Navigation – Plan du site
Épilogue

Épilogue

p. 271-272

Texte intégral

  • 1 Voir la note 24 de l’introduction.
  • 2 Propos rappelés par Monsieur Hochart, membre de l’Association des anciens Élèves de Saint-Bertin, l (...)

1L’échec électoral des conservateurs au plan national interrompt la carrière ministérielle d’Auguste Paris qui retourne siéger pour trois ans au Sénat, avant d’y revenir, après sa défaite de 1882, en 1885, pour six ans. Son opposition aux républicains se radicalise et se focalise sur les problèmes de religion et de commerce international qu’il aborde dans quelques grands discours qui en font, encore un temps, une personnalité influente et respectée (« un esprit distingué, un ministre compétent », selon Freycinet en 18781 ; « Paris, c’est quelqu’un », selon Jules Simon en 1885)2. Il apprécie toutefois la modération relative du premier cabinet Rouvier (mai-décembre 1887) qui, hostile à Boulanger et lié aux milieux d’affaires, bénéficie de la neutralité bienveillante de la droite satisfaite de sa politique de défense sociale et d’apaisement religieux.

2En revanche, la politique du 16 mai réussit dans le Pas-de-Calais où les conservateurs qui ont refait leur unité passent de six à neuf députés sur dix. Mais ce succès est à court terme puisque deux députés bonapartistes invalidés perdent leur siège en 1878, année qui voit l’élection d’Alexandre Ribot (1842-1923), républicain modéré, destiné à une très brillante carrière parlementaire et ministérielle. Dans les quatre ans qui suivent, le conseil général et la représentation parlementaire sont majoritairement acquis à la République des opportunistes.

Haut de page

Notes

1 Voir la note 24 de l’introduction.

2 Propos rappelés par Monsieur Hochart, membre de l’Association des anciens Élèves de Saint-Bertin, lors des obsèques d’Auguste Paris le 21 décembre 1896.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Guislin, « Épilogue », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002, p. 271-272.

Référence électronique

Jean-Marc Guislin, « Épilogue », in Un ministre artésien dans la crise du 16 mai, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 32), 2002 [En ligne], mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://hleno.revues.org/565

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org