Navigation – Plan du site
Troisième Partie :l'échec du dernier gouvernement d'ordre et sa difficile retraite

(Lettres 106 à 142, 25 à 31)

15 octobre – 29 novembre
p. 219-238

Texte intégral

- Lettre 106 - 15 octobre

  • 1 Ces premiers résultats sont optimistes !

  • 2 Fourtou est élu avec 11622 voix contre 5502 pour son concurrent Claverie ; à Libourne (Gironde), De (...)
  • 3 Pour Paris cela signifie un gouvernement allant au-delà du Centre gauche.

  • 4 Ce jugement est à nuancer... d’autant que les bonapartistes représentent la moitié (104) des élus c (...)
  • 5 Le récit de cette nuit par le vicomte de Meaux, ministre de l’Agriculture et du Commerce, lui aussi (...)

1Ni victoire ni défaite, ma Chère Lucie.
Un succès relatif qui nous donnera un bénéfice net de 55 à 60 sièges, tel est le résultat de la journée du 14 octobre1. M. de Fourtou est élu avec une majorité de plus de 6 000 voix. Le duc Decazes battu à Libourne, n’a battu son concurrent à Puget-Théniers, qu’avec quelques centaines de voix2.
Quelle sera la conséquence du vote ? M. le maréchal, bien conseillé, peut proposer une détente dans les esprits et se maintenir au pouvoir sans diminuer son autorité morale. Nous nous réunissons à 5 heures en conseil des ministres. Ce qui importe, c’est d’envisager la situation avec grand sang-froid et de nous préparer à des sacrifices nécessaires à des combinaisons d’avenir indésirables3. Je n’ai pas besoin de te dire que je serai le premier à mettre mon portefeuille à la disposition du maréchal.
Un fait significatif apparaît à mesure que se dissipent les fumées de la bataille : ce sont les bonapartistes « purs » qui ont succombé en plus grand nombre4.
Je me suis rendu au ministère de l’Intérieur dès mon arrivée à Paris, vers minuit. Ministres, sous-secrétaire d’État, préfets de la Seine et de police, personnages politiques se trouvaient réunis dans le cabinet de M. de Fourtou. Rien n’était plus émouvant que le dépouillement des dépêches qui apportaient successivement joie et tristesse5 ! Le duc de Broglie était très agité. Caillaux qui avait fait un somme par provision, n’est arrivé que vers 3 heures. Guerre, Marine et Instruction publique s’étaient déjà retirés. Je suis revenu au ministère à l’aube naissante et j’ai pris quelques heures de repos.
Je ne suis plus qu’à moitié ministre, je m’en console en pensant que je serai à vous tout entier.
Paris.

- Lettre 107 - 16 octobre

  • 6 En fait 327 contre 206, soit une avance de 121 sièges, contre 170 dans la précédente Chambre, soit (...)
  • 7 Au total, les conservateurs perdent 17 sièges (dont 10 bonapartistes) et en gagnent 59 (dont 20 pou (...)
  • 8 Selon le vicomte de Meaux, le chef du gouvernement aurait ainsi indiqué la conduite à tenir : « déc (...)
  • 9 Le ministère n’est peut-être pas aussi unanime que Paris le dit...
  • 10 Le 17 octobre, Le XIXe siècle reproche au cabinet Broglie-Fourtou « d’avoir concentré en cinq mois (...)
  • 11 Cf. lettres du 29 juin, 1er juillet, 27 septembre. Paris se méfie des bonapartistes et des légitimi (...)
  • 12 Le duc Decazes et Auguste Paris seraient acceptables pour le Centre gauche, les deux autres sont de (...)
  • 13 On retrouve des hommes comme Bastid, Carnot, Cochery, Wilson...

2Je t’ai donné hier, ma Chère Lucie, des renseignements de la première heure qui n’étaient pas complètement exacts. Le dépouillement des élections que je viens de faire moi-même diminue les avantages relatifs avec lesquels je te consolais.
517 élections sont connues :
319 sièges aux gauches,
198 seulement aux conservateurs,
12 élections donnent lieu à ballottage et profiteront sans doute aux candidats des droites, s’ils savent s’unir, 4 élections des colonies renforceront l’armée de nos adversaires.
À tout prendre, la majorité de gauche sera de 323 contre 210, soit 1136.
Le gouvernement, pour obtenir un vote favorable à la Chambre des députés, devra donc concentrer toutes ses forces et dénicher 56 voix au moins. Ce sera d’autant plus difficile que les députés du Centre gauche figurent en grand nombre parmi ceux qui sont restés sur le carreau. Nous avons gagné 60 sièges, mais nous en avons perdu 20. Le succès ne dépasse donc pas 40 et se chiffrera au plus par 52 après le deuxième tour de scrutin7. J’ai constaté, hier, en conseil des ministres, que le maréchal était fort triste. Nous lui avons laissé entrevoir que le ministère ne pourra se présenter devant les Chambres. « Me séparer de vous, a-t-il dit, serait interprété comme un premier acte de faiblesse. Je ne veux pas prendre mes ministres à gauche, et je ne pourrais, à droite, en trouver de meilleurs que vous ». Le duc de Broglie a détourné habilement la conversation ; ne parlons pas de retraite aujourd’hui8. À parte, nous sommes tous d’avis que la retraite du cabinet s’impose9. « Attendons Decazes » m’a dit le duc de Broglie. « Le ministre des Affaires étrangères passe en effet pour un débrouilleur ». Qui se chargera de composer un cabinet ? Quels hommes consentiront à accepter le fardeau des affaires ? Les journaux de la gauche ne paraissent disposés à aucune mesure de pacification10. Ils sont encore sous l’impression du combat…
Les élections départementales sont fixées au 4 novembre. Le ministre de l’Intérieur va se ganter de velours, avant d’y procéder. Il se gardera d’accroître l’irritation. Je n’accepterai la candidature dans le canton de Pas que si elle m’est offerte par l’unanimité des conservateurs11.
M. Caillaux me disait en sortant du conseil : « Vous pouvez rester dans un cabinet nouveau avec les ministres de la Guerre, de la Marine et des Affaires étrangères »12. Je lui ai répondu que mon désir était de me retirer. Je n’ai accepté un portefeuille que par devoir. Vaincu, j’ai droit à recouvrer ma liberté. Je ne sais pas du reste comment un ministre des Travaux publics pourra s’entendre avec la Chambre des députés sur la question des chemins de fer. Dix-huit membres de l’ancienne commission sont réélus sur 22. Tu sais quelle a été l’impuissance de cette commission13.
Le ministre de la Guerre avec qui je suis revenu du conseil ne paraît pas désireux de rester aux affaires…
Mais comment le maréchal composera-t-il avec des conservateurs un ministère de détente ? J’ai peur qu’il ne soit bientôt acculé à des difficultés insurmontables.
À vous. P. 
J’ai laissé sur la commode un rouleau de pièces de 2 ou 300 francs. Planque ne m’a pas envoyé les journaux d’Arras.

- Lettre 108 - 16 octobre, 5 heures pm

3Ennuyé de rester à mon bureau à ne rien faire et tenté par les rayons du beau soleil d’automne, j’ai porté mes pas vers le ministre des Finances. À mon arrivée, on lui annonçait que le 5 % montait à 106,4 sur l’annonce de la retraite de quelques uns des ministres. Un visiteur, le vicomte W. prétendait, d’un autre côté, que Gambetta avait dit : « Avant un mois, nous aurons la démission du maréchal ».
M. Caillaux et moi avons échangé nos pensées. Nous étions d’accord sur la nécessité de préparer notre retraite et de tenter la création d’un cabinet de détente, qui ne soit pas recruté dans les gauches (?).
« Allons donc voir M. de Fourtou », me dit M. Caillaux.
Nous voilà partis pour la place Bauveau. Une demi-douzaine de préfets attendait dans le vestibule avec des mines d’enterrement. Nous avons trouvé M. de Fourtou très calme. En tenant compte de ce que le 16 mai est venu trop tard ou trop tôt, de ce qu’il n’était ni préparé ni attendu, de la rapidité avec laquelle on a dû organiser un personnel administratif, des attaques permanentes livrées par la presse contre des fonctionnaires qui n’avaient qu’à moitié confiance, le résultat de la lutte n’est pas un défaite. Il a constaté que les conservateurs peuvent s’unir et se défendre. Le ministère doit soutenir les conservateurs dans les scrutins de ballottage et les élections départementales. Sa tâche alors sera remplie. Il devra faire place, avant la rentrée des Chambres, à un cabinet modérateur. Notre seule présence aurait l’air d’une provocation et servirait de prétexte à toutes les violences. Il faut que tous les ministres se retirent, même le duc Decazes ! qui comprend cette fois la nécessité du sacrifice. Si les uns partaient, les autres restaient, on ne manquerait pas de voir dans cette conduite diverse la preuve de deux systèmes politiques…
Le duc Pasquier doit être consulté le premier ; mais il n’ira pas jusqu’à Dufaure (?). S’il refuse de composer un cabinet, il faut former un ministère d’affaires : Voisin à l’Intérieur, de Raynal, procureur général à la Cour de Cassation, à la Justice, Andral, vice-président du Conseil d’État aux Finances, etc.
À un ministère ainsi constitué, la Chambre des députés n’aura pas de raison pour refuser le budget…
Ce programme doit être tenu secret…
J’ai vu Level, ingénieur de nos petits chemins de fer qui fait, pour que je reste aux Travaux publics, des vœux inutiles. M. Poizat m’a promis sa visite ? ? ?
P.

16 octobre, (suite)

  • 14 Jean-Baptiste Boffinton (1817-1899) est entré dans l’administration préfectorale sous la présidence (...)
  • 15 Eugène Janvier de La Motte (1823-1884), fils d’un député officiel du Tarn-et-Garonne, est entré, ap (...)
  • 16 Mac-Mahon apprécie ce soldat énergique et lui conseille de se tenir en retrait pour l’avenir (Gabri (...)
  • 17 Si au matin du 15 octobre, sous le coup de l’abattement, les ministres, d’après Paris sont unanimes (...)
  • 18 Mac-Mahon n’apprécie pas spécialement d’Audiffret-Pasquier et son caractère emporté.
  • 19 C’est-à-dire d’Audiffret-Pasquier, de Broglie et Decazes. Dutilleul : Voir lettre du 9 juillet, not (...)

4Il est normal que nous cherchions à nous voir le lendemain de la bataille afin de nous communiquer nos impressions, avant même de nous concerter sur le parti que nous devons prendre.
J’ai fait une visite à M. Brunet. Il pense, comme moi, que la retraite est pour nous un devoir. Il songe à se faire inscrire au barreau de Paris. Dans quelque temps, si les Sceaux restent aux mains conservatrices, il demandera un siège à la Cour de cassation. Il a communiqué ses impressions au duc de Broglie qui lui paraissait moins empressé de prendre le parti de la retraite. Le duc de Broglie vit de politique. Le pouvoir doit avoir pour lui une grande attraction. Il se préoccupe du reste de sa réélection au conseil général. Il craint une opposition bonapartiste. M. Brunet lui a offert son intervention auprès de Bofffinton14 qui se chargerait de Janvier de la Motte, adversaire du duc dans l’Eure15. M. Brunet a présenté Mme Brunet à la maréchale, présentation in extremis. Il lui a parlé de la nécessité de la retraite du cabinet et l’a dissuadée de se prêter à une combinaison Decazes-Chanzy16, en lui déclarant que Decazes n’était pas sûr et que Chanzy, ministre de la Guerre, semblerait un successeur désigné. La maréchale est triste et préoccupée. Elle pensait que les ministres resteraient à leur poste. M. Brunet lui a répliqué en vertu de quelles règles nous sommes morts, parlementairement.
M. de Meaux sort de mon cabinet, animé par le même sentiment qui m’a conduit chez M. Brunet, et envisagé aussi, je suppose, par le duc de Broglie. Il estime que nous ne devons rien faire connaître de nos projets de retraite, afin que les élections des conseils généraux ne se fassent pas sous l’emprise du découragement. Il est inutile, en effet, de crier sur les toits : « Nous partons » ; plus inutile encore de faire croire que nous restons. À quoi bon soulever de nouvelles tempêtes17. Le duc de Broglie doit se repentir de s’être opposé, avec M. de Meaux (2 contre 4), à l’élection des conseils généraux que je proposais de faire au mois de juin.
Nous nous sommes entretenus de la composition d’un futur cabinet. Le duc Pasquier doit être consulté avant tous. Il refusera de se charger du fardeau et je crois qu’à l’Élysée, on ne sera pas très pressant à ce sujet18.
Un cabinet d’affaires serait le meilleur expédient. Il permettrait d’obtenir quelque trêve aux profondes discordes qui ne manqueront pas d’éclater. On pourrait choisir pour ministre de l’Intérieur Andral, vice-président du Conseil d’État, ou Voisin, préfet de police ; donner les Sceaux à un avocat général de la Cour de cassation, Charrins, par exemple ; confier les Finances à Dutilleul19 qui a rempli à ce ministère des fonctions importantes et qui vient d’échouer dans l’Oise…
Il paraît que la combinaison plairait aux ducs…

- Lettre 109 - 17 octobre

  • 20 L’Union, regrettait le lendemain (18 octobre) que le gouvernement se soit « obstiné à placer dans l (...)
  • 21 L’Univers écrit encore : « Nous ne souffrons pas de la défaite, nous souffrons de la honte. Nous av (...)

5Ma Chère Lucie,

J’ai jeté hier soir quelques notes sur le papier. Je te les envoie en te déclarant que le cabinet d’affaires, pris en dehors des Chambres, ne vivrait pas deux mois, si le maréchal parvenait à le former. On crierait de tous côtés au pouvoir personnel. Les journaux des gauches manifestent du reste des prétentions telles que pas un homme sérieux n’entrerait dans la combinaison que je rêvais hier soir.
C’est avec les Chambres que le maréchal doit compter. C’est dans les Chambres qu’il doit prendre son ministère. Mais qui se laissera prendre ? Qui prendre ?
Voici comment je composerais le cabinet :
Duc Pasquier à l’Intérieur,
Dufaure à la Justice,
Decazes maintenu aux Affaires étrangères,
général Berthaut à la Guerre,
Fourichon à la Marine,
Léon Say aux Finances.
Je réserverais pour deux députés les fauteuils des Travaux publics et du Commerce.
Je crains que tous ces plans échouent et que nous passions du conflit à la crise. Mon parti est bien pris : si je n’étais arrêté par le fait qu’on verrait dans ma retraite un acte de découragement et de faiblesse, je serais déjà démissionnaire.
« Les résultats du scrutin, dit L’Union, proclament que la politique ministérielle n’a été qu’une aventure »20. « Nous ne sauverons désormais nos âmes et notre honneur, ajoute L’Univers, que si nous savons prendre l’engagement de ne plus suivre contre notre gré, ces habile gens »21.
Voilà la monnaie que nous envoient les journaux de droite… à titre de récompense et d’encouragement.

À bientôt.
P.

- Lettre 25 - Arras, 17 octobre

  • 22 Épouse du colonel Milliroux, ancien directeur des fortifications, membre de la commission départeme (...)
  • 23 C’est-à-dire à cette extrémité de la carrière, à cette situation qui n’a pas d’issue.

  • 24 Lucie Paris compare ici les suites de la défaite électorale du 14 octobre à la retraite des Dix-mil (...)
  • 25 Genèse 18, 32.

  • 26 Non identifié.

6Cher Ami,

Toutes vos lettres me sont bonnes, celles qui remontent le courage me prouvent de plus en plus que vous en avez beaucoup et celles qui rétablissent le triste tableau dans sa vérité ne m’apportent rien de nouveau, rien qui ne soit prévu et connu d’avance. Je vous aurais écrit dès hier si j’avais trouvé dans mon cœur une inspiration qui pût vous être utile en quelque manière ; dans l’affliction profonde où j’étais plongée, je n’ai trouvé que la prière et la prière pour les morts. Nous avons
assisté au service anniversaire de Mme Milliroux22, beaucoup de nos amis s’y trouvaient, les Wartelle, les Dauchez, les officiers en retraite ou qui arriveront bientôt à cet acculement (sic)23 composaient la plus grande partie de cette réunion. Vous voyez que le vieil Arras est toujours le vieil Arras, il ne faut pas faire fi des traditions, après les tempêtes, après les naufrages, c’est sur elles que l’on s’appuie et que l’on vit encore sur les débris des existences perdues. Vous feriez là- dessus de bons discours si le temps était aux discours mais la vie parlementaire a fait son temps ; nous n’avons pas à la juger et il faut lui trouver un successeur.
Je n’ai guère de lumières là-dessus car je suis accablée de la vue des misères qui s’accumulent devant vous. Toutes les solutions me semblent introuvables et pourtant, comme le dit le Maréchal, la seule pensée à laquelle il ne puisse s’arrêter c’est que vous l’abandonniez, vous qui avez reconnu la justice (sic) de sa cause qui est la nôtre, qui avez marché avec lui à un combat qui était plein de générosité et qui n’a abouti à un échec que parce que le terrain est miné par les mauvaises doctrines et plus encore par les mauvaises passions, chacun voulant bien la réforme des abus qu’il croit découvrir chez les autres mais qu’il ne veut pas reconnaître chez les siens. Maintenant que tous ceux qui ont été amis pendant la bataille rassemblent leurs forces, s’il est possible, pour faire une belle retraite, qu’ils sauvent les principes par lesquels ils comptaient soutenir encore une société ébranlée jusque dans ses fondements, qu’ils sauvent les hommes s’ils le peuvent. J’en serais bien heureuse mais les chefs doivent conduire jusqu’au bout cette pauvre armée des dix mille et la faire rentrer dans ses foyers à travers tous les périls et toutes les difficultés de ce voyage entrepris d’une manière un peu trop chevaleresque par les temps qui courent mais qui peut avoir aussi son bon côté24.
J’écris au courant de la plume, cher ami, et je ne sais si ce que je vous dis ne va pas vous paraître aussi inintelligible que confus. Ce ne sont pas des conseils que je vous donne, ce sont mes impressions que j’ai besoin de vous envoyer sur ces feuilles détachées, telles qu’elles se présentent à mon esprit ou plutôt à mon cœur, car c’est vous qui êtes sur la brèche et vous comprenez combien je désirerais que la bataille se terminât tout à coup, vous rendant à vos foyers, à vos enfants, à la retraite la plus paisible que l’on puisse espérer. Ce serait mon meilleur vœu rempli, vous savez que je n’en ai jamais eu d’autre, mais, pour le moment, je ne le crois pas possible, même à rêver et je me mets toute entière dans la pensée qui doit vous occuper : sauver les débris de notre société qui s’en va, être le dernier à abandonner le poste de conservation. Ne restât-il que dix justes, il faut être avec eux dans le sacrifice, Dieu seul sauve ceux qui doivent être sauvés ! !25 Je mets cette lettre à la poste avant dix heures afin qu’elle vous parvienne ce soir. Je ne sais si Planque vous a renvoyé les journaux que vous m’aviez demandés, je ne l’ai pas revu. M. Lecesne est venu lundi me voir et m’annoncer que le Père Delavallée26 était malade ; je suis allé le voir hier, il était un peu mieux. Aujourd’hui, nous sommes sous l’empire des ouvriers qui raccommodent le toit. Il faut bien supporter les inconvénients de l’abri qu’on espère avoir contre les intempéries de la saison d’hiver. Je voudrais passer, j’aurais grande envie de m’en aller et de ne pas recevoir les quelques visites que j’attendrai peut-être en vain cet après-midi. Cependant, s’ils me laissent l’entrée de ma maison praticable, je ne la fermerai pas, afin de ne pas manquer aux quelques personnes qui pourraient avoir besoin de retrouver auprès de moi courage et consolation. Dès que vous pourrez nous revenir quelques jours, n’y manquez pas, vous voyez que notre pays est encore meilleur que bien d’autres ; nous sommes désabusés de bien des illusions, cependant, il y a encore quelque chose de bon au fond de notre terre.
Eugénie reste jusqu’à présent ma fidèle compagne, je ne l’ai pas encore remise à ses études. Le provisoire n’est bon pour rien, il diminue le courage que l’on peut avoir et laisse détruire toutes les institutions. Ce n’est donc pas sous cette triste influence que je reste ; aujourd’hui comme toujours dans la bonne et dans la mauvaise fortune, je puis me dire votre meilleure, votre plus tendre et votre plus dévouée Lucie.
Vous n’avez pas oublié, j’espère, le jeune Ch… près du ministre de la Guerre et mon facteur dont le fils attend toujours ou sa nomination ou ses papiers donnés à la Cie du Nord sans qu’il ait rien obtenu, il vous enverra une note sur cette affaire.

- Lettre 110 - 18 octobre

  • 27 Ce qui effectivement se passera : le 13 novembre une commission parlementaire est chargée de faire (...)
  • 28 Illisible.

  • 29 Allusion à l’attitude de Pierre qui par trois fois renie le Christ (Jean 18 :17-18, 25-27 ; Luc 22  (...)
  • 30 Le Journal officiel rendrait ainsi compte, à la veille de l’entrée en session du parlement, d’une d (...)
  • 31 Dès le 17, une dépêche de l’agence Havas fait connaître cette position qui reprend celle de Fourtou (...)
  • 32 Encore un militaire énergique susceptible de convenir à Mac-Mahon. (voir lettre du 21 juin note 136 (...)
  • 33 Charles Jean Melchior de Vogüe né en 1829, archéologue, historien de la religion, diplomate en post (...)
  • 34 J.-B. Dumas a été ministre de l’Agriculture et du Commerce en 1849-1851 (voir lettre du 7 août, not (...)
  • 35 Édouard Jules Ancel (1812-1905), armateur fortuné du Havre, ancien président de la chambre de comme (...)
  • 36 Témoignage du redressement rapide de la France, elle doit rassembler les Français dans le patriotis (...)
  • 37 Ce jour, elle parle de la démission nécessaire de Mac-Mahon (Pierre Albert, op. cit., p. 1409).
  • 38 Edward Follansbee Noyes (1832-1890) a fait des études de droit avant de devenir militaire, gouverne (...)
  • 39 Le 14 octobre, Sens y a eu 1562 voix contre 1494 à Deusy ; pourtant le conseiller sortant conservat (...)

7Ma Chère Lucie,

Une entière communauté de sentiments et de principes est une force dans les moments difficiles. Tu peux compter que je ferai mon devoir, tout mon devoir, avec cet esprit de fermeté et de modération que je me suis efforcé d’apporter au milieu des complications de la politique. Je suis devenu ministre sans avoir désiré cet honneur, après avoir cherché à m’y soustraire. Je ne cesserai d’être ministre que le jour où le maréchal n’aura plus besoin de mon concours. Et ce jour-là, je me présenterai devant mes adversaires le front haut, parce que j’aurai la conscience tranquille.
Je me montrerai digne de toi, digne de vous.
Le duc de Broglie est venu me trouver hier soir sans avoir de plan très arrêté, il partageait les idées que je t’ai communiquées dans ma dernière lettre.
La réunion du conseil présentait ce matin un vif intérêt ; nous étions au complet. M. le maréchal a compris que vouloir conserver les ministres qui lui ont prêté leur concours depuis le 17 mai, ce serait prendre vis-à-vis de la Chambre une attitude provocante qui pourrait servir de prétexte à toutes les violences : mise en accusation, refus du budget etc.27 Mais il a déclaré qu’il ne prendrait pas de ministre Centre gauche. « J’ai assez d’une expérience, a-t-il dit, ils me conduiraient encore une fois à gauche ; mon honneur s’y oppose ». Le duc de Broglie laissait supposer que nous resterions à notre poste jusqu’à notre remplacement, jusqu’à la formation d’un nouveau cabinet. Le ministre de la Marine, avec beaucoup de bravoure,.28 sur ce programme, pensant que les conservateurs mettaient en nous leur confiance. « Le coq n’a pas encore chanté trois fois29, disent Les Débats, et tous les partis prétendent qu’ils ne connaissent pas le gouvernement, qu’ils n’étaient pas de l’affaire ».
« Entendons-nous bien a répliqué le duc Decazes, nous resterons au poste de combat jusqu’à ce que toutes les élections aient été faites, jusqu’à la réunion des Chambres. Mais le 6 novembre, l’Officiel annoncera que nous avons remis nos démissions, ce qui ne nous empêchera pas de conserver l’administration des affaires, si à cette époque, un nouveau cabinet n’est pas formé »30. Nous avons fini par nous trouver tous de cet avis qui est le seul conforme à nos devoirs envers le maréchal, envers les institutions, et au respect des règles parlementaires31. « Vous pourrez nous désavouer un peu ajouta le duc Decazes, non pas les fonctionnaires, mais nous ministres ». « Non pas, répliqua le maréchal, vous avez marché d’accord avec moi, je vous soutiendrai comme vous m’avez soutenu ».
Comment former un ministère ? 1re combinaison à tenter : le duc Pasquier serait invité à accepter la présidence du Conseil et à faire choix de ministres dans le Sénat, - en partant de la lisière du groupe constitutionnel jusqu’à la droite, a proposé M. de Fourtou -.
M. Brunet opinait que le président du Conseil devait seul être pris dans le Sénat (Canrobert ?)32. Il n’a pas prononcé de nom.
2e combinaison : il est très probable que le duc Pasquier refusera les ouvertures qui lui seront faites. Alors se présente l’hypothèse d’un cabinet d’affaires. On ferait appel à des hommes de cour. Il en existe encore. Les noms suivants ont été prononcés :
Voisin : Intérieur ; de Vogüé33 (ambassadeur à Vienne) : Affaires étrangères ;
de Raynal, procureur général à la Cour de cassation : Justice ;
Dumas34, de l’Institut : Instruction publique, ou Commerce ?
Dutilleul : Finances ;
Ancel ou de Rambuteau35 : Travaux publics.
Le maréchal tient à conserver les ministres de la Guerre et de la Marine : « Vous êtes étrangers à la politique, vous autres », leur a-t-il dit.
Avec un cabinet ainsi composé, le maréchal espère obtenir le vote du budget. La question de l’Exposition dont on ne voudra pas compromettre le succès continuera l’apaisement36.
Les prévisions peuvent être déjouées et la guerre succédera à la guerre. La République Française se montre très agressive contre le maréchal37. Sachant qu’on ne pourra l’amener à se soumettre, elle ne reculera devant aucune violence parlementaire pour l’obliger à se démettre.
Espérons que le calme se rétablira dans les esprits et que nous ne passerons pas, comme je te le disais hier, du conflit à la crise.
J’ai reçu la visite du général Noyes, nouveau ministre plénipotentiaire des États-Unis. Il parle aussi peu le français que moi l’anglais. Un secrétaire de légation nous a servi d’interprète. Il m’a annoncé la prochaine arrivée du général Grant, dernier président de la R. américaine38. J’ai vu aussi le préfet. Je renonce, d’après son conseil, à toute candidature dans le canton de Pas qui n’a pas donné 100 voix de majorité conservatrice39.

À bientôt. Peut-être à demain, s’il n’y a pas conseil samedi.
P.

- Lettre 111 - 22 octobre

  • 40 M. Boulangé est ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à Arras, membre de la commission des Antiq (...)
  • 41 Encore une pique en direction de Decazes !

  • 42 Voir lettres du 4 octobre, note 2 et du 23 octobre, note 48.


8Ma Chère Lucie,

Je t’écris dès mon retour afin de pouvoir te demander des nouvelles de ta santé, si Eugénie avait oublié de m’en adresser aujourd’hui même. J’espère que ton indisposition n’aura pas de suite et qu’aucune inquiétude ne viendra s’ajouter aux ennuis de l’éloignement. J’ai voyagé avec M. Wartelle jusqu’à Albert, et avec M. Boulangé40 jusqu’à Amiens.
J’ai trouvé sur mon bureau plusieurs lettres de la famille. Charles m’apprend que maman qui s’était levée seule s’est laissée choir dans sa chambre à coucher ; elle a écrasé le garde- cendres sous le poids de son corps, mais aucune fracture, aucune lésion n’a été la suite de cette rencontre et notre chère mère, qui est à l’épreuve des chutes, en sera quitte pour un embarras momentané dans les mouvements. Charles a continué à souffrir du refroidissement de la température ; son rhum a été accompagné d’accès de fièvre qu’il a détournés à l’aide de quinine.
Baptiste est douloureusement éprouvé : le plus jeune de ses frères, qui a déjà occasionné tant de peine à sa famille, est arrêté sous la présomption d’abus de confiance.
Mon oncle Charles (Duthilt) se décide à rester à Aire… jusqu’à l’arrivée de jours meilleurs.
Je t’envoie, pour que tu les adresses de suite à St-Nicolas, les instructions du jardinier du Luxembourg relatives à la conservation du caladium (plante d’ornement) ?
M. Demy est infatigable dans ses invitations. Il est revenu pour la seconde fois m’engager de la manière la plus pressante à dîner ce soir en famille chez sa mère !
J’ai reçu la visite du ministre de la Marine qui voudrait ou rester avec nous ou partir en même temps que nous. Il m’a appris (et mon étonnement est égal au sien) que le duc Decazes est parti pour Puget-Théniers. Il va faire connaissance avec ses électeurs ! Le moment est bien choisi41.
Plusieurs préfets sont venus me voir ; ils ne sont pas découragés. M. Brassier, ne m’ayant pas rencontré, s’est entretenu avec M. Clérault de la situation de son département. Jusqu’à la veille des élections, il comptait sur deux sièges. Le samedi, deux cents émissaires se sont mis en campagne et ont développé ce thème : la guerre, la guerre…42
Je vous embrasse affectueusement et je te souhaite encore une fois un prompt rétablissement. Paris.
P.-S. : J’ai oublié ma carte de circulation dans la poche de mon pardessus d’été ; mets la de côté.

- Lettre 112 - 23 octobre

  • 43 Mgr Freppel (1827-1891), évêque d’Angers depuis 1869, il y a fondé une université catholique en 187 (...)
  • 44 Lettre ou rescrit du Pape de caractère privé (bref) par lequel l’évêque d’Angers reçoit des pouvoir (...)
  • 45 Dans lequel de Broglie, d’Harcourt, Mgr Dupanloup jouent un rôle très important.

  • 46 De fait Audiffret-Pasquier n’a jamais exprimé un soutien enthousiaste à l’entreprise du 16 mai, mai (...)
  • 47 Le comte de Paris (1838-1894) est le fils du duc Ferdinand d’Orléans (1810-1842, décédé accidentell (...)
  • 48 La publication dans une circulaire électorale d’un décret du gouvernement italien ordonnant des for (...)
  • 49 En Savoie, les conservateurs n’ont eu aucun élu en octobre 1877 (rappel, voir lettre du 4 octobre, (...)
  • 50 Le vicomte Maxime de Gombert, né en 1829, est le fils d’un magistrat qui a démissionné en 1830. Avo (...)

9Ma Chère Lucie,

Je remercie tout d’abord Eugénie de l’exactitude qu’elle a mise à me donner des nouvelles de ta santé. Tu as bien fait d’appeler de suite M. Devillers. J’espère que grâce au soin de ta garde-malade et de ton médecin, ton indisposition n’aura pas de suites. Je recommande à mon secrétaire de continuer à m’envoyer son « bulletin ».
J’ai reçu une lettre de Marie. Maman ne se ressentira pas de sa chute. Elle est cependant obligée de suspendre l’exercice du tricot. J’ai dîné hier soir chez Mme Demy. J’ai été reçu avec une extrême cordialité. Toute la famille a profité de ma loge samedi dernier ; on y a fait une vraie fournée.
Le conseil des ministres de ce jour n’a pas duré une heure. Le duc de Broglie était revenu de son département pour y assister. L’absence du duc Decazes a été remarquée par d’autres que par moi. Le ministre des Affaires étrangères abuse de l’alibi.
Il semble vraiment que nos évêques s’ingénient à trouver le moyen de compromettre les universités libres. Voici que M. d’Angers43 a obtenu du St-Siège, à l’exemple de Cambrai, un bref d’institution canonique de l’université angevine, avec nomination de fonctionnaires, droit de collation des grades etc.. Cette question a, déjà l’an dernier, amené une interpellation. Il est au moins inopportun de la soulever de nouveau. L’incident donne lieu à un échange de notes diplomatiques44.
Le duc Pasquier s’est refusé à tout essai de combinaison ministérielle. Le maréchal s’est contenté de nous l’annoncer et presqu’aussitôt, le duc de Broglie a amené la levée de la séance en disant qu’il appartenait à M. le maréchal d’aviser. À côté du conseil des ministres, il existe évidemment un conseil intime45. Comme je ne veux pas être pris au dépourvu, j’ai rappelé combien il était nécessaire de ne pas perdre de temps. Le duc de Broglie a exprimé l’avis que la bataille pourrait être engagée au Sénat au moyen d’une interpellation, dès la rentrée des Chambres. « Il est à espérer, ai-je dit, que le Sénat ne se séparera pas du maréchal, mais il me paraît certain que le cabinet actuel n’obtiendra pas l’ordre du jour de confiance sur lequel vous me paraissez compter. Si le cabinet reste aux affaires, un ordre du jour de confiance lui serait nécessaire ». « Très bien, mais si le Sénat ne votait qu’un ordre du jour pur et simple, qu’arriverait-il ? »46.
Je n’ai pas insisté, et je suis sorti aussitôt avec le général Berthaut, bien résolu quoiqu’il advienne, à ne pas rester ministre au delà du 5 novembre.
Ou le maréchal résistera et restera. Ou il donnera sa démission. Je ne veux pas m’associer à un plan de campagne dont j’entrevois les conséquences possibles et dans lequel je n’aurai pas une part de direction suffisante pour que j’engage ma responsabilité indéfiniment. Dans la seconde hypothèse, je suis encore moins tenté de rester ministre. Le ministre de la Guerre partage ma manière de voir. Il craint que le gouvernement ne se laisse entraîner… Tous les conservateurs seraient loin de s’opposer à une résistance à outrance… Le général Berthaut m’a rapporté que le Cte de Paris47 lui avait dit : « La question a été mal posée, mais le pays a répondu. On ne peut méconnaître ce résultat ». Le Cte de Paris aurait été d’avis que l’on chargeât Dufaure de composer un cabinet.
Je crains que le groupe constitutionnel n’agisse d’après ces idées. Les Bonapartistes et les Chevau-légers ne suivront-ils pas la ligne de conduite tracée pour les uns par L’Ordre et Le Gaulois, pour les autres par L’Union, L’Univers et La Gazette de France ? : « Nous soutiendrons le maréchal jusqu’au bout » (?) à la condition qu’au bout, les uns trouvent « un coup » favorable à l’Empire, les autres la restauration d’Henri V.
Je viens de voir M. Brassier, préfet de la Savoie. Le consul italien de Chambéry, le sieur de Monobria qui habite la Savoie, nous a été très hostile dans cette contrée en faisant croire à la guerre si « les cléricaux » l’emportaient. Le samedi, sur les marchés, on a mis en scène des mères-pleureuses qui allaient répétant : « Ne votez pas pour MM… ou c’en est fait de vos fils ». Les soldats récemment congédiés, imbus de l’esprit des villes où ils tenaient garnison, ajoutaient à ce concert : « Ce n’est pas la peine de quitter nos pantalons rouges si vous votez pour MM… ! La guerre va commencer »48. En Savoie, les conservateurs ont donné tout ce qu’ils ont pu. Ils ne se prêteraient pas à des élections nouvelles49.
Le préfet de Tarn-et-Garonne (vicomte de Gombert)50 a gagné 3 sièges sur 4. La question dans son département est surtout sociale. Il pense qu’on aurait dû faire les élections aussitôt après le 16 mai, en proclamant l’état de siège. Le maréchal vient de lui déclarer, comme il l’a déclaré au préfet de la Savoie : « Je n’irai pas à gauche. Je n’abandonnerai pas les fonctionnaires ». La question Comment se présente aussi à son esprit.
J’ai peur, peut-être, de te casser les oreilles avec la politique. Mais de quoi pourrais-je te parler ? Et mon silence ne te préoccuperait-il pas davantage que mes confidences épistolaires ?
J’irai vous voir samedi (27), peut-être même auparavant.
À vous. P.

- Lettre 113 - 24 octobre

  • 51 Le sous-préfet est M. Loubens, ancien sous-préfet impérial, rappelé en service après le 16 mai, rév (...)
  • 52 Il est né à Brest, il est préfet maritime de Lorient avant et après le cabinet Broglie-Fourtou, il (...)

10Chère Lucie,

Combien je regrette d’être absent d’Arras puisque tu y es souffrante ! Au moins me consolè-je en pensant que des soins affectueux t’entourent, et en apprenant par les lettres que m’adressent, avec une égale sollicitude, et fille et sœur, l’amélioration de ta santé. Je remercie mes aimables correspondantes ; j’embrasse Jean sur les deux joues, puisqu’il a été deux fois premier. Qu’il continue !
J’ai reçu une lettre amicale de M. Ernest, la carte et les remerciements de Mme Auguste dont j’ai fait entrer le protégé… à l’hospice des Invalides.
Le comte d’Armaillé m’a invité à dîner demain avec le duc de Broglie. Je n’ai pas cru pouvoir refuser, après l’accueil qu’il m’a procuré à Dieppe, et aussi parce que mon refus aurait eu l’air du prologue de la retraite.
Je me suis montré plus inflexible à l’égard du sous-préfet51 et du maire de Dunkerque, qui étaient venus me prier de visiter les travaux de leur port. Laissons passer l’orage… Si je passe avec l’orage, mon successeur ira voir Dunkerque à ma place.
Je viens de rendre la visite que m’avait faite le général Noyes, ministre plénipotentiaire d’Amérique. Je ne l’ai pas rencontré. J’avais été tenté de me présenter chez le duc Pasquier. J’ai réfléchi, je me suis abstenu. À quoi bon demander conseil quand on nage au milieu du fleuve ?
Je n’avais pas encore vu chez lui mon collègue de la Marine pour qui j’ai une grande estime. C’est un excellent homme qui est resté fidèle à la foi des Bretons - « Dieu et le Roi »52 - et qui, étranger à la vie parlementaire, à ses exigences, à ses périls, navigue droit devant lui. Il désire se retirer si ses collègues se retirent ; mais il est résolu à rester si le maréchal ne lui demande pas son portefeuille.
Quel embarras que notre retraite ! Quelles difficultés sont inhérentes à notre maintien au pouvoir !
Je crains que le maréchal se refuse à créer un nouveau cabinet, et que je ne puisse me retirer sans un éclat. Le Moniteur Universel publie un entrefilet significatif. « La séance du conseil des ministres, écrit-il, a été de courte durée ; mais immédiatement après, M. le président du conseil et M. le ministre de l’Intérieur ont eu avec le Chef de l’État un assez long entretien. Nous croyons savoir que le maréchal a nettement déclaré qu’il ne pouvait être en ce moment question de changements ministériels. Le gouvernement du 16 mai doit se présenter devant le Parlement pour y défendre sa politique et ses actes » Le Moniteur doit être bien informé.
Je persiste à penser que notre retraite est une nécessité parlementaire. À vous. Paris.

- Lettre 114 - 25 octobre

  • 53 Après les Trois Glorieuses et l’instauration de la monarchie de Juillet en 1830, quatre ministres d (...)
  • 54 Terme à manier avec la plus grande précaution ! Il ne démissionnera que le 20 novembre.

  • 55 2 élus Centre droit et bas-normands comme lui : Bocher est sénateur du Calvados (voir lettre du 28 (...)
  • 56 En 1848, lors de la discussion du projet de constitution, Jules Grévy estima qu’un président du con (...)
  • 57 Illisible.
  • 58 C’est-à-dire depuis le renversement de Thiers, le 24 mai 1873. L’animosité entre les deux ducs est (...)

11Chère Lucie,

J’ai consacré la soirée d’hier à la lecture du procès des ministres et plus que jamais j’ai résolu, en continuant de me dévouer à la défense des doctrines conservatrices, de ne pas jouer le rôle de Guernon-Ranville53.
Dans le conseil tenu ce matin, on s’est expliqué à moitié. M. de Fourtou m’a paru beaucoup plus conciliant que d’autres de mes collègues. Il admettrait un cabinet formé des centres du Sénat, le Centre droit ayant la majorité. J’ai appuyé énergiquement ce programme qu’il faut essayer de pratiquer avant de former un ministère d’affaires. « Si rien ne réussit, dit le duc de Broglie, nous resterons à notre poste à côté du maréchal ». J’ai répondu que le maintien du cabinet aux affaires serait une provocation à l’adresse de la Chambre des députés ; dès le premier jour, nous serons obligés de demander un vote de confiance au Sénat. La résistance du Sénat perdrait le maréchal en même temps que nous. En ce qui me concerne, je ne me présenterai devant le Sénat que comme ministre démissionnaire. J’omets à dessein les détails. Mon parti est pris irrévocablement54 : le lundi 5 novembre, je ne serai plus ministre.
Je viens de recevoir le duc Pasquier. Il m’a mis au courant des négociations auxquelles il est mêlé depuis dimanche. Il a accepté hier soir un rendez-vous que le maréchal lui avait proposé avec les ministres. Il était anxieux et y conduisit deux amis, Bocher et Cornelis de Witt55. Il n’a trouvé chez le maréchal que MM. F. et de Broglie. Il a exposé tout le danger qu’il y aurait d’associer la fortune du maréchal à celle du cabinet. « Vous retirer sur un vote défavorable au cabinet, M. le maréchal, ce serait mettre en pratique le système Grévy qui fait d’un président de la République un simple président du conseil de ministres56. Vous retirer, vous ne le pourriez pas ; avant que votre démission fût donnée, le sang serait sans doute versé et toute retraite devenue impossible en présence de la gravité de la situation. Demander au Sénat une adhésion pure et simple à une politique de résistance ? Vous obtiendrez un refus, si vous résistez avant d’avoir tenté aucun moyen de conciliation, avant d’avoir…57 comme ce que demandent vos adversaires… ». Le duc Pasquier a été très satisfait du langage de M. de Fourtou, beaucoup moins de celui du duc de Broglie, qu’il considère comme l’inspirateur de la politique de l’Élysée depuis le 24 mai58.
M. Voisin partage la manière de voir du duc Pasquier. Il ne conservera pas ses fonctions de préfet de police si le cabinet se maintient aux affaires sur un programme de résistance absolue.
J’ai dit au duc Pasquier sur quels points j’étais d’accord avec lui. Je ne lui ai pas dissimulé que je regardais mon rôle de ministre comme terminé. Il m’a loué de ma conduite pendant ces cinq mois et de ma résolution dernière. Il m’a quitté pour se rendre chez le général Berthaut avec qui je suis en complète communauté de sentiments.
J’espère que ton indisposition a pris fin ?
Nous dînons tous lundi chez le ministre plénipotentiaire des États-Unis. Paris.

- Lettre 26- Arras, 25 octobre

  • 59 Lucie Paris semble regretter pour deux raisons que son mari ait accepté d’être ministre le 17 mai e (...)
  • 60 S’agit-il de Mme Dreux ? Voir lettre du 12 juillet, note 79.
  • 61 Est-elle liée au sous-intendant militaire de Lille ?

12Cher Ami,

Ne vous inquiétez plus de ma santé, elle est parfaitement remise. Nos toits sont recouverts, nous pouvons braver la pluie et les neiges. Je vais tâcher de faire nettoyer la maison, ce qui est le grand souci des ménagères.
Vous aviez raison hier de me dire que vous ne voulez plus embarrasser ma tête de politique, je suis parfaitement incompétente sur toutes ces questions, je les laisse à plus habiles que moi et je voudrais bien que vous en puissiez dire autant. Malheureusement, quand on a été mêlé d’une manière ou d’une autre, on ne se dégage pas comme l’on veut. Si on ne vous a pas consulté le 15 mai, il était libre à vous de vous défendre le 17. Vous ne m’avez pas non plus consultée, vous dirai-je, avant de m’annoncer que vous étiez engagé. Aujourd’hui, je ne vous dirai rien de ce qui a pu motiver une détermination nouvelle qui vous porte à vous retirer, je sais assez que les raisons ne manquent pas à celui qui manque. Je vous dirai seulement : vous aimez le caractère du ministre de la Marine, il n’est pas mêlé à la politique et il est dévoué à l’ordre, puissent tous ceux qui ont en main une force quelconque être dans les mêmes dispositions ! La force ne peut s’exercer que dans le dévouement au devoir tel qu’il apparaît à la conscience droite. Je voudrais pouvoir dire que beaucoup de gens ont cette bonne conscience, il suffit de quelques-unes. Vous avez en plus la science du droit que je n’ai point, on vous a entraîné dans une cause qui est celle du droit français, vous ne pouvez l’abandonner que lorsqu’elle sera définitivement perdue, vous avez bien fait ce que vous avez fait, prenez garde que les non parlementaires ne précipitent les questions en abandonnant la partie
59.
Mme Curnier est venue hier me recommander très vivement sa protégée, c’est une bonne action à faire que de lui trouver un bureau de poste quelconque avant de céder votre poste à un autre, elle est veuve, pauvre et mère de deux enfants60.
Je vous embrasse d’un cœur attristé en vous répétant : « ne vous inquiétez pas de moi ». Marie m’a invitée à aller passer deux ou trois jours à Saint-Omer pour remplacer son voyage remis. J’ai répondu que je me mettrais à la disposition de la famille si je ne craignais que ce ne fût un embarras en plus. Gabrielle est, dit-on, reprise du scorbut. Vous n’avez pas de renseignements ni de demandes de secours.
J’envoie ce chiffon et je vais déjeuner à Saint-Nicolas avec Mme Birouste
61.
Lucie.

- Lettre 115 - 26 octobre

  • 62 Voir lettre du 18 octobre, note 39. Auguste Paris s’est heurté aux réticences des légitimistes les (...)
  • 63 Le général Joseph Vinoy (1800-1880), engagé, devenu général de division en 1855 fut sénateur du Sec (...)
  • 64 Il est étrange que Paris, membre de ce groupe, n’ait pas été convié à cette réunion. Les sénateurs (...)
  • 65 Broglie, Brunet, Fourtou...
  • 66 Dans cette lettre, Auguste Paris répond assez fermement aux critiques à peines voilées que sa femme (...)

13J’ai appris avec un grand plaisir, ma chère Lucie, le rétablissement de ta santé : l’inquiétude ajoute un grand poids aux ennuis de la séparation.
Je n’ai pas reçu de nouvelles de Z. depuis la lettre par laquelle elle me demandait de payer le trimestre de son second fils, comme externe, lettre à laquelle je n’ai pas répondu. On ne me parlait pas de la santé de Gabrielle.
M. Poizat m’informe que M. le baron Lallart de Gommecourt a déclaré formellement qu’il ne se présente pas comme candidat au conseil général. On va faire des démarches auprès de M. de Louvencourt pour le décider à poser sa candidature. Certains conservateurs de ce canton se repentiront, je le crains, de l’accueil fait par eux aux ouvertures qui me concernaient62.
Le général Grant, arrivé hier à Paris, sera reçu le 1er novembre par le président de la République qui a invité les ministres au dîner officiel. Ce sera, je crois bien, le dîner d’adieu.
On m’a fait prévenir, du ministère des Affaires étrangères, que le ministre plénipotentiaire d’Amérique me verra avec plaisir accepter son invitation pour lundi. J’ai répondu que j’avais accepté. Je serai, pour mon compte, assez curieux d’assister à une réunion de la haute société américaine.
Le dîner du comte d’Armaillé était intime : Mme d’Armaillé, le duc de Broglie, le général Vinoy, le baron de Barante, le comte de Circourt, conseiller d’État etc63… J’ai appris de M. de Barante qu’une réunion des sénateurs constitutionnels avait eu lieu dans l’après-midi et avait résolu de tenter la conciliation, avant de s’associer à la résistance64.
La politique de mon collègue de la Marine te plaît par sa vaillance : restons sur le navire jusqu’à ce qu’il saute, je le veux bien, mais à la condition de ne pas le faire sombrer en y restant. L’amiral Gicquel a commencé par me déclarer qu’étranger aux Chambres, il n’entendait rien à la politique… C’est avec les Chambres qu’il faut compter. Du côté de la Chambre des députés, nous n’avons qu’à attendre… ordres du jour de défiance, mise en accusation, refus de ratification des crédits extraordinaires relatifs à nos départements acceptés.
Mais aurons-nous au Sénat le point d’appui indispensable ? Si nous n’obtenons pas du Sénat un ordre du jour de confiance, nous ne pouvons pas rester ministres un seul jour, et si nous tombons, nous entraînons dans notre chute le maréchal, associé jusqu’au bout à nos destinées.
Quelle responsabilité ! prise en dehors de toute les règles parlementaires !
Avant de l’assumer, il faut savoir si notre maintien au pouvoir aide le maréchal dans sa tâche difficile ou le compromet ? La réponse n’est pas douteuse : nous paraîtrons nous abriter derrière le maréchal, au lieu de le vouloir couvrir. Nous sommes des vaincus, « les vaincus ont toujours tort ». Dans la lutte électorale, il y a bien des faits que nous ne pouvons défendre ; le passé embarrassera l’avenir. Plusieurs membres du cabinet, et des plus éminents, rencontreront une hostilité personnelle65 qui rejaillira sur le maréchal. Nous tomberons sur un ordre du jour pur et simple et nous entraînerons le maréchal dans notre chute.
Et alors…66
Une affaire de service m’empêche de continuer. À demain soir.
P.

- Lettre 116 - 29 octobre

  • 67 Une nouvelle dissolution ? un gouvernement appuyé sur le Sénat (et l’armée) dirigé par Pouyer-Quert (...)
  • 68 C’est-à-dire retenu en conseil des ministres. Il est significatif que Paris n’évoque pas les résult (...)

14Chère Lucie,

J’ai voyagé en compagnie de M.M. Curnier et Bottieau. J’avais engagé ce dernier à déjeuner ; après avoir accepté, il a été forcé de me remercier, afin de ne pas manquer avec M. Vente, un rendez-vous à la chancellerie. M. Clérault a remplacé ce convive absent. J’ai reçu la visite du général Loysel et de M. de Beyens, ministre plénipotentiaire de Belgique. Le général Loysel pense que le Maréchal et le cabinet actuel n’ont qu’à résister ; le remplacement du ministère serait regardé comme un acte de faiblesse par les conservateurs. Je lui ai exposé les raisons qui militent en faveur de notre retraite. On ne convainc absolument personne, parce que l’on est pas sûr, quelque parti que l’on prenne, d’avoir absolument raison. Je crois, du reste, que la combinaison cherchée n’a pas avancé d’un pas depuis samedi67.
M. de Beyens m’a manifesté beaucoup de sympathie pour le gouvernement. Il pense que la presse étrangère nous juge fort mal parce qu’elle ne tient pas compte du caractère de nos institutions ; un véritable régime parlementaire n’est possible qu’avec un gouvernement monarchique.
Mme Planchard a succédé à ces illustres visiteurs. On lui a demandé mon appartement pour un député. Je lui ai dit qu’avant huit jours, je lui ferai connaître ma détermination. Le colonel Carette est venu prendre de vos nouvelles. Tout va bien chez lui. Il attend la visite des nouveaux époux Jouffroy et m’a invité à dîner samedi. Je n’ai accepté que dans l’hypothèse où je serais réuni ici68.

Je vous embrasse affectueusement et je te recommande de te bien soigner.
Paris.

- Lettre 117 - 30 octobre

  • 69 « Inconnu, un peu ivrogne, mauvais élève, piètre commandant
  • 1
  • 1
  • 1

15Chère Lucie,

En d’autres temps, je te rendrais un compte rendu intéressant de notre dîner à l’ambassade des États-Unis. Notre esprit est ailleurs. Qu’il me suffise de te dire que j’avais pour voisins le ministre de la Guerre et le général d’Abzac, que la réception du soir nous a donné un échantillon de l’autre monde, que le général Grant semble avoir pris pour devise - le silence est d’or - et a plutôt l’air d’un notaire que d’un président de la République qui a commandé la plus grande armée du monde69.
Nous avons eu ce matin conseil. Rien n’est encore fait. Nous sommes tous d’accord, même le duc de Broglie, sur la nécessité d’une retraite. Si les tentatives faites en ce moment pour constituer un cabinet restent infructueuses, nous aviserons samedi. Le duc de Broglie, semble incliné vers une solution qui ne résoudrait rien : le ministère affronterait le débat pour son compte personnel, en dégageant le maréchal. Le duc Decazes a insinué qu’il ne se rangeait pas à cet avis. L’amour du martyre est une belle chose mais à la condition que le martyre des ministres n’entraîne pas la fin du maréchal. « C’est grand dommage, m’a dit hier M. de Fourtou, que vous ayez fait partie du ministère du 17 mai et que vous ayez été compromis avec nous. Vous seriez le pivot de la combinaison cherchée… »70.
« Ah, rendez-moi mon village ! »71.
À vous.
Paris
P.-S. : Je t’écris fort tard, parce que j’ai visité les bâtiments affectés à la Cour de Cassation et les Archives72.

- Lettre 27 - Arras, 30 octobre

  • 1
  • 1

16Cher ami,

J’ai laissé ce soir votre fille à la maison en lui donnant commission de vous écrire une petite lettre au bas de laquelle j’aurais mis mon apostille. Je rentre à 9 heures de Saint-Nicolas et je trouve que mon papier seul a été gâché et pas un mot écrit, des pâtés, des saletés et c’est tout. Cependant je veux vous expédier la lettre que m’adresse en désespoir de cause le pauvre Bourdelois au lieu de vous transcrire sa demande, je vous envoie le tout. Nous avons reçu une lettre du bon Bataille qui annonce à nos sœurs l’envoi de leur vin ; la petite Madeleine tète encore sa mère.
Ici, Melle Petit a fini son existence, elle ne verra pas la conversion de M. de Marcère
73.
Mme Lenglet vit encore et voit refleurir les tendres sentiments de son époux, cependant, les prophètes disent qu’elle ne s’en relèvera pas. C’est Mme Dhaussy74 qui a opéré le rapprochement. Je ne vous en dirai pas davantage ce soir, Marie attend pour mettre ma lettre à la poste. Je vous recommande mon protégé, je pourrais vous en recommander bien d’autres mais je n’accepte plus rien que sous bénéfice d’inventaire. Vous vous apercevrez sans doute que je n’ai pas trouvé mes lunettes en rentrant ; je ne fais pas la difficile, dès que j’ai une allumette en guise de plume, je tâche de m’en arranger afin de me faire entendre de vous et de me dire votre toute dévouée.
L. Paris.

J’espère que vous ne serez pas obligé de vous rendre à l’invitation de nos amis
(Les Carette) et que les vents d’automne vous ramèneront vers nous samedi soir.

- Lettre 118 - 31 octobre

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

17Ma Chère Lucie,

Les solliciteurs les plus obstinés nous rappellent par leur objurgations de la dernière heure, que nos moments sont comptés. Je range parmi eux ton Bourdelois qui, mis au courant des démarches si nombreuses que j’ai faites en sa faveur t’assomme et me fait assommer de suppliques par son beau-frère l’abbé Lieschty75. Même instance de la part de Mme Patel76, qui t’adresse au ministère, où elle te croit installée, sa quatrième épître bureau de tabacs. « M. Paris n’a qu’un mot à dire pour obtenir », te dit-elle, et elle profite des derniers jours de mon « règne ». Hélas ! J’ai dit beaucoup de mots au ministre des Finances sans trouver le moindre écho. Je ne sais si les bureaux paralysent l’effet de promesses du ministre ou si M. Caillaux réserve tout pro domo sua, mais je ne vois rien venir…
J’ai passé la soirée d’hier à l’Opéra Comique avec M. Curnier, le plus fidèle des amis. Nous avons vu jouer Zampa ; je ne connaissais pas le chef-d’œuvre d’Hérold, je préfère Hérold le musicien à Hérold fils, le sénateur, chef d’orchestre du comité des gauches77. J’ai salué, pendant un entracte la charmante Mme P. qui conserve toute sa beauté et « la grâce plus belle encore que la beauté ». J’ai envoyé ce matin à M. Curnier une lettre d’introduction auprès du directeur général des postes, afin qu’il puisse par la combinaison des efforts, voir conclure l’affaire de Mme Dreux.
Le ministère des Finances, à part les derniers assauts que les solliciteurs livrent pour requêtes, ressemble à un fromage de Hollande cher au rat de La Fontaine78. Ce matin, jour d’audience, je n’ai eu la visite que du Comte Daru qui venait prendre langue. Le maréchal, selon lui, devrait mettre le duc Pasquier en demeure de former un ministère, et après avoir aussi appelé à l’œuvre le groupe constitutionnel et constaté son refus, lui faire savoir qu’il donne sa démission si le Sénat ne soutient le cabinet en tout, jusques et y compris une seconde dissolution. Ces conseils sont plus faciles à donner qu’à suivre. Je demeure convaincu que nous constaterons samedi, à la prochaine réunion du conseil, que rien n’est fait. J’espère que les ministres parviendront au moins à s’entendre sur l’ordre de la retraite et que M. le maréchal parviendra personnellement à maintenir ses positions. Je regrette bien de ne pouvoir passer en famille ces jours de fête (La Toussaint). Je tâcherai de me rendre libre samedi en renonçant au dîner de Mme Carette.
Je vous embrasse tous affectueusement. Paris.

Haut de page

Notes

1 Ces premiers résultats sont optimistes !


2 Fourtou est élu avec 11622 voix contre 5502 pour son concurrent Claverie ; à Libourne (Gironde), Decazes est battu par le républicain sortant Lalanne (1827-1884) par 7704 voix contre 7221, il triomphe à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) par 3194 voix contre 2395 à de Saint-Cyr.

3 Pour Paris cela signifie un gouvernement allant au-delà du Centre gauche.


4 Ce jugement est à nuancer... d’autant que les bonapartistes représentent la moitié (104) des élus conservateurs.


5 Le récit de cette nuit par le vicomte de Meaux, ministre de l’Agriculture et du Commerce, lui aussi présent, est très proche de celui de Paris (op. cit., p. 394-395).

6 En fait 327 contre 206, soit une avance de 121 sièges, contre 170 dans la précédente Chambre, soit un gain de 36 sièges pour les conservateurs. Au niveau des suffrages populaires, les républicains totalisent 4200000 voix et les conservateurs 3600000.

7 Au total, les conservateurs perdent 17 sièges (dont 10 bonapartistes) et en gagnent 59 (dont 20 pour les bonapartistes et 25 pour les orléanistes). Ces résultats sont remis en cause par les nombreuses invalidations ultérieures, ce qui est également vrai pour le Centre gauche qui avait 48 députés en 1876 et n’en a plus que 39 en 1881.

8 Selon le vicomte de Meaux, le chef du gouvernement aurait ainsi indiqué la conduite à tenir : « déclarer que le pays, sans nous donner encore satisfaction, avait commencé de répondre à notre appel en rejetant une portion de nos adversaires... continuer la lutte... et surtout ne pas nous montrer d’avance prêts à céder ensuite » (op. cit., p. 395).

9 Le ministère n’est peut-être pas aussi unanime que Paris le dit...

10 Le 17 octobre, Le XIXe siècle reproche au cabinet Broglie-Fourtou « d’avoir concentré en cinq mois tout ce que le despotisme impérial avait produit en dix-huit années » ; le 18 octobre, La République française parle de « démission nécessaire de Mac-Mahon ».


11 Cf. lettres du 29 juin, 1er juillet, 27 septembre. Paris se méfie des bonapartistes et des légitimistes les plus intransigeants.


12 Le duc Decazes et Auguste Paris seraient acceptables pour le Centre gauche, les deux autres sont des militaires, des ministres « techniciens ».


13 On retrouve des hommes comme Bastid, Carnot, Cochery, Wilson...

14 Jean-Baptiste Boffinton (1817-1899) est entré dans l’administration préfectorale sous la présidence de Louis Napoléon Bonaparte, représentant (1873-1875) puis sénateur (1876- 1885) bonapartiste de la Charente-Inférieure.

15 Eugène Janvier de La Motte (1823-1884), fils d’un député officiel du Tarn-et-Garonne, est entré, après des études de droit, dans l’administration préfectorale. De 1856 à 1869, il est préfet de l’Eure où il acquiert une « réputation nationale de mœurs légères et de dettes énormes » qui lui valent des ennuis avec la justice en 1867 puis entre 1871 et 1875. Administrateur compétent et agent électoral efficace, il est détesté par les notables orléanistes (Broglie, Passy), alors que sa popularité est certaine dans les campagnes et dans la classe ouvrière. Mis en disponibilité sur sa demande en 1868, il se fait élire conseiller général de l’Eure (canton de Gaillon) en janvier 1869 ; il souhaiterait s’y présenter à la députation mais le gouvernement le nomme dans le Gard puis dans le Morbihan et le gouvernement Ollivier le met en disponibilité pour marquer la rupture avec l’ancien ordre des choses ; il se fait alors élire de nouveau conseiller général (canton du Neubourg). De 1876 à son décès, il est député de l’Eure (circonscription de Bernay) où il entretient des rapports conflictuels avec de Broglie : il s’abstient lors du vote de défiance du 18 juin, en octobre son fils Ambroise se présente en vain à Évreux, en septembre 1877, il est en lutte ouverte avec le libéral conservateur Arthur Join-Lambert (1839- 1913) pour la conquête du canton de Brionne... (article de Vincent Wright, dans le Dictionnaire du Second Empire, op. cit., p. 665-666, et Jean-Pierre Defrance, Eugène Janvier De La Motte, Préfet de l’Eure, 1856-1868, Thèse de l’École des Chartes, 1981).

16 Mac-Mahon apprécie ce soldat énergique et lui conseille de se tenir en retrait pour l’avenir (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 370). L’échange rappelé par Paris révèle une nouvelle fois la réelle influence politique de l’épouse du chef de l’État.

17 Si au matin du 15 octobre, sous le coup de l’abattement, les ministres, d’après Paris sont unanimes pour penser que la retraite s’impose, toutefois des divisions apparaissent rapidement au sein du cabinet. D’après Fresnette Pisani-Ferry, de Broglie et de Meaux souhaitent faire front (op. cit., p. 278) alors que ce dernier désigne nettement ceux qui veulent cesser le combat : « Le plus fatigué de la lutte, le plus pressé de s’y dérober était Fourtou... Decazes et Paris tenaient pour définitive la réponse que le pays consulté venait de nous faire ; ils étaient décidés à ne pas s’aventurer au-delà. Berthaut n’était point disposé à jeter l’armée dans la querelle politique » (op. cit., p. 398).

18 Mac-Mahon n’apprécie pas spécialement d’Audiffret-Pasquier et son caractère emporté.

19 C’est-à-dire d’Audiffret-Pasquier, de Broglie et Decazes. Dutilleul : Voir lettre du 9 juillet, note 56.

20 L’Union, regrettait le lendemain (18 octobre) que le gouvernement se soit « obstiné à placer dans le parti bonapartiste l’axe de la politique conservatrice » ; il conseille la résistance mais se désolidarise de l’entreprise (Pierre Albert, op. cit., p. 680-681).

21 L’Univers écrit encore : « Nous ne souffrons pas de la défaite, nous souffrons de la honte. Nous avons accepté des conducteurs qui ont rougi de nous et qui ont multiplié leurs hautains et misérables désaveux » (Ibidem, p. 740-741).

22 Épouse du colonel Milliroux, ancien directeur des fortifications, membre de la commission départementale des bâtiments civils.

23 C’est-à-dire à cette extrémité de la carrière, à cette situation qui n’a pas d’issue.


24 Lucie Paris compare ici les suites de la défaite électorale du 14 octobre à la retraite des Dix-mille, dix mille mercenaires grecs, après leur défaite à Cunaxa (~ 401 av. J.-C.) et la mort de leur chef Cyrus le jeune qui avait entrepris de conquérir l’Empire perse qui appartenait à son frère Artaxerxès. Xénophon (~ 430- ~ 355 av. J.-C.) qui assura le commandement d’une partie de cette armée dans son repli en fit le récit dans l’Anabase.

25 Genèse 18, 32.


26 Non identifié.

27 Ce qui effectivement se passera : le 13 novembre une commission parlementaire est chargée de faire une enquête « sur les actes qui ont eu pour objet depuis le 16 mai, d’exercer sur les élections une pression illégale » ; le 28 novembre la Chambre refuse d’entrer en contact avec le nouveau gouvernement et le 4 décembre elle refuse de discuter du budget.

28 Illisible.


29 Allusion à l’attitude de Pierre qui par trois fois renie le Christ (Jean 18 :17-18, 25-27 ; Luc 22 :56-62 ; Marc 14 :66-72 ; Matthieu 26 :69-74), mais cette fois-ci, le lâchage du gouvernement par les partis de la coalition d’ordre moral est encore plus rapide !


30 Le Journal officiel rendrait ainsi compte, à la veille de l’entrée en session du parlement, d’une décision du lundi 5, lendemain de l’élection des conseillers généraux (1er tour).

31 Dès le 17, une dépêche de l’agence Havas fait connaître cette position qui reprend celle de Fourtou (cf. lettre du 16) : « Les ministres n’ont pas songé un seul instant à quitter leur poste, pas plus que le président à se séparer d’eux. La lutte électorale qui a commencé le 14 octobre et qui vaut aux conservateurs la possession de cinquante nouveaux sièges législatifs se continuera le 28 octobre par le scrutin de ballottage et le 4 novembre par les élections départementales, exactement dans les conditions où elle s’est engagée » (citée par Fresnette Pisani-Ferry, op. cit., p. 277 et par Gabriel de Broglie, op. cit., p. 370).

32 Encore un militaire énergique susceptible de convenir à Mac-Mahon. (voir lettre du 21 juin note 136).

33 Charles Jean Melchior de Vogüe né en 1829, archéologue, historien de la religion, diplomate en poste à Constantinople en 1871, à Vienne depuis 1875, conseiller général de Léré (Cher) ; Léonce de Vogüe, son parent, a représenté le même département à l’Assemblée nationale (Droite). (voir lettre du 28 juin).

34 J.-B. Dumas a été ministre de l’Agriculture et du Commerce en 1849-1851 (voir lettre du 7 août, note 18).

35 Édouard Jules Ancel (1812-1905), armateur fortuné du Havre, ancien président de la chambre de commerce et maire du Havre, conseiller général (depuis 1854), membre du conseil supérieur du commerce, de l’agriculture et de l’industrie, député (1848-1869, 1871-1875) puis sénateur (1876-1890) (Centre droit/Droite) de la Seine-Inférieure. Paris l’a peut-être rencontré lors de son voyage à Dieppe. Son fils (Raoul, lié à Albert de Mun) et son petit-fils (Georges) représenteront eux aussi la Seine-Inférieure au parlement. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’Albert-Daniel Ancel, né en 1844, propriétaire, maire de Baucham, conseiller général de Craon, député (Droite, 1876-1885) de la Mayenne. Le comte de Rambuteau est un ancien préfet du Pas-de-Calais (voir lettre du 12 juillet, note 79).

36 Témoignage du redressement rapide de la France, elle doit rassembler les Français dans le patriotisme et la fierté nationale ; elle ouvre en mai 1878.

37 Ce jour, elle parle de la démission nécessaire de Mac-Mahon (Pierre Albert, op. cit., p. 1409).

38 Edward Follansbee Noyes (1832-1890) a fait des études de droit avant de devenir militaire, gouverneur de l’Ohio en 1871, ministre plénipotentiaire en France de 1877 à 1880 où il remplace M. Washburne. Le général Ulyssses Grant (1822-1885), vainqueur de la guerre de Sécession, élu président en 1868, réélu en 1872, ne s’est pas représenté en 1876 en raison des critiques de plus en plus vives que sa politique suscitait au sein du parti républicain (bilan mitigé de la Reconstruction, entourage corrompu...) et il a quitté la Maison-Blanche en mars 1877.

39 Le 14 octobre, Sens y a eu 1562 voix contre 1494 à Deusy ; pourtant le conseiller sortant conservateur, le comte de Louvencourt est réélu le 4 novembre par 1449 voix contre 1427 au docteur Hannart (républicain).

40 M. Boulangé est ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à Arras, membre de la commission des Antiquités départementales.

41 Encore une pique en direction de Decazes !


42 Voir lettres du 4 octobre, note 2 et du 23 octobre, note 48.


43 Mgr Freppel (1827-1891), évêque d’Angers depuis 1869, il y a fondé une université catholique en 1875. Réputé pour ses qualités d’orateur et de polémiste, défenseur du dogme de l’infaillibilité pontificale, député du Finistère (Brest, 1880-1891), il siège parmi la droite royaliste et s’oppose au ralliement.

44 Lettre ou rescrit du Pape de caractère privé (bref) par lequel l’évêque d’Angers reçoit des pouvoirs spirituels (institution canonique) sur l’Université catholique. En juin-juillet 1876, dans la bulle d’investiture qui consacrait Mgr Caverot comme archevêque de Lyon, le Pape avait affirmé le droit du Saint-Siège de dédoubler, au besoin, le vaste diocèse de Lyon-Vienne ; or en vertu du Concordat, une pareille mesure ne pouvait être prise qu’en accord avec le gouvernement français. Dufaure soumit donc à la signature du président de la République un décret qui stipulait que le passage de la bulle relatif au dédoublement éventuel du diocèse ne serait pas admis en France ni enregistré par le Conseil d’État. À la suite de cet incident, M. de Corcelle, ambassadeur près du Saint-Siège, donna sa démission ; il fut remplacé par le baron Baude. Le 13 juillet, Germain Casse déposa une interpellation sur l’action excessive et contraire aux lois exercée par le clergé dans les différente phases de l’élection de Pontivy (élection invalidée d’Albert de Mun) ; le lendemain, après son retrait, Gambetta annonça un rapport d’ensemble sur l’imixtion du clergé dans la vie politique. En janvier 1877, l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, Baude, avait protesté auprès du ministre des Affaires étrangères, Decazes, contre l’ignorance dans laquelle il avait été tenu à propos de la bulle d’institution canonique de l’université catholique de Lille ; Decazes avait demandé une information au ministre des Cultes, Martel, qui avait évité d’envenimer l’affaire. Après la bulle relative à l’université catholique d’Angers, pour laquelle, là encore, le Saint-Siège agit en toute indépendance, le ministre des Affaires étrangères proteste, en signalant que les dispositions de la lettre apostolique sont contraires au droit de l’État, mais il reçoit une réponse apaisante. (Jacques Gadille, op. cit., tome II, p. 37). Auguste Paris, catholique modéré et initiateur avec Henri Wallon de la liberté de l’enseignement supérieur (juillet 1875), regrette d’autant plus cette décision qui, dans le contexte électoral, peut fournir des arguments aux républicains sur la menace cléricale.

45 Dans lequel de Broglie, d’Harcourt, Mgr Dupanloup jouent un rôle très important.


46 De fait Audiffret-Pasquier n’a jamais exprimé un soutien enthousiaste à l’entreprise du 16 mai, mais il accepte qu’Audren de Kerdrel, favorable au cabinet, dépose une interpellation suivie du vote d’un ordre du jour de confiance (19 novembre). Vincent Audren de Kerdrel (1815-1899), journaliste légitimiste, député d’Ille-et-Vilaine (1848-1852), a été élu représentant puis sénateur du Morbihan (1876-1899) ; les chevau-légers lui ont fait payer son soutien au septennat et au 2e cabinet Broglie (novembre 1873-mai 1874) en l’empêchant de devenir sénateur inamovible ; pressenti après le 16 mai pour être ministre de l’Agriculture et du Commerce, il s’est dérobé.

47 Le comte de Paris (1838-1894) est le fils du duc Ferdinand d’Orléans (1810-1842, décédé accidentellement) ; depuis l’abdication de son grand-père, Louis-Philippe, en 1848, il est le prétendant au trône et le chef naturel des orléanistes.

48 La publication dans une circulaire électorale d’un décret du gouvernement italien ordonnant des fortifications à Rome, assorti de commentaires pessimistes s’inscrit dans le même registre. Elle vaut à Girard, candidat républicain dans la 2e circonscription de Valenciennes d’être poursuivi pour fausses nouvelles. Comme il s’obstine à faire paraître le décret dans la presse et par affiches, l’autorité multiplie les saisies jusqu’au jour du scrutin (Yves-Marie Hilaire, André Legrand, Bernard Ménager, Robert Vandenbussche, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, 1876-1936, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1977, p. 41).

49 En Savoie, les conservateurs n’ont eu aucun élu en octobre 1877 (rappel, voir lettre du 4 octobre, note 2).

50 Le vicomte Maxime de Gombert, né en 1829, est le fils d’un magistrat qui a démissionné en 1830. Avocat, il est entré dans l’administration préfectorale sous le Second Empire ; préfet du Lot en 1875, il a été mis en non activité en mai 1876, mais Fourtou l’a renommé préfet après le 16 mai. Il quitte son poste en décembre 1877 puis est mis en retraite pour raison de santé six mois plus tard. (Dictionnaire biographique des préfets..., op. cit., p. 266). En février 1876, trois républicains avaient été élus députés (Chabrié, Lasserre et Pagès) ainsi qu’un bonapartiste (Prax-Paris) ; en octobre 1877, seul Lasserre est réélu, le bonapartiste de Locquessie l’emporte sur Pagès (qui revient en 1881) et le conservateur Trubert (chef adjoint du cabinet du duc de Broglie) l’emporte sur Chabrié (et il est confirmé lors du scrutin de 1878 après invalidation).

51 Le sous-préfet est M. Loubens, ancien sous-préfet impérial, rappelé en service après le 16 mai, révoqué le 30 décembre 1877. Le maire est Frédéric d’Arras (rappel).

52 Il est né à Brest, il est préfet maritime de Lorient avant et après le cabinet Broglie-Fourtou, il est d’opinion légitimiste. Plus que des Bretons, il vaudrait mieux parler des Vendéens qui sous la bannière de Dieu et du roi s’opposèrent, en 1793, aux soldats de l’armée révolutionnaire qui, eux, combattaient sous le drapeau de la République. (voir l’article Vendée, in François Furet, Mona Ozouf et collaborateurs, Dictionnaire critique de la Révolution française, Événements, Paris, Flammarion, collection Champs, 1992, p. 341-359).

53 Après les Trois Glorieuses et l’instauration de la monarchie de Juillet en 1830, quatre ministres de Charles X furent mis en accusation (septembre-octobre) et jugés par la Cour des pairs (décembre). Cette action judiciaire se déroula dans une atmosphère survoltée à Paris (3 jours d’émeute en octobre au cri de « À mort les ministres ! »), certains espérant rejouer le procès de Louis XVI. Parmi les prévenus se trouvait le comte Martial de Guernon-Ranville (1787-1866), avocat, magistrat, devenu ministre des Cultes et Grand Maître de l’Université en novembre 1829. En juillet 1830, il approuva les ordonnances plus par solidarité que par conviction mais repoussa toute idée de transaction avec l’insurrection. Arrêté peu après, il fut condamné à la détention perpétuelle et resta prisonnier à Ham avant d’être amnistié en 1836. Paris qui doit se trouver quelques ressemblances avec ce ministre qui avait cherché à améliorer le sort et la formation des instituteurs et regretté l’extrémisme de certaines ordonnances, ne souhaite pas suivre jusqu’au bout le même itinéraire !

54 Terme à manier avec la plus grande précaution ! Il ne démissionnera que le 20 novembre.


55 2 élus Centre droit et bas-normands comme lui : Bocher est sénateur du Calvados (voir lettre du 28 juin, note 6 et du 9 juillet, note 55) ; Henri Cornélis de Witt (1828-1889) est député du même département ; ce dernier, fils d’un ancien auditeur au Conseil d’État et sous-préfet, gendre de Guizot, est administrateur de sociétés, mais aussi historien et collaborateur de La Revue des Deux Mondes ; candidat indépendant malheureux en 1863 et 1869, il devient représentant à l’Assemblée nationale et sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (juillet 1874-mars 1875) ; il n’est pas élu sénateur inamovible en décembre 1875, triomphe aux élections législatives de 1876 mais n’est pas candidat en 1877.


56 En 1848, lors de la discussion du projet de constitution, Jules Grévy estima qu’un président du conseil suffisait et proposa qu’il soit désigné, pour un temps illimité, par l’Assemblée qui pourrait le révoquer à tout moment.

57 Illisible.

58 C’est-à-dire depuis le renversement de Thiers, le 24 mai 1873. L’animosité entre les deux ducs est ancienne : déjà après le 16 mai 1874 (chute du cabinet Broglie), Audiffret-Pasquier (et Decazes) « étaient résolus à chercher une solution qui l’éliminât définitivement » (Philippe Levillain, Les droites en République, Histoire des droites en France, Jean-François Sirinelli (dir.), NRF Gallimard, 1992, tome I, Politique, p. 167). En octobre-novembre 1877, le président du Sénat ne veut qu’en aucun cas Mac-Mahon n’abandonne le pouvoir, mais il ne souhaite pas non plus une nouvelle dissolution. Plus libéral et plus réaliste que Broglie, il entend préserver les orléanistes de toute combinaison politique, laisser Mac-Mahon gouverner avec le Centre gauche le plus longtemps possible pour gérer la République modérément dans l’espoir d’une restauration orléaniste en 1880 (Philipe Levillain, Albert de Mun..., op. cit., p. 562 et suivantes).

59 Lucie Paris semble regretter pour deux raisons que son mari ait accepté d’être ministre le 17 mai et que maintenant il veuille démissionner : il ne l’a pas consultée, il convient de poursuivre la lutte contre le radicalisme même si dès le départ elle a été mal engagé ; une nouvelle fois, elle apparaît plus à droite que son mari.

60 S’agit-il de Mme Dreux ? Voir lettre du 12 juillet, note 79.

61 Est-elle liée au sous-intendant militaire de Lille ?

62 Voir lettre du 18 octobre, note 39. Auguste Paris s’est heurté aux réticences des légitimistes les plus intransigeants et des bonapartistes qui n’oublient pas qu’il a été élu sénateur en 1876 grâce à une alliance au 4e tour avec les républicains.

63 Le général Joseph Vinoy (1800-1880), engagé, devenu général de division en 1855 fut sénateur du Second Empire. Chargé de la défense de Paris après la démission du général Trochu (22 janvier 1871), il participa à la répression de la Commune. Prosper Brugière baron de Barante (1816-1889) a fait carrière dans l’administration préfectorale sous la monarchie de Juillet. Conseiller général du Puy-de-Dôme (1864), il est élu au corps législatif en 1869, après un échec en 1863, comme candidat d’opposition, puis représentant (1871) et sénateur (1876) Centre droit. Battu en 1882, il se consacre aux nombreuses sociétés qu’il administre, notamment la Compagnie du chemin de fer de l’Est. Le comte Anne Marie Joseph Albert de Circourt, né en 1809 est un officier qui a participé à l’expédition d’Algérie, et un littérateur qui a dirigé la politique étrangère de L’Opinion publique entre 1848 et 1851 ; il a été élu au Conseil d’État en 1872.

64 Il est étrange que Paris, membre de ce groupe, n’ait pas été convié à cette réunion. Les sénateurs de cette mouvance souhaitent-ils se concerter librement, sans subir de pression ministérielle - fût-elle confraternelle - ? En tout cas, cela témoigne des limites de l’ascendant du ministre des Travaux publics sur ses amis politiques.

65 Broglie, Brunet, Fourtou...

66 Dans cette lettre, Auguste Paris répond assez fermement aux critiques à peines voilées que sa femme lui avait adressées la veille : elle aurait tort de suivre l’avis de Gicquel des Touches qui n’y entend rien à la politique.

67 Une nouvelle dissolution ? un gouvernement appuyé sur le Sénat (et l’armée) dirigé par Pouyer-Quertier ?

68 C’est-à-dire retenu en conseil des ministres. Il est significatif que Paris n’évoque pas les résultats du scrutin de ballottage de la veille où les conservateurs ont remporté 8 sièges et les républicains 4 : les jeux étaient faits depuis deux semaines et pour le parlementariste Paris, il n’y a qu’à laisser la place à un nouveau gouvernement conforme à la majorité décidée par le suffrage universel.

69 « Inconnu, un peu ivrogne, mauvais élève, piètre commandantHaut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 106 à 142, 25 à 31) », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 219-238.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 106 à 142, 25 à 31) », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/563

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org