Navigation – Plan du site
Deuxième Partie : les travaux et les jours d'un ministre en campagne

(Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877

Septembre 1877
p. 175-201

Texte intégral

- Lettre 82 - 4 septembre

  • 1 Jules Brame (1808-1878) appartient à une famille de grands notables lillois fortement impliqués dan (...)
  • 2 Charles Welche, né en 1826, avocat, est un ancien maire et conseiller général de Nancy où il a conn (...)
  • 3 Thiers est décédé à Saint-Germain-en-Laye, au pavillon Henri-IV, le 3 septembre, vers 18 heures, à (...)
  • 4 Paris ne songe pas à Jules Grévy auquel Gambetta avait pensé après le 16 mai pour succéder à Mac-Ma (...)
  • 5 Le sous-préfet de Douai, nommé après le 16 mai est M. Le Godinec qui était en poste à Beaune et ser (...)
  • 6 Antonin Lefevre-Pontalis (1830-1903), auditeur au Conseil d’État, collaborateur à La Revue des Deux (...)
  • 7 Eustache Bonafous (né en 1812), avocat, magistrat, propriétaire à Saint-Pons, élu sénateur (monarch (...)
  • 8 Charles Merveilleux du Vignaux, né en 1828, magistrat, a démissionné de son poste de premier avocat (...)
  • 9 Il n’est pas étonnant qu’Auguste Paris, détenteur de quelques biens fonciers et de quelques actions (...)

1Chère Lucie,

Je voyageais en compagnie de M. Brame1, sénateur du Nord, qui me récitait la litanie de ses plaintes contre son préfet2 et au moins trois ministres, lorsqu’arrivé à la gare de Creil, mon interlocuteur achète un journal et me dit : « M. Thiers est mort ! » Je fis un mouvement... et croyant à un essai de plaisanterie, j’ajoutai : « C’est impossible »3.
M. Thiers est mort ! Dans les circonstances actuelles, c’est un événement que la disparition de la scène publique de celui qui, servant de paravent aux révolutionnaires, favorisait par sa seule présence, et se disposer à seconder de toute son influence, les adversaires du gouvernement. M. Thiers est mort ! Il faut choisir entre le maréchal de Mac-Mahon et M. Gambetta4.
J’ai rencontré en chemin le sous-préfet de Douai et M. Grimbert qui venait offrir une candidature à M. Martin (du Nord)5.
Je suis rentré au ministère par le froid et par la pluie. J’ai consacré l’après-midi à l’examen d’affaires arrivées ici pendant mon absence. Antonin Lefebvre-Pontalis6 est venu m’inviter à dîner dimanche avec le duc de Broglie en son château de Boissy où il se repose un moment de ses tournées électorales. J’ai remercié afin de conserver ma liberté. M. le premier président Bonafous, mon collègue du Sénat, m’a fait connaître l’état des départements compris dans le ressort de Grenoble. Vaincre à tout prix, voilà sa devise. Il lui donne pour commentaire l’état de siège7. M. Rouher m’a entretenu d’une question de chemin de fer. Nous avons évité toute question politique. Enfin Merveilleux du Vignaux voudrait bien entrer dans la magistrature, comme avocat général à la Cour de Cassation8. Je viens de relever le compte de Coralie. Je lui ai remis, avant son dernier règlement 528 francs. Il lui restait à toucher 502,35 francs de fermages. Tu lui a remis, je crois, 505,35 francs9.
Mon oncle Charles m’a écrit de nouveau au sujet de Boulogne. Il redevient plus perplexe, il voudrait que le juge de paix de Boulogne se contentât d’un siège de juge de 5e classe de manière à réduire le mouvement à des proportions plus hiérarchiques.

Je vous embrasse tous. Paris.
Il fait presque froid. Le thermomètre ne marque que 15 ̊ à ma fenêtre.

- Lettre 83 - 5 septembre

  • 10 Le gouvernement comprend immédiatement le bénéfice que peuvent tirer les républicains de ces funéra (...)
  • 11 Mac-Mahon rentre de son voyage dans la Loire et la Haute-Loire ; le décret organisant les funéraill (...)
  • 12 Cet hôtel où il s’était installé en 1830 est situé dans le 9e arrondissement. Il l’a acquis pour 10 (...)
  • 13 En 1833, Thiers a épousé Melle Élise Dosne. A-t-il épousé la fille de sa maîtresse ? Beaucoup plus (...)
  • 14 Dans ce cimetière situé dans le quartier de Ménilmontant (20e arrondissement) sont disposées les sé (...)
  • 15 La culture classique et historique d’Auguste Paris apparaît une nouvelle fois ici avec l’emploi de (...)
  • 16 Le général de Ladmirault (voir lettre du 2 juillet, note 12) et Félix Voisin (lettre du 16 mai, not (...)
  • 17 Paris pense sans doute que la consultation électorale se déroulerait alors que les républicains ser (...)
  • 18 La précédente proclamation est le message aux Chambres du 18mai qui s’adressait effectivement à un (...)
  • 19 Sous-préfecture de la Loire, important centre industriel, Roanne a deux députés républicains, Bross (...)
  • 20 Ces termes péjoratifs et désabusés traduisent des sentiments de mépris, de colère, de crainte et de (...)

2Ma Chère Lucie,

M. Thiers a été emporté comme les feuilles jaunies, par les premiers froids de l’automne. Hier matin, les ministres se sont réunis chez le duc de Broglie et il a été décidé que les funérailles de l’ancien président de la République seraient célébrées aux frais de l’État. Aux raisons de convenances se joignent les raisons politiques : devant la mort, on ne doit se rappeler que les services rendus. Il importe de ne pas laisser les républicains mener seuls le deuil de celui qui s’était mis à leur tête10.
Le conseil s’est occupé ce matin de la question des funérailles. Le maréchal, rentré à cinq heures nous présidait11. Il a été décidé que le service funèbre serait dit aux Invalides. On ne pouvait songer à l’église paroissiale dans la circonscription de laquelle se trouve l’hôtel de la place Saint-Georges : Notre-Dame-de-Lorette n’est qu’une chapelle12. M. Thiers pouvait-il recevoir aux Invalides sa dernière demeure ? On aurait évité en prenant cette mesure les embarras du cortège. Mais la sépulture des Invalides est réservée aux maréchaux de France. D’ailleurs la famille politique de M. Thiers n’aurait pas permis à Mme Thiers13 de la priver d’une démonstration sur la voie publique. C’est donc au Père-Lachaise14, dans un caveau de famille, que reposera celui à qui l’on va, pour la dernière fois peut-être, prodiguer le nom d’illustre15.
Les ministres assisteront-ils aux funérailles ? Le maréchal s’y fera représenter et retardera son départ pour Bordeaux afin de laisser un intervalle de vingt-quatre heures entre un deuil et des fêtes officielles. M. de Fourtou, comme ministre de l’Intérieur, et le ministre de la Guerre suivront le corps jusqu’au cimetière. Ils se retireront, avec le clergé, avant les discours. Des mesures seront prises par le gouverneur de Paris et le préfet de police16 afin que l’ordre ne soit pas troublé. On sait, en effet, que le parti républicain prépare une levée en masse et convoque à Paris et dans la province le ban et l’arrière-ban. Un grand nombre d’ateliers chômeront ; on enverra des députations de beaucoup de départements.
Tandis que l’on examinait quel jour il conviendrait de proposer à la famille, une dépêche de Mme Thiers indiquait samedi et manifestait le désir qu’aucune pompe ne fût déployée de Saint-Germain à la place Saint-Georges où l’on transportera, ce soir, la dépouille mortelle de M. Thiers.
Déjà les membres des bureaux des gauches du Sénat, Bertauld en tête, ont adressé au pays leur lettre de faire-part. Le maréchal ne paraît guère préoccupé de ces manifestations. « Quand on est mort, dit-il, on est mort ».
M. de Fourtou estime qu’il n’y a que deux choses à faire : combattre Gambetta et ne pas caqueter avec Messieurs du Centre gauche. La date des élections ne sera pas modifiée. Si l’on avait adopté le 23 septembre, l’événement nous donnerait raison17. Il a été donné lecture au conseil du projet de proclamation que le maréchal adressera aux électeurs. Le style académique de la dernière devra être remplacé par les effets de décor qui conviennent au suffrage universel18. Je ne me suis pas remis au travail sérieux. La politique m’enlève le temps que je voudrais consacrer à l’étude.
Tout à vous. Paris.
À Roanne19, lors de la réception du maréchal, les ouvriers ont braillé la Marseillaise. « Qu’un sang impur... ».
Pauvre pays20 !

- Lettre 84 - 6 septembre, 10 heures

  • 21 Deusy est révoqué par un décret du 29 septembre (rappel, lettre du 29 août, note 121).
  • 22 Refusant la politique du pire, nostalgique de la conjonction des centres, attaché à la personne du (...)
  • 23 Auguste Mignet (1796-1884), avocat, historien (Histoire de la Révolution française, 1824), libéral (...)
  • 24 Marc-Antoine Calmon, voir lettre du 26 mai, note 11. Jules Favre (1809-1880), avocat et journaliste (...)
  • 25 Vaste église située dans le 8e arrondissement, édifiée de 1763 à 1840 (Paris. Guide du patrimoine, (...)
  • 26 Joseph Molard, qui a également les titres de directeur, chef du protocole, vient d’être promu au gr (...)
  • 27 2e arrondissement.
  • 28 Est-ce un lapsus révélateur ou une remarque ironique qui traduisent le pessimisme de Paris quant au (...)
  • 29 L’argument peut sembler spécieux : nombre des amis politiques de M. Thiers sont jeunes (Gambetta, 3 (...)

3Chère Lucie,

J’ai reçu hier dans l’après-midi, la visite de M. de Fourtou. Il venait m’entretenir de la question Deusy. De nouvelles démarches avaient été faites, évidemment, en vue d’obtenir révocation immédiate, commission municipale etc. J’ai éclairé M. de Fourtou sur la situation et il a été convenu que M. Deusy ne cesserait d’être maire que par application d’une mesure générale, le jour où il sera maire et candidat. On se contentera alors de déléguer ses pouvoirs21. J’ai élargi la question Deusy et j’ai examiné avec M. de Fourtou la marche que le gouvernement doit suivre. Le ministre de l’Intérieur pense que par suite de la mort de M. Thiers, des tentatives pourraient être faites en vue d’un rapprochement avec le Centre gauche. Dans cette hypothèse, il quitterait le pouvoir ; le choix de ses candidats est fait, il ne le modifiera pas. Il compte sur le succès. En cas de revers, il m’a dit en riant qu’il irait passer en Sicile le temps nécessaire au retour de la popularité assuré aux proscrits. J’ai représenté à M. de Fourtou combien il est nécessaire de concilier deux choses : associer la politique du cabinet à celle du maréchal d’une manière assez étroite pour que des candidats ne s’opposent pas à eux ni ne se glissent entre eux, et cependant assurer au maréchal le moyen de gouverner après la chute du cabinet si nous devions disparaître devant un échec partiel qui nous mettrait en minorité devant les Chambres22. Je lisais mes journaux après ma promenade du soir lorsqu’une dépêche nous convoque au conseil des ministres à 9h1/2 (pm). Qu’était-il arrivé ?
M. Voisin informait le conseil des ministres de l’entrevue qu’il venait d’avoir avec MM. Mignet et Barthélémy-Saint-Hilaire23 représentants de Mme Thiers, et MM. Calmon et Jules Favre24 parlant au nom des gauches sénatoriales. Mme Thiers posait ses conditions. Elles étaient formulées dans une note qui commençait ainsi : « on accepte... ». Le mot « on », expression de la vérité, avait été biffé et remplacé par la fiction : « Mme Thiers accepte... ». La Madeleine25 était substituée aux Invalides, Mme Thiers entendait rester maîtresse du cortège (cordons, discours) ; elle demandait à payer les frais de funérailles.
Note bien qu’elle avait accepté avec reconnaissance les offres que M. Molard, introducteur des ambassades à l’Élysée26, avait été chargé de lui transmettre, spécialement en ce qui concernait les Invalides.
Ce changement de résolution était le résultat d’une délibération tenue, rue Louis-Le- Grand, par les sénateurs de gauche27. C’est là qu’on avait exigé que le Sénat et les 363 prissent place immédiatement après la famille et qu’on avait réglé les autres points touchant aux cordons ou aux discours.
En cas de désaccord, Mme Thiers devait refuser que les funérailles fussent faites par les soins de l’État.
En un mot, on tient à convertir les funérailles de M. Thiers non pas en une manifestation de deuil public mais en démonstration de parti.
Dans l’entrevue avec le préfet de police, c’est J. Favre qui a pris la parole au nom de Mme Thiers et du gouvernement28. M. Mignet a donné lecture de la note. Il a été expliqué que ce qu’on voulait, c’était que Mme Thiers pût placer dans l’église et dans le cortège les anciens députés. M. Calmon a expliqué la substitution de la Madeleine aux Invalides par ce prétexte que les amis de M. Thiers étant vieux, il ne faut pas les forcer à aller si loin29. Le conseil a remis une note à M. Voisin que l’on charge de négocier avec MM. Barthélémy-Saint-Hilaire et Mignet, comme représentants de la famille mais non avec MM. Calmon et J. Favre délégués des gauches du Sénat. Le gouvernement repousse les conditions relatives aux frais et à la direction du cortège. Si Mme Thiers les maintient, les funérailles de l’ancien président de la République auront le caractère d’une cérémonie privée.
Nous nous sommes ajournés au lendemain 11h1/2.

3 heures

  • 30 Comme le dit l’écrivain et diplomate Eugène-Melchior de Voguë (1848-1910) dans son journal, « penda (...)
  • 31 Paul de Rémusat, le fils de Charles (1797-1875) - lié à Thiers dont il fut ministre de l’Intérieur (...)
  • 32 Le général Charlemagne est le neveu de Mme Thiers ; c’est lui qui conduit le deuil le 8 septembre.
  • 33 Félicie Dosne, la sœur cadette d’Élise.
  • 34 Le siège du comité de la gauche sénatorial est établi 9, rue Louis-le-Grand (2e arrondissement) ; i (...)
  • 35 L’agence de presse et de publicité Havas est une société d’économie mixte, avec participation major (...)
  • 36 L’emploi de cet adjectif n’est sans doute pas anodin, il rappelle une des permanences de l’engageme (...)
  • 37 Voir lettre du 6 juin, note 55.

  • 38 Voir lettre du 5 septembre note 11 ; le décret du 6 septembre, annulant celui du 4, est publié le 7 (...)
  • 39 Voir lettre du 5 septembre, note 10.

  • 40 Le général Alfred Chanzy (1823-1883) s’est illustré pendant la guerre de 1870-1871 à la tête de l’a (...)
  • 41 Voir lettre du 4 septembre, note 4.

  • 42 Il est en effet réputé pour son caractère emporté. Voir le début de la lettre du 15 mai et la note  (...)
  • 43 En Gironde.

4Je sors du conseil des ministres. Tout est rompu. Je reprends mon récit30.
M. Voisin, introduit par B.-St.-Hilaire dut attendre pendant dix minutes sur le palier.
M. Paul de Rémusat31 vint lui dire qu’on n’avait pas encore causé suffisamment, que la famille voulait donner à la cérémonie « un caractère universel ». Dans le salon où on le fit entrer, M. Voisin reconnaîtra le général Charlemagne, neveu de M. Thiers32, qui déclara qu’on délibérait, qu’il ne s’occupait de rien, que cela ne le regardait pas. M. Calmon vint chercher M. Voisin et le conduisit dans la chambre de Melle Dosne33 où se trouvait Mme. Thiers, sa sœur et Barthélémy-Saint-Hilaire. Après les compliments d’usage, M. Calmon dit qu’on attendait J. Favre, que cependant on pouvait parler.
Mme Thiers expose qu’elle veut payer les frais des funérailles, et, dans une certaine mesure, rester maîtresse du cortège : elle ne peut admettre que les amis de M. Thiers soient exclus, ce serait contraire à sa volonté. - « Pourquoi le gouvernement a-t-il voulu faire les obsèques ? » demande le fidèle Barthélémy-Saint-Hilaire. - Mme Thiers précise sa pensée : « Les anciens députés doivent avoir une place ; ce sont les amis de mon mari ». M. Calmon se plaint de la note publiée par l’agence Havas « qui raconte ce qui s’est passé à la réunion Louis-Le- Grand »34. Il prétend que cette note est sortie des bas-fonds de la police. (Nous avons la preuve qu’elle a été portée à Havas par un rédacteur du Siècle)35. M. Voisin proteste au nom de son administration et du gouvernement. M. Calmon riposte qu’il n’a pas tenu, rue Louis-Le-Grand, le langage qu’on lui prête ; il a parlé des anciens députés et non des 363. J. Favre étant entré sur ces entrefaites, il déclare qu’il n’est pas le plus autorisé ; mais si son avis était écouté, Mme Thiers reprendrait sa liberté d’action. « Nous ne pouvons discuter en présence de M. Voisin » fait observer Mme Thiers. Tous se retirent. Au bout de 3/4 d’heure, Calmon reparaît. « On a rédigé une note » dit-il. Mme Thiers tient à payer les frais ou à en remettre le montant aux pauvres de Paris. M. Thiers, chef du parti libéral36, ne peut être enterré par ses adversaires politiques. Si le gouvernement veut conserver l’ordonnancement du cortège, qu’il réserve à Mme Thiers la moitié de l’église. M. Voisin objecte qu’il ne peut recevoir une note mais seulement une réponse : oui ou non.
Après dix minutes de nouvelle attente, tous reviennent. Barthélémy-St.-Hilaire tient en main la note. C’est chose convenu, dit-il, pour les cordons du poêle, pour les discours. Une place spéciale sera réservée à la Chambre des députés, considérée comme un corps encore existant. M. Voisin fait un geste de protestation. « Attendez, lui dit M. Mignet en lui posant la main sur le bras, attendez la suite ». La suite est : en cas de refus d’une place spéciale, la réserve de la moitié de l’église afin que les corps constitués puissent y figurer avec leur bannière.
« Vous me permettrez de prendre congé, dit enfin M. Voisin ; je n’ai pas mission de négocier sur ces bases ». On se quitte. Calmon déclare une dernière fois qu’il va protester contre la note d’Havas. Sur l’escalier, il engage une vive discussion à ce sujet avec un rédacteur du Temps37.
Tu vois par ce récit que la gauche a été déconcertée de la résolution prise par le gouvernement, que les plus avancés ont amené les plus modérés et Mme Thiers à poser des conditions inacceptables afin de reprendre la liberté de manifester derrière un cercueil.
Le conseil des ministres a été unanime pour approuver M. Voisin. L’Officiel publiera demain un nouveau rapport du ministre de l’Intérieur et l’abrogation du décret38.
Le préfet de police n’a plus dès lors qu’à régler les mesures d’ordre qui devront être prises. On a résolu d’interdire bannières et emblèmes. Des troupes nombreuses, outre l’escorte due à un grand dignitaire de la Légion d’Honneur, seront disposées çà et là, sur toute l’étendue des boulevards depuis la Madeleine jusqu’au Père-Lachaise.
Il est possible que Mme Thiers et ses conseils ajournent à dimanche ou à lundi les funérailles afin de laisser aux députations le temps d’arriver. Il faut s’attendre à voir dans la rue deux cent mille hommes. Un incident peut faire de ces funérailles une journée39. Toutes les précautions seront prises en vue d’empêcher le désordre.
Les gauches sont désemparées. Elles perdent le successeur du maréchal. Qui substituer à M. Thiers ? M. Dufaure a repoussé les ouvertures que quelques Centre gauche lui ont faites. On a songé du côté du Centre gauche au général Chanzy40. Encore plus impossible. Et cependant, on ne peut aller à Gambetta sans transition. L’homme de la transition sera M. Grévy qui n’aime pas Gambetta, qui n’a ni l’autorité ni l’ambition d’un chef de parti, qui manque de prestige41.
De notre côté, il importe de ne commettre ni un acte de faiblesse ni un acte d’imprudence. Le duc de Broglie doit envoyer un message chez le duc Pasquier afin de le mettre au courant et d’empêcher qu’il ne « s’emballe »42. Le voyage du maréchal43 se trouve retardé. Plus qu’à tout autre on peut dire à M. Thiers : requiescat in pace. Qu’il trouve la paix dans l’autre monde et qu’il nous la laisse en celui-ci.
Tout à vous. P.

- Lettre 85 - 7 septembre

  • 44 D’après Pierre Guiral (op. cit., p. 505), « Émile Ollivier (ancien chef de gouvernement de janvier (...)
  • 45 Charles Giraud (1802-1882), juriste réputé, membre de l’Académie des sciences morales et politiques (...)
  • 46 Non signalé dans l’ouvrage de Pierre Albert (op. cit.).

  • 47 A. Paris, n’évoque plus ensuite la mort et les funérailles de Thiers (8 septembre) dont de Meaux ti (...)

5[...] J’espère être libre de passer près de vous la journée de dimanche (9 septembre). Tout dépendra du calme ou de l’agitation qui présidera aux funérailles de M. Thiers. Nous avons été convoqués de nouveau ce matin au conseil des ministres.
MM. Barthélémy-Saint-Hilaire et Calmon avaient vu hier soir M. Ouvers, chef de la police municipale et lui avaient annoncé que les funérailles de M. Thiers auraient lieu à la Madeleine samedi. « Nous pouvons craindre quelque chose, dirent-ils ; nous demandons à M. le préfet de police son concours à l’effet d’assurer l’ordre ».
Rendez-vous est pris ce matin à 8 heures, avec M. Voisin.
Les mêmes délégués annoncèrent à M. Voisin que le service serait célébré à Notre-Dame de Lorette et lui apportèrent l’ordre du cortège :
un maître des cérémonies
la famille
un maître des cérémonies
les sénateurs
un maître des cérémonies
les anciens députés
un maître des cérémonies
les députations un maître des cérémonies
le public.
Quatre discours seront prononcés :
le 1er par M. de Sacy, au nom de l’académie (on a invité M. Émile Ollivier, faisant fonction de directeur, à se taire) ;
le 2e par M. Vuitry, au nom de l’Académie des sciences morales et politiques ;
le 3e par M. Jules Simon (qui versera des pleurs) ;
le 4e par M. Jules Grévy (héritier politique désigné).
MM. Grévy, Mignet, Dufaure, Amiral Pothuau, Vuitry et Jules Simon tiendront les cordons du poêle44.
Les deux délégués sollicitèrent de nouveau le concours de l’administration afin de maintenir l’ordre le plus parfait. « - L’ordre sera maintenu, mais vous supprimez bannières et emblèmes ? - Oui, oui, pas de bannière, pas d’emblème. Vos agents continueront de se montrer bienveillants ? - Oui, mais ils feront respecter la discipline ».
Dix minutes après le départ de MM. Barthélémy-Saint-Hilaire et Calmon, se présente M. de Rémusat. Il venait demander que le cortège suivît les boulevards, Mme Thiers se préoccupant des quartiers populaires. Dans la conversation, M. Rémusat dit au préfet de police : « Nous allons à Notre-Dame-de-Lorette, puisque vous n’avez pas voulu de la Madeleine ». M. Voisin manifeste sa surprise ; Rémusat ajoute que M. Giraud de l’Institut avait été chargé de voir l’archevêque de Paris qui avait répondu que si le gouvernement avait fait procéder aux funérailles, il aurait officié lui-même aux Invalides, mais que le service étant purement privé, il n’avait aucune raison de substituer la Madeleine à Notre-Dame-de- Lorette, paroisse de M. Thiers45. À la suite de cette remarque, M. Voisin et le baron Reille virent l’archevêque qui maintint sa résolution en ajoutant qu’il ne la modifierait que si le gouvernement invoquait une raison d’ordre et d’intérêt public. Les journaux de gauche ayant annoncé le matin l’incident, le conseil décide de laisser les choses en l’état.
On nous a annoncé que M. de Choiseul (tu vois que les rôles sont répartis) devait demander pour M. Thiers les honneurs militaires. Une division entière commandée par le général de Brauër, soldat énergique, sera sous les armes. Le ministre de la Guerre prescrira qu’un gros des troupes sera placé en tête de cortège ; un régiment de cuirassiers en colonne serrée séparera les députations du public.
Toutes les troupes qui ne figureront pas dans le cortège (une quinzaine de mille hommes) seront consignées, sous les armes dans leurs casernes et prêtes à tout événement.
Il est convenu que nous nous réunirons à l’Élysée dès midi 1/2 et que, par une série de dépêches, le préfet de police nous tiendra au courant de tous les incidents.
Le comité des gauches du Sénat a soulevé toute cette agitation. Il s’occupe bien moins de rendre hommage à M. Thiers que de galvaniser son cadavre au profit des 363. M. Calmon s’était indigné (en apparence du moins) de la dépêche Havas rendant compte de ce qu’il avait dit au comité. Il sait maintenant que c’est M. Félix Herment, directeur du Siècle46, qui a porté la dépêche à Havas. On veut manifester en faisant apparaître les 363 vivant derrière leur chef mort. Le secret a été trahi par les malhabiles et ce sont les malins qui plus tard sont venus dire : « Nous ne demandons pas une place officielle pour les 363, mais pour tous les membres des diverses assemblées auxquelles M. Thiers a appartenu ».
En somme, le gouvernement a fait son devoir lorsqu’il a offert de se charger des funérailles de M. Thiers. Il est peut-être heureux que la maladresse des délégués de gauche ait imposé au gouvernement le choix de se dégager. Il aurait fait assez triste figure dans un cortège officiel, aux places d’honneur auxquelles ses ministres n’avaient pas droit, et autour d’une fosse où ils n’auraient eu qu’à écouter en silence les discours de MM. Grévy et J. Simon à moins qu’ils ne préférassent battre en retraite... Nous avons le beau rôle. Espérons que la présence des troupes, les recommandations des modérés empêcheront, la pluie aidant, toute agitation. On sait, du reste, que ni le gouvernement, ni l’armée ne broncheraient en cas de troubles et d’émeutes, provoqués par les vrais radicaux47.
Tout à vous. P.

- Lettre 86 - 11 septembre (mardi)

  • 48 Le voyage du président de la République dans le sud ouest se déroule du dimanche 9 au dimanche 16 s (...)
  • 49 Ce sera effectivement le cas.

  • 50 Voir lettre du 21 août, note 90.

  • 51 M. Sourdat, procureur de la République à Doullens (80) vient d’être promu à Soissons (02). Avant d’ (...)
  • 52 Respectivement directeur des chemins de fer et directeur des routes et de la navigation.

  • 53 Voir lettre du 31 août, note 136.


6J’ai constaté hier, ma Chère Lucie, que le retour à Paris est beaucoup plus ennuyeux par le train du soir que par celui du matin. Il est vrai que, par compensation, il me permet de passer avec vous la journée du lundi. Rien d’important ne me rappelait. Je n’ai pas reçu cette semaine le coupon que je comptais offrir aux Carette. Je suis donc privé de prétexte pour leur écrire. Dis-le à Saint-Nicolas.
Le conseil s’est réuni chez le duc de Broglie. On s’est occupé de quelques candidatures, du voyage du maréchal, de l’élection des conseils généraux, du procès Gambetta etc. On ne fait plus maintenant qu’un glanage des candidats : je doute qu’il y ait chance de succès pour les ouvriers de la dernière heure.
Le maréchal a été accueilli très chaleureusement par les populations rurales. À Bordeaux, il s’est trouvé placé entre deux courants d’électricité contraires : « Vive le maréchal », « Vive la République »48. M. de Meaux aurait bien voulu recouvrer sa liberté pour la seconde partie du voyage ! jeudi à lundi. Le duc de Broglie m’a fait une invite à laquelle je n’ai pas répondu : « le choix du maréchal, ai-je objecté à M. de Meaux, vous impose un devoir... Vous y êtes, restez-y ».
L’élection des conseils généraux n’avait pas encore été l’objet d’une discussion depuis la décision regrettable qui l’a fait ajourner. J’ai demandé que l’on la fixât à une époque intermédiaire entre les élections législatives et la réunion des Chambres. Il est probable que le 4 novembre sera choisi49.
On avait annoncé que Gambetta ferait défaut. Il a fait demander une remise à huitaine à laquelle le ministère public s’est opposé. Par défaut, il a été condamné à trois mois de prison et 2000 francs d’amende. Le jugement est longuement motivé50.
M. Brunet, avec qui je suis revenu, m’a confié qu’en cas de succès, il ne désirait pas rester ministre. Son désir est de rentrer à la cour de Paris.
J’ai reçu la visite de M. Sourdat, le plus vigilant des pères de famille, et celle de M. Preux, procureur général à Limoges que sa translation imprévue à Riom déconcerte à un tel point qu’il songe à donner sa démission51.
Mes chefs de service, M. Schlemmer et M. Rousseau52 sont rentrés au poste. Je devrai pourvoir au remplacement de M. Tétreau, directeur des bâtiments civils qui va reprendre ses fonctions de maître des requêtes au Conseil d’État53. J’ai écrit cette lettre paragraphe par paragraphe, dix fois interrompu.

À vous. P.

- Lettre 87 - 12 septembre

  • 54 Paris se fait des illusions ! Certes les propos de M. Fourcand, sénateur-maire républicain de Borde (...)
  • 55 Voisin est trop optimiste ! Est-il si bien renseigné que cela ?

  • 56 Paris ne peut soutenir sans une certaine réticence un bonapartiste auquel il s’oppose localement, m (...)
  • 57 Les Huguenots, opéra en cinq actes du compositeur allemand Jacques Meyerbeer (1791-1864) sur un liv (...)

7Chère Lucie,

Je suis en ce moment très occupé : les questions de chemins de fer, de réorganisation de services, de modification du personnel m’enlèvent le temps de liberté que me laissent le conseil et les audiences. Je ne profite guère, par conséquent, des beaux rayons de soleil qui jettent leur dernier éclat sur la cime dorée de mes grands arbres.
Parmi les visiteurs que j’ai reçus aujourd’hui, je compte M. Voisin et M. Rouher. M. Voisin qui est plus au courant que tout autre de la situation électorale, pense que nous pourrions gagner une centaine de sièges. Le discours prononcé à Bordeaux par le maire sénateur de la gauche, et si peu goûté aujourd’hui par La République française, lui paraît être un signe de cette détresse qui se produit dans l’Union républicaine54. Il est facile de voir que, quel que soit le résultat des élections, Gambetta ne trouvera pas une majorité qui aille jusqu’à repousser le budget. La situation est bien dépeinte par M. Voisin : il considère les élections comme une vague qui va nous assaillir... Nous nous retrouverons quand elle aura passé. Le ministère ou certains ministres seront peut-être submergés ; le maréchal restera debout, et c’est ce qui importe55.
M. Rouher, qui venait m’entretenir d’une question chemin de fer, m’a parlé de la question Sens-Deusy. Je lui ai expliqué pour quels motifs M. Deusy restait maire d’Arras jusqu’au jour où sa candidature rendrait ses fonctions incompatibles avec le rôle d’opposition qu’il remplirait. Il m’a dit que M. Sens se retirait... Je lui ai laissé entendre que je n’en croyais rien. « M’autorisez-vous, telle fut sa conclusion, à dire à M. Sens que vous désirez qu’il reste ? ». « Dites à M. Sens, ai-je répondu, que je ne comprendrais pas qu’il se retirât ». Tu comprends la variante ? J’ai pris soin de noter immédiatement les termes mêmes de notre entretien56. Peut-être irai-je ce soir à l’Opéra voir Les Huguenots57. Mme la maréchale a mis sa loge à la disposition de M. Brunet qui l’a offerte au duc de Broglie et aux autres ministres.
Je vous embrasse affectueusement. Paris.

- Lettre 88 - 13 septembre

  • 58 Sans doute s’agit-il de son fils aîné, Victor (1846-1906) ; après des études classiques, il est ent (...)
  • 59 Faust, opéra de Charles Gounod (1818-1893) inspiré du célèbre poème de Goethe (1808), avec lequel i (...)
  • 60 Auguste Paris est ancien élève et ancien professeur du Collège Saint-Bertin de Saint-Omer.
  • 61 Cet ami (voir lettre de Mme Paris du 31 mai note 152) est nommé percepteur dans cette petite commun (...)

8Ma Chère Lucie,

J’ai passé la soirée d’hier à l’Opéra dans la loge de M. le maréchal en compagnie du duc de Broglie, de son fils58 et de M. de Meaux. Nous avons eu la bonne fortune de voir Faust substitué aux Huguenots par suite d’un empêchement de Mme Bloch. Ah ! la belle musique que celle de Gounod ! Que de sentiment et d’âme dans les scènes de Marguerite à l’église et de Marguerite dans la prison59 !
Pendant les entractes, nous avons fait naturellement quelques excursions sur la situation politique. Le duc de Broglie paraît confiant ; c’est dans sa nature. Il compte sur le succès des conservateurs pour introduire dans notre législation de sages réformes qui auront pour but d’assurer des garanties à l’ordre en fortifiant le principe d’autorité.
Nous avons eu ce matin réunion des quatre ministres présents à Paris ! Le duc de Broglie, l’amiral Gicquel, M. Brunet et moi.
Il a été convenu que, lundi après-midi, tous les absents seraient convoqués. Le maréchal rentre dimanche et on examinera une dernière fois la proclamation que le maréchal, Président de la République, se propose d’adresser aux électeurs. Le décret de convocation et la proclamation seront publiés le 19.
Je pourrai passer à Arras la journée de dimanche. J’espère pouvoir partir pour Boulogne mardi et y passer deux ou trois jours. Je devrai cependant continuer ce voyage avec le dîner des anciens élèves de Saint-Bertin pour lequel j’ai reçu invitation sur invitation60.
Je suis revenu de la chancellerie en compagnie de M. Brunet qui n’aspire, pas plus que moi, à rester ministre, en cas de succès. Nous ne manquerons pas d’amateurs de portefeuilles. Il va passer la semaine prochaine quatre ou cinq jours dans la Corrèze.
À dimanche.
P.

PS : Tu as vu à l’Officiel la nomination de M. de Valicourt à Longvilliers61

- Lettre 89 - 17 septembre

  • 62 Vindicien Roussel, secrétaire de l’évêché, vient de remplacer Catteau en tant que vicaire général. (...)
  • 63 M. Pillons est maire de Beaumont, canton de Vimy (voir lettre de Lucie Paris du 26 mai, note 118).
  • 64 Gosselin, voir lettre du 27 juillet, note 155 ; Adam (Achille Adam-Fontaine), voir lettre du 25 mai (...)
  • 65 M. Brassier (1824-1891), avocat, est entré dans l’administration préfectorale en 1850 ; préfet d’Eu (...)
  • 66 Charles Welche, voir lettre du 4 septembre, note 2.
  • 67 Jean-Baptiste Trystram (1821-1906), autodidacte, courtier en assurances, devenu riche négociant et (...)
  • 68 On pourrait en effet le soupçonner d’avoir fait ce choix en raison de son goût pour l’opéra et de l (...)
  • 69 Le maire de Dunkerque obtient finalement satisfaction mais Auguste Paris a trouvé une porte de sort (...)
  • 70 Exceptionnellement, cette lettre n’est pas signée.

9Chère Lucie,

J’ai voyagé jusqu’à Amiens avec l’abbé Roussel62 qui se rendait à Boulogne, et, jusqu’à Paris, avec M. Pillons (de Beaumont)63 son fils... et sa pipe. J’ai constaté que la température s’était fort abaissée. Le coursier qui me ramenait au ministère s’est battu, sans accident. J’ai appris, en arrivant au ministère, que M. des Orgeries, ingénieur en chef, un des employés les plus précieux de la direction des chemins de fer, avait été pris d’une congestion sur un trottoir et avait fait une chute qui, par la perte de sang qu’elle avait occasionnée, avait détourné le danger. Baptiste, rendu plus ponctuel que jamais, m’attendait sur le seuil de la grande porte. J’ai trouvé sur mon bureau un courrier très volumineux. M. de Girardin entre à la Banque de France comme employé auxiliaire à Blois ; avant trois mois, il sera teneur de livres de cette succursale. C’est à M. Rouland que je dois cette faveur.
Gosselin m’écrit pour me proposer un itinéraire. Il m’apprend qu’Achille Adam a été opéré. Une ponction, pratiquée avec succès, a assuré l’écoulement de plusieurs litres des matières qui formaient abcès64. Il est maintenant très soulagé. Gosselin désire que j’apporte la croix au pauvre malade. Je le ferais volontiers, mais une sotte loi que l’Assemblée nationale a édictée, pour protéger sa pureté virginale s’oppose, je crois, à ce qu’on décore un député avant un intervalle de six mois ; c’est plus qu’une quarantaine. Le préfet de Savoie65 me sollicite de nouveau pour que je lui consacre un dimanche. Le Rhône, le lac du Bourget, Chambéry, le Mont-Cenis... C’est tentant, surtout en compagnie de mon chef de cabinet. Nous verrons.
Voici un préfet qui me présente un bouquet d’épines. C’est le préfet du Nord66 : il me demande le déplacement de l’ingénieur en chef du port de Dunkerque, M. Plocq, à qui M. Trystram, 363, doit une grande partie de son influence. Cette mesure est le condition de la présentation du maire actuel aux prochaines élections67. Dois-je aller jusque là ?
Il est bien plus facile et agréable de faire acte de bienveillance que de recourir à des rigueurs. M. Charles Garnier, architecte de l’Opéra, vient me remercier, avec effusion de reconnaissance, de l’arrêté par lequel je l’ai nommé inspecteur général en remplacement de M. Clarget (architecte de Saint-Cloud, décédé). M. Garnier était déjà membre de l’Institut ; je vous le dit pour que vous ne pensiez pas que j’ai sacrifié aux muses68.
Je viens de consulter le dossier de M. Plocq, au moment où le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur se présente à mon cabinet afin de m’instruire de la demande du préfet du Nord. M. Plocq est depuis 28 ans à Dunkerque, comme ingénieur ordinaire et ensuite comme ingénieur en chef. Ses notes peuvent se résumer ainsi : mérites exceptionnels. Ses services lui ont valu la croix d’officier de la Légion d’honneur, décorations étrangères, médaille d’or... Il est impossible que je sacrifie M. Plocq aux exigences de la politique69.
M. le baron Reille m’annonce que le conseil des ministres ne se réunira que demain, à 8 heures du matin.

À vous70.

- Lettre 90 - 18 septembre (mardi)

  • 71 L’amiral Gicquel des Touches ayant regretté l’absence du nom de Dieu, il a été décidé d’ajouter au (...)
  • 72 C’est-à-dire la compagnie du chemin de fer du Nord. Caillaux a eu une plus longue expérience minist (...)
  • 73 Voir lettre du 13 septembre, note 60.

  • 74 Cette inauguration marque l’achèvement d’un des grands travaux entrepris par Haussmann : le perceme (...)
  • 75 Voir lettre du 21 août note 84.


10Chère Lucie,
Nous avons eu conseil des ministres ce matin à 8h1/2. Le manifeste de M. le maréchal de Mac-Mahon adressé aux Français a été vu, revu et adopté. Il paraîtra demain à l’Officiel, en même temps que le décret de convocation des électeurs pour le 14 octobre et le décret de convocation des Chambres pour le 6 novembre. Le maréchal explique nettement ce qu’il a fait le 16 mai, ce qu’il fait, ce qu’il fera. Il annonce que son gouvernement désignera, parmi les candidats, ceux qui, seuls, auront le droit de se servir de son nom ; il déclare qu’il fera respecter la constitution confiée à sa garde, et que, quoiqu’il advienne, il restera à son poste et protégera les fonctionnaires et les agents dévoués à sa politique. Cette partie du manifeste sert de réponse à ceux qui disent qu’après les élections, le maréchal n’aura le choix qu’entre se soumettre et se démettre. La question du contreseing a été examinée. Le maréchal tient à parler en son nom ; cette préoccupation légitime a fait écarter l’idée de contreseing de tous les ministres. M. de Fourtou, qui doit signer le décret de convocation, apposera seul sa signature à côté de celle du maréchal71.
Tous les électeurs recevront, par la poste, un exemplaire du manifeste à leur adresse.
J’ai refusé le déplacement de M. Plocq.
Je pars demain pour Boulogne en compagnie de M. Caillaux et de M. Clérault. Le ministre des Finances m’a dit que notre voyage ayant un caractère officiel, il convenait de demander au Nord72 un wagon-salon. Le préfet nous rejoindra à Amiens. Je compte rester à Boulogne jusqu’à samedi. Il est probable que je visiterai, en passant, les travaux du port de Calais. J’arriverai samedi à Saint-Omer et dimanche soir à Arras, après le dîner de Saint-Bertin73. Je serai obligé, après une aussi longue absence, de revenir ici lundi. Une nouvelle dépêche m’ayant été envoyée par le préfet de la Savoie, je me suis engagé à passer à Chambéry la journée du 30 septembre. M. Clérault m’accompagnera.
Le préfet de la Seine est venu m’inviter à accompagner demain le maréchal à l’inauguration de l’avenue de l’Opéra74. J’ai répondu : Boulogne. Demain, après le déjeuner, nous recevrons la chambre de commerce à qui j’annoncerai « la nouvelle que j’apporte ». Je lui décrirai les merveilles de ce port en eau profonde qui aura 137 ha d’étendue, une ouverture centrale de 250 m, une traverse d’accostage pour les bateaux à vapeur de 400 m de long sur 200 de large, une profondeur constante de 7 à 8 m75. Nous visiterons dans l’après-midi les principaux établissements industriels et le port. Gosselin donnera, le soir, un dîner officiel à une douzaine d’invités. M. Caillaux nous quittera la nuit pour assister au conseil des ministres. M. Brunet et moi avons demandé congé. M. Brunet va passer huit jours dans la Corrèze...
Ne reviendras-tu pas avec moi lundi, si le temps est propice à une excursion ? Je vous embrasse tous.
Paris.

- Lettre 20 - Arras, 19 septembre

  • 76 Mathilde est l’épouse de Paul Lecesne, conseiller de préfecture (voir lettre de Mme Paris du 31 mai (...)
  • 77 M. Gardin, président du tribunal de première instance, président de l’Académie d’Arras.
  • 78 Non identifié. Il ne semble pas avoir obtenu satisfaction.

  • 79 L’épouse du préfet du Pas-de-Calais.

  • 80 Rémonde est une employée au service d’A. et L. Paris (rappel) ; son mari a trouvé du travail dans l (...)
  • 81 Non identifié.

  • 82 Mme Parenty est, sans doute, l’épouse de l’ancien vice-président du conseil de préfecture d’Arras e (...)
  • 83 M. Eynard a été nommé juge de paix à Saint-Donat-sur-l’Herbasse dans la Drôme (Journal officiel du (...)
  • 84 Allusion non élucidée.


11Cher ami,

Je ne vous écris pas souvent au ministère mais depuis que vous l’avez quitté, mes pensées vous suivent à travers les pays moins connus que vous traversez maintenant. J’ai déjà eu plusieurs fois l’envie de vous envoyer un message familier. Je n’aurais peut-être pas cédé à cet entraînement si notre amie Mathilde et son mari ensuite ne fussent venus me demander l’un après l’autre de vous faire parvenir qui sa petite sollicitation, qui une invitation non pas à un banquet officiel mais à une réunion qui doit avoir lieu lundi prochain chez nos amis Lecesne
76 où l’on désirerait beaucoup vous avoir. M. le préfet et son conseil, M. le président Gardin77 et quelques uns des siens seront seuls invités avec vous. J’ai répondu ce que vous m’aviez dit vous-même ce matin, qu’il vous serait impossible de passer à Arras la journée du lundi puisque vous vous étiez absenté cette semaine et que vous pensiez devoir repartir à la fin de la semaine prochaine. Écrivez-le, je vous prie, vous-même à moins que vous ne changiez d’avis et n’acceptiez l’invitation, auquel cas vous le devriez aussi et répondriez quelque chose à la sollicitation de mon amie Mathilde. Je vous envoie la lettre de Mme Bidart ; son mari était peut-être déjà compris dans les 4 aspirants au poste de juge de Lille78. Je vous donne donc comme titre connu de moi cette déclaration contenue dans la lettre : « ce sera son bâton de maréchal ». Que peut-on refuser devant une telle déclaration. Je viens de voir Mme Poizat79 qui souffre encore de son torticolis. Rémonde est parti ce matin rappelée par dépêche à Paris80. Je pars pour Saint-Nicolas où j’ai laissé Jean hier au soir. Tout va bien chez nous, j’attends demain la lettre de Boulogne, si vous trouvez le temps. M. Hocédé81 est venu me lire le manifeste du Maréchal. Mme Parenty m’a présenté sa bru82. M. Eynard83 est ravi de sa nomination, il fait hommage de ses fleurs à ma fille Eugénie laquelle est fort surprise d’être la chevalière de Péronne84.
Nous vous embrassons de cœur ma fille et moi et nous partons chercher votre fils chez les tantes. L. Paris.

- Lettre 91 - Boulogne, 20 septembre85

  • 85 Les trois lettres écrites de Boulogne-sur-Mer n’ont pas d’en tête.

  • 86 Alexandre Adam (1790-1886), banquier, maire de Boulogne (1830-1848, 1852-1861), président de consei (...)
  • 87 M. Vidor, secrétaire de la chambre de commerce de Boulogne, président du comité des armateurs de pê (...)
  • 88 Eugène Livois (1815-1885), docteur en médecine, maire bonapartiste de Boulogne (1864-1870), constam (...)

12Ma Chère Lucie,

Je reçois ta lettre et j’y réponds aussitôt dans la crainte de n’être pas libre pendant la journée. Nous avons quitté hier Paris à 7h35 en salon wagon, comme de vrais ministres, accompagnés chacun de son secrétaire particulier.
Gosselin nous attendait à la gare ; le préfet du Pas-de-Calais nous avait rejoints à Amiens. Après avoir déjeuné en compagnie de M. Alexandre Adam et de M. Trudin86, deux patriarches qui comptent ensemble 169 années. Nous avons reçu officiellement la chambre de commerce. Chacun de nous a fait son discours. J’ai rappelé les diverses phases par lesquelles avait passé la grande question du port en eau profonde, donné à tous les collaborateurs de l’œuvre la part de compliments mérités. J’ai fait connaître les bases techniques et financières du projet. J’ai résumé la vie de Boulogne à grands traits : passé, présent, avenir. Mon speech, dépourvu de toute considération politico-électorale, a réussi. Nous avons visité l’établissement Vidor (harengs salés et saurs) puis la fabrique de plumes métalliques Blanzy et Poure, fort intéressante87.
Le soir, dîner et réception. J’ai arrangé, avec le préfet du Nord et M. Plocq, ingénieur en chef de Dunkerque, la difficulté dont je t’avais parlé. L’ingénieur quitte Dunkerque mais de son plein gré. Je lui ai donné une mission : l’étude des ports de l’Angleterre, au point de vue de l’exploitation. Je lui promets un service de navigation Paris.
Vidor continue de jouir d’une santé splendide. M. Livois m’a promis de ne pas faire de profession de foi à la Chislehurst88. Toux deux te présentent souvenirs et hommages. J’ai fait savoir que je pressentirai Achille Adam pour la décoration. Le médecin l’autorise à nous recevoir. Nous déjeunerons avec quelques amis. Nous dînons chez M. Alexandre Adam.
M. Caillaux nous a quittés à 2 heures du matin. Je devrai visiter le port de Calais. Je compte arriver samedi à Saint-Omer. Il me sera impossible d’accepter pour lundi le dîner de Mathilde.
Je lui écris.
À vous. Paris.

- Lettre 92 - Boulogne, 21 septembre

  • 89 M. Caboche est le curé de la paroisse Saint-Nicolas de Boulogne ; plus ancien curé de la commune, i (...)
  • 90 Il a 87 ans !

  • 91 Voilà une pratique éducative qui peut nous sembler moderne, mais qui n’est pas étonnante à Boulogne (...)
  • 92 Illisible.


13Ma Chère Lucie,

Le temps ne nous a pas servis hier ; tu connais les pluies boulonnaises. Elles nous ont accompagnés dans une excursion au port, faite le matin en compagnie de M. Clérault, puis après le déjeuner, dans la visite au pauvre Achille Adam et à Mme Trudin.
Adam est très malade. L’opération a réussi, mais je crains fort que l’abcès dont on a pratiqué l’ouverture soit le résultat de son affaiblissement général. Il s’est montré vivement ému et d’une tendresse nerveuse qui m’ont inquiété. « Allons mon ami, m’a-t-il dit au moment de me quitter, donnons-nous encore un baiser ». Mme Adam est très changée. Depuis cinquante deux jours, elle vit dans l’inquiétude. Remercions Dieu de ce qu’il conserve la bonne santé à nous et aux nôtres et prions-le de conserver Adam à sa femme et à ses cinq enfants.
J’ai déjeuné avec MM. Caboche89, Docquois et les membres de la chambre de commerce. Gosselin nous fait avec autant de cordialité que de distinction, les honneurs de son hospitalité.
Nous avons dîné chez Alexandre Adam, un vrai patriarche90 à qui la surdité montre seule qu’il n’a plus cinquante ans. Mme Adam suit les mêmes traditions.
Nous avons profité d’une heure de liberté pour voir les Vidor, très sensibles à ton bon souvenir. J’ai accepté un déjeuner chez eux pour demain, avant mon départ pour Saint- Omer. Le fils aîné de M. Vidor passe une année de pension à Londres pour y apprendre l’anglais91.
Nous partons pour Calais dans une heure. J’ai écrit hier soir à...92 pour le remercier de l’invitation qu’il m’adresse aujourd’hui.

J’arriverai à Arras dimanche soir.

À vous. P.

- Lettre 93 - Boulogne, 22 septembre (samedi)

  • 93 Charles Darquer est avocat.

  • 94 Catholique pratiquant, Auguste Paris tient à rappeler que malgré ces agapes, il fait maigre le vend (...)
  • 95 Hedde est avocat à Lille, Fournier est avoué à Saint-Omer.

  • 96 Voir lettre du 24 août, note 115.

  • 97 Vétillard fils, ingénieur ordinaire des ports maritimes, président de la commission de surveillance (...)
  • 98 M. Bouclet est vice-président du comité des armateurs de pêche de Boulogne-sur-Mer.

14Chère Lucie,
Nous avons passé hier la plus grande partie de la journée à Calais. Préfet, sous-préfet et Gosselin nous ont accompagnés. Dussaussoy nous a rejoints à la gare d’arrivée. Nous avons trouvé là M. Darquer, maire de Calais93 et la chambre de commerce. Il nous a offert un très beau déjeuner, maigre94. Il avait invité Dussaussoy et plusieurs de mes anciens condisciples, Hedde, Fournier95. Mme Darquer est une femme aussi aimable que distinguée. Après le déjeuner, nous avons visité les travaux96. Le jeune ingénieur du port, M. Vétillard, fils de mon collègue du Sénat97, nous guida dans cette excursion intéressante et qu’il avait eu soin de rendre plus facile que pour de simples mortels en posant sur les rails des chantiers un wagon emprunté à la compagnie du Nord. Il était nuit quand nous revînmes à Boulogne. Gosselin avait invité à souper M. Bouclet, armateur de pêche98, un de mes anciens condisciples.
Dans la matinée, j’ai eu le temps de visiter les Docquois. Sophie, qui est une jolie réduction de jeune fille, envoie ses souvenirs respectueux à sa marraine. Elle prépare ses examens pour le mois d’avril. Le plus jeunes des petits garçons est souffrant de la danse de Saint- Guy. On l’a envoyé aux champs.
On fête trop les ministres dans ce pays. Mon ami Gosselin qui a besoin de ménagement a été indisposé la nuit. M. Clérault part à midi afin de préparer mon travail de lundi. Je déjeune aujourd’hui à midi chez Vidor. J’arriverai à Saint-Omer vers sept heures. Je compte prendre demain après-midi le train de trois heures et demi et arriver à Arras également à 7 heures.
J’aurai sans doute le regret de ne pas embrasser nos sœurs à Saint-Nicolas. Tout dépendra du temps et de ta volonté. Si je ne te trouve pas au logis, j’irai te rejoindre à Saint-Nicolas. Ne viendras-tu pas passer à Paris la dernière semaine de septembre. J’ai un coupon de loge pour l’Opéra de lundi (5 places), rez-de-chaussée. Si tu ne venais pas à Paris, je pourrais offrir quatre places à Mme Carette. Écris-lui si tu le juges bon.
Je vous embrasse affectueusement. Paris.

- Lettre 21 - Arras, 22 septembre

  • 99 Voir lettre du 19 septembre, note 83.

  • 100 Le procureur général de Douai est le baron Jorant (rappel).

15Cher Ami,

Avant votre arrivée à Saint-Omer, je vous expédie cette missive que j’ai trouvée très humblement prosternée sous ma porte. Je vous l’envoie non pour la forme mais afin que vous fassiez tout votre possible pour donner satisfaction à ce pauvre homme avec qui je suis en rapport sympathique des plus complets. Je veux bien admettre que sa nomination comme juge de paix était une chose difficile à emporter mais après l’avoir obtenue, il ne faut pas que vous vous laissiez damer le pion par toutes les intrigues des gens de dessous. Mon pauvre Eynard
99, plein de reconnaissance était venu me présenter ses respects et ses remerciements, il était plein de joie et supportait avec l’héroïsme de l’amour les fatigues et les ennuis d’un déménagement qui l’enlevait au moins aux misères qu’il a dû subir ici depuis tant d’années. Il m’avait prié d’accepter comme gage de sa reconnaissance les seuls objets de valeur qu’il possédât, les fleurs et arbustes que sa pauvre femme cultivait avec lui depuis 28 ans ; et voilà que dépouillé de tout, il serait réduit à aller s’enterrer avec sa femme qui est de ce pays au fin fonds d’un pays perdu pour 200 francs d’augmentation dans leurs ressources. Pesez bien ces réclamations et tâchez de sortir d’embarras des gens que la mauvaise étoile poursuit si terriblement. Je prends la chose tout à fait à cœur et ne serait consolée de ce que l’on pourrait appeler ma bonne fortune que quand ces pauvres gens seront satisfaits. À vous. Lucie P.
Je vous envoie une lettre oubliée sur votre bureau qui a trait à la succession Lainé. Mais c’est surtout en faveur des pauvres Eynard que je m’empresse de vous suivre. Les malheureux n’ont d’espoir qu’en vous et n’osent ni l’un ni l’autre vous approcher. Je vous envoie une lettre de la femme ; quant au mari, il est transi et désespéré de vous donner tant de peine pour un malheureux à qui rien ne réussit. Voilà ce qu’il désire : que vous écriviez un mot, mais au plus vite, au procureur général100 afin de lui faire connaître que vous seriez bien aise qu’une combinaison quelconque pût lui permettre de donner à M. Eynard le poste dont il a lui-même parlé (Campagne-les-Hesdin) ou toute autre résidence qui serait disponible dans le ressort de Douai. Tâchez de faire quelque chose pour ces malheureux, vous m’obligeriez personnellement car leur reconnaissance m’a touchée.

Je vous embrasse de cœur ainsi que ma fille Eugénie, seule compagne de ma solitude.
Lucie Paris.

- Lettre 94 - 24 septembre

  • 101 Voir lettre du 17 septembre.
  • 102 La convention de rachat par l’État d’un certain nombre de petites compagnies en difficulté (Vendée, (...)

16Ma Chère Lucie,

Je n’ai guère à t’annoncer que mon retour à Paris, accompli sans incident. M. Clérault m’attendait ; il avait préparé les dossiers à soumettre à mon examen et à ma signature ; je l’ai retenu à déjeuner.
J’ai envoyé une dépêche aux Carette afin de leur rappeler, avec toute la précision désirable, notre rendez-vous de ce soir.
J’ai grand peur que M. des Orgeries, directeur adjoint des chemins de fer, demande à quitter son service. La congestion qu’il a eue l’a beaucoup impressionné101. Pourtant, ministre, j’aurais fait de lui, le cas échéant, le successeur de M. Schlemmer.
Les experts chargés d’évaluer le prix de rachat des chemins de fer ont terminé leur travail pour les Charentes. Ils n’auront fini l’ensemble que vers le 15 novembre. Quelle montagne de difficultés la question des chemins de fer va créer devant les Chambres102 !
Je vous embrasse tous cordialement.
P.

- Lettre 95 - 25 septembre

  • 103 Freischütz fut créé à Berlin le 18 juin 1821 et connut un triomphe dans toute l’Allemagne ; il fut (...)
  • 104 Illisible.

  • 105 Il s’agit d’une propriété située à proximité de la résidence familiale de Saint-Nicolas-lez-Arras, (...)
  • 106 Victor Hamille, député bonapartiste de la circonscription, voir lettre du 25 mai, note 1. Le change (...)

17Chère Lucie,

J’ai trouvé hier Mme Carette, Jeanne, Marie et M. Jouffroy, exacts au rendez-vous et déjà installés dans ma loge. [...]. Les Demy étaient revenus des eaux, sans en avoir retiré un grand profit. Nous avons vu jouer Freischütz (de Weber) et un ballet : Coppellia103. Mes invités ont passé une soirée qui leur a beaucoup plu.
J’ai reçu ce matin la lettre de Clara. Dis-lui que la recommandation en faveur de M. Ch...104 était déjà partie pour la Guerre. Je m’en ferai représenter les termes tout à l’heure, afin de les rendre plus pressants, si c’est nécessaire. Je suis bien aise d’apprendre que la petite maison soit louée ; ne regarde pas à quelques améliorations qui profiteront à l’immeuble. Je remercie nos châtelaines des soins qu’elles donneront aux travaux, à raison de leur voisinage105.
J’ai reçu ta nouvelle supplique Eynard. Au moment où je me disposais à écrire au procureur général de Douai, une dépêche m’a été remise par M. Eynard à qui le procureur général de Grenoble envoie des instructions pour la prestation de serment. J’ai aussitôt envoyé M. Clérault chez le secrétaire général de la Justice afin de lui exposer la situation. Le procureur général m’a fait savoir que le siège de Mens vaut mieux que celui qui avait été donné précédemment : il conduit à l’avancement. Il engage donc M. Eynard à s’y rendre. Qu’il s’y rende seul s’il désire être nommé dans le ressort de Douai et s’il est l’objet d’une présentation pour Campagne-les-Hesdin. Aucun mouvement n’aura lieu, sauf circonstances imprévues, dans le ressort de Douai, avant six mois. J’ai envoyé une dépêche en ce sens à M. Eynard et je lui écris.
J’ai reçu, ce matin, une lettre de Coralie m’annonçant son arrivée à 1h40, en compagnie de sa belle-sœur qu’elle reconduit. Son mari est retenu par l’inspection. Je lui ai dépêché Baptiste et une voiture qui a ramené ici ces deux pigeons voyageurs. Je leur ai donné, bien entendu, l’hospitalité dans mon colombier ministériel. Coralie m’apporte de bonnes nouvelles d’Abbeville. Elle vient de faire voir les galeries de tableaux du Louvre à sa belle- sœur. Avant le dîner, je les ai conduites jusqu’au jardin du Luxembourg. J’ai donné à Baptiste tes instructions pour le chemisier. Tout à toi.
Paris.
Je n’ai pas le temps d’écrire à M. Eynard. Fais-le appeler. Campagne-les-Hesdin est un poste politique : Hamille passe pour avoir fait déloger le titulaire106. Il n’est pas possible d’obtenir des secours. La chancellerie n’a qu’un fonds de 25 000 francs qu’elle réserve aux veuves et aux orphelins

- Lettre 96 - 26 septembre

  • 107 Deuxième allusion à la formule de Mac-Mahon après la prise du fort de Malakoff le 8 septembre 1855  (...)
  • 108 Jean-Baptiste Lauras (1833-1896), avocat, secrétaire de Dufaure, est entré dans l’administration pr (...)
  • 109 Malheur à l’homme seul ! Ecclésiaste (IV, 10). Auguste Paris regrette visiblement que son épouse ne (...)

18Chère Lucie,

Il fait ici, malgré un peu de fraîcheur matinale, un très beau temps d’automne qui m’inspire le regret de ne pas me trouver parmi vous en vacances ! La visite de Coralie et de sa charmante belle-sœur distrait ma solitude. J’ai conduit hier soir mes voyageuses à Saint-Germain-des-Prés, puis au jardin du Luxembourg. Elles ont consacré la soirée à se reposer. Si elles m’avaient averti, elles auraient pu profiter du coupon d’Opéra, voir Freischütz en compagnie de Mme Carette et de Jeanne. Marie aurait eu son tour une autre fois. Un pâté de canard d’Abbeville a orné notre table. Je tâcherai, cette après-midi, de conduire Coralie et Mme C. au jardin d’acclimatation qu’elles désirent voir. Elles ont consacré la matinée à des courses d’emplettes (sic), je leur ai recommandé de me rapporter du Bon Marché une couverture de voyage. Coralie n’accompagne sa belle-sœur que jusqu’à Paris ; elle retournera à Abbeville après l’avoir embarquée pour Limoges, demain ou après demain. J’espère avoir ce soir une loge aux Français ou à l’Opéra comique.
Mon voyage en Savoie durera probablement trois jours. Le préfet m’en a réclamé un, sollicité un et demi... M. Clérault, qui tient à me faire voir les beautés du pays qu’il connaît, m’en proposera un troisième en s’appuyant sur la maxime : j’y suis, j’y reste107. Le préfet de Savoie prépare notre itinéraire. Celui de l’Isère108 me prendra au passage.
Je ne suis pas fâché que cette excursion interrompe, utilement pour l’État et agréablement pour moi, la monotonie de cette période d’attente qu’on appelle la période électorale. Dans trois semaines, notre sort sera décidé. Quand je parle de l’agrément de ce voyage, je tiens compte du plaisir que j’aurai à être accompagné de mon jeune camarade. Vae soli, ce mot illustre est encore plus vrai pour ceux qui quittent le logis que pour ceux qui y résident, ministres ou simples mortels109.

Midi

  • 110 Voir lettre de Lucie Paris du 22 septembre.

19Le ministre des Beaux-Arts m’envoie une loge, Opéra : Freischütz. Je voudrais en faire profiter Délia et son fils. Je vais vaquer à ce soin.
Je lui envoie un express.
P.

Dis à Mme Lainé110 que je me suis adressé au préfet de police afin de tâcher d’obtenir des renseignements sur son parent et d’éviter ainsi les frais et les difficultés d’un partage avec un présumé absent.
Le chemisier m’a déjà servi.

- Lettre 97 - 27 septembre (1)

  • 111 Sylvia ou La nymphe de Diane, ballet en trois actes et cinq tableaux de Léo Delibes (livret de Jule (...)
  • 112 Non identifié.

  • 113 Voir lettre du 29 juin.


20Chère Lucie,

Pendant la période électorale, beaucoup de gens s’imaginent sans doute que le gouvernement s’occupe de politique du matin au soir ? Le ministre de l’Intérieur a seul cet avantage, le conseil n’est employé qu’à examiner des incidents sans portée. On attend la réponse du suffrage universel.
Je m’occupe donc des affaires courantes de mon département, non sans me dire, lorsqu’un projet plus important appelle mon attention : qui sait ? à quoi bon peut-être ? J’ai ainsi des loisirs relatifs.
Hier, j’ai conduit Coralie et sa belle-sœur au jardin d’acclimatation qu’elles avaient grande envie de connaître. Le soir, Freischütz et un charmant ballet, Sylvia111, ont captivé leur attention. M. Henri112 est venu nous rejoindre : sa mère m’a envoyé une lettre de regrets : elle s’en allait à la campagne. Coralie partira samedi matin et se dirigera vers Abbeville. Le soir, je m’emballerai (sic) avec M. Clérault pour la Savoie.
Je viens de recevoir la visite de M. le baron Lallart qui m’a entretenu de l’élection du conseiller général du canton de Pas. Je ne m’avancerai qu’à coup sûr, si je mets le pied sur ce terrain. Je l’invite donc à poser sa candidature au lieu de soutenir la mienne113.
Je vais retrouver mes visiteuses à Notre-Dame afin de profiter de ce beau soleil et de faire une promenade.
Demain, je dînerai chez Mme Carette.

À vous.
P.

Écrivez-moi.

27 septembre (2)

  • 114 Mme Magnien : Caroline, la belle soeur de Coralie. Mme Guiry : non identifiée.
  • 115 Tous deux obtiennent effectivement cette promotion : le baron Ernest Boissonet, substitut du procur (...)
  • 116 L’abbé Hervin, professeur de théologie, membre de l’académie d’Arras est aumônier des Bénédictines (...)
  • 117 Paris crée une maxime.


21Ma Chère Lucie,

Je n’ai à te transmettre aucune nouvelle politique, si ce n’est que le préfet m’a averti que M. Deusy revient à Arras pour y poser sa candidature. Il sera, s’il en est ainsi, révoqué comme maire ; je ne me mettrai plus à la traverse de cette mesure qui n’aura d’autre but et d’autre effet que de dissiper l’équivoque résultant de cette double situation de maire nommé et conservé par le gouvernement et de candidat combattu par le gouvernement. Charles va mieux, les douleurs qu’il a ressenties seraient l’effet d’une névralgie. Toute la famille de Saint-Omer t’envoie ses amitiés. Mme Magnien vient de partir. Elle a fait hier l’ascension des tours de Notre-Dame. Elle engage Eugénie à suivre son exemple. Coralie a mieux aimé l’attendre au pied de l’autel. Après avoir conduit sa belle-sœur à la gare, elle se rendra à Versailles où elle déjeunera chez Mme de Guiry114. Elle ira s’inviter, en mon nom, chez Mme Carette où nous dînerons en famille. Le temps continue d’être magnifique : il favorisera mon excursion savoyarde.
Je viens de recevoir la visite de deux Artésiens : - M. Routier, juge suppléant à Saint-Pol (mari de Melle Monel), qui désire remplacer M. Boissonet si ce substitut est envoyé de Saint-Pol à Arras115 ; - M. l’abbé Hervin qui accompagne à Paris Mgr l’évêque nommé de Luçon116. Il ne le suivra pas dans son nouveau poste.
Je me suis entendu avec M. de Meaux pour qu’il proposât M. Achille Adam, à qui je donne une des croix attribuées à mon ministère. Puissè-je contribuer ainsi à son rétablissement. La joie doit être l’auxiliaire de la médecine117.
La commission arbitrale chargée d’évaluer le prix de rachat projeté de la compagnie de chemin de fer des Charentes fixe ce prix à 113 millions. Je plains le ministre qui sera chargé de débattre devant les Chambres cette question si complexe des chemins de fer en souffrance.
J’irai vous voir à mon retour de Savoie... ; je dirai : « j’étais là, telle chose m’advint... ». En attendant, je vous embrasse affectueusement.
Paris.

- Lettre 22 - Arras, 28 septembre

  • 118 Mme Duval est sans doute la veuve du médecin en chef de l’hôpital militaire d’Arras (voir lettre de (...)
  • 119 Le voyage d’Auguste Paris en Savoie commence le 29 septembre, et il n’échappe pas à Lucie Paris qu’ (...)

22Cher Ami,

Je vous envoie les lettres de Sophie et de Jean sans avoir le temps de les lire car je rentre avec Eugénie à qui ses tantes ont fait faire aujourd’hui des visites de fin de vacances. Elles me l’ont fait attendre si longtemps chez Mme Duval
118 où je devais la reprendre qu’il est déjà temps de nous en aller reconduire les petits à Saint-Nicolas. Je ne vois guère de choses indispensables à vous dire et je mets dans l’enveloppe les lettres et avertissements que j’ai reçus pour vous afin que vous en fassiez tout usage que vous voudrez.
Nous allons passer une longue semaine sans vous voir mais nous vous mettons de tout notre cœur sous la protection de Saint Michel, patron des âmes qui vous guidera dans toutes vos voies, plus ou moins agréables, et avec ce guide119 nous pouvons du moins espérer qu’elles ne seront pas sans issue. Le beau temps rendra votre voyage en Savoie un vrai voyage de plaisir.
Je vous félicite des bonnes heures que vous venez de passer avec Coralie et sa sœur ; vous serez encore en famille au moment où vous recevrez cette lettre. Embrassez pour nous la ou les voyageuses si Caroline n’est pas encore embarquée pour Limoges.
Je n’y vois plus clair, les deux enfants font un bruit terrible.
C’est toujours à la hâte que je vous donne de loin comme de près le baiser d’amitié de toute la famille. Lucie.

M. Eynard est parti.

- Lettre 98 - 29 septembre

  • 120 Auguste Paris l’a déjà signalé dans la lettre du 25 septembre. La saison est (aussi) synonyme de cu (...)
  • 121 C’est-à-dire au ministère de la Justice, place Vendôme, occupé par Albert de Broglie.

  • 122 Edmond Marie Lefebvre du Prëy (1834-1910) est le troisième représentant d’une dynastie parlementair (...)
  • 123 Dans ses Souvenirs politiques, le vicomte de Meaux raconte que « l’assurance de M. Fourtou, d’abord (...)
  • 124 Culoz, commune de l’Ain (arrondissement de Belley), est un important nœud ferroviaire d’où part la (...)
  • 125 Le 30 septembre est un dimanche.

  • 126 Aix-les-Bains, chef-lieu de canton, station climatique et thermale. Le lac du Bourget n’a qu’entre (...)
  • 127 Il s’agit de l’établissement des bains. La station thermale d’Aix-les-Bains, où l’on soigne la gout (...)

23Chère Lucie,

J’ai reçu avec plaisir ta lettre et celle des enfants. J’ai pu présenter vos amitiés à Coralie qui n’est partie que par le train de 11 h 43, emportant le meilleur souvenir de son passage au ministère.
Nous avons dîné tous deux hier chez nos amis de Versailles. La famille se trouvait réunie au grand complet. M. Ernest me paraît de plus en plus vieilli, je l’ai trouvé taciturne. Le bébé est sevré. Le jeune Ernest part pour Rouen et Le Havre, sous la conduite de M. Demy à qui la sollicitude paternelle l’a confié pour un voyage de trois jours. Mme Demy n’a ressenti aucun effet de sa saison en Savoie120. Elle a pris un peu de rhum à Fontainebleau où elle avait voulu faire une halte. Les médecins ne disent rien de bon de sa poitrine.
Pendant notre promenade à Versailles, les tapissiers ont rempli l’office de fourriers de l’hiver. Tout mon appartement, sauf le grand salon, est garni de tapis moelleux. La chambre d’Eugénie ressemble maintenant à une bonbonnière tendue de bleu et de blanc. Coralie se serait très bien accoutumée ici.
Nous avons tenu conseil des ministres à la chancellerie121 en l’absence de M. le maréchal. Le conseil n’a été qu’une causerie. M. Voisin que j’ai rencontré, m’a annoncé que la candidature de M. Lefebvre du Prëy à Saint-Omer, marchait à grand pas vers un succès que l’on regarde comme assuré122.
M. de Fourtou continue à espérer un gain de 110 sièges ; il compte au moins sur 80123. M. de Meaux, avec qui je suis revenu, estime que ce dernier résultat serait une victoire. Il pense que, dans ces conditions, le maréchal pourrait en novembre-décembre demander le vote du budget et réserver les questions politiques pour la session ordinaire de janvier 1878, en n’apportant jusqu’à cette époque, aucune modification dans la composition du cabinet.
Je t’envoie, en attendant, mon itinéraire. Nous partons de Paris ce soir à 8h45, pour Dijon, Mâcon, Culoz. Le préfet et les ingénieurs de la Savoie nous attendent à Culoz d’où nous partons à 9 h 10 pour Chamousset sans interruption. Chamousset se trouve sur la ligne de Chambéry au Mont-Cenis. Nous y arriverons à 11 heures, nous déjeunerons dans l’unique maison bâtie sur le plateau d’où la vue embrasse les vallées d’Albertville et de la Maurienne ainsi que l’entrée de la Tarentaise. Après le déjeuner : réception, examen du projet de chemin de fer d’Albertville et de Moustiers. Départ à 1 heure pour Modane avec arrêt à Saint-Jean-de-Maurienne. Arrivée à Modane vers 3h1/2. Visite des travaux à faire pour l’accès et l’entrée du tunnel. Dîner au buffet de Modane ; retour à Chambéry124. J’ai envoyé une dépêche au préfet pour que, sur la route, il me procurât une messe125. Le lundi, nous comptons partir de Chambéry pour Aix-les-Bains à 7 heures, nous embarquer en bateau à vapeur sur le lac du Bourget à 8 h 1/2 ; traverser le lac et rejoindre le Rhône, descendre le fleuve jusqu’à Saint-Genix, déjeuner chez M. le comte de Boigne126 ; partir pour Aix en voiture, visiter l’établissement127, dîner et retourner à Chambéry. Réception. La suite au prochain numéro car je ne sais pas encore ce que désire le préfet de l’Isère.
Je laisse à Eugénie le soin de te montrer sur la carte cet itinéraire.

3 heures

  • 128 Monastère fondé par Saint Bruno en 1084, situé dans le département de l’Isère, tout comme Vizille e (...)

24Je reçois à l’instant la dépêche de l’Isère. Je passerai par Grenoble, Vizille, Voiron le mardi. Nous comptons, incognito, voir mercredi la Grande-Chartreuse128 ou Lyon.
Sur les montagnes et dans les vallées, je penserai à mes chers absents.
Paris

- Lettre 99 - 30 septembre. Minuit

25(Lettre à en-tête de la préfecture de Savoie)

  • 129 Voir lettre du 12 juin, note 78 ; c’est à Fontainebleau que M. Orlov a épousé une princesse Troubet (...)
  • 130 C’est-à-dire la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), fondée en 18 (...)
  • 131 Il est tard et Auguste Paris se trompe : M. Brassier est préfet de la Savoie, celui de l’Isère est (...)
  • 132 Charles François Turinaz (1838-1918), fut le plus jeune évêque de France quand il prit ses fonction (...)
  • 133 A Modane, lors d’un dîner offert à tous les maires, après que Humbert Grange [1830-1889, maître de (...)
  • 134 C’est le château, signalé plus haut, situé à proximité du défilé de Pierre-Châtel non loin de Yenne (...)
  • 135 La Dent du Chat est une arête montagneuse au nord-ouest de Chambéry qui culmine à 1400 mètres.
  • 136 Monument historique du XIe siècle.

  • 137 Frédéric d’Alexandry, baron d’Orangioni, né en 1829, est syndic de la commune de Villardhéry (canto (...)

26Chère Lucie,

Je t’adresse quelques lignes de souvenirs avant de prendre un peu de repos. Mon voyage en Savoie a été favorisé par un temps magnifique. Aucun incident n’en a diminué le charme.
Nous avons quitté Paris samedi soir. Le prince Orloff, ambassadeur de Russie, qui nous avait rencontré à la gare, nous a accompagnés jusqu’à Fontainebleau129. Je l’avais invité à prendre place dans le wagon-salon mis à notre disposition par la compagnie du Paris- Lyon130. Rien n’a manqué à notre installation nocturne, sinon le sommeil que je n’ai jamais pu rencontrer en chemin de fer.
Nous avons parcouru de Culoz à Chamousset le plus ravissant pays. M. Brassier, préfet de l’Isère131, avait préparé sa mise en scène en véritable administrateur. À chaque gare, gendarmes, maire, conseillers municipaux, discours... Le respect de l’autorité est encore bien vivant dans ces contrées. L’évêque de Tarentaise132 avait envoyé un prêtre à Chamousset, qui nous a dit la messe après midi. Nous avons déjeuné chez un conseiller à la Cour, sur une terrasse qui domine les vallées de la Maurienne et de la Tarentaise. Sur un arrière-plan, à plus de vingt lieues de distance, le Mont-Blanc nous montrait ses glaciers illuminés par le soleil. La Maurienne que nous avons suivie jusqu’à l’entrée du tunnel du Mont-Cenis, à environ 1200 mètres d’altitude est une région aussi magnifique que variée entourée de monts gigantesques.
Les chefs de tous les services nous firent cortège. Nous dînâmes à la gare de Modane, 150 couverts. À Chamousset, j’ai improvisé un discours sur l’ordre. À Modane, près de la frontière italienne, je répondis à un toast porté à la constitution, « à la paix ! »133. Je multipliai les discours à toutes les gares où notre arrivée était saluée par les fanfares, les coups de fusil, les cris de « Vive le maréchal, Vive le ministre ». Au retour, nous aperçûmes, bien loin dans la montagne, feux de joie et feux d’artifice. Il était minuit quand nous arrivâmes à Aix-les-Bains pour y prendre un peu de repos. À sept heures de ce matin, nous étions sur pied, visitant l’établissement d’eaux thermales.
Nous nous mettions ensuite en route vers le Rhône. Un déjeuner nous attendait à la gare. Au lieu d’un bateau à vapeur, nous avions à notre disposition deux chaloupes qui, poussées par le courant et de vigoureux remous, nous conduisirent sur le fleuve à une distance de 41 kilomètres du point de départ.
Haltes, fanfares, salves de mousquetaires répétées par les rochers des rives, allocutions et discours se succédèrent jusqu’à 4 heures. « Que Dieu bénisse la main qui s’étend vers nous pour nous protéger » dit un maire en blouse. « Dieu vous protège M. le ministre, et nous aussi », nous dit un autre. Un lunch nous attendait dans un des châteaux les plus pittoresques de cette région, vis-à-vis du fort de Pierre-Châtel qui domine le fleuve du côté de l’Ain134.
Nous revînmes à la nuit tombant en passant auprès de la Dent du Chat135 et en côtoyant à 200 mètres de hauteur, le lac du Bourget.
Mme Brassier avait préparé un dîner pour 9 heures. Il nous fut impossible d’arriver avant dix heures à la préfecture de Chambéry, ancienne résidence des princes de la maison de Savoie136.
Nous avions pour compagnon de route le comte de Boigne, dont la famille est liée par toute l’histoire avec Chambéry et qui ne sera peut-être pas élu malgré tous nos efforts et tous ses services.
Le dîner fut délaissé pour le lunch qui termina les réceptions officielles.
Demain, à 6h1/2, nous partons pour Grenoble.
J’ai répondu à un dernier toast du baron d’Alexandry, un collègue du Sénat137 : « J’étais parti de Paris artésien, j’y retourne presque savoyard ».
Ceci me rappelle je ne sais quelle chanson de Savoyard : « M’endormir, c’est te revoir ».
Je vais m’endormir et te revoir, ma Lucie chérie.
P.

Haut de page

Notes

1 Jules Brame (1808-1878) appartient à une famille de grands notables lillois fortement impliqués dans la vie politique locale ; membre du Conseil d’État, conseiller général (canton de Cysoing), député (1857-1876), ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (août-septembre 1870), sénateur (1876-1878), il a évolué du Tiers Parti au Centre droit avant de se rapprocher de l’Appel au Peuple (orléano-bonapartiste).

2 Charles Welche, né en 1826, avocat, est un ancien maire et conseiller général de Nancy où il a connu Mac-Mahon. Il est entré dans l’administration préfectorale en 1872 et a été nommé à Lille après le 16 mai. Bonapartiste rallié à la République de Thiers puis à l’ordre moral, il a été secrétaire général du ministère de l’Intérieur quand il était (déjà) occupé par Fourtou (mai- juillet 1874). Il est ministre de l’Intérieur dans l’éphémère cabinet de Rochebouët. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 552 ; Jean-Marc Guislin, Les préfets du Nord et du Pas-de-Calais et le Cabinet du 16 mai, op. cit., p. 277-302).

3 Thiers est décédé à Saint-Germain-en-Laye, au pavillon Henri-IV, le 3 septembre, vers 18 heures, à quatre-vingts ans et quatre mois, à la suite d’une crise d’apoplexie. « Thiers qui abandonnait toujours Paris l’été » s’y était installé après un séjour à Dieppe où l’air marin ne lui avait pas convenu. (Pierre Guiral, Adolphe Thiers, Fayard, 1986, p. 502-503).

4 Paris ne songe pas à Jules Grévy auquel Gambetta avait pensé après le 16 mai pour succéder à Mac-Mahon avant de préférer Thiers auprès duquel il avait pris des assurances. Après le décès de Thiers, Gambetta accepte à contre cœur que Grévy, soutenue par Mme Thiers, devienne le candidat des républicains à la présidence.

5 Le sous-préfet de Douai, nommé après le 16 mai est M. Le Godinec qui était en poste à Beaune et sera révoqué après le 15 décembre. M. Grimbert est avocat à la cour d’appel de Douai. M. Martin, conseiller général (canton de Clary, arrondissement de Cambrai) est le neveu (ou le fils ?) de l’ex-ministre de Louis-Philippe, Martin du Nord. Finalement, dans la 2e circonscription de Douai, c’est le bonapartiste Maurice (1834-1890), conseiller à la cour d’appel de Douai qui est candidat ; il échoue mais devient député en 1885.

6 Antonin Lefevre-Pontalis (1830-1903), auditeur au Conseil d’État, collaborateur à La Revue des Deux Mondes et au Journal des Débats, membre du conseil supérieur du commerce, de l’agriculture et de l’industrie, député de la Seine-et-Oise (1869-1876) a évolué du Tiers Parti au Centre droit via le Centre gauche. Il a épousé la fille de Casimir Leconte, administrateur des Messageries nationales et directeur de la Compagnie Paris-Orléans. Son implantation dans le Nord fut délicate : battu en 1876 et 1877 (Avesnes-sur-Helpe I), élu en 1885, battu en 1889.

7 Eustache Bonafous (né en 1812), avocat, magistrat, propriétaire à Saint-Pons, élu sénateur (monarchiste) de l’Hérault en 1876 ; battu en 1879.

8 Charles Merveilleux du Vignaux, né en 1828, magistrat, a démissionné de son poste de premier avocat près la cour d’Angers après le 4 septembre 1870. Représentant (Droite) de la Vienne (1871-1875), il s’implique fortement pour le retour en France du comte de Chambord (voyage à Froshdorf en septembre 1873). Il ne s’est pas représenté en 1876 mais est devenu doyen de la faculté de droit de l’Institut catholique de Paris.

9 Il n’est pas étonnant qu’Auguste Paris, détenteur de quelques biens fonciers et de quelques actions, avocat versé dans les problèmes financiers, fiscaux et de contentieux s’occupe de la gestion des comptes de certains membres de sa famille.

10 Le gouvernement comprend immédiatement le bénéfice que peuvent tirer les républicains de ces funérailles : les transformer en une manifestation qui permettrait de tourner certaines interdictions, de mobiliser le maximum de sympathisants en vue des élections. Au XIXe siècle, « l’enterrement d’une personnalité d’opposition est une occasion de se compter, de se grouper, d’étaler sa force à la barbe du pouvoir impuissant... Il joue un rôle appréciable dans la vie politique française » : funérailles du général Foy (1825), du général Lamarque (1832), du journaliste Victor Noir (1870). (René Rémond, La vie politique en France, tome I, 1789-1848, Paris, Armand Colin, collection U, 1965, p. 368). Mac-Mahon a compris le danger en télégraphiant aussitôt à d’Harcourt : « Faites revenir immédiatement les ministres, donnez le plus de solennité aux funérailles, car cette mort doit être une manifestation nationale et non une affaire de parti... » (Pierre Guiral, op. cit., p. 504).

11 Mac-Mahon rentre de son voyage dans la Loire et la Haute-Loire ; le décret organisant les funérailles aux frais de l’État est daté de Boën, chef-lieu de canton de la Loire.

12 Cet hôtel où il s’était installé en 1830 est situé dans le 9e arrondissement. Il l’a acquis pour 100 000 francs, grâce à l’entremise de son amie fortunée Mme Dosne, afin d’être éligible à la Chambre des députés en payant une contribution d’au moins 1000 francs. Détruit par les Communards, le 10 mai 1871, après une visite de Gustave Courbet qui a estimé à 1500000 francs les objets d’art qui s’y trouvaient, il a été reconstruit aux frais de l’État, sous l’œil vigilant de son propriétaire. (Pierre Guiral, op. cit., p. 73-74 et 397). L’église Notre- Dame-de-Lorette qui se présente comme une imitation des basiliques romaines est caractéristique de la Restauration par son architecture et ses décors, elle a été ouverte au culte en 1836. (Paris. Guide du patrimoine, op. cit., p. 358).

13 En 1833, Thiers a épousé Melle Élise Dosne. A-t-il épousé la fille de sa maîtresse ? Beaucoup plus jeune que lui, remarquable pour son impassibilité, Élise apporte au ministre de l’Agriculture et du Commerce une dot de 300000 francs. (Pierre Guiral, op. cit., p. 111, 113 et 116).

14 Dans ce cimetière situé dans le quartier de Ménilmontant (20e arrondissement) sont disposées les sépultures de nombreux personnages célèbres ; c’est aussi là que furent fusillés par les Versaillais les derniers défenseurs de la Commune (Mur des Fédérés), victime de la répression menée par Thiers !

15 La culture classique et historique d’Auguste Paris apparaît une nouvelle fois ici avec l’emploi de l’adjectif « illustre » repris de Plutarque ou plus exactement de son traducteur Jacques Amyot qui publie Les Vies parallèles sous le titre de Vies des hommes illustres (1559) où il met en valeur la grandeur exemplaire de certains héros de l’Antiquité auxquels nombre de républicains sont également sensibles depuis la Révolution française. Cet adjectif - utilisé par Bossuet dans ses oraisons funèbres, notamment celles de Michel Le Tellier et de Marie-Thérèse - implique louange et mérite et dit plus que renommé ou fameux. Les termes « une dernière fois » laissent entendre qu’il y en a eu plusieurs précédemment et Paris songe sans doute à la motion votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 17 mars 1873 (deux jours après la signature du traité d’évacuation du territoire) déclarant que « Monsieur le Président de la République a bien mérité de la patrie » et à la séance de la Chambre du 16 juin 1877 où des députés républicains ont interrompu Fourtou et ont acclamé Thiers en disant « le libérateur du territoire, c’est lui » (scène immortalisée par le tableau d’Ullmann).

16 Le général de Ladmirault (voir lettre du 2 juillet, note 12) et Félix Voisin (lettre du 16 mai, note 16).

17 Paris pense sans doute que la consultation électorale se déroulerait alors que les républicains seraient encore sous le choc, désemparés et sans avoir eu le temps de désigner un nouveau chef.

18 La précédente proclamation est le message aux Chambres du 18mai qui s’adressait effectivement à un public plus restreint, plus averti et plus engagé. Cette phrase n’est-elle pas aussi une critique du suffrage universel où le spectacle et l’émotion risquent de l’emporter sur la raison et la réflexion ? En tous les cas, le ministre des Travaux publics est bien conscient de la différence entre l’aristocratie élective intrinsèque au système représentatif et l’égalité politique liée au suffrage universel (uniquement masculin alors). (Voir Jean-Marie Cotteret, Gouverner c’est paraître, Paris, PUF, collection Quadrige, 2002, p. 22 et 28)

19 Sous-préfecture de la Loire, important centre industriel, Roanne a deux députés républicains, Brossard et Cherpin. Dans ses Souvenirs politiques, de Meaux rapporte que « les manufacturiers de cette ville industrielle lâchèrent leurs ouvriers une heure plus tôt que d’habitude pour nous assaillir de clameurs hostiles durant notre arrêt à la gare » (op. cit., p. 388).

20 Ces termes péjoratifs et désabusés traduisent des sentiments de mépris, de colère, de crainte et de pessimisme.

21 Deusy est révoqué par un décret du 29 septembre (rappel, lettre du 29 août, note 121).

22 Refusant la politique du pire, nostalgique de la conjonction des centres, attaché à la personne du maréchal de Mac-Mahon et respectueux de la fonction présidentielle, Paris ne veut pas lier irrémédiablement le sort du cabinet et des parlementaires qui le soutiennent à celui du président de la République afin de préserver son avenir politique.

23 Auguste Mignet (1796-1884), avocat, historien (Histoire de la Révolution française, 1824), libéral protégé par Talleyrand, est un ami fidèle de Thiers qu’il a connu à la faculté de droit et avec lequel il a collaboré au National ; conseiller d’État en service extraordinaire, directeur des archives des Affaires étrangères, il siège à l’Académie française (1836, secrétaire perpétuel) dont il fait un bastion de l’opposition libérale à l’Empire. Jules Barthélémy-Saint-Hilaire (1805-1895), journaliste, professeur à l’École polytechnique puis au Collège de France, très lié à Victor Cousin, membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1839) devient secrétaire du gouvernement provisoire en février 1848 puis député de la Seine-et-Oise (1848- 1851). Administrateur du Collège de France, il fait suspendre le cours de Michelet en 1851. Retiré de la vie publique après le coup d’État du 2 décembre, opposé à l’Empire, il se consacre aux travaux intellectuels et devient un familier de Thiers. À nouveau député en 1869 (après un échec en 1863 face au candidat officiel), réélu en 1871, il siège au Centre gauche et sera ministre des Affaires étrangères dans le premier cabinet Ferry (septembre 1880-novembre 1881).

24 Marc-Antoine Calmon, voir lettre du 26 mai, note 11. Jules Favre (1809-1880), avocat et journaliste républicain qui a participé à l’insurrection des Trois Glorieuses (1830), devient secrétaire du ministère de l’Intérieur en février 1848, député de la Loire (1848-1851), sous- secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1848). Député (1857-1870), défenseur d’Orsini (qui avait organisé un attentat contre Napoléon III, 1858), il est le principal leader de l’opposition entre 1858 et 1863 et entre à l’Académie française en 1868. Le 4 septembre 1870, il est désigné vice-président de gouvernement de la Défense nationale et ministre des Affaires étrangères ; il envoie alors Thiers à travers l’Europe pour trouver, vainement, des alliances, et s’opposant à Gambetta, il signe l’armistice le 28 janvier 1871. Thiers devenu Chef du pouvoir exécutif le garde comme ministre des Affaires étrangères et négocie avec lui et Pouyer-Quertier le traité de Francfort (10 mai 1871). Le 2 août, il laisse son portefeuille à Charles de Rémusat. Républicain modéré et convaincu, il siège au Centre gauche et à la Gauche républicaine en tant que représentant puis sénateur du Rhône.

25 Vaste église située dans le 8e arrondissement, édifiée de 1763 à 1840 (Paris. Guide du patrimoine, op. cit., p. 321-322).

26 Joseph Molard, qui a également les titres de directeur, chef du protocole, vient d’être promu au grade d’officier de la Légion d’honneur pour 24 ans de service (Journal officiel du 8 août).

27 2e arrondissement.

28 Est-ce un lapsus révélateur ou une remarque ironique qui traduisent le pessimisme de Paris quant au succès de la coalition d’ordre moral ou sa dénonciation des prétentions de la gauche ?

29 L’argument peut sembler spécieux : nombre des amis politiques de M. Thiers sont jeunes (Gambetta, 39 ans ; Ferry, 45 ans...) ; en outre, il n’y a guère qu’à traverser la Seine pour passer du 8e au 7e arrondissement soit environ un kilomètre et demi de plus ! Aux Invalides, les funérailles auraient certes eu lieu à proximité du tombeau de Napoléon 1er que Thiers admirait tant, mais à la Madeleine le souvenir de l’empereur qui avait voulu faire de cet édifice un temple à la gloire de la Grande Armée était tout aussi présent et l’on était plus prés de l’Élysée !

30 Comme le dit l’écrivain et diplomate Eugène-Melchior de Voguë (1848-1910) dans son journal, « pendant une semaine, on s’est disputé ce cadavre à la française ». (p. 52, cité par Pierre Guiral, op. cit., p. 504).

31 Paul de Rémusat, le fils de Charles (1797-1875) - lié à Thiers dont il fut ministre de l’Intérieur en 1840 et des Affaires étrangères (1871-1873), profondément libéral et rallié à la République conservatrice - a accompagné Thiers dans sa tournée européenne de septembre-octobre 1870 et lors de son entrevue avec Bismarck à Versailles le 30 octobre.

32 Le général Charlemagne est le neveu de Mme Thiers ; c’est lui qui conduit le deuil le 8 septembre.

33 Félicie Dosne, la sœur cadette d’Élise.

34 Le siège du comité de la gauche sénatorial est établi 9, rue Louis-le-Grand (2e arrondissement) ; il se réunit au moins une fois par semaine.

35 L’agence de presse et de publicité Havas est une société d’économie mixte, avec participation majoritaire de l’État, fondée en 1832. Le Siècle, grand journal d’opposition libérale, fondé en 1836, favorable après 1870 à la gauche républicaine modérée, a pour directeur politique en 1877 Pierre Magnin (voir lettre du 21 août, note 87) ; pour la mort de Thiers, il parut encadré de noir (Pierre Albert, op. cit., p. 1224-1243).

36 L’emploi de cet adjectif n’est sans doute pas anodin, il rappelle une des permanences de l’engagement du « Libérateur du territoire » : 1830, été 1848, 1863, 1871, 1877... et bien des amis de Thiers, tel Charles de Rémusat, ou des élus du Centre gauche, tel Léon Say, sont effectivement d’authentiques libéraux, tout comme Montalivet (1801-1880, ancien ministre de Louis-Philippe, futur sénateur inamovible élu par la gauche) qui publie dans les Débats, les 3, 4 et 5 octobre une longue lettre sur « Les libéraux de 1830 et les élections de 1877 »).

37 Voir lettre du 6 juin, note 55.


38 Voir lettre du 5 septembre note 11 ; le décret du 6 septembre, annulant celui du 4, est publié le 7 au Journal officiel. Fourtou justifie la décision, qu’il engage le Chef de l’État à prendre, dans le préambule : « La famille de M. Thiers m’a fait déclarer qu’elle ne croyait pouvoir accepter cet honneur (des funérailles nationales aux frais de l’État) qu’à la condition de régler elle-même l’ordre d’une cérémonie d’État que la loi vous interdit d’abandonner à une direction privée et qui perdrait d’ailleurs par cela même son caractère national ».

39 Voir lettre du 5 septembre, note 10.


40 Le général Alfred Chanzy (1823-1883) s’est illustré pendant la guerre de 1870-1871 à la tête de l’armée de la Loire. Représentant Centre gauche des Ardennes (1871-1875), gouverneur général de l’Algérie (1873), sénateur inamovible (1875), il échoue en 1879 dans sa candidature à l’Élysée.

41 Voir lettre du 4 septembre, note 4.


42 Il est en effet réputé pour son caractère emporté. Voir le début de la lettre du 15 mai et la note 100 de la lettre du 20 novembre.

43 En Gironde.

44 D’après Pierre Guiral (op. cit., p. 505), « Émile Ollivier (ancien chef de gouvernement de janvier à août 1870), directeur en exercice, aurait dû parler au nom de l’Académie française, mais, par chance, il était à Saint-Tropez, dans sa propriété de la Moutte, et l’Académie, qui savait ses sentiments pour Thiers, s’empressa de faire parler à sa place l’inoffensif Silvestre de Sacy ». Vuitry : voir la note 61 de la lettre du 22 mai. « En demandant à Grévy de tenir l’un des cordons du poêle et de prononcer un discours, tandis que Gambetta est relégué dans les anonymes » (Jérôme Grévy, op. cit., p. 247), Mme Thiers contribue grandement à en faire le successeur de son mari, c’est-à-dire le candidat des républicains à la présidence de la République ; il remplace également Thiers comme candidat républicain sortant dans le IXe arrondissement. Louis Pothuau (1815-1882), membre du conseil de l’amirauté (1869), joua un rôle important dans la défense de Paris en 1870-1871. En 1871, il est promu vice-amiral, élu représentant Centre gauche de la Seine, nommé ministre de la Marine par Thiers (février 1871-mai 1873) ; élu sénateur inamovible en 1875, il est à nouveau ministre entre décembre 1877 et février 1879, puis ambassadeur à Londres (1879-1881).

45 Charles Giraud (1802-1882), juriste réputé, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, ministre de l’Instruction publique (janvier-décembre 1851) est un ami de jeunesse de Thiers qu’il a connu à la faculté d’Aix-en-Provence ; nommé au Conseil d’État, il en démissionne pour protester contre le projet de confiscation des biens de la famille d’Orléans (1852). Mgr Guibert, archevêque de Paris (voir lettre du 15 mai, note 8), est un modéré, mais le ton nettement anticlérical de la campagne des républicains ne peut que le froisser ; respecte- t-il simplement la carte paroissiale ou a-t-il subi des pressions de la part du gouvernement pour refuser que les obsèques aient lieu à la Madeleine ?

46 Non signalé dans l’ouvrage de Pierre Albert (op. cit.).


47 A. Paris, n’évoque plus ensuite la mort et les funérailles de Thiers (8 septembre) dont de Meaux tire ainsi le bilan : « Autour de lui, dans son camp tout entier, sa perte devait déconcerter nos adversaires. Pourtant ils se ressaisirent vite et l’événement, en définitive, ne tourna point à notre avantage, tout au contraire » (op. cit., p. 389). Daniel Halévy évoque ainsi cette journée : « Vingt mille hommes accompagnèrent le convoi, un million d’hommes salua la dépouille du petit bourgeois tenace... Ce fut vraiment une journée nationale, noble et familière, intime et grande, telle que sait les improviser, en ses bons jours, le peuple de Paris. Pour le gouvernement légal, pour le maréchal, pour le duc, quelle humiliation : on les avait d’abord remerciés, écartés, puis simplement et paisiblement ignorés » (op. cit., p. 313).

48 Le voyage du président de la République dans le sud ouest se déroule du dimanche 9 au dimanche 16 septembre : si à Bordeaux [« Cette promenade à travers la ville fut pour Mac-Mahon un véritable calvaire. Sans cesse la foule hurlante enfonçait quelques nouvelles épines sur son front ruisselant »], Arcachon, Angoulême l’atmosphère est parfois tendue, en revanche à Périgueux où Fourtou est bien implanté puis sur le retour, à Poitiers, Tours, Vendôme, Châteaudun, l’accueil est plus cordial. (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 356).

49 Ce sera effectivement le cas.


50 Voir lettre du 21 août, note 90.


51 M. Sourdat, procureur de la République à Doullens (80) vient d’être promu à Soissons (02). Avant d’être en poste à Limoges (87) puis à Riom (63), M. Preux avait été avocat général près la cour d’appel de Douai.


52 Respectivement directeur des chemins de fer et directeur des routes et de la navigation.


53 Voir lettre du 31 août, note 136.


54 Paris se fait des illusions ! Certes les propos de M. Fourcand, sénateur-maire républicain de Bordeaux, ont pu paraître trop déférents à l’égard de Mac-Mahon [« honnête homme, loyal soldat, glorieusement devenu maréchal de France, garant de la Constitution... »] et déplaire à Gambetta ainsi qu’aux républicains les plus radicaux mais ils ne signifient ni fracture ni « détresse », même si un journal comme Le Progrès du Nord (républicain) reconnaît que Mac-Mahon dans sa réponse « a fait un pas dans la voie constitutionnelle en ne parlant plus de ses ministres, de sa politique et semble vouloir accepter l’arbitrage du pays » (12 septembre).

55 Voisin est trop optimiste ! Est-il si bien renseigné que cela ?


56 Paris ne peut soutenir sans une certaine réticence un bonapartiste auquel il s’oppose localement, mais tous deux sont alors dans la même majorité d’ordre moral et sans doute pense-t-il que Sens a plus de chance qu’un autre conservateur d’être élu.


57 Les Huguenots, opéra en cinq actes du compositeur allemand Jacques Meyerbeer (1791-1864) sur un livret d’Eugène Scribe (1791-1861) ; cette œuvre, souvent considérée comme la meilleure de Meyerbeer, fut représentée pour la première fois à Paris le 29 février 1836 et connut un grand succès (Dictionnaire des œuvres, op. cit., tome III, p. 622).


58 Sans doute s’agit-il de son fils aîné, Victor (1846-1906) ; après des études classiques, il est entré dans la diplomatie et en 1877, il le chef de cabinet de son père au ministère de la Justice, comme il l’avait déjà été en 1873-1874 au ministère des Affaires étrangères puis de l’Intérieur. Il sera député de la Mayenne de 1893 à 1906.


59 Faust, opéra de Charles Gounod (1818-1893) inspiré du célèbre poème de Goethe (1808), avec lequel il acquit une grande renommée (1859) et qui fit de Marguerite, personnage principal de l’œuvre, une héroïne musicale populaire remarquable caractérisée par sa grandeur d’âme, sa modestie, sa coquetterie naïve. (Dictionnaire des œuvres, tome III, op. cit., p. 36-52). Mme Bloch, voir lettre du 24 août, note 83.

60 Auguste Paris est ancien élève et ancien professeur du Collège Saint-Bertin de Saint-Omer.

61 Cet ami (voir lettre de Mme Paris du 31 mai note 152) est nommé percepteur dans cette petite commune du canton d’Étaples.


62 Vindicien Roussel, secrétaire de l’évêché, vient de remplacer Catteau en tant que vicaire général. L’influence de ce gestionnaire, « monarchiste et intransigeant », « autoritaire et discuté » devient si grande qu’il passe à la préfecture pour « le véritable évêque ». (Yves-Marie Hilaire, op. cit., p. 1431 et 573).

63 M. Pillons est maire de Beaumont, canton de Vimy (voir lettre de Lucie Paris du 26 mai, note 118).

64 Gosselin, voir lettre du 27 juillet, note 155 ; Adam (Achille Adam-Fontaine), voir lettre du 25 mai, note 98.

65 M. Brassier (1824-1891), avocat, est entré dans l’administration préfectorale en 1850 ; préfet d’Eure-et-Loir en 1869, démissionnaire après le 4 septembre 1870, mis en retraite pour infirmité en 1872, il a été nommé préfet de Savoie le 21 mai 1877. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 116).

66 Charles Welche, voir lettre du 4 septembre, note 2.

67 Jean-Baptiste Trystram (1821-1906), autodidacte, courtier en assurances, devenu riche négociant et transporteur de bois, est le président de la chambre de commerce de Dunkerque ; Gambetta nomme ce républicain de 1848 et franc-maçon sous-préfet de Dunkerque en septembre 1870 ; conseiller général (1871-1905), député en 1876 (Union républicaine), battu en 1877 par le candidat officiel Frédéric d’Arras [1825-1879, notaire, issu de la bourgeoisie négociante de Dunkerque, neveu d’un député bonapartiste du Second Empire, conseiller d’arrondissement, maire de Dunkerque de 1871 à 1878]. Trystram retrouve son siège en 1878 après l’invalidation et l’échec de Frédéric d’Arras, et le garde jusqu’en 1889, année où il est battu par un boulangiste ; il termine sa carrière parlementaire au Sénat (1892-1905).

68 On pourrait en effet le soupçonner d’avoir fait ce choix en raison de son goût pour l’opéra et de la carrière de Charles Garnier ! (voir lettre du 16 août, note 43).

69 Le maire de Dunkerque obtient finalement satisfaction mais Auguste Paris a trouvé une porte de sortie honorable pour M. Plocq (voir lettre du 20 septembre).

70 Exceptionnellement, cette lettre n’est pas signée.

71 L’amiral Gicquel des Touches ayant regretté l’absence du nom de Dieu, il a été décidé d’ajouter au dernier paragraphe : « Avec l’aide de Dieu ». (Vicomte de Meaux, Souvenirs politiques 1871-1877, Paris, Plon, 1905, p. 393). C’est un message de fermeté dans lequel tout en se défendant d’exercer une pression sur les électeurs, Mac-Mahon encourage les candidatures officielles, et tout en admettant l’éventualité d’un échec, déclare qu’il restera. Beaucoup lui reprochent de se faire ainsi l’instrument d’un parti, certains, en outre, s’inquiètent de l’absence de contreseing ministériel alors que d’après le sixième paragraphe de l’article 3 de la loi constitutionnelle du 25 février 1875, « Chacun des actes du président de la République doit être contresigné par un ministre », et y voient un abus de pouvoir. (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 362).

72 C’est-à-dire la compagnie du chemin de fer du Nord. Caillaux a eu une plus longue expérience ministérielle et connaît bien les grandes compagnies...

73 Voir lettre du 13 septembre, note 60.


74 Cette inauguration marque l’achèvement d’un des grands travaux entrepris par Haussmann : le percement de cette avenue majestueuse (1er et 2e arrondissements) qui va de la place du Théâtre-Français à la place de l’Opéra, a nécessité l’arrasement d’une butte.


75 Voir lettre du 21 août note 84.


76 Mathilde est l’épouse de Paul Lecesne, conseiller de préfecture (voir lettre de Mme Paris du 31 mai, note 157).


77 M. Gardin, président du tribunal de première instance, président de l’Académie d’Arras.

78 Non identifié. Il ne semble pas avoir obtenu satisfaction.


79 L’épouse du préfet du Pas-de-Calais.


80 Rémonde est une employée au service d’A. et L. Paris (rappel) ; son mari a trouvé du travail dans la capitale.


81 Non identifié.


82 Mme Parenty est, sans doute, l’épouse de l’ancien vice-président du conseil de préfecture d’Arras et rédacteur de l’annuaire départemental, neveu d’un ancien vicaire général d’Arras (voir lettre du 17 août, note 46).


83 M. Eynard a été nommé juge de paix à Saint-Donat-sur-l’Herbasse dans la Drôme (Journal officiel du 29 août) puis peu après à Mens-en-Trièves dans l’Isère (Journal officiel du 19 septembre).


84 Allusion non élucidée.


85 Les trois lettres écrites de Boulogne-sur-Mer n’ont pas d’en tête.


86 Alexandre Adam (1790-1886), banquier, maire de Boulogne (1830-1848, 1852-1861), président de conseil général (1842-1847, 1852-1866). Achille Adam-Fontaine est son neveu. M. Trudin n’a pas été identifié.

87 M. Vidor, secrétaire de la chambre de commerce de Boulogne, président du comité des armateurs de pêche de Boulogne (voir lettre de Mme Paris du 19 août, note 66). Les établissements Blanzy, Poure et Cie installés au faubourg de Brécquerecque compte environ 700 ouvriers parmi lesquels des Anglais ; ils ont été fondés par François-Auguste Blanzy (1800-1868), ancien militaire, ancien professeur de mathématiques, qui rapporta d’un voyage à Birmingham (1846) son projet d’entreprise. (Frédéric Barbier, Le Patronat du Nord sous le Second Empire. Une approche prosopographique, Genève, Droz, 1989, p. 98-101).

88 Eugène Livois (1815-1885), docteur en médecine, maire bonapartiste de Boulogne (1864-1870), constamment réélu conseiller municipal, candidat officiel élu en 1877, battu en 1881. Chislehurst, petite ville du comté de Kent où Napoléon III trouva asile et où Eugénie, après la disparition de son mari, essaya d’entretenir la flamme bonapartiste avec Rouher, dans un sens autoritaire.

89 M. Caboche est le curé de la paroisse Saint-Nicolas de Boulogne ; plus ancien curé de la commune, il est membre de droit de la commission administrative des hospices et hôpitaux de l’arrondissement de Boulogne.

90 Il a 87 ans !


91 Voilà une pratique éducative qui peut nous sembler moderne, mais qui n’est pas étonnante à Boulogne dont les relations avec l’Angleterre, si proche, sont anciennes et étroites : la main-d’œuvre et les touristes britanniques y sont nombreux, les exportations du port sont massivement dirigées vers la Grande-Bretagne (Histoire de Boulogne, op. cit., p. 229 et 225).

92 Illisible.


93 Charles Darquer est avocat.


94 Catholique pratiquant, Auguste Paris tient à rappeler que malgré ces agapes, il fait maigre le vendredi.


95 Hedde est avocat à Lille, Fournier est avoué à Saint-Omer.


96 Voir lettre du 24 août, note 115.


97 Vétillard fils, ingénieur ordinaire des ports maritimes, président de la commission de surveillance des bateaux à vapeur, demeurant 147 rue de la citadelle à Calais vient d’être nommé capitaine de réserve dans le corps du génie (18 août). Vétillard père, Michel-Marcellin (1820-1884), industriel du textile qui poursuivit d’importantes recherches à caractère scientifique (structure des textiles), remarqué pour son attitude courageuse face aux Prussiens, est un grand notable manceau : président du tribunal de commerce, conseiller général, maire, représentant (1871-1875) puis sénateur de la Sarthe (1876-1882), partisan de la réconciliation entre orléanistes et légitimistes (Les Patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Maine. Dominique Barjot (dir.), Paris, Picard/Cénomone, 1991, p. 214).

98 M. Bouclet est vice-président du comité des armateurs de pêche de Boulogne-sur-Mer.

99 Voir lettre du 19 septembre, note 83.


100 Le procureur général de Douai est le baron Jorant (rappel).

101 Voir lettre du 17 septembre.

102 La convention de rachat par l’État d’un certain nombre de petites compagnies en difficulté (Vendée, Charentes, Orléans-Rouen, des lignes du sud-ouest...) est ratifiée le 12 janvier 1878 par le parlement ; le 25 mai 1878, deux décrets organisent le réseau d’État. (François Caron, Histoire des chemins de fer..., op. cit., p. 476).

103 Freischütz fut créé à Berlin le 18 juin 1821 et connut un triomphe dans toute l’Allemagne ; il fut le premier opéra allemand à conquérir immédiatement presque toute l’Europe. Son auteur Carl Maria von Weber (1786-1826) qui fut directeur de l’Opéra de Prague puis maître de chapelle à Dresde, y fait passer son romantisme, son germanisme servis par le livret du poète allemand Friedric Kind. (Dictionnaire des œuvres, tome III, op. cit., p. 184). Coppélia, ballet en deux actes et trois tableaux de Ch. Nuitter (1828-1899), musique de Léo Delibes (1836-1891) fut créé en 1870 d’après un conte d’Hoffmann (Michel Carré et Jules Barbier, 1851), L’Homme au sable (Dictionnaire des œuvres, tome II, op. cit., p. 89). Cette œuvre assure à Léo Delibes « l’immortalité dans le domaine du ballet » (Dictionnaire de la musique, Marc Vignal (dir.), Paris, Larousse, 1994, p. 224) ; compositeur d’opérettes et d’opéras-comiques, Léo Delibes avait été engagé à l’Opéra en1863.

104 Illisible.


105 Il s’agit d’une propriété située à proximité de la résidence familiale de Saint-Nicolas-lez-Arras, les « châtelaines » étant les sœurs de Mme Paris.

106 Victor Hamille, député bonapartiste de la circonscription, voir lettre du 25 mai, note 1. Le changement n’intervient que le 28 décembre : le juge de paix de Campagne-les-Hesdin, M. Panier est nommé Bapaume, il est remplacé par M. Bastien, un ancien juge de paix (Journal officiel du 28 décembre).

107 Deuxième allusion à la formule de Mac-Mahon après la prise du fort de Malakoff le 8 septembre 1855 ; voir lettre du 19 aôut, note 54.

108 Jean-Baptiste Lauras (1833-1896), avocat, secrétaire de Dufaure, est entré dans l’administration préfectorale en 1871 ; en avril 1876, il a été nommé préfet de l’Isère et, Fourtou l’a maintenu après le 16 mai 1877 ; il sera remplacé le 18 décembre 1877. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 336).

109 Malheur à l’homme seul ! Ecclésiaste (IV, 10). Auguste Paris regrette visiblement que son épouse ne lui rende pas plus fréquemment visite dans la capitale.

110 Voir lettre de Lucie Paris du 22 septembre.

111 Sylvia ou La nymphe de Diane, ballet en trois actes et cinq tableaux de Léo Delibes (livret de Jules Barbier), représenté à l’Opéra pour la première fois en 1876. (Dictionnaire des œuvres, tome VI, op. cit., p. 286).

112 Non identifié.


113 Voir lettre du 29 juin.


114 Mme Magnien : Caroline, la belle soeur de Coralie. Mme Guiry : non identifiée.

115 Tous deux obtiennent effectivement cette promotion : le baron Ernest Boissonet, substitut du procureur de la République à Saint-Pol est nommé à Arras et il est remplacé par M. Routier (Journal officiel du 1er novembre). Ces deux magistrats démissionnent de leur poste en 1880 pour ne pas avoir à appliquer les décrets du 29 mars prévoyant l’expulsion des congrégations d’hommes non autorisées. (Yves-Marie Hilaire, La vie religieuse..., op. cit., p. 1092, note 14). Pour M. Routier, voir lettre du 5 juin, note 53).

116 L’abbé Hervin, professeur de théologie, membre de l’académie d’Arras est aumônier des Bénédictines du Saint-Sacrement à Arras. Devenu vicaire général et homme de confiance de Mgr Meignan (1882-1884), il dirige pendant de longues années l’administration temporelle du diocèse où il est le chef de file des ralliés. L’évêque nommé de Luçon est Mgr Catteau, voir lettre du 21 août (rappel).

117 Paris crée une maxime.


118 Mme Duval est sans doute la veuve du médecin en chef de l’hôpital militaire d’Arras (voir lettre de Mme Paris du 26 mai, note 118).


119 Le voyage d’Auguste Paris en Savoie commence le 29 septembre, et il n’échappe pas à Lucie Paris qu’en ce jour l’Église fête Saint Michel (et avec lui tous les saints anges). Saint Michel, prince des anges, est souvent identifié avec l’Ange à l’encensoir d’or évoqué dans l’Apocalypse (8, 3-4), il est l’ange protecteur, le guide des âmes chrétiennes.

120 Auguste Paris l’a déjà signalé dans la lettre du 25 septembre. La saison est (aussi) synonyme de cure, c’est-à-dire la durée pendant laquelle on prend les eaux dans une station thermale ; elle est traditionnellement de 21 jours, même si elle a tendance à s’allonger de 25 jusqu’à 40 jours. (Armand Wallon, op. cit., p. 138).

121 C’est-à-dire au ministère de la Justice, place Vendôme, occupé par Albert de Broglie.


122 Edmond Marie Lefebvre du Prëy (1834-1910) est le troisième représentant d’une dynastie parlementaire du Pas-de-Calais ; magistrat et propriétaire, ancien maire de Saint-Omer (1868- 1871, 1874-1875), il est battu par le républicain sortant Devaux en octobre 1877 et ne devient député (1882-1889) qu’après le passage de ce dernier au Sénat. En 1889, il est battu par le républicain Ribot (1842-1923) ; son fils, Edmond (1866-1955) sera parlementaire (1909-1940) et ministre du Bloc national (1921-1922, 1924).


123 Dans ses Souvenirs politiques, le vicomte de Meaux raconte que « l’assurance de M. Fourtou, d’abord ébranlée par intervalles, s’affermissait à mesure que nous approchions de la journée décisive » (op. cit., p. 393).

124 Culoz, commune de l’Ain (arrondissement de Belley), est un important nœud ferroviaire d’où part la ligne de chemin de fer qui mène à Chambéry en longeant la rive orientale du lac du Bourget et en passant par Aix-les-Bains. Chamousset commune de Savoie, au confluent du Gélon, de l’Arc et de l’Isère, est un site stratégique à 309 mètres d’altitude couronné d’ouvrages militaires. La ligne de chemin de fer de Chambéry au Mont-Cenis suit, à partir de Chamousset, la vallée de l’Arc (Maurienne), dessert Saint-Jean-de-Maurienne (sous-préfecture, au confluent de l’Arc et de l’Arvon) et aboutit à Modane. Ce chef-lieu de canton situé à 1074 mètres d’altitude est à proximité immédiate (73 mètres au-dessus) du tunnel des Alpes ou du Mont-Cenis ou du Fréjus, percé entre 1857 et 1871, long de plus de six kilomètres, qui relie la France et l’Italie (Bardonecchia). La ligne de Chamousset à Alberville (sous-préfecture, au confluent de l’Isère et de l’Arly), achevée en 1879 et d’Albertville à Moûtiers (chef-lieu de canton au confluent de l’Isère et du Doron), achevée en 1893, suivra la vallée de l’Isère (qui s’appelle Tarentaise en amont de Moûtiers). Toutes ces lignes, dont les deux dernières sont d’intérêt local, ont été concédées au PLM.

125 Le 30 septembre est un dimanche.


126 Aix-les-Bains, chef-lieu de canton, station climatique et thermale. Le lac du Bourget n’a qu’entre 1,5 et 3 kilomètres de largeur, il est relié au Rhône par le canal de Savières à son extrémité Nord. Saint-Genix-sur-Guiers, chef-lieu de canton, est à 1,5 kilométre du Rhône. Le comte Ernest de Boigne (1829-1895) fils d’un syndic de Chambéry et conseiller d’État sarde, est propriétaire. Elu au parlement sarde en 1860, il refuse de sièger en raison de ses sentiments francophiles mais devient député (candidat officiel) de la 1re circonscription du nouveau département de la Savoie en décembre 1860. Conseiller général (canton d’Yenne), maire de Chambéry, ce catholique fervent défend le pouvoir temporel du Pape, souhaite l’évolution libérale du régime et soutient le cabinet Ollivier. Après 1870, il est élu maire de Lucey (à 4 kilomètres du Lac du Bourget, canton d’Yenne) mais échoue en octobre 1877 comme candidat du maréchal Mac-Mahon face au républicain sortant Parent. Par son épouse il est lié à Horace de Choiseul (voir lettre du 20 juin, note 132) ; son frère Octave, élu député de Haute-Savoie en 1876 est aussitôt invalidé. (Éric Anceau, op. cit., p. 48).

127 Il s’agit de l’établissement des bains. La station thermale d’Aix-les-Bains, où l’on soigne la goutte et les rhumatismes, est en régie, placée sous la haute surveillance du préfet de la Savoie et donc de l’État, d’où la précision toute administrative de son règlement (Armand Wallon, op. cit., p. 190).

128 Monastère fondé par Saint Bruno en 1084, situé dans le département de l’Isère, tout comme Vizille et Voiron. Reconstruit en 1132 et 1678, il est la maison mère de l’ordre des Chartreux.

129 Voir lettre du 12 juin, note 78 ; c’est à Fontainebleau que M. Orlov a épousé une princesse Troubetzkoï.

130 C’est-à-dire la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), fondée en 1867 et dirigée par Paulin Talabot au conseil d’administration de laquelle siège Caillaux, ministre des Finances et à laquelle la plupart des lignes de la région ont été concédées.

131 Il est tard et Auguste Paris se trompe : M. Brassier est préfet de la Savoie, celui de l’Isère est M. Lauras.

132 Charles François Turinaz (1838-1918), fut le plus jeune évêque de France quand il prit ses fonctions en Tarentaise (1873-1882). C’est un libéral et un modéré, lié à Dupanloup et lecteur du Correspondant. Plus tard, évêque de Nancy (1882-1918), il accepte le Ralliement mais combat la démocratie chrétienne et recommande l’intransigeance absolue face à la Séparation. Le diocèse de Tarentaise, supprimé à la Révolution, rétabli en 1825, regroupe 21 communes du département de la Savoie à côté des diocèses de la Maurienne et de Chambéry qui seront réunis en 1966. (Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine. La Savoie. Christian Borrel (dir.), Paris, Beauchesne, 1996, p. 398-399).

133 A Modane, lors d’un dîner offert à tous les maires, après que Humbert Grange [1830-1889, maître de forge, ancien député à la Chambre italienne, ancien représentant (Droite) de la Savoie à l’Assemblée nationale (1872-1875), battu en 1876] a exprimé dans un toast le désir des populations pour la paix et le respect de la Constitution, Auguste Paris prononce un important discours dans lequel il déclare notamment que, le maréchal de Mac-Mahon sachant qu’il avait été rapporteur de la loi constitutionnelle, « mon entrée au ministère avait précisément pour signification particulière le respect de la Constitution ». Puis il affirme que des bruits de guerre, répandus dans « un but politique et sans patriotisme » sont sans fondement puisque « les meilleures relations » règnent entre les gouvernements italien et français, que le tunnel du Mont-Cenis est « un trait d’union ». Il termine ainsi : « C’est ici qu’il convient de rappeler le mot de Louis XIV : il n’y a plus de Pyrénées ; non Messieurs, il n’y a plus d’Alpes, il n’y a plus de séparation entre deux grands peuples issus de la même race et qui, après avoir versé ensemble leur sang sur les mêmes champs de bataille, marchent résolument vers le progrès et la civilisation ».

134 C’est le château, signalé plus haut, situé à proximité du défilé de Pierre-Châtel non loin de Yenne (dont le comte de Boigne est conseiller général). Ce défilé est une cluse du fleuve Rhône entre les départements de l’Ain et de la Savoie. Paris souhaite signaler la diversité sociale des partisans du gouvernement du 16 mai, « la blouse » et « l’habit ».

135 La Dent du Chat est une arête montagneuse au nord-ouest de Chambéry qui culmine à 1400 mètres.

136 Monument historique du XIe siècle.


137 Frédéric d’Alexandry, baron d’Orangioni, né en 1829, est syndic de la commune de Villardhéry (canton de Montmélian, arrondissement de Chambéry) avant l’annexion par la France à laquelle il est favorable. Conseiller général dès 1860, il affirme clairement ses convictions conservatrices dans sa profession de foi pour les élections sénatoriales de 1876 : défense de l’Église catholique (« gardienne des principes immuables qui seuls élèvent l’homme, assurent la grandeur et la prospérité d’une nation »), soutien à Mac-Mahon (« qui, tout en satisfaisant les aspirations légitimes de la nation, garantit l’ordre, le respect de la religion, de la famille et de la propriété, tout en combattant énergiquement les principes révolutionnaires »). En 1882, il est battu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 175-201.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://hleno.revues.org/561

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org