu ce matin une douzaine de visites, notamment celle de M. Félix de Monnecove et du baron Lallart de Gommécourt14. Quel malheur que Levert n’est pas persévéré dans son abstention15 ! « Entre nous », de Monnecove est tout disposé à rompre une lance avec lui.
Le baron de Lallart veut me céder la place et concourir à mon élection au conseil général dans le canton de Pas16. Je l’ai engagé à voir, à réfléchir, ne voulant me mettre en campagne qu’avec un succès assuré.
J’ai reçu une lettre de Charles. L’état de santé de Gabrielle rend vraiment périlleux son retour à Paris. Il n’y a rien à dire. Marie est fatiguée, attristée17…

Je vous embrasse affectueusement.
Paris.
M. Voisin, préfet de police, est venu me voir ce matin. Le maréchal lui disait avant le 16 mai : « il n’y a qu’avec vous que je puisse causer librement ! ».

- Lettre 42 – 30 juin, 7 heures

  • 18 Voir lettre du 26 mai, note 108.

  • 19 L’hôtel des ministres dans l’aile Richelieu du palais du Louvre aménagée par Lefuel sous le Second (...)
  • 20 Le palais a été agrandi sous le Second Empire, endommagé par les incendies de la Commune, restauré (...)
  • 21 De 1874 à 1876.

  • 22 En se mariant, en 1860, avec Anna-Cécile Donnet (1827-1898) Eugène Caillaux s’allie à une famille d (...)
  • 23 Coralie, fille de Coralie Béreux, nièce d’Auguste et Lucie Paris, a épousé Charles Magnien, militai (...)

5Partirai-je ce soir pour Arras, ma Chère Lucie, ou serai-je obligé de demeurer à Paris ? Je n’en sais rien encore. Je verrai, en consultant mes collègues au conseil des ministres, s’il est convenable que j’assiste demain à la revue ou si je puis m’en dispenser. Dans la première hypothèse, je m’occuperai ce soir de mon déménagement de Versailles que je n’ai pas encore eu le temps de faire et demain, je dînerai chez M. Carette. Si je puis, au contraire, satisfaire mes désirs, j’irai passer la revue chez nous.
J’ai présenté mes devoirs à Mme Brunet et à Mme Caillaux. Mme Brunet est une grosse dame qui a conservé un léger accent de la Corrèze, elle a une jeune fille de 18 à 20 ans, qui paraît bonne et simple. L’hôtel du ministère de l’Instruction publique18 est moins agréable à habiter que le mien. Chez Mme Caillaux, ou plutôt au ministère des Finances, le luxe impérial s’en est donné à l’aise19. Mais pas un coin de jardin, une simple terrasse donnant sur le square du nouveau Louvre20 et sur laquelle le soleil se plaît à darder ses rayons. Mme Caillaux regrette le temps où ses petits garçons jouaient aux barres sur la pelouse des Travaux publics. Elle a passé ici deux ans21 ! Quelle longévité ministérielle. Mme Caillaux est vive et enjouée22. Ces deux dames se sont enquises fort aimablement de l’époque où tu viendrais à Paris ?
Sais-tu quelle visite je recevrai mardi ? Celle de Coralie qui vient seule au devant de sa belle-sœur, Charles étant retenu par son service23. J’inviterai notre nièce à déjeuner. Elle retournera à Abbeville enchantée, trouvant que tout est splendide dans la vie d’un ministre. Elle n’en aura vu que les roses. Mon jardin en est tout fleuri.
Les journaux me font, décidément, une part favorable qui équivaudrait presque aux circonstances atténuantes. Dans leurs racontars, c’est M. Paris qui soutient, au conseil des ministres, les thèses modérées et constitutionnelles.

1 heure

  • 24 Le sort en est jeté: paroles fameuses attribuées par Suétone (Caesar, 82) à Jules César au moment o (...)
  • 25 Localité de Gironde où il possède un château.
  • 26 L’article 5 de la loi constitutionnelle du 25 février dispose que: « en cas de dissolution, les col (...)
  • 27 qui est réfutée par le comité de jurisconsultes républicains qui publie ses conclusions le 12 juill (...)
  • 28 Loi électorale du 30 novembre 1875.

  • 29 Annoncées le 22 septembre, elles auront finalement lieu les 14 et 28 octobre. Le Temps et Le Figaro (...)
  • 30 Elles auront finalement lieu les 4 et 11 novembre.

  • 31 Les conseillers généraux et d’arrondissement constituent un élément important des collèges électora (...)
  • 32 En fait, Déron, sous-préfet de Béthune démissionne et est remplacé par Angliviel de la Beaumelle, u (...)
  • 33 C’est-à-dire les coupons des actions des compagnies ferroviaires du Nord et du Midi.

6Alea jacta est24. Je ne puis vous aller voir. Nous aurons conseil des ministres lundi, si le duc Decazes est revenu de La Grave25. Donc, j’irai dimanche à Versailles et à la revue : j’en prends mon parti... avec résignation.
La question de priorité des élections législatives ou départementales a été remise sur le tapis. Le président du Conseil et le ministre de l’Intérieur pensent que si nous laissons le pas aux élections des conseillers généraux, les conservateurs se diviseront sur des questions de clocher et qu’il sera impossible de relier ensuite le faisceau rompu.
Les élections législatives s’imposent donc en première ligne. Soit. J’ai tenu néanmoins à ce qu’elles se passent dans le délai de trois mois. Tu sais que l’équivoque reste sur ces mots les électeurs seront convoqués à faire des élections nouvelles, dans les trois mois26. Convoquer veut-il dire réunir ou inviter à se réunir ? Tous les précédents paraissent contre cette dernière interprétation27. D’ailleurs, à partir de la convocation, c’est-à-dire de l’invitation à se réunir, le délai de la période électorale est de 20 jours au moins28. D’où il suivrait que le gouvernement pourrait dans les trois mois convoquer les électeurs à se réunir… à une autre date. La thèse n’est pas soutenable. Nous avons donc décidé que les élections législatives se feraient les premières, les 9 et 23 septembre. Toutefois la décision ne sera arrêtée définitivement qu’au retour du duc Decazes29.
Et les conseils généraux ? On les réunira en session légale le 20 août. Les élections seront sans doute ajournées aux 7 et 14 octobre30. Nous resterons à ce sujet fidèle à la lettre de la loi : 3 ans. Les dernières élections ont eu lieu le 8 octobre (1874). Le grave inconvénient de ce système, c’est que les destinées du pays se jouent sur une seule carte. Vainqueurs les 9 et 23 septembre, nous serons maîtres des élections d’octobre. Vaincus, nous entraînerons dans notre ruine conseillers généraux et conseillers d’arrondissement, c’est- à-dire le premier tiers du Sénat, le Sénat lui-même… le pays31.
Que Saint-Omer nous favorise : c’est le saint du 9 septembre. Les Audomarois passent pour avoir de la chance.
L’influent Hamille et peut-être l’influence bonapartiste demandaient le changement des sous-préfets de Béthune et Saint-Omer. Je les ai fait maintenir à leur poste32.
Dis bien à notre petit Jean que je compte qu’il s’efforcera, pendant ces six semaines, de se montrer un enfant studieux et obéissant. J’irai le couronner s’il a autant de prix que l’an dernier.
Je vous embrasse affectueusement. P.
Dis à Clara que nos comptes sont exacts pour les Nord… Fais toucher les Midi33. Le récépissé du dépôt est dans le rouleau des titres.

Haut de page

Notes

1 L’Avenir, journal d’Arras et du Pas-de-Calais, est une feuille républicaine, paraissant tous les jours, le lundi excepté, dont le gérant est M. Carlier et le rédacteur en chef M. Guillemaud.

2 Paris songe-t-il à Renaud-Cordonnier, conseiller municipal d’Arras?


3 M. Deusy possède un château dans ce hameau de la commune de Faverolles (canton de Valençay, Indre).


4 Cette décision sera finalement abandonnée.

5 Il s’agit du vicomte Robert de Mun qui a été imposé par son frère, le comte Albert, à ce poste de responsabilité dans le comité électoral légitimiste (unique pour la Droite et les Chevau- légers), de préférence à Joseph de La Bouillerie, constitué dès le 17 juin sous la présidence du duc de La Rochefoucauld-Bisaccia. Il a remis une liste de 130 noms. (Philippe Levillain, op. cit., p. 552-555). Albert de Mun (1841-1914), arrière-petit-fils d’Helvétius, fils d’un pair de France, militaire, est prisonnier en Allemagne en 1870-1871 où il s’imprègne de la pensée sociale de Mgr Ketteler. Après avoir participé à la répression de la Commune, il fonde l’œuvre des Cercles catholiques d’ouvriers où le ministre de la Guerre lui reproche de faire de la propagande antirépublicaine. Il démissionne de l’armée et se fait élire député (chevau-légers) de Pontivy (Morbihan) en février 1876. Invalidé, réélu le 27 août 1876, réélu en octobre 1877, invalidé en novembre 1878, battu le 3 février 1879, député du Morbihan (1881-1893) puis du Finistère (Morlaix, 1894-1914), après son échec de 1893.

6 Le comité électoral bonapartiste est présidé par Hyacinthe Arrighi de Casanova duc de Padoue [1814-1881, polytechnicien, conseiller d’État, sénateur, ministre de l’Intérieur sous le Second Empire, député de la Corse] et par le baron Armand Mackau [1832-1918, auditeur au Conseil d’État, député de l’Orne (1866-1870, 1876-1918) conseiller général de Vimoutiers], mais ses principaux animateurs sont Eugène Rouher [1814-1884, avocat, député du Puy-de- Dôme (1848-1851, 1876-1881), ministre de la Justice (1849-1852), du Commerce, de l’Agriculture et des Travaux publics (1855-1863), ministre-président du Conseil d’État (1863-1869), président du Sénat (1869-1870), représentant de la Corse (1872-1875), fondateur de L’Appel au Peuple] et Charles Levert. Le comité électoral des orléanistes présidé par Édouard Bocher [1811-1900, auditeur au Conseil d’État, membre de l’administration préfectorale, député (1849-1851), représentant (1871-1875), sénateur (1876-1894) du Calvados] et Louis-Marie Lambert de Sainte Croix [1827-1889, journaliste, représentant (1871-1875) et sénateur (1876-1885) de l’Aude] a lui aussi ses prétentions... « Cette politique des comités n’était assurément pas du goût de M. Fourtou et probablement pas de celui de Broglie » (Philippe Levillain, op. cit., p. 556).

7 Alexandre Fairé né en 1824, élu à Angers II (Maine-et-Loire), invalidé, battu le 21 mai 1876, élu en octobre 1877, invalidé de nouveau et battu, réélu en 1885. Le prince Charles-Marie de Faucigny de Lucinge, né en 1824, élu à Guingamp (Côtes-du-Nord), invalidé, battu le 27 août 1876, élu en octobre 1877, invalidé, il renonce à une nouvelle candidature. Jean- Baptiste Veillet, né en 1834, élu à Loudéac (Côtes-du-Nord), invalidé, battu le 28 mai 1876, élu en octobre 1877, invalidé, battu le 3 mars 1878. Anatole Cassagnes de Beaufort marquis de Miramon-Fargues, né en 1828, élu au Puy (Haute-Loire), invalidé, battu le 21 mai 1876, battu en octobre 1877 et en août 1881. Le baron Alexandre Cardeneau de Borda, né en 1823, élu à Dax (Landes), invalidé, battu le 21 mai 1876, élu en octobre 1877, invalidé, battu le 7 février 1878, élu le 4 août 1885, invalidé, battu le 14 février 1886. Le comte Octave de Boigne, élu à Thonon (Haute-Savoie), invalidé, battu le 21 mai 1876, battu en octobre 1877. Aymé de La Chèvrelière (1820-1885), représentant des Deux-Sèvres (1871- 1875), élu à Melle en février 1876, invalidé, battu le 21 mai 1876, battu en octobre 1877. Jean Girard, comte du Demaine, né en 1836, élu à Avignon (ville dont il est le maire) contre Gambetta qu’il aurait cherché à éliminer physiquement, invalidé, battu le 11 février 1877; l’élection de son adversaire Saint-Martin n’est pas encore validée lorsque la Chambre des députés est dissoute puisque la discussion du rapport sur cette élection, le 19 juin, qui permet à Giraud (Deux-Sèvres) d’attaquer par allusion le gouvernement (pression administrative, candidature officielle), est inachevée.

8 Le marquis Léonce de Vogüé (1805-1877), fils d’un député et pair de France, militaire (Espagne, Algérie), est un grand propriétaire possessionné dans le Cher (château de la Verrerie) où il possède également des fonderies. Fondateur du Correspondant en 1828, conseiller général, député conservateur monarchiste (1848-1851, 2 échecs en 1863 et 1869, 1871-1875). Armand de Melun (1807-1877) est vicomte, c’est son frère jumeau, Anatole, député du Nord, qui a le titre de comte; riche propriétaire, maire de Bouvelinghem (Pas-de-Calais), représentant de l’Ille-et-Vilaine entre 1849 et 1851, il est un des principaux artisans du premier catholicisme social: fondateur de la société d’économie charitable en 1846, à l’origine de plusieurs lois sociales votées entre 1849 et 1851, sur le patronage des jeunes détenus, le mariage des indigents, les logements insalubres...; en 1852, il rédige le décret de loi organique créant les sociétés de secours mutuel. Candidat conservateur monarchiste en juillet 1871 dans le Pas-de-Calais, il est battu par Faidherbe. (Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, Paris, PUF, 1951).

9 M. Dehée est médecin à Arras, M. Braine est notaire à Arras et conseiller d’arrondissement (Arras sud).

10 Non identifiée.


11 S’agit-il du sermon qu’elle écoutera s’il va à la messe de ce jour qui célèbre la vigile de la fête des saints Pierre et Paul, la plus ancienne du sanctoral?

12 Fernand Duval (voir lettre du 25 mai note 102). Mariano Roca de Togores y Carrasco, marquis de Molins (1812-1889), écrivain, homme politique (député, sénateur) et diplomate a été plusieurs fois ministre, des Travaux publics (1847) et de la Marine (1849, 1853, 1874-1875); arrivé en tant qu’ambassadeur à Paris le même jour qu’Alphonse XII (1857-1885) entrait à Madrid (restauration des Bourbons après deux ans de République, en janvier 1875), il doit s’efforcer d’y obtenir l’arrêt de toute aide aux carlistes de la part du gouvernement français, surveiller et freiner l’action des républicains en exil, faire obstacle aux intrigues autour de la reine Isabelle II (1830-1904, mère d’Alphonse XII, renversée en 1868 et réfugiée en France). Marquis en 1848, Grand d’Espagne en 1873, décoré de la Toison d’or en 1875, il devient ministre d’État en 1879. Jacob Pieter Pompeyus Zuylen, baron van Nijevett (1816-1890) fait partie d’une dynastie d’hommes politiques et diplomates hollandais; lui-même a été député et ministre des Affaires étrangères (1852-1853, 1861) avant de représenter son pays à Paris (1867-1885).

13 Il s’agit de la revue militaire du dimanche 1er juillet à Longchamp.


14 M. Lallard de Gommecourt est maire de Gommecourt (canton de Pas-en-Artois). Félix Le Sergeant de Monnecove (1827-1902), héritier d’une famille artésienne anoblie au XVIIe siècle (qui a fourni plusieurs parlementaires au Pas-de-Calais) est licencié en droit; militaire, il a contribué au succès du coup d’État du 2 décembre après lequel il est entré dans l’administration préfectorale avant de devenir député (1860 à 1863) et maire de Saint-Omer (1867-1869); il est alors conseiller général de Fauquembergues.

15 Le Journal officiel du 20 juin a indiqué qu’il s’était abstenu [comme les bonapartistes autoritaires Raoul-Duval, Janvier de la Motte (père)] sur l’ordre du jour de défiance voté par les 363 républicains le 19, mais il a apporté un démenti formel le lendemain et précisé qu’il avait voté contre.

16 Le conseiller général de Pas-en-Artois est le comte de Louvencourt, maire de Couin.

17 Charles et Marie Paris, frère et sœur d’Auguste résident auprès de leur mère à Saint-Omer où ils hébergent les enfants de leur sœur Zénaïde qui vit ailleurs.

18 Voir lettre du 26 mai, note 108.


19 L’hôtel des ministres dans l’aile Richelieu du palais du Louvre aménagée par Lefuel sous le Second Empire, abrite à partir de 1871, sur décision de Thiers, le ministère des Finances.


20 Le palais a été agrandi sous le Second Empire, endommagé par les incendies de la Commune, restauré très rapidement par Lefuel (1810-1881).


21 De 1874 à 1876.


22 En se mariant, en 1860, avec Anna-Cécile Donnet (1827-1898) Eugène Caillaux s’allie à une famille de banquiers normands; ils ont eu deux enfants, Joseph, né en 1863, et Paul, né en 1864. L’historien Jean-Claude Allain dresse d’Anna Caillaux un portrait un peu différent mais qui peut laisser entendre sa satisfaction d’être l’épouse d’un ministre: « Pour autant qu’on en devine les traits, elle a un caractère doux et vertueux; femme de devoir, elle entretient en elle un rêve diffus de mélancolie qui, par éclairs, transparaît dans ses propos; elle eût aimé par moments vivre autrement qu’elle l’a fait, peut-être avec plus de splendeur mondaine et culturelle, et moins de solitude provinciale ». Mariée en première noce avec M. Girard, elle avait eu deux enfants, Marguerite, née en 1846 et Robert, né en 1852 mais qui avaient quitté le foyer familial en 1870 (Jean-Claude Allain, op. cit., p. 23, 38, 74).

23 Coralie, fille de Coralie Béreux, nièce d’Auguste et Lucie Paris, a épousé Charles Magnien, militaire en poste à Abbeville; elle a une belle-sœur, Caroline, qui habite Limoges.

24 Le sort en est jeté: paroles fameuses attribuées par Suétone (Caesar, 82) à Jules César au moment où il s’apprête à franchir le Rubicon. Paris veut signifier qu’il a pris cette décision après avoir longuement hésité.

25 Localité de Gironde où il possède un château.

26 L’article 5 de la loi constitutionnelle du 25 février dispose que: « en cas de dissolution, les collèges électoraux sont convoqués pour de nouvelles élections dans un délai de trois mois ».

27 qui est réfutée par le comité de jurisconsultes républicains qui publie ses conclusions le 12 juillet 1877 dans Le Journal des Débats puis plus tard par la commission d’enquête de la Chambre des députés (mars 1879), mais que suit finalement le gouvernement. Le comité de jurisconsultes républicains, constitué le 23 juin pour surveiller la légalité des actes du gouvernement et dénoncer les éventuels abus de pouvoir, comprend les sénateurs Renouard, Crémieux, Hérold, les députés Leblond et Léon Renault, les avocats Durier, Mimerel et Sénard; il rappelle les lois, indique les procédures à suivre pour contester les abus, fournit des modèles de courrier; dans la plupart des grandes ville est établi un comité judiciaire républicain qui fonctionne selon le même principe (J. Grévy, op. cit., p. 253-254).

28 Loi électorale du 30 novembre 1875.


29 Annoncées le 22 septembre, elles auront finalement lieu les 14 et 28 octobre. Le Temps et Le Figaro signalent que Paris a soutenu, en conseil des ministres, « la théorie constitutionnelle » de la réunion des électeurs dans les trois mois qui suivent la dissolution.


30 Elles auront finalement lieu les 4 et 11 novembre.


31 Les conseillers généraux et d’arrondissement constituent un élément important des collèges électoraux sénatoriaux, à côté des députés et des délégués des conseils municipaux; parmi ces derniers, les républicains sont de plus en plus nombreux après leur conquête d’environ 7000 communes en octobre 1876.

32 En fait, Déron, sous-préfet de Béthune démissionne et est remplacé par Angliviel de la Beaumelle, un ancien sous-préfet, rappelé par Fourtou le 12 juillet.

33 C’est-à-dire les coupons des actions des compagnies ferroviaires du Nord et du Midi.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 101-216.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/558

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org