Navigation – Plan du site
Deuxième Partie : les travaux et les jours d'un ministre en campagne

(Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877

Août 1877
p. 147-173

Texte intégral

- Lettre 65 - 1er août, 7 heures

  • 1 Chez Auguste Carette.

  • 2 Opéra en cinq actes de Jacques Meyerbeer (compositeur allemand, 1791-1864) sur un livret de Scribe (...)
  • 3 Horace de Pierre Corneille (1640), acte IV, scène V, vers 1318, terminant la célèbre tirade de Cami (...)
  • 4 Charles-Raymond Lacroix de Chevrières, comte de Saint-Vallier (1833-1886), diplomate, proche de Thi (...)
  • 5 En fait, le plan Freycinet de 1878 puis les conventions de 1883 ne sont pas spécialement défavorabl (...)
  • 6 Régime d’exception confiant à l’autorité militaire le maintien de l’ordre et suspendant l’exercice (...)
  • 7 Ainsi dans son numéro du 14 août, Le Courrier du Pas-de-Calais signale de telles manifestations lor (...)

1Mes chères sœurs,

Je vous écris dès mon lever, afin d’avoir le temps de laisser courir ma plume avec un peu de liberté.
Nos voyageuses ont consacré leur après-midi à voir M. Auguste, Mme Délia et le Jardin des Plantes. J’ai été condamné à les délaisser, dînant chez M. Caillaux. Je les ai retrouvées au logis, très contentes de leurs excursions. Nous avons accepté une invitation pour ce soir à Versailles, une autre pour demain, au boulevard Saint-Michel1. Le ministre de l’Instruction publique m’ayant adressé un coupon de loge (1er août) à l’Opéra, je compte ramener nos amis de Versailles à la représentation de Robert Le Diable2. Il fera diablement chaud ; je crois cependant que la dépêche que j’envoie ad hoc fera plaisir.
Le dîner de M. Caillaux était un dîner d’hommes. J’ai été placé entre le duc de Broglie et M. le baron de Rothschild. Ce prince de la finance est tout à fait dans le mouvement conservateur. Je n’ai rien appris de nouveau : M. Thiers croit à sa restauration ; il en mourrait mais il pourrait s’appliquer le mot d’Horace « moi seul en être cause et mourir de plaisir ! »3. Il distribue les emplois : Léon Renault aura l’Intérieur, Saint-Vallier4 les Affaires étrangères. Léon Say, d’après M. de Rothschild, n’aura plus les Finances. Il y a longtemps que M. Thiers, qui désirait le mettre à l’ombre, trouvait qu’il était convenable de lui ménager une belle retraite au Nord. M. de Rothschild ne se dissimule pas que le premier assaut des vainqueurs serait livré contre les grandes compagnies5. Gambetta a promis à Thiers de ne pas le contrarier sur l’organisation de l’armée, le budget des cultes et l’impôt des revenus.
Ceux qui vendent la peau de l’ours ne l’ont pas encore couché par terre. M. de Fourtou, qui nous avait un peu inquiétés dans ses prévisions, m’a dit hier qu’il compte enlever 80 sièges, qu’il espère en enlever 120.
M. Voisin, préfet de police, est venu me voir pour affaires. D’après ses renseignements, les radicaux estiment que si le maréchal tient ferme, ils auront le dessous ; s’il cède, il est perdu. M. Voisin regarde la plus grande énergie comme indispensable. L’action du comité de jurisconsultes lui paraît être celle d’un État dans l’État. Il irait jusqu’à la proclamation de l’état de siège6, dans les limites où on peut le proclamer légalement. La lutte contre les 363 doit être organisée sans considération de personnes, en vertu d’une règle invariable, appliquée au conservateur qui a le plus de chance de succès. Il est certain que la lutte va devenir très ardente et que la victoire est au prix de l’énergie du pouvoir et de l’union des conservateurs.
La date des élections n’est pas fixée d’une manière absolue. La majorité du conseil est d’avis qu’on les fasse le 23 septembre. Les autres pensent qu’on ne sera pas prêt avant le 14 octobre. Qu’on soit prêt au plus tôt, voilà la règle de conduite.
M. Brunet a plus de préoccupations au sujet de la distribution des prix des concours, que jamais n’en a eu ministre de l’Instruction publique. On craint une manifestation d’écoliers, fomentée par les excitations du dehors. Si sa crainte se réalisait7, levez la séance.

À vous. P.

Gabrielle va mieux.

- Lettre 66 - 3 août

  • 8 La première fille de Lucie et Auguste Paris est en effet née le 3 août 1859.

  • 9 Parc de Paris situé au milieu du quartier populaire de Belleville (20e arrondissement) ; entre 1863 (...)

2Mon cher petit Jean,

J’ai reçu avec un grand plaisir la lettre par laquelle tu m’as annoncé que tu avais obtenu cinq prix, dont un d’excellence et trois accessits parmi lesquels un de sagesse. Je t’envoie cinq baisers pour première récompense.
Nous avons fêté l’anniversaire de la naissance d’Eugénie8 en déjeunant au ministère avec Mme Carette et Jeanne à qui j’ai fait part de tes succès et en visitant avec ces dames les Buttes-Chaumont9.
C’est au retour de cette promenade que je t’envoie ces lignes qui t’exprime toute ma satisfaction et nos meilleurs souvenirs que tu partageras avec tes bonnes tantes et notre chère Sophie.

Je t’embrasse de tout cœur.
Paris.

- Lettre 67 - 4 août

  • 10 Adam et Éve chassés du Paradis : Genèse 3, 23-24. Saint-Cloud : Commune des Hauts-de-Seine (Seine-e (...)
  • 11 Pétri de culture classique, Paris sait que les Romains attachaient une grande importance à l’avis d (...)
  • 12 Ernest Carette.
  • 13 Église de Paris situé place Sainte-Geneviève (5e arrondissement) où un sanctuaire fut fondé en 1220 (...)
  • 14 Mme Béreux c’est-à-dire la mère de Lucie Paris et des destinataires de cette lettre.

  • 15 Pierre Cécil Puvis de Chavannes (1824-1898), peintre et dessinateur français qui réalisa notamment (...)
  • 16 Pour Auguste Paris, et de nombreux conservateurs, les Communards et certains partisans du radicalis (...)

3Mes chères sœurs,

J’ai réclamé mon jour auprès de mes auxiliaires de correspondance, afin de vous donner des nouvelles de tout ce qui vous intéresse.
Nous avons passé la journée d’hier en excursions. Partis avant midi par le bateau à vapeur, nous avons opéré notre débarquement à Saint-Cloud. Malheureusement, j’ai cherché dans une fausse direction l’entrée du parc que nous avons longé jusqu’à Sèvres, comme Adam et Eve chassés du paradis terrestre, sans pouvoir en franchir l’enceinte10. Nous nous consolons en disant : nous prendrons le convoi à Bellevue. Nous arrivons à la station au moment où l’on fermait guichet et barrière ! Vingt cinq minutes se passent dans l’attente, et malgré les désirs de ma moitié, dans la crainte de manquer un nouveau train, nous ne faisons pas visite à Mme Demy que je suppose à Versailles et qui nous voit passer ! ! Heureusement la suite de notre expédition ne répondit pas à ces mauvais présages qui auraient fait rentrer un Romain chez lui11.
Nous assistâmes en famille et en compagnie d’un splendide soleil à la fête des grandes eaux. Mme Carette se montra, comme toujours, fort aimable dans ses soins hospitaliers. M. et Mme Demy faisaient à Versailles leur visite de départ ; ils comptent, mercredi, installer M. Auguste à Bellevue, et se rendre à je ne sais quelles eaux, en Savoie. Le colonel12 (fait à inscrire dans les annales versaillaises) accompagnait Mme Paris.
Avant le déjeuner, nous avons visité Saint-Étienne du Mont13 où Eugénie, en souvenir de l’affection que Mme Béreux14 avait pour ce sanctuaire, a allumé son cierge au tombeau de Sainte-Geneviève. Au Panthéon, nous avons vu les peintures de Puvis de Chavannes15 représentant l’enfance de Sainte Geneviève. Plus que jamais on peut prier la patronne de Paris. La Civilisation n’a-t-elle pas ses barbares16 ?
Pendant que je vous écris, Lucie et Eugénie font leurs adieux au boulevard Saint-Michel ; elles dîneront chez Mme J. pendant que je dînerai officiellement chez le ministre de l’Instruction publique avec les lauréats du grand concours. Nos voyageuses comptent reprendre leur vol vers Arras à la fin de la semaine.
À vous. Paris.

- Lettre 68 - 7 août

  • 17 Commune des Hauts-de-Seine (Seine jusqu’en 1964), en bordure du bois de Boulogne et où se trouve le (...)
  • 18 Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), chimiste, professeur à la faculté des sciences de Paris, membre de (...)
  • 19 Du 13 août 1856 au 24 juin 1863.

  • 20 Cf. lettre du 2 juillet, note 20. Clovis Catteau, vicaire général à Arras, attend une promotion (cf (...)
  • 21 S. E. le cardinal François-René Régnier (1794-1881), évêque d’Angoulême (1842-1850), archevêque de (...)
  • 22 Robert-Mitchell, Robert Mitchell dit (1839-1916), filleul de Don Carlos, journaliste. Dans Le Const (...)
  • 23 Le verbe remettre ne semble pas ici approprié puisqu’il s’agit de la date normale du renouvellement (...)
  • 24 Cette réorganisation permettrait, sans doute, d’avoir une majorité républicaine assurée au congrès (...)
  • 25 Junior.


4Mes chères sœurs,

Nous venons de déjeuner avec M. Clérault. Lucie qui a fait ses adieux à M. Auguste et à Mme J., est partie pour Suresnes17 où je dois la retrouver, en compagnie des Carette versaillais. Je profite de quelques moments pour vous écrire.
M. Brunet, après avoir subi avec succès son épreuve du Grand Concours, a donné aux lauréats et aux savants en us et en x, y le dîner traditionnel. Le nombre des convives était au moins de 60 à 80. J’ai pris place entre le duc Decazes et M. Dumas18, membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie française. M. Decazes était souffrant, préoccupé, ministre en un mot. J’ai causé surtout avec M. Dumas dont l’esprit a une grande élévation. Le jardin était illuminé a giorno. J’y ai rencontré M. Rouland qui se retrouvait tout rajeuni dans l’hôtel qu’il habita pendant plusieurs années19. Les ministres alors, vivaient plus que les roses. Le gouverneur de la Banque de France, qui a eu l’art de se conserver sous tous les régimes, m’a promis un emploi, à Blois, pour l’ex-capitaine Girardin dont la femme m’adresse supplique sur supplique.
Je me suis entretenu avec le nonce (un fin matois, moins fin que son secrétaire) de la question Mgr Catteau20. Vous savez sans doute que M. de Cambrai21 ayant signalé l’abbé Catteau à l’attention « des autorités civiles et ecclésiastiques », les mêmes imaginations qui avaient fait de Mgr Lequette un archevêque de Lyon, ont élevé M. Catteau au siège de Nantes, au siège de Luçon etc. Peut-être les mêmes influences ont-elles chauffé une seconde fois ces imaginations. M. Catteau reste un candidat bien recommandé, le ministre pense que son expérience plus complète des affaires ajoutera un nouveau poids à ses titres ; il a dit au nonce, en ma présence, que les renseignements que lui avait envoyés Mgr d’Arras concordaient de point en point avec ceux que je lui avais donnés sur sa demande. J’ai été bien aise de savoir à quoi m’en tenir, à ce sujet, car Planque m’avait informé qu’on m’attribuait l’insuccès de M. Catteau. Quittons le terrain ecclésiastique, toujours très glissant.
Un des membres les plus actifs du parti bonapartiste Robert-Mitchell22 m’a entretenu du plan attribué à M. Thiers :
Le gouvernement éprouve une défaite dans les élections.
Le maréchal se retire.
Le congrès nomme M. Thiers président.
M. Thiers provoque la révision partielle de la constitution ; il demande et obtient que le nombre de sénateurs inamovibles soit porté de 75 à 100 et que le congrès élise les 25 sénateurs supplémentaires.
La composition du Sénat étant ainsi modifiée, on évite toute secousse actuelle en remettant23 à 1879 le renouvellement du premier tiers.
Le ministère est mis en accusation devant le Sénat réorganisé24.
Je vous envoie ce document à titre de curiosité.
À l’instant, M. Demy me fait ses adieux. Il m’apprend qu’Ernest Carette25 a obtenu 5 prix et 5 accessits.

À vous.
P.

- Lettre 69 - 8 août, 2 heures pm

  • 26 Planque, gérant du Pas-de-Calais, fidèle de Paris, semble intervenir dans la préparation des électi (...)
  • 27 Ribérac, alors chef-lieu d’arrondissement de la Dordogne (aujourd’hui chef-lieu de canton dans l’ar (...)
  • 28 C’est en effet un orléaniste très modéré qui a gouverné avec les conservateurs de 1873 à 1876 et av (...)
  • 29 En fait il se soumettra (message à la Chambre des députés, le 15 décembre 1877), puis, les républic (...)
  • 30 Les légitimistes modérés (Droite) souhaitent que Fourtou s’engage solennellement à ne pas favoriser (...)
  • 31 Famille non identifiée.


5Mes chères sœurs,

Lucie et Eugénie sont partis, après le déjeuner, pour une destination inconnue de leur seigneur et maître. Je suppose qu’elles portent leurs adieux aux Demy. Je ne puis encore vous fixer le jour de l’arrivée à Arras de nos pigeons voyageurs. Je vous donnerai demain des indications précises à ce sujet. M. le maréchal doit partir pour Cherbourg le jeudi 16. Il sera absent trois jours. J’ai le désir de profiter de la suspension des séances du conseil pour m’absenter le mardi. Je pourrais ainsi passer à Arras ou à Saint-Omer le reste de la semaine. Peut-être déciderai-je Lucie à différer son départ de quelques jours, afin de voyager en compagne.
Nous avons dîné hier à Suresnes avec Mme Carette et ses enfants. Le colonel fêtait au boulevard Saint-Michel, les succès du jeune Ernest. Le bateau à vapeur nous a conduits par une pluie torrentielle et nous a ramenés sous la clarté des étoiles.
Je constate avec tristesse que les grands arbres du jardin (je ne dis pas mon jardin) prennent une teinte d’automne prématurée. Est-ce un signe ?
J’ai reçu ce matin et tout à l’heure la visite d’André Planque qui venait s’entendre avec moi sur les élections. Je l’ai trouvé très affectueux, très raisonnable. Il espère que les chef du parti légitimiste qu’ils convoquent pour samedi, accepteront les candidats du gouvernement, quels qu’ils soient. À cet effet, j’ai vu M. de Fourtou, afin d’obtenir, comme condition, du parti bonapartiste, que tout candidat qui se présenterait contre M. de Partz serait combattu ou désavoué26…
J’ai trouvé M. de Fourtou très fatigué, malgré sa vigueur habituelle. Il compte aller à Ribeyrac27 du 15 au 19, pour y préparer sa candidature. Mais auparavant, il passera au bord de la mer les journées de samedi et dimanche afin d’y reprendre des forces. « Abordons la bataille, lui ai-je dit, le plus tôt possible, au nom de tous les intérêts ». Il ne demande pas mieux, mais nous avons encore à pourvoir à 120 sièges !
Il n’y a pas actuellement de courant. Peut-être au moment de la période électorale s’en formera-t-il un, pour nous… ou contre nous. On espère gagner 70 à 120 sièges, voilà les deux points extrêmes. dans la première hypothèse, le ministère n’aura qu’un succès partiel et devra se retirer. Pour faire place à qui ?
Peut-être à un ministère de détente ? que présiderait Decazes28. Le duc se ménage ; je ne l’en blâme pas. Peut-être aussi, la Chambre nouvelle se laissera-t-elle entraîner à la lutte immédiate, aux invalidations systématiques etc. M. le maréchal tiendra, malgré les difficultés de sa situation, tout le temps qu’il aura la majorité au Sénat29.
Je ne parle que pour mémoire du succès complet. Il faut lutter avec espoir, et ne pas se payer d’illusions.
M. de Fourtou obtiendra, je l’espère, les déclarations désirées par nos amis de la Droite30. J’enverrai à M. Brunet, avec recommandation, la demande qui intéresse la famille Maure31.
Un baiser aux petits et tout à vous. P.

- Lettre 70 - 10 août

  • 32 Colline parisienne (130 m), site légendaire du martyr de Saint Denis (vers 150), quartier pittoresq (...)
  • 33 L’hôtel de Cluny (5e arrondissement), construit entre 1485 et 1500 est devenu un musée en 1844 prin (...)
  • 34 Il a été édifié par Visconti (1791-1853) en 1842 dans cet hôtel conçu par Louis XIV et construit su (...)

6Mes chères sœurs,

Nous avons, pour ce soir, une loge aux Français qui me permettra de faire assister à la représentation d’Andromaque, tragédie de Jean Racine, Lucie, Eugénie et la famille Carette, conviée à cet effet.
Demain à 11 h 45 du matin, nous prendrons le train qui arrive à Arras à 4 h 30 et nous dînerons avec vous. Nous fêterons la Sainte-Claire à Saint-Nicolas dimanche, et nous partirons pour Saint-Omer lundi à 9 heures. Je me suis arrangé de manière à pouvoir consacrer trois jours à ma mère. Je reviendrai à Arras mercredi soir et je reprendrai jeudi mon collier de grandeur et de misère.
Nos dames ont fait hier matin un pèlerinage à Montmartre32. Je les ai conduites, - après déjeuner aux musées de Cluny et du Luxembourg, - après le dîner, au Palais-Royal33.
Nous revenons des Invalides où j’ai vu, pour la première fois, le tombeau de l’Empereur34.

Je rentre seul au logis et j’envoie aux deux générations nos souvenirs et nos baisers affectueux.
Paris.

- Lettre 71 - 16 août, 9 heures

  • 35 Édouard Bollaert (1813-1898), né à Bailleul, polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées est l (...)
  • 36 Omer Vallon, auditeur de 1re classe au Conseil d’État, secrétaire du conseil supérieur de l’Instruc (...)
  • 37 Mgr Jean-Baptiste Lequette (1811-1882), professeur au séminaire d’Arras que ses prédications et son (...)
  • 38 Non identifié.
  • 39 Le colosse de Rhodes était une gigantesque statue d’Hélios, érigée vers 380 av. JC en souvenir d’un (...)
  • 40 En 1870, Auguste Paris a publié, à Arras, aux éditions Rousseau Leroy, La jeunesse de Robespierre e (...)
  • 41 L’arrivée à cheval permet de mettre en valeur le président de la République, de rappeler son passé (...)
  • 42 Depuis longtemps les notables boulonnais réclament un port en eau profonde ! Paris, élu du départem (...)
  • 43 Eugène Belgrand (1810-1878), polytechnicien, ancien élève de l’École des ponts et chaussées, ingéni (...)
  • 44 Augustin-Thomas Pouyer-Quertier (1820-1891) est un grand industriel (filateur) installé à Fleury-su (...)
  • 45 Autant de villes normandes (Calvados, Manche) où s’arrête Mac-Mahon avant d’arriver à Cherbourg. Le (...)

7Ma chère Lucie,

Mon retour à Arras et à Paris s’est accompli sans encombre. J’ai eu la bonne fortune de rencontrer M. Bollaert35, directeur des mines de Lens, à qui j’ai annoncé la nomination de son fils comme juge suppléant à Soissons. Il m’a présenté son futur gendre, M. Vallon, chef de cabinet du sous-secrétaire d’État à l’Intérieur36.
Marie était ce matin à son poste. Je n’ai pas de nouvelles de nos sœurs. J’ai salué à la gare Mgr l’évêque37 qui partait pour Boulogne. Mon fidèle A38 m’a fourni son escorte habituelle. Il m’a remis les journaux d’Arras. Le Courrier, fidèle à la parole donnée, désavoue nettement le candidat Thuillier. L’Avenir annonce : « M. Deusy nous écrit qu’il regrette vivement qu’on ait annoncé sa candidature sans attendre sa profession de foi qui, sur le fond, contiendra exactement les principes et les opinions qu’il compte soutenir ».
Mieux vaut tard que jamais. Il est probable que le bon Deusy essaiera de placer un pied sur chaque rive, au risque d’être moins heureux que le Colosse de Rhodes39 dans ce tour de force d’équilibriste…
M. Clérault, le plus dévoué et le plus intelligent des chefs de cabinet a fait le service en mon absence, avec un redoublement de zèle. Je lui ai offert un exemplaire de Robespierre40, comme « souvenir d’affectueuse estime ». Il m’a demandé de vos nouvelles avec un grand empressement.
M. le maréchal fera son entrée à Cherbourg à cheval samedi à 4 h 1/2. Ce sera lundi seulement qu’il visitera, de 2 heures à 4, la rade et l’escadre41.
Je n’ai vu depuis mon retour aucun de mes collègues. À 5 h 1/2, je dois me rendre aux Finances afin d’entretenir M. Caillaux du port de Boulogne, au sujet duquel Adam m’adresse six pages de misanthropie42.
J’ai trouvé sur mon bureau un très bel ouvrage sur les eaux de Paris par M. Belgrand de l’Institut et les premiers fascicules du magnifique ouvrage de Garnier, Le nouvel opéra de Paris, avec gravures et chromolithographies, in folio43. Tu pourras rafraîchir ainsi tes souvenirs.
M. d’Harcourt, secrétaire de la présidence, sort de mon cabinet. Il regrette qu’on ne m’est pas demandé d’accompagner le maréchal. Pouyer-Quertier44 vient d’improviser devant lui un discours « Traité de commerce et Chemin de fer ». On parlera chemin de fer à Lisieux, à Caen, à Saint-Lô. Je ne suis pas fâché d’être resté ici fort tranquille. C’est le moyen de ne pas m’engager vis-à-vis de « tous ces Normands ». - À Normand, Normand et demi45.
Je vous embrasse tous. Paris.

- Lettre 72 - 17 août, 3 heures pm

  • 46 S’agit-il de M. Parenty (voir lettre de Mme Paris du 19 septembre, note 82).

  • 47 Ligne concédée en 1869 à la société Lebon et Otlet, deux entrepreneurs de travaux publics, qui pass (...)
  • 48 Bondy, commune à l’est de Paris (Seine, Seine-Saint-Denis depuis 1964).
  • 49 Auguste Moniot, né en 1861, fils de Zénaïde, jusque-là lycéen à Saint-Omer et hébergé chez sa grand (...)

8Chère Lucie,

C’est me distraire que de retourner près de vous. Aussi je t’écris sans avoir rien d’intéressant à t’apprendre et pour ma satisfaction personnelle autant que pour le plaisir que tu peux avoir de recevoir de mes nouvelles.
M. Caillaux dont la famille est partie en vacances, m’a retenu hier pour dîner. Nous avons causé politique, chemins de fer et port de Boulogne. Gosselin viendra demain m’entretenir de ce dernier sujet avec plus de calme qu’Achille Adam.
J’ai consacré ma matinée à recevoir des solliciteurs et à donner des audiences d’affaires. n° 1, juge de paix demande de l’avancement ;
n° 2, ancien conseiller de préfecture, admis à la direction de la presse, m’adresse ses remerciements46 ; n° 3, me recommande son fils pour un poste de juge suppléant ;
n° 4, employé des contributions indirectes, orné d’un grand nom, sollicite une perception ;
n° 5, employé des postes, désire une augmentation de traitement ;
2e série
Affaires de mon département.
n° 1, on m’expose les difficultés que rencontre, de la part des chemins de fer, le transport de la dynamite. Un règlement est en préparation ;
n° 2, chemin de fer de Sedan à Lérouville, mis en faillite. Conflit d’intérêts47 ;
n° 3, chemin de fer de Bondy48 qui après avoir supprimé tout paiement de dividendes, fait apurer ses frais d’exploitation ; naturellement, il me prie de le racheter ;
n° 4, les tramways nord de Paris qui voudraient prolonger leurs lignes vers le centre rencontrent l’opposition farouche des omnibus.
Baptiste m’annonce que le déjeuner est servi. L’addition pour le mois (15 juillet-15 août) s’élève à 376 francs. La couturière a apporté ta robe hier soir. Dois-je te l’envoyer ou te l’apporter lors de mon premier voyage ?
Gabrielle reprend des forces. Elle a accompagné sa mère chez le docteur Tillan à qui l’on a remis mes 560 francs.
Zénaïde insiste auprès de moi pour la translation de la bourse de son fils à Paris. Elle me représente qu’il n’a que 15 ans et 1/2, qu’il a droit à conserver sa bourse jusqu’à 18 ans, qu’il aura profit à doubler sa rhétorique. La façon dont Auguste49 s’est comporté vis-à- vis de la famille ne me fait pas tenir à le renvoyer à Saint-Omer. D’un autre côté, je n’ai pas l’intention d’intervenir dans une direction d’éducation avec des gens à conflit perpétuel. Je suis tenté de leur laisser la responsabilité de leurs actes et à ne plus leur donner de conseils. Qu’ils fassent de leur fils ce qu’ils voudront.

Écris-moi. Donne-moi des nouvelles de tous.
Je vous embrasse.
P.

- Lettre 31 - 19 août, 9 heures

  • 50 C’est le discours du 15 août dans lequel Gambetta lance la fameuse formule : « Quand la France aura (...)
  • 51 Le ministère du Commerce (et de l’Agriculture) est aux 78-80 de la rue de Varenne (7e arrondissemen (...)
  • 52 La rue du Bac est dans le 7e arrondissement, la rue des Pyramides dans le 1er.
  • 53 Cette proposition est surprenante de la part d’un modéré, attaché au parlementarisme : priver les d (...)
  • 54 Allusion à deux fables de La Fontaine (Conseil tenu par les Rats et La ligue des Rats) et au mot cé (...)
  • 55 La loi du 10 août 1871 prévoit que le droit de dissolution du pouvoir central ne peut jamais être e (...)
  • 56 Cette commission, officiellement établie par l’arrêté du 11 août 1877, vise à réorganiser le contrô (...)
  • 57 Allusion à Jean 15, 5 : « Je suis le cep, vous êtes le sarment. Celui qui demeure en moi et en qui (...)

9Je viens de recevoir, ma Chère Lucie, la lettre par laquelle tu m’as transmis de bonnes nouvelles de toute la famille. Je n’ai pas eu le temps de t’écrire hier ; je répare cette omission et je t’écris à Saint-Omer pensant bien que, conseillée par le beau temps et retenue par l’affection, tu resteras près de grand-mère une partie de la semaine.
Nous nous sommes réunis hier matin à la chancellerie, le duc de Broglie, M. Caillaux, le vicomte de Meaux et ton serviteur. Les autres ministres sont absents jusqu’à mardi. On a arrêté une vingtaine de candidatures. Le discours prononcé à Lille par Gambetta a nécessairement appelé notre attention. J’ai conseillé de poursuivre le Dauphin de France devant le tribunal de Lille pour outrage envers le maréchal vis-à-vis de qui il prend des airs de 4 septembre. Le discours du dictateur est soumis à l’examen du parquet50. Je saurai, ce soir, quel parti l’on prendra. Le vice-président du Conseil m’a invité à dîner avec M. de Meaux. J’ai donné à M. de Meaux un autre conseil : le ministre du Commerce sera fort à l’étroit pendant l’Exposition ; son hôtel51 est d’ailleurs séparé de ses bureaux, qui occupent à côté des miens, des bâtiments qui me seraient fort utiles pour l’installation des services de la Navigation et des Bâtiments civils éparpillés rue du Bac et rue des Pyramides52. « Que ne profitez-vous, ai-je dit à mon collègue, de la dissolution de la Chambre des députés pour vous faire installer, par décret, au Palais Bourbon ? Vous ne laisseriez à la disposition de la Chambre que la bibliothèque et le service des archives, et vous auriez résolu, en prenant possession du logis, le problème de la résidence effective à Versailles »53. Le ministère des Travaux publics se mettra alors à l’aise. N’ai-je pas raison ? Il faut prévoir que la Chambre des députés se fâchera et que le président, dès la rentrée s’écriera : que l’on déloge sans trompette, ou je vais avertir tous les rats du pays. Mais les rats auront beau faire, j’y suis, j’y reste54.
On n’est pas sans préoccupation au sujet de l’attitude que prendront certains conseils généraux. La loi de 1871, voté dans un bel accès de décentralisation, a rendu improbable, dans les circonstances actuelles, le droit de dissolution55.
J’ai présidé hier, pour la première fois, la commission centrale des chemins de fer que je viens de réorganiser. Je me suis tiré d’affaire, je pense, à la satisfaction des gros bonnets de l’administration, représentant tous les services intéressés56.
À ton intention, je vais faire une visite à Bellevue. Canard et corbeau se portent bien. J’envoie à Eugénie un souvenir de mon palmipède huppé : c’est un signe de durée. Pendant que le canard perd des plumes, les grands arbres jaunissent. Voilà les feuilles sans sève qui roulent sur le gazon. Gardons la sève du Christ57 ?

- Lettre 18 - Saint-Omer, 19 août, samedi

  • 58 Illisible.

  • 59 Deux quartiers nouveaux se développent alors : les Tintelleries et Brecquerecque. Siège d’un pèleri (...)
  • 60 Oncle d’Auguste Paris, juge de paix à Aire-sur-la-Lys (rappel, lettre du 13 juillet, note 88).
  • 61 Militaire en poste à Arras, voir lettre du 30 mai, note 136.

  • 62 Abbé Antoine Prévost d’Exiles, dit l’abbé Prévost (1697-1763), romancier et polygraphe, qui hésita (...)
  • 63 Hippolyte Plichon, voir lettre du 30 mai, note 134.

  • 64 Chef-lieu de canton de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer dont la population décline (4000 habit (...)
  • 65 Non indentifiée.
  • 66 M. Vidor possède une entreprise de préparation du poisson, il est membre de la chambre de commerce (...)
  • 67 Du 17 août.


10Cher ami,

Je prends un peu de temps sur cet après-midi consacré, vous le savez aux soins de la maison et de la famille, pour vous envoyer avec nos meilleurs souvenirs les nouvelles de notre pays : temps magnifique, santés bonnes. Nous avons déjà fait plusieurs excursions depuis votre départ, accompagné par nous jusqu’aux extrémités du pont où vous nous saluâtes aux yeux de tous excepté les miens et ceux de ma fille Eugénie qui n’y voit que de plus près et qui se contenta elle aussi de vous envoyer l’adieu du cœur.
Le lendemain donc nous gardâmes le logis en signe de deuil et nous nous contentâmes d’envoyer
votre fils dont le bon oncle Charles voulut bien se charger voir les exercices du capitaine S58. Toute la société, haute et moyenne de Saint-Omer s’était donné rendez-vous à l’écluse où le capitaine donna le spectacle de ses expérimentations équilibristes sur l’eau. Jean fut surtout ravi de voir faire la cuisine du naufragé et quoique la friture brûlée ait été jetée à l’eau et la bière renversée avant qu’on l’eût goûtée, il s’est contenté de ce repas, lui ayant fort bien dîné, sans compter le souper qu’il fit en rentrant au logis après quatre heures d’absence. Pour nous, nous avions attendu la fraîcheur dans le jardin du chemin de fer et au même pont qui reçut nos adieux la veille. Nous rejoignîmes les revenants pour rentrer avec eux par le faubourg du Haut-Pont afin d’éviter la foule et la poussière que soulevaient les voitures le long du canal.
Hier, vendredi matin, grande joie : on était allé chercher votre lettre attendue et on l’avait rapportée avant le départ pour Boulogne… Nous avons visité avec Charles tout le quartier neuf, la basilique Notre-Dame, cathédrale manquée59 et l’on n’oublie pas la maison de l’oncle Duthilt60 qui court sur le chemin de l’expropriation. Nous allâmes enfin, après le déjeuner, voir monter la mer sur la plage et sur la jetée jusqu’à 5 heures et demi. Nous remontâmes nous-mêmes en chemin de fer fort satisfaits de notre journée. [...]
Toutes les sollicitations, les affaires intérieures et étrangères dont vous êtes accablé n’empêcheront pas que je ne vous conjure d’utiliser vos tête à tête avec M. Caillaux en faveur de mon protégé le plus modeste, le plus raisonnable et le plus reconnaissant des protégés, mon compatriote Bourdelois61 dont je vous envoie ci-joint la supplique. Songez que celui-là n’a jamais rien reçu, que M. Louis, je ne sais plus comment, qui a écrit de si belles lettres à monsieur le sénateur lui promettant de s’occuper de sa recommandation, l’a toujours laissé dans un profond oubli et que mon serviteur ne m’en assure pas moins de sa constante reconnaissance. À tous ces titres, j’espère que vos sollicitations près de M. le ministre des Finances deviendront si pressantes qu’il ne me refusera un poste un peu plus avantageux pour le compatriote de l’Abbé Prévost62, le mien et celui de M. Plichon, notre ancien maire63, tous gens qui méritent bien de tirer de son obscurité notre bonne ville d’Hesdin, de tranquille mémoire64.
Je suis heureuse de voir que vous trouvez bien du repos où vous laisse l’absence du maréchal. Je ne doute pas que vous n’utilisiez ce repos pour les affaires de votre ministère ce qui m’empêche de regretter que vous nous ayez quitté si tôt. La famille d’ici sera heureuse si dans un autre voyage à Boulogne vous trouvez le moyen de prendre aller ou retour sur ce côté. Dans ma journée d’hier, je n’ai pu voir personne d’autre que Mme Barbieux65 que je trouvais naturellement sur la plage. Vos amis Vidaur ou dor66 n’auront pas été informés de mon passage par le cousin. M. Docquois n’était sur le chemin de personne ou a trop peu de temps.
Le dernier article de votre lettre67 est le plus intéressant. Surtout ne vous laissez plus prendre à aucune sollicitation de Zénaïde ; cette sage résolution que vous avez prise de n’intervenir en rien pour le conseil dans l’éducation de ses enfants doit avoir reçu son commencement d’exécution. Vous l’avez fait rentrer comme boursier au lycée de Saint-Omer, il y est, il y reste ; pour le remettre ailleurs, votre intervention serait nécessaire ; n’en faites rien, vous en avez assez du nom des Moniot, n’y touchez plus. La prudence, la morale et notre repos y gagneront également. Qu’ils le laissent ou qu’ils le retirent, peu vous importe pourvu que vous n’y soyez pour rien. Votre frère, le plus doux des hommes, quand on le laisse à sa nature, aime mieux le supporter tel qu’il est, son neveu, que de le voir perturbé davantage.
Nous vous embrassons tous de cœur. L. Paris.

- Lettre 74 - 20 août, 7 heures

  • 68 Dieu de la médecine dans la religion romaine.

  • 69 Amédée de Broglie, officier d’artillerie, époux de Marie Say.

  • 70 Ambroise Vente (1823-1882), avocat, secrétaire du ministre de la Justice en 1850 (Rouher), magistra (...)
  • 71 M. Maloteau, comte de Guerne, préside la chambre des appels de police correctionnelle.

  • 72 Malheur aux vaincus, (Tite-Live, V, 48), c’est-à-dire que le vaincu est à la merci du vainqueur.
  • 73 M. Chaudru de Raynal (rappel, voir lettre du 23 juillet, note 144).
  • 74 Adrien Albert Tailhand (1810-1889), magistrat destitué en 1848 puis rappelé, conseiller général (ca (...)

11J’ai fait hier à Bellevue l’excursion dont je t’avais annoncé le projet. J’ai trouvé M. et Mme Auguste en parfaite santé (mente, corde et corpore). Le jeune Ernest à qui j’ai adressé mes compliments à l’occasion de ses succès scolaires profite de ses vacances pour participer, au moins par quelques promenades en compagnie de sa mère, à la vie réelle. M. et Mme Demy sont arrivés en Savoie sans encombre. Le médecin des eaux a trouvé que la poitrine de Mme Demy n’était pas en fort bon état, mais, foi d’Esculape68, il lui a promis qu’il la guérirait à l’aide des eaux. La famille de Versailles descendait du train dans lequel je montais ; je n’eus que le temps de saisir la main du colonel.
J’ai dîné avec le duc de Broglie, son troisième fils69, que je ne connaissais pas et M. de Meaux. M. de Broglie manque de rapidité dans l’exécution. Il attendait pour se prononcer sur les poursuites contre Gambetta, les renseignements de M. Vente70 sur la composition de la chambre des appels de Douai. Je lui ai dit qu’elle était présidée par le comte de Guerne71 et qu’il ne se laisserait pas détourner de son devoir par l’opportunisme, encore moins par le radicalisme. Il doit appeler le procureur général par dépêche. Les gauches estiment, d’après les renseignements secrets, que le gouvernement aura un succès partiel et pourra gagner 40 à 60 sièges. Le duc de Broglie espère réussir, mais ses espérances ne vont pas jusqu’à l’illusion. Nous avons parlé de mise en accusation. Le Sénat, pense-t-il, déclarerait qu’il n’y a lieu. « Ne vous y fiez pas, ai-je dit, (me rappelant le vae victis)72 et commençons par mettre la légalité de notre côté ». Le duc de Broglie se sent tenté de recourir à l’état de siège, pour le cas où, dans un des départements où les radicaux dominent, le conseil général chercherait à créer, un mois durant, de l’agitation. Le procureur général de la Cour de cassation73 lui a dit, après avoir consulté quelques-unes des fortes têtes de la Cour, que légalement, l’état de siège pouvait être proclamé. J’ai exprimé mes doutes, qui sont sérieux et j’ai dit qu’en matière si grave, autre chose est une conversation, autre chose un avis et même un avis motivé. Dans tout cabinet, le garde des Sceaux devrait être un jurisconsulte, et pas un Tailhand74, pas même un Depeyre, mais un Dufaure.
En regagnant mon logis, j’ai demandé à M. de Meaux si on songeait au lendemain et si toutes les hypothèses étaient prévues, celle de l’insuccès aussi bien que celles de la victoire. Son opinion est que le maréchal restera à son poste, tant qu’il sera soutenu par le Sénat. Si la majorité de la Chambre des députés invalidait systématiquement toutes les élections conservatrices, le maréchal demanderait la dissolution. Je crois que cette mesure extrême ne devrait être employée qu’en cas de refus du budget.
Le plus probable est que nous ne serons ni tout à fait vaincus, ni tout à fait vainqueurs et qu’on trouvera un modus vivendi. Si le maréchal changeait de ministère, il n’irait plus au Centre gauche.
La conversation que j’ai eue avec M. de Broglie prouve en effet que la déclaration que fera le maréchal au moment où s’ouvrira la période électorale séparera nettement les deux camps : ce sera comme au jugement dernier. Et la lune brillait d’un vif éclat lorsqu’à la porte de mon ministère, qui a encore l’air en état de siège, j’ai dit à M. de Meaux : « au revoir ».

4 heures

  • 75 La Reine de Chypre : opéra composé en 1841 par Jacques Fromental Lévy dit Halévy (1799-1862) dont l (...)
  • 76 Deuxième allusion à la fable de La Fontaine, Le Rat de ville et le Rat des champs. (cf. lettre du 3 (...)
  • 77 C’est un ami auquel il a déjà rendu visite lors de son séjour à Bordeaux en février-mars 1871 où l’ (...)
  • 78 Ne veut-il pas plutôt dire de la Garonne ?

  • 79 Le gendarme Fuchs a sollicité Auguste Paris (voir supra lettre de Lucie Paris du 22 août).
  • 80 Voir lettre du 19 août, note 53.


12J’ajoute quelques lignes à la lettre que je t’ai écrite ce matin. J’ai reçu la visite de M. Curnier qui m’a demandé si je voulais passer la soirée avec lui et voir représenter à l’Opéra La Reine de Chypre75. J’ai accepté, mais en retenant le financier à mon repas de rat des champs76.
M. de Brissac77 m’envoie de Bordeaux une invitation des plus cordiales à partager avec lui « le pain et le sel » si le maréchal m’invite à l’accompagner dans sa tournée sur les bords de la Gascogne78. Une place d’homme de service se trouve vacante au Palais-Royal, et à ma nomination. Il me semble qu’elle ferait l’affaire du gendarme Fuchs79 s’il peut être mis à la retraite dans un délai prochain. Cela lui convient-il ? 800 à 1 000 francs, je crois, et le logement. S’il accepte, quand serait-il libre ?
Je n’ai guère été troublé aujourd’hui dans ma solitude. J’ai examiné la question de l’état de siège. Je doute très fort qu’il puisse actuellement être déclaré d’une manière légale.
M. de Meaux vient de faire visiter la Chambre des députés ; en quinze jours, tout son ministère pourrait être installé sans débours. Mais quels cris de paons jetteraient les partisans du retour à Paris80 ! On leur répondrait, il est vrai, c’est provisoire, et en vue de la grande exposition de 1878.

Je vous embrasse tous. P.

- Lettre 75 - 21 août, 2 heures pm

  • 81 Phrase illisible.

  • 82 Voir lettres du 2 juillet note 20 et du 7 août. Clovis Catteau, originaire de Sains-les-Marquion où (...)
  • 83 S’agit-il de Jeanne Bloch (1859-1916), future célébrité de l’opérette, de la revue, du vaudeville e (...)
  • 84 Gosselin, voir lettre du 27 juillet, note 155. Depuis la fin du Second Empire, des projets sont éla (...)
  • 85 Ruelle-sur-Touvre, chef-lieu de canton de la Charente, arrondissement d’Angoulême.

  • 86 Ce voyage aura en fait lieu du 9 au 16 septembre.

  • 87 Pierre Magnin (1824-1910), a succédé à son père à la direction d’une entreprise métallurgique à Dij (...)
  • 88 À partir du 21 août a lieu la session ordinaire des conseils généraux où sont normalement votés les (...)
  • 89 Les années 1870 constituent « l’époque la plus brillante » du Figaro créé en 1854, devenu politique (...)
  • 90 Gambetta est finalement condamné, par défaut, le 11 septembre à trois mois de prison et à 2000 fran (...)
  • 91 Le général Ducrot (ancien représentant de la Nièvre, Droite), qui souhaite une politique plus autor (...)
  • 92 La modération, le refus de la résistance d’Auguste Paris et des constitutionnels apparaissent ici n (...)
  • 93 M. Tétreau, maître des requêtes au Conseil d’État et M. Clérault. Le Palais-Royal, construit dans l (...)
  • 94 Le projet évoqué avec de Meaux d’y installer le ministère du Commerce et de l’Industrie est donc ca (...)

13Chère Lucie,
Je ne sais où cette lettre te rencontrera. À tout risque, je l’adresse à Saint- Omer.
Tu sais que lors de la distribution des prix du petit séminaire d’Arras, on m’avait fait le reproche de m’être opposé à la nomination de M. Catteau à un évêché… [...]81... M. Brunet m’annonce qu’un décret vient d’être signé qui nomme M. l’abbé Catteau évêque de Luçon. Il désire que j’ai le premier la nouvelle de cette nomination. Je viens de télégraphier à M. Catteau82 qu’il est désormais monseigneur. Je vais être au petit séminaire en odeur de sainteté.
J’ai passé avec M. Curnier une agréable soirée. J’ai retenu à dîner le plus cordial des « hommes de finances ». Baptiste s’était surpassé. Nous avons assisté le soir à la représentation de La Reine de Chypre (Mme Bloch)83. Si tu reviens à Paris comme je l’espère, je te donnerai ce régal.
Gosselin est arrivé ce matin, au sujet du port de Boulogne. J’ai tenu à lui rendre la pareille en fait d’hospitalité : je l’ai retenu à déjeuner et à dîner84.
Nous avons eu ce matin conseil des ministres. Le maréchal y apparut frais et dispos, comme s’il n’avait pas passé la nuit en chemin de fer, et prêt à se remettre en voyage. On a réglé aujourd’hui sa campagne de Bordeaux. Il partira le 6 septembre au soir, passera la journée du 7 aux manœuvres, couchera chez le duc Decazes, à la Grave, ira prendre le 8 un bateau à vapeur à Cubzac, qui le conduira à Bordeaux où il séjournera le 9. Le lendemain, il déjeunera à Ribérac, chez M. de Fourtou et passera par Angoulême. Le 11, il visitera les fonderies de la marine à Ruelle85 et ira coucher à Poitiers. Il reviendra le 12 par Angoulême. On ne m’a pas parlé d’accompagner le maréchal dans cette expédition fatigante, et je m’en félicite. Tu vois du reste que trois ministres (Guerre, Affaires étrangères, Intérieur) auront à jouer leur rôle d’accessoires : c’est assez86.
Quelques difficultés sont déjà nées de la rancœur des conseils généraux. Un orage soulevé par M. Magnin87 dans la Côte-d’Or, présente seul quelque chose de sérieux. Le préfet et le conseil général sont entrés, dès la première séance, en plein conflit. Magnin est un ancien ministre du 4 septembre. Le préfet me paraît trop disposé à mettre la main sur la garde de l’épée88. Tu sais peut-être que Le Moniteur universel, à la suite de l’attaque si inconvenante dirigée contre le général Berthaut par Saint-Genest, du Figaro, a attribué au général Ducrot la responsabilité de cet article. Protestation du Figaro, nouvelle effervescence du Moniteur. Ce matin, le ministre de la Guerre a demandé que Le Moniteur fût poursuivi pour fausse nouvelle. Personne n’a fait d’objection. La mesure, chose étonnante, a obtenu l’assentiment du duc Decazes dont Le Moniteur soutient la politique. Ce journal, poursuivi, sera admis à faire sa preuve. Que sortira-t-il de là89 ?
On ne poursuivra pas Gambetta pour son discours. On doute trop de la justice90.
En revenant du conseil avec le général Berthaut, nous avons causé de l’incident Figaro. Le général Ducrot a écrit une lettre très vive par laquelle il disait que si Le Moniteur n’était pas poursuivi pour fausse nouvelle, il demanderait la permission de se démettre de son commandement et poursuivrait lui-même. En fait Saint-Genest (autrement dit l’ex sous- officier Bucheron) connaît beaucoup et voit fréquemment Ducrot. Il a été présenté au général Berthaut chez Mme de… à la suite d’un dîner auquel assistaient M. de Fourtou et le général Ducrot. A-t-il été un bavard ou un confident indiscret, en attaquant le ministre de la Guerre91 ?
Parmi les conservateurs, tout un parti pousse aux coups de force et ne songe qu’à destitutions, état de siège etc. À ce point de vue, on se défie du ministre de la Guerre, qui est carrément constitutionnel et qui a pour programme : défense de l’autorité sur le terrain légal, éloignement absolu de l’armée dans les questions politiques. Nous sommes en parfaite harmonie d’idées.
Nous avons parlé de la situation. Le ministre de la Guerre pense que le 16 mai n’a pas été suffisamment préparé. Surpris tout le premier, il a offert au maréchal de se retirer. « Vous vous retirerez bras dessus bras dessous avec Jules Simon » répondit le maréchal ! « Cette raison est convaincante, je reste ».
Le ministre de la Guerre partage mon désir que les élections se passent en septembre. Il rappellera la délibération que nous avons eue à ce sujet. Si les élections sont favorables, sa conviction est que la majorité de la Chambre des députés exigera bien vite des modifications ministérielles. En cas d’insuccès, le maréchal sera amené à incliner vers une résistance plus accentuée et à modifier également son ministère.
Tu vois que si ces prévisions se réalisent nous ne verrons pas, nous les constitutionnels, poindre les nouvelles feuilles92. Amen.
Je me considère ici comme un serviteur très amovible. Je me prends néanmoins comme un ministre sérieux. Je viens de visiter avec le directeur des Bâtiments civils et mon chef de cabinet, la partie du Palais-Royal affectée au Conseil d’État93. Architecte et régisseur étaient sur pied pour nous recevoir. J’ai projeté d’autres excursions semblables qui me permettront de bien connaître certaines parties du service.
Il paraît que le Palais-Bourbon est affecté aux Chambres par une loi94.

Embrasse tout notre monde. Paris.
J’ai reçu des nouvelles de Saint-Nicolas.

- Lettre 19 - Saint-Omer, 21 août

  • 95 L’Aa canalisée.


14Cher Papa,

Nous venons de passer la matinée à réparer les dégâts faits à notre toilette par un orage affreux qui nous a surpris hier, au milieu des champs, à trois kilomètres de Saint-Omer. Nous sommes rentrés à la maison à 6 heures du soir, aussi mouillés que si nous étions tombés à l’eau. Heureusement, ma tante Marie nous avait préparé des vêtements secs devant un grand feu, et, grâce à ses bons soins, il n’est résulté aucun accident de notre mésaventure.
Jean est on ne peut plus heureux : mon oncle l’a conduit à la pêche. Nous allons les rejoindre à Arques, par le chemin de fer, et nous reviendrons ensemble le long du canal
95

Le 22 août

  • 96 Les fêtes d’Arras se déroulent du 26 au 30 août.


15Il m’a été impossible de finir ma lettre hier soir. Aujourd’hui, je me lève de grand matin afin de la terminer avant l’heure du premier départ.
Nous quittons Saint-Omer cette après-midi. Coralie arrive samedi à Saint-Nicolas avec son mari, son baby, sa belle-mère et sa belle-sœur. Ma tante Élise viendra aussi passer près de nous la semaine de la fête96, de sorte que nous serons fort nombreux. Aurons-nous le bonheur de vous posséder dimanche ? Je le désire bien vivement ; mais je crains que la belle fête d’Arras ne vous fasse retarder votre voyage d’une semaine.
On m’appelle pour le déjeuner. Grand-mère, tantes et oncles vous envoient leurs meilleurs souvenirs, les enfants, leurs plus tendres embrassements et moi je vous prie de recevoir le bon baiser de cœur de votre fille respectueuse et très affectionnée.

E. Paris.

22 août

  • 97 Illisible.
  • 98 Commune limitrophe de Saint-Omer, dans le canton de Saint-Omer sud, qui compte 4100 habitants en 18 (...)

16Cher ami,

Je prends l’enveloppe de Charles pour couvert de ma lettre et vous envoie le factum de l’entrepreneur dont il vous a parlé. Le pauvre Charles est si occupé d’amuser vos enfants qu’il n’a pas le temps de vous écrire. Jean va partir d’ici avec le regret de ne pouvoir emporter tous les poissons de l’Aa. On a pêché hier six goujons tandis qu’Arthur était allé de son côté dans le marais d’où il a rapporté sept
97… Il m’a aussi cueilli un bouquet de myosotis dont je vous envoie une fleur en échange de la plume de canard dont votre ministère nous a dotés. Je joins aussi à mon envoi tout ce que Fuchs a pu nous donner de renseignements sur son congé. Toutes ses pièces données après l’inspection du général anonyme pour lui, inspecteur de la gendarmerie, sont en ce moment déposées au ministère de la Guerre ; il n’attend plus que le moment où on lui signifiera qu’on n’a plus besoin de ses services. Si vos soins pouvaient hâter la solution et lui préparer la place dont vous parlez, il sera enchanté de quitter Arques98 pour Paris et vous aurez au besoin un cœur de brave homme et un bras de gendarme pour vous servir.
Nous quittons Saint-Omer à 8 heures et demi ; d’ici là, j’ai encore bien des choses à faire. Marie est en train de lever notre mère, après quoi elle vient avec moi chercher l’étoffe pour faire les blouses de Jean. Élise m’en apportera sans doute une samedi prochain. J’invite Charles à accompagner sa sœur à la fête. C’est bien le cas de faire réunion complète. Quoique pense Eugènie de vos antipathies festoyantes, le ministre manquerait trop à tous ses ayants causes pour que je ne puisse l’inviter à s’abstenir en pareille circonstance ; à moins d’empêchement, je compte sur lui.
Les santés sont bonnes, sauf un torticolis que Sophie a gagné hier au bord de l’eau. Notre bonne mère auprès de qui je suis en ce moment me charge de vous exprimer tout particulièrement sa tendresse. Vous savez que ses sentiments ne peuvent passer par un cœur mieux disposé à les partager. C’est dans cette voie maternelle que je veux poser à nouveau le rail de fer ou le fil électrique qui vous transmettra le baiser du cœur de
L. Paris.

- Lettre 76 - 22 août

  • 99 Le Marquis de Villemer : roman de George Sand écrit en 1861 dont l’auteur tira une comédie à l’adap (...)
  • 100 Georges-Eugène Haussmann (1809-1891), protestant, docteur en droit, entré dans la carrière préfecto (...)
  • 101 À la mort de Napoléon III (1873), l’impératrice Eugénie a refusé de confier la tutelle du Prince Im (...)
  • 102 Jules Baroche (1801-1870), avocat, a contribué à la rédaction de la constitution du 14 janvier 1852 (...)
  • 103 Sur cette question qui divisait les bonapartistes, le groupe de l’Appel au peuple laissa la liberté (...)
  • 104 Paul Cottin né en 1836, industriel, fondateur d’un journal orléaniste, L’Indépendant de l’Ain, a pa (...)

17Je t’adresse cette lettre à Arras, ma Chère Lucie, ne pouvant consulter les auspices sur le point de savoir où tu résides.
Gosselin a attendu inutilement le ministre des Finances retenu au Mans par le conseil général. Pour lui faire prendre patience, je l’ai invité à dîner et à passer la soirée aux Français où l’on jouait le Marquis de Villemer99. M. Caillaux reviendra-t-il aujourd’hui ?
Je compte enlever l’affaire de Boulogne, mais voici qu’Achille Adam m’écrit que sa santé est absolument compromise. « Je lutte pour l’existence, me dit-il, ne mangeant rien, noyé dans la transpiration… ! ». Le gouvernement devra s’occuper d’un candidat. Il est temps que je cherche à guérir Adam en lui donnant son port en eau profonde.
J’ai reçu la visite du baron Haussmann100 qui venait me parler du chemin de fer de Perpignan à Tarbes. J’ai laissé prendre à la conversation, désireux que j’étais de connaître celui qui pendant 17 ans a été préfet de la Seine, une tournure politique. M. Haussmann se présentera comme candidat, non à Lesparre où M. Rouher lui a jeté dans les jambes M. de Bouville, mais en Corse, contre le prince Napoléon. C’est sur le désir exprimé par le Prince Impérial que M. Haussmann va lutter dans la patrie de Napoléon101. Il m’a raconté divers incidents très curieux de son opposition au prince Napoléon, du temps de l’Empire. Napoléon III lui manifestait un jour le regret qu’il s’abstînt de se présenter au Palais-Royal. « Je regarde, répondit-il, une invitation comme un ordre, mais je ne vais chez le prince N. qu’invité. Il ne faut pas trop dîner chez les gens sur le collet de qui on est exposé à mettre la main ». « Vous pensez… », lui répondit l’Empereur ? Baroche, Fould, Billaut102, Rouher jalousaient M. Haussmann dont Napoléon III approuvait les conseils, quand il n’était plus temps de les suivre.
Des scènes très vives éclatèrent plus d’une fois dans le conseil. M. Haussmann pensait que l’Empire devait se maintenir autoritaire pendant la durée d’une génération. La France ressemble à ces gens dont un seul verre de vin monte la tête. C’est la presse qui la grise. On aurait dû maintenir contre la presse un régime sévère, sauf à faire rarement usage des lois de rigueur. Les ministres avaient pour se défendre le communiqué, la meilleure des armes. Quant au chef de l’État, les journaux ne devaient s’occuper de lui qu’en citant l’Officiel. Ils auraient, s’il en était autrement, mille moyens d’affaiblir le respect de l’autorité, en annonçant que la moustache de l’Empereur grisonne, qu’il se tient moins ferme à cheval, qu’il a fait une chute en patinant.
M. Haussmann regarde M. Rouher comme un conseiller maladroit et hautain, « un procureur qui a toujours besoin de son dossier ». Quoique filleul du prince Eugène, dévoué à l’Empereur et à son héritier, lié par un serment dont un appel à la nation pourrait seul le dégager, il se présente comme conservateur avant tout. Lors de la prorogation des pouvoirs du maréchal, combattue par M. Rouher103, il a écrit de Constantinople au président de la République une lettre de félicitations. Il aurait voulu qu’on lui donnât non 7 ans, mais 10 ans de prorogation. Ce que l’on aura de mieux à faire pour 1880, sera de maintenir ce qui est. M. Haussmann exposera ces idées au Prince Impérial dans une prochaine entrevue.
J’ai écouté.
M. Jolibois, autre visiteur bonapartiste, ne m’a parlé qu’affaires. M. Paul Cottin104, ancien député de l’Ain, est venu me consulter pour savoir, avant d’accepter une candidature, jusqu’à quel point le gouvernement soutiendrait les candidats. Sa théorie est que dans les campagnes, un candidat doit pouvoir dire : quel changement demandez-vous ici ? Un maire ? Révoqué. Un instituteur ? Destitué. Un agent voyer ? Déplacé. Il a pressenti que je n’étais pas disposé de me mettre à la hauteur de la situation. Tout un courant porte là.
Je vous embrasse.
P.
Gosselin n’a pas de chance, M. Caillaux ne rentre que demain.

- Lettre 77 - 23 août

  • 105 Respectivement de Sarthe et de Corrèze.

  • 106 Le 13e corps d’armée, stationné à Clermont-Ferrand, est sous les ordres du général de division Pica (...)
  • 107 Le préfet de la Haute-Loire est le baron de Nervo (1836-1883), attaché au cabinet du Prince Napoléo (...)
  • 108 Le vicomte de Meaux est sénateur de la Loire (rappel).

  • 109 Saint-Étienne, ville industrielle d’environ 80000 habitants est agitée tout au long du XIXe siècle  (...)
  • 110 Résidence provinciale de Decazes (rappel).

18J’ai eu le pressentiment de ton retour ma Chère Lucie, en t’adressant ma dernière lettre à Arras. J’espère t’y rejoindre samedi et passer près de vous les journées de dimanche et lundi. MM. Caillaux et Brunet ne sont pas encore revenus de leur conseil général105. Il est décidé que le maréchal qui assistera mardi en 8 (4 septembre) aux manœuvres du XIIIe corps, dans la Haute-Loire106, ne fera qu’une excursion militaire et ne se rendra pas à Saint-Étienne. Le préfet de la Haute-Loire107 et M. de Meaux108 l’avaient engagé à visiter cette ville, mais le conseil municipal, à l’unanimité moins 4 membres, vient de refuser tout crédit et nous savons que dans ce centre ouvrier, les gauches ne manqueraient pas, suivant la pratique adoptée à Cherbourg, de saluer le maréchal avec le chant de la Marseillaise109. M. Decazes m’a demandé ce matin : « ne viendrez-vous pas à Bordeaux ? » Je lui ai dit : « Je ferai ce que l’on désirera ». « Préparez-moi je vous prie, a-t-il ajouté, une note sur les questions de travaux publics que vous avez résolues dans la Gironde ».
M. de Fourtou allant rejoindre le maréchal au château de la Grave110, ma présence à la suite me paraît inutile. « Nous ne pouvons pas tous y être », ai-je répondu au duc de Broglie qui me demandait si je n’avais pas des travaux publics qui m’attirassent de ce côté. J’ai remis incidemment sur le tapis la date des élections. Il est convenu que nous examinerons ce point samedi.
La manifestation que la gauche attendait des conseils généraux paraît avoir avorté. Le duc de Broglie et M. de Fourtou estiment que les conservateurs gagnent du terrain. M. de Fourtou me disait cependant : à d’autres époques, le gouvernement a manqué aux conservateurs ; aujourd’hui, les conservateurs manquent au gouvernement. Il y a encore une cinquantaine de candidatures à arrêter. Le Figaro continue son inqualifiable campagne contre le général Berthaut. Le Moniteur qui a eu le tort de mettre en cause le général Ducrot essaie de détourner le procès pour fausse nouvelle que le ministre de la Guerre a demandé au gouvernement d’intenter.

4 heures pm

  • 111 Illisible.

  • 112 Andromaque : tragédie de Racine (1667).

  • 113 Bien qu’avocat et ancien professeur de rhétorique, Auguste Paris maltraite parfois la langue frança (...)

19Gosselin arrive. Il regarde comme…111 et ne voit pas arriver M. Caillaux.
J’avais hier une loge aux Français ; je lui ai fait voir Andromaque112 et pour ne pas que113 mon ami boulonnais s’ennuie dans mon salon,
je vous embrasse à la hâte.
P.

- Lettre 78 - 24 août

  • 114 Il le sera un peu plus tard.

  • 115 La loi du 14 décembre 1875 a déclaré d’utilité publique les travaux d’amélioration du port de Calai (...)
  • 116 Élu de la Gironde en 1871, de Paris en 1876, il devient député des Alpes-Maritimes en octobre 1877 (...)
  • 117 Auguste Paris ne semble pas apprécier ce conseiller d’arrondissement bonapartiste.

20Chère Lucie,

J’ai fait trêve hier à mes habitudes de spectacle, et comme un bon bourgeois, je me suis dit bonne nuit.
M. Caillaux étant rentré, je suis allé le voir avec Gosselin. L’affaire du port de Boulogne peut être considérée comme arrangée. Dès que j’aurai reçu la réponse officielle de la chambre de commerce de Boulogne, je proposerai à M. Caillaux le traitement égal à celui de Calais, et sur la réponse convenue, je pourrai dans la première quinzaine de septembre annoncer à la ville de Boulogne que mon projet de loi sera déposé dès la rentrée des Chambres114. Je me rendrai à Boulogne à cet effet, et je visiterai par la même occasion, les travaux du port de Calais115.
À quand la rentrée des Chambres ?
À quand les élections ?
Je viens de recevoir la visite du duc Decazes. Incidemment, je lui ai posé la question que nous devons résoudre demain. Sa réponse me fait croire qu’elle est toute résolue. Le duc me dit en effet qu’il craint qu’en septembre, l’Allemagne ne nous prépare quelque tour. En octobre, la guerre entre la Turquie et la Russie sera suspendue par la mauvaise saison et toute crainte de coup de canon écartée !
C’est fort bien. Mais la question constitutionnelle ne reste pas moins pendante.
M. Decazes pose sa candidature non plus à Paris, mais à Libourne où il est obligé de s’appuyer sur les bonapartistes. Il espère bien, du reste, arriver au Sénat, comme inamovible116.
M. Poizat sort de mon cabinet. Il a consulté le ministre de l’Intérieur sur l’administration municipale d’Arras. Il ne nommera pas de commission, malgré les revendications de Sens et Cie qui proposent Grandguillaume pour maire et Braine117 (pouah !) comme adjoint.
À demain.
P.

- Lettre 79 - 29 août

  • 118 Alfred Chardon (1828-1893), après des études de droit à Turin, s’est établi comme avocat à Bonnevil (...)
  • 119 L’abbé René Aubert de Vertot (1655-1735), historien français, passe pour s’être insuffisamment souc (...)
  • 120 Le marquis Charles Costa de Beauregard (1835-1909), propriétaire du domaine familiale de la Motte-S (...)
  • 121 Auguste Paris cite relativement exactement Le Courrier du Pas-de-Calais du 28 août qui, signalant q (...)

21Le conseil des ministres et les signatures ne m’ont pas permis de t’écrire hier, ma Chère Lucie, et de t’annoncer mon retour.
Nous avons été saisis, au conseil, d’un incident assez sérieux. À l’occasion de discours tenus dans une réunion publique, un sénateur des plus obscurs a été compris dans les poursuites. J’avais dit au duc de Broglie : « Prenez garde, la session légale du Sénat n’est pas close ; le président (du Sénat) s’est borné, lors de la dernière séance, à déclarer qu’il nous convoquerait lorsque la Chambre des députés pourrait être réunie. On peut donc soutenir que les sénateurs sont encore protégés par l’immunité parlementaire ». Il avait été convenu que le duc Pasquier serait consulté à ce sujet. Sa réponse a été telle que je l’avais prévue : le président du Sénat défend les privilèges des sénateurs. Mais dans l’intervalle, le Parquet a assigné le sénateur Chardon118. Les journaux s’emparent de l’affaire et déclarent que le procureur de la République s’est rendu coupable de forfaiture. J’ai conseillé un abandon très net des poursuites contre M. Chardon, afin d’éviter même l’apparence d’un dissentiment avec le président du Sénat. M. Brunet partageant cette manière de voir, je crois que le duc de Broglie l’adoptera. Que de difficultés s’accumulent sur le chemin qui nous reste à parcourir !
Les poursuites tardivement engagées contre Gambetta entrent dans une nouvelle phase. C’est devant le tribunal de la Seine qu’il sera cité. On a craint, à Lille, une question d’incompétence.
À quand la date des élections ? À la fin du conseil, j’ai été invité à faire connaître l’appréciation que j’entendais faire aux moyens des travaux préparatoires de la loi constitutionnelle. Ç’a été l’histoire du siège de l’abbé Vertot119. Il est trop tard. Ce qui m’a le plus frappé, je ne dis pas le plus étonné, c’est que le duc Decazes a mis la même ardeur à combattre mon opinion qu’il en avait apporté à la soutenir la première fois, quand nous avions, à la majorité de 5 voix contre 4, adopté la date du 26 septembre.
Va donc pour le 14 octobre.
Et pourtant, j’avais raison ! Je ne te dissimule pas que je suis sorti du conseil attristé, découragé, en constatant que le plan de campagne n’a pas été assez préparé, que les chefs du mouvement se laissent conduire par des impressions.
J’ai vu plusieurs préfets qui espèrent. Le marquis Costa de Beauregard120 m’a invité à faire une excursion sur les bords du Rhône, près du lac du Bourget. Je n’ai rien promis. Je ne me sens pas l’ardeur qui pousse à l’action.
M. Félix de Monnecove m’a annoncé que l’état d’Achille Adam était grave, que son désistement de candidat était signé. M. de Monnecove voudrait se présenter dans son ancienne circonscription et pousser Levert à Boulogne. Que ne pouvons-nous pas le pousser au delà du détroit !
Le Courrier dit à propos du maintien de Deusy comme maire, auquel je me déclare indifférent, « Le ministère est libre grâce à certaines influences que nous avons le regret de deviner sous cet état de choses, de ne pas voir et de ne pas entendre. Quant à nous, il ne nous sied pas d’être les dupes de pareilles comédies… Dans de misérables intérêts de relations locales, on n’hésite pas à trahir ouvertement la cause de la conservation et du maréchal de Mac-Mahon »121. L’« influence » qu’on devine est la mienne, n’est-ce pas, et le « on » qui trahit, c’est le préfet.
Je vous embrasse tous. P.

- Lettre 80 - 30 août, 4 heures pm

  • 122 Émile Danten, né en 1840, est, depuis 1876, le rédacteur en chef du Pas-de-Calais, journal catholiq (...)
  • 123 Journal officiel du 29 août.
  • 124 Auguste Paris veut dire Haute-Savoie (cf. lettre précédente, note 118).

  • 125 En juin 1876, la Serbie a déclaré la guerre à l’empire ottoman et les Russes l’ont sauvée du désast (...)
  • 126 Edward Stanley, 15e comte de Derby (1826-1893), ministre des Affaires étrangères dans le cabinet co (...)
  • 127 Allusion à l’alerte franco-allemande d’avril-mai 1875 pendant laquelle Decazes a agi avec habileté (...)
  • 128 Les réflexions diplomatiques d’Auguste Paris ne manquent pas d’intérêt. Son jugement positif sur le (...)
  • 129 Non identifié.

  • 130 Charles Duthilt, oncle maternel de Paris, est juge de paix à Aire-sur-la-Lys (rappel, cf. lettre du (...)

22Chère Lucie,

Donc, M. Gambetta est poursuivi devant le tribunal correctionnel de la Seine comme le premier venu. Tu t’imagines comme les journaux conservateurs sont unanimes à approuver cet acte de justice ? Pas plus sur ce point que sur aucun ordre, ils ne s’entendent. Notre Pas-de-Calais très morne, y perd la tête. Hier, il se contentait de dire : « Cet acte de vigueur perd beaucoup de son efficacité par son retard ». Aujourd’hui le jeune Danten estime qu’« On eût bien fait de laisser M. Gambetta tranquille ou de procéder d’une autre façon »122.
Et les conservateurs s’imaginent que ce ont eux qui font le sacrifice héroïque de se mettre à l’œuvre pour nous sauver ! M. Lareinty, sénateur, m’écrit en propres termes : « Nous nous jetons à l’eau pour sauver le gouvernement et le gouvernement ne fait rien pour nous aider ! ».
Le ministre de la Guerre avait été outragé par Saint-Genest du Figaro. Le Moniteur avait représenté le général Ducrot comme l’inspirateur de ses articles. Polémique conservatrice au premier chef qui mettait aux prises un commandement de corps d’armée et son ministre ! Pourquoi ne poursuivez-vous pas, disait-on en chœur au ministre de la Guerre ? Parbleu, parce qu’un procès ne fera qu’ajouter scandale à scandale. L’Officiel publie une note de désaveu du Moniteur123. Le ministre rappelle à Saint-Genest qu’il est officier de réserve et le punit de trente jours d’arrêt. Voilà tous les roquets de la presse qui jappent à ses trousses !
Et pendant ce temps, le comité des jurisconsultes - un État dans l’État - se réunit pour couvrir de sa consultation le sénateur de la Savoie traduit en police correctionnelle, et contre qui, d’après les ordres envoyés de la Chancellerie, le ministère public ne conclura pas124. À quelle nation nous appartenons ! Quel gouvernement nous sommes, et quelle tâche est la nôtre !
Tu crois que je m’occupe de chemins de fer, de canaux et de ports ? Oui, à mes moments perdus. Mais chaque courrier qui arrive me met en présence de cette question : combien de révocations me demande-t-on aujourd’hui ? Comme je n’ai pas du tout le tempérament nécessaire à un ministre de combat, j’examine, j’instruis, je préfère les moyens adoucis aux résolutions rigoureuses, et quelques fois le malheureux que j’ai épargné m’écrit une lettre d’injures.
Tu comprends que j’aspire après le 14 octobre puisque c’est à cette date que je pourrai entrevoir le jour où je serai, vainqueur ou vaincu, relevé de ma fonction.
M. Brunet est malade. Le médecin lui a ordonné de rester couché toute la journée. Le ministre de la Guerre souffre de rhumatismes qui ont passé de l’épaule dans le talon et qui l’ont empêché de faire notre promenade à pied en revenant du conseil.
Il est à craindre que la Serbie ne rentre en lutte contre la Turquie afin d’opérer une diversion utile aux Russes125. L’Angleterre a sondé le gouvernement français afin de l’associer à une protestation contre cette éventualité. Nous répondons à Lord Derby126 : « serviteur », et nous restons cois. L’Allemagne guette évidemment une proie. En 1875, l’influence de la Russie et de l’Angleterre l’a détournée de son dessein de nous attaquer127. La Russie, quel que soit le résultat de sa lutte contre la Turquie, devra consacrer dix ans à se remettre. L’Angleterre, comme puissance militaire, a prouvé surabondamment quelle a place aux Invalides. L’Autriche ne s’est pas relevée de ses défaites de l’Italie et de Sadowa. Tout favorise la politique allemande. Tout nous commande d’éviter tout prétexte d’agression et de prévoir une agression128. J’oublie que vous êtes en fête à Arras.

À vous. P.

Depuis que l’oncle Charles a reçu la visite des Olivier129, il est redevenu boulonnais pur-sang130.

- Lettre 81 - 31 août

  • 131 Paris aurait souhaité que l’élection des conseillers généraux précède celle des députés et que cett (...)
  • 132 A l’encontre des républicains : suspension ou révocation d’élus ou de fonctionnaires, étroite surve (...)
  • 133 Citons, par exemple, la déclaration d’utilité publique de la ligne de chemin de fer Lesparre- Saint (...)
  • 134 Voir lettre du 16 août, note 43.
  • 135 Cf. lettres des 19 et 21 août ; Paris est tenace dans sa volonté de maintenir les Chambres à Versai (...)
  • 136 Par décret du 21 octobre 1876, M. Tétreau a été mis en congé du Conseil d’État pour un an par M. Ch (...)

23Tu dois penser, ma Chère Lucie, que je suis devenu le ministre de la Mélancolie. Je t’écris au courant de la plume, dans l’impression qui domine. Je ne vois peut-être des choses que le côté sombre. N’est-ce pas mieux que de me payer d’illusions ? Je remplis, dans la campagne ouverte le 16 mai, le rôle d’un colonel qui marche au signal donné, sans bien savoir où il est conduit, alors qu’il a l’air de conduire les autres, ni par quel chemin, mais il arrivera au but tout en se disant que ce seront ceux du devoir et de l’honneur.
Le duc de Broglie et M. de Fourtou, l’un comme président du Conseil, l’autre comme ministre de l’Intérieur, ont nécessairement la plus grande part d’action et de direction. Le plus souvent il arrive que, dans le conseil des ministres, après avoir émis un avis indépendant, il n’y a qu’à s’incliner devant la force des choses. C’est ainsi que dans les questions les plus importantes - la priorité des élections des conseillers généraux et le délai de trois mois dans lequel il devrait être procédé aux élections des députés -, j’ai vu prévaloir une opinion contraire à la mienne131. Je ne suis pas davantage favorable au mode d’action qui prévaut en faveur des candidats. Toutes ces mesures dilatoires ou vexatoires sont réclamées par les préfets qui cèdent eux-mêmes à la pression des conservateurs, habitués à être sauvés sans vouloir agir132.
Si je vois les difficultés, si je regrette certaines mesures, je ne perds pas courage au point de jeter le manche après la cognée. J’ai accepté le poste qui m’a été confié le 17 mai parce que j’ai cru que je ne pouvais refuser de répondre à l’appel du maréchal ; je reste à ce poste parce que ma retraite ressemblerait à une désertion.
Je viens de préparer des notes très complètes pour le duc Decazes afin qu’il puisse, lors du voyage du maréchal, faire valoir tout ce qui est exécuté et projeté dans l’intérêt de la Gironde133 : je ne pêche point par égoïsme.
Comme distraction et comme étude, j’ai visité après mon déjeuner, l’Opéra tout entier. M. Garnier, architecte de ce théâtre134, me servait de cicérone, mon fidèle Cléraut m’accompagnait.
Nous avons proposé, d’accord avec les ministres du Commerce et des Finances, un projet d’affectation du Palais-Bourbon au Commerce135. Je reprendrais ainsi possession des bureaux enlevés à mon ministère et nous serions à l’aise.
M. Tétreau, maître des requêtes au Conseil d’État, chargé par M. Christophle de l’organisation des bâtiments civils et du contentieux, m’a annoncé qu’il reprendrait ses fonctions de maître des requêtes136. Nous nous quitterons bons amis, mais j’aurai l’embarras de pourvoir à son remplacement. Quatre héritiers sont déjà sur les rangs. J’irai, sauf contre-ordre, passer avec vous mon dimanche.
À vous.
P.

Haut de page

Notes

1 Chez Auguste Carette.


2 Opéra en cinq actes de Jacques Meyerbeer (compositeur allemand, 1791-1864) sur un livret de Scribe (auteur dramatique français, 1791-1861) et Delavigne (poète et auteur dramatique français, 1793-1843), représenté à Paris en 1831.


3 Horace de Pierre Corneille (1640), acte IV, scène V, vers 1318, terminant la célèbre tirade de Camille (« Rome, l’unique objet de mon ressentiment ! »)


4 Charles-Raymond Lacroix de Chevrières, comte de Saint-Vallier (1833-1886), diplomate, proche de Thiers, a alerté le gouvernement français sur le danger de guerre avec l’Allemagne alors qu’il était en poste à Stuttgart (1868-1870) ; commissaire général auprès de l’armée allemande d’occupation (1871), sénateur Centre gauche de l’Aisne (1876), il est nommé ambassadeur de France à Berlin après l’échec de l’ordre moral (1877 à 1881).

5 En fait, le plan Freycinet de 1878 puis les conventions de 1883 ne sont pas spécialement défavorables aux grandes compagnies !

6 Régime d’exception confiant à l’autorité militaire le maintien de l’ordre et suspendant l’exercice normal des libertés publiques. En août, Le Pays et L’Univers, notamment, le réclament.

7 Ainsi dans son numéro du 14 août, Le Courrier du Pas-de-Calais signale de telles manifestations lors de la distribution des prix à l’école des Beaux-Arts - en l’absence de Brunet -, ou dans des établissements plus modestes de province, comme à Nyons ou Perthuis dans la Drôme où des élèves ont refusé de se laisser couronner par le sous-préfet.

8 La première fille de Lucie et Auguste Paris est en effet née le 3 août 1859.


9 Parc de Paris situé au milieu du quartier populaire de Belleville (20e arrondissement) ; entre 1863 et 1867 y fut aménagé un jardin de 23 ha, agrémenté de cascades et d’un lac au centre duquel se dresse un îlot rocheux.


10 Adam et Éve chassés du Paradis : Genèse 3, 23-24. Saint-Cloud : Commune des Hauts-de-Seine (Seine-et-Oise jusqu’en 1964) où Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV se fit construire un château (Mansard et Mignard) entouré d’un parc de 400 ha (Le Nôtre). Résidence impériale sous le Second Empire, c’est là que Napoléon III déclara la guerre à la Prusse. Incendié par les Prussiens en 1871, le château est rasé en 1891, tandis que le parc est un lieu de promenade.

11 Pétri de culture classique, Paris sait que les Romains attachaient une grande importance à l’avis des dieux qu’ils essayaient de déceler par l’interprétation de manifestations extraordinaires. Ainsi, le jour des Ides de Mars, quelques prodiges amenèrent plusieurs personnes à exhorter César de ne pas sortir...

12 Ernest Carette.

13 Église de Paris situé place Sainte-Geneviève (5e arrondissement) où un sanctuaire fut fondé en 1220 ; elle renferme l’ancien tombeau et la chasse de Sainte Geneviève, ainsi que les pierres tombales de Pascal et de Racine.


14 Mme Béreux c’est-à-dire la mère de Lucie Paris et des destinataires de cette lettre.


15 Pierre Cécil Puvis de Chavannes (1824-1898), peintre et dessinateur français qui réalisa notamment de grandes compositions murales à sujets allégoriques pour les musées d’Amiens, Lyon, Rouen, est en train de réaliser celles du Panthéon représentant Sainte Geneviève veillant sur Paris (1876-1880).

16 Pour Auguste Paris, et de nombreux conservateurs, les Communards et certains partisans du radicalisme sont comparables aux Huns en raison de leurs pensées subversives, de leur violence et de la grande crainte qu’ils suscitent.

17 Commune des Hauts-de-Seine (Seine jusqu’en 1964), en bordure du bois de Boulogne et où se trouve le Mont Valérien.

18 Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), chimiste, professeur à la faculté des sciences de Paris, membre de l’Académie des sciences (1832, secrétaire perpétuel en 1868), de médecine (1843), française (1875) ; ministre de l’Agriculture et du Commerce (octobre 1849-janvier 1851), sénateur (1852), vice-président puis président de la commission municipale de Paris (1855-1870). Il habite alors rue Saint-Dominique, presque en face du ministère des Travaux publics.

19 Du 13 août 1856 au 24 juin 1863.


20 Cf. lettre du 2 juillet, note 20. Clovis Catteau, vicaire général à Arras, attend une promotion (cf. lettre du 24 août).


21 S. E. le cardinal François-René Régnier (1794-1881), évêque d’Angoulême (1842-1850), archevêque de Cambrai (1850-1881), créé cardinal le 22 décembre 1873. Son aversion pour les principes de 1789 et son hostilité à la révolution de 1830 lui ont donné une réputation de légitimiste. Son intransigeance doctrinale et sa prudence tactique expliquent qu’il se soit rallié à la République, ait adhéré à l’Empire puis ait pris ses distances avec les légitimistes dans les années1870.

22 Robert-Mitchell, Robert Mitchell dit (1839-1916), filleul de Don Carlos, journaliste. Dans Le Constitutionnel, il fait campagne pour l’Empire libéral (1868), combat les tendances belliqueuses de l’opinion (juillet 1870). Combattant et prisonnier en 1870, il fonde peu après Le Courrier de France, favorable à la République conservatrice puis passe à La Presse et achète Le Soir, organe bonapartiste. Député bonapartiste de la Gironde (1876-1881) et conseiller général (canton de Montaigne), il quitte le groupe de L’Appel au Peuple à la mort du prince impérial (1879). Il est à nouveau député (boulangiste) entre 1889 et 1893 puis échoue en 1898 dans le Nord (Cambrai II) comme candidat de la droite constitutionnelle (parti du Ralliement).

23 Le verbe remettre ne semble pas ici approprié puisqu’il s’agit de la date normale du renouvellement du premier tiers.

24 Cette réorganisation permettrait, sans doute, d’avoir une majorité républicaine assurée au congrès pour condamner le ministère ?

25 Junior.


26 Planque, gérant du Pas-de-Calais, fidèle de Paris, semble intervenir dans la préparation des élections en négociant avec les représentants des différents groupes conservateurs ; seconde-t- il le préfet, le surveille-t-il ?... Le 11 août, les candidats du gouvernement pour le Pas-de-Calais sont désignés : Sens et d’Havrincourt (Arras I et II), Hermary et de Clercq (Béthune I et II), Adam et Dussaussoy (Boulogne I et II), Hamille (Montreuil), Lefebvre du Prëy et Levert (Saint-Omer I et II), de Partz (Saint-Pol). Adam, de Clercq et Lefebvre du Prëy sont des conservateurs monarchistes, de Partz est légitimiste, tous les autres sont bonapartistes, tout comme Livois qui finalement remplace Adam malade.

27 Ribérac, alors chef-lieu d’arrondissement de la Dordogne (aujourd’hui chef-lieu de canton dans l’arrondissement de Périgueux), est la ville natale de Fourtou (voir lettre du 16 mai), il y possède la maison des Beauvières (actuelle école maternelle) où il accueille Mac-Mahon en voyage officielle (Dictionnaire des Parlementaires d’Aquitaine sous la IIIe République, op. cit., p. 75-77).

28 C’est en effet un orléaniste très modéré qui a gouverné avec les conservateurs de 1873 à 1876 et avec les républicains jusqu’au 16 mai ; en outre, Le Moniteur universel dont il est très proche, a « flirté » avec la République entre 1874 et 1876, souhaite l’union des centres après le 16 mai et se rallie à la République après les élections (Pierre Albert, op. cit., p. 847-849).

29 En fait il se soumettra (message à la Chambre des députés, le 15 décembre 1877), puis, les républicains ayant conquis le Sénat, il démissionnera (30 janvier 1879).

30 Les légitimistes modérés (Droite) souhaitent que Fourtou s’engage solennellement à ne pas favoriser les bonapartistes.

31 Famille non identifiée.


32 Colline parisienne (130 m), site légendaire du martyr de Saint Denis (vers 150), quartier pittoresque qui a encore un caractère campagnard et abrite un des plus anciennes églises de Paris (Saint-Pierre, 1147). Là débuta la Commune et Clemenceau en fut le maire avant d’en devenir le député (extrême gauche). La Basilique du Sacré-Cœur dont la construction a été votée par l’Assemblée nationale en 1873 est alors en cours de réalisation (1876-1910) ; pour de nombreux catholiques, il s’agit d’un geste d’expiation après les excès du Second Empire et de la Commune.

33 L’hôtel de Cluny (5e arrondissement), construit entre 1485 et 1500 est devenu un musée en 1844 principalement consacré à la production artisanale médiévale. Le palais du Luxembourg construit pour Marie de Médicis (1615-1620) et qui abrita le Directoire, le Consulat, le Sénat impérial, la Chambre des pairs et la commission de 1848, et bientôt le Sénat républicain en 1880, est orné d’œuvres de Rubens, Poussin, Philippe de Champaigne, et d’un parc à la française (Jardin du Luxembourg). Le Palais-Royal est un ensemble de bâtiments et de jardin bâti et aménagé aux XVIIe et XVIIIe siècles qui abrite notamment le Théâtre-Français où se produit la Comédie-Française.

34 Il a été édifié par Visconti (1791-1853) en 1842 dans cet hôtel conçu par Louis XIV et construit sur les plans de Libéral Bruant et Mansart. Les idées politiques d’Auguste Paris l’ont peut-être amené à attendre trente cinq ans avant d’aller voir le tombeau de Napoléon1er.

35 Édouard Bollaert (1813-1898), né à Bailleul, polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées est l’époux de Céline Tilloy, fille d’un des administrateurs des mines de Lens et deuxième actionnaire de la société. De 1856 à sa mort, il est le principal administrateur de Société des Mines de Lens qui connaît alors un développement exceptionnel. Il est également conseiller municipal de Lens. « À la recherche d’une idéologie pour une société qui se transforme, il est séduit par les thèses de Le Play ; il fonde des œuvres sociales pour sauvegarder la dignité morale des mineurs et fait construire écoles et églises » (Yves-Marie Hilaire, La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras, op. cit., p. 973). C’est son fils Léon, avocat, qui devient juge suppléant. Un autre de ses fils, Félix (1855-1936), sera lui aussi président du conseil d’administration de la société des mines de Lens, philanthrope et bienfaiteur de ses concitoyens ; il épousera la fille du patron social et député du Nord Paul Le Gavrian (1832-1911).

36 Omer Vallon, auditeur de 1re classe au Conseil d’État, secrétaire du conseil supérieur de l’Instruction publique, chef de cabinet du baron Reille, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur depuis le 20 mai (Journal officiel du 29 mai). Il est également membre du conseil d’administration de la compagnie du Nord où, avec son collègue de Waru, il est un agent de Rothschild, parfaitement au courant de la jurisprudence applicable aux compagnies et intermédiaire indispensable avec les pouvoirs publics (François Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau : la Compagnie des chemins de fer du Nord, Paris, EHESS, 1973, p. 242).

37 Mgr Jean-Baptiste Lequette (1811-1882), professeur au séminaire d’Arras que ses prédications et son dévouement lors du choléra de 1849 ont rendu populaire, est devenu vicaire général en 1856. Sa nomination comme évêque d’Arras/Boulogne en 1866 suggérée par le préfet Levert et approuvée par le chambellan d’Havrincourt est bien accueillie ; un sage esprit de tolérance allié à une orthodoxie inflexible conduit cet « ultramontain impérialiste » (Yves-Marie Hilaire, op. cit., p. 567), à faire preuve de modération, lors de la crise de 1877, tout comme son collègue de Cambrai, Mgr Régnier.

38 Non identifié.

39 Le colosse de Rhodes était une gigantesque statue d’Hélios, érigée vers 380 av. JC en souvenir d’une victoire. C’était une des Sept Merveilles du Monde qui fut endommagée par un séisme aux environ de 220 av. JC et définitivement détruite en 672. La légende selon laquelle les bateaux passaient, à l’entrée du port mineur de Rhodes, sous les jambes écartées du colosse - et à laquelle Auguste Paris fait allusion - s’est développée au temps de la domination sur l’île des chevaliers de Rhodes (Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem) de 1309 à 1522 et à la Renaissance. (Werner Ekschmitt, Die Sieben Weltwunder, Mainz Am Rhein, Verlag Philipp von Zabern, 1984, p. 169-181).

40 En 1870, Auguste Paris a publié, à Arras, aux éditions Rousseau Leroy, La jeunesse de Robespierre et la convocation des États généraux (417 pages).

41 L’arrivée à cheval permet de mettre en valeur le président de la République, de rappeler son passé glorieux, de conforter son prestige, de rappeler son pouvoir sur l’armée. Le 19 août, le 25e de ligne forme la haie d’honneur et Mac-Mahon, entouré de son état-major se rend à cheval à la préfecture maritime.

42 Depuis longtemps les notables boulonnais réclament un port en eau profonde ! Paris, élu du département qui va bientôt se rendre à Boulogne va accélérer le traitement du dossier ; le projet est adopté en 1878 dans le cadre du plan Freycinet. La misanthropie d’Adam est révélatrice de conflits d’intérêts mais aussi peut-être de la dégradation de l’état de santé de ce banquier.

43 Eugène Belgrand (1810-1878), polytechnicien, ancien élève de l’École des ponts et chaussées, ingénieur, géologue, inventeur de l’hydrologie, directeur des eaux et égouts de Paris (1867) est membre de l’Académie des sciences depuis 1871. Sous l’impulsion d’Haussmann, il développa l’approvisionnement en eau de la capitale (dérivation de la Vanne, réservoirs de Ménilmontant et de Montsouris), aménagea un grand réseau d’égouts (600 km.), installa un service des prévisions de crues de la Seine. Charles Garnier (1825-1898), architecte de la ville de Paris (1853), remporta en 1861 le concours pour l’édification du nouvel opéra dont les travaux durèrent de 1862 à 1875. Il construit encore le casino de Monte-Carlo (1878), et le Théâtre Marigny (1883).

44 Augustin-Thomas Pouyer-Quertier (1820-1891) est un grand industriel (filateur) installé à Fleury-sur-Andelle (Eure). Administrateur de la succursale de la Banque de France de Rouen, conseiller général de l’Eure (1852-1891), maire de Fleury (1854-1891), il est député (officiel) de la Seine-Inférieure de 1857 à 1869. Opposé au libre-échange et aux grandes compagnies de chemin de fer, il est battu en tant que candidat indépendant en 1869. En 1871, il est élu représentant (Centre droit) et devient ministre des Finances de Thiers (1871-1872) - à ce titre, il participe aux négociations de la paix de Francfort -, puis vice-président du conseil supérieur de l’Agriculture, du Commerce et de l’Industrie. Il est sénateur (Centre droit) de 1876 à 1891, année où il est battu par le républicain Richard Waddington. En novembre 1877, Mac-Mahon songe à lui pour former un cabinet de résistance. (Dictionnaire des députés du Second Empire, Éric Anceau, Rennes, PUR, 1999, p. 302-303 ; Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie, 1871-1914, Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 280-286).

45 Autant de villes normandes (Calvados, Manche) où s’arrête Mac-Mahon avant d’arriver à Cherbourg. Le président de la République fait le voyage en train, accompagné par Pouyer- Quertier, et s’arrête d’abord à Évreux (16 août) où le 1er adjoint faisant fonction de maire l’accueille et lui déclare : « La population que nous représentons est profondément attachée au gouvernement républicain » ; Mac-Mahon répond que « la République n’est pas menacée ». À Saint-Lô, Mgr Germain, évêque de Coutances l’assure des prières du clergé afin « que Dieu fasse de vous le sauveur dont il est dit dans nos saints livres : « J’ai placé ma force dans un homme puissant, j’ai exalté cet élu du milieu de mon peuple et ma main sera son appui ». La remarque de Paris suit l’opinion courante selon laquelle les Normands sont des gens rusés, connus pour leurs réponses ambiguës.

46 S’agit-il de M. Parenty (voir lettre de Mme Paris du 19 septembre, note 82).


47 Ligne concédée en 1869 à la société Lebon et Otlet, deux entrepreneurs de travaux publics, qui passa en partie sous le contrôle de l’homme d’affaires belge Philippart et fut entraînée dans sa déconfiture. Lérouville est une commune de l’arrondissement de Commercy (Meuse).

48 Bondy, commune à l’est de Paris (Seine, Seine-Saint-Denis depuis 1964).

49 Auguste Moniot, né en 1861, fils de Zénaïde, jusque-là lycéen à Saint-Omer et hébergé chez sa grand-mère, son oncle et ses tantes. Il deviendra professeur d’histoire au collège Sainte-Barbe à Paris. La rhétorique est l’ancien nom de la classe de première dans les lycées.

50 C’est le discours du 15 août dans lequel Gambetta lance la fameuse formule : « Quand la France aura fait entendre sa voix souveraine, croyez-le bien, Messieurs, il faudra se soumettre ou se démettre ». Le gouvernement veut réagir, certains songent à son arrestation immédiate mais cela est impossible puisque le tribun a parlé dans un lieu privé ; toutefois en faisant reproduire ses propos dans La République française, il devient légalement responsable et une action en justice est dès lors envisageable (Fresnette Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 266).

51 Le ministère du Commerce (et de l’Agriculture) est aux 78-80 de la rue de Varenne (7e arrondissement). Le 78 est un hôtel particulier construit entre 1713 et 1724 par François Debias-Aubry, transformé par le duc de Villeroy et remanié au XIXe siècle. Le ministère de l’Industrie est au 101 rue de Grenelle (7e arrondissement), dans un hôtel particulier construit en 1703 pour Philippe d’Orléans, duc de Rothelin, par Lassurance ; en 1736, il fut la propriété de Louise-Anne de Bourbon Condé, princesse de Charolais qui fit des travaux d’agrandissement et d’embellissement ; il subit encore des transformations au XIXe siècle. (Paris. Guide du patrimoine, op. cit., p. 224 et 554).

52 La rue du Bac est dans le 7e arrondissement, la rue des Pyramides dans le 1er.

53 Cette proposition est surprenante de la part d’un modéré, attaché au parlementarisme : priver les députés de leur ancien lieu de réunion, agir par décret... Elle témoigne d’une radicalisation des esprits en cette période de tension et de la durable volonté des conservateurs d’éloigner le parlement de la capitale des révolutions. Le Palais-Bourbon (7e arrondissement) a été édifié pour la duchesse de Bourbon (fille de Louis XIV et de Mme de Montespan) par Giardini, Lassurance, Aubert et Gabriel entre 1722 et 1728. Il fut la propriété de Louis XV puis du prince de Condé qui lui annexa l’hôtel de Lassay. Confisqué en 1790, il fut affecté an Conseil des Cinq-Cents en 1795 puis à la Chambre des députés en 1830 ; la cour d’honneur, la salle des séances, la bibliothèque décorée par Delacroix furent construites entre 1838 et 1847. En 1871, l’Assemblée nationale s’est installée à Versailles ; en 1876, le Sénat et la Chambre des députés y sont demeurés conformément au souhait des conservateurs mais les républicains espèrent revenir prochainement à Paris, ce sera décidé le 21 juin 1879.

54 Allusion à deux fables de La Fontaine (Conseil tenu par les Rats et La ligue des Rats) et au mot célèbre de Mac-Mahon après la prise du fort de Malakoff lors pendant le siège de Sébastopol (septembre 1855).

55 La loi du 10 août 1871 prévoit que le droit de dissolution du pouvoir central ne peut jamais être exercé par voie de mesure générale ; le pouvoir exécutif peut dissoudre un conseil général mais il doit en rendre compte au parlement dans de brefs délais.

56 Cette commission, officiellement établie par l’arrêté du 11 août 1877, vise à réorganiser le contrôle de l’État sur les grandes compagnies ; elle compte 53 membres dont 4 seulement ne sont pas membres de l’administration ou du corps des ponts et chaussées (cf. Marie-Noëlle Thibault, op. cit., p. 217). On y trouve les directeurs du ministère des Travaux publics Schlemmer, Lamé-Fleury, Rousseau, Langlois de Neuville ; elle a pour secrétaire le comte de Franqueville, maître des requêtes au Conseil d’État, et pour secrétaires adjoints, M. Clérault au titre du ministère, et M. Peyrot au titre du Conseil d’État.

57 Allusion à Jean 15, 5 : « Je suis le cep, vous êtes le sarment. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, porte beaucoup de fruits ; car hors de moi, vous ne pouvez rien faire ».

58 Illisible.


59 Deux quartiers nouveaux se développent alors : les Tintelleries et Brecquerecque. Siège d’un pèlerinage à la Vierge, la basilique a été construite de 1827 à 1866, à l’emplacement de la cathédrale détruite après la Révolution. En 1801, le Concordat a supprimé le diocèse de Boulogne dont on réclama longtemps la reconstitution que la Restauration tenta en vain de lui accorder (1817). Boulogne dut se contenter d’une basilique à l’esthétique discutée et n’obtint pas la résidence d’un évêque titulaire, il s’agit donc bien d’« une cathédrale manquée » à double titre.

60 Oncle d’Auguste Paris, juge de paix à Aire-sur-la-Lys (rappel, lettre du 13 juillet, note 88).

61 Militaire en poste à Arras, voir lettre du 30 mai, note 136.


62 Abbé Antoine Prévost d’Exiles, dit l’abbé Prévost (1697-1763), romancier et polygraphe, qui hésita entre l’église et l’armée ; il est notamment l’auteur de Manon Lescaut (1731).


63 Hippolyte Plichon, voir lettre du 30 mai, note 134.


64 Chef-lieu de canton de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer dont la population décline (4000 habitants en 1801, 3000 en 1877) malgré l’ouverture de la cité à la modernité. Sa tranquillité ne doit pas faire oublier sa destruction par Charles Quint en 1553 qui entraîna sa reconstruction sur un nouveau site.

65 Non indentifiée.

66 M. Vidor possède une entreprise de préparation du poisson, il est membre de la chambre de commerce et président du comité des armateurs de pêche de Boulogne.

67 Du 17 août.


68 Dieu de la médecine dans la religion romaine.


69 Amédée de Broglie, officier d’artillerie, époux de Marie Say.


70 Ambroise Vente (1823-1882), avocat, secrétaire du ministre de la Justice en 1850 (Rouher), magistrat (procureur impérial à Lille, 1865-1870), collaborateur de plusieurs revues de jurisprudence ; élu représentant (Centre droit) du Nord en 1871, il devient sous-secrétaire d’État à la Justice dans le 2e cabinet Broglie (novembre 1873-mai 1874) ; à la fin de la législature, il se retire de la vie politique et intègre la Cour de cassation (juillet 1877).

71 M. Maloteau, comte de Guerne, préside la chambre des appels de police correctionnelle.


72 Malheur aux vaincus, (Tite-Live, V, 48), c’est-à-dire que le vaincu est à la merci du vainqueur.

73 M. Chaudru de Raynal (rappel, voir lettre du 23 juillet, note 144).

74 Adrien Albert Tailhand (1810-1889), magistrat destitué en 1848 puis rappelé, conseiller général (canton de Montpezat), représentant (1871-1875) puis sénateur (1876-1885) légitimiste de l’Ardèche. Ministre de la Justice de mai 1874 à mars 1875 (cabinet Cissey), il refusa de communiquer au bureau de l’Assemblée nationale des pièces de l’enquête faite à Paris et dans la Nièvre sur le comité de l’Appel au peuple, lors de la vérification des pouvoirs du bonapartiste Philippe de Bourgoing.

75 La Reine de Chypre : opéra composé en 1841 par Jacques Fromental Lévy dit Halévy (1799-1862) dont le plus grand succès fut La Juive. (1835).

76 Deuxième allusion à la fable de La Fontaine, Le Rat de ville et le Rat des champs. (cf. lettre du 31 mai). Paris veut dire qu’il a offert à son ami (trésorier-payeur général du Pas-de-Calais, voir lettre du 21 mai, note 54) un repas modeste (« bien éloigné des festins de roi », vers 24) mais tranquille, loin de l’agitation politique ou mondaine de la capitale (« rien ne vient m’interrompre/Je mange tout à loisir », vers 25-26).

77 C’est un ami auquel il a déjà rendu visite lors de son séjour à Bordeaux en février-mars 1871 où l’Assemblée nationale avait été convoquée.

78 Ne veut-il pas plutôt dire de la Garonne ?


79 Le gendarme Fuchs a sollicité Auguste Paris (voir supra lettre de Lucie Paris du 22 août).

80 Voir lettre du 19 août, note 53.


81 Phrase illisible.


82 Voir lettres du 2 juillet note 20 et du 7 août. Clovis Catteau, originaire de Sains-les-Marquion où ses parents sont de petits agriculteurs, est un prêtre formé à Arras où il devient chanoine, secrétaire du comité diocésain des associations catholiques pour la classe ouvrière. C’est un homme de talent qui reste très peu de temps vicaire général d’Arras avant d’être nommé à Luçon alors qu’il n’a pas dépassé la quarantaine. La promotion à cet « évêché crotté » de ce néo ultramontain [sa devise est : Opportet illum regnare = il faut qu’il règne], favorable aux thèses de L’Univers, proche de Louis Veuillot et de Mgr Freppel, est un exemple des nominations à caractère plus intransigeant typiques de la période du 16 mai. Ses rapports avec l’administration sont tendus même si le préfet de Vendée loue, en 1879, « sa belle intelligence, son esprit vif et pénétrant, la facilité de sa plume et de sa parole » (Jacques Gadille, op. cit., tome I, p. 188). Mais Mgr Catteau est un ultramontain modéré dans le domaine politique : il soutient très tôt dans son diocèse la jeunesse catholique et il est un des premiers évêques français à condamner l’Action française (1913). (Yves-Marie Hilaire, La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras. 1840-1914, op. cit., p. 573, 594, 1047,1361 ; et Jacques GADILLE, op. cit.).

83 S’agit-il de Jeanne Bloch (1859-1916), future célébrité de l’opérette, de la revue, du vaudeville et de la chanson ?

84 Gosselin, voir lettre du 27 juillet, note 155. Depuis la fin du Second Empire, des projets sont élaborés pour améliorer les installations portuaires de Boulogne, cité qui a connu un important développement industriel, est devenue le premier port de pêche français, est reliée par chemin de fer à la capitale et reçoit une partie du trafic trans-Manche. Après 1870, la chambre de commerce, relayée par les parlementaires du Pas-de-Calais, s’investit de plus en plus dans cette entreprise et finalement, par la loi du 18 juin 1878 (dans le cadre du plan Freycinet), la construction d’un port en eau profonde, à l’abri d’une grande digue est déclarée d’utilité publique (Alain Lottin (dir.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, op. cit., p. 212 et suivantes).

85 Ruelle-sur-Touvre, chef-lieu de canton de la Charente, arrondissement d’Angoulême.


86 Ce voyage aura en fait lieu du 9 au 16 septembre.


87 Pierre Magnin (1824-1910), a succédé à son père à la direction d’une entreprise métallurgique à Dijon. Conseiller général de Saint-Jean-de-Losne (1861-1910), président du conseil général de la Côte-d’Or (1871-1909), conseiller municipal de Dijon (1865), membre de la chambre de commerce et du tribunal de commerce de Dijon, député d’opposition (1863-1870), il devient ministre du Commerce dans le gouvernement de la Défense nationale, chargé d’organiser le ravitaillement de la capitale. Élu représentant de la Côte-d’Or, il s’inscrit à la Gauche républicaine (qu’il préside en 1872) et siège au comité de surveillance de La République française. Sénateur inamovible depuis décembre 1875, il prend, après le 16 mai 1877 la direction politique du Siècle et participe au comité central de souscription chargé de collecter les dons pour les républicains. À Paris, Mme Magnin tient un salon républicain. Il sera, par la suite, ministre des Finances (décembre 1879-novembre 1881), vice-président du Sénat (1884-1901), gouverneur de la Banque de France (1881-1897).

88 À partir du 21 août a lieu la session ordinaire des conseils généraux où sont normalement votés les centimes additionnels, mais ce n’est pas possible en 1877 car le budget n’a pas été adopté. Il s’agit, donc, le plus souvent d’une caricature de session, très brève pendant laquelle rien n’est décidé ; les conseillers républicains, à l’instigation du comité des jurisconsultes, profitent toutefois de l’occasion pour protester contre les agissements illégaux du pouvoir. Si dans le Nord ou le Pas-de-Calais les choses ne s’enveniment guère, il peut en aller différemment ailleurs, ainsi en Côte-d’Or où Pierre Magnin semble s’opposer à un préfet à poigne, Arthur Watrigant, né en 1835, entré dans l’administration préfectorale sous le Second Empire, démissionnaire le 5 septembre 1870, rappelé, pour six mois, en juillet 1877 par Fourtou. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 551).

89 Les années 1870 constituent « l’époque la plus brillante » du Figaro créé en 1854, devenu politique en 1867 et qui tire à plus de 50000 exemplaires. Son fondateur Hippolyte Cartier de Villemessant qui a attiré tous les talents de l’époque « en a fait une feuille nationale, européenne... qu’on lit partout ». Légitimiste de 1871 à 1873, mac-mahonien de 1874 à 1877, il est « le grand journal de la croisade manquée » entreprise le 16 mai pendant laquelle il fait une large place aux bonapartistes. Il se désengage ensuite de politique. (Pierre Albert, op. cit., p. 891-930 ; Daniel Halévy, op. cit., p. 292-293). Saint-Genest né en 1832, de son vrai nom Arthur Bucheron, s’engagea dans la cavalerie après avoir échoué à Saint-Cyr. Il écrivit au Figaro à partir de 1869 et y devint chroniqueur politique en juin 1871. Réputé pour son style de hussard, son mépris de l’adversaire, la rudesse de son argumentation, il prit la tête de la rédaction après le 26 juin 1877 et en fit l’organe de Fourtou. Ses attaques contre le général Berthaut (le 16 août, il lui reproche de s’opposer à l’établissement de l’état de siège dans toute la France) lui valurent 30 jours d’arrêt (25 août) [voir lettre du 30 août]. Il s’en prend également fréquemment à de Broglie et à ses amis ainsi qu’aux anticléricaux. Après l’échec du 16 mai, il n’écrivit presque plus. (Pierre Albert, op. cit., p. 917 et 957). Le Moniteur universel soutient violemment Berthaut, conformément à son orientation modérée et constitutionnelle. Depuis le 1er janvier 1869, ce quotidien a perdu son caractère de journal officiel et il est en perte de vitesse, tirant à environ 14000 exemplaires. Orléaniste, inspirée par Decazes, sa ligne politique est incertaine : après avoir flirté avec les républicains (1874-1876), Le Moniteur universel retourne nettement dans le camp conservateur dès mars 1877, mais son enthousiasme pour l’entreprise du 16 mai est limité et après l’échec d’octobre 1877, il se rallie à la République. (Pierre Albert, op. cit., p. 840-850).

90 Gambetta est finalement condamné, par défaut, le 11 septembre à trois mois de prison et à 2000 francs d’amende, mais l’application de la peine est reportée à une époque où le tribun aura retrouvé son immunité parlementaire.

91 Le général Ducrot (ancien représentant de la Nièvre, Droite), qui souhaite une politique plus autoritaire, voire une restauration monarchique, avait rencontré quelques jours plus tôt à Bourges où il est en poste, Saint-Genest. Auguste-Alexandre Ducrot (1817-1882), saint-cyrien, s’est battu en Algérie, en Italie, pendant la guerre de 1870-1871. Représentant (Droite) de la Nièvre, il démissionne en novembre 1872 pour se consacrer au commandement en chef du 8e corps d’armée stationné à Bourges. Le 10 janvier 1878, un décret lui retire son commandement.

92 La modération, le refus de la résistance d’Auguste Paris et des constitutionnels apparaissent ici nettement, de même que les divergences au sein de la majorité d’ordre moral.

93 M. Tétreau, maître des requêtes au Conseil d’État et M. Clérault. Le Palais-Royal, construit dans les années 1630 par Richelieu a connu depuis de multiples aménagements notamment à la suites d’incendies, le dernier étant le fait des Communards. Après 1871, il a été restauré par Prosper Chabrol, et en 1874, la partie sud/sud-est a effectivement été affectée au Conseil d’État. (Paris. Le guide du patrimoine, op. cit., p. 375 et suivantes).

94 Le projet évoqué avec de Meaux d’y installer le ministère du Commerce et de l’Industrie est donc caduque (voir lettre du 19 août).

95 L’Aa canalisée.


96 Les fêtes d’Arras se déroulent du 26 au 30 août.


97 Illisible.

98 Commune limitrophe de Saint-Omer, dans le canton de Saint-Omer sud, qui compte 4100 habitants en 1877.

99 Le Marquis de Villemer : roman de George Sand écrit en 1861 dont l’auteur tira une comédie à l’adaptation de laquelle Alexandre Dumas fils semble avoir pris une grande part (1864).

100 Georges-Eugène Haussmann (1809-1891), protestant, docteur en droit, entré dans la carrière préfectorale en 1831, préfet de la Seine (22 juin 1853-5 janvier 1870), président de la Compagnie des entrepôts et magasins depuis 1874. Battu en 1876 dans le 1er arrondissement de Paris, il est élu en Corse en 1877, mais il est vaincu en 1881.

101 À la mort de Napoléon III (1873), l’impératrice Eugénie a refusé de confier la tutelle du Prince Impérial (1856-1879) au Prince Napoléon (Jérôme, 1822-1891) qui avait résidé au Palais-Royal lorsqu’il était ministre de l’Algérie (1858-1859) et s’était plusieurs fois opposé à la politique de son cousin. Dès lors, une lutte sourde oppose l’Appel au peuple proche d’Eugénie et du Prince Impérial au Prince Napoléon qui se présente, en vain, contre Rouher en Corse en 1876. Rouher ayant opté pour Riom (Puy-de-Dôme), le Prince Napoléon est élu à Ajaccio lors d’une élection partielle, mais en octobre 1877, Haussmann, recommandé par le nonce Mgr Meglia et l’archevêque de Paris Mgr Guibert, l’emporte sur lui. Haussmann qui avait été plusieurs fois en poste en Gironde aurait aimé s’y présenter mais, en 1877, il dut renoncer et en 1885 il fut battu. Louis Grossin, comte de Bouville (1814-1893), membre de l’administration préfectorale sous le Second Empire, rédacteur en chef du Pays, bonapartiste autoritaire qui avait échoué en 1871 en Gironde et en 1876 en Haute-Vienne, fut élu en 1877, mais en délicatesse avec la justice, il ne se représenta pas en 1881.

102 Jules Baroche (1801-1870), avocat, a contribué à la rédaction de la constitution du 14 janvier 1852. Président du Conseil d’État (1852-1862), ministre de la Justice et des Cultes (1863-1869), sénateur, ce catholique sincère favorable à la liberté de conscience et à la soumission de l’Eglise à l’autorité de l’État se résigna à l’évolution libérale voulue par Napoléon III. Adolphe Billaut (1805-1863), avocat, ministre de l’Intérieur (1854-1858, 1859- 1860), ministre sans portefeuille (1860-1863), ministre d’État (1863), montra une certaine tolérance vis-à-vis de la presse. Achille Fould (1800-1867), banquier, converti au protestantisme, « conservateur par instinct et libéral par réflexion » (F. Barbier) fut ministre des Finances (1849, 1851-1860, 1861-1867), ministre d’État et de la Maison de l’Empereur (1852- 1860).

103 Sur cette question qui divisait les bonapartistes, le groupe de l’Appel au peuple laissa la liberté de vote à ses membres ; parmi les élus du Pas-de-Calais, Hamille et Dussausssoy votèrent pour le septennat, Levert s’abstint (20 novembre 1873).

104 Paul Cottin né en 1836, industriel, fondateur d’un journal orléaniste, L’Indépendant de l’Ain, a participé, sous le Second Empire, à la conférence catholique de la rue du Bac. Opposé au gouvernement de la Défense nationale, il a cependant organisé une compagnie de francs- tireurs dans l’Ain qui l’a élu représentant en 1871. Il siège au Centre gauche, fait partie du groupe Target qui contribue à la chute de Thiers - lui-même s’étant abstenu sur cette question - puis passe au Centre droit. Parlementaire actif, il vote l’amendement Wallon mais rejette l’ensemble des lois constitutionnelles et se montre un ardent partisan de la liberté de l’enseignement supérieur. C’est en vain qu’il se présente comme candidat « républicain conservateur et conservateur libéral » dans l’arrondissement de Bellay en 1876.

105 Respectivement de Sarthe et de Corrèze.


106 Le 13e corps d’armée, stationné à Clermont-Ferrand, est sous les ordres du général de division Picard.


107 Le préfet de la Haute-Loire est le baron de Nervo (1836-1883), attaché au cabinet du Prince Napoléon lorsqu’il était ministre de l’Algérie, membre de l’administration préfectorale, démissionnaire en septembre 1870, réintégré en 1873. Après le 16 mai, il est passé de l’Eure- et-Loir à la Haute-Loire et apparaît comme le type même du préfet à poigne.

108 Le vicomte de Meaux est sénateur de la Loire (rappel).


109 Saint-Étienne, ville industrielle d’environ 80000 habitants est agitée tout au long du XIXe siècle : elle connaît de multiples grèves et émeutes, l’état de siège y est établi en permanence de 1848 à 1850, la préfecture de la Loire n’y est transférée de Montbrison qu’en 1856 et lorsqu’on envisage de créer un évêché indépendant de celui de Lyon en 1858, le conseil général, redoutant l’anticléricalisme de nombreux Stéphanois, souhaite qu’il soit installé dans l’ancien chef-lieu. Le maire de Saint-Étienne nommé le 22 mars 1877 est Jean Tardy, les députés de la 1re et de la 2e circonscription [Bertholon (1808-1885), Crozet- Fourneyron (1837-1909)] siègent à l’extrême gauche.

110 Résidence provinciale de Decazes (rappel).

111 Illisible.


112 Andromaque : tragédie de Racine (1667).


113 Bien qu’avocat et ancien professeur de rhétorique, Auguste Paris maltraite parfois la langue française.


114 Il le sera un peu plus tard.


115 La loi du 14 décembre 1875 a déclaré d’utilité publique les travaux d’amélioration du port de Calais comprenant un bassin de chasse en vue d’accroître la profondeur du chenal, un avant- port aménagé pour le service des paquebots, un bassin à flot de 12 ha... Ces travaux dont le financement est avancé à l’État par la chambre de commerce ont commencé le 15 février 1877 et occupent 200 ouvriers (Alain Derville et Albert Vion (dir.), Histoire de Calais, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1985, p. 196 et suivantes).

116 Élu de la Gironde en 1871, de Paris en 1876, il devient député des Alpes-Maritimes en octobre 1877 (Puget-Théniers) ; invalidé en 1878, Decazes ne réussit pas ensuite à retrouver un mandat parlementaire. En 1878, il aurait normalement dû être élu sénateur inamovible contre le républicain Victor Lefranc (ancien ministre de Thiers, député des Landes battu en octobre 1877), mais des voix légitimistes et bonapartistes lui manquèrent !

117 Auguste Paris ne semble pas apprécier ce conseiller d’arrondissement bonapartiste.

118 Alfred Chardon (1828-1893), après des études de droit à Turin, s’est établi comme avocat à Bonneville (sous-préfecture de la Haute-Savoie). Déjà conseiller général, il devient représentant (1871-1875, Gauche républicaine) puis sénateur (de 1876 à sa mort) de la Haute- Savoie pour le développement de laquelle il souhaite le percement d’un tunnel sous le Mont- Blanc. Sa poursuite en correctionnelle pour avoir assisté à une réunion publique non autorisée suscite la protestation de ses collègues républicains qui estiment que l’absence d’autorisation préalable entache cette action judiciaire d’illégalité. Finalement, le parquet décide d’abandonner la poursuite (voir note 124 de la lettre suivante).

119 L’abbé René Aubert de Vertot (1655-1735), historien français, passe pour s’être insuffisamment soucié de la vérité, écrivant pour conter plus que pour prouver. Il aurait dit « mon siège est fait » à une personne qui lui apportait des détails sur le siège de Rhodes susceptibles de modifier le contenu d’un ouvrage qu’il s’apprêtait à publier, signifiant ainsi qu’il ne voulait pas être esclave des sources [et qu’à un certain moment, la recherche n’étant jamais achevée, l’historien doit savoir s’arrêter (Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1966, p. 280)] et qu’il écrivait en fonction des conclusions auxquelles il voulait aboutir. De Broglie agit de même : la date des élections ayant été arrêtée, il refuse d’entendre de nouveaux arguments qui pourraient la remettre en question.

120 Le marquis Charles Costa de Beauregard (1835-1909), propriétaire du domaine familiale de la Motte-Servolex, conseiller général (ibidem), est le seul représentant conservateur (chevau-légers) savoyard à l’Assemblée nationale de 1871. À la suite d’un discours séparatiste prononcé par Louis Piccon [(1804-1889), représentant Centre gauche, mais en fait séparatiste italophile des Alpes-Maritimes], celui qui prit le commandement d’un bataillon de mobiles en 1870, proteste à la tribune de l’assemblée du patriotisme inaltérable de la Savoie (voir lettre du 4 octobre, note 4). Dès 1876, il abandonne la vie politique mais garde une influence certaine sur les conservateurs et encourage le développement de l’enseignement libre.

121 Auguste Paris cite relativement exactement Le Courrier du Pas-de-Calais du 28 août qui, signalant que le comité électoral bonapartiste national trouve « scandaleux » le maintien de Deusy, réclame sa démission. Le 17 août, ce journal a reproché au gouvernement de garder sa confiance à « l’ondoyant M. Deusy » ; quand il apprend que Deusy a effectivement été révoqué, il regrette que cette décision soit bien tardive (29 septembre) en raison du soutien que lui a apporté « unguibus et rostro » (du bec et des ongles) Auguste Paris (3 octobre).

122 Émile Danten, né en 1840, est, depuis 1876, le rédacteur en chef du Pas-de-Calais, journal catholique et modéré fondé par Auguste Paris en 1870, qui s’est progressivement aligné sur le légitimisme et a adopté une attitude de plus en plus intransigeante sous la direction de Vigroux (1872-1876). (Yves Guilbert, Le journal légitimiste Le Pas-de-Calais et les grandes options de la politique française (1870-1879), Lille 3, 1973, mémoire de maîtrise sous la direction d’Yves-Marie Hilaire).

123 Journal officiel du 29 août.

124 Auguste Paris veut dire Haute-Savoie (cf. lettre précédente, note 118).


125 En juin 1876, la Serbie a déclaré la guerre à l’empire ottoman et les Russes l’ont sauvée du désastre en imposant un armistice aux Turcs le 31 octobre 1876. De fait, alors que la Russie doit mener un troisième assaut contre la forteresse de Plevna (septembre) et qu’elle rencontre des difficultés dans le Caucase, la Serbie entre à nouveau en guerre à l’automne mais est, à nouveau, vaincue ; elle obtiendra toutefois, en 1878, son indépendance totale et quelques accroissements territoriaux.


126 Edward Stanley, 15e comte de Derby (1826-1893), ministre des Affaires étrangères dans le cabinet conservateur de Disraeli (1874-1880). Disraeli tient plus à l’intégrité de l’empire ottoman que son ministre qui, jugé trop accommodant, est remplacé en janvier 1878 par lord Salisbury (1830-1903) et se rallie bientôt au leader libéral Gladstone hostile au sultan.

127 Allusion à l’alerte franco-allemande d’avril-mai 1875 pendant laquelle Decazes a agi avec habileté (voir lettre du 17 mai, note 29).

128 Les réflexions diplomatiques d’Auguste Paris ne manquent pas d’intérêt. Son jugement positif sur le Royaume-Uni auquel il semble pardonner plus facilement que les bonapartistes son abstention en 1870-1871, s’explique par le respect qu’impose sa puissance mais également pour son intervention de 1875 ainsi que pour des raisons de proximité géographiques et idéologiques (monarchie parlementaire). S’il est lucide sur les difficultés de la Russie, en revanche, il n’évoque pas les ambitions balkaniques de la Double Monarchie qu’il estime durablement affaiblie, et exagère les mauvaises intentions de Bismarck. En effet, ce dernier, satisfait de la situation prépondérante de l’Allemagne, souhaite maintenir le statu quo européen et, en apparence du moins, reste indifférent à la question d’Orient ; mais craignant une rupture de l’entente des trois empereurs, il sera amené à intervenir en proposant sa médiation diplomatique au printemps 1878 qui débouchera sur le congrès de Berlin (juin- juillet 1878).

129 Non identifié.


130 Charles Duthilt, oncle maternel de Paris, est juge de paix à Aire-sur-la-Lys (rappel, cf. lettre du 13 juillet, note 88) et il aimerait être affecté à Boulogne-sur-Mer, capitale d’un pays réputé pour ses chevaux.


131 Paris aurait souhaité que l’élection des conseillers généraux précède celle des députés et que cette dernière ne soit pas trop reculée dans le temps.


132 A l’encontre des républicains : suspension ou révocation d’élus ou de fonctionnaires, étroite surveillance des colporteurs et des libraires, des cabarets et des dépôts de tabac, limitation du droit d’affichage et du droit de réunion, interprétation extensive des notions d’outrage au Chef de l’État ou aux représentants de l’autorité, de propos mensongers, de menace à l’ordre public... En faveur des conservateurs : mobilisation de l’administration au service des candidats officiels, mise à la disposition gratuite du télégraphe pour les journaux favorables au gouvernement...

133 Citons, par exemple, la déclaration d’utilité publique de la ligne de chemin de fer Lesparre- Saint-Symphorien dont le décret paraîtra au Journal officiel le 6 octobre.

134 Voir lettre du 16 août, note 43.

135 Cf. lettres des 19 et 21 août ; Paris est tenace dans sa volonté de maintenir les Chambres à Versailles malgré les difficultés que ce projet ne peut que rencontrer.

136 Par décret du 21 octobre 1876, M. Tétreau a été mis en congé du Conseil d’État pour un an par M. Christophle, ministre des Travaux publics, qui l’a chargé de l’organisation et de la direction des services du contentieux et des bâtiments civils et palais nationaux. Sur sa demande, Auguste Paris l’a relevé de sa mission et en a profité pour supprimer la division du contentieux et faire du service des bâtiments civils et palais nationaux une direction qu’il confie à M. Langlois de Neuville jusque là chef de la division des études et travaux des chemins de fer (décrets du 13 octobre 1877).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 147-173.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/560

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org