Navigation – Plan du site
Deuxième Partie : les travaux et les jours d'un ministre en campagne

(Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877

Juillet 1877
p. 112-146

Texte intégral

- Lettre 43 - 1er juillet, 7 heures 1/2

  • 1 Église située à proximité du ministère des Travaux publics, dans le 7e arrondissement.

  • 2 Il s’agit pour Paris de prendre congé de sa propriétaire, puisqu’il loge désormais à Paris dans l’h (...)
  • 3 Revue militaire organisée à Longchamp, à proximité du bois de Boulogne (cf. lettre suivante).
  • 4 Administrateur des hospices, ancien professeur à l’école régimentaire du génie, fondateur d’un conc (...)
  • 5 Canton de Lillers, arrondissement de Béthune.

  • 6 Louis Buffet (1818-1898), avocat, député (orléaniste) des Vosges (1848-1851, 1863-1875) ; hostile à (...)
  • 7 Les Lemesre de Pas sont une très riche famille artésienne. Le comte Eugène de Diesbach a épousé Mar (...)
  • 8 Cf. lettre de Lucie Paris du 27 juin, note 182. Adolphe Lenglet est en effet épris de Pauline Herma (...)

1Chère Lucie,
Je reviens de St-Thomas-d’Aquin1 et je me propose de partir pour Versailles où je réglerai mon compte2. Il me sera plus facile de gagner de là le terrain de la revue3 que si je partais de Paris.
M. Grandguillaume4 m’a fait hier soir une surprise ; il m’a envoyé par l’entremise de son émailleur deux exemplaires de la photographie d’Eugénie et de ses amies. Il a sans doute pensé que vous étiez à Paris. J’ai renvoyé une carte de remerciements.
J’ai reçu une lettre très affectueuse de M. Roger, curé de Gonnehem5 ; j’ignorais qu’il s’était trouvé à deux doigts de la mort.
Le marquis de Partz persiste à présenter aux électeurs d’Arras le cte de Diesbach. Je souhaite qu’il réussisse à le faire adopter par les électeurs, mais j’en doute. Je ne sais pas, du reste, si les bonapartistes accepteront la nécessaire élimination de Sens. Si les élections sont définitivement fixées au 9 septembre, nous n’aurons pas trop de temps pour préparer la campagne. On peut compter que Fourtou ne sera pas un Buffet II6, et s’engagera vigoureusement. Qu’adviendra-t-il ? Dieu le sait. Je n’ai pas encore rencontré un sénateur ou un ex-député qui ne m’ait dit : « il n’y a rien à espérer dans mon département ». M. de Partz m’a dit que le baron L. de Gommecourt n’avait plus aucune chance dans le canton de Pas. Il est en train de négocier l’échange de sa terre de Gommecourt (valeur de 200 000 F) avec M. de Pas7, qui lui céderait une propriété d’égale valeur en Belgique. Le bruit s’en est répandu et lui a enlevé l’influence dont il aurait pu disposer.
La pauvre Mme Lenglet doit être consterné du décès de son frère. Comment, désormais, pourra-t-elle trouver à administrer ses biens, elle dans son lit et son mari à la fois énamouré et privé de raison ?8 La vie a de rudes épreuves !
Je n’ai pas reçu de réponse aux deux dernières lettres que j’ai écrites à Zénaïde, je conclus de ce silence que demain elle fera la folie de ramener sa fille de Saint-Omer à Paris. Charles m’a dépeint la situation ; si Zénaïde s’obstine, sa famille pourra respirer.
J’ai envoyé des billets pour la Revue à Délia qui m’adresse deux pages de remerciements et me demande de choisir mon jour pour dîner chez elle. Je crois qu’il vaut mieux que j’attende la visite promise après les examens d’Eugénie.
Je vous embrasse très affectueusement. Paris.

- Lettre 44 - 2 juillet, 7 heures

  • 9 Un bataillon de Saint-Cyr, des chasseurs, un détachement d’artillerie et un de cavalerie, des cuira (...)
  • 10 Les députés dissous n’avaient pas été invités au grand dam des républicains.

  • 11 La remarque d’Auguste Paris est significative des relations entre Berlin et Paris : l’Allemagne s’i (...)
  • 12 Mélanie Louise Champs-de-Saint-Léger a épousé en 1850 le général Paul-Louis de Ladmirault (1808-189 (...)
  • 13 Voir lettre du 29 juin, note 12.
  • 14 Au XIXe siècle, l’Espagne traverse une ère d’instabilité. Dans la décennie 1870, elle a connu sa pr (...)
  • 15 Dans sa lettre du 8 juin, Paris croyait que M. Jouffroy était le prétendant de Jeanne Carette (voir (...)

2J’ai passé hier sans trop de fatigue, ma Chère Lucie, une journée bien remplie. Parti pour Versailles à 9 h 1/2, j’ai réglé mon compte avec Mme Planchard que j’ai laissée toute en pleurs, inconsolable de mon départ. Je lui ai laissé, comme gage de retour, mes paperasses du Sénat auxquelles elle donnera asile.
De Versailles, j’ai gagné Longchamp, beaucoup plus facilement que je ne l’eusse fait de Paris. Je suis arrivé l’un des premiers dans la tribune de M. le maréchal. Du haut de la plate-forme qui la surmonte, j’ai vu toutes les troupes9 prendre leurs positions dans ce cadre si bien dessiné par la nature et autour duquel se groupaient des milliers de spectateurs. Un temps splendide a favorisé la revue : la chaleur était tempérée par la brise, qui rafraîchissait l’air, pendant que des nuages protecteurs faisaient écran devant le soleil. De chaleureuses acclamations des tribunes ont accueilli le maréchal lorsqu’il s’est présenté, entouré d’un brillant état-major10. Le défilé s’est fait avec une grande précision. Le prince de Hohenlohe, ambassadeur d’Allemagne, a pu se convaincre que nous avons des canons11.
Mme la maréchale s’est montrée fort gracieuse. Le préfet de la Seine lui a apporté un magnifique bouquet de roses dont chacune était une fleur de choix. Mme de Ladmirault12 m’a fait l’honneur de quitter la droite de la maréchale pour venir me complimenter de mon discours. Je l’ai prié de substituer à « immense talent », « minuscule bon vouloir ». Décidément ce discours m’a bien posé dans le monde féminin. Je l’ai constaté en saluant Mmes de Meaux, Reille Voisin, Andral… Dans le corps diplomatique, j’aime à converser avec le marquis de Molins, ambassadeur d’Espagne13, esprit très droit, âme élevée, dévoué à notre cause. Le préfet de police vient de lui rendre un grand service. Depuis quelque temps, on s’inquiétait en Espagne, des manœuvres de Ruiz Zorilla, ancien ministre. Ce samedi, une maîtresse d’hôtel est venue déclarer à la police que des Espagnols se réunissaient chez elle, dans un appartement occupé par l’un d’entre eux et y tenaient contre le maréchal et le gouvernement de leur pays de tels propos qu’elle croyait devoir les dénoncer. Une visite fut opérée et amena l’arrestation du général Lagunero et d’un avocat de Madrid, je crois. On saisit chez eux des armes et une grande quantité de papiers relatifs à une conspiration civile et militaire qui devait éclater en Espagne dans quelques jours14. Au moment de la perquisition, apparut Zorilla qui fut mis en arrestation avec ses complices. Voisin m’a dit que Zorilla l’avait demandé dans la soirée et l’avait prié de ne pas remettre à l’Espagne les papiers saisis qui feraient fusiller un grand nombre de personnes. On a averti le duc Decazes qui rentre ce matin.
J’ai regagné Versailles sans difficulté et j’ai dîné avec nos amis, enchantés d’avoir un ami devenu ministre qui leur envoie des loges aux Français. Jeanne avait une légère fluxion. La commission de Clara a été faite. Le mariage entrevu à l’horizon change de zone. M. Théodore Jouffroy se marie… à Grenoble15.

3 heures

  • 16 Dans cette circulaire, Fourtou insiste sur la légalité de l’acte du 16 mai, sur le droit du gouvern (...)
  • 17 Avec les deux anciens députés Lagunero et Munoz, il est conduit à la frontière allemande.
  • 18 Lerida est un chef-lieu de province de Catalogne. Don Carlos = Charles VII a été expulsé de sa mais (...)
  • 19 Le chef de l’État aurait chargé le cardinal Guibert de solliciter du pape un discret appel à l’unio (...)
  • 20 Les gouvernements d’ordre moral (1873-1874, 1877) suivent les principes édictés par Thiers et Jules (...)
  • 21 Un ami de la famille Paris, en poste à la Banque de France de Blois. Alfred Bataille est né en 1830 (...)
  • 22 Enghien-les-Bains où il ira prendre les eaux. Cette station thermale, créée en 1821, est réputée po (...)
  • 23 Constant Fiévet, grand propriétaire et fabricant de sucre dirige une entreprise modèle qui lui a va (...)

3Nous avons décidé, en conseil, que les élections départementales n’auront lieu qu’en octobre, après les élections législatives. M. de Fourtou nous a soumis une circulaire aux préfets qui sera, sans doute demain, publiée à l’Officiel16. Je crois qu’elle recevra ton approbation.
Ruiz Zorilla et ses deux complices vont être expulsés du territoire français17. Les papiers saisis ne donneront lieu qu’à des explications générales à fournir au gouvernement espagnol. Trop de gens seraient compromis au-delà des Pyrénées. C’est à Lerida que devait éclater la conspiration républicaine. « Vous avez saisi chez nous, a dit Zorilla, les papiers de la conspiration républicaine, comme vous auriez pu saisir chez Don Carlos les papiers de la conspiration carliste »18.
Le duc Decazes assistait au conseil. Tu sais que les journaux hostiles au gouvernement et aux intérêts religieux ont prétendu que Mgr Guibert avait été chargé de négocier avec la cour de Rome etc. Ce qu’il y a de vrai, c’est qu’avant son départ, Mgr l’archevêque de Paris a demandé au duc Decazes s’il avait des instructions particulières à lui confier ? « Demandez au Saint-Père, lui dit finement le ministre des Affaires étrangères, qu’il prie beaucoup pour nous, mais qu’il ne parle pas de nous »19. M. Brunet me ramène du conseil dans sa voiture. Il éprouve des difficultés avec Rome, au sujet des nouveaux choix d’évêques. Chose curieuse, c’est à Rome que le nonce20 s’adresse pour avoir ses renseignements sur les ecclésiastiques présentés. Bataille21 est venu me demander à déjeuner. Il a pris un rhume qui lui a laissé une petite toux sèche. Homme de précaution, il compte passer, en août, une semaine à Enghien22. En attendant, il te renouvelle son invitation pour une excursion à Blois.
Hamille m’annonce une triste nouvelle : M. Constant Fiévet23 a été frappé d’une attaque d’apoplexie. Il est paralysé du côté droit et ne peut plus parler !
Tout à vous. Paris.

- Lettre 45 - 3 juillet, 6 heures 1/2

  • 24 Un soliveau est une petite pièce de charpente. « Soliveau » désigne aussi un personnage sans force (...)
  • 25 Ainsi le gouvernement qui s’engage à observer sincèrement et loyalement « les lois par lesquelles l (...)
  • 26 Ils ont 75 députés sortants, ils auront 104 élus en octobre 1877.

  • 27 qui, le plus fort, s’adjuge la totalité ou la plus grosse part du partage : allusion à la fable de (...)
  • 28 Adrien Mathieu (1807-1884), cultivateur, maire de Camblain-l’Abbé, conseiller général du canton d’A (...)
  • 29 En fait, Auguste Paris s’en inquiète beaucoup !

  • 30 Cf. La Fontaine, Les animaux malades de la peste, septième vers.
  • 31 A la suite de l’adoption de l’amendement Allain-Targé (mars 1877), l’État doit renégocier la conven (...)
  • 32 Mme Tanlay est la veuve de l’ancien préfet du Pas-de-Calais (1854-1864). Cette remarque nous montre (...)
  • 33 Elle était à Paris avec sa mère, elle est revenue à Saint-Omer.


4Chère Lucie,

La proclamation ou, si l’on veut l’ordre du jour du maréchal à l’armée fait crier les journaux de gauche. Ils s’étaient habitués à l’idée d’un président soliveau et s’aperçoivent que le bois s’anime et que le pouvoir porte l’épée24. La circulaire de M. de Fourtou aux préfets excite de nouvelles clameurs. Le ton en est très brave. J’ai contribué, pour ma part, à adoucir la forme en plus d’un endroit, notamment vers la fin, lorsque le ministre de l’Intérieur annonce que, quoiqu’il advienne, le maréchal restera à son poste jusqu’en 1880, appuyé sur le Sénat. J’ai obtenu qu’il affirme l’espoir que le pays secondera les vues du maréchal et nommera une Chambre des députés avec laquelle il y aura un accord25. Les renseignements de la province sont bons. Il n’est pas de département dans lequel on ne se prépare à la lutte. Ce que je crains, c’est que chacun des partis unis contre l’ennemi commun n’ait la prétention d’emporter à lui tout seul tous les sièges. Les bonapartistes, notamment, qui sont les plus nombreux26, se rappellent trop le partage du lion27. Le gouvernement interviendra sans doute comme un arbitre. Acceptera-t-on ses décisions ? Les fera-t-on prévaloir ? Je prends pour exemple le Pas-de-Calais : je ne crois pas que Levert se soit décidé à éliminer Sens. D’un autre côté, le marquis de Partz m’a annoncé que, dans l’arrondissement de St-Pol, le fameux Thuilliez, voyageurs en vins, marchand de spiritueux se présentait contre lui malgré les efforts de Mathieu, de Sède, d’Havrincourt pour le retenir. Le marquis devine, peut-être à tort, que la main de Levert ait caché là-dessous, et il paraît inquiet. Si l’événement se produit, il est homme à rompre toute négociation. Il aimerait mieux, si son succès était compromis, voir son arrondissement représenté par Graux que par un Thuilliez28. De même à Arras, il préférerait Deusy à Sens. Tu vois, par ces échantillons, que nous aurons de graves difficultés à surmonter. Je suis heureux de n’avoir pas à m’occuper de ces problèmes, qui regardent surtout le duc de Broglie et Fourtou29.
Je soigne mes chemins de fer. Tous ces chemins d’intérêt secondaire ou local sont fort malades. « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés »30. Je ne suis pas libre dans le choix des remèdes. Je suis bien obligé de suivre les prescriptions du docteur Christophle ! Substituer un traitement à un autre, c’est précipiter la crise et aggraver les chances d’un dénouement fatal. D’un autre côté, obtiendrai-je jamais, pour une mesure quelconque, alors que ces mesures se traduisent par des centaines de millions, l’approbation des Chambres ? Je ne me décourage pas néanmoins. J’ai passé hier mon après-midi en conférence avec mes chefs de service pour examiner les bases de la convention projetée avec l’Orléans31. Que Dieu nous soit en aide !
J’oubliais de te compter un incident qui a son côté comique. Dimanche, à la revue, la femme de Tanlay m’a dit : « J’ai reçu la visite d’un artésien. Qui donc ? M. de Sède. Il m’a recommandé que l’on traitât bien Le Courrier, qui pourrait rendre de grands services… M. Levert m’a parlé dans le même sens »32.
J’ai reçu de M. Curnier une invitation pour dimanche. Je te l’envoie avec un blanc-seing qu’Eugénie remplira de sa belle main. Tu décideras si je dois refuser, pour la 3e fois, ou bien accepter. Fais moi connaître le oui ou le non.
Coralie a remis à demain son excursion.
À vous. P.
Zénaïde et Charles m’ont écrit, Gabrielle est revenue33. Paris.

- Lettre 46 - 4 juillet, 4 heures pm

  • 34 La famille de Coralie habite Abbeville à proximité du littoral picard ; nous avons là un exemple de (...)
  • 35 Remarque typique d’une éducation bourgeoise et catholique.

  • 36 Non identifiée.

  • 37 Le palais incendié pendant la Commune est finalement détruit en 1882.

5Chère Lucie,

Le sommeil s’est appesanti sur moi ce matin jusqu’au moment où Baptiste m’a apporté mon chocolat. Ma correspondance s’est trouvée retardée ! C’était jour de réception. Je n’ai pas eu moins de dix visites. La plus aimable a été la onzième. Coralie est venue à midi me demander à déjeuner. Je lui ai fait visiter mon hôtel où elle serait, avant trois jours, installée comme chez elle. Notre chère nièce vient au devant de sa belle-sœur qui n’a jamais quitté son Limousin et qui arrivera à Paris à 6 h 1/2. Coralie m’a apporté de bonnes nouvelles de toute la famille qui s’installera dimanche au Crotoy pour un mois34. L’excursion à Saint-Nicolas n’aura lieu qu’au retour. J’engagerai bien Coralie et sa belle-sœur à rester au ministère plutôt que de prendre un hôtel, mais un célibataire peut-il recevoir des dames35 ? Coralie compte se rendre demain à Versailles pour y voir Mme de Guiry36 et Mme Carette. Je l’ai retrouvée à déjeuner. Je viens de faire avec elle deux heures de promenade aux Tuileries37 et dans les galeries du Louvre. Elle restera à Paris jusqu’à samedi.
Je dîne ce soir chez le duc de Broglie. J’espère bien être libre de partir pour Arras samedi. Il me tarde de vous revoir. Je vais devenir plus sauvage que mon canard blanc.
Je clos brusquement cette lettre afin de ne pas laisser trop longtemps Coralie dans la solitude.
À vous. Paris.

- Lettre 47 - 5 juillet, 7 heures

  • 38 2e arrondissement.
  • 39 Le mari de Coralie.
  • 40 Amiral Léon Martin Fourichon (1809-1884), élève au collège royal de la marine à Angoulême, gravit t (...)
  • 41 Beyens : secrétaire de la légation de Belgique à Madrid, il a épousé l’amie d’enfance d’Eugénie de (...)

6Chère Lucie

Coralie avait bonne envie de passer ses deux ou trois jours de congé ministériellement. Tout pesé, j’ai trouvé plus convenable de la retenir sous mon toit que de la laisser partir pour l’hôtel en compagnie d’une belle-sœur aussi jeune et plus novice qu’elle. Je l’ai donc invitée au dernier moment, à revenir de la gare d’Orléans au ministère ce qui l’a ravie. Baptiste a préparé la chambre… Il était convenu que je ne me laisserai pas attarder dans les salons du duc de Broglie.
Sur ces données, je rentrai à mon logis vers dix heures et demi. Je marche sur la pointe du pied, de crainte d’éveiller nos oiseaux dans leur nid… Au moment de me coucher, j’aperçois sous ma lampe un billet écrit au crayon. Une tante accompagne la belle-sœur à Paris et les trois voyageuses descendent rue du Mail, à l’hôtel de Bruxelles38. Si vous pouviez nous procurer un logis, me dit Coralie, je serais bien contente. Je crois la chose impossible. J’essaierai.
Le fils de mon collègue à l’Instruction publique est sous-officier dans le régiment de Charles Magnien39.
Coralie est arrivée pendant un orage. Le ciel s’est rasséréné ce matin.
Trente six convives ont dîné hier chez le duc de Broglie : ambassadeurs, ministres, sénateurs. J’ai été placé encore une fois à droite de Mme Voisin. J’avais à ma droite l’amiral Fourichon, que j’ai mis sur le chapitre du gouvernement de la Défense nationale : Crémieux, Glais Bizoin (!), Gambetta et ses deux inspirateurs Spuller et Ranc. L’amiral va passer deux jours auprès de Trochu, retiré à Tours, dans la retraite la plus absolue40. Trochu s’est démis de tout, a renoncé, quoique sans fortune, à tous les avantages que lui aurait procurés sa mise dans le cadre de réserve. Après avoir été associé, sans succès à de tels événements, je comprends qu’on éprouve le besoin de n’être plus rien en attendant qu’on ne soit plus !
Tout en fumant un cigare, j’ai causé assez amicalement avec M. de Beyens, ministre plénipotentiaire de la Belgique. En cas de conflit européen, je crois la Belgique très convoitée41…
On applaudit dans les salons à l’ordre du jour du maréchal et à la circulaire adressée aux préfets. Le travail difficile, le chef-d’œuvre sera de faire à chaque parti sa part dans les candidats que soutiendra le gouvernement. Notre préfet m’écrit que dans le Pas-de- Calais, tout marchera à souhait si l’on s’accorde à Arras. Il me propose une entrevue avec le marquis de Partz et Hamille.

5 heures 1/2

  • 42 C’est-à-dire susceptibles d’être utilisés par l’armée.

  • 43 Exceptionnelle manifestation d’irritation d’Auguste Paris qui se sent oublié ; peut-être est-il fat (...)

7Coralie est venue me voir pendant mon déjeuner, avec belle-sœur, tante et cousine. La belle-sœur et la tante l’accompagneront samedi à Abbeville. Elle passe l’après-midi à Versailles.
Je rentre du conseil des ministres où nous avons été occupés de 1h à 4, et du ministère de la Guerre où j’ai eu avec le ministre, M. Andral, M. Duclercq et M. Schlemmer une conférence relative aux chemins de fer stratégiques42. Tu vois que j’ai été très occupé aujourd’hui.
En conseil des ministres, on a arrêté les candidatures d’une trentaine de départements. Je vous embrasse cordialement et je me demande si vous manquez de papier, de plumes et d’encre43 ?
À vous. P.

- Lettre 12 - jeudi 5 juillet, 4 heures pm

  • 44 Élise est la sœur cadette d’Auguste, Charles, Marie et Zénaïde.
  • 45 Non identifiés.

  • 46 Non identifié.
  • 47 Mme de Saint-Amour siège à la commission des dames chargées d’examiner les travaux d’aiguille des a (...)
  • 48 Il s’agit de M. Flamen, juge à Valenciennes.

  • 49 Président du tribunal civil de Saint-Pol-sur-Ternoise.
  • 50 Jean 21 : 24-25.

8Ah cher Ami,

Pour la première fois depuis lundi matin, je m’assieds et je suis bien fatiguée. Si la pluie ne venait me reposer un peu, je ferais comme le facteur parisien, je continuerais de marcher de peur de ne pouvoir me relever pour continuer ma course. J’ai encore des visites à faire, encore une fois à aller à Saint-Nicolas voir notre fils qui depuis lundi à midi est repris de la fièvre. M. Devillers le soigne parce qu’il craint les maux de gorge de toute espèce qui règnent autour d’Arras. J’espère que le mal sera vaincu car il diminue déjà sensiblement, avant que nous ayons pu nous inquiéter nous-mêmes pour notre enfant, ayant eu beaucoup d’autres déboires.
Lundi à 2 heures 20 minutes tandis que j’étais occupée à soigner Jean que je venais de mettre au lit, Aglaé m’appelle pour recevoir un monsieur qui arrivait en omnibus avec une demoiselle qu’elle croyait reconnaître pour votre nièce Gabrielle si tant est que l’on peut reconnaître pour votre nièce Gabrielle, l’ombre, l’ombre sinistre et déformée que l’on m’apportait sans plus de cérémonie. C’était M. Moniot qui avait enlevé sa fille, vous savez par Charles comment, et qui ayant peur de la voir mourir en route me la déposait en tremblant. Un chien même vous ferait pitié quand il l’implore pour ses petits. Je reçus donc Gabrielle en disant à son père d’aller chercher sa femme afin de lui montrer l’état dans lequel elle était afin qu’elle sût ce qu’elle avait à faire. Il me demande la permission d’envoyer plutôt une dépêche à Saint-Omer afin qu’on vînt me la reprendre. Je consentis malgré les expressions blessantes et, pour moi surtout, mal sonnantes dont il se servait à l’égard d’Élise
44. Je lui enjoignais même d’adresser la dépêche à Marie par un pressentiment de tout ce qui allait suivre. Il obéit. Élise fut envoyée aussitôt au secours de l’affligée. Je la vis arriver avec un grand plaisir à onze heures et 1/2 du soir. Elle soigna la malade avec une bonté et une intelligence qui me parurent admirables. La nuit se passa bien. Le lendemain, la malade n’était plus reconnaissable, nous nous reposions un moment ensemble quand à onze heures du matin je vis arriver chez moi, avec l’air hautain et furibond que pourrait prendre certaine autre personne de la famille contrariée dans ses caprices, votre sœur Zénaïde… Un peu effrayée de cette apparition, je fus un moment interdite, puis songeant que j’étais chez moi, je me levai, lui tendis la main et me laissai aller jusqu’à l’embrasser. Elle s’assit près de sa fille qui paraissait épouvantée. Élise n’avait rien dit, elle n’avait reçu ni salut ni bonjour. La situation était embarrassante. Je demandai à Zénaïde pourquoi elle s’était tant empressée de se mettre en route sans attendre la lettre que son mari m’avait prié de lui écrire et que nous avions jugé meilleur de convertir en une dépêche afin qu’elle eût plus tôt des nouvelles de la nuit meilleure que sa fille avait passée. Elle devait le lendemain retourner à Saint-Omer où M. Moniot avait envoyé lui-même une dépêche pour demander qu’on vint la reprendre. Elle se leva comme une furie disant qu’on avait menti si l’on avait osé dire que son mari avait demandé qu’on vint reprendre sa fille puisqu’elle même venait la réclamer et ne la laisserait plus aux mains qui lui avaient fait tant de mal et à ceux qui lui avaient enlevé jusqu’au cœur de son enfant. Je vous donne le résumé de la scène dont vous pouvez vous imaginer la violence mais dont rien ne rendra la mauvaise foi et l’insolence. Elle conclut en allant demander refuge chez les Elloy45, et aide et protection chez un sien beau-frère qui est ici officier ou sous-officier d’intendance46. Je la laissai passer ses fureurs. Élise m’assura qu’elle se contiendrait mieux devant les étrangers, du reste je n’avais aucun droit sur elle et sa présence m’étouffait. Après quelques soins donnés à la petite, je l’envoyai même rejoindre sa mère et tâchai de pacifier un peu les esprits, ce qu’elle fit en l’assurant que loin d’avoir perdu de son affection, elle voulait lui prouver qu’elle l’aimait au péril de sa vie qu’elle lui sacrifiait en faisant prématurément le voyage de Paris. Zenaïde se calma alors en voyant qu’elle l’emportait sur tous ses parents grands et petits, elle consentit à revenir coucher chez moi, ce dont je fus très flattée. La nuit fut assez mauvaise pour Gabrielle, elle pensait toujours que sa tante ou moi nous pourrions l’arracher à son sacrifice. Ce fut la chose impossible : à 7 heures 56, elle partit triomphalement, l’omnibus se faisait un peu attendre comme il fait toujours chez nous et elle ordonnait déjà la marche à fond de train, quand le véhicula apparut. Pourtant, elle nous dit adieu avec politesse, comptant sans doute que nous pourrions encore lui être utiles. Je restai stupéfaite, Élise désolée. Craignant encore d’être responsable devant la famille audomaroise de ce qui s’était passé, elle voulut que je rendisse compte de sa conduite dans une lettre à sa sœur Marie, ce que je fis sans difficulté. Je lui donnai 50 francs pour la défrayer de son voyage et elle partit hier à midi 1/2. Depuis ce temps, vous croyez que j’ai pu me reposer ? Point.
Mme Saint Amour47 m’avait fait demander une audience que j’avais accordée pour midi. Elle me remit un malheureux petit papier renfermant une note sur un sien neveu, juge ou procureur qui est à Valenciennes. Vous saurez comment il s’appelle48. Monsieur désire la place de M. Sauvage. Je sais que M. Quinion49 a déjà dû aller vous trouver car à défaut d’une vacance qui doit se produire à Amiens et qui était son objectif, il se contenterait de Douai. Beaucoup d’autres sont sur les rangs, je n’en doute pas, mais enfin, j’ai promis de vous faire tenir la petite note de l’impétrante, et cette note que j’ai voulu très bien placer, je l’ai égarée et j’ai passé hier tous les entractes de mes visites à la rechercher, puis je m’y suis mise sérieusement jusqu’à huit heures du soir, après quoi, n’en pouvant plus, je suis partie pour Saint-Nicolas sans vous écrire. Je suis rentré ce matin à 7 heures, j’ai cherché toute la matinée ; enfin, de guerre lasse je vous écris sans la note. En échange, je vous en mets une autre confiée aux bons soins de ma fille et d’Aglaé qui ne me permettent ni l’une ni l’autre de l’oublier et après une visite que je parviens à faire agréer à Mme Lenglet, je pars pour Saint-Nicolas mettant ma lettre à la poste. Jean va mieux. On commence les préparatifs de la procession. J’ai envoyé hier votre blanc-seing rempli de votre acceptation et de mes excuses à Mme Curnier.
Eugénie désire que vous rapportiez au moins un des portraits que M. Granguillaume vous a envoyés. Pour moi, je n’attends de vous que vous-même et vous recommande encore une fois au nom d’Élise de ne rien faire en faveur de Gabrielle entre les mains de ses parents, car la mère a promis à la petite de ne la garder que jusqu’aux vacances et [...], elle est bien capable d’oublier sa parole. Qui sait ?
Je ne relis rien de ce que j’ai écrit. Je pourrais seulement certifier comme Saint Jean que c’est la vérité, plus ou moins intelligible50. Je crois avoir oublié de vous dire que dans les concurrents à la place laissée vacante par M. Sauvage, se trouvait un certain président de tribunal ou de chambre dont j’ai oublié le nom mais qui enfin est à Douai ; le neveu en question se trouverait aussi bien de la place de celui-là, car ce qu’il désire, c’est Douai. Clara vous écrit de son côté. Embrassez pour moi Coralie que vous reverrez avant son départ. Ne devenez pas plus sauvage que le canard et pour ce, songez que vous êtes ici attendu avec tendresse, non seulement par la famille mais par les amis. Je vous les nommerai samedi soir.
En attendant, je vous embrasse de cœur.

- Lettre 46 - 6 juillet, 11 heures

  • 51 Mère nourricière, expression latine pour désigner l’Université.

  • 52 Procureur de la République près le tribunal civil d’Arras.

  • 53 Station thermale de la Haute-Marne où l’on traite les rhumatismes et les maladies des os.

9J’ai été fort aise, ma chère Lucie, de recevoir ta lettre de ce jour, encore bien (sic) qu’elle renfermât surtout de tes tribulations. Les indispositions fréquentes de Jean doivent éveiller notre attention au point de vue des précautions hygiéniques qui en empêchent le retour. J’espère l’embrasser dimanche, entièrement guéri.
Je te plains et j’admire ta patience au sujet des visiteurs que tu as vus cette semaine. J’aurais laissé au père toute la responsabilité de ses résolutions extravagantes, et après avoir exercé un simple devoir de charité, je lui aurais montré le chemin de Paris. Tu as agi avec plus de bonté ; donc tu as mieux fait. Pour mon compte, je n’aurai plus de rapports avec de pareilles gens.
Quand tu verras Mme Saint-Amour, dis lui que j’ai pris bonne note de sa recommandation. (Entre nous, son neveu n’a aucune chance d’obtenir ce qu’il désire). Le moindre mouvement de magistrature attire chez moi des flots de solliciteurs.
Je t’ai dit que j’ai eu hier une longue conférence avec le général Berthaut. En me rendant avec lui de l’Élysée au ministère de la Guerre, nous avons causé politique. Il n’est assurément pas bonapartiste ; il ne pardonne pas à la dynastie qui a fait l’unité allemande, après l’unité italienne. La République, si elle dure après 1880, nous amènera tôt ou tard au radicalisme. Donc… la conclusion serait faite, si l’on faisait admettre que, vu l’état de l’opinion et les préjugés sociaux du pays, Henri V régnera jamais sur la France. Le général Berthaut ne se dissimule pas que, mêmes vainqueurs aux élections, nous connaitrons de grosses difficultés extérieures. Le parti qui l’emportera en nombre sur les autres demandera des gages, c’est-à-dire des portefeuilles.
Après le dîner, j’ai fait une promenade solitaire jusqu’à l’Arc de Triomphe, j’ai eu la bonne fortune de rencontrer M. Brunet et sa fille, avec qui je suis revenu jusqu’au Boulevard St- Germain. M. Brunet est obligé de procéder à des exécutions (sic) dans le haut personnel de l’Université. Il va soulever les clameurs de l’Alma Mater51.
J’ai consacré la matinée à mes réceptions d’affaires. J’ai vu M. Emmanuel Petit52 qui part en compagnie de sa jeune et aimable moitié pour les cures de Bourbonne (La goutte ?)53. Il m’a appris que M. Wartelle a été sans s’y attendre mis à la retraite le lendemain du jour où il a atteint sa 60e année. On n’en dit rien.

4 heures

10Je sors du ministère des Finances où j’ai eu une conférence de trois heures au sujet des chemins de fer. Je ne vois comment je soulèverai ce monceau de difficultés !
Les difficultés existent partout. Les gouvernements et les ministres ne sont peut-être créés que pour les résoudre ? J’en vois de graves qui surgissent dans le Pas-de-Calais sur le terrain électoral. Je crains bien que légitimistes et bonapartistes ne fassent feu les uns sur les autres.
Je n’ai pas vu Coralie aujourd’hui.
Sans autre avis, que je t’enverrais par dépêche, compte sur mon arrivée demain soir. P.

- Lettre 49 - 9 juillet

  • 54 Chef de gare à Arras (voir lettre du 14 juin de Lucie Paris, note 94).
  • 55 Voir lettre du 28 juin, note 6 ; « cet esprit fin, très lié aux Orléans, est enclin à la conciliati (...)
  • 56 Albert Delacour (1825-1889), fils d’un conseiller général et député, avocat, auditeur au Conseil d’ (...)

11Me voici de retour ma Chère Lucie.
J’ai demandé à la gare d’Arras M. Spéry54 à qui j’ai annoncé la visite de Raymonde ; il m’a promis de lui prêter son concours. Je n’ai pas payé l’omnibus ; acquitte-toi de ce soin.
J’ai reçu cette après-midi la visite du marquis de Partz et de M. Bocher55. Les renseignements que m’a donnés ce dernier me font craindre que l’attitude prise à Arras par les bonapartistes ne soit le résultat d’un concert. Dans le Calvados et dans l’Oise, ils combattent deux députés sortants qui, appartenant au groupe constitutionnel, ont voté pour le gouvernement (MM. Delacour et Dutilleul56). M. Bocher se demande si les chefs du parti bonapartiste ne se préoccupent pas avant tout, de se compter, d’essayer leurs forces ? S’il en était ainsi, nous nous trouverions en présence d’un grave danger : la désunion, la lutte des partis.
M. Bocher est d’avis qu’il ne faut pas hésiter, si la candidature de Sens dans le Pas-de-Calais est un fait isolé, personnel, à offrir une compensation.

Je n’ai que le temps de vous embrasser. P.

- Lettre 50 - 10 juillet, 9 heures

  • 57 Une des terrasses du jardin des Tuileries, aménagée par Le Nôtre (1664) et longeant la Seine.
  • 58 Dans le Pas-de-Calais, cette question concerne notamment Ernest Deusy, député-maire d’Arras.
  • 59 Mets à profit le jour présent. Horace (Odes, I, 11, 8).

  • 60 C’est-à-dire servante en chef ou première dame, à savoir Mme Lainé ?


12Je n’ai rien de fort intéressant à t’apprendre, ma Chère Lucie, depuis mon retour dans mon hôtellerie ? Quel qu’en soit le charme, la solitude que j’y trouve, après les heures de travail et de réceptions, m’invite à chercher au dehors des visages humains. C’est ce que j’ai fait hier soir, sur la terrasse du Bord de l’eau57. Que n’êtes-vous ici ?
Nous avons eu conseil des ministres. M. Brunet est souffrant. Des crachements de sang et une douleur fixe à la base du poumon l’inquiètent. Deux cents candidatures environ sont arrêtées. Les difficultés à résoudre demeurent pour la fin. Dans plusieurs départements, elles sont les mêmes que dans le Pas-de-Calais et elles tiennent à la désunion des conservateurs. Chaque parti veut escompter le succès à son profit. « Nos adversaires sont, comme nous, très incertains des résultats, me disait le duc de Broglie, mais ils ont sur nous de l’avance ». On s’est occupé des maires nommés par le gouvernement qui font partie des 363. Quel que soit le résultat de leur remplacement au point de vue municipal, il est difficile de conserver, investis de notre confiance, des maires qui nous ont déclaré la guerre et qui nous la feront demain en usant, pour favoriser leur élection, des pouvoirs qu’ils tiennent de nous. En principe, M. de Fourtou a insisté sur la destitution des maires des chefs-lieux d’arrondissements et de cantons qui ont voté l’ordre du jour des 36358. Je crois que la question envisagée à ce point de vue n’est pas douteuse. Le seul fait de la conservation de ces maires signifie : le ministère leur est hostile, le maréchal les maintient. Je viens de recevoir la visite de Gosselin qui part ce soir pour Boulogne.
Planque a vu Hamille qui lui a parlé spontanément de la compensation que Sens pourrait accepter. Rosette particulière ? Emploi d’ingénieur en chef ? ? Place d’inspecteur commercial des chemins de fer ? ? ? Tu comprends que je me garderai de faire les premières ouvertures.
Il fait ici le plus beau temps du monde. J’espère que l’été ne nous prodiguera pas toutes ses faveurs avant le jour où vous viendrez passer à Paris le temps nécessaire pour que tu puisses revoir et faire voir à Eugénie Paris et Fontainebleau et Blois. Horace disait : « Carpe diem »59. Jamais il n’a été plus nécessaire de saisir l’occasion qu’à l’heure présente. Écrivez-moi afin de me donner de bonnes nouvelles de tous et de me dire si tu n’as pas trop ressenti les effets de la démission de ta camerera mayor60.
Je vous embrasse. P.

- Lettre 51 - 11 juillet, 1 heure 1/2 pm

  • 61 Voir lettre du 24 mai, note 88.

  • 62 Médecin à Saint-Omer, il officie notamment à l’hôpital général et à l’hospice Saint-Jean.

  • 63 M. Déron, remplacé par Angliviel de La Beaumelle ; en décembre il est nommé sous-préfet de Douai.

  • 64 Gérant du quotidien catholique Le Pas-de-Calais, fondé en 1870 par Auguste Paris.
  • 65 C’est-à-dire la 2e circonscription de Saint-Omer, comprenant les cantons d’Ardres, Audruick, Fauque (...)
  • 66 Émile Level est un ingénieur lié à la Compagnie du Nord, directeur du chemin de fer de Bapaume ; le (...)
  • 67 Conformément à la tactique et à la stratégie imposées par Gambetta, l’adversaire est personnalisé ; (...)
  • 68 Voir lettre du 19 juin, note 126. Dans le Lot-et-Garonne, département républicain, les bonapartiste (...)
  • 69 Il l’a déjà citée dans sa lettre du 17 mai (note 30).

13Chère Lucie,

J’ai fait hier soir une promenade hygiénique en suivant dans tout son parcours le boulevard Saint-Germain, ensemble encore confus de constructions nouvelles et de ruines61. Je suis revenu à mon logis le long des quais, admirant, dans la demi-lumière du crépuscule, Notre-Dame, la Seine, le Louvre… Tu vois que je ne mourrai pas d’immobilité !
Charles m’a envoyé des nouvelles de Gabrielle. Le médecin de l’hospice Lariboisière a commandé le même traitement que M. Lardeur62, mais en examinant la bouche, il a ranimé la carie de l’os maxillaire. M. Lardeur n’ignorait pas cet état de chose ; il a recommandé par dépêche qu’on ne fît aucune opération chirurgicale avant d’avoir reçu ses renseignements. « Ce n’est pas la peine, dit Charles, de l’avoir soignée quatre mois pour la voir périr en quatre jours ». À Saint-Omer, malgré cette cause d’inquiétude, on se remet et l’on va bien.
Je n’ai pas de chance avec mes sous-préfets que je fais maintenir. Celui de Béthune63, tout en me remerciant de mon intervention, maintient sa démission : il est trop avancé pour reculer.
Notre bon Planque64, qui se croit décidément le chef d’état-major d’un parti légitimiste et catholique du Pas-de-Calais me tient au courant de la situation. Il a eu avec Hamille un long entretien duquel il résulte qu’Hamille blâme l’attitude de Levert et consorts et attend, au sujet de compensations à offrir à Sens, des ouvertures que je me garderais bien de formuler par écrit.
M. de Monnecove qui m’a demandé audience ce matin continue d’être disposé, en blâmant Levert d’une façon moins platonique que le fait Hamille, à rompre en visière avec le chef des intransigeants bonapartistes et à se présenter, si l’accord ne se réalise pas, comme son concurrent dans l’arrondissement de Saint-Omer extra muros65.
J’ai grand peur que dans le Pas-de-Calais, la division n’éclate sur toute la ligne.
J’ai vu M. Level qui m’a parlé des expropriations du Chemin de Vélu à St-Quentin dont il m’avait confié le soin66. Il attendra le mois de septembre avant de choisir un autre avocat. C’est moi qui lui ai dit, tout en lui manifestant des espérances de succès, de rester sur cette réserve. M. Level qui m’est très attaché et qui vit dans le monde des affaires m’a déclaré que l’opinion était que la Chambre nouvelle ressemblerait à l’ancienne et que le maréchal gouvernerait avec le Sénat jusqu’en 1880. La République française me paraît avoir peur de ce résultat, elle attaque ce matin le maréchal d’une manière tellement outrageante que je regarde des poursuites comme nécessaires67.
J’ai reçu aussi la visite de M. Depeyre qui part pour le Lot-et-Garonne68. Même symptome dans le midi que dans le Pas-de-Calais : « Les bonapartistes vont casser la corde à force de la tendre ».
Si le désaccord des conservateurs en face de l’union des gauches continue de se produire, la partie est perdue avant qu’on ne la joue. Je ne me décourage pas. Je m’occupe des affaires de mon ministère aussi activement que si je devais survivre à la chute des feuilles. J’ai dit, dès la première heure : Fais ce que dois. Telle sera jusqu’au bout ma devise69.
À Toi. P.

- Lettre 13 - Arras. 11 juillet

  • 70 Allusion non identifiée. Effectivement le 22 juillet, l’Église catholique fait mémoire de sainte Ma (...)
  • 71 Voir lettre 50, note 60.

  • 72 Un faubourg d’Arras.

  • 73 Illisible.


14Cher Ami,

Vous sollicitez une lettre de la maison et je vous en envoie trois. Je pourrais, si je voulais, vous en envoyer dix, mais entre les pétitions qui vous sont adressées après coup à la suite de votre voyage à Arras, je choisis deux plus pressantes que les autres et je laisse aux protecteurs des parties le soin d’appuyer leurs recommandations. La première, Mme Curnier n’a pas voulu, par excès de délicatesse, vous exposer dimanche son affaire ; elle s’en remet à moi pour vous faire connaître la situation de ce fondé de pouvoir pour qui vous le savez, elle s’est, elle et toute sa famille, si généreusement employée pendant les deux ans de maladie qu’il a supportés. Je vous envoie les lettres qu’elle m’a remises. Tâchez de trouver quelque chose. Vous travaillerez à une bonne œuvre et vous obligeriez les personnes les plus agréables que je connaisse.
Quant au bureau de tabac, c’est tout à la fois la misère et M. Grandguillaume qui vous sollicitent. Je me suis chargée de la note de la pauvre femme affligée et j’ai fait dire au protecteur qu’un mot de lui vaudrait plus que toutes mes prières. Il nous faut servir Dieu en la personne de tous ses membres, surtout les plus affligés, mais je dois dire qu’il y en a de bien ennuyeux.
Je reçois une lettre de ce bon Bataille qui m’annonce que jour est pris pour mon voyage à Blois ; celui-là du moins n’engendrera pas la mélancolie. Je me fais une fête de passer le dimanche 22 (juillet) dans sa résidence de Blois. Si ce n’était la Sainte Madeleine, jour de douleur et jour de peine
70, rien ne troublerait la fête que je me fais à l’avance, mais sans projet bien entendu puisque je ne fais jamais de projets.
Jean est rentré au logis aujourd’hui encore assez malingre. J’essaierai demain de deux heures de classe au matin, si la nuit a été bonne. La fugue de la camarera mayor71 n’est pas sans excuse. Elle est maladieuse (sic) aussi et pour ne pas me laisser dans l’embarras, elle a consenti à ce que sa fille revienne le matin quand j’en ai besoin et le mercredi après-midi ; Rémonde est ici pour quelque temps jusqu’à ce qu’elle ait réglé le placement de son mari, après quoi, si l’ouvrage est près d’Arras, elle l’installera au faubourg Ronville72 et viendra faire les journées que la…73 délaisse. Qui vivra verra. Dieu ne laisse jamais ses enfants au besoin.
Je vous confie à sa garde en vous embrassant tendrement.
L. Paris.

- Lettre 52 - 12 juillet, 7 heures

  • 74 Hôpital fondé en 1846 par Elisa Lariboisière, rue Ambroise-Paré (10e arrondissement).
  • 75 Cf. lettre du 3 juillet, note 31. Adolphe Laurens de Waru, conseiller d’État, régent de la Banque d (...)
  • 76 Cette remarque en dit long sur les sentiments de nombreux Français vis-à-vis de l’Allemagne alors : (...)
  • 77 Dans ce département, les bonapartistes disposent de leaders d’envergure, comme Janvier de La Motte (...)
  • 78 Divisée, elle périra.

  • 79 Philibert Lombard Buffière comte de Rambuteau, né en 1838, est le petit-fils par sa mère de l’ancie (...)

15Je ne suis pas fort sur le calendrier des fêtes ma Chère Lucie. J’y vois que c’est demain la St Eugène. Est-ce en même temps la Ste Eugénie ? Dis à notre fille aimée que dans le doute je lui adresse les meilleurs souhaits de mon cœur ; je lui souhaite deux grandes qualités : raison et douceur.
Raison et douceur ! Combien ma sœur Z. en est dépourvue ; à peine rentrée à Paris, elle conduisait son pauvre mouton chez le médecin chef de l’hospice Lariboisière74. Il examine la bouche de la malade et lui déclare que c’est à l’art du chirurgien qu’on doit avoir recours. L’échange de lettres et de dépêches avec Saint-Omer s’effectue. Quoi de plus normal que de se rendre chez le médecin indiqué par M. Lardeur et qui a été son maître, et de lui communiquer, avant tout la consultation de M. Lardeur ? On conduit Gabriel chez le chirurgien en chef de Lariboisière. S’il faut en croire le récit qu’on me fait, après avoir lu la consultation et examiné la patiente, il constate que le scorbut est une pure imagination, qu’une mauvaise dent qu’on aurait dû enlever a causé tout le mal ; que le prétendu abcès n’est qu’un furoncle amené par la maladie de l’alvéole (dentaire) qui s’est étendue à l’os maxillaire ; que Gabrielle s’empoisonne de jour en jour… ; que l’os maxillaire est atteint de nécrose ; que l’état est très dangereux ; qu’une opération est nécessaire.
« Je n’opère pas à moins de 1 000 francs ! ». Z défend sa position. Le chirurgien revoit sa prétention à 500 francs.
On m’implore pour avancer les 500 francs, mais c’est sous l’empire des sentiments que tu connais que l’appel m’est adressé.
J’ai cherché par lettre (car je n’ai pu me résoudre à les aller voir) à ramener un peu de douceur et de raison dans cet esprit aussi aigre qu’agité !
Ces incessantes recommandations ne sont propres qu’à troubler la pauvre enfant, menacée peut-être d’un grand danger ? J’ai demandé à Z. de voir avant tout le médecin indiqué par M. Lardeur qui seul est au courant de ce qui s’est passé. Je ne puis croire qu’il se soit trompé à ce point. Il va sans dire, et tu n’en doutes pas, que j’ai déclaré que je serai là pour les frais de l’opération !
Au milieu des travaux et des préoccupations qui pèsent sur moi, cet incident a été douloureux. L’union rend tout facile, et sans union, dans la famille aussi bien que dans l’État, on ne sort de rien.
Avant de recevoir ces nouvelles affligeantes, j’avais consacré ma journée à l’étude de questions intéressantes. Deux heures durant, j’ai débattu avec MM. de Waru, Solacroup, etc. administrateurs de l’Orléans75 les conditions de notre convention nouvelle. J’ai dû admettre, sauf à en référer au conseil des ministres, deux sur trois de leurs prétentions. Nous aurons beaucoup de mal, même vainqueurs au scrutin, de trouver une solution pour ces affaires de chemin de fer.
Comme je finissais de discuter avec l’Orléans, l’huissier m’annonce le prince de Hohenlohe, ambassadeur d’Allemagne. Ce nom produit toujours sur moi un singulier effet. Il me semble que l’on me dit : « voilà l’ennemi »76. L’ambassadeur de nos ennemis n’avait à me demander que des renseignements sur l’organisation de nos services des Ponts et Chaussées et nos bâtiments civils. Il s’est montré plein de courtoisies.
Après avoir installé M. Jouffroy dans une loge du Français mise à ma disposition par M. Brunet, j’ai fait au duc de Broglie ma visite obligatoire. Je l’ai trouvé nerveux, agité. Il doit nous entretenir au conseil des poursuites à examiner contre La République française à l’occasion de l’article dont je t’ai signalé le caractère outrageant pour le maréchal. J’ai rencontré dix solliciteurs de chemins de fer. « Chaque candidat, leur ai-je dit, m’en demande un, excepté ceux qui en préfèrent deux ». Le prince de Broglie m’a appris que la division existe dans l’Eure77 comme dans le Pas-de-Calais. Divisa peribit, telle est la devise de la France78. Il est temps que le gouvernement fasse connaître les candidats qui possèdent sa confiance et qu’il est résolu à soutenir. Si son arbitrage est mauvais, qu’importe que les élections se passent le 9 ou le 14 septembre ? Le sort en est jeté ! Quant à nous, ne perdons pas courage ; espérons contre toute espérance.
J’ai reçu chez le duc de Broglie les félicitations de M. de Rambuteau79. Sa femme est aux eaux.

1 heure

  • 80 Paroles fameuses déjà citées dans la lettre du 30 juin (note 24), et six heures plus tôt, en traduc (...)
  • 81 Dès le 28 mai, de Broglie a envoyé une circulaire aux procureurs généraux relative aux délits de pr (...)

16J’ai fait prendre des renseignements par l’intermédiaire de mon chef de cabinet sur le chirurgien en chef de Lariboisière. C’est un opérateur éminent en qui on peut avoir toute confiance. De ce côté comme ailleurs, alea jacta est80 et que Dieu nous soit en aide !
Nous avons décidé que l’on autorisera les poursuites contre la République française malgré les habiletés de main du rédacteur81. Le corps du délit existe ; une condamnation est probable. Ne poursuivre qu’à condition de certitude absolue, c’est rester au lit de peur d’être blessé ! Laissés impunis les outrages dirigés contre le chef de l’État, c’est diminuer dans l’esprit des populations, tout respect de l’autorité, toute force morale.
Je suis rentré du conseil à pied avec le ministre de la Guerre. Il m’a raconté ses travaux, ses tribulations. Sa tâche remplie, il n’aspire qu’à se retirer dans son village et à pêcher à la ligne.
J’ai reçu ta lettre. Je suis bien content d’apprendre que Jean va mieux.
Je vous embrasse tous. Toto corde. Paris.

- Lettre 14 - Arras, 12 juillet

  • 82 Non identifiée.

  • 83 Non identifiée.

  • 84 Non identifiée.

  • 85 Pour honorer la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie, l’Église a pris la coutume de conserve (...)
  • 86 C’est-à-dire m’ont ôté toute force.


17Cher Ami,

Puisque vous demandez des lettres, vous en aurez. Je vous envoie une nouvelle note que je ne lis pas. Si les renseignements ne sont pas suffisants pour attirer votre bienveillante protection sur le coupable recourant, en grâce, vous garderez toujours le papier que Mme Riboud Paris
82 me redemandera peut-être comme Mme Curnier me fait redemander sa lettre bordée de noir que je ne devais pas, à ce qu’il paraît, vous envoyer. C’était à moi qu’elle l’adressait en communication afin d’exciter davantage mon intérêt en faveur de sa protégée. Elle ne sait pas la bonne Mme Curnier que mon intérêt et rien c’est à peu près la même chose. Puisse-t-elle, en priant Dieu, attirer les faveurs du ciel sur Mme Dreux83 car je ne pense pas que le peuple souverain ni ses ministres se laissent captiver par les charmes de la jeunesse ni de la beauté ni même de l’infortune, car les solliciteurs ont tué jusqu’à la pitié.
J’ai hier mené dur votre protégée Mme Colbardure84 qui veut choisir entre ses protecteurs, elle me préfère au général Bellecourt et veut que ce soit moi qui fasse de son fils un sergent-major parce qu’elle craint de s’être aliéné le cœur du général en ne lui demandant rien depuis deux ans d’ici. « Hé Madame, lui ai-je dit, si vous ne lui avez rien demandé, il doit vous aimer bien davantage ». J’ai vu ce matin à la dévotion Mme Saint Amour. Je lui ai dit l’intérêt que vous portiez à son affaire ; mais surtout rendez-moi tout de suite la lettre noire de Mme Curnier. Je serai sans doute obligée de lui en écrire une d’excuses. Je n’ai pas encore répondu à Délia. Trois jours d’adoration85 et les visites m’ont mise à quia86.
Jean est retourné en classe deux heures le matin, deux heures le soir, il fera demain sa composition en thème. Eugénie passera son examen à dater de jeudi prochain au lieu de lundi.
Je vous embrasse à la hâte.
L. Paris.

Je vois par la note de Mme Riboud, que je lis par hasard, que les solliciteurs n’exposent jamais l’objet de leur demande.

- Lettre 53 - 13 juillet, 2 heures pm

  • 87 Cette dame souhaite-t-elle se voir attribuer une recette simple de poste qui sont souvent confiées (...)
  • 88 Il s’agit de Charles Duthilt, oncle maternel d’Auguste Paris, alors en poste à Aire-sur-la-Lys et q (...)
  • 89 Philippe Lebleu, conseiller général de Laventie, maire de Sailly-sur-la-Lys, qualifié encore en 188 (...)
  • 90 Louis Hovine, propriétaire à Arras, administrateur des hôpitaux et hospices d’Arras, membre du comi (...)
  • 91 Dans ce texte daté du 9 juillet, il justifie d’abord sa démarche : « Les compagnies de chemin de fe (...)
  • 92 La République française dénonce les agissements du PLM au conseil d’administration duquel siège le (...)
  • 93 Le Monde est un journal catholique fondé en 1860 par Eugène Taconet qui veut sauver la clientèle de (...)
  • 94 Quinion-Hubert, président du tribunal civil de Saint-Pol (circonscription de de Partz) sera effecti (...)
  • 95 Encore un proverbe (!) qui exhorte à supporter les maux d’aujourd’hui sans penser par avance à ceux (...)

18Je te renvoie, ma Chère Lucie, la lettre adressée à Mme Curnier que tu m’as envoyée par mégarde. J’ai écrit au directeur général des postes pour lui témoigner tout l’intérêt que je portais à la situation si douloureuse de Mme Dreux87. Dès que M. L. Riant m’aura répondu, je ferai savoir à Mme Curnier la marche à suivre. Dis à M. Riboud que le ministre de la Guerre ne peut prendre aucun engagement de clémence à l’égard d’un soldat qui a déserté. Qu’il attende à l’étranger l’expiration de sa peine et qu’il vienne en France se faire juger.
Pour t’éviter les ennuis des solliciteurs, dis-leur, ma Chère amie, de s’adresser directement à moi, à moins, bien entendu, que les convenances t’obligent à accueillir personnellement les plaintes.
Je suis heureux d’apprendre le rétablissement de Jean. Dis-lui qu’il ne perde pas son temps pendant ces semaines qui vont décider des prix. J’ai pleine confiance dans le succès d’Eugénie. Bataille m’a mis au courant de tous ces projets : il nous attend le 22 ou le 29. Mme Carette m’écrit pour demander des nouvelles et m’invite à dîner (éventuellement) le 22 pour l’anniversaire de son petit homme. Tout engagement sera subordonné à tes décisions. Je me fais une fête de retrouver la vie de famille et de vous posséder pendant les vacances que vous me consacrez. En attendant, n’ayant rien qui me retienne ici dimanche, je compte, sauf avis contraire, aller passer un jour de congé avec vous.
Je n’ai pas de nouvelles récentes de Zénaïde.
L’oncle Charles rêve de nouveau à Boulogne88. Un des juges de paix, qui voudrait être nommé juge en lieu et place de son beau père lui offre sa place pour qu’il finisse la combinaison.
Je n’ai pas quitté mon ministère depuis vingt-quatre heures. La pluie qui tombait en abondance m’a décidé à ne pas sortir. J’ai vu ce matin le marquis de Partz puis M. Lebleu89, conseiller général de même nuance. La situation reste tendue dans notre département. Le préfet m’a écrit mais seulement pour demander si je ne voyais pas d’objection à ce qu’il présente Louis Hovine90 pour la décoration. J’approuve cette présentation : elle montre que je ne confonds pas modéré et intransigeant. Une circulaire que j’ai envoyée aux directeurs des chemins de fer91 m’a valu les attaques de la République française92 et les éloges des journaux conservateurs : Le Monde93 s’est montré de tous le plus satisfait.
J’ai fait une démarche à la chancellerie afin de m’assurer qu’on ne me soufflera pas la nomination de Quinion. Le siège du pauvre Sauvage est très convoité. Quant au successeur de Quinion, plusieurs candidats sont aussi sur les rangs. Je ne demande pas mieux que de voir nommer un président appartenant à la Droite. Si l’accord ne se fait pas, la candidature du marquis de Partz est très menacée94.
M. de Fourtou nous dit que lundi tout son travail des candidatures sera terminé. Une autre difficulté se présentera, celle des professions de foi. Si celui-ci part en campagne en disant : L’Empire en 1880, celui-là criera plus haut : En 1880, Vive le Roi. De grâce, contentez-vous d’assurer le présent et songez qu’à chaque jour suffit sa peine95.
J’ai reçu 11 personnes ce matin. Les questions à traiter dans mon ministère sont fort intéressantes mais il faudrait n’avoir à s’occuper que de travaux publics et posséder les chances de longévité de mon canard. À demain, sauf empêchement.
Paris.

- Lettre 7 - Saint-Nicolas, 13 juillet

  • 96 L’officier de santé Devillers (voir lettre de Mme Paris du 26 mai, note 116).
  • 97 Warnier : s’agit-il d’Alphonse, chef de bataillon du génie à Arras dont les deux frères Hubert (181 (...)
  • 98 Voir lettre de Lucie Paris du 31 mai, note 152.


19Mon cher ami,

Depuis dimanche dernier nous n’avons cessé de regretter le temps perdu pour nous de votre visite ; mais ce que je regrette encore bien plus, c’est l’ajournement très indéfini de votre prochain voyage, car, si Lucie va vous voir après l’examen d’Eugénie, Dieu sait quand vous reviendrez et nous aurions à vous dire beaucoup de choses qu’une lettre ne peut guère porter.
1° Nous avons reçu la visite de notre médecin
96 ; c’est à ce titre seul que je vous fais passer sa première sollicitation. Son neveu vraiment bon travailleur a échoué une première fois pour l’examen dont la note fait mention. L’oncle pense que, recommandé par vous, ce jeune homme aurait meilleure chance ; j’ai dit que vous le feriez.
Quant à l’autre sollicitation, je ne puis l’écrire. Tâchez seulement de savoir si quelque médecin d’Arras ne sollicite pas une décoration de la Légion d’honneur, et si vous m’en croyez, pendez le petit bout de ruban au mât de cocagne jusqu’à la fête de l’élection. Notre ami Deusy a su ainsi tenir en haleine tous les présidents des petites sociétés dont on a discipliné les votes.
Nous avons vu hier jeudi M. Warnier. Sa longue et mécontente figure n’a jamais pu s’égayer, même au souvenir du passé de son frère. Son admiration pour le mayeur Deusy en est la cause. Il paraît que ce puritain politique a puisé dans les documents de la commission du budget tout ce qu’il faut pour écraser feu le maréchal Randon, qu’il publie ses documents sous forme de lettres dans L’Avenir, tout à la grande édification de ses coreligionnaires97, si bien que, comme vous le savez, ma dévotion ne pouvant être excitée par ce nouveau coup de pied de l’âne, notre bon Warnier n’a pas été satisfait de mon sourire de politesse. Vraiment ce maire est bon à coucher à la porte.
Nous avons Jean. Il a passé deux jours chez lui et il n’est pas encore remis ; le docteur conseille de continuer le régime des purgations. [...]. Lucie m’apporte la pétition de M. et Mme de Valicourt98. Ils l’ont remise en personne. M. Curnier a présenté leur fils pour un changement, on sollicite votre appui.
Je lis votre lettre. Nous sommes désolées pour cette pauvre Gabrielle, pour ses tantes qui l’ont inutilement si bien soignée, pour vous-même, pauvre ami. Vos lettres sont bien intéressantes. Que ne pouvez-vous revenir dimanche !
Nous vous embrassons tous de tout cœur. Sophie Béreux.

- Lettre 54 - 16 juillet, 7 heures pm

  • 99 Ces médecins parisiens n’ont pu être identifiés. L’hôpital Beaujon est dans le 14e arrondissement.
  • 100 Que ta volonté soit faite, quatrième proposition du Pater noster.

  • 101 Les Alpes-Maritimes (voir lettre du 22 mai, note 61).

  • 102 Charles du Campe de Rosamel (1833-1897), petit-fils d’un amiral, ministre de la Marine, député et p (...)
  • 103 Ces propositions interviennent après la démarche auprès d’Albert de Broglie des comités électoraux (...)
  • 104 Deux journaux légitimistes ; le premier, héritier de La Gazette de Théophraste Renaudot (1631) est (...)
  • 105 C’est-à-dire mêmes critiques et mêmes oppositions de la part du comité électoral bonapartiste (voir (...)
  • 106 Ancien député et conseiller général (cf. lettre du 13 juin, note 85), Sens estime, à juste titre, q (...)
  • 107 Pour éviter la candidature Sens, les conservateurs non bonapartistes proposeraient Wartelle- Deretz (...)
  • 108 Gustave Rouland (1806-1878), magistrat (procureur général à Douai en 1842, avocat général à la Cour (...)
  • 109 Hippolyte Morel (1846-1922), maître des requêtes au Conseil d’État, officier des mobiles pendant la (...)
  • 110 Illisible.


20Je ne sais ma Chère Lucie quand tu recevras cette lettre, écrite si tard. En te l’adressant, je tiens à te montrer que pas un jour ne se passe sans que je vive, par le courrier au milieu de vous… et que j’oublie vite les controverses sur la réhabilitation de M. D… ou autres sujets intéressants.
J’ai trouvé à mon arrivée à la gare André Planque qui était venu me voir samedi soir avec le marquis de Partz afin de m’entretenir des élections dans le Pas-de-Calais. Je lui donnais rendez-vous à 3 heures, je réglais avec le chef de service des titres mon compte d’obligations amorties et j’arrivais au ministère où m’attendait une volumineuse correspondance. Une longue lettre de Zénaïde, écrite cette fois, d’une façon convenable, me met au courant de l’état de la situation de Gabrielle. M. Mousard-Martin, professeur de médecine, à qui M. Lardeur avait adressé ses notes a été consulté. Il a reconnu la nécrose maxillaire, indiqué un traitement qui serait long et coûteux et qui ne préserverait peut-être pas de l’opération (coût 45 francs payés par St-Omer).
Avant de prendre une décision, Zénaïde, fort troublée, a consulté M. Bourdico, médecin de l’Hôpital Beaujon. Le mal ne peut être guéri, écrit-il, que par l’ablation de la partie nécrosée du maxillaire. Il y a donc lieu de s’y décider sous peine de voir la malade succomber.
Le docteur Tillon99 qui passait apporter du dévouement dans cette affaire, a examiné de nouveau Gabrielle. Il a constaté que les taches signalées sur diverses parties du corps ne sont rien. La suppuration fétide produite par la nécrose empoisonnera lentement la pauvre enfant. « Si elle était ma fille, a-t-il écrit à Saint-Omer, l’opération serait déjà faite ». À Zénaïde, il a déclaré qu’il ne fallait pas différer un instant. Il a persuadé Gabrielle qu’il la sauverait, qu’il la guérirait.
L’opération a du être faite ce matin à 11 h 1/2. J’ai autorisé Zénaïde à conserver les 50 francs de cautionnement et je lui ai envoyé 100 francs pour ses premiers besoins ! J’ai cherché à la calmer. J’ai écrit dans le même but à Marie, prête à répondre au premier appel. Je l’ai engagée à demeurer tranquille. « Nous nous sommes confiés à la divine providence, m’a dit Zénaïde, revenue à de meilleurs sentiments. J’espère que le Bon Dieu nous viendra en aide ». Fiat voluntas tua100. Il n’y a qu’à répéter cette parole du Maître.
Si pareil malheur m’arrivait, je crois que je deviendrais fou de douleur. C’est pour moi, malgré tous les torts dont nous avons eu à nous plaindre, une cause de tourment au milieu de mes préoccupations.
J’ai vu M. Darcy qui m’a entretenu de diverses affaires de son département101. Il déplore nos divisions du Pas-de-Calais.
MM. de Partz, de Rosamel102 et Planque sont venus à 5 heures et 1/2 me dire ce qu’ils savaient. Le gouvernement a proposé aux comités légitimiste et bonapartiste d’accepter son programme électoral : soutenir tous les candidats qui figurent parmi les 160, ou parmi les invalidés, ou tous ceux que l’on jugerait, sous les auspices du gouvernement, intervenant comme médiateur, avoir le plus de chance103. Ces ouvertures ont été repoussées. La Gazette a dit : je reproduirai la note et je la critiquerai. L’Union104 a dit : je reproduirai la note en l’empruntant à la Gazette, je la combattrai. Nous avons trop d’irréguliers m’a dit M. de Rosamel pour pouvoir obtenir la promesse qu’on nous demandait.
Même succès vis-à-vis du comité Rouher, Padoue, Mackau et Jolibois105. C’est sans doute à la suite du mot d’ordre donné samedi que M. Sens a déclaré au préfet qu’il poserait, quoiqu’il advienne, sa candidature106.
Je m’empresse de reconnaître que mes interlocuteurs sont disposés à accepter une combinaison Wartelle107.
Ah ! les bonnes troupes que nous allons mener au combat ! Quelle admirable discipline et qu’il est bon de s’exposer pour elles !
Le père Rouland108, gouverneur de la Banque de France est plus pratique. Il venait m’intéresser à son petit gendre, M. Morel109, qui sort du giron du Centre gauche un jour pour y rentrer le lendemain. « Moi, me dit M. Rouland, je chuis pour le gouvernement qui m’a fait…110, je ne chuis pas chargé de servir des dynasties à droite ou à gauche ; che n’est pas mon affaire ». Voilà qui est parler fièrement. Et Lambert de Sainte Croix a eu raison de définir Rouland en normand que la perte de ches dents a rendu auvergnat.
J’ai l’air de plaisanter ? Je ne suis pas gai du tout. À vous. P.

- Lettre 55 - 17 juillet, 9 heures

  • 111 Fais obstacle aux principes.
  • 112 D’après Philippe Levillain, « Fourtou, encouragé par Reille, souhaite que les bonapartistes retiren (...)
  • 113 Il est très mal vu par les bonapartistes intransigeants ainsi que par les légitimistes les plus ult (...)
  • 114 Voir lettre précédente.

  • 115 Paul-Antoine Dussaussoy-Hubert (1820-1887), fils et petit-fils de député, industriel du tulle établ (...)
  • 116 Le général Gourko s’est emparé du défilé de Chipka, mais Othman Pacha s’est enfermé dans la fortere (...)
  • 117 Elle est en train de passer ses examens.

21Je viens de recevoir ma Chère Lucie, des nouvelles de Gabrielle. L’opération a duré une heure. M. Tillon est très satisfait. Il a pu opérer en maintenant la bouche très ouverte, sans faire d’incision qui laisse au dehors de cicatrice. La nuit a été bonne. Après un repos de cinq heures, Gabrielle a demandé si elle avait été opérée ou si elle avait fait un rêve. M. Tillon affirme que la maladie de la dent a amené la nécrose et que, Gabrielle étant du reste affaiblie par une bronchite, la nécrose a causé tout le mal. L’instinct maternel a-t-il sauvé l’enfant ? Si Zénaïde n’avait eu tant de torts, elle aurait eu raison. Il est des cas où une médecine ne doit pas attendre, car le mal devient incurable. Principiis obsta111. Le mot est vrai en médecine comme en politique. J’ai envoyé une dépêche à Saint-Omer. Je vais demander qu’on ne bataille pas maintenant pour ou contre M. Lardeur.
Ni le duc Decazes, absent, ni le ministre de la Guerre, souffrant, n’assistait au conseil des ministres. On a continué l’examen des candidatures. J’ai fait connaître ce qui se passe dans le Pas-de-Calais et la résolution prise par M. Sens de se présenter. J’ai demandé si, moyennant la combinaison Wartelle, M. de Fourtou ne pourrait pas obtenir du comité Rouher le retrait de la candidature Sens. M. de Fourtou m’a répondu qu’il était impuissant à amener ce résultat. Si cela est, nous sommes débordés par les bonapartistes. Je ne veux pas supposer que M. Sens ait obtenu, pour agir, l’assentiment de l’Intérieur112. Légaliser le désaccord, voilà la seule ressource qui nous reste. Je me suis prononcé nettement contre la candidature officielle de Sens. J’ai rappelé la situation qui m’est faite dans le Pas-de-Calais113, les objections que j’avais présentées, de ce chef, à mon entrée dans le cabinet, la résistance certaine des légitimistes. Voilà, ma Chère amie, une pierre d’achoppement et une vraie cause de contrariété. Voulez-vous, m’a-t-on dit, augmenter d’une voix le nombre de ceux qui mettront le cabinet et le maréchal en accusation ?
Je viens de voir MM. de Partz, Rosamel et Planque114. J’écris au préfet (sans espoir de succès) pour lui demander s’il ne pourrait pas obtenir des bonapartistes raisonnables, Hamille, Dussaussoy, d’Havrincourt115 l’adoption de ma combinaison.
La question de la date des élections sera arrêtée dès le retour du duc Decazes. Plusieurs des ministres voudraient les ajourner en octobre. Je suis d’avis que l’on ne gagnera rien à cet ajournement, qu’on fera durer plus longtemps l’agitation, qu’on tranchera imprudemment une question douteuse au point de vue légale, qu’enfin on accumulera sur deux mois élections législatives, élections départementales, vote du budget, réunion des conseils généraux pour la répartition de l’impôt.
Je n’ajoute pas que les complications les plus graves peuvent naître au dehors. Les troupes russes ont franchi les Balkans116.
Ma santé est bonne. C’est déjà quelque chose ! M. Brunet continue d’avoir des crachements de sang et de l’insomnie.
Je vous embrasse tous affectueusement, en souhaitant à Eugènie : bonne chance117. Paris.

- Lettre 16 - Arras, 17 juillet, St Alexis118

  • 118 Alexis est le troisième prénom de Jean Paris.
  • 119 Non identifié.
  • 120 1 sou = 5 centimes.


22Et moi aussi je répondrai le même jour à votre lettre.
Puisque vous n’êtes pas gai, je tâcherai de vous consoler un peu. D’abord sur le sujet qui vous occupe le plus péniblement, votre pauvre petite nièce, il faut espérer que cette opération la sauvera, du moins pour un temps et que le cœur de Zénaïde qui commence à se détendre ne sera pas brisé à son premier bon mouvement. Je pourrais ici redire la parole qui m’a tant impatientée dans un sermon du Père Félix
119 : « Vois-tu mon ami, la douleur, c’est un bien ». Vous serez tenu au courant du succès de l’opération et vous nous donnerez des nouvelles. Mais quelque attendri que vous puissiez être, je ne vous engage pas à aller voir. Souvenez-vous qu’il y a là un père que je ne puis qualifier que du nom d’animal rampant ; c’est toujours dangereux, il ne faut pas s’exposer sans des motifs graves comme ceux que peut avoir un médecin qui doit porter secours. Donnez le largement, cela soulagera votre cœur, mais toujours à distance.
J’use du même procédé, quoiqu’à plus petite dose avec Rémonde. Elle vient de repartir tout à l’heure n’ayant passé que quelques heures à Arras. Elle avait amené son mari pour le présenter à l’entrepreneur dont M. Spéry avait parlé. Ledit entrepreneur comme un entrepreneur qu’il est, après avoir fait faire un voyage à cet homme pense pouvoir profiter de la détresse d’un malheureux. Il lui annonce qu’il n’a point d’ouvrage à donner, qu’il emploie ici les soldats du génie à 4 sous, qu’il a bien un premier ouvrier qu’il renverrait pour le prendre, lui, Hachel, à 5 ou 6 sous l’heure tout au plus, encore parce qu’il lui est vivement recommandé. Hachel a répondu que pour le moment, il n’était pas encore pressé d’ouvrage puisqu’il avait des travaux à terminer pour son compte, qu’il aurait pu les remettre aux mains d’un entrepreneur puisqu’il désirait se retirer mais que, dans les conditions dont on parlait, il voulait ni déposséder un autre ouvrier de son travail ni s’engager à un tel prix puisque restant ouvrier à Saint-Quentin, il n’était pas gêné de trouver à travailler à 60 centimes l’heure120. Du reste, il paraît que M. Spéry a trouvé aussi que ces conditions étaient dérisoires et il a engagé Rémonde à vous demander pour son mari une place de charpentier dans une gare. Vous pourriez, lui a-t-il dit, lui faire obtenir cela de l’ingénieur en chef du chemin de fer. Quant à elle, elle ne demande rien, elles est désolée, ses affaires sont mal emmanchées, bref j’ai payé le voyage et voilà tout. Un conseil : elle vendait aux ouvrières qui travaillaient pour elle des étoffes ou autres choses qu’elles ne pouvaient payer comptant ; sur quoi à comptes de peu de chose inscrits à leur livret ; mais celui qui fait maintenant ses écritures prétend qu’à chaque à compte d’un ou deux francs, il fallait mettre un timbre de 10 centimes et qu’elle peut être mise à l’amende en cas de contestation. Est-ce vrai ?
Je vous embrasse de cœur. Lucie.

- Lettre 56 - 18 juillet

  • 121 Hippocrate (v.460-v.377), médecin grec qui exerça à Cos. Galien (v.131-v.201), médecin grec qui exe (...)
  • 122 Aglae partage son service entre Arras et Saint-Nicolas, entre Auguste et Lucie Paris d’une part, le (...)
  • 123 De la famille Duvergier de Hauranne à laquelle est liée Georges Graux (voir lettre du 3 juillet, no (...)
  • 124 Alexandre-Auguste Courbet-Poulard (1815-1883), fabricant et fils de fabricant de draps, conseiller (...)
  • 125 Il s’agit du baron Jorant qui fait finalement valoir ses droits à la retraite en janvier 1878. M. l (...)
  • 126 Augustin Goubet, né en 1820, ancien juge de paix du canton de Bapaume (1853), nommé à Cysoing (Jour (...)

23Ma Chère Lucie,
Je n’ai pas eu de nouvelles de Gabrielle ce matin. Marie m’écrit de St- Omer que le docteur Lardeur est très inquiet des suites de l’opération et de la précipitation que l’on a mise à la faire. Les médecins de Paris se demandent : pourquoi avoir attendu si longtemps ? La pauvre patiente saura bientôt qui a raison d’Hippocrate ou de Galien121. « Nos cœurs sont bien affligés, me dit Marie. Je suivrai tes conseils en témoignant tout mon intérêt à distance ».
Je regrette pour toi le départ de Raymonde, puisqu’elle aurait pu coopérer à ton service. D’un autre côté, le mari et toute la famille (qui n’est pas la sainte famille) se seraient pendus au même crochet. Je ne crois pas fondée la crainte de Raymonde au sujet des livrets. Les mentions libératoires supérieures à 50 francs donnent seules lieu à l’application d’un timbre de 10 centimes. Or les annotations des livrets constatent non un paiement mais au contraire une avance, et elles sont, isolément, inférieures à 10 francs. Comment te tireras-tu d’affaire sans Raymonde, sans Mme Lainé et avec Aglae/2122. As-tu visité la maison de feu M. Delétoile ?
Hier soir, j’ai fait une expédition au boulevard St-Michel. M. Auguste Carette va bien. Il se délecte aux espérances de succès de son fils, admis au concours général sur trois matières. Le mode de travail du jeune Ernest est pour le moins original ; il étudie dans le cabinet de son père, au bruit de toutes les conversations auxquelles il prête une oreille attentive. C’est le moyen de créer une attention double. J’ai rencontré chez notre ami, M. Duvergier123, professeur de droit, esprit distingué, conservateur - thiériste -. Nous avons eu une conversation rose sans épine, parce que nous prenions soin d’éviter les épines.
J’ai écrit à Bataille. M. Courbet Poulard124 m’a confié qu’il se sent une vocation nouvelle : inspecteur de chemins de fer ou d’établissement de bienfaisance. Je l’ai dirigé doucement vers la bienfaisance.
Le procureur général de Douai125 qui aspire à devenir avocat général à la Cour de cassation, à défaut de la présidence d’Orléans qu’il désirait, s’est montré favorable aux espérances boulonnaises de mon cher oncle ?
Goubet126 s’avise de ne pas accepter le justice de paix de Cysoing. Je lui ai envoyé une dépêche lui exprimant le caractère blessant de ce refus. Je n’ai pas de chance avec mes protégés Centre gauche. Voilà le troisième qui me jette mon bienfait à la tête.
Ma matinée de 9 heures à 12, a été occupée par des réceptions.
M. Darcy est venu me voir. Il m’avait fait passer une note. « M. de Rambuteau est d’avis qu’on ne peut s’opposer à la candidature de Sens. Il faudrait seulement exiger alors comme condition sine qua non de l’entente, le désistement de Thuilliez ».
Quelle situation m’est faite par MM. les bonapartistes militants du Pas-de-Calais ! Je rentre de la visite que j’ai rendue à l’ambassadeur d’Allemagne. Je l’ai rencontré. On sent auprès de lui la gêne dans la courtoisie. Une grande table couverte d’un tapis vert, quelques fauteuils dorés composent l’ameublement du salon où j’ai été reçu.
À vous, à la hâte… P.
Bon courage, ma Chère Eugénie et bonne chance !

- Lettre 57 - 19 juillet, 4 heures pm

  • 127 M. Clément, juge au tribunal de première instance de Dunkerque est finalement nommé juge d’instruct (...)
  • 128 Ce repos prolongé confirme le mécontentement du ministre des Affaires étrangères qui (comme Audiffr (...)

24Je viens de recevoir ma Chère Lucie, de bonnes nouvelles de Gabrielle. La journée d’hier a été calme sauf un accès de fièvre dans le soir. La nuit s’est bien passée. Le docteur Tillon a trouvé la plaie dans un état qui dépasse ses espérances. Il commande nourriture substantielle et abondante et « très vieux Bordeaux » ! Les médecins sont partout les mêmes pour les épithètes. Gabrielle commence à articuler quelques paroles. Elle a une peine extrême à pouvoir manger. Espérons qu’elle se tirera d’affaire. J’ai dit à Z. qu’elle m’envoyât la note de l’opération. Je crois convenable de régler aussitôt.
M. Quinion est nommé conseiller à la cour de Douai. La présidence de Saint-Pol est donnée à un juge de Valenciennes, recommandé par M. Kolb et autres membres de la Droite. J’ai adressé à Clément127, une lettre de condoléances. Il sera mieux juge à Lille que président à Saint-Pol. Je crois convenable que le marquis de Partz puisse avoir de bons rapports avec le premier magistrat de son arrondissement.
La difficulté créée par M. Sens n’est pas aplanie. Les légitimistes accepteraient la substitution de M. Wartelle ou de M. Tailliandier à M. de Diesbach, mais je crois que Sens tiendra bon. Il est lancé par Levert et par Rouher. Ce dernier personnage nous crée embarras sur embarras. « Nous ne sommes pas au bout de nos peines », me disait ce matin à ce sujet, le duc de Broglie.
On a continué au conseil à arrêter les candidatures. Ni le général Berthaut, souffrant d’une ophtalmie, ni le duc Decazes qui se repose depuis dix jours aux eaux de Salins, n’assistaient à notre réunion de ce matin128. Decazes sera invité à revenir dimanche afin que nous puissions, nous trouvant au complet, résoudre lundi la question importante de la date des élections. Je tiens bon pour le 9 ou le 16 septembre. À mon avis, les 20 jours de période électorale doivent être compris dans les trois mois fixés par la constitution. Le sens de la loi est douteux : il convient de l’appliquer strictement, afin qu’on ne nous accuse pas de porter atteinte à la souveraineté nationale. En cas d’insuccès nous serions mis en accusation de ce chef par une Chambre des députés hostile. La légalité doit être, dans notre conduite, inséparable du Droit. Des tendances contraires se manifestent. On voudrait nous faire ajourner les élections à fin octobre. M. Demy vient de m’inviter, amicalement, à dîner chez sa mère. Il part dans huit à dix jours. J’ai accepté. Aussi je te quitte à la hâte.
Tout à toi. P.

- Lettre 17 - Arras, 19 juillet, 9 heures pm

  • 129 Adjectif vieilli signifiant divine.
  • 130 Mme Paris, moins au fait de la politique que son mari, et sans doute plus à droite que lui, semble (...)
  • 131 Face aux incertitudes scolaires, Eugénie oublie quelque peu la charité chrétienne...


25Cher Ami,

Neuf heures du soir. Les enfants sont couchés, j’ai renvoyé la dive
129 Aglaé, je devrai donc porter moi-même ce petit mot à la poste. Vous voyez que c’est bien pour l’amour de vous que je l’écris car je crois qu’il est utile que vous soyez au courant de toutes nos affaires intérieures pour régler les vôtres.
Vous me demandez ce que devient mon service. Aglaé et Marie se partagent le temps et les emplois, je me passe de Rémonde puisque nécessairement elle retourne à son mari. Je n’ai encore avisé à aucun nouveau mode d’institution puisque je vis comme l’oiseau sur la branche, attendant tout de la volonté de Dieu et des caprices de notre peuple souverain. Deux événements ont marqué la journée qui passe. Eugènie a été refusée aux examens après avoir soutenu la dictée et le style, il lui a manqué 1 point 3/4 pour être admise à continuer l’examen oral. Cela nous donne du temps devant nous, vous pourrez en user comme bon vous semblera. Si vous venez nous voir dimanche, nous aviserons à ce que nous aurons à faire. Le second événement qui me paraît plus malheureux que celui-là, c’est l’abandon que l’on fait si facilement de la candidature Diesbach, sans même être assuré de celle de M. Wartelle, sacrifiant tout son crédit et presque tout son avoir sur un nom perdu, inconnu de tous130, si ce n’est des bonapartistes qui l’admettront sans peine puisqu’ils sont sûrs avec cela de faire le jeu de Sens qui ne se retire pas. Je crois bien que des intérêts privés et bien des amours propres froissés se mêlent aux questions politiques et les embrouillent terriblement.
Je ne vous dirai rien de consolant à l’égard de Gabrielle. J’avais offert à Eugènie de faire reverser sur elle l’intention de la messe que M. Envent disait pour son ouaille aux abois. Elle n’a pas voulu abandonner sa part131 mais nos prières n’ont pas manqué d’aller trouver la pauvre petite victime et j’espère que Dieu fera en sa faveur et pour tous les parents qui lui sont si dévoués une sorte de miracle en la tirant du grave danger que nous prévoyions pour elle.
Je ne prolonge pas l’entretien. Eugénie vous écrira, je l’espère, demain. Aujourd’hui, elle est trop abattue et je puis dire fatiguée. Sa bonne maîtresse est affligée, elle est venue nous faire son compliment de condoléances.
Je vous le rendrai un autre jour.
Lucie.

- Lettre 58 - 20 juillet, 5 heures pm

  • 132 Il est prévu une visite chez un ami, M. Bataille (rappel).

  • 133 Camille Vinchon, avocat, n’est nommé juge d’appel au tribunal de première instance de Laon que le 1(...)
  • 134 Emmanuel d’Harcourt, gendre de la duchesse de Padoue, s’avance alors nettement vers les légitimiste (...)
  • 135 Du Pas-de-Calais.
  • 136 Ils auront en fait 7 candidats et 7 élus (voir lettre du 8 août, note 26).

  • 137 Voir lettre du 1er juin, note 6. Représentant en 1871, il a été battu en 1876 par le marquis de Lur (...)

26Chère Lucie, visites, correspondance et examen d’affaires ont pris toute ma journée. Mon directeur général des chemins des fer, en sortant de mon cabinet me disait mélancoliquement : « oh ! quelle boutique ! ». Les questions techniques qui surabondent, sont difficiles à résoudre. Les complications créées par la politique en accroissent les embarras. Enfin, nous y sommes « pour le bon motif ». Que Dieu nous aide !
J’ai dîné hier soir avec les Demy, toujours fort hospitaliers. Ils partent dans dix jours. J’ai décliné, en ton nom, toute invitation au 29, ce jour étant réservé à Blois132.
En rentrant au ministère, je n’ai pas eu le courage, la pluie m’engageant à rester au logis, d’assister à la réception de l’Élysée. On trouvera peut-être que je passe à l’état sauvage. Quinion et Vinchon133 m’adressent leurs remerciements. Goubet me réitère son refus. On ne m’y prendra plus !
Je serai bien aise de savoir qu’Eugénie a passé ses examens avec succès. Je ne pourrai vous dire que demain, par dépêche, si je passe avec vous la journée de dimanche ou si j’accepte l’invitation de Mme Carette. Quand bien même le conseil des ministres se réunirait lundi matin, en rentrant ici dimanche soir, je dînerais avec vous. Si tu le désires vivement, pour une cause ou pour une autre, envoie-moi une dépêche demain matin.
J’ai reçu tout à l’heure la visite du vicomte d’Harcourt, secrétaire de la présidence134. Il pense qu’il existe une fraction du parti bonapartiste (je dirais une faction) avec laquelle nous ne traiterons jamais, les Rouher, les Levert, parce qu’ils se soucient très peu que nous réussissions ou non.
M. d’Harcourt, que j’ai sondé sur cette question, est favorable au retard des élections. C’est évidemment l’opinion de MM. de Fourtou, de Broglie, Brunet, de Meaux. L’opinion contraire qui désire faire prévaloir l’esprit de la loi sur le texte, comprend, je crois, les autres membres du cabinet. Pourquoi le duc Decazes prolonge-t-il son séjour à Salins ? Il ne serait pas fâché que la solution intervînt en son absence. Nous ne déciderons rien sans lui.
M. de Partz m’a confirmé, ce matin, ce que je savais de l’attitude des légitimistes135. Il m’a déclaré qu’il aimerait mieux sacrifier son élection que d’accorder cinq sièges aux bonapartistes, dont Levert et Sens136.
Dévouez-vous pour les conservateurs ! ou pour ceux qui s’affublent de ce nom ! À Bordeaux, sur dix sièges, on en attribue un à Carayon-Latour137, légitimiste, l’honneur même, brave homme et homme brave s’il en est un. Eh bien ! un bonapartiste annonce qu’il pose sa candidature contre lui. Je serais tenté de répéter ce que disait le ministre de la Guerre il y a peu de jours : « les hommes sont de vilaines bêtes ! » - et de rêver avec lui, comme idéal de félicité : « mon village et la pêche à la ligne ».
À vous. P.

- Lettre 59 - 23 juillet, 4 heures pm

  • 138 Le mari de Zénaïde.
  • 139 Station thermale des Hautes-Pyrénées, rendue célèbre par trois séjours du duc du Maine et de Mme de (...)
  • 140 Est-ce le lieu de résidence habituelle de M. et Mme Moniot ?

  • 141 Dans une lettre du 13 juillet, Sophie Béreux demandait que le neveu de cet officier de santé d’Arra (...)
  • 142 Henri Milne-Edwards (1800-1885) est un naturaliste d’origine anglaise, docteur en médecine, doyen d (...)
  • 143 Certains préfets (Nervo en Haute-Loire), certains notables (comme Frédéric d’Arras, maire de Dunker (...)
  • 144 M. Chaudru de Raynal, substitut du procureur de la République près le tribunal de la Seine a été no (...)

27Chère Lucie,

Je n’ai à t’annoncer que mon retour, accompli sans incident. Baptiste avait dressé ton couvert. Les chambres de Madame et de Mademoiselle contiguës à la mienne seront préparées pour mercredi.
M. Moniot138 d’après une lettre que je reçois de Marie, est allé, mardi, « chercher du renfort à St-Omer ». J’augure de ces expressions qu’il a ramené à Paris une de ses sœurs. Une lettre du docteur Mousard Martin, professeur de médecine, dont copie m’est envoyée, m’apprend que M. et Mme Moniot l’ont consulté sans lui présenter la consultation écrite du Dr Lardeur. N’étant pas suffisamment édifié sur l’existence du scorbut, au sujet duquel on ne lui a donné aucun détail, il a porté son diagnostic, prescrit comme médication chlorate de soude, huile de foie de morue, vin de quinquina, bains de Barèges139, bonne alimentation. Il a terminé en disant que « le moment ne lui paraissait pas venu de faire actuellement une opération qui pourrait devenir indispensable plus tard ». Il a donné une consultation écrite.
Qui aura tort, qui aura raison ? Chirurgien ou médecin ? Dieu le sait et l’avenir l’apprendra. Marie vous croit à Paris. Elle me dit de partager un doux baiser qu’elle m’envoie, ayant été trop affligée pour t’écrire. Elle me demande des nouvelles de l’examen ? Qu’est-ce que cette petite épreuve, si bien supportée auprès de pareilles affections ? Je n’ai eu aucune nouvelle de Gabrielle depuis la lettre du 20. J’en attendrai avant d’écrire à Bordeaux140. Le neveu de M. Devillers141 a échoué. M. Milne-Edwards142 m’écrit que, retenu au Conseil supérieur de l’Instruction publique, il l’avait recommandé chaudement à la bienveillance de ses juges, mais qu’à l’épreuve écrite, il n’a pas traité l’une des trois questions qu’il avait à résoudre et s’est montré très faible sur le second point. J’enverrai ce renseignement à notre médecin avec un mot de condoléances.
Les demandes de déplacement d’agents pleuvent de tous côtés143. Si j’écoutais certains préfets, j’aurais bientôt désorganisé le personnel et créé, dans un personnel qui laisse à désirer, une armée de mécontents. J’instruis avant d’agir. J’emploie de préférence les moyens moraux. Décidément, je ne suis pas un ministre à poigne.
Faites bien travailler Jean pour son examen de jeudi ; dites-lui que je compte sur lui. Pendant ton absence d’Arras, j’écrirai à nos sœurs.
Je vous embrasse tous.
Paris.
Au moment où je terminais mon épître, j’ai reçu la visite de M. de Raynal, le nouveau procureur général à la Cour de cassation. Le souvenir de M. le Président Dumon144 dont il était l’ami a servi de lien entre nous. Il s’est montré fort aimable.

- Lettre 60 - 24 juillet

  • 145 Son épouse Lucie et sa fille aînée Eugénie.

  • 146 Ou érésypèle, maladie infectieuse (l’enfant ne semble pas débarrassée de son infection buccale), co (...)
  • 147 Allusion à la querelle des Armagnacs et des Bourguignons qui dégénéra en guerre civile (1407-1435) (...)
  • 148 De même que Gambetta est le commis voyageur de la République, de même Mac-Mahon fait plusieurs voya (...)
  • 149 L’Ordre, fondé en 1871 par Clément Duvernois est l’organe officiel des bonapartistes ; en 1872 il a (...)
  • 150 De fait, les républicains donnent une tonalité politico-religieuse à leur campagne : ils dénoncent (...)

28Ma Chère Lucie, mes Chères sœurs,
J’écris à l’une ou à l’autre d’entre vous, ne sachant pas au juste si l’arrivée de cette lettre précédera ou suivra le départ de nos voyageuses145.
Gabrielle a eu, le 20, un fort accès de fièvre qui l’a abattue toute la journée. Le 21, le docteur Tillon a constaté l’apparition d’un érysipèle146 qui retardera, a-t-il dit prudemment, le rétablissement de quelques jours. J’attache à cette complication des conséquences qui peuvent être très graves. J’ai écrit à St-Omer pour mettre un terme à toute plainte, à toute récrimination. Ce qui est fait est fait.
Je répète la même formule au sujet de la politique : « ce qui est fait est fait ». Appelé dans le conseil du Maréchal le 17 mai, je n’ai pas eu à manifester le 16 mA manière de voir. En même temps que l’opposition au gouvernement devenait plus ardente, les conservateurs dans l’intérêt de qui nous nous sommes dévoués et que l’union seule pouvait sauver, n’ont eu qu’une préoccupation : Vive Bourgogne, ont crié les uns, Vive Armagnac, ont répondu les autres147.
La situation se gâte de plus en plus. Tandis que le conseil municipal de Bourges148 ose refuser tout crédit pour la réception du Maréchal, L’Ordre et Le Gaulois d’un côté149, L’Union de l’autre nous dictent, presque avec menace les conditions de leur concours. Dans un grand nombre de départements, il suffit de ces mots « le gouvernement de la guerre et des curés » pour pervertir l’opinion. L’opposition a son gouvernement, son conseil de jurisconsultes. Les sénateurs, les anciens députés, les administrateurs de gauche forment un corps de fonctionnaires résolus et passionnés150. Les journaux circulent librement malgré les mesures prises contre le colportage. Ils montrent une audace d’autant plus grande que la répression est impuissante. Qu’est-ce qu’un communiqué, pour arrêter le mensonge systématique ? Des poursuites ? On n’osera pas en faire devant le jury. Le plus souvent, on doute même de l’efficacité d’une poursuite devant les tribunaux. Et l’impunité augmente la violence des attaques. Je commence à croire que la France est trop malade pour être sauvée par nous, que nous poursuivons une tâche au-dessus de nos forces… Si aucun changement ne survient dans les esprits nous échouerons ; la défaite du cabinet entraînera, quoiqu’on fasse, la retraite du maréchal, résolu comme nous à ne recourir qu’à la légalité. Et alors…
Que Dieu protège la France. Je ne dis qu’à vous ce que j’éprouve. Pourquoi ne vous le dirais-je pas ?

Tout à vous. Paris.

- Lettre 61 - 25 juillet

29Mes chères sœurs,

J’ai cherché nos voyageuses à la gare, elles sont arrivées sans encombre. Nous venons de dîner. Le temps est favorable. Je vais montrer à Eugénie et remontrer à ma Chère moitié les rives de la Seine. Nous vous envoyons le bonsoir de l’amitié. Je crois que je m’accoutumerai à n’être plus seul. Je n’ai pas de nouvelles de Gabrielle. Lucie me dit que Clara, ou Melle Adèle, était souffrante d’une névralgie lors du départ. Envoyez-nous des nouvelles fréquentes.
Pour la première fois, je ne vous parle pas de politique (oh la vilaine politique !) et je vous embrasse tous bien cordialement.
Paris.

- Lettre 62 - 26 juillet, 7 heures

  • 151 Paris, se référant peut-être aux élections de 1876 dans le Pas-de-Calais où républicains et royalis (...)
  • 152 Illisible.

30Mes chères sœurs,
Je laisse à Eugénie le soin de vous dire l’emploi du temps de la soirée d’hier. À dix heures, j’ai quitté ma cage et mes deux oiseaux encore éveillés pour faire acte de présence à la réception du duc de Broglie qui donnait un grand dîner de magistrature. Je me suis entretenu avec le duc Decazes des incidents du dernier conseil des ministres, dans lequel nous avons agité la question de la date des élections. M. Decazes estime que nous agirions sagement en revenant à notre ancien ordre de bataille. L’une des causes qui ont amené le 16 mai a été la crainte de voir les élections pour les conseils généraux et les conseils d’arrondissements compromises entre les mains du cabinet Jules Simon, et par suite compromise aussi la réélection, dans un an, de la première série des sénateurs. Nous devions donc nous préoccuper, avant tout, des élections départementales. La crainte de diviser les conservateurs a amené le cabinet à donner le pas aux élections législatives. On croyait alors au succès que les plus optimistes se contentent aujourd’hui d’espérer. Revenons hardiment au plan primitif. Jetons la discorde dans les combinaisons de nos adversaires151. Si nous avons le dessus, la date des élections législatives importera peu. Le succès appelle le succès. Dans l’autre hypothèse, la…152, il est vrai, se fait sentir.
Je crains que le désarroi ne se produise, pas seulement dans le camp des adversaires mais dans le nôtre. Le duc Decazes avait vu M. de Broglie et M. de Fourtou, sans rien conclure. Le conseil des ministres délibérera sans doute de nouveau à ce sujet. Lucie et Eugénie ont passé une bonne nuit. Il pleut. Hélas ! il pleut.


  • 153 Voir lettre du 24 juillet, note 149. Edmond Tarbé des Sablons, né en 1838, descend d’une riche fami (...)
  • 154 Pour ne pas gêner son ami qui, cependant, pâtira plus tard de cette visite (voir lettre du 2 juille (...)

312 heures La combinaison Decazes ne peut prévaloir. Les conservateurs seraient aussi abasourdis que nos adversaires. On regarderait notre démarche trop imprévue comme le coup désespéré d’un joueur en déveine.
M. Rouher a fait demander au ministre de l’Intérieur qu’il reprît les négociations avec son comité. On lui a répondu que les comités étaient toujours libres de fournir au gouvernement leurs informations. Il a offert de désavouer par une lettre adressée à M. de Fourtou l’attitude du Gaulois devenue très agressive et pour cause. M. Tarbé153, rédacteur en chef de cet estimable journal, a laissé entendre qu’on pourrait s’entendre en lui concédant pour un million de travaux publics. 330 candidatures environ sont arrêtées. Le maréchal part demain pour Bourges. Nous n’aurons pas de conseil avant mardi. Sauf avis contraire de Bataille, Lucie désire partir pour Blois demain soir et revenir lundi. Si vous écrivez à Blois, où je serai incognito154, adressez votre lettre à Bataille avec double enveloppe.
À vous. Paris.

- Lettre 63 - 27 juillet, 6 heures 1/2 vendredi

  • 155 Bertulphe Gosselin, banquier, bonapartiste modéré, hostile au libre-échange, ancien maire de Boulog (...)
  • 156 Le Pays, fondé en 1852, paraissant le soir, est un journal bonapartiste dont le propriétaire Eugène (...)

32Chères sœurs,

Nous partons pour Blois dans une heure. Nous rentrerons lundi. La santé des voyageuses est bonne. Nous avons dîné hier chez Délia. Nous avons visité aujourd’hui l’École des Beaux-Arts, la Sainte-Chapelle, Notre-Dame.
J’ai reçu la visite de M. de Partz. Gosselin se présente à Fruges pour le conseil général. J’ai demandé au marquis de l’appuyer. Toujours la même union ! M. d’Hébrard, extrême droite, est son concurrent155, alors qu’un candidat de gauche se présente. O les conservateurs !
Le Gaulois explique aujourd’hui l’attitude divisée des bonapartistes envers le gouvernement :
Le Pays156, confiance absolue ; L’Ordre, méfiance ; Le Gaulois, confiance trahie !
Pendant ce temps, L’Union se plaint qu’on livre tout aux bonapartistes.
Si j’étais le maître, je ferais des élections au plus tôt afin d’imposer silence à toutes ces clameurs, en disant à tous : « en avant ! et tant pis pour vous si nous succombons ».
Je vous embrasse tous.
Paris.
Auguste (Carette) est refusé pour sa dissertation latine. L’état de Gabrielle reste grave. Ils n’ont vraiment pas de chance !

33- Lettre 64 - Blois, 30 juillet

  • 157 Ce château médiéval, profondément remanié du XVe au XVIIe siècle, comporte trois ailes (Louis XII, (...)
  • 158 La Cisse est un affluent de la Loire, née en Beauce. Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795), abbé, éru (...)
  • 159 Ce château fut la résidence de Florimond Robertet, trésorier de Charles VIII, Louis XII et François (...)
  • 160 Orchaise est une commune du Loir-et-Cher baignée par la Cisse qui la sépare de la forêt de Blois ; (...)
  • 161 Famille non identifiée.

  • 162 Non identifiée.

  • 163 Il est révélateur que l’orléaniste Paris ne fasse aucune allusion à Henri V auquel ce château (dont (...)
  • 164 Le château d’Amboise construit principalement sous Charles VIII et Louis XII a une histoire riche d (...)
  • 165 Station thermale du Puy-de-Dôme, sur la Dordogne, au pied du puy de Sancy, près de la Bourboule.
  • 166 Dans le Cher, Mac-Mahon s’est encore une fois porté garant de la constitution, a nié que le cabinet (...)

34Mes chères sœurs,

Je ne veux pas quitter Blois sans vous envoyer un souvenir de l’hospitalité cordiale que nous avons reçue dans cette contrée charmante.
Nous sommes arrivés ici vendredi soir après avoir consacré l’après-midi à visiter l’École des Beaux-Arts, la Sainte-Chapelle et Notre-Dame. Bataille nous attendait à la gare qui est contiguë à la Banque de France. Nous avons consacré le samedi à voir Blois, la ville pittoresque par excellence, bâtie en amphithéâtre sur l’une des collines qui bordent la Loire. Le château est une merveille : à chaque pas, l’art et l’histoire partagent l’attention157. Après le déjeuner, nous avons fait une excursion en forêt, saluer les grands chênes du Grand Siècle, parcouru la vallée de la Cisse, que Barthélémy a dépeinte, assure- t-on, dans sa description de la vallée de Tempé158 ; nous avons gravi les pentes qui mènent aux ruines du château de Bury159, village féodal plein de grandeur. En suivant le cours du ruisseau, nous avons vu sortir de la grotte d’Orchaise la plus limpide des fontaines160. Toute la famille s’est trouvée réunie au repas du soir : les enfants fort bien élevés, Emmanuel Sorbier161 et son beau père, Mme Sorbier, conservée comme une relique. Hier, après la messe (à laquelle assistait Mme Bouare162) nous sommes partis pour Chambord, un chef-d’œuvre d’architecture163. Je laisse à Eugénie le soin de vous faire la description de notre expédition artistique.
Nous venons d’employer la journée, Lucie, Eugénie et le jeune Bataille, à voir le château d’Amboise, temple de souvenirs, comme ceux de Blois et de Chambord. Quelle belle vue on a du haut de ces vieux murs : un paysage fait à ravir, « pour le plaisir des yeux », dirait Fénelon164.
Et ce soir, nous partons. Bataille part demain pour le Mont-Dore165. La maison sera vide. Je vais me retrouver en pleine politique. Le discours du maréchal produira peut-être l’union indispensable au salut166.
Nos santés sont excellentes. Je vous envoie les meilleurs souvenirs de tous pour tous. Paris.
Que Jean n’oublie pas de nous envoyer la liste de ses prix.

Haut de page

Notes

1 Église située à proximité du ministère des Travaux publics, dans le 7e arrondissement.


2 Il s’agit pour Paris de prendre congé de sa propriétaire, puisqu’il loge désormais à Paris dans l’hôtel de son ministère ; voir la lettre suivante.


3 Revue militaire organisée à Longchamp, à proximité du bois de Boulogne (cf. lettre suivante).

4 Administrateur des hospices, ancien professeur à l’école régimentaire du génie, fondateur d’un concours annuel des Beaux-Arts (1869) et membre de l’académie d’Arras.


5 Canton de Lillers, arrondissement de Béthune.


6 Louis Buffet (1818-1898), avocat, député (orléaniste) des Vosges (1848-1851, 1863-1875) ; hostile à la politique trop personnelle de Louis Napoléon Bonaparte, il a démissionné du ministère de l’Agriculture (1849) ; hostile au plébiscite, il a démissionné du ministère des Finances (avril 1870) ; président de l’Assemblée nationale (1873-1875), chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur (mars 1875-février 1876), il est élu sénateur inamovible quelques mois après son quadruple échec aux élections législatives de février 1876. Après celles-là, les conservateurs regrettèrent que Buffet, alors vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur, n’ait pas favorisé leurs candidats : « les préfets et les maires, mal dirigés... ne faisaient preuve d’aucun zèle, le gouvernement n’usait pas de l’état de siège pour entraver les réunions ou la presse » de l’opposition (Jean-Paul Charnay, Les scrutins politiques en France de 1815 à 1962. contestations et invalidations. Paris, FNSP, Armand Colin, 1964, p. 80). Gabriel Hanotaux écrit que « les élections furent, dans l’ensemble, sincères et libres » (op. cit., p. 521). Les républicains, au contraire s’estimèrent victimes de pressions administratives, comme à Avignon ; Philippe Levillain indique que dans une dépêche chiffrée envoyée au préfet du Morbihan le 6 février, Buffet écrivait : « Je désire que l’accès à la Chambre des députés lui [Albert de Mun] soit facilitée » (op. cit., p. 468, note 98).

7 Les Lemesre de Pas sont une très riche famille artésienne. Le comte Eugène de Diesbach a épousé Marie-Charlotte, sœur d’une future supérieure du Sacré-Cœur et d’un zouave pontifical tué à Castelfidardo en 1860.

8 Cf. lettre de Lucie Paris du 27 juin, note 182. Adolphe Lenglet est en effet épris de Pauline Hermant qui donne le jour à une petite Gabrielle, le 18 août.

9 Un bataillon de Saint-Cyr, des chasseurs, un détachement d’artillerie et un de cavalerie, des cuirassiers.

10 Les députés dissous n’avaient pas été invités au grand dam des républicains.


11 La remarque d’Auguste Paris est significative des relations entre Berlin et Paris : l’Allemagne s’inquiète du relèvement militaire français (cf. crises de 1872 et 1875) dont la France tire quelque fierté tout en ne pouvant ni ne souhaitant affronter militairement le 2e Reich. L’Allemagne souhaite la victoire des républicains qui, pense-t-elle, isolent et affaiblissent la France ; le 3 juillet, Hohenlohe déjeune avec Gambetta chez Thiers (Jean Garrigues, op. cit., p. 645).


12 Mélanie Louise Champs-de-Saint-Léger a épousé en 1850 le général Paul-Louis de Ladmirault (1808-1898), saint-cyrien, sénateur du Second Empire (1866) et de la Troisième République (1876), vice-président du Sénat (1882) qui est alors gouverneur militaire de Paris ; à ce poste il a lutté contre l’entrisme des bonapartistes dans l’armée.

13 Voir lettre du 29 juin, note 12.

14 Au XIXe siècle, l’Espagne traverse une ère d’instabilité. Dans la décennie 1870, elle a connu sa première République (1873-1875) et sa troisième guerre carliste (1872-1876/9). La monarchie a été restaurée en 1875 et la constitution de 1876 a assuré la stabilité institutionnelle. Manuel- Ruiz Zorilla (1834-1895), avocat, libéral et anticlérical, député de l’opposition en 1856, s’est réfugié à Paris après l’insurrection madrilène de 1866 ; il a participé à la révolution espagnole d’octobre 1868 et est devenu ministre des Travaux publics du gouvernement provisoire dont il a démissionné en décembre 1869 ; rallié au roi Amédée (1870-1873) dont il fut par deux fois le président du Conseil (juillet-octobre 1871, juin 1872-février 1873), il se convertit définitivement à la République après l’abdication du souverain et la proclamation de la République. Hostile à la restauration (Alphonse XII), il se réfugie à nouveau en France d’où il dirige la propagande républicaine. Manuel-Ruiz Zorilla ne renonce pas à l’aventure du pronunciamento (il refuse l’amnistie en 1881 et demeure en exil jusqu’en 1895) alors que d’autres militants républicains, derrière Castellar, préfèrent jouer le jeu constitutionnel. Le carlisme - animé par la branche aînée des Bourbons (avec trois Don Carlos successifs, Charles V, Charles VI-Louis, Charles VII) exclue du trône en 1833 - est un mouvement politique traditionaliste, théocratique, décentralisateur et de caractère plus populaire que les autres traditionalismes européens.

15 Dans sa lettre du 8 juin, Paris croyait que M. Jouffroy était le prétendant de Jeanne Carette (voir lettre du 1er juin, note 4).

16 Dans cette circulaire, Fourtou insiste sur la légalité de l’acte du 16 mai, sur le droit du gouvernement de recourir à la candidature officielle, sur la possibilité de réviser la constitution, sur le maintien au pouvoir jusqu’en 1880 du maréchal de Mac-Mahon qui apporte la garantie de sa protection aux fonctionnaires afin de mieux stimuler leur zèle.

17 Avec les deux anciens députés Lagunero et Munoz, il est conduit à la frontière allemande.

18 Lerida est un chef-lieu de province de Catalogne. Don Carlos = Charles VII a été expulsé de sa maison de Passy vers Linz (Autriche) le 23 mai (cf. note 14 supra).

19 Le chef de l’État aurait chargé le cardinal Guibert de solliciter du pape un discret appel à l’union des catholiques en vue des élections d’octobre et aurait obtenu une réponse favorable en dépit du scepticisme du Saint-Siège, entretenu par Mgr Pie, évêque de Poitiers. Le gouvernement qui redoute les accusations de cléricalisme et d’ultramontanisme agit avec retenue et ne souhaite pas un concours trop voyant de l’Église catholique. (Jacques Gadille, La pensée et l’action politiques des évêques français au début de la IIIe République. 1870-1883. 2 tomes, Paris, Hachette, 1967, tome II, p. 68).

20 Les gouvernements d’ordre moral (1873-1874, 1877) suivent les principes édictés par Thiers et Jules Simon (ministre des Cultes de janvier 1871 à mai 1873) - et valables jusqu’en 1879 - quant à la nomination des évêques : choisir des ultramontains pour ne pas déplaire au Saint- Siège, mais qui soient tolérants et modérés, rappeler la prérogative de l’État (depuis le Concordat) mais sans sectarisme, coopérer avec le nonce en suivant parfois son avis. Contrairement à ce que rapporte Paris, le gouvernement Broglie-Fourtou apparaît comme « une parenthèse dans cet ensemble », c’est-à-dire que le dialogue avec le Saint-Siège se fait plus étroit et que l’on nomme des candidats « plus franchement ultramontains ». L’administration de Brunet réexamine les dossiers d’épiscopales et y ajoute deux noms : Catteau (voir lettre du 7 août) et Foata (nommé en Corse où il soutiendra la candidature d’Haussmann, voir lettre du 22 août). Les nominations sont effectuées avec grand soin afin de désigner « des candidats favorables au gouvernement en place et très dévoués au Saint-Siège », d’ailleurs, le nonce reconnaît les efforts du cabinet et loue l’action personnelle de Brunet « bon catholique qui agit avec conscience » (Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire. 1802-1905. Paris, Cerf, 1996, p. 372-380). Entre 1874 et 1878, le nonce à Paris est Mgr Meglia (1810-1883), ordonné à Rome le 24 septembre 1836, docteur in utroque jure de la Sapience le 23 mai 1843, archevêque de Damas en 1864. Agent de la diplomatie pontificale, il fut notamment nonce au Mexique (1864), en Bavière (1866) avant d’être nommé en France où il avait déjà été auditeur de nonciature puis chargé d’affaires du Saint-Siège ; à ce titre il avait administré la nonciature de Paris entre le départ de Mgr Sarconi (1854-1860) et l’arrivée de Mgr Chigi (1861-1874). Il obtient le chapeau de cardinal le 12 septembre 1879. (Jacques-Olivier Boudon, Paris, Capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, p. 449, note 1).

21 Un ami de la famille Paris, en poste à la Banque de France de Blois. Alfred Bataille est né en 1830 à Saint-Omer où ses parents étaient de riches marchands de grains. Licencié en droit, il a passé deux années à l’école des Carmes de Paris (76 rue de Vaugirard) puis a été précepteur chez le comte Colbert [1843-1917, descendant du ministre de Louis XIV, diplomate, député bonapartiste du Calvados de 1876 à 1895] et chez le comte de Bagneux [né en 1816, riche propriétaire, obscur représentant (Droite) de la Seine-Inférieure (1871-1875)]. Il est entré la Banque de France comme commis à Bordeaux en 1862 puis a grimpé régulièrement dans la hiérarchie : chef du contentieux à Paris (1871), directeur de succursale à Blois (1873). En mars 1878, il est muté à Moulins et en décembre 1879, il est révoqué, ce qui est relativement exceptionnel dans cette institution. L’est-il en raison de fautes graves (vie dissolue, absentéisme, gestion discutable...) rapportées dans son dossier ou est-il victime d’une épuration alimentée par des « calomnies » et due à ses « opinions légitimistes » comme il le prétend lui-même lors du procès qu’il intente, en 1892, à la Banque qui lui a refusé d’ouvrir un compte courant utile à la maison de banque qu’il fonda ensuite ? Ainsi, rappelant les événements de 1877, déclare-t-il : « Il est vrai que des sentiments hostiles se sont manifestés contre moi, après mon départ de Blois. Ils s’expliquent surtout par les dénonciations politiques consécutives au récent triomphe des 363, ayant représenté ma succursale où avait résidé 2 jours un ministre du 16 mai, comme un foyer de réaction ». Je remercie Madame Muriel Bordogna, responsable de la Mission historique de la Banque de France, qui m’a fourni ces précieux renseignements.

22 Enghien-les-Bains où il ira prendre les eaux. Cette station thermale, créée en 1821, est réputée pour ses eaux sulfurées, employées pour soigner les rhumatismes ainsi que les maladies des voies respiratoires et de la peau. Ce lieu de villégiature (Seine-et-Oise, aujourd’hui Val-d’Oise) souffre de sa proximité avec Paris car « le bon ton condamne toute guérison sans voyage » (Guide Joanne, 1856).

23 Constant Fiévet, grand propriétaire et fabricant de sucre dirige une entreprise modèle qui lui a valu un grand prix en 1867 ; maire de Masny et conseiller général de Douai-sud, situé au Centre droit mais apprécié des bonapartistes, il a échoué lors d’une législative partielle dans le Nord en novembre 1872 ; un de ses frères a été conseiller à la cour de Douai, un autre, Édouard lui succède à la mairie et au conseil général et siège au Sénat entre 1885 et 1888. (Bernard Ménager, La vie politique dans le département du Nord..., op. cit., p. 1164).

24 Un soliveau est une petite pièce de charpente. « Soliveau » désigne aussi un personnage sans force morale ni autorité ; ce terme est présent dans la fable de La Fontaine, Les Grenouilles qui demandent un Roi : « Or c’était [le roi envoyé par Jupiter] un soliveau, De qui la gravité fit peur à la première/Qui, de le voir s’aventurant, Osa bien quitter sa tanière » (vers 14-17). Adressée aux troupes le 1er juillet, la proclamation du maréchal de Mac-Mahon est en effet pleine de fermeté : « Vous sentez que le pays nous a remis la garde de ses plus chers intérêts. En toute occasion, je compte sur vous pour les défendre. Vous m’aiderez, j’en suis certain, à maintenir le respect de l’autorité et des lois dans la mission qui m’a été confiée et que je remplirai jusqu’au bout ». La République française du 4 juillet écrit notamment : « C’est l’armée de la France qui passe devant le premier magistrat de la République, c’est l’armée de la loi et non l’armée d’un homme... Personne, croyons-nous, si ce n’est les bonapartistes, ne menace l’autorité des lois... M. le maréchal de Mac-Mahon a cru devoir faire une déclaration relative à lui- même en affirmant une fois de plus qu’il remplira sa mission jusqu’au bout... Nous n’avons pas à discuter cette affirmation. Quand le peuple aura tranché, le maréchal de Mac-Mahon verra ce qu’il convient de faire suivant une inspiration de sa conscience et de sa dignité ».

25 Ainsi le gouvernement qui s’engage à observer sincèrement et loyalement « les lois par lesquelles l’Assemblée nationale a constitué la République » demande aux préfets de « ramener le pays à l’exacte appréciation des faits... de le préparer à la grande manifestation électorale pour laquelle il sera bientôt convoqué » en lui indiquant « les candidats qui soutiennent et les candidats qui combattent sa politique ». Si Fourtou « ne pourrait admettre l’hostilité » des fonctionnaires, il craindrait toutefois de « faire injure à leur caractère » en supposant « un seul instant que le sentiment du devoir a pu être ébranlé dans leur cœur ».

26 Ils ont 75 députés sortants, ils auront 104 élus en octobre 1877.


27 qui, le plus fort, s’adjuge la totalité ou la plus grosse part du partage : allusion à la fable de La Fontaine, La Génisse, la Chèvre et la Brebis, en société avec le Lion.


28 Adrien Mathieu (1807-1884), cultivateur, maire de Camblain-l’Abbé, conseiller général du canton d’Aubigny-en-Artois, de la monarchie de Juillet à la Troisième République, député de Saint-Pol-sur-Ternoise (candidat officiel) en 1869-1870. Gustave de Sède (voir lettre du 1er juin, note 5). Alphonse-Pierre de Cardevac, marquis d’Havrincourt (1806-1892), polytechnicien, grand propritaire agriculteur industriel (380 ha), gendre de Casimir de Rochechouart duc de Mortemart (1787-1875), maire d’Havrincourt (1837-1892), conseiller général (canton de Bertincourt, 1837-1892), député en 1849, incarcéré le 2 décembre 1851, rallié à l’Empire, chambellan de Napoléon III (1863), député du Nord (1863-1869, candidat officiel, il a battu Thiers), vaincu en 1869, puis en 1876 dans le Pas-de-Calais ; il entre à la Chambre des députés en 1877 (candidat officiel) puis au Sénat en 1886. Georges Graux (1843-1900), avocat, fils d’un avocat et maire de Saint-Pol-sur-Ternoise, secrétaire de la conférence des avocats sous le bâtonnat de Jules Grévy (1867-1868), officier des mobiles du Pas-de-Calais pendant la guerre de 1870, secrétaire d’Ernest Picard (quelques semaines ministre de l’Intérieur en 1871), chef de cabinet de Martel (ministre de la Justice et des Cultes du 17 décembre 1876 au 16 mai 1877), conseiller général (canton de Saint-Pol, depuis 1875) ; en 1879, il épouse la veuve d’Ernest Duvergier de Hauranne, député du Cher ; en 1881, il conquiert l’arrondissement de Saint-Pol-sur-Ternoise, fief légitimiste ; proche de Méline, il lui succède à la présidence de la commission des douanes. Thuilliez s’est déjà présenté en 1876 contre de Partz de Pressy dans la circonscription de Saint-Pol.

29 En fait, Auguste Paris s’en inquiète beaucoup !


30 Cf. La Fontaine, Les animaux malades de la peste, septième vers.

31 A la suite de l’adoption de l’amendement Allain-Targé (mars 1877), l’État doit renégocier la convention prévoyant le rachat de certaines petites compagnies par la compagnie d’Orléans qui s’est déjà engagée vis-à-vis des petites sociétés en souffrance. Les négociations engagées entre Christophle puis Paris et le PO n’aboutissent pas faute de temps (François Caron, op. cit., p. 473-475).

32 Mme Tanlay est la veuve de l’ancien préfet du Pas-de-Calais (1854-1864). Cette remarque nous montre une nouvelle fois les tensions parmi les conservateurs et le fossé qui sépare A. Paris des bonapartistes du Pas-de-Calais.

33 Elle était à Paris avec sa mère, elle est revenue à Saint-Omer.


34 La famille de Coralie habite Abbeville à proximité du littoral picard ; nous avons là un exemple de vacances estivales au bord de la mer. (Gabriel Désert, La Vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Paris, Hachette, 1983 ; Alain Corbin, op. cit.) qui commence à être prisée par la bourgeoisie.

35 Remarque typique d’une éducation bourgeoise et catholique.


36 Non identifiée.


37 Le palais incendié pendant la Commune est finalement détruit en 1882.

38 2e arrondissement.

39 Le mari de Coralie.

40 Amiral Léon Martin Fourichon (1809-1884), élève au collège royal de la marine à Angoulême, gravit tous les échelons de la carrière jusqu’en 1869, combat en Mer du Nord en 1870 et bloque la flotte prussienne dans le golfe de Jade ; ministre de la Marine dans le Gouvernement de la Défense nationale, il s’associe à la politique de Gambetta. Toutefois, en février 1871, il est élu représentant de la Dordogne sur une liste conservatrice favorable à la paix ; orléaniste rallié à la République, il passe du Centre droit au Centre Gauche en 1873 et est élu sénateur inamovible en 1875 (sur la liste des gauches) avant de redevenir ministre de la Marine de mars 1876 au 16 mai 1877 ; il vote tantôt à gauche, tantôt à droite, et s’abstient lors du vote sur la demande de dissolution. Adolphe Crémieux (1796-1880), avocat, membre du gouvernement provisoire en 1848, du gouvernement de la Défense nationale en 1870 [ministre de la Justice ; à ce titre, il a conféré à tous les juifs d’Algérie le statut de citoyens français] représentant de l’Algérie (1871-1875), sénateur inamovible. Alexandre Glais-Bizoin (1800-1877), avocat, député d’extrême gauche des Côtes-du-Nord (1831-1848,1863-1870), membre du gouvernement de la Défense nationale. Eugène Spuller (1835-1896), avocat, proche de Gambetta avec qui il quitta Paris en ballon (en compagnie de Ranc), est rédacteur en chef de La République française, député de la Seine (1876-1885). Il représente ensuite la Côte- d’Or à la Chambre (1885-1892) puis au Sénat (1892-1896) et siège plusieurs fois au gouvernement : sous-secrétaire d’État à la présidence du conseil dans le ministère Gambetta (1881-1882), ministre de l’Instruction publique et des Cultes [1887, 1893-1894, il est très modéré dans ses rapports avec l’Église, proposant « l’esprit nouveau » (1894) qui est une réponse au « Ralliement » préconisé par Léon XIII (1892)], ministre des Affaires étrangères (1889-1890). Arthur Ranc (1831-1908), maire du 9e arrondissement de Paris en 1870, directeur de la Sûreté générale au temps de la Défense nationale, représentant de la Seine (1871) puis du Rhône (1873) ; ayant tenté de concilier les partis pendant la Commune, il est poursuivi sous le gouvernement du 24 mai pour avoir participé à l’insurrection, se réfugie en Belgique et est condamné à mort par contumace ; il rentre en France après l’amnistie de 1879 et reprend une longue carrière politique : député (1881-1885) puis sénateur (1891-1900) de la Seine, sénateur de la Corse (1903-1908). Général Trochu (1815-1896), gouverneur militaire de Paris en août 1870, président du gouvernement de la Défense nationale, responsable de la défense de la capitale ; élu, en février 1871, dans 8 départements, il opte pour le Morbihan mais démissionne dès le 1er juillet 1872 et abandonne la vie politique.

41 Beyens : secrétaire de la légation de Belgique à Madrid, il a épousé l’amie d’enfance d’Eugénie de Montijo et quand cette dernière est devenue impératrice, Léopold 1er l’a muté à Paris où naquit en 1855 leur fils, Eugène-Napoléon (1855-1934) dont les prénoms rappellent le parrainage par Eugénie et Napoléon III et qui sera un des plus brillants diplomates belges du premier quart du XXe siècle. La Belgique est traditionnellement attachée à son indépendance et à sa neutralité. Entre 1864 et 1867, la politique de compensation engagée par Napoléon III l’a inquiétée ; en 1870, à la demande du Royaume-Uni, la Prusse et la France se sont engagées à respecter la neutralité belge, mais le roi Léopold II (sur le point de se lancer dans l’aventure congolaise) et certains dirigeants qui craignent un nouveau conflit franco-allemand et les ambitions territoriales de leurs deux grands voisins, considèrent que les garanties diplomatiques ne constituent pas une protection suffisante et souhaiteraient augmenter le potentiel militaire du pays, mais il se heurte à un fort antimilitarisme...

42 C’est-à-dire susceptibles d’être utilisés par l’armée.


43 Exceptionnelle manifestation d’irritation d’Auguste Paris qui se sent oublié ; peut-être est-il fatigué et se sent-il isolé alors que les parlementaires sont partis en campagne et nombre de ses relations sont en vacances ?

44 Élise est la sœur cadette d’Auguste, Charles, Marie et Zénaïde.

45 Non identifiés.


46 Non identifié.

47 Mme de Saint-Amour siège à la commission des dames chargées d’examiner les travaux d’aiguille des aspirantes au brevet de capacité ; elle est la veuve de Victor Cassagneau de Saint- Amour (1795-1865), ancien directeur de l’enregistrement et des domaines à Arras (1853-1865), conseiller municipal, qui finança l’ouverture d’une école de filles à Zutkerque qu’il confia à la Sainte Famille d’Amiens ; son père avait été député aux 500 et au Corps législatif des 100 jours, son frère Jules (1800-1861), propriétaire à Saint-Omer, avait été député (droite) du Pas-de-Calais à la Constituante de 1848, non réélu en 1849, non rallié à Louis Napoléon Bonaparte, candidat indépendant malheureux en 1852 et 1860.

48 Il s’agit de M. Flamen, juge à Valenciennes.


49 Président du tribunal civil de Saint-Pol-sur-Ternoise.

50 Jean 21 : 24-25.

51 Mère nourricière, expression latine pour désigner l’Université.


52 Procureur de la République près le tribunal civil d’Arras.


53 Station thermale de la Haute-Marne où l’on traite les rhumatismes et les maladies des os.

54 Chef de gare à Arras (voir lettre du 14 juin de Lucie Paris, note 94).

55 Voir lettre du 28 juin, note 6 ; « cet esprit fin, très lié aux Orléans, est enclin à la conciliation » (Philippe Levillain, op. cit., p. 554-555) ainsi que l’indique la suite de la lettre.

56 Albert Delacour (1825-1889), fils d’un conseiller général et député, avocat, auditeur au Conseil d’État (1847-1851) s’est retiré sur ses terres après le 2 décembre 1851 et s’est consacré à l’agronomie. Maire de Saint-Gabriel, conseiller général (canton de Creuilly, 1863-1889), il est élu représentant puis député du Calvados (1871-1877) ; républicain conservateur, il passe au Centre droit le 24 mai 1873 et rejoint les constitutionnels et bien que s’étant sensiblement rapproché des républicains modérés, il est candidat officiel en octobre 1877, mais il est battu, par le bonapartiste Aymar Joret des Clozière (1824-1878) soutenu par L’Ami de l’ordre qui attaque sans ménagement les constitutionnels, « candidats masqués » d’un « parti hybride ». Cette lutte est « la seule fausse note dans le grand mouvement d’union des forces de droite » (Jean Quellien, Bleus, blancs, rouges. Politique et élections dans le Calvados. 1870-1939, Caen, Cahier des Annales de Normandie, n° 18, tome IV, p. 34 et 39). François Dutilleul (1825-1907), employé au ministère des Finances, devenu inspecteur puis directeur, maire d’Elincourt-Sainte-Marguerite, conseiller général, député constitutionnel de l’Oise (1876-1877) s’est abstenu le 19 juin sur le vote de défiance au gouvernement ; candidat officiel en octobre 1877, il est battu par le bonapartiste Cossé-Brissac ; il sera cependant ministre des Finances dans le cabinet de Rochebouët (23 nov.-13 déc. 1877). Delacour comme Dutilleul arrivés troisièmes au premier tour derrière le bonapartiste (1er) et le républicain (2e) se sont retirés de la compétition.

57 Une des terrasses du jardin des Tuileries, aménagée par Le Nôtre (1664) et longeant la Seine.

58 Dans le Pas-de-Calais, cette question concerne notamment Ernest Deusy, député-maire d’Arras.

59 Mets à profit le jour présent. Horace (Odes, I, 11, 8).


60 C’est-à-dire servante en chef ou première dame, à savoir Mme Lainé ?


61 Voir lettre du 24 mai, note 88.


62 Médecin à Saint-Omer, il officie notamment à l’hôpital général et à l’hospice Saint-Jean.


63 M. Déron, remplacé par Angliviel de La Beaumelle ; en décembre il est nommé sous-préfet de Douai.


64 Gérant du quotidien catholique Le Pas-de-Calais, fondé en 1870 par Auguste Paris.

65 C’est-à-dire la 2e circonscription de Saint-Omer, comprenant les cantons d’Ardres, Audruick, Fauquembergues et Lumbres. Félix Le Sergent de Monnecove (voir lettre du 29 juin, note 14) a défendu le pouvoir temporel du Pape sous l’Empire [alors que Levert s’est parfois opposé aux ultramontains, notamment à Mgr Pie dans la Vienne] ; entre 1863 et 1870, il n’a jamais obtenu sa réintégration dans le corps préfectoral.

66 Émile Level est un ingénieur lié à la Compagnie du Nord, directeur du chemin de fer de Bapaume ; le 9 août, il est fait chevalier de la Légion d’honneur. Depuis 1872, il développe un réseau de lignes d’intérêt local comme Achiet-Bapaume, Anvin-Calais ou Vélu-Saint-Quentin (Vélu est une petite commune du canton de Bertincourt, arrondissement d’Arras, au sud-est du département) dépendant directement de la Compagnie du Nord qui entend limiter les empiétements des petites compagnies et qui est soutenue à ce sujet par le conseil général du Pas-de-Calais et plusieurs parlementaires comme Auguste Paris (cf. intervention à l’Assemblée nationale le 5 juillet 1875) qui, en outre, possède des actions du Nord et s’occupe des expropriations de terrains en vue de la construction de lignes ferroviaires. En 1879, la grande compagnie signe un traité avec la société Picardie-Flandre par lequel elle s’engage à assurer l’exécution des lignes non construites en raison des difficultés financières de cette dernière au conseil d’administration de laquelle E. Level entre pour représenter les intérêts de la première. Bien qu’ingénieur lui-même, Level reproche à ses confrères des petites compagnies leur gestion coûteuse et autonome... (François Caron, Histoire des chemins de fer en France, op. cit., p. 459 et Histoire de l’exploitation d’un grand réseau : la Compagnie du chemin de fer du Nord, Paris, EHESS, 1973, p. 212, 242-243, 263).

67 Conformément à la tactique et à la stratégie imposées par Gambetta, l’adversaire est personnalisé ; pour « acculer Mac-Mahon à la démission, les républicains ne doivent pas hésiter à faire de lui la cible de leurs attaques » en l’accusant d’être ultramontain et antiparlementaire (et bientôt de vouloir la guerre...), en le comparant défavorablement à Thiers présenté comme un homme d’État sage et responsable, prêt à prendre la relève (Jérôme Grévy, op. cit., p244).

68 Voir lettre du 19 juin, note 126. Dans le Lot-et-Garonne, département républicain, les bonapartistes disposent d’un bastion dans la circonscription de Villeneuve-sur-Lot où Hermand Sarrette (1822-1909) est constamment élu ; à Agen, en 1876, la lutte entre le bonapartiste Dollfus (1826-1906, gendre d’Haussmann) et le légitimiste Cazenove de Pradines (1824-1908) a fait le jeu du républicain Armand Fallières (1841-1931, futur président de la République (1906-1913) qui triomphe de nouveau en octobre 1877 mais face au seul Dollfus.

69 Il l’a déjà citée dans sa lettre du 17 mai (note 30).

70 Allusion non identifiée. Effectivement le 22 juillet, l’Église catholique fait mémoire de sainte Marie-Madeleine qui rassemble la pécheresse anonyme à qui il fut « beaucoup pardonné, parce qu’elle a beaucoup aimé » (Luc 7, 36-50), Marie de Béthanie « qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée » (Luc 10, 38-42) et Marie de Magdala qui assista de loin à la crucifixion, participa à l’ensevelissement de Jésus et eut l’honneur de la première apparition du Seigneur ressuscité.

71 Voir lettre 50, note 60.


72 Un faubourg d’Arras.


73 Illisible.


74 Hôpital fondé en 1846 par Elisa Lariboisière, rue Ambroise-Paré (10e arrondissement).

75 Cf. lettre du 3 juillet, note 31. Adolphe Laurens de Waru, conseiller d’État, régent de la Banque de France, vice-président du Paris-Orléans est aussi membre du conseil d’administration de la Compagnie du Nord ; Fouler de Relingues représentant du Pas-de-Calais (1871-1875) est lié à cette famille par son épouse et sa fille Hermine qui a épousé Jean, fils d’Adolphe.

76 Cette remarque en dit long sur les sentiments de nombreux Français vis-à-vis de l’Allemagne alors : la guerre de 1870-1871 est encore fraîche dans les mémoires, de même que les crises de 1872 et 1875 ou le jugement de Bismarck sur la France « ennemie héréditaire » ; bien plus, en 1877, le chancelier de fer se méfie du gouvernement Broglie-Fourtou clérical [alors que lui- même est en plein Kulturkampf], conservateur et composé de nombreux nobles et donc plus apte à trouver des alliances en Europe que les républicains qu’il soutient indirectement en accréditant la rumeur selon laquelle voter pour les candidats du maréchal, c’est voter pour la guerre.

77 Dans ce département, les bonapartistes disposent de leaders d’envergure, comme Janvier de La Motte (1823-1884), préfet sous le Second Empire, député de Bernay ou Raoul-Duval.

78 Divisée, elle périra.


79 Philibert Lombard Buffière comte de Rambuteau, né en 1838, est le petit-fils par sa mère de l’ancien préfet de Paris Claude Philibert de Rambuteau (1813-1814, 1832-1848). Juriste, chargé du cours de droit administratif à l’école des ponts et chaussées en 1869, engagé volontaire en 1870, il est préfet du Pas-de-Calais du 7 avril 1871 au 19 juin 1874. À cette époque, son épouse, Mathilde Gautier est présidente d’honneur de l’association Notre-Dame du Salut d’Arras qui prie pour les œuvres ouvrières et contribue à leur financement, elle y côtoie Mme Paris présidente et Mme Deusy (l’épouse du maire, républicain modéré), conseillère. En 1874, il devient préfet de Haute-Garonne puis retourne, en 1875, au conseil d’État où il était entré en 1860. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 361 et Yves-Marie Hilaire, La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras 1840-1914, Thèse d’État, 3 volumes, Lille, ANRT, 1983, p. 1046).

80 Paroles fameuses déjà citées dans la lettre du 30 juin (note 24), et six heures plus tôt, en traduction.

81 Dès le 28 mai, de Broglie a envoyé une circulaire aux procureurs généraux relative aux délits de presse : il convient de « protéger la morale, la religion, la propriété et les fondements de toute société civilisée », de punir la propagation de fausses nouvelles et les offenses au président de la République ; pour cela, ils peuvent s’appuyer sur le décret du 17 février 1852. Le rédacteur en chef de La République française est E. Spuller (rappel).

82 Non identifiée.


83 Non identifiée.


84 Non identifiée.


85 Pour honorer la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie, l’Église a pris la coutume de conserver le Saint-Sacrement dans le tabernacle des églises et d’inviter les fidèles à lui rendre culte (adoration). Cette adoration peut revêtir plusieurs formes : salut, veillée, adoration perpétuelle, prière des Quarante Heures...

86 C’est-à-dire m’ont ôté toute force.


87 Cette dame souhaite-t-elle se voir attribuer une recette simple de poste qui sont souvent confiées à des femmes (68 sur 77 dans le Pas-de-Calais en 1877). Léon Riant : voir lettre du 11 juin, note 75.

88 Il s’agit de Charles Duthilt, oncle maternel d’Auguste Paris, alors en poste à Aire-sur-la-Lys et qui y reste.

89 Philippe Lebleu, conseiller général de Laventie, maire de Sailly-sur-la-Lys, qualifié encore en 1883 par le préfet de « très religieux et monarchiste au fond » (Régis Renoncourt, Une assemblée locale de la Troisième République. Le conseil général du Pas-de-Calais de 1871 à 1914, thèse Nouveau Régime, sous la direction de Bernard Ménager, Lille 3, 1994, p. 681).

90 Louis Hovine, propriétaire à Arras, administrateur des hôpitaux et hospices d’Arras, membre du comité de surveillance de la caisse d’épargne d’Arras, membre du bureau d’administration du collège d’Arras, conseiller d’arrondissement (Arras nord), président du bureau du conseil d’arrondissement d’Arras, est un bonapartiste modéré. Il est battu aux élections de novembre 1877.

91 Dans ce texte daté du 9 juillet, il justifie d’abord sa démarche : « Les compagnies de chemin de fer emploient un personnel nombreux à un service public dont l’exploitation leur est confiée par l’État, aussi, depuis longtemps, dans un intérêt d’ordre et de sécurité, a-t-il paru nécessaire de soumettre les agents des compagnies à la surveillance de l’administration ». Il rappelle ensuite qu’« aux termes du décret du 27 mars 1852, l’administration a le droit de requérir la révocation des agents des compagnies de chemin de fer » et il ajoute : « Dans les circonstances actuelles, je n’hésiterais pas, tout en respectant l’entière liberté des opinions et des votes, à user de mes pouvoirs à l’égard des agents qui mettraient au service d’une propagande hostile au gouvernement l’influence qu’ils tirent de leurs fonctions. Mais dans l’intérêt même de ceux qui pourraient céder à de funestes entraînements, je crois bon d’avertir avant de réprimer... ».

92 La République française dénonce les agissements du PLM au conseil d’administration duquel siège le ministre des Finances Caillaux, seule compagnie à avoir effectivement mis en œuvre des mesures conformes à cette circulaire. (François Caron, Histoire des chemins de fer..., op. cit., p. 474). L’Avenir (journal républicain d’Arras), dans son numéro du 13 juillet, s’en prend lui aussi à la circulaire du ministre des Travaux publics sous le titre « Nouvel exploit de l’ordre moral », en affirmant qu’« il entend charger les Compagnies elles-mêmes de sa police électorale ».

93 Le Monde est un journal catholique fondé en 1860 par Eugène Taconet qui veut sauver la clientèle de L’Univers supprimé la même année. Cette feuille cléricale, ultramontaine et légitimiste, compte 3500 abonnés en 1874 et est en déficit chronique. Plus terne que son concurrent L’Univers réapparu en 1867, elle retrouve une certaine vigueur grâce à son comité de patronage de 1876 où l’on trouve Chesnelong et Kolb-Bernard et à l’occasion de la crise de 1877 pendant laquelle elle attaque plus les radicaux qu’elle ne soutient le gouvernement auquel elle reproche implicitement de ne pas s’appuyer franchement sur les forces de la religion (Pierre Albert, op. cit., p. 745-754). L’Univers, fondé en 1833, est « au cœur de la vie de l’Église de France de cette période et il exerce un véritable magistère sur la conscience de la très grande majorité du clergé ». Dirigé par le violent et talentueux Louis Veuillot (1813-1883), il combat pour Rome et le comte de Chambord (1871-1873), contre les catholiques libéraux et de Broglie (1874-1875 ; il est suspendu deux fois en 1874). Après 1876, ne croyant plus aux chances de restauration monarchique, il se replie sur une position de défense religieuse mais reprend avec vigueur le combat antirépublicain après le 16 mai même s’il manifeste des réticences à l’égard de bien des ministres... Il tire alors à près de 15000 exemplaires (cf. Pierre Albert, op. cit., p. 722-754).

94 Quinion-Hubert, président du tribunal civil de Saint-Pol (circonscription de de Partz) sera effectivement nommé conseiller à la cour d’appel de Douai ; il sera remplacé par M. Flamen juge à Valenciennes. Ici apparaissent nettement les marchandages, la distribution des postes entre les différentes tendances conservatrices.

95 Encore un proverbe (!) qui exhorte à supporter les maux d’aujourd’hui sans penser par avance à ceux que peut nous réserver l’avenir.

96 L’officier de santé Devillers (voir lettre de Mme Paris du 26 mai, note 116).

97 Warnier : s’agit-il d’Alphonse, chef de bataillon du génie à Arras dont les deux frères Hubert (1810-1875) et Jules ont été respectivement préfet (1870-1871) puis représentant d’Alger (1871-1875), et représentant de la Marne (1871-1875), tous deux Gauche républicaine. Dans son numéro du 9-10 juillet, L’Avenir continue d’éditer, sous le titre Les comptes de l’Empire (sans doute inspiré des Comptes d’Haussmann de Jules Ferry), le rapport de Deusy (député maire d’Arras) sur le projet de loi portant règlement définitif du budget 1870, qui date de l’Assemblée nationale. Mais Warnier se propose de donner un aperçu général de ce travail, sans attendre la fin de la publication complète, ce qui lui permet de stigmatiser le Second Empire et ses partisans en terminant ainsi son article : « On assure que la crainte de l’arrêt qu’aurait prononcé la Chambre, n’a pas peu contribué à pousser les bonapartistes à faire prononcer la dissolution. Qu’importe ! La prochaine Chambre fera ce que la Chambre dissoute n’aura pu faire... Elle le fera d’autant plus que la nation éclairée sur les agissements de cette odieuse bande qui s’est enrichie sur ses dépouilles, aura repoussé avec indignation tous les candidats assez impudents pour oser encore se dire : bonapartistes ». Le comte César de Randon (1795-1871) est un militaire sorti du rang qui a notamment servi en Algérie où il fut gouverneur général entre 1852 et 1858. Ministre de la Guerre (janvier-octobre 1851, 1859-1867), sénateur (1852), maréchal (1856), il a épousé en première noce Clotilde Périer (apparenté à cette grande famille de banquiers et hommes politiques (voir lettres du 15 mai, note 1 et du 4 octobre, note 8). Sa seconde épouse (1849), Zénaïde Suin, fille du directeur de l’enregistrement et des domaines du Pas-de-Calais, conseiller municipal d’Arras, parvint à convertir ce protestant au catholicisme (1867). (Dictionnaire du Second Empire, op. cit., art. de Joseph Valynseele, p. 1101).

98 Voir lettre de Lucie Paris du 31 mai, note 152.


99 Ces médecins parisiens n’ont pu être identifiés. L’hôpital Beaujon est dans le 14e arrondissement.

100 Que ta volonté soit faite, quatrième proposition du Pater noster.


101 Les Alpes-Maritimes (voir lettre du 22 mai, note 61).


102 Charles du Campe de Rosamel (1833-1897), petit-fils d’un amiral, ministre de la Marine, député et pair de France sous la monarchie de Juillet, fils d’un contre-amiral, lui-même capitaine de frégate. Conseiller général (1873-1886, canton d’Étaples), il est ensuite élu, sur une liste de coalition anti-bonapartiste, avec les conservateurs Dubrulle et Paris et le républicain Huguet (maire de Boulogne), sénateur du Pas-de-Calais en 1876 ; vaincu en 1882, il est député de 1885 à 1889.

103 Ces propositions interviennent après la démarche auprès d’Albert de Broglie des comités électoraux de la Droite et du Centre droit qui s’étaient plaint du trop bon accueil fait aux ambitions bonapartistes, le 12 juillet.

104 Deux journaux légitimistes ; le premier, héritier de La Gazette de Théophraste Renaudot (1631) est l’organe du groupe parlementaire de la Droite, dirigé par Gustave Janicot et qui tire à environ 5000 exemplaires ; hostile à l’extrémisme d’un Veuillot ou d’un Raoul-Duval, elle souhaite concilier 1789 et 1815 mais soutient ardemment la politique du 16 mai (Pierre Albert, op. cit., p. 682). Pour L’Union, voir la lettre du 23 mai, note 76.

105 C’est-à-dire mêmes critiques et mêmes oppositions de la part du comité électoral bonapartiste (voir lettre du 28 juin, note 6). Eugène Jolibois (1819-1896), avocat, magistrat, préfet et conseiller d’État sous le Second Empire, est redevenu avocat après le 4 septembre. Il représente la Charente-Inférieure à la Chambre des députés de 1876 à 1893. Le 4 novembre 1877, il est élu conseiller général de Saintes ; aux législatives de 1881, il bat le républicain Émile Combes.

106 Ancien député et conseiller général (cf. lettre du 13 juin, note 85), Sens estime, à juste titre, qu’il est le meilleur candidat conservateur.

107 Pour éviter la candidature Sens, les conservateurs non bonapartistes proposeraient Wartelle- Deretz (voir lettre du 18 mai, note 45), ancien représentant, orléaniste, plutôt que de Diesbach (13 juin, note 85), lui aussi ancien représentant, mais chevau-légers.

108 Gustave Rouland (1806-1878), magistrat (procureur général à Douai en 1842, avocat général à la Cour de cassation en 1847, procureur général à la cour de Paris en 1853), député de la Seine-Inférieure en 1846 (favorable à Guizot), sénateur (1859) ; ministre de l’Instruction publique [(1856-1863), il défend avec fermeté les prérogatives de l’État face à l’Église, il augmente les crédits de l’enseignement public], ministre-président du Conseil d’État (1863-1864), gouverneur de la Banque de France (1864-1878), conseiller général (Yvetot), sénateur bonapartiste de la Seine-Inférieure (1876-1878). Alain Plessis [Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le Second Empire, Genève, Droz, 1985], citant divers journaux, le dépeint ainsi : « Ce petit homme pétulant, l’œil vif sous ses lunettes d’argent, avait une tenue quelque peu négligée et était homme du monde aussi peu que possible, remarquable par la simplicité de ses mœurs » ; il ajoute que sa prononciation laissait à désirer et souligne son « opportunisme tenace, son habileté à se faire accepter et même apprécier par les hommes de pouvoir » puisque que ni Ollivier, ni Thiers, ni Gambetta ne parviennent à le remplacer (p. 331, 332, 333).

109 Hippolyte Morel (1846-1922), maître des requêtes au Conseil d’État, officier des mobiles pendant la guerre de 1870-1871, est l’époux de la petite-fille de Gustave Rouland. Conseiller général (canton de Saint-James), élu député de la Manche en 1876, il siège au Centre gauche et signe, le 17 mai 1877, la protestation des républicains, mais il s’abstient lors du vote de l’ordre du jour de 363. Le 14 octobre 1877, il est battu par le candidat officiel mais l’emporte lors du scrutin consécutif à l’invalidation de ce dernier et siège à la Chambre jusqu’en 1885, année où il est battu ; il passe au Sénat de 1890 à 1898 (1895 : rapporteur général du budget) avant de devenir sous-gouverneur de la Banque de France (1898-1900) puis gouverneur du Crédit foncier.

110 Illisible.


111 Fais obstacle aux principes.

112 D’après Philippe Levillain, « Fourtou, encouragé par Reille, souhaite que les bonapartistes retirent un bénéfice sensible des élections à venir » (op. cit., p. 557).

113 Il est très mal vu par les bonapartistes intransigeants ainsi que par les légitimistes les plus ultras.

114 Voir lettre précédente.


115 Paul-Antoine Dussaussoy-Hubert (1820-1887), fils et petit-fils de député, industriel du tulle établi à Saint-Pierre-lès-Calais, libre-échangiste, représentant du Pas-de-Calais (1871-1875), est passé du Centre droit au bonapartisme. Battu en 1876, élu en 1877, invalidé et vaincu en 1878, élu en 1885, il s’est fait remarquer à Versailles par la fréquence et la violence de ses apostrophes qui n’en font pas a priori un « bonapartiste raisonnable » contrairement à Hamille [voir lettre du 25 mai, note 98], qualifié d’« orléano-bonapartiste » par John Rothney [Bonapartism after Sedan, Ithaca, New-York, Cornell University Press, 1989] et à d’Havrincourt (voir lettre du 3 juillet, note 28).

116 Le général Gourko s’est emparé du défilé de Chipka, mais Othman Pacha s’est enfermé dans la forteresse de Plevna où il résiste jusqu’en novembre.

117 Elle est en train de passer ses examens.

118 Alexis est le troisième prénom de Jean Paris.

119 Non identifié.

120 1 sou = 5 centimes.


121 Hippocrate (v.460-v.377), médecin grec qui exerça à Cos. Galien (v.131-v.201), médecin grec qui exerça à Pergame et à Rome. Le proverbe dit : Hippocrate dit oui, mais Galien dit non.


122 Aglae partage son service entre Arras et Saint-Nicolas, entre Auguste et Lucie Paris d’une part, les sœurs Béreux d’autre part.

123 De la famille Duvergier de Hauranne à laquelle est liée Georges Graux (voir lettre du 3 juillet, note 28).

124 Alexandre-Auguste Courbet-Poulard (1815-1883), fabricant et fils de fabricant de draps, conseiller municipal (1847), conseiller général (1858) puis maire d’Abbeville. Il échoue aux élections législatives de 1869 comme candidat indépendant mais siège à la commission spéciale du conseil supérieur du commerce chargée de l’enquête relative aux traités de 1860. En 1871, il est élu représentant (Droite) de la Somme ; battu en février 1876, il se retire de la vie politique.

125 Il s’agit du baron Jorant qui fait finalement valoir ses droits à la retraite en janvier 1878. M. le baron Jorant, substitut du procureur à Avesnes (1854), puis conseiller à la cour de Douai, dirigea, avec de Marcère, la propagande de Lambrecht, candidat d’opposition en 1869 et se rallia à la République dès 1870. (cf. Bernard Ménager, op. cit., p. 827 et 1033).

126 Augustin Goubet, né en 1820, ancien juge de paix du canton de Bapaume (1853), nommé à Cysoing (Journal officiel du 15 juillet) pour remplacer le titulaire décédé, refuse ce poste ; en revanche, il accepte sa nomination à Condé (Nord) par le gouvernement républicain en décembre 1877 (Journal officiel, 28 décembre). S’agit-il du père du futur conseiller d’arrondissement (1892-1895) puis conseiller général (1895-1935) de Bapaume, le républicain Aimé Goubet qui bat alors Deusy passé du Centre gauche aux ralliés ?

127 M. Clément, juge au tribunal de première instance de Dunkerque est finalement nommé juge d’instruction dans cette cité le 1er novembre 1877.

128 Ce repos prolongé confirme le mécontentement du ministre des Affaires étrangères qui (comme Audiffret-Pasquier) s’inquiète de « la violence utilisée contre les républicains » et se défie des bonapartistes « partie la plus agissante et la plus indépendante de la coalition..., qui trouvent un accueil favorable auprès de l’état-major de l’Élysée » ; il n’adresse pas la parole à Fourtou et demande, le 24 juillet, à de Broglie de « reprendre sa liberté » (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 359). Nombreuses sont les relations de Paris qui prennent les eaux... Salins-les-Bains est dans le Jura. Paris ne semble pas porter dans son cœur Decazes. Peut-être n’est-il pas loin de penser comme Ferry : « M. le duc Decazes n’est pas un bon ministre des Relations extérieures, parce qu’il est essentiellement, fondamentalement, incorrigiblement léger. J’ignore ce que pèsent ses vertus privées dans les balances de l’Eternel, mais je sais qu’il est léger dans le conseil, léger dans la négociation, comme il est léger et sautillant, malhabile et trébuchant dans le discours. À la façon dont il mène les petites choses, je juge sa manière de conduire les grandes. À la façon dont il plaide sa propre cause, j’augure mal de ce qu’il fait pour la France... » (cité par Gabriel Hanotaux, op. cit., p. 674).

129 Adjectif vieilli signifiant divine.

130 Mme Paris, moins au fait de la politique que son mari, et sans doute plus à droite que lui, semble faire peu de cas de Tailliandier (lettre d’Auguste Paris du 27 juin, note 171) qui, il est vrai, est au début de sa carrière.

131 Face aux incertitudes scolaires, Eugénie oublie quelque peu la charité chrétienne...


132 Il est prévu une visite chez un ami, M. Bataille (rappel).


133 Camille Vinchon, avocat, n’est nommé juge d’appel au tribunal de première instance de Laon que le 1er novembre 1877.

134 Emmanuel d’Harcourt, gendre de la duchesse de Padoue, s’avance alors nettement vers les légitimistes ; en juin 1877, il a confié à Robert de Mun qu’il acceptait l’idée d’un coup d’État militaire en faveur du comte de Chambord (Philippe Levillain, op. cit., p553-555).

135 Du Pas-de-Calais.

136 Ils auront en fait 7 candidats et 7 élus (voir lettre du 8 août, note 26).


137 Voir lettre du 1er juin, note 6. Représentant en 1871, il a été battu en 1876 par le marquis de Lur-Saluces (républicain) qui l’emporte à nouveau en octobre 1877 face à Carayon-Latour et au bonapartiste Gras.


138 Le mari de Zénaïde.

139 Station thermale des Hautes-Pyrénées, rendue célèbre par trois séjours du duc du Maine et de Mme de Montespan, dont les effluves sulfurées des eaux contribueraient au rétablissement des blessés et accidentés.

140 Est-ce le lieu de résidence habituelle de M. et Mme Moniot ?


141 Dans une lettre du 13 juillet, Sophie Béreux demandait que le neveu de cet officier de santé d’Arras soit recommandé auprès du jury d’examen.


142 Henri Milne-Edwards (1800-1885) est un naturaliste d’origine anglaise, docteur en médecine, doyen de la faculté des Sciences de Paris, membre du conseil supérieur de l’Université.


143 Certains préfets (Nervo en Haute-Loire), certains notables (comme Frédéric d’Arras, maire de Dunkerque), certains parlementaires (comme Paul Cottin, ancien représentant de l’Ain) qui font pression sur le gouvernement afin qu’il épure le plus possible, rencontrent une oreille bienveillante de la part de plusieurs ministres (Fourtou, Reille, Brunet).


144 M. Chaudru de Raynal, substitut du procureur de la République près le tribunal de la Seine a été nommé procureur général près le président de la cour d’appel de Paris le 3 juin 1877 puis procureur général à la Cour de cassation le 8 juillet. M. Dumon (voir lettre du 25 juin) avait remplacé M. de Raynal comme membre du conseil de surveillance de l’administration de l’Assistance publique de Paris lors de la précédente promotion de ce dernier.


145 Son épouse Lucie et sa fille aînée Eugénie.


146 Ou érésypèle, maladie infectieuse (l’enfant ne semble pas débarrassée de son infection buccale), contagieuse qui se traduit par l’inflammation, la tension et le gonflement de la peau.

147 Allusion à la querelle des Armagnacs et des Bourguignons qui dégénéra en guerre civile (1407-1435) pendant la guerre de Cent Ans. Les Armagnacs prirent le parti des Orléans contre les Bourguignons qui se disputaient le contrôle du royaume de France et dont la lutte profita aux Anglais (Azincourt, 1415). De Meaux, lui aussi, regrette la division des conservateurs : « Nos premiers embarras nous venaient donc des partis sur lesquels nous devions nous appuyer... Ces divisions s’accusaient surtout dans les cercles parlementaires, elles entravaient les préparatifs de l’action... » (op. cit., p. 333-334).

148 De même que Gambetta est le commis voyageur de la République, de même Mac-Mahon fait plusieurs voyages dans le pays, entre le 1er juillet et le 16 septembre, pour défendre la cause conservatrice. Ces déplacements sont « minutieusement préparés, et organisés selon une ordonnance monarchique qui rappelle les grands déplacements de Napoléon III en province aux belles heures du Second Empire » (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 355). Le gouvernement espère ainsi bénéficier de la réelle popularité du maréchal auprès d’une partie des Français. Du 27 au 29 juillet, il se rend au camp d’Avord et à Bourges. Le chef-lieu du Cher est détenu par les républicains dont un des leaders est Philippe Devoucoux, ancien maire nommé le 4 septembre 1870, conseiller général et représentant puis député (1871-1877) (voir lettre du 16 mai, note 21). En 1878, le radical Eugène Brisson s’installe à la mairie pour dix ans. Après le conseil municipal de Bourges, ceux de Cherbourg, Saint-Lô et Saint-Etienne refusent également de voter les crédits nécessaires à la réception du président de la République.

149 L’Ordre, fondé en 1871 par Clément Duvernois est l’organe officiel des bonapartistes ; en 1872 il a été repris par Dugué de La Fauconnerie et depuis la mort de Napoléon III, Rouher lui a donné une orientation plus conservatrice. En 1877, Jules Richard et Jules Amigues en sont les deux directeurs. D’abord réticent à l’égard du coup du 16 mai dans lequel il signale que le parti bonapartiste n’est pas directement engagé, il soutient ensuite le gouvernement mais regrette, début juillet, l’attitude des coalisés envers les bonapartistes dont il rappelle, à la veille du 14 octobre « le dévouement passif et muet ». Le Gaulois, fondé en 1868 par Henri de Pène et Edmond Tarbé des Sablons, est une feuille bonapartiste en marge de la presse officielle du parti qui a une attitude si distante vis-à-vis du 16 mai qu’elle ressemble à une sécession. (Pierre Albert, op. cit., p. 961 et sq., 990 et sq.).

150 De fait, les républicains donnent une tonalité politico-religieuse à leur campagne : ils dénoncent l’antiparlementarisme, l’antirépublicanisme et le cléricalisme des hommes du 16 mai qui pourrait déboucher sur une guerre avec l’Italie et l’Allemagne. Pour éviter le combat dispersé qui leur fut dommageable en 1851, ils coordonnent leur lutte qui repose - sur Gambetta qui déploie une immense activité et dont le quartier général est installé dans les locaux de La République française, - sur les bureaux des groupes parlementaires de la Chambre et du Sénat [ces derniers s’affirmant comme les gardiens de la légalité républicaine] et - sur divers comités : le comité des 18 (illégal et secret qui fonctionne comme un véritable gouvernement), les comités centraux électoraux en province, le comité de jurisconsultes (voir lettre du 30 juin, note 27) et les comités judiciaires républicains qui illustrent leur volonté de résistance légale même s’ils préparent aussi un plan de résistance militaire. Ils s’appuient aussi sur une importante propagande [mouchoirs, photographies, bustes, publications...] où la presse qui bénéficie de pratiques commerciales modernes joue un rôle primordiale. Les 18 sont : Gambetta, Léon Renault, Clemenceau, Antonin Proust, Brisson, Madier de Montjau, Lepère, de Marcère, Floquet, Horace de Choiseul, Goblet, Germain Casse, Ferry, Lockroy, Devoucoux, Laussedat. (Jérôme Grévy, op. cit., p. 239-263).

151 Paris, se référant peut-être aux élections de 1876 dans le Pas-de-Calais où républicains et royalistes avaient parfois fait cause commune, estime-t-il les coalitions républicaines plus fragiles au niveau local qu’au niveau national ?

152 Illisible.

153 Voir lettre du 24 juillet, note 149. Edmond Tarbé des Sablons, né en 1838, descend d’une riche famille dont un des membres fut ministre des Finances en 1791 ; il a commencé sa carrière de journaliste en tenant des chroniques musicales. Patron difficile, il ne garde pas longtemps ses collaborateurs. Réprimandé par L’Ordre, le 28 juillet, Le Gaulois « se soumet en maugréant ». (Pierre Albert, op. cit., p. 990 et sq...).

154 Pour ne pas gêner son ami qui, cependant, pâtira plus tard de cette visite (voir lettre du 2 juillet, note 21).

155 Bertulphe Gosselin, banquier, bonapartiste modéré, hostile au libre-échange, ancien maire de Boulogne (1861-1863), « homme intelligent et ferme » dont « la courte administration laissa un bon souvenir » (Alain Lottin (dir.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1983, p. 263). En 1871, il échoue dans le canton de Fruges face au bonapartiste autoritaire sortant de Contes, mais il réussit en novembre 1877 face au légitimiste d’Hébrard. (voir aussi A. Courtin, « Bertulphe Gosselin », Bulletin historique du Haut Pays, n° 22, 2e semestre 1981, p. 96-98).

156 Le Pays, fondé en 1852, paraissant le soir, est un journal bonapartiste dont le propriétaire Eugène Gibiot (possessionné en Dordogne et administrateur de la compagnie des chemins de fer de Vendée) a confié la direction de la rédaction en 1863 à Adolphe Granier de Cassagnac (1808-1880, député du Gers 1852-1870, 1876-1880) puis, en 1871, à son fils Paul (1842-1904, député du Gers 1876-1893, 1898-1902) célèbre pour la violence de ses propos. Organe du bonapartisme autoritaire (réactionnaire et catholique), indépendant de l’Appel au peuple, cette feuille « se jette de tout son cœur dans la bataille du 16 mai » et réclame une politique de combat (candidature officielle, état de siège, nouvelle dissolution...) (Pierre Albert, op. cit., p. 996- 1009).

157 Ce château médiéval, profondément remanié du XVe au XVIIe siècle, comporte trois ailes (Louis XII, François 1er, Gaston d’Orléans) ; en 1576 et 1588, s’y réunirent les états généraux lors desquels Henri de Guise fut assassiné. Les renseignements relatifs aux lieux visités signalés dans cette lettre sont tirés du Guide Michelin, Châteaux de la Loire, Paris, Pneu Michelin, 1979.

158 La Cisse est un affluent de la Loire, née en Beauce. Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795), abbé, érudit, écrivain, protégé de Choiseul, est l’auteur du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (1788) dont le grand succès contribua à son admission à l’Académie française. La vallée de Tempé est une vallée fraîche et verdoyante de Thessalie, entre l’Olympe et l’Ossa, consacrée à Apollon et vantée par les anciens poètes. Barthélémy décrit ainsi cette vallée : « La vallée s’étend du sud-ouest au nord-est ; sa longueur est de quarante stades, sa plus grande largeur d’environ deux stades et demi ; mais cette largeur diminue quelquefois au point qu’elle ne paraît être que de cent pieds. Les montagnes sont couvertes de peupliers, de platanes, de frênes d’une beauté surprenante. De leurs pieds jaillissent des sources d’une eau pure comme le cristal ; et des intervalles qui séparent leurs sommets s’échappe un air frais que l’on respire avec une volupté secrète. Le fleuve présente presque partout un canal tranquille, et dans certains endroits, il embrasse de petites îles, dont il éternise la verdure. Des grottes percées dans les flancs des montagnes, des pièces de gazon placées aux deux côtés du fleuve, semblent être l’asile du repos et du plaisir. Ce qui nous étonnait le plus était une certaine intelligence dans la distribution des ornements qui parent ces retraites. Ailleurs c’est l’art qui s’efforce d’imiter la nature ; ici on dirait que la nature veut imiter l’art. Les lauriers et différentes sortes d’arbrisseaux forment d’eux-mêmes des berceaux et des bosquets, et font un beau contraste avec les bouquets de bois placés au pied de l’Olympe. Les rochers sont tapissés d’une espèce de lierre, et les arbres ornés de plantes qui serpentent autour de leur tronc, s’entrelacent dans leurs branches, et tombent en festons et en guirlandes. Enfin tout présente en ces beaux lieux la décoration la plus riante. De tous côtés l’œil semble respirer la fraîcheur, et l’âme recevoir un nouvel esprit de vie. Les Grecs ont des sensations si vives, ils habitent un climat si chaud, qu’on ne doit pas être surpris des émotions qu’ils éprouvent à l’aspect et même au souvenir de cette charmante vallée : au tableau que je viens d’en ébaucher, il faut ajouter que dans le printemps elle est tout émaillée de fleurs, et qu’un nombre infini d’oiseaux y font entendre des chants à qui la solitude et la saison semblent prêter une mélodie plus tendre et plus touchante ». (Tome quatrième, chapitre XXXV, édition de 1830, Paris, Bureau des Éditeurs, p. 85-86).

159 Ce château fut la résidence de Florimond Robertet, trésorier de Charles VIII, Louis XII et François 1er, qui avait pris goût à l’art italien lors de l’expédition de Naples (1495).

160 Orchaise est une commune du Loir-et-Cher baignée par la Cisse qui la sépare de la forêt de Blois ; cette fontaine est une source qui s’échappe d’une grotte étroite au pied de l’abrupt du talus et tombe immédiatement dans la rivière.

161 Famille non identifiée.


162 Non identifiée.


163 Il est révélateur que l’orléaniste Paris ne fasse aucune allusion à Henri V auquel ce château (dont la construction fut entreprise sous le règne de François Ier) a été offert par souscription publique en 1821 après quoi il troqua son titre de duc de Bordeaux pour celui de comte de Chambord.

164 Le château d’Amboise construit principalement sous Charles VIII et Louis XII a une histoire riche d’événements dramatiques = la mort accidentelle de Charles VIII (1498), la conjuration d’Amboise (1560). Dans Les Aventures de Télémaque, Fénelon décrit ainsi le paysage que l’on découvre depuis la grotte de Calypso (à l’extrémité sud-ouest du golfe de Tarente ?) : « On apercevait de loin des collines et des montagnes qui se perdaient dans les nues et dont la figure bizarre formait un horizon à souhait pour le plaisir des yeux ». (Livre Ier, page 34, Éditions Folio Classiques, 1999).

165 Station thermale du Puy-de-Dôme, sur la Dordogne, au pied du puy de Sancy, près de la Bourboule.

166 Dans le Cher, Mac-Mahon s’est encore une fois porté garant de la constitution, a nié que le cabinet du 16 mai était « le gouvernement des prêtres », a exhorté les troupes à « écarter le radicalisme, notre commun péril » et fait « appel aux hommes d’ordre de tous les partis ». Selon La République française, « l’opinion publique qui est devenue très méfiante ne se contentera probablement pas des protestations de M. de Mac-Mahon qui se trouvent contredites par les actes de ses ministres responsables... ou... les paroles de l’évêque de Bourges ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 112-146.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/559

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org