Navigation – Plan du site
Points de vue philosophique et esthétique

La nuit ajournée. Prémices à une nyxologie

The adjourned night. Beginnings to nyxology
Angel Delrez

Résumés

Il s’agit ici, non pas de faire l’histoire – incommensurable, en fait – de l’extension et de l’intensification du jour, soit de l’illumination, mais de se borner à en dépister, au cœur de la singularité relative de certaines de ses manifestations, les rouages, en vue de rendre manifeste l’intérêt et, par suite, la nécessité de penser aujourd’hui le propre du « phénomène nocturne » et, au-delà, de la nuit en soi.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

night, sleep, dream, capitalism, security
Haut de page

Texte intégral

« Le règne de la Nuit désormais va finir. Des mortels renommés par leur sage industrie, de leurs climats sont prêts à la bannir : vois les effets de leur génie », M. Le Valois d’Orville, in Les Nouvelles Lanternes (1746).

  • 1 Estimant plus approprié de maintenir à ce texte sa portée initiale, je me suis résolu à le donner (...)
  • 2 Foucault, M. et Canguilhem, G., cités par Éribon, D., Michel Foucault, Flammarion (coll. « Champs (...)

1S’il ne peut être question ici de chercher à tracer, étape par étape, l’histoire de l’extension et de l’intensification du jour et, à revers, de la restriction et de la diminution de la nuit, c’est qu’il n’y aurait de sens à s’y engager qu’à y intégrer patiemment, au prix même de sa commodité linéaire, les scènes – innumérables, en fait – qui la composent1 : tracer l’histoire du triomphe (relatif) du diurne sur le nocturne exigerait la prise en compte d’une multiplicité de facteurs s’articulant « plus par glissement que par filiation », c’est-à-dire plus par contaminations ou par réverbérations réciproques que par « privilège[s] causa[ux] »2.

  • 3 Il convient de revenir sur le sens de ce titre : « La nuit ajournée. Prémices à une nyxologie », a (...)

2Aussi ne s’agira-t-il pas ci-après de faire l’histoire de cette illumination, mais de se borner à en dépister, au cœur de la singularité relative de certaines de ses manifestations, les multiples rouages, attendu que celles-ci – à la fois vecteurs et témoins, formellement : objets-phares – participent, peu ou prou, à et de son avènement, à savoir, concurremment : de l’ajournement de l’espace-temps nocturne3.

Urbis securitas et nitor4

  • 4 Légende qui demi-cercle, au dos d’une Médaille frappée en 1669 à l’effigie de Louis XIV, la ville (...)
  • 5 De Valois d’Orville, A.-J., « Les Nouvelles Lanternes » (1746), in Fournier, É., Les Lanternes. Hi (...)
  • 6 Cf. « Machines ou inventions approuvées par l’Académie en MDCCLXVI », in Histoire de l’Académie ro (...)
  • 7 Je signalerai, en ce sens, que c’est au lieutenant général de police de Paris, Nicolas de La Reyni (...)

3L’éclairage urbain est un cas édifiant du caractère protéiforme de cette intronisation du jour dans la nuit. À mesure, en effet, qu’on lui porte intérêt, l’on est amené à établir que son déploiement s’explique moins par sa finalité fonctionnelle (i.e. la praticabilité de la voie publique) que par la logique policière qui le sollicite et l’oriente, en partie. Certes, il serait abusif d’attribuer à la fonction identificatoire et préventive de l’éclairage public sa destinée. Néanmoins, à l’inverse, il serait erroné d’imputer celle-ci à sa seule fonction lumineuse, comme si l’illumination aurait (eu) à prospérer d’elle-même, par et pour elle-même, animée par sa seule dynamique propre. Comme en atteste l’entrecroisement des perspectives hétérogènes ayant contribué, sinon à l’invention du réverbère, du moins à la consécration de ces nouvelles lanternes qui « serviront dans Paris d’armes, de gardes, de barrières »5 et dont témoigne une gratification accordée à la lanterne réverbérante à l’occasion de la remise d’un « Prix extraordinaire » de 2 000 livres attribué par l’Académie royale des sciences de Paris en 1766 et « proposé par M. de Sartine, Conseiller d’État et Lieutenant général de Police »6, l’essor de l’éclairage urbain ne dépend pas seulement des innovations techniques qui le jalonnent : il est également le fait de médiations concomitantes par l’entremise desquelles il a à s’opérer, en tant qu’auxiliaire7.

  • 8 Cf. « Machines ou inventions approuvées par l’Académie en MDCCLXVI », in Histoire de l’Académie ro (...)

4En outre, je me bornerai à rappeler, à l’encontre de toute justification philanthropique d’une illumination immaculée, que l’intensification du pouvoir éclairant de la lanterne par ses multiples révisions techniques (i.e. l’ajout de réflecteurs lumineux) n’a pas profité, dans le courant du xviiie siècle, à l’augmentation de l’éclairement des rues, puisque la transition d’un modèle à un autre (amélioré) ne s’est précisément opérée qu’à proportion de leur dissémination : « on remplace les lanternes non pas pièce pour pièce, mais suivant un rapport de puissance lanternes/réverbères exact. Aux six à huit mille lanternes de Paris succèdent mille deux cent réverbères dont l’intervalle passe de vingt à soixante mètres »8.

  • 9 Deleuil, J.-M., Toussaint, J.-Y., « De la sécurité à la publicité, l’art d’éclairer la ville », in (...)
  • 10 Ibid., p. 56.
  • 11 Ibid., pp. 55-56 (nous soulignons).
  • 12 Ibid., p. 58.
  • 13 Ibid., p. 57.
  • 14 Ibid., p. 56.
  • 15 Ibid., p. 57.
  • 16 Comme le souligne Wolfgang Schivelbusch : « dès le départ le feu que le piéton est tenu de porter (...)

5Il est dès lors malaisé de défendre, comme le font Jean-Michel Deleuil et Jean-Yves Toussaint à propos de la fin du xxe siècle dans le 87e numéro des Annales de la recherche urbaine : « Nuits et lumières », une sorte d’autonomisation progressive d’un type d’éclairage urbain (éclairage qualitatif) par rapport à un autre (éclairage quantitatif)9. Leurrés par l’« éthique nouvelle », respectueuse de la dignité des individus, à laquelle leur paraissent adhérer les « schémas directeurs de mise en lumière »10 émergeants, Deleuil et Toussaint tendent à traduire exclusivement la prise en compte des individus, engagée au cours des années 1980, en termes de déférence : « depuis l’avènement de l’éclairage qualitatif, observent-ils, le concepteur de lumières et d’ambiances inscrit son action dans un cadre éthique, indépendant des stratégies policières »11. Comme fascinés par le schème éthique, Deleuil et Toussaint perdent alors de vue la dimension structurante de l’illumination contemporaine en mésestimant la pérennité de cette duplicité du langage lumineux sur laquelle, pourtant, ils avaient insisté dans l’exorde de leur article. Or, selon qu’on ne la sacrifie pas sur l’autel de l’univocité éthique, il apparaît que leur analyse, à l’exception de leur interprétation, exprime pourtant, et à l’inverse, le caractère composite du procès d’illumination. Ce « souci de différencier les gens, les choses et les espaces »12, d’estimer l’usager « à travers l’éventail de ses activités et de ses perceptions »13 ne peut être réduit à la modeste reconnaissance, par les concepteurs lumière, de la dignité des individus au travers de laquelle ceux-ci s’approprieraient librement un espace public luminescent. L’éclairage, en tant qu’il « produit des images physiques et suscite des interprétations du geste d’éclairer », qu’il « permet une lisibilité spatiale et sociale de la ville nocturne, identifiant les objets urbains, leur sens, leur agencement, leurs particularités, leurs fonctions », qu’il « propose des cheminements, des angles de vue, des options de circulation ou d’arrêt, d’orientation, de contemplation statique ou de jeux dynamiques des perceptions visuelles, sans rien imposer de façon grandiloquente ou tape-à-l’œil »14 structure la nuit en y endiguant les dérives anonymes. De la sorte, là où Deleuil et Toussaint ne décèlent, dans l’absence d’actes de vandalisme commis à l’encontre des luminaires « qualitatifs » des banlieues Est de Lyon, que le bénéfice d’une politique d’éclairage esthétique, respectée parce que respectueuse15, l’on préfèrera avancer que ce phénomène dénote, aussi, l’insidiosité d’un dispositif d’éclairage sécuritaire se perpétrant désormais par esthétisation. Au demeurant, la publicisation éthico-esthétique des pratiques et des postures nocturnes, leur mise en lumière, entreprise « au service de l’usager », se double d’une épaisseur policière avec laquelle elle a, toujours déjà, à (se) renégocier16.

Nuit et productivité

  • 17 Crary, J., 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil (trad. Chamayou, G.), La Découverte (coll. « (...)

6Toutefois, il serait abusif de rendre compte de la prolifération du jour à la lueur de cette seule dialectique art/sécurité. À ces deux facteurs de l’illumination, il faut également associer le facteur économique. Ce qui est en jeu, alors, ce n’est plus seulement le péril de l’anonymat nocturne, mais l’insoutenable stérilité économique de la nuit. « Le déploiement à vaste échelle de l’éclairage urbain dans les années 1880 a permis d’atteindre deux buts combinés : réduire les anciennes inquiétudes liées aux dangers de l’obscurité nocturne, et allonger la durée du jour, en augmentant au passage la profitabilité de nombreuses activités économiques »17.

  • 18 Je me contenterai de repérer qu’enraciner le procès d’illumination dans l’exigence capitaliste, au (...)
  • 19 Crary, J., op. cit.

7C’est dire que, parallèlement à sa sollicitation sécuritaire, l’illumination participe d’une autre exigence, proprement capitaliste : le profit ad infinitum18. Or, ce que nous révèle singulièrement l’instrumentalisation capitaliste de l’illumination, c’est l’intolérance de celui-ci à l’encontre du phénomène nocturne qui, nuisant à son expansion, fait jour sur cet « imaginaire contemporain où l’organisation d’un état d’éclairage permanent est inséparable d’un processus d’échange et de circulation non-stop à l’échelle globale » opposé à « tout ce qui obscurcit ou empêche la mise en place d’une condition de visibilité instrumentalisée »19.

8Aussi relèverai-je pour finir, sans m’y engager plus avant, trois motifs de cette intolérance susceptibles de rendre manifeste l’intérêt d’une phénoménologie de la nuit et, au-delà, d’une nyxologie (selon l’imparfait néologisme que je me suis risqué à forger), soit une appréhension de la nuit en soi à même de dénoncer, par contraste, l’im-monde (au sens littéral) prolifération, en partie capitaliste, de l’impudicité du jour :

  • 20 Ibid., p. 41. Il conviendra, en outre, de ne pas confondre cette figure capitaliste de l’a-tempora (...)

9Le premier motif de cette intolérance tient au fait que la nuit adhère, dans son alternance avec le jour, à un régime de production précapitaliste, c’est-à-dire, en un sens, à un régime de production déterminé par la nature. En effet, la nuit répond d’un âge où l’homme, reproduisant à sa mesure le rythme nycthéméral, a encore affaire, dans et par sa fréquentation durable et lente (qu’avec Marx nous pourrions nommer « agricole ») du monde, à sa propre densité ontologique. De là, cette intolérance à un phénomène qui, polarisant le monde entre la diurnalité du temps de travail et la nocturnalité du temps libre, s’oppose à l’impératif capitaliste d’un affairement continu des individus. Peu à peu, de son acceptation comme temps de repos profitable à sa réprobation comme temps mort, l’interruption nocturne de la production a été convertie en un temps sans pause et sans répit, un temps homogène et monotone, clos à l’étrangeté, « un temps sans temps, un temps qui aurait été arraché à toutes démarcations matérielles repérables, un temps qui ne connaît plus ni séquence ni récurrences »20.

  • 21 Ibid., p. 20.
  • 22 Ibid., p. 21.
  • 23 Ibid., p. 138.
  • 24 Sur ce point, je renverrai, entre autres, à mon intervention : «  Levinas : le sommeil – de la con (...)

10Le second motif tient au fait que la nuit équivaut traditionnellement à l’espace-temps consacré au sommeil, c’est-à-dire au moment où l’individu vient témoigner de la persistance de sa participation métabolique au cycle nycthéméral dont le capitalisme a cherché, dans sa phase industrielle, à se défaire. Aussi le sommeil équivaut-il en quelque sorte à la reprise biologique, soit à la transposition à l’échelle humaine, de l’alternance cosmologique du jour et de la nuit par laquelle l’individu, à son tour, « impose l’idée d’un besoin humain et d’un intervalle de temps qui ne peuvent être ni colonisés ni soumis à une opération de profitabilité massive »21 telle que l’exige la maximisation capitaliste du temps. Ainsi, « le scandale du sommeil tient à ce qu’il inscrit dans nos vies les oscillations rythmiques de la lumière du soleil et de l’obscurité, de l’activité et du repos, du travail et de la récupération, qui ont été éradiquées ou neutralisées ailleurs ».22 Du reste, on pourrait aller jusqu’à dire du sommeil qu’il s’apparente, en tant qu’« il affirme la nécessité d’un ajournement et d’une reprise ou d’un recommencement différé de la chose qui a été ajournée, quelle qu’elle soit »23, non moins qu’à la survivance et à la réapparition, en chaque individu, de la nuit24.

  • 25 Ibid., p. 137.
  • 26 Idem.
  • 27 Ibid., p. 38.
  • 28 Ibid., p. 127.

11Par ailleurs, il apparaît que le sommeil, « en tant qu’état le plus privé, le plus vulnérable et commun à tous », participe au maintien d’une autre forme de socialité que celle, marchandisée disons, à laquelle le capitalisme tend à réduire toutes les manifestations de l’intersubjectivité. L’on soutiendra alors que le sommeil est l’un des derniers seuils sur et par lequel peuvent, encore, se fonder d’autres types de solidarités à même de se soustraire aux seuls échanges marchands d’identités sérielles conformes à l’exigence capitaliste de profitabilité. En lui, l’individu se livre et s’expose à autrui dans « l’extrême vulnérabilité » de son assoupissement, il se confie et instaure un partage : « le sommeil est l’une des rares expériences qui nous restent où, sciemment ou non, nous nous abandonnons nous-mêmes au soin d’autrui. »25. Entendons qu’en lui, le dormeur, en consentant à l’attestation de sa précarité existentielle, fait signe vers « tout un entrelacs interhumain de soutien et de confiance mutuels »26 que l’autre est sommé de garantir. Aussi le sommeil parvient-il à tisser un rapport de réciprocité entre la vulnérabilité du dormeur et le soin du veilleur, duquel « dépend l’insouciance du sommeil qui nous revivifie, […] qui nous octroie un intervalle de temps libéré des peurs, un état temporaire d’oubli du mal »27 – rapport dont le capitalisme s’évertue à entraver la spontanéité en s’articulant « autour de l’idée que la liberté doit être libre de toute dépendance aux autres, alors même que nous faisons en réalité l’expérience d’un assujettissement plus complet au “libre” fonctionnement des marchés »28.

  • 29 Ibid., p. 119.
  • 30 Ibid., p. 118.
  • 31 Ibid., p. 122.
  • 32 Ibid., p. 121.
  • 33 Idem.

12Le troisième motif tient au fait que la nuit corresponde, en tant qu’espace-temps traditionnel du sommeil, à ce moment de relâchement et de désengagement au gré duquel l’individu se laisse, dans et par le rêve, emporter comme le soutenait André Breton, vers une praxis collective insurrectionnelle susceptible de porter atteinte à la pérennité de l’ordre capitaliste. En effet, contre « le processus de dévalorisation du rêve »29, initié au xviie siècle par la modernisation occidentale, qui « ne pouvait pas faire son œuvre dans un monde peuplé d’individus massivement convaincus de la valeur et du pouvoir de leurs propres visions ou voix intérieures »30, et auquel prennent part sa privatisation psychanalytique (réduction de la signification du rêve à la sphère privée) et sa réification neurochimique (réduction du rêve « à une simple fonction de réajustement autorégulateur de la surcharge sensorielle de la veille »31) qui dénie la « puissance d’agir du rêveur »32, il apparaît que le rêve puisse s’avérer être également le lieu d’une expérience par laquelle l’individu est en état de se transcender vers un collectif et un avenir (rêvés). Car « si les rêves sont les véhicules de certaines aspirations, il se peut cependant que les aspirations qui y sont en jeu aient trait au désir insatiable qui pousse les êtres humains à outrepasser les limites qui isolent et privatisent le soi »33.

À la lueur des postes de télévision (addendum)

  • 34 Ibid., p. 93.

13Bien qu’il ne s’agisse ici d’en examiner tous les ressorts, il semble que la télévision corresponde non moins à l’un des objets-phares de cette intrication de l’illumination et des procès sécuritaires et capitalistes que j’ai en quelque sorte été tenu d’entériner jusqu’ici. En elle paraissent se condenser les différentes logiques participant à l’intronisation du jour dans la nuit. C’est que, si la télévision paraît pouvoir s’apparenter à un instrument disciplinaire visant à la fois à (re)localiser et à domestiquer les individus par l’introduction « dans l’espace du foyer des stratégies disciplinaires forgées ailleurs »34, il n’en demeure pas moins que celle-là, en sa qualité de source lumineuse irradiante, participe, fût-ce médiatement, à et de la consécration croissante de la lumière.

  • 35 Ibid., p. 91.

14« De même que l’éclairage nocturne des usines d’Arkwright a préfiguré l’alignement à venir des temporalités vécues sur les besoins du marché, la diffusion massive de la télévision dans les années 1950 a marqué un autre tournant dans le processus d’appropriation de temps et d’espaces auparavant non annexés par le marché. On pourrait imaginer mettre le tableau de Wright, où chaque fenêtre de l’usine est éclairée par les lampes permettant au travail de se dérouler en continu, avec une image du milieu du xxe siècle, qui montrerait les étages d’un bâtiment similaire, mais dont les fenêtres seraient cette fois éclairées par la lueur de postes de télévision »35.

  • 36 Ibid., p. 93.
  • 37 Ibid., p. 99.
  • 38 Ibid., p. 94.
  • 39 Cf. Toussaint, J.-P, La Télévision, Éditions de Minuit (coll. « Double »), pp. 94-95 : « Une des c (...)

15Comprenons qu’en deçà ou au-delà de ses fonctionnalités « primaires » de restructuration de la praxis – avec la télévision « les individus sont cloués sur place, séparés les uns des autres et vidés de toute efficacité politique »36, soit immobilisés –, de sollicitation de l’attention et de diffusion d’informations (au double sens étymologique de ce mot), la télévision contribue également à exposer chaque individu à un « courant continu de stimulations lumineuses »37 qui, ne se conformant plus « aux rythmes de sommeil traditionnels des êtres humains, avec leurs arrêts nocturnes »38, en endigue l’endormissement et le maintient « en veille », lui faisant en quelque sorte mirer indéfiniment une image, une ultime image, sans cesse différée – par-delà même son éteignement39.

Haut de page

Notes

1 Estimant plus approprié de maintenir à ce texte sa portée initiale, je me suis résolu à le donner à lire tel qu’il m’avait semblé juste de le communiquer à l’occasion des journées d’études « Lumière(s) » organisées par l’IRHIS, les 10 et 11 septembre 2015. En outre ai-je préféré lui conserver sa teneur programmatique, celle, en tout point inaugurale, suivant laquelle il aura à être lu tel l’exorde – ou l’exhortation – à une appréhension du nocturne irréductible à toute construction diurne.

2 Foucault, M. et Canguilhem, G., cités par Éribon, D., Michel Foucault, Flammarion (coll. « Champs biographie »), 2011, pp. 191-192.

3 Il convient de revenir sur le sens de ce titre : « La nuit ajournée. Prémices à une nyxologie », afin d’insister sur la double portée qu’est la sienne. En un premier sens, ce titre renvoie, à l’évidence, comme bien souvent et comme si de rien n’était, au contenu de l’intervention ou du texte qu’il annonce, le préfigurant en sa qualité d’accroche. En un second sens, ce titre renvoie également à l’ajournement théorique de la nuit, c’est-à-dire au report de ce vers quoi il s’agira de faire signe, peu à peu, soit l’impératif, d’autant plus catégorique en cette « année internationale de la lumière et des technologies basées sur la lumière » observée par l’UNESCO, de penser, en deçà de l’impérialisme de la lumière, de cette « lumière orgueilleuse, qui maintenant dispute à sa mère la Nuit son rang antique et l’espace qu’elle occupait » (Goethe, J. W., cité par Milner, M., L’envers du visible. Essai sur l’ombre, Seuil, 2005, p. 82), le propre de la nuit, la nuit en soi.

4 Légende qui demi-cercle, au dos d’une Médaille frappée en 1669 à l’effigie de Louis XIV, la ville de Paris, dressée sur un pavé régulier, qui exhibe, bras tendu, la lanterne éblouissante qu’elle contemple, en tenant, de l’autre main (la droite), une bourse dont elle n’a plus à se soucier, la nuit s’étant dissipée. Cf., à ce sujet, Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand avec des explications historiques, Paris, 1702.

5 De Valois d’Orville, A.-J., « Les Nouvelles Lanternes » (1746), in Fournier, É., Les Lanternes. Histoire de l’ancien éclairage de Paris, Paris, 1854. « L’histoire de la naissance des réverbères est obscure, observe Émile de la Bédollierre dans Les industriels. Métiers et professions en France. Dulaure, dans le septième volume de son Histoire de Paris, p. 188, attribue d’abord l’invention de ce système d’éclairage à l’abbé Matherot de Preigney et au sieur Bourgeois de Chateaublanc, qui obtinrent le privilège de l’entreprise par lettres-patentes enregistrées le 28 décembre 1745 [comme en témoigne le poème « Les Nouvelles Lanternes », publié en 1746 par M. de Valois d’Orville] ; mais, dans le même ouvrage, t. VIII, p. 109, on lit : “Les lanternes avaient existé jusqu’en 1766” » (Cf., à ce sujet, De la Bédollière, É., « L’allumeur », in Les industriels. Métiers et professions en France, Paris, 1842, pp. 201-206). 

6 Cf. « Machines ou inventions approuvées par l’Académie en MDCCLXVI », in Histoire de l’Académie royale des sciences. Année 1766, Paris, 1769, pp. 165 : « L’Académie avait proposé en 1764, un Prix extraordinaire, dont le sujet était, la meilleure manière d’éclairer pendant la nuit les rues d’une grande ville, en combinant ensemble la clarté, la facilité du service et l’économie. Elle annonça l’année dernière que ce Prix proposé par M. de Sartine, Conseiller d’État et Lieutenant général de Police, serait remis à cette année avec un Prix double, c’est-à-dire de 2000 livres ».

7 Je signalerai, en ce sens, que c’est au lieutenant général de police de Paris, Nicolas de La Reynie, que furent confiées par Louis XIV, en 1667, l’organisation et la gestion de l’éclairage public urbain de la ville.

8 Cf. « Machines ou inventions approuvées par l’Académie en MDCCLXVI », in Histoire de l’Académie royale des sciences, op. cit., pp. 165-166.

9 Deleuil, J.-M., Toussaint, J.-Y., « De la sécurité à la publicité, l’art d’éclairer la ville », in Les Annales de la recherche urbaine. Nuits et lumières, Septembre 2000 (n°87).

10 Ibid., p. 56.

11 Ibid., pp. 55-56 (nous soulignons).

12 Ibid., p. 58.

13 Ibid., p. 57.

14 Ibid., p. 56.

15 Ibid., p. 57.

16 Comme le souligne Wolfgang Schivelbusch : « dès le départ le feu que le piéton est tenu de porter la nuit sert surtout de marque d’identification. Le fait que la torche éclaire aussi le chemin devant son porteur ne compte pas pour l’ordre public » (Schivelbush, W., « La peur des rues la nuit », in Zardini, M. (dir.), Sensations urbaines. Une approche différente à l’urbanisme, Lars Müller Publishers, 2005, p. 72). Aussi le noctambule est-il originairement sommé de s’éclairer en vue de s’annoncer aux veilleurs : « quiconque circule sans feu devient suspect et s’expose à l’arrestation immédiate, tel un sans-papiers, relève Schivelbusch. “Nul ne peut déambuler sans feu ou motif raisonnable après le coup de neuf heures sous peine de prison”, lit-on dans une ordonnance anglaise de 1465. Paris n’est pas en reste, dont un édit prescrit le port d’une lanterne après neuf heures du soir aux piétons, qui autrement “s’exposent à l’arrestation et à l’incarcération par la ronde de nuit”. “Quiconque est surpris sans feu à une heure et en un lieu indus est passible de la plus rigoureuse investigation” déclare Johann Heinrich Jung dans Lehrbuch der Staats Polizey-Wissenschaft, aussi tard qu’en 1788 » (Ibid., p. 65).

17 Crary, J., 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil (trad. Chamayou, G.), La Découverte (coll. « Zones »), 2014, p. 26.

18 Je me contenterai de repérer qu’enraciner le procès d’illumination dans l’exigence capitaliste, autrement dit : le constituer en médiation de celle-ci, cela revient, en définitive, à enchâsser le capitalisme dans le monde – ce qui ne va pas de soi. Car ce dont atteste assurément l’instrumentalisation de la lumière, c’est non moins que de l’incapacité du capitalisme à s’accomplir de manière strictement autonome et, par suite, de sa dépendance à l’égard de dispositifs mondains (institutions, machines, mœurs, etc.) qui, en en signalant les seuils critiques transitoires, vient infirmer l’image d’un capitalisme transcendant téléonomique, absolument étranger à la polysémie de notre être-au-monde (Cf., à ce sujet, Haber, S., Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Les Prairies ordinaires (coll. « Essais »), 2013).

19 Crary, J., op. cit.

20 Ibid., p. 41. Il conviendra, en outre, de ne pas confondre cette figure capitaliste de l’a-temporalité post-historique à celle, pré-historique, de l’Apeiron originel. Au contraire de ce « non-temps » qui, à proprement parler, n’est pas (encore) temporel, puisqu’à temporaliser, l’a-temporalité capitaliste est un « temps sans temps » : un temps qui n’a pas le temps, où l’on n’a jamais le temps, mais un temps tout de même. Insistons : à l’inverse du non-temps, qui précède l’histoire et en contrarie la réalisation an-historique – la fin de l’histoire, c’est la fin de l’histoire –, la temporalité capitaliste, au terme de la temporalisation, exécute l’histoire. Le temps continûment diurne du capitalisme, c’est le temps consécutif à l’histoire, le temps, sans réserve, d’un présent indifférencié, le temps d’« un monde désenchanté par l’éradication de ses ombres, de son obscurité et de ses temporalités alternatives » (ibid., p. 29).

21 Ibid., p. 20.

22 Ibid., p. 21.

23 Ibid., p. 138.

24 Sur ce point, je renverrai, entre autres, à mon intervention : «  Levinas : le sommeil – de la conscience », prononcée à l’occasion de la journée d’étude « Mises en pratique de la pensée d’Emmanuel Levinas » qui s’est tenue à l’Université Toulouse 2 à l’initiative de la Sirel et de l’Erraphis le 10 décembre 2015.

25 Ibid., p. 137.

26 Idem.

27 Ibid., p. 38.

28 Ibid., p. 127.

29 Ibid., p. 119.

30 Ibid., p. 118.

31 Ibid., p. 122.

32 Ibid., p. 121.

33 Idem.

34 Ibid., p. 93.

35 Ibid., p. 91.

36 Ibid., p. 93.

37 Ibid., p. 99.

38 Ibid., p. 94.

39 Cf. Toussaint, J.-P, La Télévision, Éditions de Minuit (coll. « Double »), pp. 94-95 : « Une des caractéristiques de la télévision, en effet, quand on ne la regarde pas, est de nous faire croire que quelque chose pourrait se passer si on l’allumait, que quelque chose pourrait arriver de plus fort et de plus inattendu que ce qui nous arrive d’ordinaire dans la vie. Mais cette attente est vaine et perpétuellement déçue évidemment, car il ne passe jamais rien à la télévision […]. Jamais le moindre échange ne s’opère entre notre esprit et les images de la télévision, la moindre projection vers le monde qu’elle propose, ce qui fait que, sans le concours de notre cœur, privées de notre sensibilité et de notre réflexion, les images de la télévision ne renvoient jamais à aucun rêve, ni à aucune horreur, à aucun cauchemar, ni à aucun bonheur, ne suscitent aucun élan, ni aucune envolée, et se contentent, en favorisant notre somnolence et en flattant nos graisses, à nous tranquilliser ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angel Delrez, « La nuit ajournée. Prémices à une nyxologie », in Lumière(s), Villeneuve d'Ascq, IRHiS–Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 53), 2016.

Référence électronique

Angel Delrez, « La nuit ajournée. Prémices à une nyxologie », in Lumière(s), Villeneuve d'Ascq, IRHiS–Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 53), 2016 [En ligne], mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://hleno.revues.org/630

Haut de page

Auteur

Angel Delrez

Chercheur indépendant
angeldelrez@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org