Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Première partie

Chapitre I - « Le petit monde » des enseignants littéraires lillois

p. 13-39

Texte intégral

  • 1 Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 52.

1Lorsqu’en 1890 Louis Liard dépeint, dans son ouvrage intitulé Universités et facultés, réquisitoire sans appel de la politique impériale et habile plaidoyer de l’œuvre républicaine en faveur de l’université, le triste état de l’enseignement supérieur français des années 1860-1870, il insiste certes sur l’état de délabrement des bâtiments et sur la faiblesse du public étudiant qui suit effectivement les cours et les conférences mais il n’oublie pas non plus de relever le faible nombre des personnels enseignants des facultés qui, peu nombreux, vivent de plus dans un funeste isolement. « Sauf à Paris, une Faculté des Lettres se composait en général de cinq professeurs, une faculté des Sciences de cinq ou six, rarement de sept »1. La rénovation de l’enseignement supérieur passe donc par un développement progressif du nombre des chaires mises à la disposition des étudiants désormais plus nombreux alors que l’on diversifie dans le même temps les catégories enseignantes par l’apparition des maîtrises de conférences et le recrutement de chargés de cours complémentaires. Plus nombreux, le personnel des facultés des lettres est aussi plus diversifié, à la fois dans ses grades et dans ses origines disciplinaires, l’écrasante domination des Humanités classiques étant peu à peu remise en cause par la promotion de nouvelles disciplines qui affirment progressivement leur spécificité comme l’histoire et la géographie, les langues vivantes ou certaines chaires spécialisées, telles la science de l’éducation, l’épigraphie ou les chaires d’histoire locales. Il est donc important de bien analyser l’évolution, sur soixante-dix années, des effectifs enseignants de la faculté des lettres septentrionale afin d’en déterminer les caractéristiques essentielles et de les replacer dans le contexte national, en liaison avec la domination écrasante de l’université parisienne et le développement des facultés provinciales.

L’évolution globale des effectifs enseignants de la faculté

2La faculté des lettres de Douai, comme la plupart de ses consœurs provinciales est, au lendemain du désastre de Sedan et de la chute du Second Empire, une très petite entité humaine qui n’a rien à voir avec le monde universitaire du début du troisième millénaire tel que nous le rencontrons aujourd’hui.

  • 2 La reconstitution de l’évolution du nombre des enseignants est rendue possible par le croisement de (...)
  • 3 Voir les registres d’inscriptions aux Archives départementales du Nord ; exemple : 2 T 712 et 713 q (...)
  • 4 Bibliothèque nationale de France, tome annuel de l’Almanach National qui présente, académie par aca (...)

3Pour la rentrée universitaire de 1870, ils sont cinq professeurs qui structurent l’enseignement autour de leur chaire2. Abel Desjardins est à la fois le doyen de l’institution douaisienne et l’unique professeur d’histoire. Victor Courdaveaux assure l’enseignement de la littérature ancienne et Ferdinand Colincamp celui de littérature française. Jean-Baptiste Tissandier a la charge de la philosophie et Karl Hillebrand celle des langues vivantes. Chacun des professeurs titulaires est donc l’unique enseignant de son champ disciplinaire et ne dispose pas de personnel de second rang travaillant à ses côtés. Il faut dire que ces chers professeurs ne sont pas bousculés par le nombre de leurs étudiants, la faculté douaisienne déclarant quarante-quatre étudiants inscrits3 en 1869-1870 et quarante-cinq en 1871-1872. La situation septentrionale n’est cependant en rien exceptionnelle à cette date et la plupart des facultés de province connaissent le même malthusianisme. La faculté des lettres d’Aix a, elle aussi, cinq professeurs en 1871-1872 tout comme celles de Besançon, de Lyon ou de Bordeaux4. Les facultés de droit et de sciences sont un peu mieux dotées avec sept à huit enseignants tandis que le personnel est déjà plus nombreux en médecine-pharmacie ; ils sont ainsi treize professeurs et quatre suppléants à la faculté de médecine et pharmacie de Bordeaux en 1871-1872.

  • 5 Almanach national, année 1871-1872, p. 1104. Parmi les professeurs, on peut noter la présence de Ja (...)

4Seules les facultés parisiennes connaissent des effectifs plus importants. La faculté des lettres de Paris compte ainsi, en 1871-1872, vingt-cinq enseignants dont seize professeurs et neuf « agrégés »5. Cette situation d’étiage numérique dure encore quelques années et ce sont les années 1880-1890 qui voient une nette augmentation des effectifs enseignants à la faculté de Douai-Lille. Les républicains qui ont peu à peu fait la conquête de la République peuvent désormais lancer leur politique de réforme, en s’intéressant de très près à l’université. Un examen attentif de la courbe des effectifs enseignants de la faculté entre 1870 et 1940 permet de dégager six temps forts qui sont autant de paliers dans l’histoire du personnel de l’institution.

Les années 1870-1879

5Les débuts difficiles de la Troisième République, marqués par la guerre étrangère, l’invasion, le choc traumatique de la Commune puis l’humiliation de la défaite, font passer la nécessité de la modernisation de l’Université au second plan des préoccupations gouvernementales.

  • 6 Voir sur cette conquête de la République par les républicains, Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la (...)
  • 7 Voir l’Annuaire statistique de la France, tome 1, 1878, présentation de l’enseignement supérieur (e (...)

6Bien plus, l’Université même est un temps menacée, attaquée par les milieux conservateurs au pouvoir qui voient dans son esprit libéral et son culte de l’esprit critique, l’une des causes de la défaite, par son rôle de dissolution des valeurs nationales. Le régime républicain apparaît incertain sinon temporaire, la vie politique étant dominée par une majorité monarchiste qui fait régner l’Ordre moral. La menace d’une possible Restauration est permanente et l’urgence est donc, pour les républicains, d’enraciner peu à peu l’idée républicaine dans le cœur des Français tout en faisant progressivement « la conquête de la République » par le contrôle des grands rouages de l’État. Il faut en fait attendre les années 1876-1879 pour voir s’imposer durablement le nouveau régime politique6. Les élections législatives du 20 février et 15 mars 1876 donnent une nette majorité républicaine (350 sièges contre 80 sièges aux monarchistes et 75 aux bonapartistes). La Chambre des députés se transforme en « une garnison républicaine » (Charles Seignobos) qui sera cependant quelque peu affaiblie par les conséquences de la crise du 16 mai 1877. Après « la conquête des mairies » (janvier 1878), c’est le Sénat qui devient majoritairement républicain (élections partielles de janvier 1879) avant que Jules Grévy ne soit élu président de la République (30 janvier 1879 au Congrès de Versailles), après la démission du maréchal de Mac-Mahon. Alors seulement, les républicains peuvent lancer leurs réformes de l’Enseignement, longuement mûries dans les années d’opposition. Les années 1870-1879 voient donc pour la faculté des lettres de Douai, le maintien de l’ancienne situation. Les enseignants qui sont cinq en 1870 ne sont que six en 1878-1879. À l’équipe ancienne est venu s’ajouter un chargé de cours, Léon Moy en littérature française. Ce statu quo douaisien n’a rien d’exceptionnel et les autres facultés des lettres françaises connaissent la même stabilité. La faculté des lettres de Paris, en 1875, compte douze chaires et neuf agrégés et toutes les facultés des lettres ont à l’époque entre cinq et sept chaires7.

Graphique 1 : L’évolution des effectifs enseignants à la faculté de 1870 à 1940

Graphique 1 : L’évolution des effectifs enseignants à la faculté de 1870 à 1940

Les années 1879-1893

7Il s’agit des années fondamentales dans l’enrichissement du personnel de la faculté septentrionale. Les enseignants qui ne sont que six en 1878-1879 sont dix-sept en 1892-1893 soit dix créations de poste en une bonne décennie. On passe ainsi de cinq chaires à neuf alors que les maîtres de conférences sont deux et les chargés de cours et de conférences six. L’équipe est alors composée des professeurs Moy (littérature française), Thomas (littérature latine), Cons (histoire moderne et géographie), Flammermont (histoire du Moyen Âge), Penjon (philosophie), Pinloche (littérature allemande), Langlois (langue et littérature picardes et wallonnes), Souriau (professeur adjoint de philosophie), Angellier (professeur de langue et littérature anglaises). Paul Dupont (littérature française) et François Dautremer (littérature latine) sont les deux seuls maîtres de conférences. Méderic Dufour est chargé de cours de langue et littérature grecques pour assurer la formation des étudiants depuis le départ à la retraite de Victor Courdaveaux en août 1891. On peut noter aussi cinq autres chargés de cours : Roger (philologie), Haumant (littérature russe), Fougères (Antiquités), Fabre (histoire du Moyen Âge) et Chevrillon (littérature anglaise). L’étoffement en personnel est bien lié à un double processus de spécialisation des anciennes chaires généralistes et d’apparition de champs disciplinaires nouveaux.

  • 8 Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la Troisième République : 1871-1898, op. cit., chapitre 3, p. 95 e (...)
  • 9 Voir Jérôme Grévy, La République des opportunistes (1870-1885), Paris, Perrin, 1998, 415 p.

8Cette réalité douaisienne n’est en rien spécifique et correspond, là encore, à une politique générale des républicains. C’est désormais « le temps de Jules Ferry »8, qui devient ministre de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes dans le gouvernement Waddington, formé le 4 février 1879. La République des Opportunistes lance alors un vaste programme de réformes qui accorde une place très importante à l’École, tout en reconnaissant les grandes libertés aux Français9. La loi sur l’Université du 27 février 1880 crée ainsi un Conseil supérieur de l’Instruction publique chargé d’élaborer les textes législatifs et les règlements. Dans les conseils académiques, dirigés par les recteurs, les membres du clergé, présents en nombre, sont remplacés par des laïcs.

  • 10 Voir Françoise Mayeur, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome 3 : 1789-1930, De la Révo (...)

9Nous ne pouvons, dans cette étude, revenir en détail sur les grandes lois concernant l’enseignement primaire mais l’œuvre est ici fondamentale : obligation pour les départements d’avoir une école normale de garçons et une de filles (1879), création de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses (pour former les jeunes filles, futurs professeurs dans les écoles normales des départements, en juillet 1880) puis de l’École normale de Saint-Cloud (pour les jeunes gens, en décembre 1882), gratuité de l’école primaire (16 juin 1881), obligation et laïcité (28 mars 1882) puis laïcisation du personnel enseignant des écoles primaires publiques (loi Goblet d’octobre 1886). Dans l’enseignement secondaire, les modifications sont moins importantes, pour le moment, même s’il faut insister sur la loi Camille Sée (décembre 1880) qui met en place un réel enseignement féminin d’État avec les collèges et les lycées de jeunes filles. Nous sommes donc bien ici, au niveau éducatif, dans une période créatrice fondamentale10 et la République, désormais victorieuse, ne peut prendre le risque de négliger la formation des élites par le biais de l’université. Les facultés catholiques, autorisées par la loi du 12 juillet 1875 sur la liberté de l’Enseignement supérieur, même privées du droit de collation des grades, sont de redoutables concurrentes qui diffusent dans une partie de la jeunesse française des valeurs traditionnelles, opposées à celles de la philosophie des Lumières et des héritiers de la Révolution.

  • 11 Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités françaises, Toulouse, Privat, 1986, p 325.
  • 12 Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités françaises, Toulouse, op. cit., p 325.

10Il est alors fondamental de moderniser et de développer l’enseignement supérieur public dans l’intérêt même de la nation et du régime républicain. L’Église est ainsi éliminée des rouages administratifs de l’université d’État qui est aussi profondément modernisée dans ses structures, tout en étant dotée de moyens plus substantiels. Il s’agit désormais d’un combat majeur pour le régime qui place dans l’Enseignement supérieur d’immenses espoirs. « Église de la République », l’université française doit à la fois relever le défi de la science allemande et lutter contre « l’hégémonie intellectuelle et scientifique de l’Allemagne dont on se plaît à rappeler que « l’instituteur a gagné à Sadowa et à Sedan »11 tout en diffusant dans la jeunesse les valeurs patriotiques et républicaines et une philosophie positive qui attribue à l’éducation, un rôle capital dans la marche vers le progrès de l’Humanité. « Pour le monde universitaire, il s’agit à la fois d’augmenter les ressources disponibles, d’améliorer la qualité de l’enseignement, d’attirer de nombreux étudiants, et en même temps, d’améliorer les chances de carrières des enseignants, de renforcer l’autonomie du corps universitaire »12. Il faut aussi répondre à une demande sociale en croissance qui fait augmenter progressivement le nombre des étudiants inscrits, en liaison avec l’évolution des structures économiques et sociales de la nation. Les postes de cadres techniques, administratifs et commerciaux sont plus nombreux que par le passé avec les mutations rapides de l’économie française liées à l’accélération des effets de la Révolution industrielle.

  • 13 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 268.
  • 14 Christophe Charle, Naissance des Intellectuels : 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990, p 41.


11Dans le même temps, les professions intellectuelles se développent rapidement en liaison avec les grandes libertés accordées par le régime. La « multiplication des professionnels de l’écriture et de la parole répond à un besoin objectif : fournir de la copie aux nombreux journaux qui se créent avec la libéralisation de la presse, étoffer le réseau d’enseignement supérieur et secondaire en province pour faire pièce à l’université allemande ou à la concurrence catholique »13. Les journalistes et les hommes de lettres14 triplent presque leurs effectifs entre 1872 et 1906 et les doublent de 1872 à 1901.

  • 15 Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités françaises, op. cit., p. 327.

  • 16 Voir André Chervel, Histoire de l’Agrégation, Paris, Kimé-INRP, 1993, 289 p. (« Les débuts de la Tr (...)
  • 17 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France de 1800 à 1967, op. cit., p. 354.


12Cette expansion du champ intellectuel est bien sûr favorable au développement du public étudiant des facultés des lettres qui doivent également répondre à une demande croissante de formation d’enseignants pour le secondaire. « Afin de mettre le maximum d’atouts du côté des lycées et des collèges d’État dans la guerre qui les oppose aux écoles secondaires ecclésiastiques, le Ministère fait tout pour améliorer la qualification des professeurs en remplaçant un personnel fait en majorité de simples bacheliers dans les collèges et de licenciés dans les lycées »15. Les licenciés sont ainsi peu à peu remplacés dans les lycées par des agrégés formés sur les bancs des universités. Ces derniers qui ne représentaient que 36,5 % du total des professeurs de lycée en 1876, en forment 51,5 % en 1898. Le nombre des places offertes aux concours de l’agrégation témoigne de cet accroissement de la demande16. Il passe, pour les disciplines littéraires de quarante-cinq postes (entre 1871 et 1874) à quatre-vingt-dix-huit postes (1910-1913). Les licenciés, ne trouvant plus de place en lycée, refluent alors vers les collèges qui étaient surtout tenus par des bacheliers. Les collèges comptaient ainsi en 1876, au-delà de la sixième, 78 % de professeurs non licenciés17 ; ils ne sont plus que 33 % du total en 1909. Les facultés ont donc bien un nouveau public d’étudiants qui vient chercher, non seulement une culture générale mais aussi l’entrée dans la fonction publique et une promotion sociale, par la réussite à l’examen et au concours. La promotion d’un enseignement secondaire féminin qui demande lui aussi la formation d’enseignantes et la politique d’attribution de bourses d’études (bourses de licence à partir de 1877 puis d’agrégation à partir de 1880) vont dans le même sens.

  • 18 Ministère de l’Instruction publique, Statistique de l’Enseignement supérieur ; tome 1878-1888 (pour (...)
  • 19 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1885, « Notice nécrologique ». Né e (...)
  • 20 Voir Jacques Verger (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, p. 328 et s (...)
  • 21 Les chantiers sont très nombreux dans les villes universitaires entre1879 et1900. Le Ministère s’ef (...)
  • 22 L’œuvre de modernisation des structures internes des facultés est extrêmement importante et touche (...)

13À la faculté des lettres de Douai18, les effectifs étudiants inscrits passent ainsi progressivement de quatre-vingt-douze unités en 1879-1880 à cent cinquante-trois en 1886-1887. La faculté, transférée à Lille compte en 1894-1895, trois cent six étudiants inscrits. La nomination à la tête de l’Enseignement supérieur d’Albert Dumont19 en 1879 correspond bien à un tournant pour l’université qui devient désormais un enjeu important pour le pouvoir républicain. Elle est désormais dotée de budgets importants20, ses bâtiments sont reconstruits ou agrandis, dans de nombreuses villes universitaires21 alors que ses structures internes sont profondément rénovées22. Louis Liard qui succède en 1884 à Albert Dumont poursuit les mêmes objectifs tout en luttant pour la renaissance de réelles universités, fédérations dynamiques des facultés d’un ressort académique. L’augmentation du nombre des enseignants n’est donc en fin de compte qu’un des révélateurs de ce moment fort de l’histoire universitaire française qui voit se mettre en place une université moderne.

Les années 1893-1914

  • 23 Voir le Livret étudiant de l’année 1913-1914 et l’Annuaire statistique du département du Nord, tome (...)

14Après cette période faste qui correspond à une volonté éminemment politique de modernisation de l’Enseignement supérieur, le rythme des créations de postes se ralentit et les facultés françaises trouvent une sorte d’équilibre interne. La faculté des lettres de Lille qui rassemble dix-sept enseignants en 1893-1894, n’en compte que vingt et un en 1913-1914, soit quatre unités de plus seulement, par spécialisation de certains champs disciplinaires23.

15L’équipe enseignante à la veille de la Première Guerre mondiale est alors composée de quatorze professeurs titulaires de leur chaire : Georges Lefèvre (philosophie), Pierre Jouguet (histoire des institutions grecques et romaines, histoire ancienne et papyrologie), Jules Gay (histoire du Moyen Âge), Philippe Sagnac (histoire moderne et contemporaine), Alexandre de Saint-Léger (histoire de Lille et des provinces du Nord de la France), François Benoit (histoire de l’art), Médéric Dufour (langue et littérature grecques), Henri Bornecque (langue et littérature latines), Louis Clément (littérature française), Henri Potez (langue et littérature françaises), Ernest Langlois (langue et littérature picardes et wallonnes, épigraphie), Jules Derocquigny (langue et littérature anglaises), Félix Piquet (langue et littérature allemandes) et André Lirondelle (langue et littératures russes). Les maîtres de conférences sont trois : Étienne Gilson (philosophie et science de l’éducation), Alfred Ernout (langue et littérature latines) et Floris Delattre (langue et littérature anglaises) alors que les chargés de cours sont quatre : Firmin Nicolardot (histoire des religions), Antoine Vacher (géographie, chargé de la chaire), Paul Collart (langue et littérature grecques) et Léon Mis (langue et littérature allemandes).

16Il n’y a donc pas, entre 1893 et 1914, de nouvelle « révolution » dans les effectifs enseignants de la faculté mais une évolution lente avec, finalement un enrichissement disciplinaire modéré et limité. Là encore, il s’agit d’une tendance générale française qui n’isole pas une spécificité septentrionale. Pour l’ensemble des facultés des lettres françaises, entre 1904 et 1910, le Ministère ne crée plus que quinze chaires d’État (dont onze à Paris) et trois chaires d’universités. Sur ces dix-huit créations, la faculté lilloise en obtient trois : celles de philologie latine (21 novembre 1906), celle de langue anglaise (14 août 1907) et celle d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France (chaire d’université, 31 octobre 1907).

  • 24 Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1910, « Facultés des lettres des Universités française (...)

17Dans le même temps, vingt-deux cours et conférences sont ouverts sur fonds d’État (dont treize à Paris et un à Lille en histoire du Moyen Âge) pour vingt-quatre sur des fonds d’université24. Les facultés de province voient donc leurs effectifs enseignants se stabiliser lors de la « Belle Époque » tandis que le centre parisien continue son expansion et renforce à la fois son prestige et son pouvoir d’attraction. En 1914, la faculté lilloise compte vingt et un enseignants ; celle d’Aix-en-Provence en compte douze (dix professeurs et deux maîtres de conférences) tandis que celle de Besançon déclare quatorze enseignants (sept professeurs et sept chargés de cours). La faculté des lettres de Bordeaux compte vingt-sept enseignants dont dix-huit professeurs, trois maîtres de conférences, trois chargés de cours complémentaires et trois chargés de conférences.

  • 25 Annuaire national, tome 1914, (p. 962 et suivantes pour la province ; p. 1698 et suivantes pour Par (...)
  • 26 Annuaire statistique de la France, tome 1914, p. 33-35. Voir aussi Enquêtes et documents relatifs à (...)

18Face à ces petites unités, la Sorbonne fait déjà figure de monstre omnipotent. L’Annuaire national de 1914 signale en effet trente-cinq professeurs, vingt-cinq professeurs-adjoints ou maîtres de conférences et vingt-deux chargés de cours complémentaires25. La domination parisienne s’affirme donc ici par l’importance du nombre de ses enseignants face à des facultés provinciales beaucoup plus malthusiennes à ce niveau. Il faut dire aussi que l’université parisienne rassemble au 15 janvier 1914, 19 505 (42,13 %) des 46 291 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur public. La seule faculté des lettres de Paris compte à cette date 4 260 (47,82 %) des 8 907 étudiants inscrits dans les facultés des lettres d’État de France26. Les années 1893-1914 sont donc des années de stabilité pour les facultés provinciales, après une décennie de créations nombreuses de postes. La période de rénovation intense est passée et l’on ne fait finalement que compléter les enseignements existants. Il faut aussi tenir compte d’une croissance modérée des effectifs étudiants de la « Belle Époque » après la nette augmentation antérieure. La faculté lilloise qui compte trois cent six étudiants en 1895-1896 en totalise trois cent quarante et un en 1913-1914. La faculté des lettres de Grenoble en compte sept cent soixante-dix et arrive au second rang français, suivie par celle de Lyon (709 inscrits), de Toulouse (470 inscrits) et Lille. Plusieurs facultés des lettres sont encore, en 1913-1914, de petites cellules d’enseignement et de recherche. Il y a cent deux étudiants à Aix, cent trente à Besançon, cent un à Clermont, cent quarante-sept à Rennes ou deux cent dix à Poitiers. Il ne faut donc pas imaginer un gonflement continu du nombre des inscrits dans les facultés de province ni une démocratisation quelconque des études supérieures de l’époque, exception faite des rares figures de boursiers conquérants.

  • 27 Pour plus de détails, voir Jean-François Condette, Une faculté dans l’Histoire..., op. cit., p. 127 (...)

19À Lille, la faculté connaît même une chute brutale du nombre de ses inscrits entre 1895 et 1904-1905. Les étudiants qui étaient trois cent six en 1895-1896 ne sont plus que cent soixante-quatre en 1898-1899 et cent cinquante en 1903-1904 avant de retrouver, juste avant le Premier Conflit mondial, l’effectif antérieur, nous l’avons vu. Cette baisse du public étudiant est en fait liée à une réforme du mode des inscriptions qui pratique une « érosion différentielle » dans les rangs étudiants, en éliminant les correspondants et les étudiants plus ou moins fictifs27. La réforme du régime scolaire et disciplinaire des Universités, opérationnelle par le décret du 21 juillet 1897, modifie les modalités de l’inscription en faculté, renforce les contrôles et exige le paiement de certains droits. En fait, c’est le régime de l’immatriculation obligatoire de l’étudiant qui doit désormais fournir diverses pièces administratives et payer une somme de 30 francs qui fait baisser les effectifs, les correspondants et les étudiants « à temps partiel », hésitant désormais à s’inscrire. Il est vrai aussi que la politique de recrutement d’enseignants pour le secondaire se ralentit, les concours redevenant plus sélectifs tandis que les possibilités de promotion dans l’enseignement supérieur se ferment, la grande vague de création de postes étant passée. Il est donc tout à fait logique, pour les facultés provinciales, de connaître, dans ces années 1893-1914, une période de stabilisation des effectifs enseignants.

Les années 1914-1919

  • 28 Voir Pierre Pierrard, « Lille ville allemande » dans Collectif, 1914-1918, Mourir pour la patrie, P (...)
  • 29 Voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire... op. cit., chapitre 8 : « La faculté et (...)

20Avec l’entrée dans la Première Guerre mondiale, l’évolution commune entre la faculté lilloise et ses consœurs provinciales s’arrête pour plus de quatre années, l’expérience tragique et spécifique d’une occupation ennemie pendant 1465 jours28. La mobilisation générale d’août 1914 puis les évacuations décidées dans la précipitation devant l’avancée des troupes allemandes font se disperser le monde enseignant de la faculté lilloise. Sur les vingt et un enseignants de 1914, ils ne sont plus que deux titulaires en février 1915 lorsque les facultés rouvrent leurs portes sous domination allemande. Six enseignants sont touchés par la mobilisation tandis que les autres se sont mis au service de la patrie dans les établissements secondaires et les facultés de la « zone libre ». Jules Derocquigny, doyen par intérim, est même tragiquement seul après l’évacuation sanitaire d’Ernest Langlois en 1916. Pour assurer la survie de la culture française et tenter d’éviter un pillage des locaux tout en formant la jeunesse à sa future tâche de reconstruction, la faculté des lettres décide d’assurer à tout prix sa survie et de recruter un personnel temporaire qu’elle va chercher dans les lycées proches de la métropole. Neuf à dix personnes se mettent ainsi à la disposition de l’institution et assurent, dans des conditions extrêmement difficiles, un enseignement minimal. Il faut aussi sans cesse tenir compte des exigences et des vexations de l’occupant. Ainsi, en février 1917, les Allemands décident la fermeture des établissements scolaires et universitaires à cause de la pénurie de charbon. Le recteur Georges Lyon met alors ses appartements à la disposition des enseignants et du maigre public étudiant29. Au cours de l’hiver 1917-1918, l’occupant refuse systématiquement les demandes de laissez-passer entre Lille, Roubaix et Tourcoing. Divers enseignants décident alors de faire cours à leur domicile pendant plusieurs semaines. Le départ des troupes allemandes de Lille, le 3 octobre 1918, après les joies de la libération, laisse une faculté exsangue qui doit attendre la fin de l’année 1919 pour voir rentrer ses anciens titulaires, encore mobilisés. Les enseignants sont à nouveau au complet pour l’année 1919-1920 avec vingt-trois postes déclarés.

Les années 1919-1933

  • 30 Annuaire statistique de la France, tome 1939, p. 29 et suivantes, tableaux récapitulatifs.

21Ces années de reconstruction sont marquées par un nouvel essor de la faculté qui ne fait cependant que retrouver une situation artificiellement détruite par la guerre. Il y a donc continuité dans le respect des traditions anciennes, avec aussi le secret espoir d’un retour aux années idéalisées de la « Belle Époque », par volonté d’oublier l’horreur guerrière. Les étudiants qui sont 239 en 1919-1920 ne dépassent le chiffre de 1913-1914 (341 inscrits) qu’en 1924-1925. La croissance est donc lente mais certaine, et, après une période de baisse des effectifs, liée à l’effet « classes creuses », les étudiants sont, en 1938-1939, 1 002 inscrits30. L’ensemble des facultés des lettres françaises regroupe alors, au 31 juillet 1939, 21 339 étudiants et la faculté septentrionale occupent, à cette date, une position privilégiée dans l’espace universitaire littéraire, figurant au troisième rang national, loin derrière la faculté parisienne (11 183 étudiants) mais juste derrière celle de Grenoble (1 109 inscrits). Bordeaux compte 956 étudiants, Toulouse 810 et Lyon 864. Il n’y a donc pas de révolution des effectifs dans les facultés, même si la faculté lilloise, construite entre 1891 et 1895, commence déjà à connaître des problèmes de locaux. Il n’est donc pas nécessaire pour l’État de créer de nouveaux postes d’enseignants et le petit monde des lettrés de la faculté reste particulièrement stable, même si des plaintes commencent à monter, les enseignants regrettant de ne plus pouvoir connaître personnellement l’ensemble de leurs étudiants.

  • 31 Arch. dép. Nord, 2 T 950, Motion des enseignants du 24 avril 1934.


22Les enseignants sont vingt-trois en 1919-1920 et vingt-cinq en 1932-1933 par l’apparition d’un troisième enseignant d’anglais, discipline qui est, depuis Auguste Angellier, l’un des points forts de la faculté (Émile Audra occupe la chaire, Maurice Le Breton et Aurélien Digeon sont maîtres de conférences) et l’apparition d’un enseignement de langue et de littérature polonaises, confié au chargé de cours Maxime Herman. L’époque n’est plus, au niveau ministériel, à la création de postes nombreux et l’entrée dans la crise économique mondiale, à partir de 1930, réduit encore les disponibilités financières à ce niveau. L’État cherche même plutôt à réduire le nombre des enseignants. La faculté de médecine perd ainsi deux chaires et celle de droit une chaire d’économie politique. À la faculté des lettres, une assemblée extraordinaire des professeurs et des maîtres de conférences se réunit, le 24 avril 1934, et présente une motion de trois pages31. Ils y commentent les décrets d’économie du 4 avril et se déclarent respectueux de la loi mais demandent aussi que l’on ne fasse pas d’économies sur le dos de l’enseignement, critiquant certains passages des décrets qui sont, selon eux, des atteintes à la pratique de l’inamovibilité.

Les années 1933-1939

23En réalité, une dernière phase peut être isolée entre 1933 et 1939 mais qui ne remet pas en cause l’évolution précédemment remarquée. La lecture du graphique des effectifs enseignants de la faculté pourrait en effet laisser croire à une nouvelle période de recrutement important, à partir de l’année 1933-1934. Le personnel enseignant, qui atteint vingt-cinq unités en 1932-1933, passe ensuite à trente et une (1935-1936), puis à trente-trois unités (1937-1938), avant de se stabiliser à trente-deux enseignants présents en 1939-1940. Il s’agit en fait à la fois d’une réalité mais aussi d’une illusion d’optique. Ce gonflement est lié au recrutement par la faculté, sur fonds d’université, d’une nouvelle catégorie de personnel, celle des chargés de travaux pratiques. C’est leur présence qui, à partir de 1933-1934, fait augmenter le chiffre des enseignants au-dessus de la trentaine. Ils encadrent les exercices de commentaire de textes, les exposés oraux jouant ainsi un rôle pédagogique important, au contact des étudiants mais ce sont en réalité des enseignants du secondaire qui acceptent une charge supplémentaire de travail.

  • 32 Annuaire statistique du département du Nord, tome 1939 et Le livret étudiant de la même année.

24En 1939-1940, ils sont ainsi cinq chargés de travaux pratiques sur les trente-deux enseignants présents à la faculté. Sans eux, le personnel de l’institution ne serait finalement composé que de vingt-sept unités (15 professeurs, 6 maîtres de conférences, 6 chargés de cours et conférences) soit six postes de plus qu’en 1913-1914, pour trois fois plus d’étudiants. L’équipe est alors composée32 des professeurs Émile Audra (langue et littérature anglaises), Édouard Perroy (histoire médiévale), Victor-Lucien Tapié (histoire des civilisations de l’Europe septentrionale et centrale), Maurice Braure (histoire générale et régionale des temps modernes), Roger Dion (géographie), Henri Gouhier (philosophie), Jean Humbert (langue et littérature grecques), Léon-François Préchac (langue et littérature latines), René Jasinski (littérature française), Charles Guerlin de Guer (langue et littérature françaises), Georges Gastinel (langue et littérature françaises), Raymond Las-Vergnas (langue et littérature anglaises), Maurice le Breton (langue et littérature anglaises), Léon Mis (langue et littérature allemandes), Denis Saurat (langues et littératures comparées). Les six maîtres de conférences sont Vladimir Jankelevitch (philosophie morale et sciences de l’éducation), Georges Gaillard (histoire de l’art), Henri Henne (histoire ancienne et papyrologie), André Cordier (grammaire et philologie latines), André Moret (langue et littérature allemandes) et Maxime Herman (langue, littérature et civilisation des pays slaves). Les six chargés de cours sont Jeanmaire (histoire des religions), Peyssard et Houillon (littérature grecque), Piétresson de Saint-Aubin (paléographie), Emerit (histoire de la civilisation roumaine) et Tosi (langue et littérature italiennes).

25L’évolution globale des effectifs enseignants de la faculté est donc essentiellement marquée par le conservatisme et un certain malthusianisme. L’institution reste constamment une toute petite république des lettrés qui comprend de quinze à trente personnes. Deux périodes peuvent réellement être isolées qui marquent de réelles ruptures avec cette lente tendance au développement modéré du personnel de la faculté. Les années 1879-1893 sont assurément un moment privilégié dans l’histoire des universités françaises qui se voient dotées de moyens financiers et humains importants en même temps qu’elles mettent en pratique une rénovation profonde de leurs structures internes. La seconde période très marquée est celle des années de la Première Guerre mondiale qui correspondent à Lille à des années noires, à une réelle descente aux enfers pour les institutions d’enseignement supérieur. Entre ces deux moments qui connaissent des pulsations rapides, l’électroencéphalogramme des effectifs enseignants de la faculté est plutôt calme, constamment marqué par la continuité. La rupture ne devait venir que dans les années 1955-1968 en liaison avec le gonflement rapide des effectifs étudiants qui exigèrent une nouvelle politique de recrutement d’enseignants, autour certes des professeurs et des maîtres de conférences mais surtout des assistants et des maîtres-assistants.

Graphique 2 : L’évolution des effectifs étudiants à la faculté de 1869 à 1940

Graphique 2 : L’évolution des effectifs étudiants à la faculté de 1869 à 1940

Tableau du personnel enseignant des facultés des lettres de France Année scolaire 1883-1884 (1er trimestre)

Facultés

P

MCF

CC

CCf

Total

Nbre étudiants

Faculté d’Aix

4

2

1

2

9

34

Faculté de Besançon

6

1

0

5

12

68

Faculté des Bordeaux

7

4

1

3

15

125

Faculté de Caen

7

1

1

3

12

41

Faculté de Clermont

6

3

0

2

11

34

Faculté de Dijon

6

1

0

5

12

30

Faculté de Douai

6

2

0

5

13

94

Faculté de Grenoble

5

0

0

3

8

33

Faculté de Lyon

10

4

0

5

19

72

Faculté de Montpellier

6

2

0

6

14

64

Faculté de Nancy

5

2

2

3

12

57

Faculté de Paris

18

8

2

8

36

738

Faculté de Poitiers

5

2

0

3

10

41

Faculté de Rennes

5

1

1

4

11

38

Faculté de Toulouse

7

1

1

6

15

112

Totaux

103

34

9

63

209

1581

Sources : Enquêtes et documents relatifs à l’Enseignement supérieur, tome X, p. 114-115.

P = professeurs ; MCF = maîtres de conférences ; CC = chargés de cours ; CCf. = chargés de conférences ; le chiffre des étudiants fait la synthèse des inscrits aux cours de licence et aux cours d’agrégation.

L’évolution catégorielle

26Un examen attentif des nominations dans l’institution septentrionale permet d’affiner l’analyse en tenant compte des diverses catégories enseignantes qui apparaissent peu à peu dans les facultés des lettres. Au départ, dans le schéma napoléonien mis en place par le décret du 17 mars 1808, les seuls enseignants présents sont les professeurs titulaires de leur chaire et ils restent tout au long de la période les personnels les plus nombreux même si l’on observe une érosion progressive de leur domination au cours de la Troisième République, par l’apparition de nouvelles catégories moins prestigieuses qui viennent les seconder.

Les professeurs titulaires

  • 33 Bulletin des Lois, n° 185 ; décret impérial portant organisation de l’Université du 17 mars 1808, p (...)
  • 34 Bulletin des Lois, n° 217 ; décret impérial sur l’organisation des académies du 22 août 1854, p. 35 (...)

27Lors de la renaissance des facultés, au sein de l’Université napoléonienne en 1808, il n’existe que des professeurs titulaires. Le décret impérial du 17 mars 1808, portant création de l’Université33 complété ensuite par une série de textes qui donne aux facultés le privilège de juridiction sur leurs membres, définit leur mode de recrutement et leurs fonctions. Divers textes de lois postérieurs organisent ensuite les attributions précises, les droits et les devoirs des professeurs. Un arrêté du 11 février 1840 vient par exemple définir leur obligation de service en leur imposant trois leçons par semaine. Un autre décret, daté du 22 août 1854, sur l’organisation des académies34 revient sur les facultés et les écoles d’enseignement supérieur et clarifie les modalités de recrutement et de titularisation des enseignants du supérieur.

28L’article 6 définit ainsi pour longtemps les conditions d’accès au professorat :

  • 35 Idem, p. 352.


« Pour être nommé professeur dans une faculté, il faut être âgé de 30 ans au moins, être docteur dans l’ordre de cette faculté et avoir fait pendant deux ans au moins soit un cours dans un établissement de l’État soit un cours particulier dûment autorisé, analogue à ceux qui sont professés dans les facultés [...]. Les suppléances, dans les facultés sont confiées par le Ministre à des agrégés ou à des docteurs »35

  • 36 Georges Amestoy, Les Universités françaises, Éducation et gestion, Montpellier, Impression universi (...)
  • 37 Ce conseil, composé exclusivement des professeurs titulaires de chaires et des professeurs à titre (...)

29On tente donc d’associer la compétence scientifique par la possession du plus haut grade de l’Université française et la dimension pédagogique, même si les deux ans d’enseignement apparaissent ici comme une preuve assez légère de l’aptitude à l’enseignement du candidat. Le professeur est nommé par décret et devient titulaire de sa chaire de façon inamovible. Les professeurs siègent au conseil de la faculté et prennent les grandes décisions concernant l’institution. L’attribution d’une chaire est une opération ouverte à la compétition qui doit donner lieu à un concours. La chaire doit être déclarée vacante et cette réalité doit être proclamée. Il y a donc, par publicité, un appel à candidature qui doit être fait. Les dossiers des candidats sont examinés par des rapporteurs, eux-mêmes professeurs, puis auditionnés par le conseil de la faculté qui émet un avis et propose deux présentations (première et seconde ligne). C’est donc en réalité un système fondé sur la cooptation par les pairs, même si l’État garde le pouvoir final de nomination. Les professeurs titulaires de leur chaire sont donc les « seigneurs du temple », « les officiers supérieurs »36 qui dominent la pyramide enseignante, mettent en place les rites de cooptation et contrôlent la vie de l’institution par le rouage administratif décisionnel fondamental qu’est le conseil de la faculté37. Un décret du 4 janvier 1921 crée ensuite le titre de professeur sans chaire, substitution en fait des anciens professeurs-adjoints (créés par le décret du 28 décembre 1885), titre destiné surtout à des maîtres de conférences disposant de beaucoup d’ancienneté et d’une renommée scientifique forte mais dont l’avancement est bloqué par le moindre nombre des chaires et le ralentissement conséquent des carrières ou par la spécificité trop grande de leur profil qui ne permet pas la création d’une chaire. Un autre décret du 1er août 1931 crée ensuite le rang de professeur titulaire à titre personnel. Il faut être titulaire de son poste de maître de conférences et remplir des conditions à peu près similaires au professeur sans chaire. Il s’agit là encore d’un moyen pour résoudre le problème des débouchés de carrière des maîtres de conférences à une époque où les créations se sont fortement ralenties.

30À la faculté des lettres de Douai puis de Lille, sous la Troisième République, les professeurs forment constamment le groupe le plus nombreux. Ils sont en situation de monopole exclusif en 1870 avec cinq postes sur cinq, à une époque où ils sont encore les seuls enseignants dans des facultés des lettres. Ils doivent ensuite apprendre à composer avec les autres catégories mais bénéficient pendant longtemps d’une situation très privilégiée.

Représentativité des professeurs dans l’ensemble du personnel enseignant de la faculté pour quelques années repères

Total des enseignants

Professeurs

% de professeurs

1870-1871

5

5

100

1880-1881

8

5

62,5

1890-1891

17

6

35,2

1900-1901

17

10

58,8

1910-1911

19

16

84,2

1920-1921

22

16

72,7

1930-1931

25

13

52

1939-1940

32

15

46,8

  • 38 Les assistants sont créés dans les facultés des lettres par le décret du 13 mai 1942 ; les maîtres (...)

31Les professeurs sont les principaux bénéficiaires de la politique de promotion de l’Enseignement supérieur lancée par les républicains, à partir de 1879 qui se traduit, nous l’avons vu, par la création de nombreuses chaires. Les chiffres de 1890-1891 ne sont donc pas très significatifs car ils ne montrent finalement qu’une situation extrêmement temporaire et exceptionnelle, la faculté ayant cette année-là six professeurs mais aussi six maîtres de conférences qui vont devenir extrêmement rapidement professeurs titulaires. C’est une situation fugace de transition, le Ministère ayant créé des maîtrises de conférences avant de les transformer en chaire. La domination professorale va ensuite en s’alourdissant progressivement entre 1890 et 1920, la « Belle Époque » marquant en quelque sorte l’apogée du mouvement. Les professeurs titulaires de leur chaire représentent ainsi 84,2 % des effectifs globaux de la faculté en 1910-1911. L’entre-deux-guerres marque ensuite un lent mais indéniable déclin de leur représentativité qui s’accentuera très rapidement dans les années 1950-1968 avec une politique massive de recrutement de personnels moins titrés (assistants et maîtres assistants38). Les professeurs forment encore 72 % du personnel de la faculté en 1920-1921 mais voient leur part tomber à 46.8 % en 1939-1940. Il faut dire que leur nombre reste stable alors que la faculté recrute davantage de vacataires, non titulaires (chargés de cours, directeurs de travaux pratiques). Il ne faut donc pas exagérer leur déclin. S’ils sont proportionnellement moins nombreux, ils n’en demeurent pas moins les figures emblématiques de l’institution qui structurent, par l’existence de leur chaire, toute l’organisation pédagogique. Ils conservent également, et sans partage jusqu’en 1940, l’ensemble de leurs prérogatives au niveau des pouvoirs décisionnels internes à la faculté. Maîtres du recrutement de leurs collègues, ils sont aussi par leur présence dans les jurys de thèse et par leur renommée scientifique, dans une position symbolique dominante au sein de la pyramide des pouvoirs universitaires.

Les maîtres de conférences

  • 39 Voir A. de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’Enseignement supérieur, Paris, A Delalai (...)

32Il s’agit, pour les facultés des lettres, d’une nouvelle catégorie de personnels qui se met en place très lentement à partir de l’arrêté concernant les conférences instituées dans les établissements d’Enseignement supérieur, daté du 5 novembre 1877. Cette création répond, si l’on s’en tient au rapport fait par le député Bardoux, au nom de la Commission du budget des dépenses de l’exercice 1877 à un triple objectif et s’intègre dans une politique universitaire plus globale de réforme de l’enseignement supérieur. Il s’agit d’abord de renforcer l’enseignement public face au péril clérical et au développement des facultés catholiques. « Le vote de la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur a fait comprendre à l’Université que le moment des hésitations était passé ; sans des réformes urgentes, notre haut enseignement était menacé de stérilité et d’une prochaine décadence »39. Il faut également rénover l’enseignement en lui-même, sur le modèle allemand. Les maîtres de conférences se consacreront d’abord aux cours fermés et aux séquences d’exercices avec les étudiants préparant les grades.

  • 40 Idem, rapport du député Bardoux, p. 167. Le Ministère, dans une longue instruction générale relativ (...)

« Les cours publics, surtout dans l’ordre des sciences et des lettres, ressemblent trop souvent à des leçons d’Athénée et attirent un certain nombre de curieux et d’oisifs qui ne constituent pas un auditoire sérieux et soutenu. Le développement des cours privés et des conférences sera un remède à cet état de choses… Il faut former des élèves, préparer au grade [...], provoquer des vocations40.

  • 41 Voir la communication de Françoise Mayeur, « L’évolution des corps universitaires de 1877 à 1968 » (...)
  • 42 Idem, p. 15.

  • 43 Ibidem, p. 16.


33Les maîtres de conférences doivent enfin suivre de très près les futurs boursiers de licence que l’on s’apprête à créer en votant un budget de 360 000 francs pour 300 bourses de facultés à 1 200 francs. Il s’agit là d’une nouveauté fondamentale sur laquelle insiste le rapporteur. Dans une République, le principe méritocratique se doit d’être une réalité : « il n’y a pas de pensée plus libérale et plus démocratique que d’ouvrir ainsi les portes de la science à quiconque a de l’intelligence, de la volonté, l’amour du travail et n’a pas de fortune ». Dès lors, le nouvel enseignant se voit fixer un double rôle car les conférences instituées dans les facultés ont pour objet soit de fortifier par des répétitions et des exercices pratiques les leçons des professeurs titulaires, soit de compléter le champ des études réalisées dans la faculté, par l’adjonction de nouveaux enseignements plus spécifiques. Au départ, les maîtres de conférences sont nommés par le ministre pour une année mais leur délégation peut être renouvelée. Les conférences peuvent être confiées à des membres sortants de l’École de Rome où d’Athènes, à des répétiteurs de l’École pratique des Hautes Études pourvus du grade de licencié (article 6) ou à des agrégés de lycée qui sont bien classés au concours. Le maître de conférences doit avoir déposé sa thèse de doctorat dans le cours de l’année qui suit sa nomination et justifier de l’approbation de ses thèses avant le renouvellement de son mandat (article 7). Les conférences sont annuelles et chacune d’elles comprend nécessairement trois leçons d’une heure par semaine (article 10). Le nouveau statut est donc double. Il y a le maître de conférences adjoint à une chaire qui travaille sous la tutelle du professeur et répète les leçons, organise les travaux pratiques mais aussi le maître de conférences qui occupe « une chaire en expérience », ne dépendant pas d’un professeur et apportant à la faculté un enseignement original et spécifique qui manquait dans l’organisation des filières et des examens41. Les maîtres de conférences introduits dans les facultés des lettres et des sciences étaient donc, au départ, « voulus comme des agents de la modernité dans l’enseignement supérieur »42, mais très vite, ils deviennent en réalité des professeurs en second, presque toujours en possession du doctorat lors de leur première nomination. La maîtrise de conférences devient une étape obligatoire dans le cursus enseignant, en attendant la promotion comme professeur et la fonction est « bientôt détournée de ses fins premières définies comme l’encadrement des étudiants par de jeunes candidats au professorat [...], les maîtres de conférences s’affirmaient comme des professeurs dans leur pratique pédagogique »43, se chargeant de plus en plus souvent de nouveaux cours magistraux.

  • 44 Annuaire statistique du département du Nord, tomes 1879, puis 1880.

34À la faculté des lettres de Douai puis de Lille, les maîtres de conférences sont finalement assez peu nombreux, leurs fonctions apparaissant souvent fluctuantes. Ils sont souvent ensuite nommés professeurs titulaires ou demandent une mutation rapide vers une autre faculté. Il s’agit donc bien souvent d’une fonction temporaire et transitoire. Le premier maître de conférences de notre institution est Alfred Espinas qui, en 1879, est nommé en philosophie44. Il est rejoint l’année suivante par Paul Guiraud, maître de conférences d’histoire ancienne. En 1881-1882, ils sont désormais trois avec l’arrivée de Claude Perroud en géographie. Un examen de l’évolution de leur nombre sur la longue durée montre finalement leur assez faible présence. Ils ont au maximum sept unités, lors des périodes de forte réorganisation des structures de l’enseignement facultaire mais ne sont le plus souvent que trois ou quatre, même si l’on peut noter une légère progression de leur nombre dans l’entre-deux-guerres. Ils sont ainsi trois en 1921-1922, six en 1930-1931 et cinq en 1939-1940.

Les autres catégories enseignantes

35Notre dictionnaire biographique n’a retenu que les enseignants titulaires de leur poste, c’est-à-dire les deux catégories précédemment étudiées, à savoir les professeurs titulaires et les maîtres de conférences. Ils forment en effet les cadres supérieurs de l’institution, sur lesquels reposent les décisions principales et l’organisation même des enseignements. Il n’en demeure pas moins qu’il existe au sein des facultés des lettres tout un personnel auxiliaire qui affirme peu à peu sa présence et joue un rôle pédagogique fondamental par l’encadrement des petits groupes d’étudiants, pour les séances de travaux pratiques ou l’organisation de cours très spécialisés. Les chargés de cours existent en effet dès le début de notre période et sont chargés souvent d’assurer l’intérim, entre deux mutations d’un enseignant titulaire. Il s’agit presque toujours d’enseignants agrégés dans le secondaire, souvent en poste dans les lycées de la métropole (le lycée Faidherbe étant tout au long de la période une sorte d’antichambre de la faculté) ou de jeunes docteurs en attente d’une nomination définitive. Il peut aussi s’agir de « professionnels » qui viennent rendre des services à l’institution mais sans prétendre à une quelconque promotion dans l’enseignement. C’est ainsi qu’après la mort du professeur Ernest Langlois en juillet 1924 qui assurait depuis des décennies les cours de paléographie, la faculté fait appel au conservateur-paléographe des Archives départementales du Nord, Max Bruchet (1924-1929) puis à Pierre Piétresson de Saint-Aubin (1930-1967) son successeur. Les chargés de cours peuvent aussi prendre à leur charge un enseignement spécifique dont la faculté n’a pas voulu ou pu obtenir la pérennisation officielle par la création d’une chaire ou d’une maîtrise de conférences. En juillet 1910, Firmin Nicolardot est ainsi chargé d’un cours d’histoire des religions qui connaît un certain succès mais dont les effectifs étudiants ne permettent pas une existence plus officielle. En novembre 1908, Albert Mathiez est chargé de cours d’histoire moderne et contemporaine pour quelques mois en remplacement de Philippe Sagnac, parti en mission temporaire.

36C’est aussi par l’intermédiaire de cette fonction de chargé de cours que l’institution « teste » la valeur scientifique et pédagogique des prétendants aux fonctions supérieures. Un grand nombre des futurs titulaires de la faculté est ainsi mis à l’essai quelques mois ou quelques années avant d’être placés en première ligne par le conseil pour la nomination définitive sur un poste de maître de conférences ou de professeur. Paul Thomas est ainsi chargé de cours de langue et littérature latines à la faculté de Douai entre 1880 et 1883, date de sa nomination comme professeur. Le fait de déclarer un enseignement sous la forme d’une mission temporaire de chargé de cours est aussi pour la faculté un moyen d’économiser de l’argent ou un moyen d’attendre l’obtention de crédits complémentaires permettant de faire plus, tout en testant l’intérêt du public pour le nouvel enseignement. C’est ainsi qu’en novembre 1901 Alexandre de Saint-Léger est chargé d’un cours sur l’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France, sur fonds de l’université. Devant le succès de cet enseignement, le cours est transformé le 10 janvier 1902 en maîtrise de conférences puis en chaire par décret du 31 octobre 1907, l’État ayant accepté d’en financer une partie.

37À la faculté, le nombre des chargés de cours est très changeant ; il s’agit là en quelque sorte d’un « amortisseur conjoncturel » qui permet d’assurer la continuité des enseignements malgré les décès, les mutations ou les détachements des personnels titulaires. Leur nombre varie donc constamment et oscille en fait entre une et sept unités. La période de la Première Guerre mondiale forme ici une parenthèse tragique où les chargés de cours deviennent majoritaires dans l’institution. Le doyen Derocquigny, pour assurer la survie de la faculté en zone allemande doit faire appel à neuf puis à onze chargés de cours pour remplacer les titulaires, mobilisés ou en poste dans la zone française.

38La fin de la période étudiée voit enfin l’apparition d’une quatrième catégorie d’enseignants, à partir de 1933-1934, rétribués sur des fonds de l’université. Il s’agit des chargés de travaux pratiques qui sont des enseignants du secondaire acceptant de venir faire quelques heures supplémentaires à la faculté pour encadrer des exercices d’étudiants (leçons d’essai, exercices sur documents, exposés divers). Ils sont tout d’abord deux puis cinq ou six de 1937 à 1940 (un en philosophie, un en littérature française, un en littérature latine, un en histoire, un en géographie et une en langue anglaise qui n’est autre que la femme du doyen Audra). Sans les cinq chargés de travaux pratiques, l’effectif total des enseignants de la faculté en 1939-1940 serait de vingt-sept unités soit six unités de plus seulement qu’en 1913-1914. C’est dire la stabilité de cette petite république des lettrés dans l’entre-deux-guerres.

39L’examen minutieux des effectifs enseignants au travers des Annuaires de l’université ou du livret étudiant pourrait permettre de dégager une dernière catégorie d’enseignants qui en fait est une réalité artificielle, créée pour clarifier les choses mais que nous n’avons pas pris en compte dans notre étude. Plusieurs fois en effet les sources utilisées parlent de chargés de conférences. Ce sont en fait des professeurs titulaires qui acceptent de faire, en plus de leurs heures de cours habituelles, quelques grandes conférences, dans un domaine proche de leur enseignement spécifique. En 1914, Georges Lefèvre est ainsi déclaré chargé de conférences complémentaires pour un enseignement de science de l’éducation, alors qu’il est désormais professeur de philosophie. Pierre Jouguet, professeur des institutions grecques et romaines, histoire ancienne et papyrologie en donne une autre en littérature grecque.

Graphique 3 : Les catégories enseignantes à la Faculté pour quelques années-repères

Graphique 3 : Les catégories enseignantes à la Faculté pour quelques années-repères
  • 45 Arch. dép. Nord, VM 146174, Procès-verbaux des réunions de l’assemblée, séance du 1er avril 1938.

40Le monde enseignant de la faculté est donc particulièrement stable et se hiérarchise progressivement au fur et à mesure de l’apparition de nouvelles catégories, les professeurs demeurant constamment les maîtres de l’institution. Les cinq enseignants de 1870 sont désormais trente-deux en 1940 (6,4 fois plus) alors que les effectifs étudiants sont passés de quarante-cinq inscrits en 1871 à mille deux en 1938-1939 (22,2 fois plus). Dès lors une partie du personnel se plaint de la hausse des effectifs. En avril 1938, l’assemblée de la faculté émet de vives critiques sur la situation de l’enseignement et demande la « création urgente d’un personnel d’assistants qualifiés qui devraient aider les professeurs dans la tâche qui pèse trop lourdement sur eux »45. Les professeurs sont en colère car ils ne peuvent plus connaître personnellement chacun de leurs étudiants et passent beaucoup de temps dans la correction de copies de plus en plus nombreuses. On est cependant encore très loin de l’université de masse et la faculté demeure un monde malthusien très hiérarchisé.

L’évolution de la répartition des enseignants par grandes disciplines

41La répartition disciplinaire des postes confirme l’enrichissement progressif des champs étudiés à la faculté entre 1870 et 1940, mais cet élargissement demeure toutefois modéré. Il n’y a pas de révolution réelle et l’enrichissement des horizons abordés se fait lentement, en obéissant à un double processus. Il s’agit d’abord — et surtout — d’une individualisation progressive des spécialités qui étaient autrefois fédérées sous une chaire générique et générale. L’unique chaire de langue étrangère se divise ainsi peu à peu en plusieurs chaires spécifiques selon les langues pratiquées (allemand, anglais…) ; la chaire d’histoire se divise à son tour selon les périodes historiques. Dans le même temps, de nouvelles disciplines font parfois leur apparition dans l’enseignement, de manière éphémère ou durable, comme l’épigraphie, la science de l’éducation ou l’histoire des religions. Il est donc important de mieux connaître l’évolution de cette répartition des postes par discipline afin de mesurer le degré réel d’ouverture des facultés de province aux nouveaux champs de recherche.

Les Lettres classiques et la littérature française

42À l’origine, cette discipline est en position de force dans l’enseignement des facultés qui doivent surtout former un « honnête homme » en se basant sur les valeurs humanistes et sur les grands textes classiques. En 1870-1871, deux des cinq chaires sont occupées par la matière, l’une en littérature ancienne (V. Courdaveaux) et l’autre en littérature française (F. Colincamp). N’existent à côté d’elle qu’une chaire générale d’histoire, une autre de philosophie et une chaire de littérature étrangère, sans plus de spécialisation. La réforme de l’Enseignement supérieur va d’abord profiter aux lettres avant que ne s’affirme, après 1900, la diminution de son poids relatif dans les enseignements, par le développement des autres champs scientifiques. En 1890-1891, elle représente sept des dix-sept enseignants de la faculté (41,1 %) mais n’en représente plus que huit sur vingt-cinq en 1930-1931 (32 %) avant une légère remontée en 1939-1940 en liaison avec l’apparition des chargés de TP (11 postes sur 32 soit 34,3 %). La chaire très généraliste de littérature ancienne va en fait se retrouver dédoublée en 1880, en une chaire de langue et littérature latines, longtemps occupée par Émile Thomas (puis par Ernout et Cordier) et en une autre chaire de langue et littérature grecques dont le premier titulaire est Émile Courdaveaux. Médéric Dufour puis Jean Humbert prennent ensuite sa succession. Dans le même temps, on assiste à un dédoublement interne, dans chaque spécialité, chaque chaire disposant alors d’un second poste enseignant pour l’aider dans son enseignement, sous la forme le plus souvent d’une maîtrise de conférences ou parfois d’une fonction de chargé de cours. Émile Thomas peut ainsi s’appuyer sur Henri Bornecque (maître de conférences) pendant de nombreuses années en langue et littérature latines. Pour ce qui est de la chaire de langue et littérature françaises, on retrouve exactement la même évolution avec un dédoublement effectif dès 1881. Léon Moy est alors professeur titulaire de la chaire mais obtient à ses côtés, la nomination d’un maître de conférences en la personne de Paul Dupont. Cette organisation « en doublette » se maintient ensuite presque jusqu’à la Seconde Guerre mondiale même si la discipline finit par obtenir trois chaires. En 1939-1940, René Jasinski, Charles Guerlin de Guer et Georges Gastinel sont ainsi titulaires de leur chaire de langue et littérature françaises. Tout juste peut-on noter encore l’existence presque permanente, au sein de la section des lettres, d’un enseignant chargé des cours de grammaire et de philologie mais dont le statut varie très fréquemment au gré des nombreuses mutations de ce poste.

La philosophie

  • 46 Voir Jean-François Condette, Georges Lefèvre et la science de l’Éducation, Caen, CERSE, Les Science (...)

43La philosophie garde tout au long de la période des effectifs très faibles. Elle n’est représentée jusqu’en 1878 que par une chaire confiée à Jean-Baptiste Tissandier. Au début des années 1880, un dédoublement apparaît avec une chaire occupée à partir de 1882 par Auguste Penjon et une maîtrise de conférences confiée à Alfred Espinas. La philosophie est ensuite constamment représentée par un duo qui fut longtemps composé des professeurs Penjon (philosophie générale) et du maître de conférences Georges Lefèvre (philosophie et science de l’éducation). Le départ en retraite du premier en 1913, permet au second d’obtenir la chaire de philosophie générale, le 14 mai 1913. C’est alors Étienne Gilson qui prend la maîtrise de conférences. Pendant l’entre-deux-guerres, il y a entre 1923 et 1929, deux chaires de philosophie, l’une de philosophie générale pour Georges Lefèvre et l’autre pour René Hubert (philosophie et science de l’Éducation : nomination du 2 juillet 1923). À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la section de philosophie a retrouvé une figuration plus classique avec une chaire de philosophie générale confiée à Henri Gouhier et une maîtrise de conférences de philosophie morale et science de l’éducation confiée à Vladimir Jankelevitch. Tout juste peut-on noter la présence d’un troisième homme, M. Favières, chargé de travaux pratiques, enseignant au lycée Faidherbe. La spécialisation des champs philosophiques n’est donc pas très poussée à la faculté, exception faite de cette volonté constante de disposer d’un enseignement de la Science de l’éducation46 encore très lié à la philosophie.

Les langues vivantes

44Elles sont, au départ, confinées à la portion congrue dans une région pourtant frontière, au contact du monde anglophone et germanophone. Karl Hillebrand, puis Adolphe Bossert occupent l’unique chaire de langue étrangère avant que le processus de spécialisation ne vienne individualiser peu à peu les champs linguistiques. Le processus est très complexe avec des retours en arrière et des divergences chronologiques selon les langues. L’essentiel est ici de noter un double processus qui voit s’affirmer une existence autonome des études d’anglais puis d’allemand tandis qu’on assiste ensuite à une ouverture à d’autres langues, slave et italienne en particulier. En anglais, Auguste Angellier joue un rôle fondamental de promotion de la discipline et attire de nombreux étudiants qui réussissent brillamment aux concours (agrégation et certificat d’aptitude à l’enseignement), faisant de Lille un lieu privilégié pour les études de langue et littérature anglaises. Nommé maître de conférences en 1883, il devient professeur par un décret du 10 mars 1893. Il réussit dès 1888 à faire dédoubler la présence enseignante en obtenant un poste de chargé de cours (André Chevrillon en 1888) puis en le transformant en une maîtrise de conférences confiée à son élève Jules Derocquigny. Les anglicistes sont désormais constamment deux à la faculté puis trois dans les années trente. En 1939-1940, signe du haut rang des études anglaises dans l’institution, les trois enseignants anglicistes sont possesseurs de leur chaire : Raymond Las-Vergnas, Maurice le Breton et Émile Audra. Madame Audra, quant à elle, dirige les travaux pratiques.

45En allemand, le processus d’affirmation de la spécificité de la matière est un peu plus lent. Edmond Bailly devient maître de conférences de langue et littérature allemandes en 1886 mais c’est Auguste Pinloche qui occupe en fait la première chaire de langue et littérature germaniques (décret du 30 janvier 1892). C’est ensuite avec le professeur Félix Piquet que la section obtient un dédoublement par la création d’une maîtrise de conférences en 1925-1926 (Léon Mis).

46La faculté lilloise tente également d’élargir son univers linguistique et fait preuve d’un intérêt constant pour l’Europe centrale, avec laquelle la région a d’ailleurs des liens multiples. Émile Haumant inaugure (arrêté du 15 mars 1892) les cours de langue et littérature russes. Il est ensuite professeur-adjoint en mars 1895 puis obtient la création d’une chaire, le 25 juillet 1897. André Lirondelle lui succède de très nombreuses années (1901-1926). Après son départ, l’enseignement est divisé en deux parties même si la chaire est perdue. Raoul Labry se charge des cours d’histoire et de civilisation russes tandis qu’Antoine Martel puis Maxime Herman font les cours de langue et littérature polonaises. Après le départ de Raoul Labry pour la Sorbonne en 1936, c’est Maxime Herman seul, en tant que maître de conférences de langue et littérature slaves qui assure cet enseignement, étant aussi chargé d’un cours de langue et littérature polonaises. Nous pouvons enfin noter, au niveau des langues, deux créations des années de l’entre-deux-guerres qui témoignent de cette volonté d’ouverture. À partir de 1934, M. Tosi assure un cours régulier d’italien qui perdure jusqu’en 1940 tandis que la faculté obtient la création d’une chaire spécifique de langues et littératures comparées en octobre 1931, confiée au professeur Bertrand puis à Denis Saurat.

Graphique 4 : La répartition du personnel enseignant par grandes disciplines pour quelques années repères

Graphique 4 : La répartition du personnel enseignant par grandes disciplines pour quelques années repères

L’histoire et la géographie

  • 47 Voir Jean-François Condette, « Le développement des études d’histoire-géographie à la faculté des L (...)
  • 48 Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens françai (...)

47Très peu présentes dans les facultés en 1870, l’histoire et la géographie affirment progressivement mais fortement leur présence dans l’enseignement sous la Troisième République et apparaissent comme les disciplines qui ont le plus profité des efforts républicains47. Abel Desjardins est le seul représentant en 1870 qui enseigne l’histoire universelle et se risque parfois à quelques « approches » géographiques. En 1880-1881, ils ne sont encore que deux, avec l’arrivée d’un maître de conférences d’histoire ancienne, Paul Guiraud (25 % des effectifs). En 1900-1901, ils sont quatre (23.5 %) puis sept en 1920-1921 (31.8 %), huit en 1930-1931 (32 %) et onze en 1939-1940 si l’on inclut les deux chargés de travaux pratiques, formant alors 34,3 % de l’effectif total des enseignants et constituant l’équipe la plus nombreuse à égalité avec les lettres. Sans revenir sur le contexte national qui préside à l’affirmation de l’histoire et de la géographie48, nous pouvons expliquer là encore, cette promotion conséquente de la discipline par un double processus qui fait se spécialiser les anciennes chaires généralistes tandis qu’apparaissent de nouveaux enseignements très spécifiques.

48La géographie se sépare ainsi progressivement de l’histoire au niveau des postes enseignants pour le moins mais avec bien des difficultés. En 1880, Claude Perroud est maître de conférences de géographie mais en 1884, la spécificité est perdue. Henri Cons est nommé professeur d’histoire et de géographie des temps modernes et il faut attendre l’année 1893 pour voir se réorganiser très fortement l’enseignement d’histoire-géographie. Par un décret du 3 août 1893, la faculté lilloise obtient enfin une chaire spécifique de géographie, occupée avant la Première Guerre mondiale par Henri Cons, Édouard Ardaillon puis Albert Demangeon. La mort d’Antoine Vacher en 1920 vient ensuite déstabiliser fortement l’enseignement géographique qui ne retrouve sa stabilité qu’avec l’arrivée de Maximilien Sorre en 1922 puis de son successeur Roger Dion.

49Au niveau historique, les choses sont aussi assez complexes. L’histoire antique ne s’individualise que très tardivement avec le décret du 16 juillet 1911 qui crée une chaire d’université destinée à Pierre Jouguet. Jusqu’alors, divers chargés de cours avaient successivement enseigné l’histoire antique (Paul Fabre de 1887 à 1893, Gustave Fougères de 1893 à 1897, Paul Couvreur de 1893 à 1898 puis Pierre Jouguet) mais sans stabilité aucune. Il s’agissait le plus souvent d’un spécialiste de langue et littérature grecques qui acceptait de faire quelques heures en histoire. Cette chaire créée en 1911 est ensuite transformée en chaire d’État par le décret du 9 juin 1913 mais la mutation du titulaire à Paris en 1920 (Pierre Jouguet), crée pour huit ans une situation délicate. C’est ensuite la nomination d’Henri Henne comme maître de conférences d’histoire ancienne, épigraphie et papyrologie qui rétablit la situation en 1928 mais sous la forme d’une maîtrise de conférences, Henri Henne n’ayant jamais terminé sa thèse.

50En histoire médiévale, les choses se précisent un peu plus tôt. En 1893, Jules Flammermont devient titulaire d’une chaire de paléographie du Moyen Âge et d’histoire moderne. Par décret du 17 avril 1895, Paul Fabre obtient ensuite sa nomination dans une chaire spécifique d’histoire du Moyen Âge. Souvent absent de la faculté pour raison de santé, il est alors suppléé par Charles Petit-Dutaillis qui lui succède officiellement en 1899. Jules Gay (1908-1935) puis Édouard Perroy (1935-1950) reprennent ensuite le flambeau. L’histoire moderne a une destinée, elle aussi, assez complexe. À la mort de Jules Flammermont en 1899, la chaire est perdue, transformée en chaire de Science de l’éducation. Philippe Sagnac est ainsi longtemps chargé de cours (arrêté ministériel du 28 novembre 1899) puis professeur-adjoint. Ce n’est que par le décret du 27 juillet 1905 qu’il obtient enfin la création de la chaire tant convoitée dite d’histoire moderne et contemporaine. Son successeur (après sa nomination en Sorbonne en 1923) est Louis André (1923-1937). Au moment de son départ en retraite, on assiste ensuite à une redéfinition de ce champ historique avec la création d’une chaire d’histoire contemporaine attribuée à Jean Maurain (1er avril 1937) et l’affirmation d’une chaire d’histoire générale et régionale des temps modernes confiée à Maurice Braure.

51Au-delà de cette spécialisation progressive des champs historiques classiques et de l’affirmation d’une chaire de géographie, les créations d’enseignement nouveaux sont finalement assez réduites sous la Troisième République. On peut noter cinq créations en histoire.

  • 49 Marie-Claude Genet-Delacroix, « L’enseignement supérieur de l’histoire de l’art » dans Christophe C (...)

52L’histoire de l’art apparaît à la faculté en 1889 avec Gustave Fougères qui est chargé d’un cours complémentaire d’archéologie et d’histoire de l’art (arrêté du 30 juillet 1889). Professeur-adjoint en 1898, il est ensuite remplacé par François Benoit qui obtient la création d’une chaire spécifique d’histoire de l’art par décret du 26 juillet 1905 et qui occupe le poste jusqu’à sa retraite en 1937, date à laquelle lui succède Jean Gaillard. La faculté lilloise a donc ici un rôle pionnier intéressant à relever car le premier cours complémentaire d’histoire de l’art en Sorbonne est confié à Henri Lemonnier en 1893 (chaire en 1896)49. Rue d’Ulm, une conférence d’histoire de l’art est attribuée à Romain Rolland en 1895.

  • 50 Philippe Marchand, « L’Enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Lille et son insertio (...)
  • 51 Voir Achille Luchaire, « Les enseignements d’intérêt local dans les facultés des Lettres de provinc (...)

53L’histoire régionale est également officialisée dans l’enseignement de la faculté avec la figure emblématique d’Alexandre de Saint-Léger, fondateur en 1910 de la Revue du Nord. Jules Flammermont, avant lui, avait déjà dans les années 1887-1898, donné de multiples cours publics sur l’histoire de Lille et du Nord au Moyen Âge mais il agissait là par goût personnel tout en étant professeur dans une autre spécialité50. Pour Alexandre de Saint-Léger, il s’agit dans un premier temps d’une création locale décidée par arrêté rectoral du 16 juillet 1900 et qui prend la forme d’un cours complémentaire d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France. Par un autre arrêté rectoral du 10 janvier 1902, le cours est transformé en une maîtrise de conférences grâce à une subvention du Conseil général du département du Nord. Professeur-adjoint en 1906, Alexandre de Saint-Léger obtient la chaire par un décret du 31 octobre 1907, l’État reconnaissant ainsi l’importance d’un ancrage régional de l’enseignement et de la recherche universitaire même si c’est une subvention complémentaire de la ville de Lille qui permet son existence financière. Il ne s’agit pas ici d’une exception lilloise et la plupart des facultés provinciales finissent par obtenir divers enseignements régionaux, souvent après d’âpres discussions avec l’État. Dès le 22 octobre 1877, par exemple, une conférence d’histoire et de langues du Midi de la France est créée à l’université de Bordeaux avec une participation financière de l’État. Supprimé en septembre 1879, le cours renaît en août 1891 grâce à des libéralités de la ville sous la forme d’un cours complémentaire sur l’histoire de Bordeaux et du sud-ouest de la France. À Aix-en-Provence, une conférence de langues et de littératures du Midi de la France, subventionnée par l’État est créée le 1er mars 1878 puis supprimée en juin 1879 pour être remplacée par un cours complémentaire de langue et littérature provençales (8 novembre 1888) grâce à une subvention du Conseil général des Bouches-du-Rhône. À Clermont-Ferrand, un cours complémentaire apparaît en janvier 1888 sur l’histoire de l’Auvergne. À Montpellier, à Poitiers ou à Rennes, des enseignements régionaux se mettent aussi en place dans ces années 1878-1887. À Toulouse, une chaire d’histoire de la France méridionale est fondée le 20 février 1886 aux frais de l’État puis une seconde de langue et littérature méridionales (30 octobre 1886) financée par l’État et le Conseil général de la Haute-Garonne51.

54La chaire d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France se maintient ensuite sans modification jusqu’en 1936, date du départ à la retraite d’Alexandre de Saint-Léger. C’est ensuite Maurice Braure qui lui succède mais pour une chaire d’histoire générale et régionale des Temps Modernes. Il faut aussi noter, dans cet effort lillois d’enrichissement des contenus, la création, en juillet 1910, d’un cours d’histoire des religions qui est assuré par Firmin Nicolardot puis par René Massigli. Après une succession de mutations très rapides, cet enseignement spécifique de deux heures par semaine se maintient avec continuité jusqu’en 1940, étant assuré de février 1923 à juin 1943 par l’éminent spécialiste des questions religieuses qu’est Henri Jeanmaire. Un dernier enseignement apparaît enfin en 1928 par la création d’un enseignement d’histoire et de civilisation roumaines qui est confié à Marcel Emerit jusqu’en 1940, renforçant ainsi l’intérêt de l’institution pour l’Europe centrale déjà relevé par les cours de russe et de polonais. La chaire créée spécialement pour Victor-Lucien Tapié en 1938 sur l’histoire des civilisations de l’Europe septentrionale et centrale marque à ce niveau la reconnaissance nationale de cette volonté d’ouverture vers l’Europe de l’Est au niveau de la faculté des lettres de Lille.

Les autres disciplines : une ouverture modérée des champs étudiés


55Si l’histoire et secondairement la géographie affirment leur présence dans l’enseignement de la faculté par une spécialisation et un enrichissement des domaines étudiés, il faut cependant noter que cette ouverture à de « nouveaux objets » d’étude où à de nouveaux horizons reste circonscrite dans des limites assez étroites. Il semble bien qu’en dehors des grands champs disciplinaires classiques que sont la philosophie, les lettres, les langues vivantes traditionnelles et l’histoire-géographie, il n’y ait point de salut pour des domaines plus spécifiques. En ce sens, les facultés des lettres restent encore très généralistes, le conseil de la faculté mais aussi l’État veillant à ne pas créer des enseignements trop « intimistes », car trop spécialisés où le nombre des étudiants inscrits serait trop peu élevé. Les cours très spécifiques sont encore essentiellement réservés aux facultés parisiennes et aux différentes écoles supérieures de la capitale. À Lille, nous pouvons cependant noter deux créations qui enrichissent l’enseignement.

56En 1889, un cours de langue et littérature picardes et wallonnes est confié à Ernest Langlois. Si son cours est proche de ceux de la section des lettres, il est aussi en liaison étroite avec les historiens car c’est lui qui assure, en tant que diplômé de l’École des chartes, les cours et les travaux pratiques de paléographie du Moyen Âge et de l’époque moderne. Par un décret du 30 novembre 1892, Ernest Langlois est nommé professeur titulaire, poste qui est maintenu jusqu’à son décès en 1924. C’est ensuite le directeur des Archives départementales du Nord qui vient assurer l’enseignement sous forme d’un cours complémentaire.

  • 52 Voir la thèse de Jacqueline Gautherin, La formation d’une discipline universitaire : la Science de (...)
  • 53 Voir Jean-François Condette, « Georges Lefèvre et la Science de l’Éducation », Les Sciences de l’Éd (...)

57La faculté garde également pendant longtemps un enseignement spécifique et assez original de la Science de l’éducation52, animé par la grande figure de Georges Lefèvre mais encore très lié à l’enseignement philosophique. Georges Lefèvre, d’abord professeur de philosophie au lycée de Laon est en effet nommé en décembre 1894 maître de conférences de philosophie puis obtient rapidement, par un décret du 25 novembre 1899, sa titularisation dans une chaire nouvelle, spécialement créée pour lui de la Science de l’éducation. Il garde cette chaire spécifique jusqu’au départ en retraite d’Auguste Penjon auquel il succède dans la chaire plus prestigieuse de philosophie générale (décret du 14 mai 1913). Il poursuit cependant, après 1919, ses cours de pédagogie et charge surtout son maître de conférences de cette orientation. Sans vouloir fonder une réelle science positive et sûre de ses approches, Georges Lefèvre place son enseignement au point de confluence des approches psychologiques, philosophiques et historiques. Il s’attache surtout à ouvrir la faculté aux enseignants du primaire et du secondaire qui désirent enrichir leurs connaissances ou obtenir une promotion interne par la préparation de divers concours (professorat ou direction des écoles primaires supérieures ; inspection du primaire) tout en défendant l’idée que les étudiants des facultés qui se destinent à l’enseignement, doivent absolument réaliser un stage pratique en établissement et suivre des cours spécifiques de pédagogie, d’administration scolaire ou de psychologie de l’enfant. Dans ce but, il fonde en 1898, un Institut pédagogique53 qui est ensuite agrandi en 1908 et qui lance diverses enquêtes de terrain dans les établissements de l’académie, tout en sensibilisant les enseignants aux problèmes pédagogiques. Après sa nomination en philosophie, c’est Étienne Gilson (1913-1914) puis René Hubert qui reprennent la tradition des cours de pédagogie et de la science de l’éducation mais la chaire, réapparue pour René Hubert en 1919 sous la forme d’une chaire de philosophie morale et de la science de l’Éducation, est définitivement supprimée en 1937 lorsque ce dernier est nommé recteur. C’est alors de nouveau le maître de conférences qui assure les quelques heures consacrées à cet enseignement pédagogique, en la personne de Vladimir Jankelevitch.

58L’examen du petit monde des enseignants de la Faculté des lettres de Douai puis Lille confirme donc, entre 1870 et 1940, l’évolution nationale et la réelle modernisation des structures et des missions de l’Enseignement supérieur sous la Troisième République. Les cinq chaires très généralistes de 1870 sont progressivement complétées par de nouvelles créations tandis que les champs disciplinaires se spécialisent davantage. Dans le même temps, la faculté lance des enseignements nouveaux, souvent en liaison avec son implantation spatiale septentrionale et frontalière. Dès lors, les enseignants sont trente-deux en 1940 si l’on intègre dans ce chiffre les chargés de travaux pratiques. Ce « petit monde » très malthusien se hiérarchise progressivement, les professeurs titulaires gardant constamment le contrôle des rouages décisionnels de l’institution. Les maîtres de conférences à partir de 1877-1878 puis les chargés de cours et les chargés de travaux pratiques, viennent peu à peu enrichir le personnel de la faculté. Se met ainsi en place progressivement un cursus type qui hiérarchise les catégories enseignantes dans les facultés et trace une voie promotionnelle interne. Après avoir été chargé de cours quelques années, l’enseignant est titularisé en tant que maître de conférences. Il peut ensuite espérer quelques années plus tard accéder à la chaire, au sein de la faculté ou, par mutation, dans une autre faculté française. La république des Lettrés trouve alors une cohérence interne très forte par le partage des mêmes rites de passage, que renforcent encore un parcours scolaire souvent identique et des origines sociales assez proches.

Haut de page

Notes

1 Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 52.

2 La reconstitution de l’évolution du nombre des enseignants est rendue possible par le croisement de sources diverses. Les Annuaires statistiques du département du Nord donnent, année après année, la liste nominative des enseignants des différentes facultés en précisant le grade et l’adresse. Il arrive parfois cependant qu’il y ait quelques petites erreurs, au gré des mutations et des disparitions. Divers dossiers de la sous-série 2 T des Archives départementales du Nord permettent aussi de visualiser de façon concrète ce petit monde des enseignants littéraires (exemple : Arch. dép. Nord, 2 T 661 ; registre du personnel ; année 1937-1938 avec l’état civil, la situation familiale, le poste occupé et le salaire de chaque enseignant). Les Annuaires statistiques de la France et de nombreux tomes de la série Enquêtes et documents relatifs à l’Enseignement Supérieur, édités par le Ministère de l’Instruction publique contiennent également des tableaux récapitulatifs sur le sujet.

3 Voir les registres d’inscriptions aux Archives départementales du Nord ; exemple : 2 T 712 et 713 qui relèvent quatre fois par an le nombre des inscriptions (et non pas des étudiants, chaque étudiant devant prendre quatre inscriptions le plus souvent) ; voir aussi les trois tomes des Statistiques de l’Enseignement Supérieur et les données régionales contenues dans les Séances solennelles de rentrées des facultés de Douai puis de Lille. De 1898 à 1908, le titre devient Rapport annuel du conseil de l’Université. De 1908 à 1965, les données sont reprises dans les Annales de l’Université de Lille.

4 Bibliothèque nationale de France, tome annuel de l’Almanach National qui présente, académie par académie, la liste du personnel enseignant.

5 Almanach national, année 1871-1872, p. 1104. Parmi les professeurs, on peut noter la présence de Janet en histoire de la philosophie, d’Egger en littérature grecque, de Martha en éloquence latine, de Saint-Marc-Girardin en poésie française, de Wallon en histoire moderne ou d’Himly en géographie.

6 Voir sur cette conquête de la République par les républicains, Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la Troisième République : 1871-1898 ; Paris, Seuil, 1973, chapitre 1 : « La fin des notables (1871-1879) », p. 9 et suivantes ; Dominique Lejeune, La France des débuts de la Troisième République : 1870-1896 ; Paris, Armand Colin, 1994, chapitre 2 : « Fausse république ou vrai départ (1871-1879) », p. 29-48.

7 Voir l’Annuaire statistique de la France, tome 1, 1878, présentation de l’enseignement supérieur (effectifs enseignants, effectifs étudiants et diplômes pour l’année 1875). Toutes les facultés des lettres (il y en a 15) ont cinq chaires en 1875 d’après cet annuaire sauf Paris (12), Caen (6), et Nancy (7). Voir aussi Georges Weisz, The Emergence of Modern Universities in France (1863-1914), Princeton University Press, 1983, 397 p. (p. 28 sur le personnel des facultés en 1865 et chapitre 9: « The academic profession in the reformed Universities », p. 315-340, tableau 9.1: Growth of the teaching corps.

8 Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la Troisième République : 1871-1898, op. cit., chapitre 3, p. 95 et suivantes.

9 Voir Jérôme Grévy, La République des opportunistes (1870-1885), Paris, Perrin, 1998, 415 p.

10 Voir Françoise Mayeur, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome 3 : 1789-1930, De la Révolution à l’école républicaine, Paris, Nouvelle librairie de France, 1981, réédition, Perrin, Tempus, 2004, 779 p. ; Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1968, réédition, 1986, 524 p.

11 Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités françaises, Toulouse, Privat, 1986, p 325.

12 Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités françaises, Toulouse, op. cit., p 325.

13 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 268.

14 Christophe Charle, Naissance des Intellectuels : 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990, p 41.


15 Jacques Verger (dir.), Histoire des Universités françaises, op. cit., p. 327.


16 Voir André Chervel, Histoire de l’Agrégation, Paris, Kimé-INRP, 1993, 289 p. (« Les débuts de la Troisième République et le mouvement de réforme de 1880, sont marqués par une progression nette, encore renforcée par la création des bourses en 1880. On atteint 600 candidats en 1881, 700 en 1882, 1000 en 1885, 1100 en 1887 », p 200).

17 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France de 1800 à 1967, op. cit., p. 354.


18 Ministère de l’Instruction publique, Statistique de l’Enseignement supérieur ; tome 1878-1888 (pour toutes les facultés françaises ; ici, p. 556 et suivantes : l’annuaire indique 28 inscriptions en 1875-1876 (22 en licence et 6 à l’agrégation) pour 156 en 1887-1888 (105 en licence et 51 à l’agrégation).


19 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1885, « Notice nécrologique ». Né en 1842, élève de l’École normale supérieure de 1861 à 1864, élève de l’École française d’Athènes (1864-1868), Albert Dumont devient ensuite le directeur-fondateur de l’École française de Rome (1873-1878) avant de partir enseigner à l’École française d’Athènes. Spécialiste d’histoire antique et du monde hellénique, il est nommé recteur de l’académie de Grenoble en 1878, mais est, dès juillet 1879 appelé à la direction de l’Enseignement supérieur. Il décède brutalement en août 1884.

20 Voir Jacques Verger (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, p. 328 et suivantes : Les budgets des facultés, pour le total des crédits ordinaires, passent ainsi de 5 852 000 francs en 1870 à 23 228 000,00 francs en 1913. Ils atteindront 147224000 francs en 1933 puis 108 500 000 francs en 1938. Entre 41 et 76 % de ces crédits sont en réalité des subventions de l’État (Tableau, p. XXX).

21 Les chantiers sont très nombreux dans les villes universitaires entre1879 et1900. Le Ministère s’efforce ainsi de passer des accords avec les municipalités en vue de construire de grands palais universitaires (le plus souvent l’État apporte 50 % des fonds, la ville apportant l’autre moitié, avec une participation des conseils généraux). Entre 1870 et 1892, 104,5 millions de francs (dont les 2/3 pour les facultés parisiennes) sont destinés aux constructions et aménagements de locaux. Des bâtiments neufs sont ainsi construits à Lyon, Lille, Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Nancy et Marseille. À Paris, on reconstruit la Sorbonne, on élargit le Muséum, l’École des Langues Orientales, le Collège de France...). Voir l’exemple lillois dans Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, chapitre 2 sur les gigantesques travaux du quartier latin lillois entrepris par le maire Géry Legrand.

22 L’œuvre de modernisation des structures internes des facultés est extrêmement importante et touche tous les aspects de la vie universitaire : administration des facultés, inscription des étudiants, organisation des examens, définition des règles financières, rapprochement avec les autres facultés du même ressort académique en vue de créer une Université. Les quatre derniers tomes de l’œuvre monumentale d’A. de Beauchamp, Recueils des lois et règlements sur l’Enseignement supérieur, en témoignent. Recensant les lois, les décrets, les arrêtés et les multiples circulaires qui réorganisent le monde universitaire français entre 1884 et 1914, ces quatre derniers tomes ne comptent pas moins de 3600 pages. Voir par exemple, le décret du 28 décembre 1885 qui définit pour plus de 80 ans, le fonctionnement administratif des facultés avec l’existence d’un conseil général des facultés (titre I), embryon du futur conseil de l’université, du conseil (titre II) et de l’assemblée (titre III) de la faculté et l’élection d’un doyen (titre IV). L’œuvre est aussi fondamentale en ce qui concerne les examens avec une réforme et une spécialisation progressive de la licence ès lettres, la redéfinition souvent hésitante des épreuves des diverses agrégations, la création d’un diplôme d’études supérieures.

23 Voir le Livret étudiant de l’année 1913-1914 et l’Annuaire statistique du département du Nord, tome 1914.

24 Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1910, « Facultés des lettres des Universités françaises : liste des chaires et des enseignements créés par l’État et par les universités de 1904 à 1910 », p. 107-108.

25 Annuaire national, tome 1914, (p. 962 et suivantes pour la province ; p. 1698 et suivantes pour Paris). La spécialisation disciplinaire y est ici très poussée. Tandis que dans les facultés de province, la philosophie par exemple se résume le plus souvent à deux postes (une chaire et une maîtrise de conférences), la faculté de Paris propose, par exemple, huit enseignants différents pour cette seule discipline : Séailles (philosophie générale), Delbos (psychologie et histoire de la philosophie), Dumas (psychologie expérimentale), Levy-Bruhl (histoire de la philosophie moderne), Milhaud (histoire de la philosophie dans ses rapports avec les sciences), Delacroix (maître de conférences de philosophie), Brunschvig (idem) et Robin (chargé de cours). C’est encore plus vrai en histoire et en géographie où les spécialisations sont très poussées avec seize chaires et de très nombreuses conférences complémentaires. L’unique chaire de géographie des facultés provinciales est ici entourée d’enseignements complémentaires et la seule géographie possède trois chaires : géographie générale (Vidal de la Blache), géographie coloniale (Dubois) et géographie et topographie (Gallois).

26 Annuaire statistique de la France, tome 1914, p. 33-35. Voir aussi Enquêtes et documents relatifs à l’Enseignement supérieur, Rapports des conseils des universités pour l’année 1911-1912, Paris, Imprimerie Nationale, 1913, 402 p. D’après ce document, la faculté des lettres de Paris, en 1911-1912, compte 79 enseignants (36 professeurs titulaires, 12 professeurs adjoints, 20 chargés de cours, 11 maîtres de conférences) pour 3 221 étudiants inscrits. La faculté des Lettres d’Aix compte à la même date, 33 étudiants, celle de Besançon, 119. La faculté des Lettres de Grenoble en compte 612 et celle de Lyon 414.

27 Pour plus de détails, voir Jean-François Condette, Une faculté dans l’Histoire..., op. cit., p. 127 et suivantes.

28 Voir Pierre Pierrard, « Lille ville allemande » dans Collectif, 1914-1918, Mourir pour la patrie, Paris, Seuil, 1992, p. 242-254 ; Robert Vandenbussche, « Lille et la Guerre », dans Louis Trenard et Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire de Lille, tome 4, Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle, Paris, Perrin, 1999, chapitre 7, p. 179-203 ; Jean-François Condette, « L’Université de Lille dans la Première Guerre mondiale (1914-1918), Institut d’Histoire des conflits contemporains, Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, n° 197, mars 2000, p. 83-102.

29 Voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire... op. cit., chapitre 8 : « La faculté et la Première Guerre mondiale », p. 221-262. On compte 22 étudiants à la faculté en 1915-1916 et 101 en 1917-1918.

30 Annuaire statistique de la France, tome 1939, p. 29 et suivantes, tableaux récapitulatifs.

31 Arch. dép. Nord, 2 T 950, Motion des enseignants du 24 avril 1934.


32 Annuaire statistique du département du Nord, tome 1939 et Le livret étudiant de la même année.

33 Bulletin des Lois, n° 185 ; décret impérial portant organisation de l’Université du 17 mars 1808, p. 145-171.

34 Bulletin des Lois, n° 217 ; décret impérial sur l’organisation des académies du 22 août 1854, p. 352.

35 Idem, p. 352.


36 Georges Amestoy, Les Universités françaises, Éducation et gestion, Montpellier, Impression universitaire, 1968, p. 281.


37 Ce conseil, composé exclusivement des professeurs titulaires de chaires et des professeurs à titre personnel, est « le conseil des notables ». Il accepte les dons et les legs, fixe l’emploi des revenus, discute puis vote le budget et les comptes administratifs proposés par le doyen. Il donne son avis sur la déclaration de vacance de chaire, présente une liste de candidat pour chaque chaire vacante. Il s’assure de l’application des règlements dans la faculté, de l’assiduité des étudiants.

38 Les assistants sont créés dans les facultés des lettres par le décret du 13 mai 1942 ; les maîtres assistants apparaissent avec le décret du 26 septembre 1960. À la faculté des lettres de Lille, pour l’année 1968-1969, le personnel enseignant global comprend désormais plus de 300 personnes : 23 professeurs, 7 maîtres de conférences, 85 maîtres-assistants, 111 assistants et 105 chargés de cours et conférences. Il y a aussi 18 lecteurs de langues vivantes. C’est donc par la multiplication des fonctions inférieures, que l’État répond à la vague démographique. Ces personnels moins titrés assurent alors une grande part du travail quotidien de l’institution, mais sont exclus des rouages décisionnels, hérités de la fin du XIXe siècle. Il y a ici l’une des causes profondes des événements de mai-juin 1968 où l’on verra souvent les enseignants les plus jeunes soutenir, dans l’université, le mouvement de révolte. (Voir Jean-François Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974, thèse de doctorat, ANRT Septentrion, 1997, tome 3 sur les années 1945-1974, p. 813-1276).

39 Voir A. de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’Enseignement supérieur, Paris, A Delalain, tome 3, p. 166 et suivantes (arrêté du 5 novembre 1877 et rapport annexé du député Bardoux).

40 Idem, rapport du député Bardoux, p. 167. Le Ministère, dans une longue instruction générale relative aux conférences dans les facultés, datée du 20 mars 1878 et adressée aux recteurs d’académie, revient sur cette création et leur demande d’être très vigilants dans le choix des candidats et dans le contrôle des conférences organisées qui ne doivent pas se transformer en conférences publiques. « La partie la plus solide de l’enseignement réside dans ces conférences faites à huis clos et réservées à la préparation des candidats aux grades. C’est donc à développer les conférences que nous devons appliquer tous nos efforts, en tenant la main à ce qu’elles conservent rigoureusement le caractère intime [...] sans que nulle part il soit permis d’y substituer des leçons publiques ». La suite de l’instruction définit ensuite les deux types de maîtrises de conférences. Les maîtres de conférences adjoints aux chaires reprennent les enseignements du professeur pour les compléter et aborder certains points précis que ce dernier n’a pas eus le temps de développer. Le second type est constitué de maîtrises de conférences plus indépendantes qui viennent enrichir, par leur spécialité nouvelle, l’enseignement de la faculté ; ce sont en quelque sorte des « chaires en expérience » (p. 183). La fin de l’instruction définit ensuite les modalités du recrutement qui ne doivent pas être une occasion de cumul de poste mais bien la mise en place d’un cursus progressif. « Ces emplois n’ont été aucunement créés pour favoriser un nouveau cumul mais tout au contraire, pour assurer une carrière de début aux jeunes hommes que leurs aptitudes dirigent vers l’enseignement des Facultés et qui ne pouvaient espérer y prendre place qu’après une attente qui, trop longue, décourageait leur vocation ».

41 Voir la communication de Françoise Mayeur, « L’évolution des corps universitaires de 1877 à 1968 » dans Christophe Charle et Régine Ferré, Le personnel de l’Enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Actes du colloque de l’IHMC et de l’EHESS, 25 et 26 juin 1984, Paris, CNRS, 1985, p. 11-28.

42 Idem, p. 15.


43 Ibidem, p. 16.


44 Annuaire statistique du département du Nord, tomes 1879, puis 1880.

45 Arch. dép. Nord, VM 146174, Procès-verbaux des réunions de l’assemblée, séance du 1er avril 1938.

46 Voir Jean-François Condette, Georges Lefèvre et la science de l’Éducation, Caen, CERSE, Les Sciences de l’Éducation pour l’Ère Nouvelle : Revue internationale, n° 1, 2001, p. 83-118.

47 Voir Jean-François Condette, « Le développement des études d’histoire-géographie à la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1914 », Revue du Nord, n° 330, avril-juin 1999, p. 329-366. Les séquences d’histoire-géographie dans les emplois du temps sont 12 en 1890-1891 sur un total de 48 (25 %). En 1913-1914, il y a désormais 27 séquences sur 67 soit 40,29 %.

48 Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), Toulouse, Privat, 1976, 605 p. ; Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia, Les courants historiques en France XIXe-XXe siècle, Paris, Armand, Colin, 1999, 332 p. ; Guy Bourdé et Hervé Martin, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983, 341 p. Pour la géographie, voir Vincent Berdoulay, La formation de l’École française de géographie, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, 253 p.

49 Marie-Claude Genet-Delacroix, « L’enseignement supérieur de l’histoire de l’art » dans Christophe Charle et Régine Ferré (dir.), Le personnel de l’Enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, CNRS, 1985, p. 79-107.

50 Philippe Marchand, « L’Enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Lille et son insertion dans le milieu local (1890-1914) » dans Robert Vandenbussche (éd.), Cent ans d’Université lilloise, Lille, CRHEN-O, 2000, p. 121-133.

51 Voir Achille Luchaire, « Les enseignements d’intérêt local dans les facultés des Lettres de province », Revue Internationale de l’Enseignement, année 1892, tome 1, p. 521-534.

52 Voir la thèse de Jacqueline Gautherin, La formation d’une discipline universitaire : la Science de l’Éducation : 1880-1914 : Essai d’histoire sociale, Université de Paris V, 1991, 2 tomes, 714 p.

53 Voir Jean-François Condette, « Georges Lefèvre et la Science de l’Éducation », Les Sciences de l’Éducation pour l’ère nouvelle : revue internationale ; CERSE, Caen, volume 33, n° 3, 2000, p. 83-118.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : L’évolution des effectifs enseignants à la faculté de 1870 à 1940
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/93/img-1.png
Fichier image/png, 113k
Titre Graphique 2 : L’évolution des effectifs étudiants à la faculté de 1869 à 1940
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/93/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Titre Graphique 3 : Les catégories enseignantes à la Faculté pour quelques années-repères
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/93/img-3.png
Fichier image/png, 45k
Titre Graphique 4 : La répartition du personnel enseignant par grandes disciplines pour quelques années repères
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/93/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Chapitre I - « Le petit monde » des enseignants littéraires lillois », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 13-39.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Chapitre I - « Le petit monde » des enseignants littéraires lillois », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hleno.revues.org/93

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org