Navigation – Plan du site
Troisième Partie :l'échec du dernier gouvernement d'ordre et sa difficile retraite

(Lettres 106 à 142, 25 à 31)

15 octobre – 29 novembreNovembre 1877
p. 239-270

Texte intégral

- Lettre 119 - 1er novembre (jeudi)

  • 1 Voir lettre du 23 octobre.

  • 2 Après sa quadruple défaite du 20 février 1876 (1er tour) dans les Vosges, la Meuse, le Cher et le T (...)
  • 3 Ce n’est que le 20 novembre que le Journal officiel annonce : « les ministres ont remis leur démiss (...)
  • 4 Formule extraite d’un passage du Livre de la Sagesse (3, 1-3) qui est chanté à l’Offertoire de la m (...)

1Chère Lucie,

J’ai donné congé à mes huissiers de sorte que cette lettre que je commence le jour de la Toussaint, afin de vous exprimer mon affectueux souvenir, ne partira que demain.
Une dépêche imprévue m’ayant annoncé qu’il y aurait conseil des ministres ce matin, j’ai cru à un événement et je me suis demandé si un nouveau cabinet était formé. Mon attente a été vite dissipée. Nous nous sommes réunis pour suivre la règle ou l’usage. Le maréchal nous a répété que les négociations ouvertes n’avaient pas encore abouti et qu’il n’irait pas à gauche. M. de Fourtou a dit qu’il avait trouvé un successeur pour l’Intérieur. Il me paraît certain que le cabinet cherché sera, s’il voit le jour, un cabinet d’affaires qui suivra la même ligne politique que nous. Je dis : s’il voit le jour, car il ne me paraît pas démontré que nous trouverons d’autres nous-mêmes pour héritiers.
Il a été convenu que samedi (3 novembre) le conseil examinera et arrêtera la ligne de conduite que nous devrons suivre si le nouveau cabinet est encore dans les limbes. Le duc de Broglie dont le nom est plus engagé que celui de simples citoyens comme nous dans ces graves difficultés, n’est pas du tout fondé à disparaître de la scène sans défendre sa politique. Il voudrait que l’Officiel annonçât simplement que nous avons offert notre démission, mais que le maréchal l’a refusée afin que nous puissions expliquer devant les Chambres la conduite tenue depuis le 16 mai et permettre aux pouvoirs publics de s’entendre. Il cherche le moyen de faire voter par le Sénat un ordre du jour de confiance pour le maréchal, le ministère se contentant de couvrir sa retraite par un ordre du jour pur et simple1.
Cette tactique offre des dangers. Le ministère n’a pas besoin de provoquer, s’il est décidé à se retirer, un débat qui aura l’inconvénient d’engager plus que jamais la personne du maréchal, de mettre ses pouvoirs en jeu, de nous exposer à toutes sortes de récriminations et de colère sans profit pour personne, puisque nous devrons nous contenter, à défaut d’approbation, de ne pas encourir de blâme. J’aime mieux la mort sans phrase. N’est-ce pas ainsi, du reste, que M. Buffet s’estre tiré après les élections manquées ?2 Cequi importe par dessus tout, c’est qu’on sache que nous ne faisons pas semblant de sortir pour rester. Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée. L’Officiel devra donc dire que la porte est fermée, que les ministres ont donné leur démission et que, s’ils continuent d’expédier les affaires et de représenter le gouvernement devant les Chambres, c’est en attendant leurs successeurs3.
Tu vois, ma Chère Lucie, que les difficultés de la politique sont loin d’être aplanies et que la fin de 1877 promet d’être agitée.
J’ai assisté à une messe et demi et à deux heures et demi de vêpres, sermon et office des morts. En même temps qu’à mes chers vivants, je pense à ces autres chers de qui il est dit : illi autem sunt in pace !4
P.

- Lettre 120 - 2 novembre

  • 5 M. Vinchon avocat remplace Louis Alexandre Vinchon démissionnaire qui est sans doute un parent ! (J (...)
  • 6 Mary E. Curry of Milford est originaire du Delaware comme son époux Alfred Torbert (1833- 1880), so (...)
  • 7 Cela rappelle le récit de ce dîner par Mme de Mac-Mahon à sa mère la comtesse de Castries, rapporté (...)
  • 8 Antoine Guyot-Montpeyroux (1839-1884), journaliste, membre du cabinet du ministre de l’Intérieur en (...)
  • 9 Jules Grévy a pourtant été triomphalement élu le 14 octobre, avec 9000 voix d’avance, dans le IXe a (...)

2Chère Lucie,

Le mouvement judiciaire qui a paru hier à l’Officiel m’a donné satisfaction : je suis plus heureux à la Justice qu’aux Finances. J’obtiens les nominations de Dufresse, juge à Dunkerque, Boissonet, substitut à Arras, Routier, substitut à Saint-Pol et Vinchon suppléant à Laon5.
Nous avons dîné hier chez le maréchal, avec le général Grant. Fourtou était absent. Peut- être était-il occupé de combinaisons ministérielles ? On a donné pour excuse une forte migraine. Je me suis trouvé placé entre Mme Torbert, femme du consul général des États- Unis et M. Voisin6. J’ai dû mettre à profit tout ce que je sais encore d’anglais pour ne pas rester silencieux à côté d’une femme charmante.
Le duc Decazes nous a raconté sa conversation avec Mme Grant : elle lui a appris qu’elle pesait 180 livres, que le général Grant avait 55 ans. « Oh ! il a l’air plus jeune. - C’est vrai, mais il est fatigué ! Quand la France sera fatiguée de la République, elle reviendra à cette illustre maison… - Laquelle ? - Celle de l’Empereur Napoléon 1er. - Napoléon 1er est bien loin… Son successeur ne nous a guère donné l’envie de retourner à l’Empire… »7.
Voisin m’a raconté la scène dans laquelle a été constatée la folie de Georges Montpeyroux. Ce député de la Haute-Loire avait demandé rendez-vous dans la maison d’un tiers à MM. Voisin et d’Harcourt. Ils s’y rendirent. « Il faut un homme de génie pour sauver la France, leur dit-il, et cet homme, c’est moi ». Il raconte qu’il était nommé président de la République par tous les sénateurs… Son animosité contre Gambetta était grande. Il composa contre ce rival deux numéros du Courrier de France, qui ne furent tirés qu’à un exemplaire. La « folie ambitieuse » était flagrante. Le docteur Voisin alla le constater officiellement en se faisant passer pour un riche Américain qui apportait des fonds au Courrier de France. Georges Montpeyroux ayant dit qu’il avait reçu des milliards de M. de Rothschild pour le rachat de l’Alsace et de la Lorraine, on lui annonce que Bismarck lui donnait rendez-vous pour cet objet et on l’emmène chez Bismarck, c’est-à-dire dans une maison de santé8.
On nous a laissé entendre que la crise ministérielle touchait à un dénouement. Le maréchal paraissait très gai, plus gai que de coutume. Je crois que notre départ favorisera la détente des esprits. Déjà, l’on vise beaucoup moins au remplacement du maréchal.
M. Grévy9 est en baisse. On prononce le nom de l’amiral Pothuau qui ne se prêtera pas, je pense, à cette mauvaise plaisanterie. Le maréchal restant sans nous, je sais que tout ne sera pas fini. Le maréchal le sait aussi : il nous conserve et nous exprime une affectueuse estime qui nous honore.
J’espère pouvoir vous consacrer mon dimanche. Je me dépayserai ce soir auprès de Mme Carette que j’invite à venir voir Faust. Je t’enverrai une dépêche en sortant du conseil.
Paris.

- Lettre 28 - Saint-Nicolas, 2 novembre

  • 10 Voir lettre de Mme Paris du 30 octobre, note 73.

3Cher Ami,

Ce n’est pas aujourd’hui que je devrais vous écrire puisque je n’ai pas reçu de lettre de vous, ce qui me fait espérer de vous voir arriver un jour plus tôt, mais ma sœur Sophie qui devait, hier, vous envoyer la pétition de Devillers, me force à vous l’adresser de peur que vous n’ayez plus le temps d’écrire à M. Milne Edwards, si je vous remets seulement demain la note de notre médecin. M. Arthur H., son neveu, doit passer devant ce doyen de la faculté des Sciences l’examen du baccalauréat ès sciences restreint, le 6 novembre ; on désire une recommandation pour le jeune étudiant en médecine que vous avez déjà protégé une première fois. Vous savez que celui-là est le bon, tâchez de faire quelque chose en sa faveur.
J’avais encore autre chose à vous dire mais je ne puis rien me rappeler pour le moment. Je suis toute occupée des soins de mon ménage où je vais introduire un nouvel élément de misère en la personne d’une servante. Nous avons dû passer la journée à lui préparer une chambre dans notre grand bazar ce qui nous a fait apercevoir à nouveau que le bazar n’est point logeable. Je voulais vous dire aussi que votre appartement de Versailles deviendra impossible comme vous l’aviez pensé d’abord, le manque de concierge est pire que l’absence de domestique, il faut toujours au moins quelqu’un pour dire que l’on n’est pas là. J’ai reçu aujourd’hui plusieurs visites qu’il m’aurait été agréable de recevoir à ma porte, ce qui me fait penser que la chose serait plus désagréable encore pour vous. Sophie me charge de vous dire qu’elle a prié pour vous tous les saints du paradis depuis Saint Michel Archange jusqu’à Sainte Blandine. Nous avons assisté aujourd’hui au service de Melle Petit en compagnie de M. de Marcère et de toute la ville
10. Cette bonne et pieuse personne laisse des souvenirs et des regrets à tout le monde, et chose plus merveilleuse, pas une langue maligne pour dire un seul mot contre elle.
Puissions-nous avoir un jour le même sort !
C’est le souhait que je forme pour mon meilleur ami, je vous l’envoie de cœur en attendant demain.
Lucie.

- Lettre 121 - 5 novembre

  • 11 Charles Mercier de Lacombe, né en 1832, a été un opposant libéral sous le Second Empire : collabora (...)
  • 12 Joseph Wetz, vicomte de Rainneville (1833), catholique et patriote valeureux (zouave pontifical, en (...)
  • 13 Sur la représentation symbolique de la République, voir Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imag (...)
  • 14 Non identifiée.

  • 15 Jean Marie Joseph Saisset (1810-1879), ancien élève du collège navale d’Angoulême, contre-amiral en (...)
  • 16  = J’ai d’autant moins insisté.
  • 17 Non identifié.

  • 18 Le sixième des sept psaumes de la Pénitence, qui commence par ses mots (Des profondeurs, je crie ve (...)

4Chère Lucie,

Mon premier soin en arrivant cette nuit au ministère, a été de chercher sur mon bureau lettre ou dépêche : rien. Ce matin j’ouvre avec anxiété une dépêche urgente : « Il n’y a pas conseil des ministres. Le maréchal vous convoquera ultérieurement ».
Je t’écris à 5 heures (pm) ; pas de convocation. Je suis réduit aux conjectures et aux on-dit. Premier on-dit. J’ai reçu ce matin M. de Lacombe, candidat au Sénat. il m’a appris l’échec du duc de Broglie, battu hier, comme conseiller général, par un bonapartiste11. M. de Lacombe venait du ministère du Commerce. Il avait quitté à 9 heures M. de Meaux se rendant chez le duc de Broglie. Il connaissait ma résolution et semblait partager l’avis de ceux qui pensent que le ministère ne peut se présenter devant les Chambres.
Deuxième on-dit. En allant faire une visite au comte d’Armaillé (que je n’ai pas rencontré), j’ai échangé quelques mots avec M. de Rainneville12. Il a dit au duc de Broglie qu’il n’aurait pas la majorité au Sénat, qu’il devait donner sa démission. Il désirait vivement (tout est confusion dans cette tour de Babel) la retraite du général Berthaut. Il m’a appris qu’à Montpellier, la pièce d’honneur du feu d’artifice tiré par le régiment du génie lors de l’inspection représentait la République en bonnet rouge13 ; que les officiers de ce régiment, un jour que la musique faisait défaut, avaient chanté la Marseillaise… Bref le général Berthaut ne tient pas ses régiments et devient suspect… ?
Troisième on-dit. En revenant de la rue du Rocher, où j’ai vu Mme D.14 qui te fait ses compliments, je croise l’amiral Saisset, très vieilli ; partisan du maintien du ministère, il se rend à mes raisons et conclut… en exprimant le désir d’être élu sénateur inamovible15. Quatrième on-dit. M. Darcy me communique ses impressions. Lui qui prend habituellement les choses avec beaucoup de philosophie, il broie du noir et ne trouve aucune solution.
J’oublie de te dire que D. m’exprime le désir d’obtenir ta visite pour régler ton petit compte. J’ai fait d’autant moins d’instances16 que j’avais oublié mon porte-monnaie. Autre oubli : j’ai fait une visite à M. Brunet. Il m’a accordé les palmes académiques pour M. Duhautpas17. Les orphelines seront tenues à chanter mon De profundis18 le jour où ma démission paraîtra à l’Officiel. M. Brunet rangeait sa correspondance.
Je te quitte assez tôt pour ne pas manquer le courrier.

À vous. Paris.

- Lettre 122 - 6 novembre, 1 heure pm

  • 19 Un télégramme circulaire du 6 novembre demandant aux préfets d’inviter les sénateurs conservateurs (...)
  • 20 C’est la deuxième fois que Paris utilise cette locution latine (voir lettre du 20 août, note 72).
  • 21 Augustin Thomas Pouyer-Quertier (voir lettre du 16 août, note 44). Le 5 novembre, Mac-Mahon demande (...)

5Rien n’est plus pénible, ma Chère Lucie, que l’incertitude dans laquelle nous vivons. Sommes-nous encore ministres ? Avons-nous des successeurs ? Le cabinet se présentera- t-il devant les Chambres ? Notre démission sera-t-elle annoncée demain à l’Officiel ? Autant de questions brûlantes et dont nous ne pouvons pressentir la réponse. Et c’est demain que la Chambre des députés et le Sénat se réunissent19 !
Mes prévisions se réalisent. Le lendemain des élections, j’ai dit à mes collègues : « Qu’on s’occupe, sans perdre un jour, de former un cabinet. Nous sommes vaincus, ne devenons pas les ministres de la déroute ». On a eu l’illusion de croire que notre influence s’exercerait encore lors des élections départementales ! Vae victis !20 Nous avons vu appliquer dimanche cette maxime généreuse. Les élections des conseils généraux, que nous n’avons pas su faire à temps, avant la session du mois d’août, nous infligent une nouvelle défaite.
Mais à quoi bon revenir sur les fautes commises ?
Je m’apprêtais, ce matin, à me rendre au conseil des ministres. Je reçois la dépêche suivante, datée de 7 heures : « Le conseil des ministres ne se réunira pas ce matin. Le maréchal convoquera ultérieurement les ministres ».
Je lis les journaux : le ministère Pouyer-Quertier est assommé avant d’avoir fait un pas… Vers 11 heures, le duc de Broglie m’écrit : « Mon cher collègue, après trois jours de négociations et d’efforts très grands auxquels le maréchal m’avait demandé de m’associer, je crains bien que me ministère Pouyer-Quertier ne puisse se faire. Alors nous aurons conseil ce soir pour arrêter notre ligne de conduite. Il n’est que temps. Mille affectueux compliments »21. [Voir Fac-similé, ci-dessous].


  • 22 Le général Boissonet est-il parent avec le substitut du procureur de la République d’Arras dont Par (...)

6J’ai passé la matinée à tourner dans ma cage, à signer les affaires de service, à recevoir le général Boissonet, M. Plichon22 qui viennent me demander : « Qu’y a-t-il ? Que fait-on ? ». Une dépêche de 11 h 45 nous dit : « Le maréchal prie Messieurs les ministres de vouloir bien venir aujourd’hui à 4 heures à l’Élysée ». [Voir Fac-similé, ci-dessous].

  • 23 Paris a l’intention de démissionner, de redevenir simple sénateur et donc de retourner habiter à Ve (...)

7Cette forme inusitée (on nous convoque habituellement ainsi : « Le conseil des ministres… etc. ».) me laisse croire que nous ne sommes pas convoqués en conseil…
Je t’adresserai une nouvelle lettre ce soir ou je t’enverrai une dépêche. Je prends mes précautions, en t’écrivant de bonne heure, afin que tu ne sois pas privée de nouvelles. Mme Carette m’avait écrit fort aimablement pour m’inviter à dîner en famille ce soir avec M… Raymonde m’a demandé une audience : elle continue de traîner derrière elle une lourde chaîne, son mari a du travail pour huit jours…
Je n’ai pas encore écrit à Mme Planchard. Bien que je persiste dans ma résolution, je n’ai pas voulu me lier vis-à-vis de tiers23.

À vous.
P.

- Lettre 123 - 6 novembre, 6 heures 1/2 pm

  • 24 Pouyer-Quertier a proposé de nommer le général Ducrot à la Guerre et Robinet de Cléry à la Justice, (...)
  • 25 Mac-Mahon sur les conseils de Fourtou songe à un cabinet Audiffret-Pasquier qui refuse et conseille (...)
  • 26 Paris avait d’abord écrit prendre la ; les deux mots ont été rayés et remplacés par mettre à exécut (...)
  • 27 La note officielle insérée au Journal officiel du 7 novembre précise : « Sur la demande qui leur en (...)

8Ma chère Lucie,

La combinaison Pouyer-Quertier a échoué24. Je n’en suis pas surpris. Le grand industriel a compris qu’avant de reprendre la suite de nos affaires, il convenait qu’elles fussent liquidées.
Dans cette situation, que faire ? Le maréchal, avant de nous réunir en conseil, nous a réunis individuellement, s’est excusé de ne pas nous avoir mis au courant des négociations et a fait appel à notre dévouement25.
J’avais résolu de donner ma démission.
Je l’avais déclaré à mes collègues.
Je n’ai pu me résoudre à mettre26 à exécution mon dessein, quelqu’arrêté qu’il fût.
J’ai songé à l’honneur ; je me suis dit qu’on ne peut abandonner un poste quand il n’y a plus que péril à y courir, et je ne me suis pas séparé de mes collègues.
Une note insérée à l’Officiel dira qu’à la demande du maréchal, les ministres ont retiré leur démission, qu’ils ont déclaré du reste qu’ils n’entendaient gêner en rien les déterminations ultérieures du chef de l’État27.
Demain, nous nous rendons au Sénat.
Quelle situation !

À vous.
Paris
Je fais retenir mon appartement à Versailles afin d’y avoir un pied-à-terre.

- Lettre 124 - 7 novembre, 7 heures

  • 28 De Broglie avait pensé proposé au Sénat l’ordre du jour suivant : « Le Sénat espère que le maréchal (...)
  • 29 Cette fois-ci, Auguste Paris est convié à la réunion du groupe des Constitutionnels du Sénat, contr (...)
  • 30 Les républicains les plus radicaux souhaiteraient le suppression du Sénat voire de la présidence de (...)

9Chère Lucie,

Je t’écris quelques lignes en revenant de Versailles.
Le Sénat et la Chambre des députés ont joué le rôle de deux armées qui prennent leurs positions et s’observent. Aucune allusion n’a été faite aux événements politiques ni au gouvernement. Demain le Sénat discutera code rural et état-major. La Chambre des députés commencera à vérifier les pouvoirs de ses membres.
Le duc de Broglie aurait voulu que le jeu s’ouvrît au Sénat, mais personne n’a voulu prendre l’initiative d’une autre politique ni à droite ni à gauche. Le duc Pasquier et nos amis politiques, tâtés sur la question d’un ordre du jour de confiance à voter immédiatement, ont répondu, non sans raison : à quoi bon voter un ordre du jour de confiance si le cabinet se retire ? Quant au maréchal, il serait imprudent et inconstitutionnel de l’introduire personnellement en cause28.
Nous nous sommes réunis vingt à vingt-cinq, dans le cabinet du président du Sénat29. Les hommes modérés sont d’avis qu’il faut voir le maréchal et empêcher à tous prix qu’il ne se démette et n’entraîne ainsi la révision immédiate de la constitution.
Avant de partir en guerre, il faut également connaître les prétentions des gauches30 afin d’avoir pour soi la raison, toute la raison.

Je t’embrasse affectueusement.
Paris.

- Lettre 29 - Arras, 7 novembre

  • 31 Constant Wartelle (1807-1877), veuf d’Angélique Monel, conseiller d’arrondissement pour le canton d (...)
  • 32 Les de Hautecloque sont une vieille famille aristocratique de la Somme et du Pas-de-Calais, où un v (...)

10Cher Ami,

Où cette lettre ira-t-elle vous trouver ? Je ne le sais guère à présent et cependant je ne veux pas rester dans le silence, j’ai besoin de vous dire que votre pensée remplit tout mon cœur et que la longue attente que vous avez subie m’a étouffée plus qu’elle ne vous a pesé à vous-même. À quoi va aboutir cette attente ? Je ne sais, je ne sais. Les prévisions des hommes ont été trompées partout, Dieu seul peut sauver les siens et nous savons qu’il les sauve toujours.
Je n’ai reçu aujourd’hui que deux visites. Le temps est affreux et il faut avoir 80 ou 90 ans pour se mettre en route à pied. Il est vrai que nous avons tous assisté, ce matin, au service de M. Wartelle Constant
31 et que toutes ces vielles générations artésiennes s’y trouvaient. Melle de Saint-Paul qui pour la première fois s’aperçoit qu’elle est vieille à 80 ans, le vieux comte de Hautecloque, le Père Boniface un pied dans la tombe comme il dit et tutti quanti32.


  • 33 Allusion au rôle alors envisagé par les conservateurs pour le Sénat : soutenir Mac-Mahon et le gouv (...)
  • 34 Non identifié ; voir lettre d’Eugénie Paris du 3 juin.
  • 35 C’est-à-dire d’Arras à Saint-Nicolas-lez-Arras.
  • 36 Lucie Paris laisse échapper ici sa colère, son désabusement, sa morgue...


119 novembre : J’ai laissé ma lettre mercredi et hier, ayant appris que Sophie vous avait écrit, j’ai attendu un jour de plus car je n’avais rien de bien précis à dire. Il me semble que les jours sont des années et pourtant ils passent si vite que l’on n’a pas le temps de s’asseoir et de réunir ses idées et les moyens de les transcrire. Nul n’est plus occupé, dit-on, que celui qui n’a rien à faire, j’en suis un peu là car je me désintéresse de tout, je fais comme votre Sénat, j’ajourne la vie jusqu’à la mort33.
Je viens de faire deux ou trois visites à nos gens en deuil. Mme Dorlencourt était le point culminant des condoléances, je n’ai rencontré qu’elle, Mme Wartelle et Mme Petit ne recevaient pas à cause du départ de M. Ferdinand qui a séjourné 24 heures après le service auprès de ses parents. M. Herbelin34 a reçu l’extrême onction ce matin ; vous voyez que nous ne sommes pas dans la gaieté. J’espère pourtant vous voir dimanche ce qui me remet un peu de joie au cœur. Vos lettres sont une grande consolation dans notre vie, je les passe de la ville à la campagne35 et je voudrais pouvoir vous fournir un pareil réconfort par les nôtres. C’est pour cela que je vous expédie mon courrier, quelque insignifiant qu’il soit il vous dira et vous redira que nous sommes sans cesse avec vous.
Les enfants font leurs devoirs auprès de moi, on vient d’envoyer Aglaé de Saint-Nicolas ; tout le monde, y compris Sophie, se porte bien. La dite Aglaé est venue nous annoncer son prochain mariage, elle a ramené de son village une remplaçante que l’on doit commencer à styler, ce qui a empêché nos sœurs de venir dîner avec nous.
Tous ces petits événements qui remplissent notre vie ne valent guère la peine d’être relatés ; puisque nous ne voyons pas autre chose, je vous les donne comme je les prends.
Si l’on envoyait sur le papier les vrais sentiments du cœur, je ne serais pas embarrassée de remplir cette feuille d’une masse de choses affectueuses que vous saurez, j’espère, trouver au fond de cette pauvre lettre. Je la fais mettre à la poste afin que vous ne croyez pas que je suis morte. Je vous embrasse de cœur. Votre fils est insupportable, paresseux, têtu, impossible à gouverner, il est digne de faire parti du peuple français36.
L. Paris.

- Lettre 125 - 8 novembre, 11 heures

  • 37 De Broglie aurait souhaité que l’ordre du jour suivant soit déposé : « Le Sénat espère que le maréc (...)
  • 38 Ce ne sera pas le cas. En revanche, une délégation de députés de l’Appel au peuple se rend à l’Élys (...)
  • 39 Mgr Félix Dupanloup [1802-1878, figure la plus célèbre de l’épiscopat français du XIXe siècle, évêq (...)

12Chère Lucie,

Je prends les devants afin de ne pas arriver trop tard et te laisser sans nouvelles.
Nous venons d’examiner la situation qui nous est faite. Je la résume dans les termes que j’ai posés au sein du conseil : « Nous sommes restés au pouvoir pour défendre notre politique et nos actes ; notre politique devant le Sénat, nos actes devant la Chambre des députés. Nous dégageons le débat de nos personnes, de manière à ne pas laisser croire un instant que nous nous cramponnons au ministère. Dans ces conditions, il est peut-être préférable que nous ayons un débat devant le Sénat avant d’essuyer les attaques de la Chambre des députés. Nous ne demanderons pas pour nous de témoignage de confiance ; nous nous garderons bien d’en demander un pour le maréchal que nous devons dégager d’autant plus, en le couvrant de notre responsabilité, qu’il s’est engagé davantage. L’ordre du jour suivant pourrait clore la discussion : « le Sénat, persévérant dans sa politique conservatrice, passe à l’ordre du jour… » ». C’est M. Brunet qui a trouvé la formule37.
Il paraît que nous n’aurons pas le choix : un sénateur du groupe bonapartiste interpellera le cabinet. Je regrette que l’initiative vienne de ce côté parce que je n’ai dans cette catégorie d’alliés qu’une confiance restreinte et que je crois qu’ils voudront surtout nous interroger sur l’avenir, alors que l’avenir… ne nous appartient pas38.
Le cabinet pense qu’après le vote d’un ordre du jour, il sera plus facile au maréchal de négocier parce qu’il aura une force.
Mais négocier dans quel but ?
La conciliation me paraît commandée par les événements. Si la Chambre des députés prétend être le seul pouvoir, il n’y a rien à tenter. Si le Président et le Sénat prétendent d’un autre côté ne pas tenir compte de la Chambre des députés, ils se mettent dans leur tort. Une transaction supposera, me semble-t-il, des concessions, étant entendu qu’il y a des choses au-dessus de toute transaction.
Seulement, je me demande si des négociations ne devront pas être tentées avant de commencer le feu… On me répond : « Si vous êtes faibles, ils seront inexorables ; si vous êtes forts, ils se montreront conciliants ». Je crains d’un autre côté que le cercle dans lequel on entend s’enfermer soit trop étroit.
Le maréchal est assailli de tant de conseils qu’il ne doit plus savoir où donner de la tête. En sortant du conseil des ministres, j’ai rencontré dans le vestibule Mgr Dupanloup, le baron de Veauce, le baron Le Guay39 etc.
Je viens de recevoir la lettre de notre sœur Sophie. Envoie-lui mes remerciements pour ses bons souhaits. Je vais partir pour Versailles à 1 h 1/2. S’il y avait quelque chose d’intéressant à t’apprendre, je t’écrirais ce soir.
Le sort ne nous favorise pas pour la composition des bureaux de la Chambre des députés, bureaux qui seront chargés de l’examen des dossiers électoraux. Il n’en est pas un sur 11 dans lequel la gauche n’ait la majorité.
À la grâce de Dieu. P.

- Lettre 126 - 8 novembre, 8 heures pm

  • 40 Auguste Paris se trompe : il est dans le 6e bureau dans lequel siègent 11 conservateurs sur 32, soi (...)
  • 41 À Versailles, la présidence de la République est logée dans la préfecture de la Seine-et-Oise, inau (...)
  • 42 Ce mot est très important pour « le Bayard des temps modernes ».

  • 43 Cette solution est très tôt envisagée par la presse orléaniste et Audiffret-Pasquier ; Mac-Mahon a (...)
  • 44 Paris confirme ici les propos du vicomte de Meaux (cf. lettre du 16 octobre, note 17), repris par p (...)
  • 45 En fait, le 12 novembre, les républicains proposeront la nomination d’une commission d’enquête sur (...)

13Tu dois être très désireuse de recevoir des nouvelles, ma Chère Lucie ; je satisfais à ton impatience présumée et à mes désirs en t’envoyant la suite de mon courrier du matin.
Je suis parti pour Versailles à 1 h 1/2. Mon bureau est composé de sénateurs de gauche dans la proportion de 9 contre 140. Nous n’avions rien d’important à examiner. La séance publique a été vite terminée. La loi sur l’état-major a été ajournée pour la dixième fois. Nos généraux ne sont pas expéditifs. Et faute de matière à l’ordre du jour, le Sénat, persistant dans ses habitudes de repos sans travail, s’est ajourné à mercredi.
À mercredi, quand du jeudi au mercredi, un ministère aura vécu et un gouvernement sera au moins exposé à une crise grave.
On ne nous a donc pas interpellés ?
Hier soir, une réunion de la Droite avait décidé qu’on interpellerait le ministère afin d’amener le vote de l’ordre du jour qui, passant par dessus nos têtes, protégerait le gouvernement conservateur. La majorité sénatoriale cède aux courants les plus divers. Elle n’a pas de chefs qui la dirigent.
Pendant la séance, un grand nombre de sénateurs des droites s’étaient réunis dans le 11e bureau. Les motions les plus ardentes furent faites par les uns, les conseils les plus prudents par les autres. Bref, on décide qu’on se contenterait d’envoyer auprès du maréchal quatre délégués afin de l’assurer qu’il pouvait compter sur le Sénat pour une politique résolument conservatrice. Mais dans l’intérêt du ministère, le zèle était au- dessous de zéro chez un grand nombre. Les quatre délégués sont le maréchal Canrobert, le comte Daru, de Kerdrel et Bocher. J’ai appris cette nouvelle en entrant dans le cabinet des ministres où je cherchais mon portefeuille et où je trouvai en conférence de Broglie, de Meaux, Caillaux, Daru et Depeyre.
Le maréchal nous demanda au palais de la présidence à Versailles41. Je m’y rendis avec Fourtou. Déjà, de Broglie et de Meaux étaient arrivés. Le duc de Broglie est navré de ce qui se passe. Quelle figure fera-t-il, en effet, devant la Chambre des députés ? Nous formulions cependant notre avis sur l’accueil qui devrait être fait aux délégués. Le mot « heureux » se trouvait dans le protocole commun. « Heureux ? dit le maréchal, je leur représenterai qu’ils viennent de renverser mon ministère et qu’ils vont me mettre dans la nécessité de partir avec vous ». « Mais, M. le maréchal, ces messieurs ne viennent vous apporter que des paroles d’approbation et des offres de concours… ».
Le quiproquo fut dissipé par la communication que nous fit le maréchal d’une dépêche Havas rendant compte de la discussion du 11e bureau et de laquelle il résultait que plusieurs membres de cette réunion avaient distingué entre le maréchal et ses ministres… « Ah ! que je voudrais me retirer avec vous, nous dit le maréchal. Mon honneur42 va se trouver compromis… Mais je sais quelles complications amènerait ma démission. Il faut me sacrifier à la France ».
La réponse du maréchal ne fera pas d’allusion aux messages antérieurs. Je l’ai demandé en me servant de M. de Fourtou. Elle n’ouvrira ni ne fermera la porte des combinaisons ministérielles.
Je n’ai pas voulu laisser ignorer au maréchal que plusieurs sénateurs du Centre droit m’avaient parlé d’un ministère Dufaure43. On laisse trop le chef de l’État dans l’ignorance de ce qui se passe. Il croit que tous lui disent : en avant !
Je suis revenu en voiture avec Fourtou attristé, fatigué, raisonnable44.
La Chambre des députés sera sans doute constituée demain. Elle a réservé toutes les élections de candidats officiels.
Interpellera-t-elle le gouvernement ?
Ouvrira-t-elle le débat politique à propos d’un rapport sur une élection ?
Je ne sais.
Mais ce que je sais, à n’en pas douter, c’est que nous serons atteints - et non blessés - par un ordre du jour furieusement agressif45.

Je vous embrasse tous et vous envoie le baiser de paix.
P.

- Lettre 127 - 9 novembre

  • 46 Le 10 novembre, la Chambre se déclare ainsi constituée et, « se considérant comme la continuation d (...)
  • 47 Incarnation du bourgeois français, conformiste, borné, satisfait de lui-même, niais et sentencieux, (...)
  • 48 Héroïne de la mythologie grecque ; elle reçut d’Apollon le droit de prédire l’avenir, mais s’étant (...)
  • 49 Voir lettre du 24 juillet.

  • 50 Depuis le résultat des élections, Paris fait partie des ministres, avec Decazes et Berthaut, qui so (...)

14Chère Lucie,

La Chambre des députés a tenu une séance de nuit. Il est probable qu’elle sera constituée dans la séance qui va s’ouvrir à trois heures, par la validation de la moitié plus un de ses membres46. Je viens de recevoir avis que les ministres se rendront à la Chambre, et je m’apprête à partir pour Versailles.
Pauvres ministres ! Que sommes-nous actuellement ? Des vivants ou des ombres ?
Nous paraissons avoir un génie prononcé pour les coups de bâton. Nous devons nous attendre à un ordre du jour de blâme ou de flétrissure émis par la Chambre des députés. Ce sera, dirait Joseph Prudhomme47, le plus beau jour de notre vie. Ainsi battus, nous resterons sans doute ministres, afin de pouvoir constater que nous n’avons pas de majorité au Sénat. Je l’ai vu, dis-je, vu de mes propres yeux vu, ce qu’on appelle vu ! Voilà quinze jours qu’inutile Cassandre48, je dis et je répète : le ministère n’aura pas de majorité au Sénat. Et le vote négatif du Sénat émis, serons-nous encore ministres ?
Peut-être. Hélas ! En politique, le plus mauvais des partis c’est de n’avoir aucun parti. Il y a longtemps que j’ai constaté qu’il n’y a ni plan ni résolution dans le cabinet49. Prendrai-je la parole devant la Chambre des députés ? C’est peu probable ; à chacun son rôle. Je n’ai été qu’un ouvrier de bonne volonté ; laissons parler les maîtres. Je pourrais d’ailleurs en défendant la politique conservatrice faire entendre certaines dissonances50. Mieux vaut tomber muet, impassible.
M. Clérault me dit : « Il est temps de partir ».

Je pars et vous embrasse.
Paris.

- Lettre 128 - 12 novembre

  • 51 Albert Grévy (1823-1899), frère de Jules Grévy, avocat, chef de l’opposition démocratique dans le D (...)
  • 52 Célèbre proverbe incitant à s’évertuer soi-même. Dans le contexte de 1877, Auguste Paris oublie san (...)

15Chère Lucie,

La dépêche incluse te fera connaître ce qui s’est passé à la Chambre des députés. J’y ajoute quelques lignes pour dissiper dans ton esprit toute inquiétude. Nous aurons conseil des ministres demain. Je persiste dans ma résolution personnelle de retraite honorable.
La résolution dont le projet a été déposé par Albert Grévy a été préparée et signée par les 18 membres du comité des gauches. Le renvoi immédiat aux bureaux a été ordonné51.
Mais à cinq heures, la séance a été levée sans qu’un rapport ait été déposé. C’est donc demain seulement que s’ouvrira la discussion. Le maréchal est visé plus encore que les ministres.
La situation est assurément grave. Comptons sur la Providence sans oublier la maxime : Aide toi, le Ciel t’aidera52.
Je t’embrasse affectueusement. Paris.

- Lettre 129 - 13 novembre

  • 53 Auguste Paris fait allusion à l’article 2 de cette résolution : « ... la commission, indépendamment (...)
  • 54 Demande d’interpellation d’Audren de Kerdrel.

  • 55 Tout est perdu, fors l’honneur, mot attribué à François 1er lors de la défaite de Pavie (1525).

16Chère Lucie,

La résolution préparée par le comité des 18 sera certainement votée aujourd’hui par la Chambre des députés. Elle renferme en principe deux machines de guerre, l’une ayant pour objet de permettre d’invalider les élections, l’autre de faire procéder, par anticipation, à une instruction du procès à faire aux agents du gouvernement, aux ministres et au maréchal53.
Ne t’inquiète pas de ce vote : le Sénat ne manquera pas demain de donner au gouvernement un concours54 sans lequel il n’y aurait plus ni fonctionnaires, ni ministres, ni gouvernement.
J’ai demandé ce matin que, dans la discussion, le cabinet fît savoir ouvertement qu’il n’était resté aux affaires que pour répondre de ses actes et non pour avoir l’air de fuir devant l’ennemi… J’ai rappelé mes déclarations antérieures et dit nettement que nos tergiversations avaient aggravé la situation, que je n’entendais pas, responsable du passé, rester ministre indéfiniment. Je ne crois pas qu’il me soit possible de faire plus aujourd’hui. Quand tout sera perdu, tu m’approuveras d’invoquer la maxime : fors l’honneur55.
Compte sur ma fermeté, sur ma prudence et comptons sur la Providence.
À toi.
Paris.

- Lettre 130 - 14 novembre

  • 56 Désiré Leblond (1812-1886, député républicain de la Marne) est d’abord intervenu en tant que rappor (...)
  • 57 Romulus donna un conseil à Rome en créant 100 sénateurs, inscrits (conscripti) sur une liste et cho (...)
  • 58 Les légitimistes et les bonapartistes n’apprécient guère ce personnage, trop à gauche selon eux et (...)
  • 59 Cette thèse est développée par de Broglie et reprise dans l’ordre du jour motivé d’Audren de Kerdre (...)
  • 60 Le Cheval de Troie, énorme construction de bois creux remplie de soldats fut abandonnée devant la v (...)

17Chère Lucie,

La discussion ouverte hier à la Chambre des députés n’a pas été terminée, comme je le supposais, dans une seule séance : nous avons entendu Baragnon attaquer le projet d’enquête, Léon Renault le défendre, l’un avec sa verve méridionale, l’autre avec son éloquence acrimonieuse et conférencière…56 On n’a pas laissé M. de Fourtou répondre immédiatement. La suite a été renvoyée… au prochain numéro, c’est-à-dire à la séance de ce jour.
Le Sénat se réunit aujourd’hui pour discuter la loi sur l’état-major. Ce sera un spectacle curieux de voir les pères conscrits57 s’occuper de lois d’affaires pendant que la passion politique se donnera libre cours à la Chambre basse.
Demain auront lieu les élections des 4 inamovibles. Tous les groupes sont d’accord, même les constitutionnels sur lesquels les gauches ont eu tort de fonder tant d’espoir. Elles avaient fait offrir un des sièges au duc Decazes qui a dû en référer au conseil des ministres. Nous sommes certain que le duc courrait à un échec58. Nous l’avons engagé à prendre acte de cette marque de sympathie pour sa personne et pour le cabinet et à repousser l’offre. C’est fait.
Le vote de la Chambre des députés étant certain, que fera le Sénat, le ministère, le maréchal ?
L’enquête a peut-être un caractère inconstitutionnel en ce qu’elle porte non seulement sur les élections des députés, au point de vue de la validation, mais sur les actes des ministres et de fonctionnaires59. Or, je crois que le seul droit des députés est de nous mettre en accusation, et qu’à l’égard des fonctionnaires, ils n’ont pas à préparer, à provoquer par des mesures d’instruction, une action répressive quelconque. Seulement, pour engager un conflit, il faut avoir sous les pieds un terrain ferme.
N’attache pas, du reste, d’importance à cette enquête. C’est un trompe l’œil, un semblant d’acte, un cheval de Troie, un carton peint à effrayer des Chinois60.
Le ministère va se trouver dans une situation difficile à résoudre. Faut-il se retirer, au moment où l’on ouvre une enquête contre ses agents ? Faut-il rester sans être couvert par un vote de confiance du Sénat ?
Je persiste dans mon intention de retraite parce que je suis arrivé, comme constitutionnel, au bout de mon rouleau, parce que je ne m’associerai pas à une politique aboutissant à une seconde dissolution… et à l’inconnu, parce que je constate de plus en plus que les résolutions se préparent et se prennent en a parte. Ainsi l’agence Havas publie une dépêche annonçant que le président de la République nous a déclaré qu’il ne pouvait accepter notre démission et qu’il nous priait de rester à notre poste. Les termes de cette dépêche n’ont pas été arrêtés entre nous.
Nous devrions, dans ces circonstances graves, avoir conseil tous les jours. Pas de conseil ce matin.
Je vais partir pour Versailles. Je ne compte pas prendre la parole.

Je t’embrasse affectueusement. Paris.

- Lettre 131 - 15 novembre

  • 61 Le ministre de l’Intérieur justifie la candidature officielle en rappelant l’attitude du gouverneme (...)
  • 62 Selon Jules Ferry, « le parti républicain a été traqué, insulté, persécuté pendant six mois » par u (...)
  • 63 À lire le compte rendu du Journal officiel, elles sont, au contraire, peu nombreuses et visent prin (...)
  • 64 qui lui reprochent de tolérer certains actes d’indiscipline et de s’opposer à l’état de siège.

18Chère Lucie,

La séance d’hier a été consacrée à deux discours. M. de Fourtou a opposé à nos adversaires une défense énergique et s’est montré, par voie de représailles, d’autant plus ardent à prendre, à son tour, l’offensive61, que notre retraite est, dans sa pensée, chose résolue. Jules Ferry n’est autre chose qu’un parleur vulgaire ; ce tribun de cabaret a fait appel à l’honneur et à l’insurrection62. Quelle séance ! et combien il m’en coûte de garder le silence dans cette fosse aux ours où nous sommes bravement défendus.
Le duc de Broglie parlera aujourd’hui puis Gambetta, qui s’est montré hier, lui dauphin de la République, le plus bruyant des interrupteurs63.
J’espère que la clôture sera prononcée ce soir.
Nous venons d’examiner pour la dixième fois peut-être en conseil la question de notre retraite. Le duc de Broglie accentuera plus nettement encore que Fourtou, que nous ne sommes restés ministres que pour ne pas fuir la bataille que la majorité de la Chambre voulait nous livrer. M. de Fourtou avec qui j’ai eu une conversation particulière à ce sujet, est très décidé à une retraite dont l’ajournement serait inexcusable. « Nous nous retirerons si nous avons des successeurs » a dit le duc de Broglie. « Non, ai-je dit au maréchal, nous nous retirerons, et nous aurons alors des successeurs ». Je suis revenu du conseil avec le ministre de la Guerre qui ne restera pas, nous partis. Les attaques personnelles dont il est l’objet de la part des journaux bonapartistes64 lui font dire : « J’en ai assez ».
À toi. P.

- Lettre 132 - 15 novembre, 7 heures pm

  • 65 Le duc de Broglie « ne se défend pas, il attaque. Altier, mordant, passant résolument à l’offensive (...)
  • 66 Gambetta vante d’abord « le superbe héroïsme de la France qui a résisté [...] à [...] l’alliance co (...)
  • 67 Il y a alors des rumeurs de coup d’État et bien des militaires sont proches de Mac-Mahon.

  • 68 par 312 voix contre 205.
  • 69 Il s’agit de Lucien Brun, Chabaud-Latour (voir lettre du 27 mai, note 123), Grandperret et Greffulh (...)
  • 70 Illisible.

  • 71 La modération de Jules Grévy, son aversion pour la révolution violente, son goût pour la courtoisie (...)

19Chère Lucie,

Je t’ai fait envoyer de Versailles les dépêches qui t’ont tenue au courant des incidents de la séance : discours du duc de Broglie, vrai modèle d’éloquence parlementaire65, s’il y avait encore un parlement ; véhémente harangue de Gambetta, qui promet de beaux jours à la France, pour l’époque où il tiendrait en mains ses destinées66.
Le général Berthaut a fait à la tribune une apparition malencontreuse. Gambetta avait lu une dépêche adressée à la gendarmerie dans je ne sais quel département, sans en nommer l’auteur. Le ministre de la Guerre a cru qu’on le visait et il a déclaré que sa préoccupation avait été de tenir l’armée en dehors de la politique. Là-dessus, applaudissements frénétiques de la gauche67. Le général Berthaut aurait dû ajouter : « et toujours prête à réprimer le désordre ». Il a manqué de présence d’esprit. Je lui ai fait ajouter à la sténographie : « ma préoccupation et celle de mes collègues du cabinet ».
La discussion n’a pas avancé l’écart d’une voix : 320 contre 204. L’enquête est ordonnée68. Tu sais que je n’ai rien à en craindre, tous mes actes peuvent se produire au grand jour. Nous avons fait une fin, - non sans honneur -. Dès demain, nous serons démissionnaires. L’attitude prêtée au général Berthaut amorce la retraite immédiate de tout le cabinet. Nous aurons séance du conseil demain.
Que fera le Sénat ? Il a nommé les 4 sénateurs (inamovibles) dans les rangs de la Droite69. Il remplacera de même le marquis de Franclieu, mort presque subitement et au service de qui je voudrais assister en souvenir de…70 Que fera le Sénat au sujet de l’enquête ?
J’ai causé quelques moments avec Grévy. Il déplore ce qui se passe et la fin du régime parlementaire, amenée par les séances de club auxquelles nous assistons71.
Je crains de ne pouvoir aller vous voir samedi soir. Je dois une visite à l’Élysée.
Je partirai en tous cas dimanche, surtout si je puis aller te voir comme simple sénateur. P.

- Lettre 30 - Arras, 15 novembre

20Cher Ami,

Je reçois à l’instant la dépêche adressée à M. le préfet par votre chef de cabinet. Le vote de la Chambre des députés était chose prévue, il était impossible que la raison eût raison devant ce tribunal. Heureusement, je pense que la décision ne sera pas sans appel et que le jugement que porteront sur vous et sur les éloquents défenseurs des actes du cabinet MM. Albert Grévy et consorts, n’entraînera pas une condamnation aussi arbitraire que l’attaque est violente.
Je vous ai écrit une lettre que je n’envoie pas. Ma sœur Sophie s’étonnait que je fusse restée si longtemps sans vous tenir au courant de nos impressions. Vous les connaissez assez sans que je vous les dise et vous savez que nous restons unies dans cette pensée que ceux qui ont fait ce qu’ils ont pu n’ont rien à se reprocher, ils auront toujours bien mérité de la patrie qu’ils ont voulu sauver des mains des misérables à qui nous sommes livrés.
Je ne sais si vous avez une autre pensée que nous sur tout ceci ni sur nos ennemis nationaux vous inspirant encore quelque respect parlementaire, toujours est-il que je voudrais bien vous voir et surtout nous voir bien loin de ces enragés.
Coralie nous envoie une bourriche de gibier de la chasse de son mari. Nos amis viennent nous voir pour nous consoler et se rassurer un peu auprès de nous. Je crois que les Artésiens vous portent tous dans leur cœur.
Les enfants vont cahin-caha, Sophie petite est assez souffrante, Jean est loin d’être toujours sage. Saint-Nicolas nous a attendues en vain Eugénie et moi hier et avant-hier, le brouillard nous faisait peur, ma fille était enrhumée et moi sans courage. Ce soir nous rentrons de bonne heure pour faire faire le devoir qui est en retard. Aglaé en est bien mécontente, je lui donne cette lettre à mettre à la poste car elle a rempli son office et attend l’heure de la délivrance.
Je vous envoie le baiser affectueux de la famille car vous savez que tout reste en commun entre nos sœurs, nos enfants et votre toute dévouée
Lucie.

- Lettre 133 - 16 novembre, 7 heures

  • 72 Les milieux d’affaires, plutôt favorables aux républicains, anticipent-ils sur leur victoire défini (...)

21Chère Lucie,

J’ai reçu ta bonne lettre. N’ayez aucune inquiétude à mon sujet ; je vous l’ai déjà dit : l’enquête des 33 est une machine de guerre qui est plus dangereuse en apparence qu’en réalité. Même devant des ennemis, je puis, le front haut, répondre de tous mes actes. Ma santé est excellente. Je ne vous dirai pas que la situation est aussi excellente que la Bourse qui a fait 40 centimes de hausse72 ! Les orages s’annoncent, un coup de vent envoyé par le maître des tempêtes pourrait les dissiper.
Nous avons eu conseil des ministres à 9 heures, à 1 heure ; nous aurons une nouvelle réunion ce soir. Le parti le plus probable est que nos démissions seront demain à l’Officiel. Nous ne resterons à notre poste que pour l’expédition des affaires. La majorité du Sénat paraît résolue à mettre obstacle à l’enquête, ou du moins à demander au gouvernement qu’il la maintienne, qu’il la contienne dans ses limites légales. Beaucoup de sénateurs voudraient nous voir rester jusqu’après ce nouveau combat. C’est dangereux. Je sais qu’à gauche, beaucoup d’esprits modérés s’inquiètent de la marche que peuvent prendre les choses.

Si je le puis, j’irai vous voir dimanche. J’arriverai à onze heures 1/2.

À vous. P.

- Lettre 134 - 17 novembre

  • 73 Bocher et Lambert de Sainte-Croix (28 juin note 6). Jacques Daguenet (1801-1886), magistrat, député (...)
  • 74 Daru (23 mai, note 75), Depeyre (19 juin, note 126), Buffet (1er juillet, note 6).

  • 75 L’interpellation est posée par Audren de Kerdrel (23 octobre, note 46) sur les mesures que le gouve (...)
  • 76 Audren de Kerdrel, un des leaders de la droite depuis 1871, tenant d’un légitimisme modéré, fut sol (...)
  • 77 de la droite sénatoriale.

  • 78 Il pourrait s’agir du comte de Douhet qui lui aurait dit : « Ramenez-nous le comte de Chambord et j (...)
  • 79 Il s’agit de : Albert Grévy (président), Brisson (vice-président et rapporteur), général de Chanal (...)
  • 80 La majorité conservatrice de l’Assemblée nationale avait décidé, le 17 juin 1871, la création d’une (...)
  • 81 Séance du 13 novembre.

  • 82 Ce projet de loi portant déclaration d’utilité publique et concession à la Compagnie des chemins de (...)
  • 83 Séance du 17 novembre.

  • 84 Fifie est le petit nom de la fille cadette d’Auguste et Lucie Paris, Sophie.


22Il nous est aussi difficile de mourir qu’à d’autres de naître, ma Chère Lucie. Nous sommes encore ministres malgré nous, jusqu’à lundi. Voici ce que j’ai appris hier du duc de Broglie. Il a reçu successivement la visite des délégués du Centre droit - Bocher, Lambert de Sainte Croix, Daguenet, Batbie et Salmon73 -, et celle du comte Daru, de MM. Buffet et Depeyre74.
Les premiers ont été d’avis de la retraite du ministère, partant avec les honneurs de la guerre. Ils auraient volontiers évité toute discussion et tout ordre du jour au Sénat, mais la discussion étant inévitable, ils se rallieront à un ordre du jour par lequel le Sénat inviterait le gouvernement à faire respecter les prérogatives de la Chambre haute et du pouvoir judiciaire.
La seconde députation a supplié, conjuré, le cabinet de ne pas donner sa démission aujourd’hui. Une interpellation sera posée à la séance, la discussion sera renvoyée à lundi et après le vote du Sénat, le cabinet quittera honorablement son poste, appuyé dans sa retraite par l’opinion conservatrice. Le scrutin indiquera sur quelle majorité le maréchal pourra établir un nouveau ministère.
Nous ne pouvions pas nous soustraire à ces sollicitations. Il est admis, en principe, que l’interpellation sera posée aujourd’hui, acceptée pour lundi et qu’à la tribune, après avoir donné l’avis du cabinet sur la question, le duc de Broglie annoncera que nous avons vécu75. Nous serons sûrs ainsi de ne pas être abandonnés par les vingt voix de nos amis constitutionnels. La combinaison Pouyer-Quertier est abandonnée.
Nous avons engagé le maréchal (puisqu’il ne veut entendre parler d’aucune concession) à proposer à M. de Kerdrel de former un cabinet. Le ministre de la Marine, ami de Kerdrel, aura un entretien avec lui ce matin76.
Les délégués de tous les groupes77 ont rendez-vous avec le duc de Broglie et M. de Fourtou à 9 h 1/2 afin de régler, avec un parfait accord, les conditions du dernier combat. J’avais engagé hier soir mes collègues du cabinet à envoyer à tous les fonctionnaires défense formelle d’entrer en relations soit directement, soit indirectement, avec les 33 commissaires enquêteurs. Nous en avons préparé les termes.
Le maréchal est fort affligé de nous voir partir. S’il n’était pas rivé par devoir à la présidence de la République, il réaliserait la déclaration qu’il me fit le 17 mai : « Quand ce ministère partira, je partirai avec lui ». Il nous a raconté un incident assez piquant : lors des tentatives de restauration monarchique, un personnage dont il n’a pas livré le nom, l’exhortait à rétablir Henri V. Et croyant l’allécher, « Le Roi, lui dit-il, vous fera connétable ! ». « Sortez d’ici, monsieur, lui répondit le maréchal, si vous ne voulez pas que je vous conduise à la porte en vous mettant ma botte au derrière ». (Il a dû dire : « en vous f… mon pied au c… »)78.
Les 33 ont été élus hier avec une grande impartialité : tous à gauche79. Je crois que cette terrible enquête n’aboutira qu’à l’innocente impression de quelques volumes, faisant la contre-partie de notre enquête sur le 4 septembre80.
Le cabinet qui nous succédera obtiendra de la Chambre le vote des parties essentielles du budget. Il est capable de vivre plus longtemps que nous. Tu sais qu’aujourd’hui même, nous atteignons la vie moyenne des ministres des Travaux publics depuis dix ans : six mois. Et le canard blanc du jardin saluera bientôt son treizième ministre. J’ai déposé à la Chambre des députés mon projet de loi relatif au port de Boulogne81. Je vais déposer au Sénat les projets relatifs aux chemins de fer du Nord et Pas-de-Calais82 et aux modifications à apporter à la loi sur les mines83. Ce sera mon testament de ministre des Travaux publics.
Je viens de recevoir une lettre de Charles. Maman va bien. La douceur de la température lui est favorable. J’espère que Fifie84 va mieux et que Jean est plus sage. Je te dirai ce soir si je serai libre d’aller passer demain quelques heures avec vous.
À vous. P.

- Lettre 135 - 18 novembre

  • 85 Pierre Tirard (1827-1893), d’abord administrateur des ponts et chaussées, a fondé une maison d’expo (...)
  • 86 Ils n’accepteront de voter l’ordre du jour motivé (voir lettre du 17 novembre, note 75) qu’après de (...)
  • 87 Voir lettre du 17novembre. Cette circulaire est envoyée par les ministres à tous les fonctionnaires (...)
  • 88 Annonçant la démission des ministres.

23J’ai dû renoncer, ma Chère Lucie, à la visite que je suis habitué à vous faire le dimanche. Je t’ai informée par dépêche que nous avons conseil ce matin. C’est à la soirée de l’Élysée que le duc Decazes a demandé formellement au duc de Broglie de nous réunir. Sans son intervention pressante, nous étions exposés à nous laisser gouverner jusqu’à la fin par la politique de coulisses et à rencontrer demain, à la séance du Sénat, des difficultés imprévues au milieu desquelles nous aurions compromis le succès de notre retraite, le sort du Sénat et l’avenir du maréchal.
Que s’est-il passé depuis que je t’ai écrit ?
Je me suis rendu à Versailles avec deux projets de loi en portefeuille. Après en avoir conféré avec Léon Say (nous avons conservé, cet administrateur du Nord et moi, de bonnes relations), je me suis décidé à déposer à la Chambre des députés le projets relatifs à nos chemins de fer du Nord et du Pas-de-Calais. J’arrivai à la Chambre juste au moment où M. Tirard demandait la mise à l’ordre du jour des bureaux de la loi du budget, se plaignait de l’absence du gouvernement au banc des ministres et exaspérait la droite avec le reproche d’avoir compromis les affaires et la prospérité du pays. Il fut étonné de me voir demander la parole et lui répondre avec un calme qui n’empêcha pas l’orage d’éclater lorsque Baragnon me succéda à la tribune85 !
Je retournai au Sénat et j’arrivai juste à temps pour déposer mon projet de loi sur les mines. M. de Kerdrel avait, dans l’intervalle, remis au président sa demande d’interpellation qui avait soulevé les réclamations énergiques de divers sénateurs, notamment de Dufaure qui avait qualifié cet acte d’inconstitutionnel et de révolutionnaire. Les observations de M. le duc Pasquier avaient fait pressentir quels seraient les périls de la discussion.
Et cependant, pas de convocation du conseil. Le duc de Broglie qui est un orateur plus brillant qu’un homme d’État prévoyant, s’était contenté de nous rendre compte individuellement, dans un couloir de ce qui avait été convenu entre lui et les délégués des droites. J’avais appris en revenant de Versailles que les constitutionnels, plus perspicaces que passionnés, allaient à la bataille comme « des chats que l’on fouette »86.
Je dînai chez Demy (avec une heure de retard) et je me rendis à l’Élysée. La réception était très brillante. J’eus quelques moments d’entretien avec le duc de Nemours, le nonce du Pape, M. de Wimpffen, ambassadeur d’Autriche, Andral, vice-président du Conseil d’État et divers sénateurs. Le maréchal paraissait très préoccupé ; il dit à plusieurs de mes collègues : « Si je n’obtiens pas l’appui du Sénat, je n’ai qu’à lever le camp ».
Je fus amené à exposer mon plan à quelques uns de mes collègues et amis du Sénat. Ils l’approuvèrent. Je te dirai tout à l’heure en quoi il consiste.
Le duc de Broglie nous convoqua à dix heures chez le maréchal. Le duc Decazes posa respectueusement cette question au maréchal : « Si le Sénat ne nous donne pas la majorité demain, resterez-vous néanmoins au pouvoir ? ». Le maréchal répondit : « Si je m’en allais, je ne sais pas ce qui arriverait. Je resterai encore ». « Alors tout m’est égal, répliqua Decazes ; annoncez notre démission à l’Officiel ou à la tribune, peu m’importe. L’essentiel est le maintien du maréchal ».
On convint donc que notre démission ne serait annoncée qu’à la tribune. Nous arrêtâmes les termes d’une circulaire relative à l’enquête des 33 et qui devait servir de thème aux explications du duc de Broglie87.
Les périls de la discussion me paraissaient évidents. Comment empêcher les orateurs de signaler uniquement les dangers hypothétiques de l’enquête, et de ne pas en apprécier le contenu, le but, l’inconstitutionnalité ? Comment empêcher les gauches de rouvrir le débat sur le 16 mai et la conduite du ministère ? Le duc Pasquier, au moindre mot, interviendrait et amènerait involontairement réclamations et récriminations. Dans la mêlée, les constitutionnels et d’autres, peut-être, se débanderaient. On arriverait à diviser le Sénat, à nous assurer une suprême défaite après la retraite si honorable commencée devant la Chambre des députés, à tout perdre.
Et pour obtenir quoi ? Une couronne de fleurs fanées sur nos cercueils ministériels ; un ordre du jour inutile aux morts, inapplicable à nos héritiers.
Mais cette entreprise est insensée.
Le maréchal venait de se retirer lorsque je fis à me collègues cette démonstration. Ils furent très ébranlés. Le duc de Broglie, qui sentait la force des arguments, se reposait sur la nécessité d’obtenir une affirmation du Sénat et d’autre part sur cette considération qu’il était bien tard pour obtenir que les droites renonçassent à l’interpellation.
Je passai de l’objection au programme d’action. « Insérons demain à l’Officiel notre circulaire88. Elle sera une réponse à l’interpellation. Annonçons nos démissions. M. de Kerdrel déclarera que son interpellation n’a plus d’objet ou du moins l’ajournera jusqu’à la constitution d’un nouveau cabinet qui, s’il était interpellé, répondrait : « Nous approuvons la circulaire de nos prédécesseurs ». ».
« Mais que dira M. Daru, et M. Buffet, et M. Depeyre ? ». « Gouvernons-nous, répliquai-je, ou sommes-nous gouvernés ? ».
Il est convenu que M. le maréchal nous réunira ce soir à 6 heures. Dans l’intervalle, M. de Broglie verra M. Daru et autres. Il a invité à cette réunion M. Brunet. Je ne suis pas blessé qu’il me laisse constamment de côté, mais je m’en étonne. Du reste, j’ai dit au duc de Broglie que si la discussion s’engage et si je suis obligé de parler, je parlerai, je développerai mon programme.
Je n’ai pas besoin de te dire que j’aime mieux me taire. Demain soir, je ne serai plus ministre.

À vous.
P.

- Lettre 136 - 19 novembre

24Chère Lucie,

Mes conseils n’ont pas prévalu ! Nous aurons une interpellation aujourd’hui devant le Sénat.
MM. de Broglie et Brunet ont conféré, ainsi que je te l’avais annoncé, avec MM. Daru, Chesnelong, Depeyre et Kerdrel. Nos collègues ont compris le danger signalé. « Ils y avaient pensé », mais ils ont objecté à mon plan que l’on n’était pas sûr que l’interpellation retirée par M. de Kerdrel ne serait pas reprise du côté de la droite ou, en tous cas, à gauche ; que la reculade offrait autant d’inconvénients que la continuation de la campagne. On restreindra la discussion le plus possible. M. de Kerdrel dont la monture fait facilement des écarts, a écrit ce qu’il dira.
M. de Broglie annoncera que le cabinet est démissionnaire ; que sa démission est acceptée, et fera connaître les instructions données par le gouvernement à ses agents. Après la réplique d’un des orateurs de la gauche, on demandera la clôture. Voilà le plan.
Restent les incidents.
« Je voudrais bien être à votre place, nous a dit le maréchal, et aller demain coucher chez moi ».
J’ai annoncé à mes chefs de service que demain je ne serai plus ministre.
Et après ?
Je ne me dissimule pas que la situation ne sera pas moins grave. Je puis me rendre cette justice que j’étais, avant tout, un modérateur. J’espère que nos successeurs seront nommés demain ou après demain au plus tard.

Dès que je serai libre, j’irai prendre possession de mon gîte à Versailles, et je partirai pour Arras.

À vous. P.

- Lettre 137 - 19 novembre, 1 heure du soir

  • 89 Emmanuel Arago (1812-1896), fils aîné de François Arago, ancien membre du gouvernement provisoire d (...)
  • 90 Selon Audren de Kerdrel, le Sénat « respectueux du principe tutélaire de séparation des pouvoirs », (...)
  • 91 Laboulaye, attaché à la défense des libertés constitutionnelles et soucieux de ne pas opposer les d (...)
  • 92 Le 18 juin, il a répondu à Gambetta, le 19 juin, il a répondu à Léon Renault.
  • 93 par 153 voix contre 136.
  • 94 Jean-Baptiste Billot (1828-1907), saint-cyrien, devenu général de brigade en 1870, s’échappe de Met (...)
  • 95 151 voix contre 129.

  • 96 Cette dépêche dit ceci : « M. le duc de Broglie a précisé et vengé la politique du gouvernement dan (...)

25Chère Lucie,

Je t’écris avant de prendre mon repas, dans la crainte que demain, notre dernier conseil des ministres, les préparatifs d’un déménagement ministériel, le voyage à Versailles et enfin l’imprévu ne me laissent pas grand loisir.
La discussion de l’interpellation Kerdrel a été conduite de part et d’autre avec habileté. Les gauches ont cependant débuté par une maladresse en faisant demander par la grosse voix d’Emmanuel Arago89 la question préalable. Elle nous a ainsi assuré un succès d’avant-garde et une majorité de 25 voix qu’il devenait difficile de perdre entièrement. M. de Broglie est vraiment l’orateur politique90. Avec quelle sûreté de langage il exprime sa pensée ! Avec quelle habileté il sait éviter les faux pas sur un chemin bordé de fondrières ! Laboulaye et Dufaure sont intervenus, l’un avec son éloquence familière de conférencier, l’autre avec sa logique âpre - aujourd’hui en défaut - et sa bonhomie railleuse91. Le duc de Broglie m’avait dit : « Répondez à Dufaure ». J’ai refusé de remplir pour la troisième fois ce rôle92 et j’ai agi sagement, car il importait, avant tout, de clore un débat essentiellement périlleux. L’ordre du jour pur et simple écarté93, on vote sur l’amendement Kerdrel.
O surprise ! nous n’obtenons plus que quatre voix de majorité, alors que cinq ministres-sénateurs ont pris part au scrutin. La joie des gauches n’a d’égal que l’abattement des droites. « Eh bien ! Maintenant, nous irons jusqu’au bout », dit le général Billot à Beraldi (Billot, général ambitieux, homme dangereux)94. Le président Pasquier est furieux contre les constitutionnels qui ont refusé de suivre son avis. Nous nous retirons dans « le local réservé aux ministres ». Le duc de Broglie nous voit déjà mis en accusation par la Chambre des députés. Et le Sénat nous condamnera !
Erreur et victoire ! M. Caillaux a voulu s’assurer, en contrôlant nom par nom, de la qualité de ceux qui nous ont lâchés. Les secrétaires ont additionné une colonne de blancs avec une colonne de bleus. Nous conservons une majorité de 22 voix95. Les visages changent d’impression, les airs joyeux deviennent sombres, les fronts moroses se dérident. M. de Fourtou lance une dépêche adressée à tous les préfets96 et que tu as dû recevoir à l’heure où je t’écris. Il prépare pour l’Officiel l’annonce de notre démission et de son acceptation.
Demain, nous tiendrons le conseil des adieux. Pauvre maréchal ! Je suis sûr qu’il nous quittera les larmes aux yeux, la douleur au fond de l’âme.
M. Clérault, au nom de sa femme, m’a invité à dîner mercredi avec toute sa famille. J’ai accepté.
J’espère pouvoir vous embrasser jeudi. À vous.
P.

- Lettre 138 - 20 novembre

  • 97 Journal officiel du 20 novembre : « Les ministres ont remis leur démission entre les mains de M. le (...)
  • 98 Le maréchal de Mac-Mahon est sans doute amer de devoir se séparer de ses compagnons de lutte et sel (...)
  • 99 Il se construit tout en s’écroulant.

  • 100 Paris reproche sans doute à Audiffret-Pasquier la réticence de son soutien à l’entreprise du 16 mai (...)
  • 101 Un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur alors aux mains des bonapartistes Fourtou et Reil (...)

26Chère Lucie,

Cette fois notre démission et l’acceptation de notre démission figurent à l’Officiel97. Nous venons de tenir un dernier conseil afin de savoir si nous enverrions la circulaire dont le duc de Broglie a fait connaître l’esprit à la tribune. Le ministre de la Marine ayant fait feu, nous suivons et chacun de nous envoie ses instructions testamentaires aux chefs de services.
Nous avons fait nos adieux au maréchal. Il nous a dit que le nouveau cabinet n’était pas encore formé, qu’il désirait nous donner des successeurs le plus tôt possible. Il a donné la main à chacun de nous en disant : « Si je ne vous réunis plus, je vous reverrai individuellement ». J’ai répondu au maréchal qui m’adressait ces mots : « Et vous, M. Paris… », « Je vous serai toujours profondément dévoué » ; « Je sais » a-t-il ajouté98.
M. de Fourtou m’a fait espérer que l’intérim ne durerait pas 48 heures.
M. de Kerdrel en abordant hier le duc de Broglie a fait un jeu de mot : le ministère doit prendre pour devise ascendit cadendo99.
Tout est bien qui finit bien ; je redoutais les conséquences de cette dernière campagne. Si nos amis, les constitutionnels, avaient lâché pied, ministère et présidence de la République s’écroulaient dans une débâcle qui aurait entraîné bientôt dans la ruine commune ce qui serait resté du Sénat. J’aurais mieux aimé, même avec succès certain, sacrifier le ministère et ne pas augmenter les chances de conflit. C’est fait.
Le duc Pasquier n’est pas, décidément, un homme d’État100. Il avait, hier, tout à fait perdu la tête. Ainsi, il a fait expulser des couloirs de la salle des séances M. Durangel, conseiller d’État, directeur des Affaires communales et départementales101. Il m’a dit à moi : « Je donnerai ma démission de membre du Centre droit ; je donnerai ma démission de président du Sénat. Mes amis m’abandonnent pour suivre la direction du duc de Broglie etc. etc. ».
Je vous embrasse.
P.

- Lettre 139 - 21 novembre

  • 102 Le républicain Hérold ayant fait observer que la majorité requise n’avait pas été atteinte lors de (...)
  • 103 Le baron Reille a épousé en 1860 Geneviève Soult, petite-fille du maréchal d’Empire, pair, ministre (...)
  • 104 S’il a estimé qu’il n’y avait pas conflit avec le pouvoir judiciaire ni avec le Sénat, il a tout de (...)
  • 105 Le baron Reille a été élu par 12202 voix contre 4307 à son adversaire Cavaillé ; après une enquête (...)
  • 106 Ils sont en fait 33, tous républicains parmi lesquels trois modérés, Joseph Bardoux (Gauche républi (...)
  • 107 M. Pascal, conseiller d’État, inspecteur général des Ponts et Chaussées, est le secrétaire général (...)
  • 108 Faut-il voir dans cette mention l’expression d’un soulagement pour lui et pour son épouse (dont le (...)

27Ma Chère Lucie,

J’ai attendu pour t’écrire l’arrivée de l’Officiel. Il ne renferme pas encore les noms des nouveaux ministres. La liste que tu as vu figurer hier aux dernières nouvelles, me paraît de moins en moins vraisemblable. J’aurais voulu que mon successeur fût nommé aujourd’hui afin de pouvoir lui recommander de conserver M. Clérault comme chef de cabinet. Ce retard m’empêchera peut-être de partir pour Arras demain, comme j’en avais le désir et m’obligera à attendre jusqu’à samedi soir. Tu sais que l’élection d’un sénateur inamovible est fixée à samedi : je ne puis être absent ce jour-là102.
La crise ne sera pas terminée par notre retraite. En me rendant à Versailles hier, j’ai rencontré dans notre wagon réservé Mme la baronne Reille, femme du sous-secrétaire d’État de l’Intérieur103. Elle avait assisté à la dernière séance du Sénat dans la tribune du Conseil d’État, tout près de Gambetta qui trônait dans la tribune voisine. Il ne se gênait pas pour applaudir, pour donner le signal à des sénateurs de gauche, pour crier « à l’ordre ! » quand le langage du duc de Broglie lui déplaisait. Il n’était pas content du reste des paroles de M. Dufaure, mettant en doute, le droit rigoureusement légal de la commission d’enquête104.
M. Reille a éprouvé hier les représailles de la Chambre des députés. Il a été élu à 8 000 voix de majorité. Il n’y a pas de protestation contre son élection. Qu’importe ? À la demande de M. Paul Bethmont105 - un mouton enragé - la Chambre a décidé, par 308 voix contre 206, qu’elle ajournait l’examen de cette élection jusqu’au jour où la commission d’enquête aurait terminé son travail sur les élections du Tarn et entendu les fonctionnaires de l’arrondissement de Castres.
C’est une réponse indirecte au vote du Sénat. Le baron Reille n’a qu’à donner sa démission et à se présenter de nouveau : il est sûr de sa réélection. Mme Reille est très vaillante, une véritable amazone.
Autre accès de mauvaise humeur : par 293 voix contre 231, la Chambre a décidé qu’elle levait la séance « en l’absence d’un gouvernement régulier ». Le Centre gauche s’est séparé des gauches et s’est abstenu.
Enfin, sur les 22 commissaires chargés de l’examen du budget, il y a, dit-on, une majorité de 4 voix acquise à un refus absolu de tout crédit106. Jamais ils n’oseront aller jusque là. Je me suis esquivé du Sénat pour faire une visite à la rue de la Paroisse et à l’avenue de Paris. J’ai rencontré Mme Planchard : mon appartement est prêt. Je n’ai vu aucun membre de la famille Carette : je sais que Jeanne est assidue à nos séances.
Je viens de recevoir, non sans quelque émotion, les adieux de l’administration centrale : directeurs, chefs de bureaux. M. Pascal107 s’est fait l’interprète de leurs regrets.
Je rapporterai à Eugénie une histoire d’Angleterre et quelques romans anglais, achetés sur l’indication de M. Clérault qui a consulté ses sœurs.

Je vous embrasse cordialement.
Paris, ancien ministre108.

- Lettre 140 - 22 novembre

  • 109 Auguste Paris s’avance trop ! En fait, l’amiral Gicquel des Touches sera remplacé par le vice- amir (...)
  • 110 Qui ne sera autre que le président du conseil, le général Gaétan de Grimaudet de Rochebouët (1813-1 (...)
  • 111 Voir lettre du 1er juin.
  • 112 Voir lettre de Lucie Paris du 7 novembre, note 34.


28Ma Chère Lucie,

Mon projet d’excursion est nécessairement ajourné à samedi : l’Officiel ne fait pas encore connaître aujourd’hui les noms des ministres qui doivent nous remplacer. Je comprends les difficultés que rencontre la formation d’un nouveau ministère destiné, ou à ne contenter personne s’il désire la conciliation, ou à prendre parti immédiatement dans le conflit engagé entre les pouvoirs publics, s’il est pris dans les rangs de la droite sénatoriale. Au milieu des tristesses du temps présent, je me félicite d’être aussi étranger à ce qui se passe à l’Élysée en vue de notre succession qu’aux affaires du céleste empire. Le ministre de la Marine survivra seul à notre commun trépas109. Le ministre de la Guerre a été compromis par les applaudissements des gauches. Sa dernière entrevue avec le maréchal a été très froide. « Je ne le reverrai jamais, m’a-t-il dit. Il a refusé mes propositions pour les emplois de colonel et n’a nommé que deux généraux sur les trois candidats que je présentais, en me disant : « Votre successeur110 verra cela ». ».
J’ai reçu hier la visite personnelle de mes directeurs, du président du conseil supérieur des Ponts et Chaussées et de l’inspecteur de l’École des Mines.
J’ai dîné en famille chez M. Clérault. C’est un intérieur charmant. On m’y a fait le plus aimable accueil.
Mme Carette m’écrit ce matin une lettre tout à fait amical pour m’inviter à dîner demain. Décidément, on veut me consoler de n’être plus ministre.
Je vais partir pour Versailles. On dit que la Chambre des députés lèvera sa séance aussitôt après la lecture du procès-verbal, afin de montrer sa fermeté toute romaine !
M. Caillaux, avant de quitter son ministère, m’a accordé un bureau de tabac à Besançon pour Mme Patel111. Justice et charité.
Les journaux d’Arras m’apprennent le décès de M. Herbelin112. Présentez à Mme Herbelin mes compliments de condoléances. J’enverrai une carte.

À samedi.
Paris.

- Lettre 31 - Arras, 22 novembre

  • 113 Voir lettre d’Auguste Paris du 21 novembre, note 102.

  • 114 Magistrat à Arras (rappel).

  • 115 Médecin à Saint-Omer (rappel).

29Cher Ami,

J’aurais dû vous adresser dès hier tout au moins ces marques de sympathie que j’ai moi-même reçues de tous nos amis artésiens ; mais vous m’aviez fait espérer votre arrivée pour ce soir et bien que quelques personnes m’aient posé l’objection de l’élection de samedi (24 novembre)
113, j’aimais à croire ce que je désirais. Voilà pourquoi j’ai attendu votre lettre de ce matin avant de vous écrire.
Eugénie se charge du soin de faire une épître avec poids et mesure pour vous féliciter, je pense comme tout le monde, de la manière dont s’est terminée la crise ministérielle. Pour moi, j’ai reçu et je vous envoie avec plus de tristesse les compliments de condoléances sur la perte que fait le gouvernement du maréchal en se séparant des hommes honorables et dévoués qui ont tenté, en vain, de sauver malgré lui un pays qui ne veut pas être sauvé. Ainsi que vous le voyez, il n’est pas facile de vous trouver des remplaçants même après votre dernier effacement.
Nous avons assisté hier au service du pauvre M. Herbelin. Depuis longtemps déjà, sa mort était inévitable, or ce coup trop prévu n’en frappe pas moins rudement sa pauvre femme. Nous allons la voir Eugénie et moi et de là, nous tenterons une course sur Saint-Nicolas quoique le temps soit affreux. La tempête dure depuis hier au soir, j’espère qu’elle va cesser à l’heure où elle nous a pris tandis que M. le préfet, M. Curnier, M. le président Gardin et Madame étaient ici. Ils m’ont chargée de vous offrir leurs souvenirs si affectueusement que je ne puis manquer de vous citer leurs noms entre tous les autres que vous connaissez. Je n’ai pas vu M. Legentil114, j’ai ici depuis dimanche une lettre que je suppose être de lui mais je ne l’envoie pas car je ne suis pas sûre de la manière de vous faire parvenir la mienne. Nos sœurs aussi m’en ont adressé une pour vous ici, mais, comme c’est une recommandation pressante qu’elle vous prie de faire à M. le préfet en faveur de M. Lardeur115, je pense que ce sera ici que vous devrez obtempérer à leur désir.
Je vous envoie donc tout juste ce mot d’amitié joint à la lettre de ma fille et vous embrasse de cœur.
L. Paris.

- Lettre 141 - 23 novembre, 10 heures

  • 116 La composition du nouveau cabinet est publiée au Journal officiel le lendemain, 24 novembre.
  • 117 Welche été battu en Meurthe-et-Moselle. En fait Mac-Mahon a renoncé, provisoirement, à la solution (...)
  • 118 Le général Berge, baron, commande la 23e brigade d’infanterie ; il est effectivement nommé chef de (...)
  • 119 De ne pas être suffisamment conservateur.

  • 120 Nicolas Changarnier (1793-1877), saint-cyrien, général de brigade et de division en 1843, député de (...)

30Chère Lucie,

L’Officiel est en retard ; il renfermera sans doute les décrets relatifs à la formation du nouveau cabinet.
L’Officiel arrive ; je l’ouvre avec empressement… Rien. J’ai donc encore aujourd’hui la signature ministérielle116 !
Tu entrevois les difficultés insurmontables que rencontre le maréchal.
Quand nous avons quitté Versailles hier, M. Batbie venait d’être rappelé à l’Élysée. « C’est que l’enfant est né », me disait le duc de Broglie. Je ne sais s’il comparait Batbie à une nourrice. On devait le charger du ministère de l’Intérieur pour lequel on avait renoncé à M. Welche, à la fois préfet du 17 mai et candidat aux dernières élections117.
En wagon, le ministre de la Guerre m’avait dit qu’il avait eu mercredi soir une conférence avec le général de la (sic) Rochebouët, son successeur désigné. Le nouveau ministre devait prendre pour chef de cabinet le général d’artillerie Berge, avec qui le général Berthaut avait eu un grave conflit et dont il avait exigé le renvoi de l’administration centrale. « Berge sera le vrai ministre », me disait mon collègue118. Il m’a raconté, ne pouvant se résigner à la réputation qu’on lui a faite119, que, lors de la formation du cabinet J. Simon, il avait refusé obstinément d’entrer dans une combinaison dont ferait partie M. de Marcère, à cause de la question des enterrements civils. Le maréchal l’avait supplié de rester ; il avait dépêché vers lui le maréchal Canrobert, le général Changarnier. « C’est l’honneur de l’armée que je défends », avait-il répondu. On avait fini par lui donner raison, et de Marcère avait été éliminé120.
Dans les couloirs du Sénat, on ne parlait que de combinaisons avortées. J’ai rencontré Depeyre : « Il n’est plus question de moi, me dit-il, et je me félicite de ma délivrance ». Le maréchal l’avait fait appeler dans la matinée et lui avait dit : « Votre nom est trop pointu ».
M. de Lareinty déclarait se réserver pour des circonstances plus décisives.
M. Ancel qui grille d’envie d’être ministre, allait de banc en banc, laissant entrevoir sa peine. « On a parlé de moi d’abord mais je n’ai plus entendu parler de rien. Vous comprenez que je ne puis entrer dans une pareille combinaison ». On rirait, si tout n’était sérieux.
Ce matin, le bruit se répand que le maréchal prendra un cabinet d’affaires, en dehors des Chambres.
Comment tout cela finira-t-il ?
Remplacé ou non, j’irai vous voir demain soir avec le désir de rester à Arras jusqu’à jeudi (29 novembre) si rien de pressant ne me rappelle à mon siège de sénateur.

Je vous embrasse tous affectueusement.
Paris.

Legentil m’a écrit.

- Lettre 142 - 29 novembre

  • 121 Voir lettre du 28 juin, note 9.
  • 122 Auguste Paris anticipe quelque peu, sans doute parce que c’est la solution que bien de ses amis mod (...)
  • 123 Jean-Baptiste Delapchier-Duchasseint (1814-1895), conseiller d’arrondissement (1840) puis général ( (...)
  • 124 Depuis qu’elle a décidé la création d’une commission d’enquête, la Chambre des députés est volontie (...)
  • 125 Voir lettre du 16 juillet, note 108.

  • 126 Et commencer par le vote rapide du budget.

  • 127 En exposant ce que devrait être le programme de cette enquête. Ernest Denormandie (1821-1902), avou (...)
  • 128 Michel Graëff (1812-1884), polytechnicien, ancien élève des Ponts et Chaussées, a connu Mac-Mahon l (...)
  • 129 Voir supra, note 122. Tous deux lui conseillent « de rentrer dans les voies parlementaires, d’admet (...)

31Je reprends, ma Chère Lucie, ma correspondance de sénateur. J’ai eu ce matin pour compagnes de voyage Mmes Curnier et Dehée-Braine121. Je me suis rendu directement à Versailles. J’ai trouvé chez moi et au Sénat une grande quantité de lettres et de cartes.
M. Léon Clément et Lambert de Sainte Croix m’ont assuré que le vent tournait à la détente. Le maréchal serait disposé à faire appel à M. Dufaure et à essayer de concilier les deux majorités dans un nouveau ministère. Daru prétend que les ministres resteront en place jusqu’à la future dissolution122. Mais voici Duchasseint qui est allé voir M. Le Pelletier, ministre de la Justice qui lui a dit qu’il se retirerait si la Chambre des députés refusait le budget123. « Qu’on reste dans le statu quo, dit Buffet. Le refus du budget est une chimère. Que le gouvernement laisse la Chambre agir à sa guise ». Le maréchal Canrobert pense que « Le désordre est dans les idées, en attendant qu’il règne dans la rue. Alors se produiront des violences, la terreur, l’appel à un gendarme. Gambetta pourrait être ce gendarme, mais j’aime autant l’Empereur. L’empire autoritaire deviendra ensuite l’empire parlementaire et alors on recommencera à tourner dans le même cercle de révolutions et de dictatures, de dictatures et de révolutions ».
On nous plaisante sur les dix-huit millions que nous aurions à payer, de par la Convention nationale. M. Caillaux lit La Petite République et paraît fort ennuyé. Le duc de Broglie m’aborde agacé, irrité ; il me montre La Petite République qui demande impudemment ce que MM. de Broglie et de Fourtou ont fait des millions de crédits extraordinaires afférant à l’Intérieur124. Comme si le projet de loi n’indiquait pas l’emploi des crédits. « C’est avec ces articles, m’a-t-il dit, que l’on fait piller les hôtels ». Il a l’intention de poursuivre.
On discute en séance de la demande d’enquête sur les souffrances du commerce et de l’industrie. M. Rouland125 indique, avec beaucoup de bon sens, quel doit être l’esprit, quelle sera la portée de cette mesure. Les causes en sont connues, dit-il ; le remède doit être immédiat126 ; l’enquête l’ajournera indéfiniment. C’est à la diminution de l’exportation dans les deux Amériques que M. Rouland attribue la crise. Les frais généraux de nos grands établissements sont devenus écrasants… Les murmures de la gauche l’interrompent : ils aimeraient bien mieux qu’on attaquât le 16 mai… M. Denormandie répond127.
J’aperçois M. Clérault. Vite, je vais lui serrer la main. « Depuis trois jours, me dit-il, j’ai la nostalgie. J’ouvre à tout moment la porte de votre cabinet pour savoir si vous y êtes. M. Graëff m’a prié de rester ; je reste ». Le nouveau ministre n’a pas l’air d’être installé à demeure. Il a recommandé à M. Clérault de continuer à suivre les anciens errements128. Il n’a pas reçu son personnel.
Ce matin, M. Clérault a envoyé un décret à la signature du maréchal. On n’a pu le voir : il était en conférence avec M. le duc Pasquier et M. Grévy129. Des mesures qui auraient été opportunes il y a trois semaines le seront moins aujourd’hui. Attendons.
La commission d’enquête, nommée dans les bureaux serait devenue une question politique : la gauche est maîtresse de cinq bureaux sur vingt. Le Sénat vient de prendre en considération un amendement qui a pour objet de faire l’élection des commissaires au scrutin de liste.

Haut de page

Notes

1 Voir lettre du 23 octobre.


2 Après sa quadruple défaite du 20 février 1876 (1er tour) dans les Vosges, la Meuse, le Cher et le Tarn-et-Garonne, Buffet a remis sa démission de chef du gouvernement, poste auquel Dufaure l’a remplacé (assurant également son intérim à l’Intérieur) avec la même équipe (Dufaure III, 23 février) puis avec une équipe conforme à la nouvelle majorité après le deuxième tour des élections législatives (Dufaure IV, 9 mars).

3 Ce n’est que le 20 novembre que le Journal officiel annonce : « les ministres ont remis leur démission entre les mains du président de la République qui les a acceptées. Ils restent chargés des affaires jusqu’à la nomination de leur successeurs ».

4 Formule extraite d’un passage du Livre de la Sagesse (3, 1-3) qui est chanté à l’Offertoire de la messe de la Toussaint : « Justorum animae in manu Dei sunt et non tanget illos tormentum malitiae. Visi sunt oculis insipientium mori, illi autem sunt in pace, alleluia » = « Les âmes des justes sont dans la main de Dieu, les tourments des méchants ne les atteindront pas. Aux yeux des insensés, ils ont paru mourir, alors qu’ils sont dans la paix, alléluia ».

5 M. Vinchon avocat remplace Louis Alexandre Vinchon démissionnaire qui est sans doute un parent ! (Journal officiel, 1er novembre).

6 Mary E. Curry of Milford est originaire du Delaware comme son époux Alfred Torbert (1833- 1880), soldat et diplomate, successivement en poste au San-Salvador, à Cuba et à Paris (1873- 1878).

7 Cela rappelle le récit de ce dîner par Mme de Mac-Mahon à sa mère la comtesse de Castries, rapporté par Gabriel de Broglie (op. cit., p. 368) : « Nous avons eu hier le dîner Grant. Elle est talky et fatigante mais elle a l’air d’une excellente personne. Lui a fini par causer avec moi. L’Amérique doit être un pays bien peu civilisé... Ils n’avaient jamais vu de grandes glaces comme à l’Élysée... L’Opéra les a émerveillés et ils n’avaient jamais vu danser... Ils sont tout neufs à tout... ».

8 Antoine Guyot-Montpeyroux (1839-1884), journaliste, membre du cabinet du ministre de l’Intérieur en 1861, a été remercié pour ses idées libérales. Protégé du prince Napoléon, il est nommé secrétaire à l’Exposition universelle de 1867 mais Rouher exige et obtient sa démission. En 1869, il se fait élire candidat de l’opposition en Haute-Loire. Hostile au gouvernement de la Défense nationale, il est arrêté et échoue aux élections de 1871. Rallié à Thiers - dont il fréquente le salon -, il est nommé consul à Pesth. En 1874, il reprend Le Courrier de France, journal conservateur créé en décembre 1871 qui a évolué du thiérisme au soutien à Broglie. Guyot-Montpeyroux y défend la République conservatrice, la conjonction des centres derrière Casimir-Périer et Decazes, et surtout le Centre gauche pour lequel il est élu en mai 1876 (après invalidation de son concurrent). En 1877, Guyot-Montpeyroux semble vouloir renouveler son journal dont la clientèle majoritairement parlementaire est peu nombreuse et après sa réélection, en octobre, il annonce d’importants changements : augmentation du nombre de pages, baisse du tarif des abonnements, ouverture à toute l’actualité, contribution au règlement franco-allemand... Le 1er novembre, il est arrêté à Ivry et interné. (Pierre Albert, op. cit., p. 1209-1212).

9 Jules Grévy a pourtant été triomphalement élu le 14 octobre, avec 9000 voix d’avance, dans le IXe arrondissement de Paris, l’ancienne circonscription de Thiers dont il est le successeur reconnu.

10 Voir lettre de Mme Paris du 30 octobre, note 73.

11 Charles Mercier de Lacombe, né en 1832, a été un opposant libéral sous le Second Empire : collaborateur du Correspondant, candidat d’opposition malheureux au conseil général du Puy- de-Dôme en 1867. En 1871, ce département l’envoya à l’Assemblée nationale où il oscilla entre le Centre droit et la Droite. Ce légitimiste modéré a laissé un Journal politique (2 vol., Paris, Picard, 1907/08). Dans le canton de Broglie, Albert de Broglie est battu par M. Fouquet, soutenu par le duc d’Albufera (1813-1877), ancien député de l’Eure (1849-1870).

12 Joseph Wetz, vicomte de Rainneville (1833), catholique et patriote valeureux (zouave pontifical, engagé dans le bataillon de mobiles de la Somme), est un élu (Centre droit) de la Somme : représentant (1871-1875), sénateur (1876-1882), conseiller général (canton de Villers-Bocage) ; entre 1876 et 1879, il est secrétaire du Sénat.

13 Sur la représentation symbolique de la République, voir Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979.

14 Non identifiée.


15 Jean Marie Joseph Saisset (1810-1879), ancien élève du collège navale d’Angoulême, contre-amiral en 1863, vice-amiral en 1871, est élu la même année représentant (Centre droit) de la Seine. Commandant des gardes nationales de la Seine et de la Seine-et-Oise, il tenta en vain un rapprochement entre le gouvernement et la Commune.

16  = J’ai d’autant moins insisté.

17 Non identifié.


18 Le sixième des sept psaumes de la Pénitence, qui commence par ses mots (Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur) et que l’on récite dans les prières pour les défunts.


19 Un télégramme circulaire du 6 novembre demandant aux préfets d’inviter les sénateurs conservateurs de leurs départements à se rendre à Paris le plus vite possible semble indiquer que le maréchal de Mac-Mahon souhaite s’opposer à la nouvelle majorité ; cette résolution inquiète la gauche, mais le cabinet est divisé et le Sénat, mené par Audiffret-Pasquier, n’est pas favorable à une nouvelle dissolution.

20 C’est la deuxième fois que Paris utilise cette locution latine (voir lettre du 20 août, note 72).

21 Augustin Thomas Pouyer-Quertier (voir lettre du 16 août, note 44). Le 5 novembre, Mac-Mahon demande à ce grand notable conservateur qui n’a pas été mêlé au coup du 16 mai de former un cabinet, avant la rentrée du Parlement, qui devrait, avant tout, s’employer à faire voter le budget pour 1878. De Broglie ainsi que Mgr Dupanloup le soutiennent dans son entreprise, et, plus discrètement, le comte de Chambord.


22 Le général Boissonet est-il parent avec le substitut du procureur de la République d’Arras dont Paris vient d’obtenir la promotion ?

23 Paris a l’intention de démissionner, de redevenir simple sénateur et donc de retourner habiter à Versailles, mais il veut rester libre de ses choix !

24 Pouyer-Quertier a proposé de nommer le général Ducrot à la Guerre et Robinet de Cléry à la Justice, deux personnalités que Mac-Mahon a repoussées, car trop marquées à droite ; l’industriel normand a alors avancé les noms de Duclerc, ami de Gambetta, aux Affaires étrangères et de Welche à l’Intérieur, eux aussi refusés car trop à gauche (appréciation fort discutable concernant Welche !). Il a renoncé...

25 Mac-Mahon sur les conseils de Fourtou songe à un cabinet Audiffret-Pasquier qui refuse et conseille un cabinet dirigé par le général Berthaut, le chef de l’État consulte de Vogüé et Welche... Ce dernier, préfet du Nord, que Mac-Mahon a connu à Nancy, sera ministre de l’Intérieur dans l’éphémère cabinet de Rochebouët.

26 Paris avait d’abord écrit prendre la ; les deux mots ont été rayés et remplacés par mettre à exécution ; cette rature révèle bien l’embarras, les incertitudes et l’émotion du ministre des Travaux publics.

27 La note officielle insérée au Journal officiel du 7 novembre précise : « Sur la demande qui leur en était faite par M. le président de la République, les ministres ont retiré les démissions qu’ils avaient eu l’honneur de déposer entre ses mains. Ils ont insisté pour qu’il fût bien entendu qu’en conservant leurs fonctions, ils ne préjugeaient en rien les résolutions ultérieures du chef de l’État ». De Broglie a donc obtenu gain de cause (cf. lettre du 1er novembre).

28 De Broglie avait pensé proposé au Sénat l’ordre du jour suivant : « Le Sénat espère que le maréchal de Mac-Mahon persistera dans sa politique de résistance. Il l’assure de sa confiance et passe à l’ordre du jour ». Audiffret-Pasquier s’y oppose car il estime que ce texte qui méconnaît l’irresponsabilité du président de la République, est inconstitutionnel. (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 372).

29 Cette fois-ci, Auguste Paris est convié à la réunion du groupe des Constitutionnels du Sénat, contrairement à celle signalée dans la lettre du 26 octobre.

30 Les républicains les plus radicaux souhaiteraient le suppression du Sénat voire de la présidence de la République. Certains proposent de mettre immédiatement en disponibilité le maréchal de Mac-Mahon, de mettre en accusation les ministres, de déclarer la patrie en danger. La gauche se prépare à résister par la force à une seconde dissolution ou à un éventuel coup d’État. Son comité de vigilance s’oppose à tout projet de résistance armée mais réclame l’invalidation des députés candidats officiels et envisage, au cas où la minorité conservatrice refuserait de siéger, d’appliquer une loi de 1849 qui dispense du quorum nécessaire pour délibérer, si les absents n’ont pas de raison valable à avancer... (Gabriel de Broglie, ibidem et Jérôme Grévy, op. cit., p. 252 et 259).

31 Constant Wartelle (1807-1877), veuf d’Angélique Monel, conseiller d’arrondissement pour le canton d’Arras sud (1842-1870), frère de Wartelle-Deretz et cousin de Wartelle d’Herlincourt (1806-1866, maire d’Eterpigny, conseiller général de Vitry-en-Artois et député bonapartiste du Pas-de-Calais).

32 Les de Hautecloque sont une vieille famille aristocratique de la Somme et du Pas-de-Calais, où un village porte leur nom (canton de Saint-Pol) et où plusieurs des leurs sont maires : Bermicourt (canton de Saint-Paul), Wail (canton du Parcq), Royon (canton de Fruges) ou curé (Framecourt et Herlincourt, canton de Saint-Pol). Sous la Restauration, le baron Léopold de Hauteclocque fut maire d’Arras (1826-1830) où il accueillit Charles X en visite officielle (16-17 septembre 1827). Le maréchal Leclerc (Philippe Marie de Hauteclocque, 1902-1947) est le plus illustre représentant de la famille. Le Père Boniface a-t-il à voir avec le conseiller d’arrondissement de Bertincourt, propriétaire à Ruyaulcourt ?

33 Allusion au rôle alors envisagé par les conservateurs pour le Sénat : soutenir Mac-Mahon et le gouvernement afin de gagner du temps...

34 Non identifié ; voir lettre d’Eugénie Paris du 3 juin.

35 C’est-à-dire d’Arras à Saint-Nicolas-lez-Arras.

36 Lucie Paris laisse échapper ici sa colère, son désabusement, sa morgue...


37 De Broglie aurait souhaité que l’ordre du jour suivant soit déposé : « Le Sénat espère que le maréchal de Mac-Mahon persistera dans sa politique de résistance. Il l’assure de sa confiance et passe à l’ordre du jour ». Cet ordre du jour n’est pas proposé, Audiffret-Pasquier et de nombreux Centre droit s’y opposent, le Sénat risquant de se discréditer en s’opposant trop nettement à la dernière expression du suffrage universel direct. En attendant, il est prévu qu’un groupe de sénateurs rende visite à Mac-Mahon pour lui affirmer leur concours en faveur d’une politique conservatrice. (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 272-273).


38 Ce ne sera pas le cas. En revanche, une délégation de députés de l’Appel au peuple se rend à l’Élysée.

39 Mgr Félix Dupanloup [1802-1878, figure la plus célèbre de l’épiscopat français du XIXe siècle, évêque d’Orléans (1849), académicien (1854), chef de file du catholicisme libéral, inspirateur de la loi Falloux (1850), hostile au coup d’État du 2 décembre, défenseur de la cause pontificale mais réticent quant au dogme de l’infaillibilité (1870). Defensor civitatis d’Orléans en 1870-1871, il est élu représentant (Centre droit) du Loiret en 1871, puis sénateur inamovible (décembre 1875)] est un conseiller très écouté de l’Élysée (cf. lettre du 15 mai). Eugène de Cadier baron de Veauce (1820-1884), grand propriétaire du Bourbonnais, franc-maçon, passionné par l’élevage et les courses de chevaux, président fondateur du comice agricole d’Ebreuil, membre du conseil général d’agriculture a entrepris à ses frais des travaux de voirie et de bonification pour ses concitoyens. Maire de Veauce, il échoue à la députation en 1848 mais siège au Corps législatif de 1852 à 1870 où il représente l’Allier... Fidèle au régime, il signe toutefois l’interpellation des 116 et soutient l’évolution libérale de l’Empire. En 1876, il est élu sénateur et retrouve en 1877 un siège au conseil général de l’Allier qu’il a présidé sous le Second Empire. Le baron Albert Le Guay (1827-1891), attaché au ministère des Finances (1841-1854), riche propriétaire dans l’Orne (président du comice agricole d’Alençon, conseiller général (1858-1871) et dans le Maine-et-Loire, est devenu préfet de ce dernier département en mars 1871, avant d’être promu, en 1873, sous le premier cabinet de Broglie, secrétaire général du ministère de l’Intérieur (où l’a appelé le ministre Beulé, représentant Centre droit du Maine-et-Loire) et conseiller d’État en service extraordinaire. Préfet du Nord (décembre 1873-mars 1876), il représente ensuite le Maine-et-Loire, au Sénat (1876-1891). D’opinion monarchiste et fervent catholique (Droite), il a entretenu de bonnes relations avec Mgr Freppel (voir lettre du 23 octobre, note 43) et rétabli d’office les subventions aux écoles congréganistes que le conseil municipal d’Angers leur avait supprimées en 1871-1872 ; dans le Nord il a porté un intérêt particulier aux intérêts moraux et religieux (fermetures de cabarets) et mené avec tact et clairvoyance l’épuration des municipalités. Il fait partie des ministrables d’un éventuel cabinet Batbie (de combat) envisagé entre le 8 et le 11 décembre, avec Ancel, Pouyer-Quertier, de Lareinty, le général Ducrot... (Les préfets de Maine-et-Loire, Jean-Luc Marais (dir.), Rennes, PUR, 2000, p. 52 ; Bernard Ménager, op. cit., p. 1115-1116).

40 Auguste Paris se trompe : il est dans le 6e bureau dans lequel siègent 11 conservateurs sur 32, soit une proportion de 1 à 3 (Journal officiel du 7 novembre).

41 À Versailles, la présidence de la République est logée dans la préfecture de la Seine-et-Oise, inaugurée en 1867 (Voir Gabriel de Broglie, op. cit., p. 216).

42 Ce mot est très important pour « le Bayard des temps modernes ».


43 Cette solution est très tôt envisagée par la presse orléaniste et Audiffret-Pasquier ; Mac-Mahon a déjà envoyé le préfet de police, Voisin, en éclaireur auprès de Dufaure.


44 Paris confirme ici les propos du vicomte de Meaux (cf. lettre du 16 octobre, note 17), repris par plusieurs historiens : « Fourtou est fatigué de la lutte » (Fresnette Pisani-Ferry, op. cit., p. 278). « Fourtou n’a plus d’avis » (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 370).

45 En fait, le 12 novembre, les républicains proposeront la nomination d’une commission d’enquête sur les actes illégaux commis depuis le 16 mai.

46 Le 10 novembre, la Chambre se déclare ainsi constituée et, « se considérant comme la continuation de la Chambre dissoute, elle renomme son ancien bureau » et réélit donc Jules Grévy à sa présidence. (Fresnette Pisani-Ferry, op. cit., p. 279).

47 Incarnation du bourgeois français, conformiste, borné, satisfait de lui-même, niais et sentencieux, créé par l’écrivain et caricaturiste Henri Monnier (1799-1877).

48 Héroïne de la mythologie grecque ; elle reçut d’Apollon le droit de prédire l’avenir, mais s’étant refusée à lui, le dieu décréta que personne ne croirait à ses prédications. En fait, Mac-Mahon dispose d’une majorité au Sénat, mais prudente (cf. lettre du 13 novembre).

49 Voir lettre du 24 juillet.


50 Depuis le résultat des élections, Paris fait partie des ministres, avec Decazes et Berthaut, qui souhaitent que le gouvernement s’incline.

51 Albert Grévy (1823-1899), frère de Jules Grévy, avocat, chef de l’opposition démocratique dans le Doubs sous le Second Empire, est nommé commissaire général du gouvernement de la Défense nationale pour la Haute-Saône, le Jura et le Doubs avant d’être élu représentant puis député de ce dernier département (1871-1880). Il siège à la Gauche républicaine qu’il préside quelque temps. En 1879 il est gouverneur général de l’Algérie et devient sénateur inamovible en 1880. Le projet de résolution est une proposition de nomination d’une commission de 35 députés chargée d’enquêter « sur les actes qui ont eu pour objet, depuis le 16 mai, d’exercer sur les élections une pression illégale ». Elle est motivée par quatre considérants où la Chambre des députés rappelle son « devoir de veiller au respect et à la défense du suffrage universel » et fustige le cabinet Broglie-Fourtou pour « la pression illégitime... et... les moyens mis en œuvre pour essayer de dénaturer l’expression de la volonté nationale » qui engagent « la responsabilité » de leurs auteurs. De Broglie au nom du gouvernement s’est associé à la demande d’urgence. L’inquiétude que peut ressentir Lucie Paris est due aux propos d’Albert Grévy qui a ainsi commenté sa proposition : « Le pays attend de nous que nous demandions des comptes à ceux qui, depuis cinq mois, traitent la France en province conquise, ce qu’ils ont fait de son repos, ce qu’ils ont fait de ses intérêts, ce qu’ils ont fait des libertés publiques ».

52 Célèbre proverbe incitant à s’évertuer soi-même. Dans le contexte de 1877, Auguste Paris oublie sans doute que, sous la Restauration, une société, animée par des libéraux, reprit ce titre afin d’encourager les citoyens à faire respecter leurs droits (principalement électoraux) qu’elle contribuait à faire connaître.

53 Auguste Paris fait allusion à l’article 2 de cette résolution : « ... la commission, indépendamment des enquêtes parlementaires qu’elle croira devoir faire dans les départements, pourra, soit sur le renvoi qui lui en serait fait par la Chambre, au cours de la vérification des pouvoirs, soit d’office, se faire connaître tous les dossiers des 14 et 28 octobre ».

54 Demande d’interpellation d’Audren de Kerdrel.


55 Tout est perdu, fors l’honneur, mot attribué à François 1er lors de la défaite de Pavie (1525).

56 Désiré Leblond (1812-1886, député républicain de la Marne) est d’abord intervenu en tant que rapporteur : il a insisté sur la multiplicité et la gravité des actes répréhensibles du gouvernement (« on affichait... on suspendait... on menaçait... on saisissait... on ruinait les industries... on engageait l’administration dans le combat... ») dont il convient de dégager la responsabilité. Numa Baragnon [(1835-1892), avocat, catholique, conseiller municipal de Nîmes représente le Gard à l’Assemblée nationale (1871-1875). Secrétaire d’État à l’Intérieur (novembre 1873-mai 1874, puis à la Justice (mai 1874-mars 1875), il échoue aux législatives de février 1876, mais réussit à celles d’octobre 1877 ; battu lors du scrutin partiel consécutif à son invalidation, il retrouve le parlement en étant élu sénateur inamovible le 15 novembre 1878] dénonce le caractère illégal, inconstitutionnel de l’enquête - les députés étant à la fois accusateurs et enquêteurs, le Sénat pouvant seul rendre un jugement... - qui serait « une œuvre d’accusation et de vengeance ». Léon Renault réfute l’argumentation de Baragnon, compare le gouvernement du 16 mai au Second Empire, reproche aux ministres qui ne sont pas de vrais conservateurs ni des « amis de l’ordre social », de ne pas avoir respecté la constitution en se servant du nom du chef de l’État. Pour eux, « l’heure de la justice et de la réparation ne doit pas être reculée ».

57 Romulus donna un conseil à Rome en créant 100 sénateurs, inscrits (conscripti) sur une liste et choisis dans l’aristocratie ; cet honneur leur valut le titre de pères (patres) (Tite-Live, 2.1 11). À la fin du IVe siècle av. J-C, c’est le censeur qui est chargé d’inscrire sur une liste (album) les membres du Sénat. Traditionnellement, les sénateurs romains sont donc appelés pères conscrits, notamment par Cicéron et Salluste.

58 Les légitimistes et les bonapartistes n’apprécient guère ce personnage, trop à gauche selon eux et qui a collaboré avec les républicains du cabinet Simon.

59 Cette thèse est développée par de Broglie et reprise dans l’ordre du jour motivé d’Audren de Kerdrel, le 19 novembre, au Sénat.

60 Le Cheval de Troie, énorme construction de bois creux remplie de soldats fut abandonnée devant la ville de Troie comme offrande à Athéna par les Grecs simulant leur retraite ; les Troyens dupés roulèrent le cheval dans leur ville... (Homère, Odyssée, VIII, 492-493). Il existait autrefois, en Chine, des théâtres ambulants, faits de pièces de carton manipulées par un seul homme ; sur certaines de ces pièces, on dessinait des dragons et autres figures fantastiques tirées de la riche galerie monstrueuse caractéristique de ce pays lointain, propre à exciter la curiosité mais qui était mieux connu depuis quelque temps. Paris estime que cette enquête est un simulacre, une duperie c’est-à-dire un moyen peu légal d’effrayer les conservateurs et de satisfaire l’opinion républicaine ; peut-être doute-t-il déjà de la détermination des gauches qui, revenues au pouvoir, pourraient souhaiter un certain apaisement. De fait, les députés préféreront, le 13 mars 1879, à l’instigation de Charles Rameau (Seine, Gauche républicaine) ne pas discuter la mise en accusation devant le Sénat des responsables et des membres des ministères du 17 mai au 23 novembre 1877, que demandait Henri Brisson (Seine, Union républicaine), le rapporteur de la commission d’enquête instaurée le 15 novembre.

61 Le ministre de l’Intérieur justifie la candidature officielle en rappelant l’attitude du gouvernement de la Défense nationale lors des élections de 1871, dénonce le péril social représenté par les radicaux dont il cite quelques propositions trouvées dans certaines feuilles : retour de la loi sur le divorce, égalité de la femme et de l’homme devant le code civil...

62 Selon Jules Ferry, « le parti républicain a été traqué, insulté, persécuté pendant six mois » par un gouvernement qui a tenu un « langage inconstitutionnel », nié les principes du régime parlementaire, repris les traditions de « la triste police impériale », suscité de faux candidats (« épouvantails socialistes »). Évoquant la menace de coup d’État, il reprend le style qu’Auguste Paris avait employé en juin à ce sujet (voir lettre du 19 juin, note 118) : « Le vrai coup d’État, c’est cette seconde dissolution dont vous nous menacez à mots couverts. Ce coup d’État-là, s’il était tenté, ce serait le coup d’État de l’hypocrisie, de la fourberie, de la lâcheté, mais ce serait un coup d’État non moins coupable, non moins hasardeux que le coup d’État à découvert ». Avant cela, il a agité le danger d’une coalition italo- allemande et le spectre de la guerre, n’hésitant pas à rappeler un article de La Gazette d’Allemagne du Nord, ce qui lui a valu plusieurs interruptions dont celles de Paris [« Allez donc prononcer ce discours à une tribune allemande »] et de Decazes [« Ces assertions sont contraires à la vérité »].

63 À lire le compte rendu du Journal officiel, elles sont, au contraire, peu nombreuses et visent principalement Fourtou notamment quand il prétend que les républicains sont les vaincus car ils ont perdu 50 sièges.../ « Par le vol et par la fraude », lance alors le tribun républicain.

64 qui lui reprochent de tolérer certains actes d’indiscipline et de s’opposer à l’état de siège.

65 Le duc de Broglie « ne se défend pas, il attaque. Altier, mordant, passant résolument à l’offensive, il revendique avec morgue la responsabilité de ses actes, il repousse l’enquête parlementaire » (Fresnette Pisani-Ferry, op. cit., p. 281), préface à une mise en accusation du ministère par une majorité (dont il souligne l’hétérogénéité de Léon Renault à Louis Blanc) qui serait à la fois accusatrice et juge ce qui constituerait « une monstrueuse confusion de la justice et de la politique ». Il reproche à ses adversaires d’avoir eu recours à la calomnie en faisant craindre le rétablissement de la dîme, des droits féodaux et surtout en agitant le spectre de la guerre. Sa péroraison sur ce dernier point est particulièrement brillante et permet de « venger » (De Meaux, op. cit., p. 403) la défaite des conservateurs : « Inquiéter l’étranger sur les dispositions de la France, ensuite intimider la France par la menace de l’étranger, voilà l’opération tout entière... C’est la première fois qu’on a vu intervenir dans nos délibérations intérieures la menace supposée vraie de l’étranger. Ce serait, si l’on y persistait, le signe de la décadence irrémédiable de la patrie. Lisez l’histoire et ses tristes leçons : n’est-ce pas sur l’Agora d’Athènes mourante qu’on évoquait le fantôme de Philippe de Macédoine ? N’est-ce pas dans les diètes de Pologne qu’on se retournait avant de voter, pour savoir ce que voulaient, ce que pensaient les ambassadeurs de Catherine. [Ces propos sont tenus en présence de l’ambassadeur d’Allemagne]. J’ai voulu épargner cette honte à mon pays... Je n’ai pas réussi ». Le duc de Broglie a déjà avancé cet argument le 21 juin (voir lettre du 22 juin, note 153).

66 Gambetta vante d’abord « le superbe héroïsme de la France qui a résisté [...] à [...] l’alliance contre nature » des orléanistes et des bonapartistes,... à « une minorité qui a confisqué le pouvoir », à la pression cléricale. Puis il justifie la création d’une commission d’enquête : la Chambre, juge de la validité des élections, reste dans son droit ; le Sénat ne doit pas empiéter sur elle, sinon il se conduirait comme « une Convention blanche qui ne serait ni la moins redoutable ni la moins criminelle ».

67 Il y a alors des rumeurs de coup d’État et bien des militaires sont proches de Mac-Mahon.


68 par 312 voix contre 205.

69 Il s’agit de Lucien Brun, Chabaud-Latour (voir lettre du 27 mai, note 123), Grandperret et Greffulhe qui remplacent respectivement Edmond Adam (1816-1877, Union républicaine, dont l’épouse, l’écrivain Juliette Lamber, tenait un célèbre salon), Picard (voir lettre du 15 mai, note 2), Lepetit (1817-1877, Centre gauche) et François de Tocqueville (1797-1877, Centre gauche, neveu d’Alexis de Tocqueville). Lucien Brun (1822-1898), avocat lyonnais, représentant (Chevau-légers) de l’Ain, ne s’est pas représenté en 1876 mais a retrouvé le barreau et a enseigné à l’Université catholique de Lyon. En octobre 1873, il avait rencontré le comte de Chambord pour préparer la restauration. Michel Grandperret (1818-1890), avocat, journaliste, ancien magistrat et ministre, représente la tendance conservatrice et catholique du bonapartisme. Procureur général à Orléans (1861-1867), il se lie avec Mgr Dupanloup, puis est promu à Paris avant de devenir ministre de la Justice le 10 août 1870 ; il retourne à la vie civile dès le 4 septembre. Le comte Greffulhe (1815-1879), célibataire, grand propriétaire, conseiller général de Nangis (1842-1879, président du conseil général de la Seine-et-Marne (1872-1875) vient d’être le président du comité électoral conservateur pour les élections d’octobre 1877. Au Sénat, il s’efforce de réorganiser le Centre droit. Bien que voltairien, il aura des obsèques religieuses ; son neveu, Henri, Jules, Charles est un des modèles du duc de Guermantes d’À la recherche du temps perdu. (Les Immortels du Sénat, op. cit., p. 341-343).

70 Illisible.


71 La modération de Jules Grévy, son aversion pour la révolution violente, son goût pour la courtoisie parlementaire apparaissent là encore ; peu de temps avant, il s’est opposé à tout projet de résistance armée qui conduirait, selon lui, à la guerre civile (Jérôme Grévy, op. cit., p. 259). Les clubs sont une allusion aux périodes révolutionnaires et à leur dérive autoritaire auxquelles les conservateurs assimilent volontiers le radicalisme.

72 Les milieux d’affaires, plutôt favorables aux républicains, anticipent-ils sur leur victoire définitive ? Les propos tenus par Gambetta, à Paris, au banquet des chambres syndicales du commerce et de l’industrie le 25 mars 1881 confirme le soutien des milieux d’affaires à la gauche : « Quel est le concours le plus efficace, la manifestation la plus décisive qui ait pesé dans cette lutte du pays contre les retours de la réaction coalisée à tous les partis d’ancien régime ? Messieurs, c’est la manifestation des affaires ! Le jour où l’on a vu que les hommes de négoce, les hommes d’industrie, les hommes d’affaires étaient du côté de la République, c’est-à-dire de l’ordre assuré, de la sécurité intérieure, ce jour-là, le 16 mai a été vaincu ».

73 Bocher et Lambert de Sainte-Croix (28 juin note 6). Jacques Daguenet (1801-1886), magistrat, député (1836-1848), représentant (Centre droit, 1871-1875) puis sénateur (constitutionnel, 1876-1882) des Basses-Pyrénées. En 1874, président de la commission d’initiative parlementaire, il conclut au rejet de la proposition de rétablissement de la monarchie faite par La Rochefoucauld-Bisaccia parce qu’elle conteste et méconnaît le caractère obligatoire du statut du 20 novembre (septennat de Mac-Mahon). Après l’échec du 16 mai, il se rapproche du Centre gauche, en renonçant à la politique de résistance. Anselme Batbie (1828-1887), professeur de droit et jurisconsulte, représentant (Centre droit) du Gers (1871-1875), collaborateur de Thiers et Favre lors des négociations de paix, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts (dans le premier cabinet Broglie, mai- novembre 1873), président de la commission des « Trente » chargée de préparer les lois constitutionnelles, sénateur du Gers (1876-1887), est un des chefs de la droite monarchiste, très favorable au coup du 16 mai. Le 7 décembre, Mac-Mahon le charge de former un cabinet de résistance mais il doit finalement renoncer. Charles-Auguste Salmon (1805-1892), avocat, magistrat, représentant de la Meuse (1848-1851, Droite) a été maintenu dans la magistrature après le 2 décembre. Président de chambre de la cour de Metz en 1870, il devient premier président de la cour de Douai (septembre 1871) puis conseiller à la Cour de cassation (octobre 1874). Conseiller général (canton de Vigneulles) et président du conseil général de la Meuse, il représente ce département au Sénat (constitutionnel) entre 1876 et 1879.

74 Daru (23 mai, note 75), Depeyre (19 juin, note 126), Buffet (1er juillet, note 6).


75 L’interpellation est posée par Audren de Kerdrel (23 octobre, note 46) sur les mesures que le gouvernement compte prendre au sujet de l’enquête ordonnée par la Chambre. L’ordre du jour motivé est ainsi rédigé : « Le Sénat, prenant acte des déclarations du gouvernement et résolu, conformément aux principes conservateurs qu’il a toujours soutenus, à ne laisser porter aucune atteinte aux prérogatives qui appartiennent à chacun des pouvoirs publics, passe à l’ordre du jour ».

76 Audren de Kerdrel, un des leaders de la droite depuis 1871, tenant d’un légitimisme modéré, fut sollicité pour occuper le ministère du Commerce et de l’Agriculture le 17 mai ; il refusa et c’est de Meaux, légitimiste très proche de de Broglie qui eut ce portefeuille. Le 26 mai, l’amiral Gicquel des Touches fut nommé ministre de la Marine ; proche du légitimisme, il ne le représentait toutefois pas officiellement. Tous deux sont morbihannais.

77 de la droite sénatoriale.


78 Il pourrait s’agir du comte de Douhet qui lui aurait dit : « Ramenez-nous le comte de Chambord et je puis vous donner la certitude que Sa Majesté vous nommera connétable » et auquel Mac-Mahon aurait répondu : « Vous me prenez donc pour un traître, pour un infâme coquin, capable de se vendre par intérêt personnel ! Vous me faites le plus grand affront que j’aie jamais subi ! Sortez immédiatement car je ne serai pas maître de moi, et ne remettez jamais les pieds chez moi ! » Cet échange est rapporté par Gabriel de Broglie, op. cit., p. 235.

79 Il s’agit de : Albert Grévy (président), Brisson (vice-président et rapporteur), général de Chanal (vice-président), Goblet, Albert Joly, Ménard Dorian, Lecharbonnier, Mercier, Allain-Targé, Lavergne, Savary, Lisbonne, Laisant, Renault, Floquet, Jozon, Fréminet, Crozet-Fourneyron, Lelièvre, Casimir-Périer, Varambon, de Lur-Saluces, Ferry, Blanc, Villain, Girerd, Faye, Spuller, de Massy, Millaud, Turquet, Christophle, Georges Perin.

80 La majorité conservatrice de l’Assemblée nationale avait décidé, le 17 juin 1871, la création d’une commission d’enquête, de 30 membres, sur les actes du gouvernement de la Défense nationale. Elle publia des documents sous forme de brochures entre février 1872 et décembre 1875 qui permirent d’émettre de sévères critiques contre les républicains, mais il n’y eut aucune action judiciaire.

81 Séance du 13 novembre.


82 Ce projet de loi portant déclaration d’utilité publique et concession à la Compagnie des chemins de fer du Nord des lignes de Lens à Don et Armentières et de Valenciennes au Cateau est redéposé à la Chambre le 16 novembre (après son ajournement le 23 juin, lettre du 25 juin, note 165).

83 Séance du 17 novembre.


84 Fifie est le petit nom de la fille cadette d’Auguste et Lucie Paris, Sophie.


85 Pierre Tirard (1827-1893), d’abord administrateur des ponts et chaussées, a fondé une maison d’exportation de bijoux et objets d’orfèvrerie. Nommé maire du 2e arrondissement le 4 septembre 1870, il est ensuite élu député de la Seine (1871-1883, Union républicaine) puis sénateur inamovible. Il sera plusieurs fois ministre et président du conseil (décembre 1887- mars 1888, février 1889-juillet 1890, en pleine crise boulangiste). Tirard rappelle que c’est toujours la droite, le 24 mai 1873, le 16 mai 1877, qui « trouble le pays dans son travail, l’arrête dans son essor ». Baragnon voulant élever « une protestation indignée » contre ces propos suscite un incident de séance. Paris réplique à Tirard et surenchérit : « En dehors de toute question politique, je venais justement à cette tribune déposer un projet de loi d’affaires dont la discussion a été ajournée au dernier moment par la Chambre des députés [l’ancienne]... Nous vous montrons par conséquent que les questions d’affaires rencontreront de notre part, non pas seulement d’une façon théorique, mais au point de vue pratique, une entière sollicitude ». (voir supra, note 82).

86 Ils n’accepteront de voter l’ordre du jour motivé (voir lettre du 17 novembre, note 75) qu’après de longues discussions à l’issue desquelles ils obtiennent que l’expression « Le Sénat approuvant les déclarations du gouvernement » soit ainsi modifiée « Le Sénat prenant acte des déclarations du gouvernement ».

87 Voir lettre du 17novembre. Cette circulaire est envoyée par les ministres à tous les fonctionnaires afin qu’ils refusent d’entrer en contact avec la commission d’enquête de la Chambre décidée le 15 novembre, conformément aux principes de séparation des pouvoirs et de respect de la hiérarchie.

88 Annonçant la démission des ministres.

89 Emmanuel Arago (1812-1896), fils aîné de François Arago, ancien membre du gouvernement provisoire de 1848, est avocat. Ancien commissaire général du gouvernement dans le Rhône en 1848 et député des Pyrénées-Orientales (1848-1851), il est un opposant à l’Empire : participation avec Gambetta au procès de la souscription pour le monument à Baudin, député républicain de la Seine (1869). Membre du gouvernement de la Défense nationale, représentant (1871-1875) puis sénateur (1876-1896) des Pyrénées-Orientales, il siège à la gauche républicaine. « Doué d’une voix retentissante, il a fait dire de lui qu’il était, à l’Assemblée nationale, un des orateurs les plus écoutés et certainement le mieux entendu de la gauche ». (Dictionnaire des parlementaires, A. Robert, E. Bourloton, G. Cougny, Paris, Bourloton éditeur, 1891, op. cit., tome I, p. 82). Ambassadeur à Berne (1880-1894), il sera sollicité, en 1895, pour être candidat à la présidence de la République.

90 Selon Audren de Kerdrel, le Sénat « respectueux du principe tutélaire de séparation des pouvoirs », n’a pas à juger la résolution de la Chambre, mais il peut s’intéresser à son exécution qui pourrait être un empiétement sur les droits des pouvoirs publics. Albert de Broglie estime que si le droit d’enquête parlementaire est légitime, il y a toutefois risque de contestation et d’abus, en raison du « caractère vague, indéfini » de l’enquête et de l’éventuelle partialité des enquêteurs ; il informe précisément les sénateurs des instructions que le cabinet a données aux fonctionnaires, à savoir l’interdiction de tout concours direct ou indirect aux travaux de la commission, au nom de la séparation des pouvoirs.

91 Laboulaye, attaché à la défense des libertés constitutionnelles et soucieux de ne pas opposer les deux Chambres (« les deux lames d’une même pair de ciseaux »), souhaite que l’on suive le vœu de la majorité du pays qui a choisi la République. Dufaure déclare notamment qu’avec l’ordre du jour motivé, « on engage le Sénat dans une voie où il n’a rien à faire ». Ce texte qui « manifesterait une méfiance à l’égard de la Chambre et la blesserait... serait... sans portée et indigne ».

92 Le 18 juin, il a répondu à Gambetta, le 19 juin, il a répondu à Léon Renault.

93 par 153 voix contre 136.

94 Jean-Baptiste Billot (1828-1907), saint-cyrien, devenu général de brigade en 1870, s’échappe de Metz pour se mettre au service du gouvernement de la Défense nationale. Représentant de la Corrèze en 1871, il siège à l’Union républicaine puis est élu sénateur inamovible en 1875. Général de division en 1878, il sera ministre de la Guerre de janvier 1882 à janvier 1883, puis d’avril 1896 à juin 1898 (gouvernement Méline ; il est persuadé de la culpabilité de Dreyfus). Pierre Louis Béraldi, né en 1821, membre de l’administration de la Marine, est président du conseil général de l’Aude (canton de Salles-sur-l’Hers) ; de 1876 à 1885, il représente ce département au Sénat où, en tant que constitutionnel, il proteste solennellement contre la demande d’approbation de sa politique faite par de Broglie : « Si le Sénat se compromettait par un vote tel que celui-ci, je n’oserais me représenter dans mon département : les pierres mêmes se soulèveraient contre moi ». (Dictionnaire des parlementaires, op. cit., tome I, p. 257).

95 151 voix contre 129.


96 Cette dépêche dit ceci : « M. le duc de Broglie a précisé et vengé la politique du gouvernement dans un discours d’une admirable éloquence. Il a flagellé dans les termes de la plus patriotique indignation l’appel fait par les radicaux à l’intervention de l’étranger dans ses affaires... » (Le Progrès du Nord, 20 novembre).

97 Journal officiel du 20 novembre : « Les ministres ont remis leur démission entre les mains de M. le président de la République qui les a acceptées. Ils restent chargés des affaires jusqu’à la nomination de leurs successeurs ».

98 Le maréchal de Mac-Mahon est sans doute amer de devoir se séparer de ses compagnons de lutte et selon le vicomte de Meaux, il aurait murmuré : « On prétend que des garnements veulent attenter à ma vie. Ils me rendraient un fameux service ». (Vicomte de Meaux, Souvenirs politiques, p. 401, cité par Fresnette Pisani-Ferry, op. cit., p. 286).


99 Il se construit tout en s’écroulant.


100 Paris reproche sans doute à Audiffret-Pasquier la réticence de son soutien à l’entreprise du 16 mai, son attitude hostile à Mac-Mahon après la défaite électorale [il refuse de se rendre auprès du chef de l’État autrement qu’officiellement, en tant que président du Sénat, et avec le président de la Chambre des députés ; il fait courir la rumeur que le duc d’Aumale serait candidat à la présidence (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 373)], ses emportements [dont un des plus célèbres aura lieu le 12 décembre à l’Élysée et dont Batbie fera les frais]. Ainsi que l’écrit Mac-Mahon dans ses Mémoires inédits (tome V, p. 358), « M. Pasquier était d’un caractère emporté ; il se laissait parfois aller à sa première impression, sans se donner le temps de la réflexion » (cité par Gabriel de Broglie, op. cit., p. 384).

101 Un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur alors aux mains des bonapartistes Fourtou et Reille.

102 Le républicain Hérold ayant fait observer que la majorité requise n’avait pas été atteinte lors de l’élection de Grandperret le 15 novembre, celle-ci est annulée, mais l’avocat bonapartiste est élu en bonne et due forme le samedi 24 novembre.

103 Le baron Reille a épousé en 1860 Geneviève Soult, petite-fille du maréchal d’Empire, pair, ministre et président du Conseil sous la monarchie de Juillet, fille d’un député. Ils ont eu huit enfants dont quatre survécurent et trois devinrent députés du Tarn (Éric Anceau, op. cit., p. 311).

104 S’il a estimé qu’il n’y avait pas conflit avec le pouvoir judiciaire ni avec le Sénat, il a tout de même signalé qu’il y aurait intérêt à connaître jusqu’où allaient les droits des enquêteurs et qu’une loi générale serait la bienvenue.

105 Le baron Reille a été élu par 12202 voix contre 4307 à son adversaire Cavaillé ; après une enquête longue et minutieuse, il est invalidé le 1er décembre 1878 mais réélu le 2 février 1879 par 9967 voix contre 7516 à son concurrent Barbey.

106 Ils sont en fait 33, tous républicains parmi lesquels trois modérés, Joseph Bardoux (Gauche républicaine, Puy-de-Dôme), Henri Germain (Centre gauche, Ain), Richard Waddington (Centre gauche, Seine-Inférieure) ; parmi les radicaux, on trouve notamment Charles Boysset (Saône-et-Loire), Charles Floquet et Pierre-Emmanuel Tirard (Seine). Le président de cette commission n’est autre que Gambetta (Journal officiel du 21 novembre).

107 M. Pascal, conseiller d’État, inspecteur général des Ponts et Chaussées, est le secrétaire général de l’administration centrale du ministère des Travaux publics.

108 Faut-il voir dans cette mention l’expression d’un soulagement pour lui et pour son épouse (dont le mari sera désormais plus disponible) et/ou celle d’une certaine nostalgie ?

109 Auguste Paris s’avance trop ! En fait, l’amiral Gicquel des Touches sera remplacé par le vice- amiral Roussin (1828-1896), ancien élève de l’école navale, fils d’un ministre de la Marine de la monarchie de Juillet devenu pair de France et sénateur de l’Empire ; lui-même a déjà été sous- secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies, dans le cabinet Jules Simon.

110 Qui ne sera autre que le président du conseil, le général Gaétan de Grimaudet de Rochebouët (1813-1899), polytechnicien qui a fait toutes les campagnes du Second Empire dans l’artillerie, commandant, alors le 18e corps d’armée à Bordeaux.

111 Voir lettre du 1er juin.

112 Voir lettre de Lucie Paris du 7 novembre, note 34.


113 Voir lettre d’Auguste Paris du 21 novembre, note 102.


114 Magistrat à Arras (rappel).


115 Médecin à Saint-Omer (rappel).

116 La composition du nouveau cabinet est publiée au Journal officiel le lendemain, 24 novembre.

117 Welche été battu en Meurthe-et-Moselle. En fait Mac-Mahon a renoncé, provisoirement, à la solution Batbie et dès le 21 novembre, il a informé de Rochebouët de sa double nomination.

118 Le général Berge, baron, commande la 23e brigade d’infanterie ; il est effectivement nommé chef de cabinet le 26 novembre (Journal officiel du 29 novembre).

119 De ne pas être suffisamment conservateur.


120 Nicolas Changarnier (1793-1877), saint-cyrien, général de brigade et de division en 1843, député de la Seine en 1848, de la Somme en 1849 ; hostile au coup d’État du 2 décembre 1851, il vécut en exil jusqu’en 1859 puis se retira sur ses terres de Saône-et-Loire. Il reprit du service lors de la guerre de 1870 et fut élu représentant (Droite) en 1871 dans trois départements ; il opta pour la Somme. Après avoir été élu sénateur inamovible en décembre 1875, il présida le comité central conservateur lors des élections législatives de 1876. Le général Berthaut, modéré et catholique, n’a accepté d’entrer dans le gouvernement Simon qu’à la condition expresse que de Marcère, ministre de l’Intérieur de Dufaure ne soit pas repris ; il lui reprochait d’avoir présenté un projet de loi permettant que les honneurs militaires puissent être rendus lors des enterrements civils (retiré le 2 décembre 1876 après les violentes attaques des conservateurs). Mac-Mahon proposa le ministère de l’Intérieur à Jules Simon qui accepta et trouva un arrangement sur la question des honneurs funèbres avec Berthaut, ministre de la Guerre depuis le 15 août 1876 et qui accepta donc de rester au gouvernement.

121 Voir lettre du 28 juin, note 9.

122 Auguste Paris anticipe quelque peu, sans doute parce que c’est la solution que bien de ses amis modérés [comme ses deux interlocuteurs (voir lettres du 16 mai note 19 et du 28 juin note 6] et lui-même souhaitent faire triompher pour sortir de l’impasse où le pays se trouve après que la majorité républicaine a refusé d’entrer en contact avec le ministère de Rochebouët dès le 24 novembre [interpellé par la majorité qui par 315 voix contre 207 refuse d’entrer en relation avec lui] et donc de voter le budget. Les membres du cabinet ont présenté leur démission au président de la République qui leur a demandé de rester en place. C’est la crise. Pour en sortir, le chef de l’État propose, mais le 3 décembre seulement, à Dufaure de former un ministère rassemblant le Centre droit et le Centre gauche. Cette ouverture échoue et Mac- Mahon tente un dernier essai de résistance avec Batbie [entre le 8 et le 12 décembre, on envisage un cabinet Centre droit et une nouvelle dissolution]. Finalement, il se soumet, conformément aux conseils d’Audiffret-Pasquier et de Grévy, en acceptant la formation d’un gouvernement républicain homogène (Dufaure V, le 13 novembre) et en reconnaissant que « le droit de dissolution » ne saurait être érigé en « système de gouvernement » et que « la Constitution de 1875 a fondé une République parlementaire établissant l’irresponsabilité du président de la République tandis qu’elle a institué la responsabilité solidaire et individuelle des ministres » (message aux Chambres du 15 décembre 1877).

123 Jean-Baptiste Delapchier-Duchasseint (1814-1895), conseiller d’arrondissement (1840) puis général (1848) du Puy-de-Dôme a démissionné en 1851 pour protester contre le coup d’État. Il se consacre dès lors à l’agriculture puis revient au conseil général en 1871. Il est député (républicain) du Puy-de-Dôme, de 1876 à 1895. François Le Pelletier, né en 1826, est un magistrat qui a été révoqué en novembre 1870 puis réintégré en 1874 ; ce conseiller à la Cour de cassation, connu pour ses opinions notoirement conservatrices, est ministre de la Justice dans le cabinet de Rochebouët (23 novembre-12 décembre 1877).

124 Depuis qu’elle a décidé la création d’une commission d’enquête, la Chambre des députés est volontiers appelée Convention nationale par les conservateurs défaits qui craignent le radicalisme de sa majorité républicaine et entendent, par cette dénomination, la disqualifier. La Petite République française est une petite feuille politique à 5 centimes, au style simple et varié, destinée aux masses des campagnes, apparue en 1876. Elle est étroitement liée à La République française puisque son directeur politique n’est autre que Gambetta. Dyonis Ordinaire, normalien né en 1826 est le responsable de la rédaction. Pendant l’été 1877, ce quotidien propose un abonnement à prix réduit pour une durée au choix de ses lecteurs ; à l’occasion de la mort de Thiers, une place importante est faite aux illustrations. C’est « la plus belle réussite du journalisme républicain » avec près de 200000 exemplaires en 1880. (Pierre Albert, op. cit., p. 1416-1417).

125 Voir lettre du 16 juillet, note 108.


126 Et commencer par le vote rapide du budget.


127 En exposant ce que devrait être le programme de cette enquête. Ernest Denormandie (1821-1902), avoué, jurisconsulte, appartient à une très vieille famille de la bourgeoisie de robe, son grand-père fut député de la Seine sous la Restauration, son père fut avoué de la liste civile de Louis-Philippe. Devenu adjoint au maire du VIIIe arrondissement pendant le siège de Paris, il est élu représentant de la Seine en juillet 1871 après un échec en février. D’opinion libérale et modérée, lié à Jules Simon et à Léon Say, il siège au Centre gauche mais s’est rallié à Albert de Broglie en 1874 et œuvre pour la conjonction des centres. En décembre 1875, il est élu sénateur inamovible comme candidat des gauches. Actionnaire de l’École libre des Sciences politiques, gouverneur de la Banque de France (1879-1880), il se consacre principalement, après 1884, aux affaires avec l’aide de ses amis Rothschild (Cf. Les immortels du Sénat, op. cit., article de Gilles Le Béguec, p. 298).

128 Michel Graëff (1812-1884), polytechnicien, ancien élève des Ponts et Chaussées, a connu Mac-Mahon lorsque ce dernier commandait le 3e corps d’armée à Nancy (1863) et que lui- même y était ingénieur des Ponts et Chaussées (au même moment Welche y était avocat). Inspecteur général des Ponts et Chaussées, c’est un technicien, une personnalité de la haute fonction publique, étrangère aux querelles partisanes comme ses collègues du cabinet de Rochebouët. En parlant d’« errements », Paris critique-t-il l’inertie administrative qu’il avait voulu secouer ou bien qualifie-t-il, avec humour, son passage au ministère des Travaux publics ?

129 Voir supra, note 122. Tous deux lui conseillent « de rentrer dans les voies parlementaires, d’admettre son irresponsabilité et de prendre contact avec les républicains modérés » (Gabriel de Broglie, op. cit., p. 380).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/564/img-1.png
Fichier image/png, 129k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/564/img-2.png
Fichier image/png, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 106 à 142, 25 à 31) », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 239-270.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « (Lettres 106 à 142, 25 à 31) », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://hleno.revues.org/564

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org