Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Introduction

Introduction

p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Voir les travaux de George Weisz, en particulier : The Emergence of Modern Universities in France : (...)
  • 2 Voir à ce propos, l’habile plaidoyer de Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, (...)
  • 3 Voir son dossier de fonctionnaire aux Archives nationales, F17 25839 ; Paul Gerbod, « Un directeur (...)
  • 4 Voir Christophe Charle, La République des Universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, 520 p. (...)
  • 5 Louis Liard, Universités et facultés, op. cit., p. 152.

1Dans l’histoire contemporaine de l’université française, les années 1880-1914 constituent une période cruciale1 par l’importance de l’œuvre réformatrice réalisée. Louis Liard2 incarne pendant près de vingt années cette volonté républicaine de renouveau de l’Enseignement supérieur qui voit ses structures et ses contenus être profondément renouvelés alors que les facultés sont dotées de moyens plus importants. C’est que l’université, aux yeux des élites républicaines, a un double rôle à jouer après le désastre de Sedan3. Les facultés doivent tout d’abord se transformer en réels foyers de recherches scientifiques, capables d’imiter et même de dépasser le modèle allemand4 où des universités puissantes ont rénové la vie nationale tout en faisant progresser les connaissances humaines par le développement des séminaires et des outils scientifiques qui encadrent les disciplines, en particulier les diverses sciences auxiliaires. Il faut donc créer en France de grands foyers de sciences qui regroupent autour d’une dynamique commune les diverses facultés d’un ressort académique, condition préalable d’une possible renaissance des universités. Mais il est aussi du devoir des hommes au pouvoir d’œuvrer au développement de quelques grands centres universitaires, concentrant l’élite de la jeunesse et des maîtres savants, conscients de leur rôle à la fois pédagogique et national. Il est en effet urgent que les facultés rénovées se transforment « en foyers d’esprit public capables de mettre dans la jeunesse un idéal commun, de lui inspirer collectivement des façons de penser et de sentir »5. La société française, divisée à l’extrême par les événements révolutionnaires, a besoin d’une philosophie réconciliatrice, d’un ciment politique que seules les facultés peuvent à la fois fabriquer et diffuser dans la Nation. Écoles de scientificité, elles doivent aussi être des écoles de patriotisme et des outils de conversion aux valeurs humanistes diffusées par la philosophie des Lumières, acceptant sinon revendiquant l’héritage révolutionnaire. Dans ce renouveau de l’Enseignement supérieur, sans négliger les facultés professionnelles qui avaient toutefois gardé une existence réelle par la nécessité de former une élite médicale ou juridique, le régime met l’accent sur les facultés académiques qui, elles, étaient dans un état souvent critique en 1870. Les facultés des lettres et des sciences n’avaient en effet pratiquement pas d’étudiants et leurs rares enseignants vivaient soit de leurs recherches, isolés au sein de leur laboratoire, pieux ermites de la science, soit ne devaient leur existence sociale qu’au public assistant à leurs conférences mondaines.

  • 6 Idem, p. 13 puis p. 21-22.

« Misère des bâtiments, insuffisance des crédits, détresse des laboratoires, absence des premiers instruments de travail, torpeur des institutions et, trop souvent… langueur chez les hommes, voilà en quels termes peut se résumer la situation des facultés à la fin du Second Empire [...]. Des quatre facultés, seules la Médecine et le Droit ont des étudiants. Les Lettres et les Sciences n’en ont pas. Elles les remplacent quand elles peuvent, par le grand public. Souvent les professeurs de Sciences le dédaignent ou ne peuvent l’attirer. Ils se renferment alors chez eux ou dans leurs laboratoires, vaquant solitairement à des travaux personnels qu’ils n’interrompent que pour venir enseigner à la faculté [...]. Pour le professeur de Lettres, le public, c’est le tout de l’enseignement, le but, la récompense. Il faut le conquérir et, une fois conquis, le conserver6.

  • 7 Voir cette réalité dans Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités en France, op. cit. Pour un (...)
  • 8 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 230 (...)
  • 9 Annuaire Statistique de la France, tome 1914, p. 33-35.
  • 10 Voir la thèse ancienne mais très riche d’Edmée Charrier, L’évolution intellectuelle féminine, Paris (...)
  • 11 Voir l’exemple des études d’histoire-géographie dans Philippe Marchand, « L’enseignement de l’histo (...)

2L’œuvre républicaine des années 1880-1914 est, à ce niveau, fondamentale. Les cycles des études sont modernisés ainsi que les examens ; les structures administratives et institutionnelles sont, elles aussi, revues par le pouvoir qui, dans le même temps, reloge les facultés dans de nouveaux palais universitaires7. Une « figure nouvelle »8 apparaît, celle de l’étudiant qui vient suivre de réelles études et passer des examens. La création de bourses de licence en 1877 puis de bourses d’agrégation en 1880 ouvre aussi le recrutement et montre les volontés de l’État de disposer d’un personnel enseignant désormais plus instruit. On passe ainsi, selon l’Annuaire statistique de la France9 de 9963 étudiants en 1875 à 42 037 étudiants régulièrement inscrits dans les facultés de l’État au 15 janvier 1914. Un réel public étudiant féminin fait aussi son entrée dans les facultés en particulier dans les études littéraires10. Les étudiantes qui sont 965 dans les facultés françaises en 1899-1900 (03,2 % du total des inscriptions), sont désormais 4 254 en 1913 (10 % des effectifs). Des spécialités nouvelles s’imposent peu à peu dans l’enseignement avec un enrichissement conséquent des programmes proposés aux étudiants11. C’est ainsi que se développent les chaires de langues vivantes ou les chaires d’histoire spécialisées par grandes périodes qui remplacent peu à peu les chaires très générales d’autrefois.

  • 12 Louis Liard, Universités et facultés, op. cit., p. 52.

3Les années 1880-1900 apparaissent donc bien comme un moment fort de l’histoire des universités françaises par l’importance de l’œuvre accomplie par les républicains ; l’enseignement supérieur français en sort transformé pour de nombreuses années et ses structures fondamentales ne devaient d’ailleurs plus connaître de changements considérables avant les événements de mai-juin 1968. Si les volontés politiques sont ici évidentes, les liens étant d’ailleurs très étroits entre les milieux républicains au pouvoir et les élites universitaires, surtout parisiennes telles qu’elles peuvent se fédérer au sein de la puissante Société de l’Enseignement supérieur, il n’en demeure pas moins que ces volontés d’État seraient restées inopérantes, dans les diverses facultés provinciales, sans l’appui de relais enseignants convaincus de l’importance de leur mission. Les acteurs fondamentaux de la réforme sont bien, au quotidien, les enseignants qui appliquent et parfois suscitent les réformes décidées à Paris. « Il y avait, en tout à la fin de l’Empire, 406 chaires et 60 cours complémentaires dans les facultés [...]. En 1890, le nombre des chaires est de 598 [...]. C’est 221 chaires nouvelles »12.

  • 13 Christophe Charle, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris : 1809-1914 : Dictionnaire bi (...)

4Force est cependant de constater que si l’on connaît désormais très bien les milieux universitaires parisiens grâce aux travaux dirigés par Christophe Charle et son équipe13, il n’en va pas de même pour les élites enseignantes provinciales qui ont peu retenu l’attention des chercheurs. On ne les connaît souvent que s’ils ont vécu la « consécration parisienne » par une nomination en Sorbonne ou dans une autre institution de prestige de la capitale. Les « provinciaux », dans la hiérarchie symbolique des pouvoirs universitaires, sont alors souvent représentés comme des « Parisiens en puissance », passant quelques années de purgatoire dans la France profonde avant de retrouver le paradis sorbonnard, ou comme des enseignants de « seconde classe », attachés à leur petite patrie régionale, laborieux travailleurs de l’Enseignement supérieur, mais qu’un monde sépare de l’élite universitaire parisienne. Le maintien jusqu’au décret du 7 septembre 1961 de deux cadres dans chaque corps, celui des facultés de Paris et celui des facultés des Départements, à la fois rupture dans la hiérarchie symbolique du pouvoir intellectuel et dans la réalité même de la rémunération, ne peut mieux incarner cette vision longtemps dédoublée du monde universitaire. Il nous a donc paru intéressant, dans le prolongement de notre recherche doctorale consacrée à la Faculté des lettres de Lille de 1887 à 1974, d’étudier le personnel enseignant de cette institution sur la longue durée afin d’en déterminer les principales caractéristiques sociales, universitaires et professionnelles mais aussi d’analyser son possible enracinement dans le tissu social et politique septentrional.

  • 14 Voir Jean-François Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974 : Les métamorphoses d’u (...)

5L’étude qui suit présente au lecteur le résultat de près de dix années de collecte méticuleuse des données au sein des divers services d’archives et des revues spécialisées. Elle a commencé dès 1992 en même temps que la recherche doctorale et s’est poursuivie après la soutenance de 1997 mais en faisant le choix d’un glissement chronologique pour couvrir la seule période la Troisième République. Il nous a semblé judicieux, en effet, de recentrer le champ d’analyse aux années 1870-1940 et donc d’élargir l’étude, en amont, à la faculté des lettres de Douai, transférée à Lille en 1887. L’examen des premières années de la Troisième République permet ici de mieux saisir l’état des lieux au sortir du Second Empire et de dégager une évolution plus cohérente sur la longue durée. Le transfert, acte éminemment politique, a certes de multiples conséquences pour l’Institution, sur le long terme, mais il ne marque en rien une césure nette au niveau de l’organisation du monde enseignant. Ce sont les mêmes hommes qui enseignent à Douai puis à Lille. Il n’y a pas non plus, en 1887, de révolution pédagogique liée au déménagement entre les deux villes du département du Nord. En aval, nous avons par contre fortement réduit le champ chronologique en fixant la borne temporelle qui clôt l’analyse à l’année 1940 pour laisser de côté les années de la Seconde Guerre mondiale, qui sont très spécifiques, la faculté tentant comme elle peut de survivre en pleine zone Interdite, mais surtout les années 1945-1974 qui formaient le tome trois de la thèse. Ces années, si elles peuvent apparaître un temps comme la simple continuation des évolutions précédentes, sont marquées, après 1955, par l’émergence d’une nouvelle réalité qui est celle d’une première démocratisation de l’Enseignement supérieur et de l’affirmation d’une « université de masse » qui remet en cause les structures anciennes14. Si les étudiants littéraires lillois ne sont encore que 547 en 1939-1940, ils sont désormais 1829 en 1953-1954 et 12 628 en 1971-1972. Les effectifs enseignants connaissent, avec un temps de retard, la même évolution. Les 32 enseignants présents à la faculté des Lettres en 1939-1940 sont 299 en 1968-1969 et près de 400 en 1974. Une autre histoire commence pour l’institution qui n’a plus grand-chose à voir avec la période très stable de la Troisième République. Le choix d’arrêter l’analyse en 1940 a donc le double avantage de permettre une meilleure cohérence de l’ensemble, par l’examen d’une petite république provinciale des lettrés qui est encore un monde très malthusien, mais aussi de pouvoir garder le nombre des monographies professorales à réaliser dans les limites du raisonnable. La période postérieure est marquée, non seulement par un gonflement conséquent des effectifs enseignants mais aussi par un renouvellement très rapide du personnel qui nécessiterait alors un travail sur plusieurs centaines de biographies, en sachant très bien que cette histoire proche pose aussi de multiples problèmes de sources. Il nous a donc semblé plus raisonnable de recentrer l’analyse sur la seule période de la Troisième République autour de trois grands axes.

  • 15 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, la formule est contenue dans la notice n (...)
  • 16 Michel Winock, La fièvre hexagonale : Les grandes crises politiques de 1871 à 1968, Paris, Seuil, 1 (...)

6La première partie a pour but de présenter la communauté enseignante et ses caractéristiques, autour de trois chapitres. Il s’agit ici de réaliser la synthèse des données prosopographiques collectées sur les individualités qui viennent enseigner à la faculté des lettres de Douai puis de Lille de 1870 à 1940. Après avoir présenté rapidement l’évolution globale des effectifs enseignants de l’institution, en insistant sur leur répartition catégorielle et disciplinaire, nous tentons de dégager les grandes caractéristiques sociales puis universitaires de ce petit monde des lettrés en tenant compte de plusieurs critères : les origines sociales, les comportements démographiques, la formation universitaire, les stratégies de carrière et la place de la recherche dans les cursus. La seconde partie s’intéresse davantage à l’intégration du milieu universitaire littéraire septentrional dans les diverses réalités, à la fois locales et nationales, qu’il fréquente. Quelles sont les origines géographiques des enseignants littéraires et quel est leur devenir au sein de l’espace français ? Retrouve-t-on à Lille, l’attrait de la prestigieuse mutation parisienne qui vient souvent déstructurer les équipes provinciales et que les doyens ne cessent de dénoncer ? L’observation de la durée du séjour des titulaires dans le Nord permet-elle de dégager des spécificités ou une typologie enseignante ? L’institution se transforme-t-elle progressivement en une « faculté ferroviaire, la plupart des enseignants habitant Paris »15, comme le déplore la notice nécrologique de l’Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure consacrée à Jean Humbert ? Qu’en est-il alors du possible enracinement de la recherche des professeurs de la faculté dans la réalité régionale ? Les liens, étroits ou distendus qui se nouent entre les enseignants et la région du Nord, sont-ils constamment dépassés par une volonté de participer aux débats et aux luttes nationales qui animent le champ du politique ? Le discours officiel, toujours affirmé de la nécessaire neutralité au nom des intérêts de la Science, résiste-t-il à l’analyse lors des grandes fièvres hexagonales16 qui agitent la vie politique nationale entre 1870 et 1940 ? Peut-on alors, au sein de ce petit monde professoral provincial, parler d’intellectuels qui mettent leur renommée professionnelle et scientifique au service de la défense d’une cause ? Faut-il au contraire conclure à une sorte d’atonie générale, à un « degré zéro » de l’engagement des universitaires lillois, trop soucieux de leur réputation et de leur image pour risquer une quelconque prise de position politique, le privilège de l’engagement militant en tant qu’intellectuel étant alors essentiellement réservé aux « maîtres » parisiens du temple universitaire ?

7La troisième partie de l’étude présente enfin, par ordre alphabétique, les notices biographiques simplifiées des quatre-vingt-onze enseignants titulaires qui exercent à la faculté entre 1870 et 1940. N’apparaissent ici que les professeurs titulaires de leur chaire et les maîtres de conférences nommés par le Ministère. L’ensemble des chargés de conférences et des chargés de cours, les lecteurs de langues vivantes puis, après 1933, le personnel chargé des travaux pratiques, ne sont pas pris en considération. Ils forment une population très mouvante et difficilement analysable, même si leur rôle est souvent fondamental pour animer la vie quotidienne de l’institution. Ils assurent ainsi souvent les transitions entre les mutations des titulaires ou permettent un meilleur encadrement des étudiants. Il n’en demeure pas moins qu’ils restent essentiellement des personnels de l’enseignement secondaire, qui sortent du cadre de notre étude. Nous avons cependant, en fin d’ouvrage, retenu quinze de ces chargés de cours en les présentant de façon très brève. Le choix s’est porté sur de jeunes enseignants appelés à un destin prestigieux ou sur des personnels qui exercent leur mission de vacataire pendant de très nombreuses années.

8La réalisation de ce travail repose sur le dépouillement méticuleux des dossiers de fonctionnaires des enseignants, conservés dans la sous-série F17 des Archives nationales. Certains d’entre eux sont très lacunaires et nous avons alors tenté de croiser les informations recueillies avec les documents existants dans les services des Archives départementales du Nord. La lecture des revues spécialisées a aussi été très fructueuse afin de réunir les éléments de bibliographie ou de disposer de notices nécrologiques. La reconstitution des origines sociales, ici réduite à la seule profession du père à la date de la naissance de l’enseignant, est souvent très délicate. Elle a exigé un important travail épistolaire avec de nombreux services d’archives départementales et souvent communales. Nous avons renoncé à suivre, sur plusieurs générations, le devenir social et professionnel de ces familles, par l’examen précis des origines sociales des parents de l’enseignant puis du devenir de ses propres enfants. Il y aurait là un travail très intéressant à réaliser pour voir le degré de capillarité sociale des élites culturelles provinciales sous la Troisième République, mais qui exige des moyens très conséquents et qui dépasse notre sujet. La lecture de ces quatre-vingt-onze fiches biographiques peut sembler une évidence, tant les choses apparaissent simples ; il ne s’agit finalement que de rassembler des données éparses autour de rubriques toujours semblables. Le travail prosopographique ne serait alors qu’un simple exercice de compilation et de collection. Si certaines fiches furent rapidement réalisées, l’histoire ayant gardé de nombreuses « traces » de la vie de l’universitaire étudié, il n’en est pas allé de même pour certaines autres figures, moins connues ou tombées dans l’oubli. C’est alors un véritable travail de fourmi, parfois très ingrat qu’il faut réaliser pour tenter d’obtenir les données manquantes.

9Il est bien évident que nous n’aurions pu combler la plupart de ces vides documentaires sans l’aide d’un certain nombre de personnes que nous tenons ici à remercier chaleureusement. Les personnels des Archives départementales du Nord, ceux des Archives nationales, en particulier Madame Mayeur qui nous a permis de venir à la section du XIXe siècle, dépouiller les fiches d’inventaire des dossiers de retraite des fonctionnaires, l’ensemble des personnels des archives communales ou départementales qui, aux quatre coins de la France ont accepté de prendre un peu de leur temps pour répondre aux courriers, doivent être ici remerciés. Nous tenons aussi à remercier Monsieur Petitmengin et Madame Dauphragne, qui nous ont permis de disposer en toute liberté des Annuaires des anciens élèves de l’École normale supérieure à la bibliothèque de la rue d’Ulm. Merci enfin aux familles des enseignants qui, contactées, ont accepté de nous livrer certaines informations sur leurs parents plus ou moins proches. Je songe ici en particulier à Madame Braure, à Madame Las-Vergnas, ou à Madame Raymond Sève. Ce travail est aussi un peu le leur et n’a finalement qu’un but, tirer de l’oubli un certain nombre d’individualités qui consacrèrent leur vie à l’Enseignement supérieur français, tout en essayant de mieux connaître les caractéristiques sociales et professionnelles mais aussi le rôle politique d’une élite provinciale de la culture sur la longue durée.

10Merci enfin à l’UMR IRHiS et au CEGES de l’université Charles-de-Gaulle - Lille 3 qui ont accepté d’accueillir cette proposition d’ouvrage dans leurs collections. Tous mes remerciements vont aussi à Martine Aubry, ingénieur d’études au laboratoire IRHiS pour son constant soutien et la mise en forme finale de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Voir les travaux de George Weisz, en particulier : The Emergence of Modern Universities in France : 1863-1914, Princeton University Press, 1983, 397 p. ; Voir aussi Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 1986, chapitre VIII, « Les universités de la Troisième République », p. 323 et suivantes : « Les innovations institutionnelles qu’ils introduisent dans les facultés pendant les vingt années suivantes remodèleront leur fonctionnement de manière décisive, au point qu’on peut parler de la naissance d’un nouveau système d’enseignement supérieur qui ne connaîtra plus de transformation structurelle pendant toute la durée de la IIIe voire de la IVe République. » (p. 323).

2 Voir à ce propos, l’habile plaidoyer de Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, 262 p. (En particulier le chapitre XII : « Pourquoi il faut des universités : raisons scientifiques » et le chapitre XIII : « Pourquoi il faut des universités : raisons nationales »).

3 Voir son dossier de fonctionnaire aux Archives nationales, F17 25839 ; Paul Gerbod, « Un directeur de l’Enseignement supérieur : Louis Liard » dans Coll., Les Directeurs de Ministère en France (XIXe-XXe siècles), Paris, EPHE, Hautes Études Médiévales et Modernes, n° 26, p. 107-115. Louis Liard est né à Falaise en 1846. Élève du lycée Charlemagne puis de l’École normale supérieure, il est ensuite professeur agrégé de philosophie dans le secondaire avant de soutenir sa thèse de doctorat en Sorbonne en 1874. Dès cette date, il devient chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Bordeaux puis professeur titulaire. En 1880, il est nommé recteur de l’académie de Caen puis devient directeur de l’Enseignement supérieur en 1884, occupant ce poste jusqu’en 1902.

4 Voir Christophe Charle, La République des Universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, 520 p. (En particulier la première partie) ; A Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959, 568 p.

5 Louis Liard, Universités et facultés, op. cit., p. 152.

6 Idem, p. 13 puis p. 21-22.

7 Voir cette réalité dans Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités en France, op. cit. Pour une analyse régionale, replacée dans le contexte national de ces grandes réformes, voir Jean- François Condette, Une Faculté dans l’Histoire : La Faculté des lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, 430 p.

8 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 230 et suivantes.

9 Annuaire Statistique de la France, tome 1914, p. 33-35.

10 Voir la thèse ancienne mais très riche d’Edmée Charrier, L’évolution intellectuelle féminine, Paris, Mechelinck, 1931, 561 p. ; Michèle Tournier, L’accès des femmes aux études universitaires en France et en Allemagne (1861-1967), Thèse, Paris V, 1972, 357 p. ; Carole Lecuyer, « Une nouvelle figure de la jeune fille sous la Troisième République : l’étudiante, dans Clio ; Histoire, femmes et Sociétés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, n° 4, 1996, p. 166-176. Jean-François Condette, « Les Cervelines ou les femmes indésirables. L’étudiante dans la France des années 1880-1914 », dans Carrefours de l’Éducation, n° 14, juillet-décembre 2002, p. 39-61.

11 Voir l’exemple des études d’histoire-géographie dans Philippe Marchand, « L’enseignement de l’histoire dans la faculté des lettres et son insertion dans le milieu local (1890-1914) » dans Robert Vandenbussche (éd.), 1896-1996. Cent ans d’université lilloise, Lille, Université de Lille 3-Centre d’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, n° 18, 2000, p. 121-133 ; Jean-François Condette, « Le développement des études d’histoire-géographie à la faculté des lettres de Lille de 1887 à 1914 », dans Revue du Nord, avril-juin 1999, p. 329-366.

12 Louis Liard, Universités et facultés, op. cit., p. 52.

13 Christophe Charle, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris : 1809-1914 : Dictionnaire biographique, tome I, Paris, CNRS-INRP, 1985, 184 p. ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : 1914-1939 : Dictionnaire biographique, tome II, Paris, CNRS-INRP, 1986, 224 p. ; Christophe Charle et Eva Telkes, Les Professeurs du Collège de France : 1901-1939 : Dictionnaire biographique, Paris, CNRS-INRP, 1988, 248 p. ; Christophe Charle et Eva Telkes, Les Professeurs de la faculté des sciences de Paris : 1901-1939 : Dictionnaire biographique, Paris, CNRS-INRP, 270 p. ; Françoise Huguet et coll., Les professeurs de la faculté de médecine de Paris : 1794-1939 : Dictionnaire biographique, Paris, CNRS-INRP, 1991, 574 p. ; Christian Fontanon et André Grelon, Les Professeurs du Conservatoire national des Arts et Métiers : 1794-1955, Paris, 1994, deux tomes (A-K et L-Z, 752 et 698 p.).

14 Voir Jean-François Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974 : Les métamorphoses d’une institution universitaire française, Lille, Septentrion ANRT, Thèse à la carte, 1997, tome III sur les années 1945-1974, p. 813-1276.

15 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, la formule est contenue dans la notice nécrologique de Jean Humbert, année 1981, p. 59.

16 Michel Winock, La fièvre hexagonale : Les grandes crises politiques de 1871 à 1968, Paris, Seuil, 1987, 470 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Introduction », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 5-10.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Introduction », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/92

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org