Navigation – Plan du site
Deuxième Partie : les travaux et les jours d'un ministre en campagne

(Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877

4-14 Octobre 1877
p. 203-216

Texte intégral

- Lettre 100 - 4 octobre

  • 1 Commune située sur la rive gauche du Rhône, à 4 kilomètres de Saint-Génix. Ce paragraphe est un réc (...)
  • 2 En 1876, la représentation parlementaire de l’Ain, de la Savoie, de la Haute-Savoie et de l’Isère n (...)
  • 3 Auguste Paris dans le récit de son voyage choisit parfois un vocabulaire certainement inspiré du cé (...)
  • 4 L’adjectif savoisien a en effet une connotation autonomiste... Au printemps 1871, l’aile la plus av (...)
  • 5 Le Grésivaudan correspond à la portion de la vallée de l’Isère entre Pontcharra et Grenoble, c’est (...)
  • 6 Le Dictionnaire biographique des préfets... n’en signale que cinq. Mme Lauras née Cotte est la fill (...)
  • 7 La Romanche et le Drac sont deux rivières alpestres, la première rejoint, en aval de Vizille, le se (...)
  • 8 À Vizille, lors de la visite de la papeterie Péron, devant un groupe d’ouvriers venus le saluer, Pa (...)
  • 9 Le général Chabaud-Latour (voir lettre du 27 mai, note 5) a échoué aux élections sénatoriales dans (...)
  • 10 L’hostilité d’Auguste Paris à Napoléon III et à son régime dont il stigmatise les dépenses somptuai (...)
  • 11 Dans ce monastère perché à 977 mètres d’altitude, 4 vastes salles sont prévues pour recevoir les ét (...)
  • 12 Il y a 36 cellules qui sont des maisonnettes avec un petit jardin. L’expression employée par August (...)
  • 13 Si tu veux posséder une vie heureuse, méprise les contingences.

  • 14 La distillerie de Fourvoirie, construite en 1860, produit une liqueur, la Chartreuse jaune, à base (...)
  • 15 Est-il de la famille du comte Charles de Nicolaÿ, président du comité catholique de Boulogne ? de c (...)
  • 16 « Je mets ma confiance dans le Seigneur ; j’ai une certitude pour l’éternité » (mot à mot : je ne s (...)
  • 17 Au cours de ce voyage, Paris s’est intéressé aux multiples questions liées à son ministère : éboule (...)
  • 18 Les hommes politiques sont déjà bien conscients de l’importance de la communication, de la valeur d (...)
  • 19 D’après le Journal officiel du 7 octobre, Auguste Paris aurait déclaré : « En disant Vive la Républ (...)
  • 20 Illisible.
  • 21 Voir le début de cette lettre, note 2. Marion de Favergues (1829-1890), fils de député, avocat mais (...)
  • 22 Émile Deshayes de Marcère (1828-1918), issu d’une famile de la noblesse normande est un magistrat a (...)
  • 23 Le père Picard est un assomptionniste, ultramontain et légitimiste, qui appelle à l’union des croya (...)

1Chère Lucie,

Rentré à Paris, vers neuf heures du matin, je viens d’assister au conseil des ministres, et mon premier soin est de te donner les nouvelles qui te font défaut à partir de lundi soir. Je reviens bien portant, après un voyage de cinq jours qui m’a obligé de passer deux nuits en chemin de fer et à me contenter pour les trois autres d’un sommeil fort court. Au triple point de vue de la politique générale, des affaires de mon département ministériel et de mon agrément, cette excursion dans la Savoie et le Dauphiné n’a rien laissé à désirer. Nous avons quitté Chambéry lundi matin (1er octobre) vers six heures, un bateau à rames nous attendait en amont de Culoz. Nous descendons le Rhône jusqu’à Champagneux1, sur une étendue de 41 kilomètres. Quel beau fleuve ! que de paysages variés se succèdent sur ses rives ! Chemin faisant, nous examinons avec les ingénieurs de la navigation les questions relatives à la protection des digues. Le bateau accostait à chaque village ; les coups de fusils, tirés à notre approche, retentissaient dans les rochers des rives. Maires et habitants nous attendaient, ici accompagnés des pompiers, là des enfants de écoles. C’était la même série de discours et de réponses que dans la Maurienne. J’avais du reste à leur apporter des faits accomplis, des projets en préparation et de sérieuses espérances. Le comte de Boigne nous accompagnait. Nous passâmes devant son château, une ancienne forteresse où logeait une garnison, sans pouvoir nous y arrêter. Un lunch nous attendait au retour, dans le site le plus sauvage et le plus grandiose, vis-à-vis du fort de Pierre-Châtel. Les habitants, hommes et femmes, nous attendaient, rangés en file, dans la cour du château, et pendant le repas, les élèves des écoles chantaient des chœurs plus ou moins harmonieux. Tu vois que l’autorité conserve encore du prestige dans ces contrées sur lesquelles, néanmoins, le radicalisme a mis la main lors des dernières élections2. Le temps pressant, allons vite en route pour Chambéry. Nous suivons en voiture un chemin qui longe le lac du Bourget (le lac de Lamartine)3 situé à 200 m en contre bas. Il était dix heures quand nous rentrâmes. Une réception avait été préparée. Le préfet avait envoyé une dépêche à Mme Brassier : prenez et faites prendre patience. Le dîner fut nécessairement sacrifié ; un second lunch le remplaça. Toutes les autorités et notabilités se trouvaient réunies ; M. d’Alexandry, sénateur, m’adressa quelques paroles d’adieu. Je lui répondis : « Au revoir. Je suis parti de Paris artésien, grâce à votre cordial accueil, j’y retourne presque savoyard ». Le préfet m’avait averti de ne pas remplacer cette dénomination par celle de savoisien lorsque j’aurais à parler des habitants de la Savoie4.
Mardi matin, dès la première heure, M. Brassier me fit visiter l’hôtel de la préfecture, ancienne résidence royale. Il voulut nous conduire jusqu’à la limite de son département sur le chemin de fer de Chambéry à Grenoble, par la splendide vallée que l’on appelle le Grésivaudan5. Nous nous quittâmes très bons amis.
À Grenoble comme à Chambéry, la rencontre fut officielle. Le préfet accompagné des principaux fonctionnaires vint nous recevoir en gare. Un peloton de gendarmerie à cheval nous servit d’escorte. Nous visitâmes les travaux des nouvelles fortifications et le musée. Mme Lauras nous attendait à déjeuner à la préfecture avec l’ingénieur en chef, le colonel d’État-major du génie… et les trois aînés de ses sept enfants6. Dans l’après-midi, nous avons fait une excursion dans la vallée du Drac et de la Romanche7, examinant les ponts, les travaux de chemin de fer… et une papeterie importante où je fis une allocution aux ouvriers : c’était à Vizille, près du château patrimonial des Casimir-Périer8. Dans l’Isère, les conservateurs luttent avec effort, mais sans grand espoir. Je ressentis pendant cette excursion l’effet subit du changement de température et la violence du vent particuliers à Grenoble. Au retour, un grand dîner nous attendait. J’y rencontrai le général Chabaud- Latour et plusieurs autres de mes anciens collègues et amis : Chaper, Jourdan9… Après le dîner, réception. L’hôtel de la préfecture est un de ces palais construits par l’Empire et qui, entrepris avec 900 000 francs de devis, ont coûté 3 millions. Je couchai dans la chambre de l’Empereur, meublée avec un luxe vraiment insensé10.
Le changement de température nous avait inspiré des craintes pour notre visite à la Grande-Chartreuse. Nous eûmes foi en la providence et nous partîmes malgré le brouillard et les nuages que nous traversâmes sur plusieurs ponts ; notre projet réussit. Tu ne peux te figurer les beautés que l’on découvre depuis le pont de Fourvoirie qui marque l’entrée du désert, jusqu’à l’abbaye. C’est d’une beauté indescriptible ; la richesse du feuillage varié par l’automne ajoutait au charme du paysage, riant et grandiose que nous eûmes pendant deux heures sous les yeux. Arrivés à la Chartreuse, nous fumes reçus par le Père supérieur général (Dom Roch) qui nous avait fait préparer un repas dans la salle réservée aux évêques et autres personnages. Il nous tint compagnie jusqu’au moment où il confia à trois pères le soin de nous conduire dans toutes les parties du couvent. La vie monastique apparaît là dans son austère beauté ! Ce qui frappa le plus mon attention après les cloîtres, c’est le cimetière : une partie est réservée aux 25 supérieurs qui de 1580 à 1877 ont trouvé là le lieu du repos11. Une croix de pierre orne la tombe de chacun d’eux ; mais une fois posée, cette pierre n’est pas réparée. Le temps est libre de continuer son œuvre et de détruire ce qui est périssable. J’ai noté quelques unes des inscriptions qui parlent aux religieux sur les portes de leur cellule12 comme celle-là : Si vis beatam vitam possedere, praesentem contemne13.Le supérieur général voulut bien autoriser un religieux à nous accompagner jusqu’à la fabrique dont les produits constituent le revenu de la Chartreuse14. L’emploi de ce revenu qui est considérable, consiste à secourir les établissements qui ont besoin d’aide et surtout à construire dans toute la contrée églises et écoles. Le préfet adressa deux requêtes à ce sujet : le supérieur lui remit en ma présence un don de 2000 francs.
Une confidence de l’un des pères m’apprit qui était le religieux qui nous servait de cicérone : le baron de Nicolaÿ, général russe, ancien aide camp de l’Empereur de Russie. J’ai rarement rencontré un esprit aussi cultivé, aussi distingué. Du haut de la montagne où il a dérobé son existence, il suit d’un regard attentif tout ce qui se passe en ce monde15. J’annoterai dans une prochaine lettre les souvenirs que m’a laissés sa conversation. Avant de partir, je lui demandai si je n’étais pas indiscret en le priant de me laisser un mot de souvenir sur un album de photographies de la Chartreuse que le supérieur m’avait fait offrir. Il voulut bien accueillir ma requête et il écrivit ces lignes : In domino confido ; non confundor in aeternam16. Souvenir de la Grande-Chartreuse. Frère Jean Louis de Nicolaÿ, 3 octobre 1877.
Nous gagnâmes Voiron en examinant, en route, une question de syndicat pour un barrage d’eau fort intéressante. Le préfet et les ingénieurs ne nous quittèrent qu’au moment du départ du train qui devait nous emmener, vers 7 heures. Un temps d’arrêt à Lyon nous permit de dîner à la gare. Pour la première fois de ma vie, je dormis en chemin de fer. Arrivé à Paris à neuf heures, je n’eus que le temps de faire servir à mon fidèle et aimable compagnon, M. Clérault, une tasse de chocolat pour le réconforter et je courus au conseil des ministres.
Je crois, en dehors de toute préoccupation politique, que des voyages ainsi faits produisent un grand bien ; ils permettent à un ministre des Travaux publics de voir et de savoir17 ; ils montrent aux populations que le gouvernement s’occupe d’elles18.
Aucun incident hostile n’est survenu. J’ai entendu une litanie de discours auxquels j’ai répondu sans autre préoccupation que de varier le thème : ordre, travail, constitution, paix. Un maire m’a dit : « Sans préoccupation politique, je viens saluer le ministre qui… ». Je lui répondis : « Sans préoccupation politique, je suis venu… ». À Saint-Jean-de-Maurienne, je revenais à notre wagon après avoir reçu à droite des témoignages de sympathie, lorsque sur la gauche je fus accueilli par les cris de « Vive la République ». Sans perdre contenance, je me tournai vers les manifestants : « Oui, Vive la République, leur dis-je, mais laquelle ? » ; et je développai ce thème : la République radicale, je la réprouve et vous la repoussez… Je fais avec vous des vœux pour la République conservatrice, la constitution, le Maréchal. J’avais réussi : le chef de la bande pousse encore un cri « Vive la République » ; pas un des assistants ne se joignit à lui19.
Je ne me laisse pas tromper par les apparences : la portion de la population qui est venue à nous est la bonne. Sera-t-elle la majorité ? Dans la Savoie, nous espérons que la…20 nous donnera trois sièges sur cinq. Dans l’Isère, on combat par devoir, à peine espère-t- on démonter (sic) M. Marion21.
Les gauche paraissent décidées à pousser, contre le maréchal, la candidature Grévy. Sais- tu qui l’on projette de présenter pour la présidence des Chambres ? À la Chambre des députés, M. de Marcère22. Au Sénat, par pure démonstration, V. Hugo. Nos adversaires comptent exploiter les trois questions suivantes : le bonapartisme, le cléricalisme, la guerre.
L’attitude de certains partisans de l’appel au peuple, M. Rouher et Cie, l’imprudente intervention du militant Père Picard23 qui, avec les prières dont nous avons besoin, sollicite les mandements intempestifs que la presse exploite pour crier au cléricalisme, favorisent les desseins de nos adversaires. On pense qu’au dernier moment, des articles menaçants paraîtront dans certains journaux étrangers.
Nous aurons bien des écueils à franchir…
Que Dieu guide le vaisseau. J’espère aller vous voir samedi.
Paris.

- Lettre 101 - 5 octobre

  • 24 Journal catholique et libéral (d’où l’hostilité de L’Univers à son égard) fondé en 1868 avec le sou (...)
  • 25 Voir lettre du 30 septembre, note 133.
  • 26 Lucien Crespel est le petit-fils du grand industriel du sucre, Louis Crespel-Dellisse (décédé en 18 (...)
  • 27 Charles Magnien, neveu de Paris, officier à Abbeville.

  • 28 Louis Noël, né en 1839, a été formé à l’École des Beaux-Arts de Saint-Omer avant d’intégrer celle d (...)
  • 29 La maquette de ce buste, finalement exécuté, se trouve au musée d’Arras ; elle n’est pas exposée.
  • 30 Voir lettre du 6 septembre, note 40. Gouverneur d’Algérie entre 1873 et 1879, sa politique autorita (...)
  • 31 En 1870-1871, l’Algérie a été secouée par la commune d’Alger, expression des sentiments antibonapar (...)

2J’ai reçu avec plaisir, ma Chère Lucie, ta lettre qui m’apprenait que vous n’aviez pas oublié, dans ses pérégrinations, l’Artésien devenu savoyard jusqu’au retour. Le récit que j’ai fait de mon excursion au conseil des ministres et les dépêches reçues par le ministre de l’Intérieur ont inspiré au gouvernement le désir de publier le récit de mon odyssée dans Le Bulletin des Communes qui s’affiche dans tous les villages. Nous avons consacré l’après- midi, M. Clérault et moi, à recueillir notes et souvenirs. Je t’adresse un exemplaire de ce bulletin qui complétera les renseignements que je t’ai donnés par correspondance. Tu trouveras, sous ce pli, un autre récit envoyé de Chambéry au Français. Tu verras que je n’ai pris d’initiative qu’au sujet de questions de ma compétence spéciale : Travaux publics, et que j’ai pris soin de ne parler politique qu’en réponse à des allusions ou sur des incidents. Parmi les journaux du matin, Le Moniteur Universel applaudit à mon langage, Le Siècle24 approuve mon discours de Modane25, La République Française se montre presque courtoise dans ses critiques. Mais laissons là journaux et qu’en-dira-t-on. J’ai dit ce que je pensais. Soit satisfait ou mal content qui le voudra.
Une bonne nuit a si bien reposé ma forme que je serais prêt à recommencer. Je viens de refuser une aimable invitation de M. Lucien Crespel à déjeuner demain à Clairefontaine avec M. et Mme Gardin26. Nous avons demain conseil des ministres, je craindrais d’ailleurs de voir entravée ma visite de dimanche à mes cher absents.
J’ai reçu ce matin une lettre à ton adresse : une lettre d’Élisa Dacrès ? de qui tu m’as parlé souvent et que tu as cru rencontrer un jour sur le chemin de Versailles trente ans après ! Je t’envoie ce souvenir du passé.
Coralie m’a écrit. Le pauvre Charles27, me dit-elle, a commencé son inspection hier après- midi. Son général n’est pas plus aimable que l’année dernière… Elle ajoute un post- scriptum : Charles me charge d’ajouter un mot à cette lettre : le général de Fr. a été très aimable pour lui. Hélas le général de Fr. m’exprime ce matin ses regrets : « mon protégé » n’a pas assez travaillé, la commission d’examen n’a pu lui délivrer un certificat d’aptitude, son colonel n’a pu le proposer pour l’avancement. « M. M. est cependant un bon officier qui a montré beaucoup de bonne volonté pour l’instruction des volontaires d’un an. J’espère que l’année prochaine… etc. ». Notre neveu ne me paraît pas destiné à devenir maréchal de France.
J’ai fait aujourd’hui une visite promise à l’atelier de Louis Noël, le sculpteur audomarois à qui j’ai confié la restauration des statues de l’hôtel de Soubise (Archives nationales). Il m’a montré ses statues de Rébecca et de la muse d’André Chesnier ainsi que le modèle du Suger28 (2 m 20) qu’il destine à la ville de Saint-Omer. Ce jeune statuaire a autant de modestie que de mérite. Il m’a proposé de lui faire l’honneur de poser quelques heures devant lui afin qu’il exécute mon buste. Je lui ai dit en riant que je ne me croyais pas un sujet propre à œuvre d’art…29
Le général Chanzy30, gouverneur général de l’Algérie, sort de mon cabinet. Il m’a entretenu longuement et d’une façon intéressante des grands travaux entrepris et à entreprendre dans notre colonie d’Afrique qu’il cherche à assimiler à la mère patrie, afin de lutter contre les tendances à l’autonomie31.
Je vous embrasse tous affectueusement. Paris.

- Lettre 102 - 8 octobre

  • 32 Louis d’Armaillé, décédé en 1882 est l’un des premiers collectionneurs de son temps. De quel prince (...)
  • 33 Il s’agit de Pierre Lizot (1831-1896) ; il entre, après des études de droit, dans la magistrature d (...)
  • 34 Il s’agit de M. Eyriaud des Vergnes. Ce remplacement de M. Plocq, imposé par Frédéric d’Arras pour (...)
  • 35 Premier tour des élections législatives.
  • 36 Voir lettre du 30 septembre, note 133. Le XIXe siècle, journal républicain modéré, fondé en 1871, e (...)
  • 37 Il s’agit encore de commentaires sur son discours de Modane. L’Union reproche à Auguste Paris d’avo (...)

3Chère Lucie,

Je suis rentré à Paris sans incident. M. Clérault que j’ai retenu à déjeuner, m’a entretenu des affaires courantes. Il avait dîné hier avec M. de Fourtou qu’il avait trouvé plein de confiance. Mon itinéraire en Savoie et en Dauphiné a eu les honneurs du Journal Officiel. M. le comte d’Armaillé, beau-père du prince de Broglie32, est venu me trouver pour arrêter le programme de mon excursion à Dieppe. Je partirai mercredi matin à huit heures. Le préfet de la Seine-Inférieure33 m’attendra à la gare de Rouen où nous déjeunerons pendant l’arrêt qui est d’une heure. J’ai refusé de prendre un train spécial. Nous visiterons dans l’après-midi le port et la ville. J’assisterai à 5 heures au dîner qui m’est offert par la chambre de commerce. J’espère pouvoir prendre l’express de 7 h 20 qui me ramènera ici avant minuit.
J’éviterai facilement, je crois, le voyage de Dunkerque. Le nouvel ingénieur en chef que je viens d’appeler à la direction des travaux maritimes de ce port est très conservateur34. Je l’invite à prendre immédiatement possession de son poste.
S’il n’y avait pas conseil des ministres samedi (13 octobre), je partirais pour Arras dès vendredi soir. Je reviendrais le dimanche après avoir voté35, afin d’assister au ministère de l’Intérieur à l’arrivée des dépêches qui nous fixeront, pendant la nuit, sur le sort de la bataille électorale.
Le XIXe siècle ne peut se défendre d’une douce hilarité en livrant le compte rendu de mon voyage.
Le Siècle dit qu’on ne saurait trop approuver le langage que j’ai tenu à Modane36 mais que mes déclarations auront bien plus de force encore après le 14 octobre, quand la France aura parlé.
La Rep. française pense que mon discours de Modane devrait être applaudi : « Français et Italiens présents devaient battre des mains au discours du ministre, mais la première émotion tombée, il nous est bien permis de rechercher s’il appartient à un des ministres du 16 mai de dire etc., etc., ». Dans un article relatif à la circulaire de M. de Fourtou sur les fausses nouvelles : « Dès que M. Decazes ou M. Paris a parlé, disent Les Débats, tout est dit, la France entière doit s’incliner docilement. Nous nous permettons pour notre part de résister à ces audacieuses sommations. Ce n’est pas que nous doutions le moins du monde de la sincérité du Mal de Mac-Mahon, de M. Decazes et de M. Paris. Nous savons et nous proclamons qu’ils désirent le maintien de la paix. Mais… ».
L’Union ne connaît pas la figure de rhétorique que l’on nomme hyperbole : « Que M. le ministre des Travaux publics affirme nos bonnes relations avec toutes les puissances, on accueillera avec joie sa déclaration, mais en voyant l’enthousiasme avec lequel il a parlé de notre union avec l’Italie en s’écriant : « Il n’y a plus d’Alpes », on ne pourra certes pas accuser notre gouvernement de cléricalisme ». Je pourrais me demander pourquoi L’Union mêle le cléricalisme à une question de tunnel37 ?
Le Français estime que l’insertion à l’Officiel donne aux paroles prononcées par le ministre une importance particulière.

Sur ce, je vous embrasse.
P.

- Lettre 23 - Arras, 8 octobre

  • 38 La maison Saint-Joseph d’Arras, fondée en 1868, dépend de la Société Saint-Bertin, société civile d (...)
  • 39 Remarque intéressante et significative sur l’état économique et social de la campagne arrageoise à (...)
  • 40 À Mens-en-Trièves, dans l’Isère (voir lettre de Mme Paris du 19 septembre, note 83).
  • 41 Le 8 octobre est un lundi, jour ordinaire, ce qui peut laisser supposer que Lucie Paris va à la mes (...)
  • 42 Voir lettre d’Auguste Paris du 4 octobre.


4Cher Ami,

Vous auriez dû recevoir cette lettre dès votre rentrée au ministère si nos mouvements suivaient toujours notre pensée. Elle vous accompagnait sans pouvoir vous rejoindre dans toutes vos excursions et il nous semblait alors que cette difficulté arrêtait seule l’essor de notre ardeur épistolaire. Mais depuis votre arrivée vous avez eu le temps de vous plaindre de nous et vous seriez capable de nous revenir ici et de nous retrouver à la même place la plume à la main sans avoir accompli le saut périlleux de la lettre à écrire.
Eugénie a passé la journée à Saint-Nicolas, je viens d’aller la rechercher et je ramène Jean avant le souper afin qu’il puisse se coucher d’assez bonne heure pour être demain à sa classe à huit heures. Vous serez sans doute étonné d’apprendre cette particularité de la rentrée le vendredi au lieu du mercredi d’abord annoncé et vous vous demanderez si mon inexactitude provient du désir que vous connaissez de prolonger le séjour à Saint-Nicolas le plus longtemps possible. Point. Mais il est arrivé des événements inattendus dans la communauté de Saint-Bertin et je me suis d’abord proposé de ne remettre Jean en classe qu’après vous avoir consulté. Les premiers jours après la
rentrée consacrés ordinairement à se reconnaître et à se replacer ne me paraissaient pas devoir être une perte considérable sur les études de l’année. Mais j’ai été mieux conseillée et ayant appris que le directeur nouveau de Saint-Joseph était celui de la maison de Marcq, ami de M. Dancoisne et aussi un peu de votre connaissance38, je lui ai aujourd’hui présenté votre fils que je remets demain entre les mains nouvelles de ses anciens éducateurs. Voilà l’événement le plus considérable de notre existence depuis ces huit longs jours où vous avez été plus absent que jamais.
Je vais devenir savoyarde pour peu que vous le désiriez car je vis ici de la vie sauvage ne voyant guère que la route de Saint-Nicolas et les pauvres qui annoncent l’hiver par leurs plaintes et leur misère39. J’ai vu aussi avant son départ Mme Eynard qui allait rejoindre son mari à leur nouvelle justice de paix40, elle m’a apporté son dernier trésor, un cierge magnifique qui fera l’ornement de l’étagère de fleurs de ma sœur Sophie.
J’ai rencontré ce matin en allant à la messe41 notre ami Planque qui m’a annoncé qu’il vous envoyait les journaux en vous attendant. Vous y verrez ce qui fait le sujet de toutes les conversations et de toutes les réticences du pays.
Pour moi, je vous embrasse de cœur en vous disant comme le bon maire de la Savoie, Dieu vous bénisse et nous aussi
42.
Les enfants ne disent rien mais n’en pensent pas moins à leur père chéri.

L. Paris.

- Lettre 103 - 10 octobre

  • 43 Les formules finalement retenues sont : « Non, le gouvernement, si respectueux qu’il soit envers la(...)
  • 44 Dans les Alpes-Maritimes et en Gironde.

  • 45 L’Empereur est Guillaume 1er, roi de Prusse depuis 1861 et Empereur d’Allemagne depuis 1871 ; le pr (...)
  • 46 La famille Demy.

  • 47 Frédéric d’Arras (rappel, voir lettre du 17 septembre, note 67).

  • 48 Depuis 1847, le livret Chaix répertorie les horaires des trains de voyageurs et donne quelques info (...)

5Chère Lucie,

Nous avons eu aujourd’hui deux conseils des ministres afin d’arrêter définitivement la rédaction du manifeste que le maréchal se propose d’adresser aux Français la veille des élections. Ce document est très net : il affirme le respect de la constitution républicaine, une politique d’ordre et de paix, la nécessité de la concorde entre les pouvoirs publics. Le maréchal déclare de nouveau qu’il restera à son poste constitutionnel. Il exprime sa confiance dans le résultat de la lutte. Le mot « influences cléricales » étant prononcé, j’ai demandé et obtenu qu’on le fit précéder de ceux-ci : « respectueux envers la Religion… ». J’ai également insisté avec succès sur « l’accord entre les pouvoirs publics » afin d’éviter au manifeste un ton trop personnel43. Le ministre de l’Intérieur va faire imprimer à Paris, avec un grand soin, de manière à laisser au maréchal la parole de la dernière heure.
M. de Fourtou me paraît confiant, le duc de Broglie plus anxieux. « Que ferions-nous en cas d’insuccès » lui ai-je demandé ? « Nous devrions rester à côté du maréchal et attendre le vote sur le budget ». « Ce n’est pas mon avis » ai-je dit. « Vaincus, nous n’aurions qu’à songer au maréchal et à le prier de se débarrasser de nous. Nous nous jetterons à l’eau, sauf à nager comme nous pourrions ». Caillaux ajoute : « Mais à aucun prix le maréchal ne devrait faire un pas vers le Centre gauche, sous la direction du duc Decazes ». L’attitude de notre collègue des Affaires étrangères me paraît significative : il est presque constamment absent, soignant sa double candidature44 et préparant, je pense, ses destinées futures. Il y a quelques jours, il recevait à sa table un ingénieur qui revenait d’une mission et il lui disait : « Le lendemain des élections, le maréchal devra former un cabinet Centre droit - Centre gauche ». Je crois que le maréchal ne devra nous remplacer que par un cabinet d’affaires. Mais à quoi bon toutes ces résolutions hypothétiques ? Plus que jamais, il convient de dire : l’avenir n’est à personne, l’avenir est à Dieu.
Le général marquis d’Abzac revient d’Allemagne. L’Empereur et surtout le prince impérial se montrent bien disposés envers nous. Le maréchal nous a rapporté ce propos de M. de Bismarck : « Je n’en veux pas au maréchal, c’est un brave homme, mais il ne sera pas assez fort pour résister à l’action cléricale. Si Gambetta était au pouvoir, il nous inspirerait à ce sujet plus de confiance ». Il est certain que l’Allemagne pourrait compter sur le soin que mettrait Gambetta à « reléguer le clergé dans le temple »45.
J’ai reçu la visite de M. Carette et de Jeanne, porteurs de trois recommandations et de force compliments. La colonie de Bellevue a repris ses quartiers d’hiver46.
Je pars pour Dieppe demain matin. Le maire de Dunkerque, maire-candidat47, m’envoie une dépêche pour m’appeler à la rescousse ; il attache à ma visite une grande importance. Le livre Chaix48 m’apprend qu’il faut huit heures pour me rendre à Dunkerque. Je vais répondre : « Il est trop tard ».
À vous. P.

- Lettre 24 - Arras, 10 octobre

  • 49 Non identifiée.
  • 50 Dans cette rue du 5e arrondissement de Paris se trouve un célèbre établissement scolaire tenu par l (...)
  • 51 Sont-elles de la famille de Charles-Paul Thiébault, né en 1852 à Beaurains, juge en Algérie ?
  • 52 Voir lettre de Mme Paris du 31 mai, note 147. Ses propos sur les ouvriers et sur les servantes sont (...)

6Cher Ami,

Malgré mon peu de goût pour l’épistolaire, je viens de répondre à Mme Marison
49 dont vous m’aviez envoyé la lettre la semaine dernière. Je l’assure de l’empressement que je mettrai à me procurer le plaisir de la voir si je vais à Paris cet hiver, et pendant que je suis en train de tenir la plume, comme j’ai promis à la mère Lainé que je mettrai sous enveloppe l’acte de naissance de son cousin perdu, je profite de l’occasion pour vous écrire ce mot.
Merci mille fois, merci de la fidélité avec laquelle vous m’envoyez chaque jour le bulletin de votre vie publique et privée. Le quart d’heure que nous passons ma fille et moi à lire votre lettre remplit ma journée toute entière car le reste est peu de chose. Le changement de saison va bientôt réduire à rien nos relations avec le monde car Jean, paresseux et indiscipliné, nous retient forcément au logis le soir pour lui voir faire, ou plutôt ne pas faire, le devoir qui lui est donné.
Vous nous retrouverez samedi à peu près dans la même situation que les affaires publiques, en stagnation complète. La petite maison de Saint-Nicolas se bâtit lentement, celle de la ville moisit de plus en plus malgré le beau temps qui continue de nous favoriser. Je n’ai plus le courage de parler à un ouvrier tant je les trouve disposés à ne mettre la main à l’ouvrage que pour le laisser là. Nous n’avons vu aujourd’hui que Mme de Saint-Amour et Mme Curnier qui sont les deux plus sociables personnes de la ville. Cette dernière surtout m’a bien touchée en venant m’offrir ses services, pour la forme il est vrai, car elle va reconduire son fils à la Rue des Postes50 et passer quelques jours à Paris pendant lesquels elle n’aura pas l’occasion de vous rencontrer à moins que vous n’ayez quelque accointance auprès d’un de ces nombreux amis. Je ne suis pas en train d’en rechercher les noms ni vous, sans doute, de désirer que je vous les donne.
Je suis triste, voilà pourquoi je n’aime ni à écrire ni même à parler. Je ne devrais pas vous affliger de mes ennuis et pourtant en laissant courir ma plume ce mot vient naturellement se placer sur mon papier sans que je puisse assigner une cause bien réelle à cette disposition qui tient peut-être plus à la saison d’automne qu’à aucun fait particulier.
Je cherche toujours ma servante mais ni dans la campagne où je suis allée voir les demoiselles Thiébault51 ni dans la ville où j’interroge l’un et l’autre je ne trouve ce mythe que l’on appelle une bonne servante. Dans une maison comme la mienne, elle est aussi difficile à placer, aussi aimè-je mieux m’en aller tous les jours au bout du monde laissant la place à la bonne Aglaé qui se désole toujours de voir que Marie ne veut pas partager avec elle le service dont elle voudrait toujours garder le monopole52.
Vous voyez que je n’ai vraiment rien à dire pour vous entretenir de ces infimes détails qui forment les soucis de l’intérieur. « Au revoir » est toujours le mot qui rend meilleurs pour nous les jours qui se suivent et qui nous garde l’espérance. Je vous embrasse.
L. Paris.

- Lettre 104 - 11 octobre

  • 53 Dieppe est relié à Paris via Rouen depuis 1848. La Compagnie de l’Ouest résulte de la fusion, en 18 (...)
  • 54 Voir lettre du 8 octobre, note 32.
  • 55 Mme d’Armaillé née Marie-Amélie-Célestine de Ségur (1830-1918), écrivain, avait épousé en première (...)
  • 56 Dieppe tire profit de la mode des séjours à la mer (Gabriel Désert, op. cit., p. 26).

  • 57 Le château de Chaumont a été construit entre 1450 et 1510, par Pierre d’Amboise et ses héritiers, s (...)
  • 58 Voir lettre du 8 octobre, note 33.

  • 59 Isidore-Étienne Pourpoint, ancien membre de la chambre de commerce, président du tribunal de commer (...)
  • 60 En voici les principaux passages : « Je représente avant tout dans le gouvernement le ministère de (...)
  • 61 L’Arques est une rivière côtière qui arrose la ville d’Arques-la-Bataille et dont l’embouchure form (...)
  • 62 Maxime Du Camp (1822-1894) : écrivain et voyageur français, ami de jeunesse de Flaubert, fondateur (...)
  • 63 Augusta de Saxe-Weimar (1811-1890), épouse de Guillaume 1er, roi de Prusse (1861-1871) puis empereu (...)

7Chère Lucie,

Je n’ai pu te donner hier ta récréation épistolaire de chaque jour. Je suis redevenu pigeon voyageur. Nous sommes partis pour Dieppe à huit heures du matin, M. Clérault et moi en compagnie de M. Delettre, directeur de la Compagnie de l’Ouest53 qui avait mis un wagon-salon à notre disposition, de M. le comte d’Armaillé et du prince de Broglie, son gendre54. Le comte d’Armaillé a épousé la veuve de M. Say, raffineur, qui lui a apporté une immense fortune55 ; il possède à Dieppe, sur la plage56, une très belle habitation qu’il a mise à notre disposition pour la journée. Le prince de Broglie a épousé la fille de M. Say. C’est ainsi qu’il est devenu propriétaire du château de Chaumont57 que tu as vu sur les bords de la Loire. L’ingénieur en chef du Havre nous a rejoints à la gare.
Nous nous sommes arrêtés pendant une heure à Rouen, où le préfet, M. Lizot, nous a offert un déjeuner auquel ont pris part les ingénieurs en chef de la Seine-Inférieure58. M. Lizot nous a accompagnés à Dieppe. Nous nous sommes rendus aussitôt à la sous- préfecture où nous avons examiné avec la chambre de commerce et l’administration municipale les projets relatifs à l’amélioration du port. Puis nous avons visité le port et la ville. À cinq heures nous nous sommes rendus à l’invitation de la chambre de commerce qui nous a offert un splendide banquet. J’ai annoncé, pendant les présentations, la nomination du vice-président de la chambre et d’un ancien magistrat âgé de 82 ans (président du comité conservateur) comme chevaliers de la Légion d’honneur59.
Au dessert, j’ai répondu à un toast. Le préfet a été si satisfait de mon speech60 qu’il en a demandé le texte que M. Clérault a rétabli en wagon et qui a été envoyé par express aux imprimeries des journaux conservateurs de la Seine-Inférieure.
Nous sommes rentrés au logis vers minuit, contents de cette dernière excursion. De Rouen à Dieppe, on suit la vallée d’Arques qui est très riante61. La ville de Dieppe ne m’a pas séduit ; elle m’a paru triste sous le ciel brumeux qui nous disait : voici l’automne.
À mon réveil, Baptiste m’a annoncé qu’un souvenir m’était envoyé de la Savoie : un pauvre chamois tué par le plomb du chasseur. C’est le préfet de Chambéry qui m’a fait cet envoi gracieux. J’ai dit au chamois de continuer sa route vers Arras, ne sachant quel parti je pourrais en tirer dans ma solitude. Il paraît que le chamois est très recherché des gourmets. Baptiste m’a dit qu’on le marinait avant de le rôtir. Tâche d’en conserver la peau et la tête, afin de garder un souvenir de Savoie, si l’animal est susceptible de pareil traitement.
Nous avons eu conseil de ministres ce matin. La note reste celle de la confiance. On se pose cependant le « mais si… ? » Vainqueurs, nous céderons volontiers la place à un cabinet d’hommes nouveaux ; ce serait magnanime. Vaincus ? Le duc de Broglie me disait : « Nous attendrons le vote du budget, partageant la fortune du maréchal ». J’ai émis l’avis que le maréchal prît plutôt un cabinet d’affaires s’il trouve des hommes qui consentent à accepter le fardeau. M. Brunet nous parlait d’une lettre écrite par Maxime Du Camp62 dans laquelle cet écrivain rendait compte d’une visite faite à l’impératrice Augusta63. « D’après nos renseignements, disait l’impératrice, le maréchal gagnera 50 à 60 sièges, et il pourra gouverner en remplaçant le duc de Broglie par M. Dufaure ».
« Je ne recommencerai pas, quoiqu’il advienne, à marcher avec le Centre gauche. D’ailleurs le Centre gauche n’existe plus. Je suis résolu à gouverner avec les conservateurs ou à sauter ». Telles sont les paroles textuelles du maréchal.
Il sera temps de résoudre ces questions le lendemain de la bataille.
J’ai annoncé que j’irai voter à Arras dimanche. M. de Fourtou m’a demandé de revenir le soir. Propose à nos sœurs de dîner avec nous en ville, à midi précise. Je ne ferai à Arras qu’une apparition, mais je me réserve de prendre trois jours de congé la semaine suivante. Je viens de recevoir la visite de M. Demy à qui j’avais envoyé mardi soir un coupon de loge pour le Théâtre français. Il en a fait profiter sa femme, sa mère, Versailles et Suresnes.
Je vous embrasse tous affectueusement, en recommandant à Jean de travailler et d’être sage. P.
P. S. : M. de Fourtou m’a demandé mon discours de Dieppe qu’il veut reproduire dans Le Bulletin des Communes. Je ne sais ce qui se passe à Arras : Planque a oublié de m’envoyer les journaux.

- Lettre 105 - 12 octobre

  • 64 Le décret du 11 octobre prévoit que les expéditionnaires, rédacteurs et sous-chefs de bureau parten (...)
  • 65 Voir lettre du 31 août, note 136.
  • 66 Dans son numéro de ce jour.
  • 67 Paris fait allusion ici à l’appel aux électeurs lancé par le bureau des gauches du Sénat, le 11 oct (...)
  • 68 Établissement jésuite parisien (voir lettre de Mme Paris du 10 octobre, note 50).

8Chère Lucie,

Je suis occupé exclusivement de questions de service intérieur : nominations dans la Légion d’honneur, commission des eaux, décret sur les mises à la retraite des employés de mon ministère64, décret modifiant l’organisation de la direction de bâtiments civils et du contentieux65, décret sur les commissions de surveillance administratives, projet de loi sur les mines…
Au retour de mes voyages, « je travaille en chambre, comme le dit La République Française dans l’article que je t’envoie, au bonheur du peuple français »66.
Dans trois jours, le Peuple Français aura rendu un des verdicts les plus importants qu’il ait été appelé à prononcer de nos jours. Nous saurons à quoi nous en tenir sur le sort du cabinet, ce qui est peu, sur le gouvernement du maréchal, ce qui vaut plus. Que Dieu protège la France !
Il est certain qu’Elle est aujourd’hui partagée en deux camps. L’acte du 16 mai qui n’était que l’exercice le moins discutable d’un droit constitutionnel et qui ne devait avoir pour conséquence qu’un changement de ministère, a été tellement dénaturé par l’esprit de parti que le gouvernement lui-même est en jeu. L’apaisement se fera-t-il le lendemain ? Je le souhaite. Mais le Centre gauche continue à montrer dans ses professions de foi et ses manifestes une exaltation qui touche à la démence. Les institutions républicaines menacées, les influences cléricales prépondérantes, l’ordre et la paix compromis par des anarchistes et des perturbateurs, voilà le dernier manifeste au pied duquel on lit les noms de Bertauld, l’honnête normand, à côté de celui de Peyrat…67
J’ai reçu, ce matin, la visite du président Gardin à qui j’ai fait, sachant ses goûts, les honneurs de mon jardin. Il part ce soir pour Arras. Je l’ai remercié de ses offres de service en lui disant que j’irai y voter dimanche.
M. Darquer, maire de Calais, m’a présenté son fils qu’il amène à la maison de la rue des Postes68. J’ai été enchanté de pouvoir lui être agréable en donnant à son beau-frère, commissaire de surveillance, un changement de résidence.
Charles m’a donné des nouvelles de Saint-Omer : elles sont bonnes. Il a eu cependant un coup d’air sur les bronches qui le fait tousser.
J’ai reçu aujourd’hui M. Wable, ancien directeur des contributions directes, retiré à Versailles : il sollicitait une recommandation en faveur de son fils.
À demain le revoir, en attendant lundi le dénouement.
Je t’embrasse affectueusement.
Paris.

Haut de page

Notes

1 Commune située sur la rive gauche du Rhône, à 4 kilomètres de Saint-Génix. Ce paragraphe est un récit détaillé de la journée du 30 septembre déjà évoquée dans la lettre précédente.

2 En 1876, la représentation parlementaire de l’Ain, de la Savoie, de la Haute-Savoie et de l’Isère ne compte que 2 parlementaires non républicains (les 2 sénateurs de la Savoie, d’Alexandry et Dupasquier [magistrat, gouverneur de la Savoie au moment du vote sur le rattachement de cette province à la France]) sur 33 et après les élections d’octobre 1877, la situation demeure inchangée. Parmi les républicains, on remarque Parent (Savoie), Michal-Ladichère et Eymard-Duvernay (Isère), Henri Germain (1824-1905, président-fondateur du Crédit Lyonnais, en 1863, Ain).

3 Auguste Paris dans le récit de son voyage choisit parfois un vocabulaire certainement inspiré du célèbre poème : « le charme du paysage (de la Grande-Chartreuse) riant et grandiose » (infra) n’est pas sans rappeler les vers 54-55 « Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,//et dans ces noirs sapins et dans ces rocs sauvages »... ; de même, la proposition - « les coups de fusils à notre approche retentissaient dans les rochers des rives » (supra) - évoque le vers 58 « Dans les bruits de tes bords par les bords répétés »...

4 L’adjectif savoisien a en effet une connotation autonomiste... Au printemps 1871, l’aile la plus avancée parmi les démocrates savoyards, déçue et inquiète de l’évolution des événements militaires (défaite) et politique (élection d’une assemblée conservatrice) a réclamé la protection de la Savoie par les troupes suisses, sa neutralisation, voire son rattachement à la Confédération helvétique. L’agitation séparatiste persiste quelque temps encore en Savoie du Nord (Faucigny) (Histoire de la Savoie, Paul Guichonnet (dir.), Toulouse, Privat, 1996, p. 294). On comprend mieux alors les protestations de patriotisme exprimées par Costa de Beauregard à l’Assemblée nationale (voir lettre du 29 août, note 120). À Chamousset, Paris rend hommage aux populations laborieuses et « si éminemment françaises de la Savoie ».

5 Le Grésivaudan correspond à la portion de la vallée de l’Isère entre Pontcharra et Grenoble, c’est une plaine agricole bordée à l’ouest par le massif de la Grande-Chartreuse et à l’est par la chaîne de Belledonne.

6 Le Dictionnaire biographique des préfets... n’en signale que cinq. Mme Lauras née Cotte est la fille du secrétaire général de la Société Générale. (op. cit., p. 336).

7 La Romanche et le Drac sont deux rivières alpestres, la première rejoint, en aval de Vizille, le second qui lui-même se jette dans l’Isère en aval de Grenoble.

8 À Vizille, lors de la visite de la papeterie Péron, devant un groupe d’ouvriers venus le saluer, Paris a insisté sur « les intérêts solidaires » qui unissent patrons et ouvriers ainsi que sur les bienfaits d’« une sage politique constitutionnelle, conservatrice et pacifique » et donc favorable au développement du commerce et de l’industrie. C’est dans le château de Vizille (XVIIe siècle) que les États du Dauphiné réclamèrent en juillet 1788 la convocation des états généraux. Claude Périer (1742-1801), industriel et banquier, acquit ce château en tant que bien national, participa au financement du coup d’État du 18 brumaire et à la fondation de la Banque de France. Son fils Casimir (1777-1832), régent de la Banque de France, député, fut chef du gouvernement en 1831-1832 ; après lui, ses descendants prirent le nom de Casimir-Périer. Son fils aîné, Auguste (1811-1876), beau-frère d’Audiffret-Pasquier, fut représentant de l’Aube (1871-1875), ministre de l’Intérieur (1871-1872, 1873), sénateur inamovible (décembre 1875) ; son petit-fils, Jean (1847-1907), fut député de l’Aube (1876-1894), plusieurs fois ministre, président de la Chambre des députés (1893), président du conseil (décembre 1893-mai 1894) et président de la République (juin 1894-janvier 1895).

9 Le général Chabaud-Latour (voir lettre du 27 mai, note 5) a échoué aux élections sénatoriales dans le Gard en 1876 mais est élu sénateur inamovible le 16 novembre 1877. Sa présence ici s’explique par son mariage avec la fille d’Alphonse Périer, de Grenoble, un des frères de Casimir Périer, alors président du conseil des ministres (1831-1832) (voir la note supra). Camille Eugène Chaper, né en 1827, ancien commandant du génie devenu industriel, est représentant (Centre droit) de l’Isère à l’Assemblée nationale (1871-1875). Pierre Eugène Jourdan, né en 1832, propriétaire-agriculteur, grand éleveur de bestiaux, fils d’un député de l’Isère sous la monarchie de Juillet, reprend le flambeau paternel en 1871 ; il siège au Centre droit et devient également conseiller général (canton de Roussillon). Il est battu aux élections sénatoriales de 1876, législatives de 1877, 1881 et 1885.

10 L’hostilité d’Auguste Paris à Napoléon III et à son régime dont il stigmatise les dépenses somptuaires et au delà l’atmosphère d’argent facile, de fête impériale et de recul de la moralité, apparaît nettement ici.

11 Dans ce monastère perché à 977 mètres d’altitude, 4 vastes salles sont prévues pour recevoir les étrangers, le cimetière est au milieu du grand cloître.

12 Il y a 36 cellules qui sont des maisonnettes avec un petit jardin. L’expression employée par Auguste Paris - « des inscriptions qui parlent aux religieux » - est séduisante quand on sait que les Chartreux doivent observer le silence.

13 Si tu veux posséder une vie heureuse, méprise les contingences.


14 La distillerie de Fourvoirie, construite en 1860, produit une liqueur, la Chartreuse jaune, à base d’alcool (40°), de sucre et de 130 plantes et fleurs, créée en 1838.

15 Est-il de la famille du comte Charles de Nicolaÿ, président du comité catholique de Boulogne ? de celle du baron Louis-Henri (1737-1820), poète allemand qui dirigea l’éducation du grand duc de Russie Paul (1769), fut anobli par le tzar (1782), devint conseiller d’État (1796), directeur de l’académie des sciences (1798), membre du conseil privé et du cabinet (1801) ? Retiré du monde, il peut toutefois profiter d’une bibliothèque riche de plusieurs dizaines de milliers de volumes.

16 « Je mets ma confiance dans le Seigneur ; j’ai une certitude pour l’éternité » (mot à mot : je ne suis pas dans le doute pour toujours). Cette formule semble être inspirée de Saint Paul, Seconde Lettre à Thimothée, 1, 12 : « Je sais en qui j’ai mis ma foi, et je suis sûr qu’il est assez puissant pour sauvegarder jusqu’au jour de sa venue l’Évangile dont je suis dépositaire ».

17 Au cours de ce voyage, Paris s’est intéressé aux multiples questions liées à son ministère : éboulement (abords du Mont-Cenis), érosion, inondation, régulation des cours d’eaux (projet de digue de 4 km à Champagneux), mines (vallée de Moûtiers), établissements thermaux (vallée d’Albertville), projets de voies de communication terrestres et ferroviaires...

18 Les hommes politiques sont déjà bien conscients de l’importance de la communication, de la valeur de l’effet d’annonce.

19 D’après le Journal officiel du 7 octobre, Auguste Paris aurait déclaré : « En disant Vive la République, vous poussez un cri qui n’a rien d’illégal, car la République est actuellement, en vertu de la Constitution, le gouvernement de la France, mais il y a deux républiques. Celle du désordre, de la Commune, de la guerre à outrance. Ce n’est pas cette République-là que vous acclamez ; ce que vous voulez avec nous, c’est la République qui a pour devise la Constitution, l’ordre à l’intérieur, la paix à l’extérieur ; telle est la République du maréchal de Mac-Mahon ».

20 Illisible.

21 Voir le début de cette lettre, note 2. Marion de Favergues (1829-1890), fils de député, avocat mais aussi agriculteur-éleveur a été élu député de l’opposition en 1869 et nommé commissaire du gouvernement en Isère après le 4 septembre 1870. Maire d’Avenières, il a été révoqué par le gouvernement d’ordre moral en 1874. Depuis 1876, il est député de la 2e circonscription de la Tour du Pin ; en 1885, il devient sénateur.

22 Émile Deshayes de Marcère (1828-1918), issu d’une famile de la noblesse normande est un magistrat aux idées libérales en poste à Douai à la fin du Second Empire. Représentant du Nord en 1871, favorable à une république conservatrice, il est un des fondateurs du Centre gauche et participe à l’élaboration des lois constitutionnelles. Député du Nord (1876-1884), il est également ministre de l’Intérieur en 1876 et de décembre 1877 à janvier 1879. En 1884, il devient sénateur inamovible et évolue vers des positions de plus en plus conservatrices (Ligue de la Patrie française).

23 Le père Picard est un assomptionniste, ultramontain et légitimiste, qui appelle à l’union des croyants afin de reconstruire la société sur les principes catholiques, en coordonnant les œuvres existantes, en agissant auprès des parlementaires, en luttant pour la destruction du monopole universitaire... (Jacques Gadille, op. cit., p. 237, 241).

24 Journal catholique et libéral (d’où l’hostilité de L’Univers à son égard) fondé en 1868 avec le soutien de Mgr Dupanloup, Falloux, Albert de Broglie..., Le Siècle est une feuille originale et de qualité qui n’a qu’une faible audience (moins de 5000 exemplaires) dont « le ton hautain lui attire l’antipathie de ses confrères... Il soutient évidemment le gouvernement de Broglie mais sans éclat ». (Pierre Albert, op. cit., p. 754-772).

25 Voir lettre du 30 septembre, note 133.

26 Lucien Crespel est le petit-fils du grand industriel du sucre, Louis Crespel-Dellisse (décédé en 1865) qui possédait plusieurs raffineries dans le Nord et le Pas-de-Calais, ami de Decazes, longtemps établi à Arras mais qui s’était retiré à Neuilly. Le père de Lucien, Denis Tiburce, mort en 1860 avait été maire de Saulty (canton d’Avesnes-le-Comte où il possédait un château. Clairefontaine est alors une commune de Seine-et-Oise (Essonne depuis 1964), à la lisière de la forêt des Yvelines. Gardin, président du tribunal civil d’Arras (rappel).

27 Charles Magnien, neveu de Paris, officier à Abbeville.


28 Louis Noël, né en 1839, a été formé à l’École des Beaux-Arts de Saint-Omer avant d’intégrer celle de Paris en 1859. Les Archives nationales furent créées par l’Assemblée constituante (1789) et placées sous Napoléon 1er au Palais Soubise (1808), construit par Delamair (1705-1709) et modifié par Germain Boffrand (1712-1745) dans le quartier du Marais. André Chesnier (1762-1794) est un poète dont le parcours politique ne peut qu’intéresser Auguste Paris : favorable à la phase libérale de la Révolution, il collabore ensuite à la défense de Louis XVI, devient suspect après l’exécution du roi et se retire à Versailles ; violemment hostile à la tyrannie jacobine (La Jeune Captive, Iambes), il est condamné à mort comme « ennemi du peuple » et guillotiné. Rébecca, personnage biblique (Genèse, XXIV-XXVII), épouse de Jacob, mère d’Esaü et Jacob. Suger (1081-1151) bienfaiteur de l’abbaye Saint-Bertin, ministre de Louis VI et de Louis VII.

29 La maquette de ce buste, finalement exécuté, se trouve au musée d’Arras ; elle n’est pas exposée.

30 Voir lettre du 6 septembre, note 40. Gouverneur d’Algérie entre 1873 et 1879, sa politique autoritaire soulève quelques protestations.

31 En 1870-1871, l’Algérie a été secouée par la commune d’Alger, expression des sentiments antibonapartistes et autonomistes de la population française, et par la dernière grande insurrection musulmane, avant 1945, due aux défaites françaises et à la substitution du régime civil au régime militaire. Le calme revenu, la République française, surtout après 1877, mène dans la France d’outre-mer une politique active qui privilégie la colonisation officielle par opposition à l’Empire qui avait encouragé la colonisation libre (grande propriété capitaliste), favorise l’immigration et développe les infrastructures nécessaires à la mise en valeur du sol (villages, routes, voies ferrées, ports). Conformément au message universel de 1789, elle pratique une politique d’assimilation, différente de la politique d’association suivie par les Britanniques et envisagée par Napoléon III pour l’Algérie dans le cadre d’un royaume arabe. (Bernard Droz, Evelyne Lever, Histoire de la guerre d’Algérie 1954-1962, Paris, Seuil, coll. Points Histoire, 1982, p. 18-19).

32 Louis d’Armaillé, décédé en 1882 est l’un des premiers collectionneurs de son temps. De quel prince de Broglie s’agit-il ? Est-ce le fils aîné du duc de Broglie, Victor, époux de Pauline Forest d’Armaillé qui serait la fille du comte d’Armaillé ? Est-ce le troisième fils d’Albert de Broglie, Amédée, époux de Marie Say (voir lettre du 20 août, note 69), fille d’un premier lit de Mme la comtesse d’Armaillé (voir lettre du 11 octobre, note 55) et qui serait donc le beau-fils par alliance du comte d’Armaillé ?

33 Il s’agit de Pierre Lizot (1831-1896) ; il entre, après des études de droit, dans la magistrature dès 1856 et devient procureur général à Rouen en 1864. En 1871, ce fonctionnaire d’opinions conservatrices est nommé préfet de la Seine-Inférieure où il sert habilement les gouvernements d’ordre moral. En mars 1876, il est muté dans le Nord : son éloignement est une concession aux républicains normands et lui-même l’accueille de mauvaise grâce puisqu’il n’accepte son nouveau poste qu’après une entrevue avec le ministre et quand ses amis politiques reviennent aux affaires, il retourne à Rouen (19 mai 1877). Il est révoqué en décembre 1877. Ancien conseiller général de la Seine-Inférieure (Saint-Romain-de-Colbosc, 1861-1871), il est sénateur de ce département de 1888 à 1891. (Dictionnaire biographique des préfets, op. cit., p. 360, Bernard Ménager, op. cit., p. 1193 et 1195).

34 Il s’agit de M. Eyriaud des Vergnes. Ce remplacement de M. Plocq, imposé par Frédéric d’Arras pour accepter la candidature officielle, provoquera l’invalidation de l’élection de ce dernier qui ne sera pas réélu.

35 Premier tour des élections législatives.

36 Voir lettre du 30 septembre, note 133. Le XIXe siècle, journal républicain modéré, fondé en 1871, est la propriété, depuis 1873, d’une société présidée par Vincent Dubochet, président de la Compagnie parisienne du gaz, député (Gauche républicaine) de l’Yonne et trésorier du comité électoral républicain. Il a pour directeur-rédacteur en chef Edmond About (normalien, écrivain, franc-maçon) entre 1872 et 1885. Après le 16 mai, ce quotidien dont l’anticléricalisme s’atténue insiste sur l’ambiguïté de la coalition gouvernementale, dénonce les actes arbitraires de l’administration et évoque le danger de guerre avec l’Italie. (Pierre Albert, op. cit., p. 1140-1162).

37 Il s’agit encore de commentaires sur son discours de Modane. L’Union reproche à Auguste Paris d’avoir passé sous silence, par sa formule emphatique (hyperbole) et globale, les tensions entre l’État italien et le Saint-Siège et donc les préférences supposées d’un gouvernement d’ordre moral... mais le ministre a parlé en homme d’État responsable, soucieux de ne pas incommoder le Royaume d’Italie et de ne pas s’exposer à la critique anticléricale de la gauche.

38 La maison Saint-Joseph d’Arras, fondée en 1868, dépend de la Société Saint-Bertin, société civile de prêtres enseignants fondée en 1834 à Saint-Omer qui dès 1849, avant même la loi Falloux, est devenu un institut de plein exercice, donnant un enseignement complet, primaire et secondaire, pour élèves internes et externes. En 1840, il a ouvert une succursale à Marcq-en- Baroeul. (Voir Éric Poteau, Une société de prêtres voués à l’éducation : La Société Saint-Bertin de Saint- Omer, grandeur et déclin (1834-1891), Lille 3, mémoire de maîtrise, sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, 1994). M. Dancoisne, notaire honoraire à Hénin-Liétard et numismate, est membre de l’académie d’Arras. Jusque-là, le directeur de la maison Saint-Joseph est l’abbé Depooter (voir lettre de Mme Paris du 23 mai, note 86).

39 Remarque intéressante et significative sur l’état économique et social de la campagne arrageoise à l’automne 1877.

40 À Mens-en-Trièves, dans l’Isère (voir lettre de Mme Paris du 19 septembre, note 83).

41 Le 8 octobre est un lundi, jour ordinaire, ce qui peut laisser supposer que Lucie Paris va à la messe tous les jours.


42 Voir lettre d’Auguste Paris du 4 octobre.


43 Les formules finalement retenues sont : « Non, le gouvernement, si respectueux qu’il soit envers la religion, n’obéit pas à de prétendues influences cléricales, et rien ne saurait l’entraîner à une politique compromettante pour la paix... Vous voulez la tranquillité au-dedans, comme au-dehors, l’accord des pouvoirs publics, la sécurité du travail et des affaires ».

44 Dans les Alpes-Maritimes et en Gironde.


45 L’Empereur est Guillaume 1er, roi de Prusse depuis 1861 et Empereur d’Allemagne depuis 1871 ; le prince impérial est son fils qui n’occupe le trône que quelques mois en 1888 (sous le nom de Frédéric III). Mac-Mahon tient à rassurer l’Allemagne dont l’ambassadeur à Paris fait courir des rumeurs inquiétantes et dont la presse officieuse (Post) ou officielle (La Gazette de Strasbourg) attaque le cabinet Broglie-Fourtou ; les démarches de l’ambassadeur de France à Berlin, Gontaut-Biron ne suffisant pas, il envoie en mission son premier aide de camp. Mais le 11 octobre, Bismarck, par l’intermédiaire de l’officielle Gazette d’Allemagne du Nord se fait à nouveau menaçant : « une France cléricale constitue une menace pour l’Italie » et conduirait à un rapprochement obligatoire entre Rome et Berlin ; la presse républicaine s’empresse d’en informer ses lecteurs. (Voir Pierre Renouvin, op. cit., p. 56-57, Fresnette Pisani-Ferry, op. cit., p. 246).

46 La famille Demy.


47 Frédéric d’Arras (rappel, voir lettre du 17 septembre, note 67).


48 Depuis 1847, le livret Chaix répertorie les horaires des trains de voyageurs et donne quelques informations touristiques.

49 Non identifiée.

50 Dans cette rue du 5e arrondissement de Paris se trouve un célèbre établissement scolaire tenu par les Jésuites.

51 Sont-elles de la famille de Charles-Paul Thiébault, né en 1852 à Beaurains, juge en Algérie ?

52 Voir lettre de Mme Paris du 31 mai, note 147. Ses propos sur les ouvriers et sur les servantes sont très connotés socialement et révèlent les limites et les ambiguïtés de la charité chrétienne... Et les plaintes sur la difficulté de trouver un bon artisan ou une bonne servante n’ont rien d’original.


53 Dieppe est relié à Paris via Rouen depuis 1848. La Compagnie de l’Ouest résulte de la fusion, en 1855, en un seul réseau de plusieurs sociétés desservant notamment Rouen, Le Havre, Dieppe, Cherbourg... En 1875, l’État lui a concédé 17 lignes, dont un ensemble pour la basse vallée de la Seine en vue de réaliser un maillage serré autour du Havre et de Rouen. (François Caron, Histoire des chemins de fer..., op. cit., p. 502).

54 Voir lettre du 8 octobre, note 32.

55 Mme d’Armaillé née Marie-Amélie-Célestine de Ségur (1830-1918), écrivain, avait épousé en première noce Constant Say, mort en 1871, cousin éloigné de Léon Say, dont les raffineries en avaient fait le plus grand industriel sucrier de France. (Jacques Fiérain, Les raffineries de sucre des ports français du XIXe au début du XXe siècles, Paris, Honoré Champion, 1976).

56 Dieppe tire profit de la mode des séjours à la mer (Gabriel Désert, op. cit., p. 26).


57 Le château de Chaumont a été construit entre 1450 et 1510, par Pierre d’Amboise et ses héritiers, sur un coteau qui domine la Loire. Henri II, Diane de Poitiers et Catherine de Médicis séjournèrent dans cet édifice de pierres blanches. Changeant souvent de propriétaires, il fut remanié à plusieurs reprises... notamment par la princesse de Broglie dont la fortune sucrière lui permit de mettre la construction Renaissance au goût de l’époque, d’édifier de somptueux communs (la Ferme du Château) et de créer un parc à l’emplacement du village, reconstruit plus bas sur les bords du fleuve. (Le Monde, 30 juin/1er juillet 2002, p. 28).


58 Voir lettre du 8 octobre, note 33.


59 Isidore-Étienne Pourpoint, ancien membre de la chambre de commerce, président du tribunal de commerce (Journal officiel du 9 octobre) et Eugène Ducôté, conseiller général et président du bureau d’assistance judiciaire près le tribunal de Rouen (Journal officiel du 15 octobre).


60 En voici les principaux passages : « Je représente avant tout dans le gouvernement le ministère de l’ordre, de la Constitution et de la paix. L’ordre qui assure la sécurité du travail, qui permet aux entreprises de compter sur la durée ; la Constitution grâce à laquelle le pays peut se reposer avec sécurité sur la première des lois, la loi constitutionnelle ; la paix que nous proclamons tous au nom du gouvernement, au nom de la France. On a prétendu qu’une question de gouvernement était posée en ce moment, rien n’est plus faux, la Constitution républicaine est la charte du pays. Il ne s’agit pas de savoir quelle sera la forme du gouvernement, elle est définie, mais bien de demander entre quelles mains sera placé le gouvernement. Entre les mains de ceux qui, volontairement ou sans le vouloir, favorisent le triomphe des idées révolutionnaires ou de ceux qui cherchent avant tout à sauvegarder les grands principes sur lesquelles toute société repose. Ce que nous voulons, c’est que le gouvernement de la République reste entre les mains des conservateurs. Nous affirmons la paix parce que le maréchal président de la République a été le premier à la proclamer ; parce que le Sénat et la Chambre des députés composés des éléments conservateurs auxquels nous faisons appel placeront la paix en tête de leur programme ; parce que la nation entière estime qu’une politique de paix est la seule qui lui permette de réparer les désastres du passé, d’utiliser au point de vue des Travaux publics, les capitaux accumulés par l’épargne. Ministre des Travaux publics, je puis donc répéter que je représente, avant tout, l’ordre, la Constitution et la paix qui me permettent de réaliser ici et ailleurs le programme de l’avenir ».


61 L’Arques est une rivière côtière qui arrose la ville d’Arques-la-Bataille et dont l’embouchure forme le port de Dieppe.

62 Maxime Du Camp (1822-1894) : écrivain et voyageur français, ami de jeunesse de Flaubert, fondateur de La Revue de Paris.

63 Augusta de Saxe-Weimar (1811-1890), épouse de Guillaume 1er, roi de Prusse (1861-1871) puis empereur d’Allemagne (1871-1888).

64 Le décret du 11 octobre prévoit que les expéditionnaires, rédacteurs et sous-chefs de bureau partent en retraite à 60 ans, les chefs de bureau à 62, les chefs de division à 66 (Journal officiel du 12 octobre 1877).

65 Voir lettre du 31 août, note 136.

66 Dans son numéro de ce jour.

67 Paris fait allusion ici à l’appel aux électeurs lancé par le bureau des gauches du Sénat, le 11 octobre. Bertauld, voir lettre 22 juin, note 158). Alphonse Peyrat (1812-1891), journaliste opposé à l’Empire, représentant (1871-1875, Union républicaine) puis sénateur (1876-1891) de la Seine, auteur d’une célèbre formule (« le catholicisme, voilà l’ennemi ») reprise et atténuée le 4 mai par Gambetta : « le cléricalisme, voilà l’ennemi ! ».

68 Établissement jésuite parisien (voir lettre de Mme Paris du 10 octobre, note 50).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 203-216.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 40 à 105, 10 à 24) 28 juin-12 octobre 1877 », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/562

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org