Navigation – Plan du site

Introduction

Introduction
Benoit Carré, Delphine Chambon, Erika Dupont et Kevin Troch

Texte intégral

1Élément fondamental de notre univers, phénomène physique, marqueur du temps et des saisons, critère esthétique… la « lumière » a été déclarée thématique de l’année 2015 par les Nations-Unies. Se saisissant de cette occasion, les doctorants de l’IRHiS – laboratoire de recherche regroupant historiens et historiens de l’art – ont entrepris d’organiser une journée d’études sur cette thématique qui constitue rarement un champ de recherches propre aux sciences humaines.

2Ces deux journées, organisées à l’initiative des doctorants et destinées principalement aux jeunes chercheurs, nous ont ainsi permis de réfléchir ensemble à la notion de « lumière » et à l’intérêt porté à cette dernière dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales : on la trouve en effet en filigrane en philosophie, dans la littérature, en histoire ou encore en histoire de l’art.

3Pour mieux saisir l’ampleur et la richesse de cette question, les neuf textes proposés dans cette publication s’articulent autour de trois axes principaux :

4Sont regroupés d’abord sous un même axe les travaux interrogeant la notion même de « lumière » à travers les points de vue philosophique et esthétique. Isabelle Bouvrande définit ainsi les mots lux et lumen et signale la distinction fondamentale qui existe entre ces deux concepts à partir des écrits des auteurs anciens et de leur influence sur la peinture de la Renaissance. Angel Delrez, quant à lui, questionne la portée philosophique de la lumière dans nos sociétés contemporaines et la manière dont cette dernière en a bouleversé le fonctionnement.

5Le second axe est consacré à la question de la lumière comme élément mystique, symbolique et métaphorique dans la littérature, qu’elle soit sacrée ou profane. François Wallerich aborde ainsi la question de la lumière dans les récits de miracles eucharistiques et explore la façon dont les évolutions de la spiritualité influencèrent ces derniers aux xiie et xiiie siècles. Astrid van Assche analyse l’usage métaphorique de la lumière dans les lettres galantes du xviie siècle et ce qu’il révèle des enjeux sociétaux et littéraires propres à ce siècle. Enfin, Tess Grusson tente de comprendre l’articulation de la lumière et de l’obscurité dans les poèmes de Pierre Jean Jouve, et la manière dont ce dernier révèle dans ses œuvres la tension qui existe entre ces deux antonymes.

6La partie finale de la publication réunit des contributions où le thème de la lumière comme élément de mise en scène artistique est exploré – en peinture, au théâtre et au cinéma.

7Ainsi, les textes qui la composent déterminent le rôle de la lumière lorsqu’il dépasse celui d’outil technique de mise en scène : comment la lumière peut-elle devenir le sujet même d’une œuvre ? Comment investit-elle l’espace et en régente-t-elle la perception que nous en avons ? Loreline Pelletier analyse sa fonction dans la peinture de scènes de chasse du xviiie siècle et la manière dont cette dernière devient un véritable projecteur qui oriente le regard et suscite des émotions spécifiques chez le spectateur. Hélène Routier s’attache à analyser l’emploi de la lumière théâtrale à travers deux représentations d’un même opéra-bouffe à quinze ans d’intervalle par deux metteurs en scène distincts : La Belle Hélène. Eva Pervolovici se penche, quant à elle, sur des réalisateurs qui partagent une réflexion sur la manière de filmer la lumière. Par ailleurs, Marie-Laure Delaporte s’intéresse aux Solid Light Films d’Anthony McCall : ce dernier emploie le medium lumineux comme un outil permettant de dépasser la catégorisation classique des œuvres. Enfin, Kasia Ozga aborde la question des projections lumineuses dans l’espace urbain et la façon dont ces dernières régissent le paysage nocturne.

8Ainsi, ces deux journées d’études, riches par la diversité des problématiques abordées, étoffent la réflexion proposée et témoignent de l’importance insoupçonnée de cette question au sein des sciences humaines. Sa matérialité, sa fonction, sa dimension symbolique ou métaphorique sont autant de facettes qui permettent de rassembler des spécialistes de tous horizons.

9Nous tenons à remercier l’ensemble des intervenants qui ont pris part à ces journées et à cette publication, ainsi que l’ensemble du personnel de l’IRHiS pour son soutien technique. Nous souhaitons enfin remercier tout particulièrement Matthieu de Oliveira, maître de conférence en Histoire contemporaine, pour son aide et son implication, sans lesquelles cette publication n’aurait pas pu voir le jour.

Les auteurs

Isabelle Bouvrande, Chercheur associé au CESR, Tours, bouvrandeisabel@aol.com

Benoît Carré, Doctorant en histoire moderne IRHiS, Université de Lille–SHS, benoit.carre@etu.univ-lille3.fr

Delphine Chambon, Doctorante en histoire de l'Art, IRHiS, Université de Lille–SHS, chambon.delph@gmail.com

Matthieu de Oliveira, Maître de conférences en histoire contemporaine, IRHiS, Université de Lille-SHS, matthieu.deoliveira@univ-lille3.fr

Marie-Laure Delaporte, Doctorante en histoire de l’art contemporain, Centre « Histoire des arts et des représentations », Université Paris Ouest La Défense, marie-laure.delaporte@hotmail.fr

Angel Delrez, Chercheur indépendant, angeldelrez@hotmail.com

Erika Dupont, Doctorante en histoire de l'Art, IRHiS, Université de Lille–SHS, dupont.erika@gmail.com

Tess Grousson, Doctorante en littérature française, EA 7322 « Littérature, histoires, esthétique », Université Paris VIII Vincennes Saint-Denis, essgrousson@hotmail.fr

Kasia Ozga, Plasticienne, Docteur en Arts plastiques AIAC, Université Paris VIII Vincennes Saint-Denis, Professeur à l'EESAB-Brest, kasia.ozga@gmail.com

Loreline Pelletier, Doctorante en histoire de l’Art, IRHiS, Université de Lille–SHS, lorelinepelletier@gmail.com

Eva Pervolovici, Auteur-réalisateur, Doctorante en cinéma, Institut ACTE Université Paris I Panthéon-Sorbonne, eva.pervolovici@malix.univ-paris1.fr

Hélène Routier, Doctorante, IRET, Université Sorbonne Nouvelle Paris-3, helene-josephine@hotmail.fr

Kevin Troch, Doctorant en histoire contemporaine, IRHiS, Université de Lille–SHS, kevin.troch85@gmail.com

Astrid Van Assche, Doctorante, GEMS, Université de Gand, Astrid.VanAssche@UGent.be

François Wallerich, Doctorant en Histoire médiévale, Laboratoire CHISCO, Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, francois.wallerich91@orange.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Carré, Delphine Chambon, Erika Dupont et Kevin Troch, « Introduction », in Lumière(s), Villeneuve d'Ascq, IRHiS–Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 53), 2016.

Référence électronique

Benoit Carré, Delphine Chambon, Erika Dupont et Kevin Troch, « Introduction », in Lumière(s), Villeneuve d'Ascq, IRHiS–Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 53), 2016 [En ligne], mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/714

Haut de page

Auteurs

Benoit Carré

Doctorant en histoire moderne IRHiS, Université de Lille–SHS
benoit.carre@etu.univ-lille3.fr

Delphine Chambon

Doctorante en histoire de l'Art, IRHiS, Université de Lille–SHS
chambon.delph@gmail.com

Erika Dupont

Doctorante en histoire de l'Art, IRHiS, Université de Lille–SHS
dupont.erika@gmail.com

Kevin Troch

Doctorant en histoire contemporaine, IRHiS, Université de Lille–SHS kevin.troch85@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org