Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Première partie

Chapitre 2 – La microsociété enseignante et ses caractéristiques

p. 41-56

Texte intégral

  • 1 Voir les analyses de Jean-François Sirinelli, « Des boursiers conquérants : École et promotion répu (...)
  • 2 Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 106.

1Cette cohérence du groupe, facilitée par le petit nombre des enseignants, est renforcée par l’appartenance à un même milieu social d’origine qui puise largement dans les classes moyennes de la nation ou dans la frange supérieure du peuple et par des comportements démographiques assez proches qui permettent la création d’une sorte de microsociété très ritualisée. Il est ici intéressant de pouvoir analyser de façon précise les origines sociales des quatre-vingt-onze enseignants titulaires de la faculté afin de mesurer, par une étude de cas provinciale, le degré réel de fluidité de la société française sous la Troisième République alors que ses dirigeants ne cessent de chanter les louanges du régime et la réalité de la méritocratie, chacun pouvant en théorie accéder aux plus hautes fonctions par la seule vertu de son travail et de ses capacités. À ce niveau, la figure du boursier conquérant est extrêmement symbolique qui montre la trajectoire sociale d’un enfant du peuple accédant aux fonctions dirigeantes grâce à la fois à l’aide de l’État (la bourse) et à l’École, investie dès lors d’une mission de promotion sociale fondamentale. Condamné par les uns1 en tant que destructeur de l’équilibre social, de la santé morale et des valeurs traditionnelles de la Nation par la fabrication de « déracinés », le boursier est par contre célébré par d’autres comme le « bon levain »2, comme l’incarnation vivante du progrès social par l’éducation. L’examen de la petite république des lettrés que forme le personnel de la faculté de Douai puis de Lille permet-il de visualiser cette ouverture sociale par l’École ou doit-on, au contraire, conclure à la force de la consanguinité sociale des élites universitaires septentrionales ?

L’importance de l’autorecrutement au sein de la fonction publique

2Il ne s’agit ici que d’une ébauche partielle de la reconstitution des trajectoires sociales des familles de nos enseignants titulaires. Nous nous sommes en effet intéressé uniquement à la profession du père de l’enseignant à la date de la naissance de ce dernier, en négligeant l’étude des alliances matrimoniales par le mariage et le milieu social d’origine de la mère. Dans le même temps, nous n’avons pas tenu compte, le plus souvent, de l’aspect évolutif des carrières des pères qui, entre le moment de la naissance de leur fils et leur départ à la retraite, peuvent aussi avoir connu une réelle promotion professionnelle ou parfois une dégradation de leur position sociale. L’étude, pour plus de pertinence, aurait également dû parcourir une dimension intergénérationnelle plus large, par la prise en compte du devenir social et professionnel des enfants de nos enseignants afin de mesurer, sur trois générations, la réalité de la promotion sociale et ses différents paliers. Il pourrait s’agir là d’un champ de recherche passionnant mais qui dépasse le cadre de cette enquête plus générale. La reconstitution des professions des pères, basée sur les notices biographiques et les dossiers de fonctionnaires (souvent lacunaires à ce sujet) a été rendue possible par un recours systématique aux services d’État civil qui ont le plus souvent accepté de répondre à nos multiples courriers et nous ont envoyé les déclarations de naissance ou de décès.

  • 3 Nous avons 91 enseignants titulaires, mais les documents d’État civil concernant Médéric Dufour ne (...)
  • 4 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 213 : « un (...)

3L’étude des quatre-vingt-dix professions retrouvées pour les pères des enseignants de la faculté3 montre assez nettement la réalité de cette promotion sociale par l’École sous la Troisième République mais aussi son aspect très sélectif. Les « ascenseurs sociaux n’ont que des portes très étroites »4 qui favorisent d’abord les enfants du sérail. Quatre milieux privilégiés de recrutement semblent en fait se dégager de l’examen des données qui confirment surtout la réalité de l’autorecrutement au sein des milieux professionnels liés à la fonction publique et à l’enseignement, même s’il faut reconnaître une ouverture certaine aux classes moyennes, issues de l’univers de la boutique et du commerce. La moitié des familles de nos enseignants lillois (45 sur 90) travaillent au sein des divers rouages de l’État avec une domination fort importante des personnels de l’Instruction publique.

La pépinière de l’Instruction publique

  • 5 Voir les résultats de la passionnante enquête menée à partir des années soixante par Jacques et Mon (...)
  • 6 Voir les travaux de Gérard Vincent sur les professeurs du secondaire en particulier : Les professeu (...)

4Ils sont ainsi vingt-trois (25,5 %) à avoir un père qui est déjà employé comme titulaire dans l’enseignement en qualité de professeur de collèges ou de lycées (9 cas) ou dans l’administration (7 cas : quatre chefs d’établissement, trois économes, un inspecteur d’académie). Les fils d’instituteurs ne sont que quatre tandis que les « héritiers » ayant déjà un père dans l’enseignement supérieur sont trois (Maurain, Constant et Hillebrand). Il y a donc bien promotion mais celle-ci reste très étroitement encadrée. Ce sont les fils des possesseurs de diplômes (bacheliers, licenciés ou même agrégés) qui réussissent le mieux à intégrer l’université, partageant un certain nombre de valeurs communes et connaissant le fonctionnement du monde de l’Instruction publique. Déjà détenteurs d’une culture classique par leur passage dans les collèges et souvent dans les lycées, les pères veulent pour leurs fils, une poursuite de la promotion sociale et les inscrivent dans les établissements les plus réputés. Il y a donc ici ouverture mais ouverture sur soi et sur le même monde de l’Instruction publique. Les fils d’instituteurs, disposant de moins de ressources, souvent plus isolés dans les campagnes sont davantage pénalisés. Pour eux, la promotion se fait souvent sur trois générations et reste incomplète. Le grand-père agriculteur réussit à faire de son fils un instituteur de village5 qui lui-même, par l’entrée du fils dans les collèges et les lycées de la république6, en fait un professeur du secondaire. La trajectoire est par contre plus rapide et semble-t-il plus facile pour les enfants des personnels du secondaire qui ont déjà un référent culturel très proche des milieux universitaires et n’ont plus qu’un étage du cursus à franchir. Plus on monte dans la hiérarchie de l’Instruction publique, plus le pourcentage des fils du sérail semble ainsi s’imposer. Si 15 % des instituteurs et institutrices interrogés par Jacques et Mona Ozouf sont enfants d’enseignants (surtout instituteurs), ils sont 21,2 % selon Gérard Vincent dans l’enseignement secondaire au début du XXe siècle et 25,5 % à la faculté lilloise pour l’ensemble de la Troisième République. Le processus d’érosion différentielle et de sursélection finit donc par tourner à l’avantage des familles qui connaissent le mieux le système éducatif et possèdent déjà un important héritage culturel.

  • 7 Arch. dép. Nord, 2 T 822, Concours des bourses de l’année 1894.
  • 8 Claude Lelièvre, « Bourses, méritocratie et politique(s) scolaire(s) dans la Somme », dans Revue fr (...)
  • 9 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle ; Paris, Seuil, 1991, p. 338.

5Il faut signaler aussi que l’obtention d’une bourse d’études dans le Supérieur, à l’époque, est conditionnée par la réussite à un concours particulièrement difficile où il faut obligatoirement obtenir les premières places. En 1894, par exemple7, la faculté lilloise organise les épreuves pour l’obtention des bourses de licence. Les épreuves débutent le 2 juillet et se décomposent en une composition latine de six heures, une composition française de six heures, une explication d’un auteur grec puis latin puis français et se terminent par une épreuve optionnelle selon la licence projetée. Cette année-là, seize candidats composent jusqu’au bout et les deux premiers lauréats obtiennent un total de 103 et 90 points sur 140. Après délibération, la faculté propose les sept premiers de la liste pour une bourse de licence. On comprend dès lors que l’accès à la fonction enseignante, surtout dans les facultés, pour les milieux populaires, non-détenteurs de la culture classique nécessaire, tourne à une perpétuelle course d’obstacles qui élimine la plupart des candidats. À ce niveau, les fils d’instituteurs, de chefs d’établissement, d’économes ou surtout d’enseignants du secondaire, ont beaucoup plus de chances de réussir à intégrer les facultés pour y faire de bonnes études puis tenter d’y demeurer en tant qu’enseignants. L’étude de Claude Lelièvre, consacrée au département de la Somme montre par exemple que 63 % des boursiers du lycée sont fils d’enseignants ou de fonctionnaires contre 29 % fils d’ouvriers, d’artisans d’employés ou d’agriculteurs8. « La méritocratie théorique dont se réclame la République est donc dès l’origine fortement biaisée. Le mythe du boursier a beau prendre son essor à cette époque, les bénéficiaires de bourses, même sans fortune, ne sont pas sélectionnés uniquement sur des critères scolaires [...]. L’État avantage donc sciemment la mobilité (ou la reproduction sociale) de ses serviteurs »9.

Les autres employés de l’État et du monde judiciaire

  • 10 Idem, p. 194.

6Si un quart des enseignants de la Faculté ont un père salarié de l’Instruction Publique, une proportion équivalente est encore liée à l’État par son métier. La croissance massive du nombre de ces employés tient en effet à « l’apparition de nouvelles fonctions de l’État : l’État éducateur, l’État unificateur de la nation par les postes, les télégraphes et téléphones, les routes et la conscription universelle, l’État colonisateur, l’État protecteur de l’économie et, timidement de la société »10. Si les effectifs employés par le ministère de l’Instruction publique passent de 47 509 personnes en 1858 à 120 988 en 1896, ceux des postes passent aux mêmes dates de 27 486 unités à 67 949. Ils sont ainsi vingt-deux à la faculté (24,4 % du total) à avoir un père travaillant pour l’État en dehors de l’enseignement. Albert Demangeon et Jules Flammermont ont un père gendarme ; le père d’Édouard Ardaillon (capitaine de spahis), celui d’Henri Bornecque (chef de bataillon), d’André Chevrillon (officier de marine), d’Émile Courdaveaux (garde-magasin dans l’armée impériale) et de Charles Petit Dutaillis (médecin chef dans la marine) sont militaires de carrière avec souvent un grade d’officier supérieur.

7Ils sont dix à occuper des postes très divers dans l’appareil d’État. Le père d’Henri Henne est ingénieur des travaux publics, celui d’Achille Bertrand et de Ferdinand Colincamp travaille à la poste tandis que les autres occupent des emplois intermédiaires dans les services spécialisés de l’État. Le père d’Henri Gibert est ainsi employé de bureau à l’administration forestière ou celui d’André Moret, inspecteur des douanes. Abel Desjardins est le fils d’un chef de bureau au ministère de la Guerre et André Cordier, celui d’un commis des contributions indirectes. Pour ces familles très liées au service de l’État, nous retrouvons les mêmes valeurs et les mêmes volontés de promotion sociale par le collège, le lycée puis les études supérieures. Quatre enseignants enfin ont un père qui travaille dans le secteur de la justice en tant qu’avoué (Haumant, Langlois), greffier de justice de paix (Dion) ou avocat (Merlin). Le référent culturel de ces familles, sans être toujours aussi développé que pour les fils d’enseignants, permet encore d’accéder à l’enseignement classique d’y réussir et d’espérer une bourse d’études pour les meilleurs à leur entrée dans le supérieur.

L’importance du lien au savoir pour d’autres milieux professionnels

8Il en va de même pour quelques milieux spécifiques qui partagent avec les employés de l’État et les représentants du monde judiciaire, le même culte du savoir, de la promotion par l’École, et exigent dans leur profession, un haut degré de spécialisation, nécessairement conditionné par la poursuite d’études pour le moins secondaires sinon supérieures. Dès lors, le fils ne fait finalement que poursuivre la voix tracée par le père en essayant d’aller plus haut. C’est le cas en particulier des milieux du notariat ou de la médecine. Deux des enseignants de la faculté (Blondel et Préchac) sont les fils de notaires devenus des notables dans leur société provinciale ; deux autres sont fils de clercs de notaire (Delattre et Gouhier). Les notions essentielles du droit sont donc connues dans la famille qui sait l’importance du savoir tout en disposant des ressources économiques nécessaires pour permettre les études du fils. Ils sont ensuite cinq à être issus des milieux médicaux, possédant les mêmes caractéristiques ; deux sont fils de médecins (Gaillard et Jankelevich) et trois fils de pharmaciens (Cons, Espinas et Jardé). On peut aussi intégrer à ces catégories nécessairement proches des milieux détenteurs du « savoir », les deux enseignants dont le père fut ingénieur des mines, à savoir Maurice Braure et Pierre Jouguet. Dès lors, si l’on additionne les milieux de l’Instruction publique (25,5 %) et ceux des autres employés de l’État ou du monde de la justice (24,4 %), c’est ainsi la moitié des enseignants de la faculté qui sont originaires de ces milieux professionnels spécifiques. En intégrant à ces chiffres, les diverses professions qui exigent un degré élevé de savoir théorique (pharmaciens, médecins, ingénieurs des mines, notaires, clercs de notaire, conférenciers et pasteurs) soit treize individualités (14,4 %), nous arrivons alors à 64,4 % des cas où la famille possédait un certain niveau de culture et une bonne connaissance soit des rouages de l’État soit du monde de l’Enseignement.

Une ouverture sociale réelle mais contrôlée

9Un examen attentif des données montre cependant qu’il serait erroné d’en conclure à la seule « reproduction » des élites au sein d’une sorte de caste étatique. Une partie non négligeable des enseignants de la faculté a en effet un père qui travaille dans les milieux du commerce et de l’artisanat sinon dans la frange supérieure des milieux populaires, signe d’une réelle mais difficile promotion sociale par l’École.

L’importance des classes moyennes liées au commerce

10Ils sont douze (13,3 %) à appartenir, par la profession de leur père, aux milieux du commerce et de l’industrie mais il n’y a pas de liens privilégiés, bien au contraire, entre le monde des affaires et l’université. Dans une région où les grands patrons du textile et du négoce sont si puissants, leur absence dans les cadres enseignants de la faculté est à relever. On peut donc appliquer au personnel de la faculté des lettres de Lille, la remarque faite par Christophe Charle, s’appuyant sur les travaux de G. Vincent, Paul Gerbod et Victor Karady à propos des enseignants du secondaire :

  • 11 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, op. cit., p. 212.

« En 1877, comme pour les enseignants exerçant entre 1900 et 1914, les deux milieux dont sont issus le plus de professeurs sont ceux de l’artisanat et du commerce ; les fils d’employés, de professeurs ou d’instituteurs arrivent en second rang. En revanche, les groupes supérieurs de la bourgeoisie n’orientent guère leurs enfants vers l’enseignement des lycées et collèges car cette profession représente pour eux une baisse de statut social ou de niveau de rémunération »11.

Tableau récapitulatif des origines professionnelles du père de l’enseignant lillois

Personnels de l’Instruction Publique

23

25,5 %

- Instituteurs

4

- Enseignants du secondaire

9

- Enseignants du supérieur

3

- Administration de l’Instruction publique

7

Autres employés de l’État et du monde la justice

22

24,4 %

- Gendarmes

2

- Militaires de carrière

5

- Monde de la justice

4

- Ingénieurs des travaux publics

1

- Autres (administrations diverses…)

10

dont services des postes

2

dont services des impôts

2

dont douanes

2

dont autres services de l’administration

4

Monde du notariat

4

4,4 %

- Notaires

2

- Clercs de notaires

2

Monde du commerce et de l’industrie

12

13,3 %

- Industriels-fabricants

2

- Négociants

1

- Employés dans une maison de commerce

6

- Marchands brasseurs

1

- Commerçants-boutiquiers

2

Monde médical

5

5,5 %

- Pharmaciens

3

- Médecins

2

Autres

6

6,6 %

- Pasteurs protestants

1

- Conférenciers (sans précision)

1

- Ingénieurs des mines

2

- Employés des chemins de fer

1

- Aubergistes

1

Monde rural

4

4.4 %

- Propriétaires exploitants

3

- Journaliers

1

Milieux plus populaires des ouvriers et artisans

14

15.5 %

- Fondeurs

1

- Potiers

1

- Tricoteurs

1

- Maîtres-plafonniers ou maîtres-menuisiers

2

- Pendulistes

1

- Gantiers

1

- Boulangers

1

- Tailleurs d’habits

2

- Cordonniers

1

- Maçons

1

- Tanneurs

1

- Tailleurs de pierre

1

11Seuls Maxime Herman et Paul Guiraud sont originaires de ces milieux. Le premier est le fils d’un industriel nordiste réputé, domicilié à Haubourdin. Le second par contre ne connaît pas l’aisance d’une situation confortable. Son père, d’abord instituteur puis comptable dans une entreprise, a ensuite voulu se lancer dans les affaires en reprenant une entreprise de fabrication des draps. Engloutissant les économies de la famille, il connaît ensuite la ruine de ses affaires.

12Il semble par contre que le milieu des classes moyennes de petits et moyens commerçants, des courtiers et des agents de change soit plus représenté. C’est ainsi que Georges Ascoli, Jules Derocquigny, Paul Dupont, François Benoit, Alfred Ernout et Philippe Sagnac sont les fils de commis de change ou de représentants de commerce. Étienne Gilson a un père qui est bonnetier et qui tient une boutique ; Isidore Levy est lui aussi issu de ce milieu des commerçants, tout comme Henri Potez dont le père est marchand-brasseur dans le Pas-de-Calais. Ces milieux de classes moyennes, conscients de l’importance fondamentale de la réussite scolaire, acceptent dès lors de faire de lourds sacrifices financiers pour permettre au fils de poursuivre de brillantes études dans les établissements de renom. L’entrée dans le personnel de l’Instruction publique, par le biais de son enseignement supérieur, constitue pour ces familles, un réel signe de promotion sociale en même temps qu’une garantie de l’emploi. Détentrices d’un petit capital financier et d’un bagage culturel minimal mais nécessaire, ces groupes professionnels peuvent encore avoir accès, au prix d’importants sacrifices, au monde des lycées puis des facultés.

« Les Fils du peuple »

  • 12 Archives nationales ; F17 24471, dossier Louis André, dossier de bourse de licence pour 1888.
  • 13 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p. 115 et suivantes ; Arch. dép. N (...)

13Incarnations de la méritocratie tant célébrée par la République, ils sont quatorze (15,5 % du total) à être originaires de milieux plus populaires même s’il faut noter ici, pour la plupart, une ouverture somme toute limitée, ces familles appartenant souvent déjà aux franges supérieures du peuple par la possession d’un certain savoir-faire professionnel ou d’un atelier familial. Le père de Louis André est potier, « maître faïencier qui tient son magasin » dans le Midi mais son dossier de bourse de licence à la faculté des lettres d’Aix en 1888 signale que « la famille est très éprouvée par la crise commerciale »12 et ne dispose plus d’économies. Boursier de licence puis d’agrégation, il est ensuite obligé de prendre un poste dans l’Instruction publique pour subvenir à ses besoins et se retrouve dès 1887 répétiteur au lycée d’Aix puis de Marseille. Antoine Vacher est le fils d’un tailleur de l’Allier qui connaît de gros soucis financiers. Boursier d’honneur du lycée de Lyon, boursier à Henri IV, il réussit le concours de l’École normale supérieure mais continue, pendant ses années passées rue d’Ulm, à travailler l’été dans les exploitations agricoles ou à donner des leçons pour rembourser une partie des hypothèques familiales13. La famille d’Auguste Angellier connaît, elle aussi, bien des soucis financiers. Fils d’un maître-plafonnier très tôt décédé, il est envoyé en 1866 comme pensionnaire au lycée Louis-le-Grand par sa mère qui travaille dur pour lui payer ses études. Considéré comme « tête de turc » par le censeur de l’établissement après une révolte des internes, il est exclu en 1869, entre l’écrit et l’oral du concours de l’École normale supérieure. Il doit alors renoncer à ses projets de carrière et prendre un poste de maître d’internat dans un pensionnat anglais avant de revenir en France comme répétiteur au lycée Charlemagne.

  • 14 Archives nationales, F17 26769 ; dossier personnel du fonctionnaire.

14Les parcours de Guillaume-Fernand Allègre (dont le père est fondeur), d’André Bossert (tricoteur), d’Edmond Bailly (penduliste), de Raymond Las-Vergnas (gantier), de Léon Moy (tailleur), d’Alexandre de Saint-Léger (maître-menuisier), d’Émile Thomas (tanneur) ou de Georges Lefèvre (tailleur d’habits) ont le même profil qui reste marqué, dans les premières années du cursus scolaire, par une précarité certaine, source de bien des incertitudes. Les études du fils deviennent dès lors l’un des objectifs prioritaires de la famille qui réduit par ailleurs son train de vie et voit en l’école la seule possibilité de promotion sociale pour les siens. La porte reste assurément très étroite et seuls les plus persévérants, les plus méritants mais aussi parfois les plus chanceux réussissent à accomplir la trajectoire dans sa totalité, la nomination comme professeur du supérieur apparaissant alors comme une promotion considérable. Né le 29 octobre 1862 à Laon (Aisne), Georges Lefèvre est le « fils d’un tailleur d’habit sans fortune »14 qui, après être passé par diverses institutions religieuses de Laon et de Saint-Quentin, devient boursier de licence à la faculté des lettres de Douai en 1882-1883 puis boursier d’agrégation de philosophie en 1883-1885. Le faible montant de sa bourse l’oblige d’ailleurs à entrer dans l’Instruction publique comme suppléant au collège de Dunkerque (avril à octobre 1882) puis comme maître auxiliaire au lycée de Douai (novembre 1882-octobre 1885). Agrégé de philosophie en 1887 puis docteur ès lettres en 1894, il est nommé maître de conférences puis professeur titulaire avant d’être élu par ses pairs, six fois de suite, doyen de la faculté entre 1906 et 1929. Il incarne donc lui aussi cette république des boursiers et des bons élèves qui réussit à force de sacrifices et de travail à intégrer le milieu enseignant des facultés. Il devait d’ailleurs garder de ses origines, le souci constant d’ouvrir la faculté aux maîtres du primaire et du secondaire, en vue de leur promotion professionnelle par la mise en place de formations complémentaires destinées à la préparation de concours internes à l’Instruction publique, au sein de l’institut pédagogique.

Quelques figures emblématiques de la promotion sociale

15Pour quelques enseignants de la faculté, leur histoire de vie tient de l’épreuve de force ou « du miracle scolaire » et incarne réellement la possibilité, certes statistiquement limitée, mais bien réelle, d’une promotion sociale par la réussite à l’école.

  • 15 Archives nationales, F17 24818 ; dossier personnel de Léon Mis.


16Léon Mis est ainsi le fils d’un petit boulanger de l’Ariège qui ne dispose pas d’une clientèle fort importante, sa mère complétant les ressources de la famille en faisant des ménages chez les familles bourgeoises de la ville. Repéré pour ses capacités intellectuelles par son instituteur, il est dirigé vers le lycée de Foix où on lui attribue une bourse en 1887. Bachelier ès lettres, il est ensuite boursier de licence à la faculté des lettres de Toulouse pendant deux années (1894-1896) puis boursier d’agrégation à la faculté de Nancy en 1897-1899. Il ne peut cependant consacrer beaucoup de temps à la préparation du concours et se résigne à passer le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire dans les bibliothèques universitaires, certificat qu’il obtient en 1897. Dès lors, salarié à temps plein, il peut subvenir à ses besoins et reprend ses études. Il est sous-bibliothécaire à la Bibliothèque universitaire de Lille lorsqu’il obtient l’agrégation d’allemand en 1906 à l’âge de 33 ans. Professeur en lycée, il soutient ensuite avec brio, sa thèse de doctorat ès lettres à Lille en 1922 (49 ans) puis devient titulaire de la maîtrise de conférences avant d’être nommé professeur de langue et littérature allemandes15.

17Claude Perroud connaît un parcours plus rapide grâce à son entrée à l’École normale supérieure mais vit les mêmes difficultés de départ. Né le 28 février 1839 à Villefranche-sur-Saône (Rhône), il est le fils d’un cordonnier républicain qui perd sa clientèle à cause de son engagement politique lors des événements de 1848 :

  • 16 Revue universitaire, tome 1928, p. 194.

« Mon père était illettré ; il savait seulement lire et écrire son nom. Ma mère (Marie Boisson), un peu plus instruite, voulait que ses enfants en sussent plus long [...]. Je vois encore mon père et ses amis chantant des chansons contre Louis-Philippe et contre Guizot. Mon père était républicain, même avant la République »16.

  • 17 Revue universitaire, tome 1929, p. 140.

  • 18 Archives nationales, F17 22083 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p (...)

18Repéré par ses maîtres pour ses capacités intellectuelles et ses bons résultats, il finit premier du concours des bourses et devient interne au lycée de Mâcon (1851-1856). Mais la seule bourse ne peut suffire à payer l’important trousseau réglementaire qu’il convient à l’époque d’avoir en lycée et la famille est obligée de se sacrifier, tout en usant de ses relations politiques pour trouver les sommes nécessaires. À la mort de son père en 1855, la famille doit entre 600 et 700 francs (dettes diverses) et tous les membres sont mis à contribution. Sa mère devient raccommodeuse et ses sœurs travaillent, l’une dans une institution scolaire l’autre comme repasseuse ; Claude Perroud, quant à lui, donne des cours pendant les vacances ou travaille dans les vignobles. Boursier au lycée Louis-le-Grand, il est admis au premier rang à l’École normale supérieure en 1857. Licencié ès lettres en 1859, il est ensuite chargé de cours d’histoire au lycée du Puy (octobre 1860-octobre 1863) puis se met en congé de novembre 1863 à octobre 1864 pour préparer l’agrégation. Il occupe alors les fonctions de précepteur chez un riche fabricant de dentelles. Agrégé d’histoire en 1864, il est déclaré docteur en Sorbonne, le 4 juin 1881. « La soutenance dura de neuf heures du matin à quatre heures du soir avec un intervalle de trois-quarts d’heures pour déjeuner »17. Longtemps professeur en lycée, il est ensuite nommé maître de conférences à Douai en octobre 1880 puis dirige l’académie de Toulouse en tant que recteur pendant vingt-sept années18.

19L’exemple le plus emblématique de cette promotion par l’école reste cependant celui d’Auguste Pinloche. Né à Paris, en 1856, il est le fils d’un ouvrier maçon sans fortune et d’une mère brunisseuse.

  • 19 Association philotechnique, Une page d’histoire philotechnique et sociale, 1935, 20 p.

« Il s’est hissé jusqu’aux plus hauts échelons d’une carrière à laquelle rien ne le destinait par sa naissance. La truelle de maçon que son père rêvait de lui léguer, s’est, entre ses mains, changée en plume d’écrivain [...]. Représentez-vous donc un chétif gamin jeté, à treize ans, sur le pavé de Paris avec une instruction moins que primaire (n’ayant même pas pu fréquenter l’école communale), sachant tout juste lire, écrire et compter [...] et des parents incapables de le nourrir — le père maçon, ayant été victime d’un grave accident du travail (rupture de la colonne vertébrale) dont il mit quatre ans à mourir, traînant d’hôpital en hôpital [...]- et la mère [...], obligée de suppléer aux secours de misère notoirement insuffisants distribués par l’Assistance publique en faisant des ménages parce que son métier de brunisseuse, détruit par le machinisme, ne la nourrissait plus »19.

  • 20 Archives nationales, F17 23719 ; Association Philotechnique ; Une page d’histoire philotechnique et (...)

20Auguste Pinloche quitte en effet l’école à l’âge de treize ans et se retrouve placé dans une petite boutique de mercerie de la rue Saint-Denis où il travaille quatorze heures par jour et sert de « galopin à tout faire » (nettoyer la boutique, colporter les publicités, livrer les commandes). Il travaille ensuite dans une fabrique de « miroiterie et d’étain en feuilles pour chocolats et pour l’étamage des glaces ». Ce poste lui permet d’être libre à 19 heures et de bénéficier du repos du dimanche et il en profite alors pour suivre les cours du soir de l’Association Philotechnique (créée en 1848) au lycée Charlemagne : « je me jetai comme un affamé sur tous les cours qui me paraissaient à ma portée ». Bachelier ès sciences en 1878 puis ès lettres l’année suivante, il suit avec grand intérêt les cours de langue allemande de la Sorbonne (1880-1883) puis passe avec succès le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’allemand en 1880. Agrégé en 1883, il soutient sa thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 21 mars 1890. Professeur dans le secondaire, il est ensuite nommé chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (1889) puis maître de conférences de langue et littérature allemandes (1890) avant d’occuper la chaire de janvier 1892 à juin 1898. Professeur au lycée Charlemagne à Paris (25 juillet 1898-1908) puis au lycée Michelet (1908-1909), il termine sa carrière comme maître de conférences à l’École polytechnique20. Il est bien évident que nous sommes ici face à une exception, à partir de laquelle on ne doit pas tirer de conclusions trop rapides sur le degré d’ouverture des études supérieures en France sous la Troisième République. Il s’agit d’un cas à la marge, qui, s’il prouve la réalité de la possible promotion sociale par la méritocratie scolaire, ne peut être généralisé.

21Les milieux professionnels issus de l’Instruction publique (23 cas soit 25,5 %) et des autres secteurs de la fonction publique ou de la justice (22 cas soit 24,4 %) fournissent près d’un enseignant sur deux à la faculté des lettres de Douai puis de Lille entre 1870 et 1940 et mettent en avant un système de sélection et de promotion favorisant d’abord les enfants du sérail, à même de se mouvoir dans les méandres des rouages de l’État et partageant la même confiance en l’École. Le vivier fondamental du personnel enseignant de l’institution septentrionale est donc bien chez les employés de l’État républicain. Deux autres milieux professionnels sont ensuite fortement représentés : celui des classes moyennes liées au commerce et accessoirement à l’industrie (12 cas soit 13,3 % du total) et celui des détenteurs d’un savoir spécifique ayant souvent exigé des études secondaires sinon supérieures assez poussées. Les notaires et clercs de notaires (4 cas soit 4,4 %), les médecins et pharmaciens (4 cas soit 5,5 %), le pasteur et l’ingénieur des mines (deux cas soit 2,2 %) partagent tous, même si c’est à des degrés divers, une certaine forme de culture savante qui les rend plus aptes à surmonter les rites de sélection propres au système scolaire et universitaire. Dès lors, l’ensemble de ces milieux professionnels réunis fournissent à la faculté soixante-sept enseignants sur les quatre-vingt-dix cas étudiés soit 74,4 %. Les trois quarts des enseignants sont donc ici de quelques milieux très spécifiques même s’il est vrai que quatorze d’entre eux (15,5 %) peuvent affirmer des origines plus populaires. Il faut enfin noter la très faible présence des origines rurales directes, attestées pour quatre cas, en liaison avec le faible degré de participation de ces milieux socioprofessionnels à la culture savante, essentiellement urbaine, des élites et la quasi-absence des milieux de la haute bourgeoisie, liée au monde des affaires, du négoce, de la grande entreprise.

22Les analyses réalisées par Christophe Charle pour la faculté des lettres de Paris, au-delà des variations inévitables qui tiennent à la différence de rang des facultés comparées, celle de Paris incarnant sans conteste le sommet de la hiérarchie universitaire, renforçant par là même l’effet de sursélection, confirment ce poids des classes moyennes dans le recrutement du personnel enseignant des facultés des lettres. Pour les cent huit individus étudiés dans son premier volume qui couvre la période 1809 à 1908, Christophe Charle note :

  • 21 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, Dictionnaire biographique ; (...)

« Globalement les classes moyennes sont le milieu d’origine des 2/3 des professeurs de la Sorbonne [...]. Toutefois, à l’intérieur de ces catégories, ce sont les familles détenant statutairement un certain capital intellectuel (avocats, médecins, professeurs) ou liés à l’État (fonctionnaires civils et militaires) qui sont les mieux représentées alors que la bourgeoisie économique compte une proportion moindre de pères bien que ses effectifs soient beaucoup plus importants dans la population française. Ceci s’explique essentiellement [...] par la sursélection intellectuelle de la catégorie considérée qui avantage les familles elles-mêmes familières du système universitaire ou qui, statutairement bénéficient de facilités plus grandes pour faire suivre à leurs enfants les études menant aux carrières d’enseignement (bourses, résidence dans les villes possédant un lycée21.

  • 22 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, Dictionnaire biographique ; (...)

23Le monde de l’Instruction publique pris au sens large, depuis le recteur jusqu’à l’appariteur, représente pour la Sorbonne, 20,3 % des origines sociales22. L’ensemble des fonctionnaires de l’État représente environ 33,3 % (un tiers) du total. Il faut cependant noter à Paris une présence plus forte des professions juridiques (6 avocats par exemple) et des fractions intellectuelles présentes en plus grand nombre dans la capitale. Là aussi, l’ouverture sociale existe avec 20,3 % des enseignants qui sont originaires de la petite bourgeoisie et des classes populaires, essentiellement des employés, de petits commerçants, des ouvriers qualifiés et des artisans. La période 1909-1939 n’enregistre ensuite qu’une évolution assez minime.

  • 23 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : Dictionnaire biographique, (...)

« Les classes moyennes ou modestes accentuent leur domination tandis que les classes supérieures [...] déclinent [...]. La bourgeoisie, dans sa définition traditionnelle du XIXe siècle, laisse la place aux fils de fonctionnaires qui passent de 10,5 % entre 1879 et 1908 à 13,1 % entre 1909 et 1929 et 15 % entre 1930 et 1939, aux fils de médecins et d’enseignants (respectivement pour les mêmes dates : 35,0 % 41,5 % et 30,1 %) [...]. Le recrutement se fait de plus en plus au sein des classes moyennes liées à l’État »23.

  • 24 Idem, tableau de synthèse, p. 2 et 3. Les fils de médecins ou de vétérinaires sont désormais six. L (...)

24Pour cette période encore, force est de constater une montée progressive du nombre des boursiers issus de milieux plus modestes. « Toutefois, [...] on constate qu’il s’agit toujours des milieux supérieurs du peuple au sens de Michelet : employés, représentants de commerce, greffiers, artisans qualifiés [...]. La porte reste étroite pour eux et est encore fermée pour les ouvriers, les salariés agricoles ou les petits agriculteurs [...]. Le poids de la culture latine et la clôture de l’enseignement secondaire continuent de faire sentir leurs effets jusqu’avant la guerre ». Les fils de membres de l’Instruction publique forment désormais vingt-huit cas sur les cent six étudiés (26,4 %)24 et l’ensemble des agents de l’État représentent plus de 41,5 % (44 cas) des origines professionnelles des pères. Nous retrouvons donc à Paris les mêmes grandes caractéristiques sociales qu’à Lille avec une domination évidente des groupes sociaux détenant un certain capital intellectuel et étant très liés à l’État. Tout juste peut-on noter une représentation des éléments réellement populaires un peu plus forte à la faculté des lettres de Lille qui est un établissement provincial de rang moins élevé que la Sorbonne. L’entrée dans le personnel enseignant d’une faculté, si elle est possible en province pour certains boursiers très méritants aux origines sociales modestes, ne l’est plus réellement à Paris où la détention des titres et la reconnaissance symbolique des pairs, par le partage de certains rites universitaires, deviennent des éléments déterminants dans le choix des titulaires.

Le monde enseignant et ses caractéristiques familiales

25L’accès à la fonction enseignante dans une faculté représente donc pour le plus grand nombre des individualités étudiées, une victoire sur le passé et le signe tangible d’une promotion sociale acquise au prix d’un labeur acharné. Cette république des lettrés est dès lors une république des très bons élèves qui partagent souvent un même vécu scolaire, fait de places d’honneur, de prix et de concours et défendent une même foi en l’école, base de la promotion sociale. L’homogénéité sociale de départ, acquise par un recrutement endogène au sein des employés de l’État et des classes moyennes, se trouve encore renforcée par le partage d’un certain nombre de comportements démographiques et de valeurs familiales qui transforment cette société enseignante en un milieu très cohérent.

La domination masculine

  • 25 Arch. dép. Nord, 2 T 740, enquête rectorale du 22 février 1908 (82 femmes inscrites à la faculté se (...)
  • 26 Jean-François Condette, Une faculté dans l’histoire : la Faculté des lettres de Lille de 1887 à 194 (...)
  • 27 Voir la communication de Christophe Charle, « Les femmes dans l’enseignement supérieur : Dynamiques (...)
  • 28 Pour l’année 1967-1968, on compte à la faculté des lettres de Lille, 249 enseignants en comptant le (...)

26La république septentrionale des lettrés est tout d’abord un monde presque exclusivement masculin où la femme est exclue du champ professionnel. Si la figure de l’étudiante affirme progressivement sa présence à la faculté des lettres, celle de l’enseignante fait cruellement défaut, signe d’une domination masculine sans partage sur les hautes études. Les étudiantes qui représentent environ 28 % des effectifs de la faculté25 en 1908, en forment 43,9 % en 1938-1939 selon nos calculs26. Mais seules quatre femmes enseignent durablement à la faculté entre 1870 et 1940 devant cependant constamment se contenter de places subalternes et provisoires. Mademoiselle Raison, lauréate du concours masculin de l’agrégation de grammaire (1re en 1912), est ainsi chargée des conférences de littérature française pendant la Première Guerre mondiale ; elle est d’ailleurs rejointe en 1915-1916 par Mademoiselle De Courtray, enseignante au lycée de Belfort, bloquée dans le Nord et qui se charge d’un enseignement complémentaire de langue allemande. Dès 1919 cependant, les deux premières femmes enseignantes de l’institution sont gentiment invitées à regagner leur établissement d’origine, à savoir les lycées de jeunes filles où elles ont leur place traditionnelle. Il faut ensuite attendre l’année 1932 pour voir réapparaître une femme dans l’effectif enseignant. Profitant de mutations rapides des titulaires, Mademoiselle Pélabon, professeur au lycée Fénelon, est chargée d’une conférence de littérature grecque pour 1932-1933 et enseigne à la faculté jusqu’en 1937. La dernière femme à enseigner à la faculté n’est autre que Madame Audra, l’épouse du doyen, née à New-York en 1888 et qui est chargée des travaux pratiques d’anglais à partir de 1937. Les fonctions confiées aux femmes enseignantes sont donc ici constamment temporaires, signes de cette domination sans partage de l’élément masculin dans les facultés littéraires. Il faut, dans les facultés des lettres de province, attendre 1934 pour voir une femme accéder à une chaire, chose qui est faite à la faculté des lettres de Paris en 1947 et au Collège de France en 197327. À La faculté lilloise, les premières figures de femmes titulaires apparaissent en 1948 et 1949 avec les nominations de Jacqueline Beaujeu-Garnier en géographie et de Jacqueline de Romilly en littérature grecque28.

L’importance du milieu familial

  • 29 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris, op. cit., volume I, p. 6.
  • 30 Christophe Charle, Les élites de la République : 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, p. 256 et suivante (...)

27Si la présence de la femme ne semble pas très désirée dans les amphithéâtres et les salles de cours de la faculté, nos enseignants nordistes lui concèdent volontiers une place de choix au sein du domicile conjugal en tant que gardienne des valeurs domestiques et qu’éducatrice de leurs enfants. L’idéal quelque peu monastique du célibat, hérité de l’Université napoléonienne, a en effet tendance à décliner très fortement dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle et la grande majorité des enseignants de la faculté se retrouvent à la tête d’une famille, parfois assez nombreuse, qui les suit au gré de leurs mutations professionnelles. En tenant compte des non-réponses, Christophe Charle parvient, pour la période 1809-1908 à un pourcentage de célibataires parisiens de 12 %. « Le pourcentage de célibataires est assez faible et décroît dans le temps ce qui témoigne d’une assez bonne intégration des professeurs de la Sorbonne dans la société. L’effacement de l’idéal clérical et napoléonien de l’érudit vivant seul pour l’étude et ses élèves disparaît peu à peu »29. Pour la période 1880-1900, il fixe ensuite le pourcentage de célibataires parmi les universitaires parisiens à 9 % environ30.

  • 31 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris, op. cit., volume I, p. 6 et (...)

28Pour la faculté des lettres de Douai puis de Lille sous la Troisième République, nous obtenons, d’après nos recherches dans les services d’État civil, un pourcentage de célibataires de 7,6 % avec sept cas contre quatre-vingt-quatre enseignants mariés (92,3 %). Nous n’avons cependant pas pu analyser de façon systématique les origines sociales de l’épouse pour observer les éventuelles stratégies matrimoniales. Le mariage peut en effet apparaître parfois comme un événement stratégique qui permet à l’enseignant de renforcer son capital intellectuel et scientifique par l’alliance avec une belle-famille déjà très intégrée dans le monde universitaire. Il peut aussi parfois permettre l’accès à un capital économique sinon social ou politique supérieur, bien utile dans la course aux postes. Pour les professeurs de la Sorbonne des années 1809-1908, l’étude de Christophe Charle montre une nette domination du recrutement des épouses au sein des fractions intellectuelles (un quart des épouses) et de la bourgeoisie ou des classes moyennes31. À Lille, il semble bien que la même réalité puisse être mise en avant sans que l’on puisse forcément en conclure à de réelles stratégies matrimoniales. Il faut aussi, à ce niveau, tenir compte du hasard des rencontres et du milieu très spécifique que représente alors cette petite république des lettrés qui vit le plus souvent en milieu clos. Les enseignants ne rencontrent finalement souvent que leurs semblables, filles d’universitaires ou étudiantes, élargissant parfois leurs relations aux milieux proches qui partagent la même culture classique (monde des avocats, des fonctionnaires de l’État…). Édouard Ardaillon épouse ainsi une jeune fille grecque de bonne famille rencontrée lors de son séjour à l’École française de Rome ; Émile Audra épouse Miss Ruth Hardy à laquelle il a donné des cours à Cambridge. Maurice Blondel reste fidèle au milieu paternel et se marie avec la fille d’un grand notaire. Paul Guiraud épouse la fille d’un avocat tout comme Léon-François Préchac qui se marie avec la fille d’un célèbre avocat international anglais Sir Thomas Barclay. Le milieu privilégié des unions semble cependant être celui, très endogène, de l’Instruction publique. Léopold Constant épouse l’une des filles (Lucie) de son maître René Cagnat, professeur au Collège de France. Ce dernier marie d’ailleurs une autre de ses filles à Victor Merlin, lui aussi enseignant lillois pour quelques années. Émile Haumant épouse Marie Rambaud, la fille d’Alfred Rambaud, professeur en Sorbonne ; Pierre Jouguet se lie avec Blanche Demartres qui est la fille d’un professeur de la faculté des sciences de Lille ; Paul Fabre se marie avec Antoinette Fustel de Coulanges, la fille de son ancien professeur à l’École normale supérieure. Floris Delattre épouse, en première noce, Hélène Leclerc du Sablon, se liant ainsi à une famille de notables universitaires de Toulouse (faculté des sciences) puis se remarie avec Henriette Eisenschitz qui n’est autre que la nièce de Bergson. Albert Demangeon épouse Louise Wallon, la petite-fille du ministre de l’Instruction publique ; Charles-Victor Langlois épouse quant à lui Juliette Berthelot, la fille de Marcellin Berthelot, lui aussi ministre et professeur au Collège de France.

29Ces unions donnent ensuite souvent naissance à des familles assez nombreuses. S’ils sont huit à être mariés sans avoir d’enfants, ils sont trentre-trois (36,2 %) à avoir trois enfants et plus et 60,4 % à avoir au moins deux enfants. Il y a donc bien intégration des enseignants dans le processus intergénérationnel global et dans la vie domestique traditionnelle. Le professeur n’est plus majoritairement un célibataire endurci, vaquant constamment à ses recherches en ermite solitaire. L’enseignant-chercheur lillois est marié (92,3 %) et le plus souvent père de famille (82,4 %) mais il semble bien que l’épouse soit majoritairement confinée à son rôle domestique de mère et maîtresse de maison, n’exerçant pas d’activité professionnelle et veillant constamment à assurer la respectabilité du foyer dans la vie sociale des villes où le couple séjourne.

Évaluation du statut social de l’enseignant

  • 32 Voir Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, Paris, FNSP et Armand Colin, 1967, conclusion
  • 33 Gérard Vincent, « Les professeurs de l’Enseignement secondaire dans la société de la Belle Époque » (...)
  • 34 Voir Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, op. cit., tableau 142, p. 274-275. Voir aussi (...)
  • 35 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 190.
  • 36 Voir Bernard Le Clere et Vincent Wright, Les préfets du Second Empire, Paris, Armand Colin, FNSP, 1 (...)
  • 37 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, op. cit., p. 292.

  • 38 Voir les analyses de Jacques et Mona Ozouf, La république des instituteurs, Paris, Le Seuil, 2000, (...)
  • 39 Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, op. cit., p. 274, tableau 142.

30L’entrée dans la carrière professorale au sein des facultés marque pour la grande majorité des enseignants, une réelle réussite sociale et l’accession à un statut de notable local sinon régional, par la détention d’une culture savante reconnue et respectée mais aussi par la possession d’un certain capital économique qui permet désormais de vivre convenablement. Les travaux de Gérard Vincent et de Paul Gerbod ont montré les difficultés de la vie quotidienne pour les enseignants du secondaire. « À plusieurs points de vue, la situation des professeurs est ambiguë. Issus pour la plupart de milieux modestes, ils sont en un sens des parvenus »32, séparés du peuple par leur niveau d’instruction mais aussi séparés de la bourgeoisie qui ne les accepte pas, les jugeant trop frustres et ignorants des bonnes manières. Étroitement surveillés par « l’inquisition des bien-pensants », les professeurs du secondaire ont des salaires assez faibles. Un répétiteur de collège gagne vers 1910 entre 700 et 2 700 francs par an selon sa classe. « En 1905, un agrégé en fin de carrière gagne en province 5 200 francs par an et à Paris 7 500 francs alors qu’un juge dans un tribunal de première classe, simple licencié, reçoit 6 000 francs à 40 ans et qu’un commandant de 45 ans gagne 5 500 francs »33. Si un général gagne en 1899 entre 13 000 et 20 000 francs par an et entre 76 000 et 125 000 francs en 1934, le professeur d’une faculté parisienne34 peut espérer avoir un salaire variant entre 12 000 et 15 000 francs en 1899 puis entre 62 000 et 90 000 francs en 1934. Le professeur d’une faculté provinciale a, quant à lui, un salaire annuel oscillant entre 6 000 et 11 000 francs en 1899 puis entre 49 000 et 70 000 francs en 1934. Par comparaison, un vendeur au Bon Marché en 1873 reçoit avec ses commissions entre 1 500 et 3 600 francs35 ; un préfet a un salaire en 1870 oscillant entre 40 000 francs (première classe) et 20 000 francs (troisième classe)36. Un opérateur travaillant dans l’industrie de la chaussure touche 1 500 à 1 600 francs par an dans les années 1880 alors que la simple piqueuse reçoit entre 450 et 600 francs37. On sait également les difficultés rencontrées par les instituteurs dans leur vie quotidienne38 ; leur salaire de débutant en 1905 est de 1 200 francs (5e classe) et atteint 2 200 francs en fin de carrière (première classe). En 1934, il peut espérer entre 10 500 et 22 500 francs par an39.

  • 40 Arch. dép. Nord, 2 T 661, registre du personnel par faculté.

31Nos professeurs lillois, de par leur statut de titulaires, accèdent donc à une situation assez confortable et, même si leur traitement peut apparaître assez bas par rapport à d’autres professions, en comparaison aussi avec le haut degré d’exigence scientifique requis, il n’en demeure pas moins qu’ils font désormais figures, dans la société septentrionale, de « bourgeois », capables d’entretenir sans problème leur petite famille et de mener une vie confortable. Pour l’année 1937-1938, le registre du personnel de la faculté des lettres de Lille nous révèle les salaires des enseignants40. Cette année-là, Émile Audra qui cumule les fonctions de professeur et de doyen a un traitement de 55 500 francs par an après 26,5 ans de service. Le professeur Humbert, assesseur du doyen, touche 49 000 francs comme la plupart des autres professeurs titulaires. Les chargés de conférences ont un salaire qui oscille entre 3000 et 7000 francs alors que l’appariteur gagne 9 500 francs et le garçon de salle de l’institut d’histoire de l’art, 10 750 francs. Un professeur de faculté des années 1930 gagne donc plus du double d’un instituteur en fin de carrière si l’on ne prend en compte que le salaire de base. Il est alors évident que l’accession à l’enseignement des facultés apparaît pour ces hommes issus le plus souvent des classes moyennes comme une réelle promotion sociale ; leur traitement leur permet désormais de vivre décemment et de participer à la vie culturelle et mondaine des villes de province tout en éduquant leurs enfants et en étant capable de leur payer les meilleures études qui soient.

32Profondément hiérarchisé et particulièrement malthusien, le petit monde des enseignants de la faculté des Lettres forme bien entre 1870 et 1940, une petite république des lettrés qui possède son propre mode de fonctionnement. Issus pour la plupart des classes moyennes liées au commerce, à l’artisanat et surtout des milieux travaillant déjà pour l’État, les enseignants, par leurs caractéristiques sociales, leur foi en la méritocratie scolaire et leurs comportements familiaux, partagent les mêmes valeurs et les mêmes espérances. Accédant à la notabilité provinciale par leur réputation scientifique et leur traitement, ils ont tendance à sacraliser le monde au sein duquel ils évoluent. Cette homogénéité du groupe, assise sur les mêmes conceptions sociales, est d’ailleurs renforcée par l’adhésion à un certain nombre de codes symboliques et de rites universitaires qui balisent leurs parcours scientifiques et professionnels.

Haut de page

Notes

1 Voir les analyses de Jean-François Sirinelli, « Des boursiers conquérants : École et promotion républicaine sous la Troisième République » dans Odile Rudelle et Serge Berstein, Le Modèle républicain, Paris, PUF, 1989, p. 243-262. Voir aussi du même auteur l’étude du cas Burdeau, transformée dans la littérature par Maurice Barrès en Bouteiller (Les déracinés), « Le cas Burdeau-Bouteiller », dans la Revue Historique, CCLXXII, p. 110 et suivantes.

2 Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 106.

3 Nous avons 91 enseignants titulaires, mais les documents d’État civil concernant Médéric Dufour ne permettent pas de retrouver la profession de son père adoptif. Il est en effet déclaré comme enfant d’une « fille mère » lors de sa naissance.

4 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 213 : « un monde à part : les professeurs : entre élitisme et utopie ».

5 Voir les résultats de la passionnante enquête menée à partir des années soixante par Jacques et Mona Ozouf, La république des Instituteurs, Paris, Seuil, 2001, 487 p. L’examen des 2089 réponses au questionnaire montre l’importance des mêmes milieux sociaux de recrutement avec, on peut le comprendre aisément, un effet de seuil vers le bas par rapport aux enseignants du supérieur : « Quatre ensembles se dessinent : celui des petits agriculteurs auxquels on peut ajouter les bûcherons, maraîchers, pêcheurs et autres métiers du secteur primaire, fournit un peu plus de 15 % des parents d’instituteurs. Celui des artisans et commerçants indépendants, épiciers de village, charrons, bourreliers et sabotiers, plus de 17 %. Celui des petits fonctionnaires et des personnels de service, douaniers, facteurs, cantonniers, employés, gendarmes près de 15 %. Enfin 18 % encore pour la catégorie des parents eux-mêmes déjà instituteurs » (p. 41).

6 Voir les travaux de Gérard Vincent sur les professeurs du secondaire en particulier : Les professeurs du second degré, Paris, Presses de la FNSP, 1967, 308 p. (Origines sociales des professeurs, p 251 et suivantes) ; « Les Professeurs du second degré au début du XXe siècle : essai sur la mobilité sociale et la mobilité géographique », dans Le Mouvement Social, n° 55, avril-juin 1966, p. 47 et suivantes. Quatre milieux sociaux semblent ici, une nouvelle fois, dominer dans l’étude des origines sociales : les agriculteurs exploitants (12.6 %), les artisans et commerçants (19 %), les enseignants (21,2 % dont 14,9 % d’instituteurs) et les employés et cadres moyens (13.6 %).

7 Arch. dép. Nord, 2 T 822, Concours des bourses de l’année 1894.

8 Claude Lelièvre, « Bourses, méritocratie et politique(s) scolaire(s) dans la Somme », dans Revue française de Sociologie, XXVI, 3, 1985, p. 409-429.

9 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle ; Paris, Seuil, 1991, p. 338.

10 Idem, p. 194.

11 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, op. cit., p. 212.

12 Archives nationales ; F17 24471, dossier Louis André, dossier de bourse de licence pour 1888.

13 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p. 115 et suivantes ; Arch. dép. Nord, 2 T 490 ; Annales de géographie, tome 1921, p. 70-71.

14 Archives nationales, F17 26769 ; dossier personnel du fonctionnaire.

15 Archives nationales, F17 24818 ; dossier personnel de Léon Mis.


16 Revue universitaire, tome 1928, p. 194.

17 Revue universitaire, tome 1929, p. 140.


18 Archives nationales, F17 22083 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p. 65-70 ; Revue universitaire, octobre 1928 : « Souvenirs de Claude Perroud » (de sa naissance à l’ENS) ; Revue universitaire ; 1929, « Souvenirs de Claude Perroud », p. 17-26 puis 119-146 (de l’ENS à sa nomination rectorale) ; Louis Rascol, Claude-Marie Perroud : La vie et l’œuvre d’un universitaire au XIXe siècle, Paris, H. Didier, 1941, 395 p.

19 Association philotechnique, Une page d’histoire philotechnique et sociale, 1935, 20 p.

20 Archives nationales, F17 23719 ; Association Philotechnique ; Une page d’histoire philotechnique et sociale, 1935, 20 p.

21 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, Dictionnaire biographique ; volume I : 1809-1908, Paris, INRP-CNRS, 1985, p. 4-5. Voir aussi l’article de Victor Karady, « Normaliens et autres enseignants à la Belle Époque : note sur l’origine sociale et la réussite d’une profession intellectuelle », dans la Revue Française de Sociologie, 1972, n° 13, p. 35-58 où l’auteur relativise fortement l’idée qu’au début du siècle, le corps enseignant aurait été un des principaux véhicules de la mobilité sociale : « À l’exception des sous-officiers et des gendarmes, les classes populaires sont systématiquement sous représentées [...]. La carrière professorale constitue à la Belle Époque une filière de sortie extrêmement ténue et aléatoire pour toutes les classes populaires parce qu’elles ont bien moins de chances d’y faire entrer leurs enfants [...]. Il en va autrement pour les petits groupes sociaux qui, tout en s’apparentant par leurs conditions de vie aux classes populaires, s’en distinguent à quelques égards parce qu’ils disposent d’un certain acquis en matière d’instruction (comme les instituteurs) ou de pouvoir et d’un certain prestige social (sous- officiers et gendarmes) ou encore de biens économiques (comme les petits artisans et commerçants) ».

22 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, Dictionnaire biographique ; volume I, op. cit., synthèse des données contenues dans le tableau de la page 4 (en regroupant 22 cas sur 108 : un recteur, trois professeurs d’université, deux inspecteurs d’académie, un inspecteur général, onze professeurs du secondaire, un maître de pension, deux instituteurs et un appariteur).

23 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : Dictionnaire biographique, volume II : 1909-1939, Paris, INRP-CNRS, 1986, p. 4-5.

24 Idem, tableau de synthèse, p. 2 et 3. Les fils de médecins ou de vétérinaires sont désormais six. Les fils d’employés et de représentants de commerce sont sept, les fils de clercs ou de greffiers sont cinq.

25 Arch. dép. Nord, 2 T 740, enquête rectorale du 22 février 1908 (82 femmes inscrites à la faculté selon le registre du doyen mais surtout dans les filières les moins « nobles » (professorat des écoles normales, certificats d’aptitudes).

26 Jean-François Condette, Une faculté dans l’histoire : la Faculté des lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, p. 273-275.

27 Voir la communication de Christophe Charle, « Les femmes dans l’enseignement supérieur : Dynamiques et freins d’une présence de 1946 à 1992 » dans Vincent Duclert, Rémi Fabre et Patrick Fridenson (dir.), Avenirs et avant-gardes en France aux XIXe-XXe siècles : Hommages à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, 1999, p. 84-105 ; Voir aussi Christophe Charle, La république des universitaires (1870-1939), Paris, Le Seuil, 1994, p. 217 et suivantes : « La femme indésirable » (trois femmes posent leur candidature à une maîtrise de conférences à la faculté des lettres de Paris en 1934, 1936 et 1937 mais aucune n’est élue avant 1947).

28 Pour l’année 1967-1968, on compte à la faculté des lettres de Lille, 249 enseignants en comptant les lecteurs et les chargés de cours. Les femmes sont alors 67 soit 26,90 % de l’effectif total. Il faut cependant noter que la répartition catégorielle reste très inégalitaire. Les femmes professeurs ne sont que trois (Suzanne Daniel en langue et littérature hébraïques, Anne-Marie Malingrey en langue et civilisation grecques et Françoise Moreux en littérature anglaise) sur un total de 24 chaires ; on compte 2 maîtresses de conférences, 3 chargées d’enseignement, 5 maîtres-assistantes, 24 assistantes, 8 lectrices et 22 chargées de cours complémentaires. (Voir Jean-François Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974, Thèse de doctorat, Lille 3, 1997, tome 3, p. 847 et suivantes).

29 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris, op. cit., volume I, p. 6.

30 Christophe Charle, Les élites de la République : 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, p. 256 et suivantes.

31 Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris, op. cit., volume I, p. 6 et suivantes.

32 Voir Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, Paris, FNSP et Armand Colin, 1967, conclusion.

33 Gérard Vincent, « Les professeurs de l’Enseignement secondaire dans la société de la Belle Époque » dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1966, p. 73.

34 Voir Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, op. cit., tableau 142, p. 274-275. Voir aussi Christophe Charle, La république des universitaires : 1870-1914, Paris, Le Seuil, 1994, p. 67 (Un directeur de Ministère gagne 17 000 francs par an en 1898, un recteur gagne 15 900 francs. Un inspecteur des finances entre 12 000 et 15 000 francs, un professeur de faculté parisienne gagne entre 12 000 et 15 000 francs, un professeur de faculté provinciale entre 6 000 et 11 000 francs, un maître de conférences de province gagne entre 4 500 et 5 500 francs en 1898).

35 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 190.

36 Voir Bernard Le Clere et Vincent Wright, Les préfets du Second Empire, Paris, Armand Colin, FNSP, 1973, p. 344.

37 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, op. cit., p. 292.


38 Voir les analyses de Jacques et Mona Ozouf, La république des instituteurs, Paris, Le Seuil, 2000, chapitre 11 : « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? », p. 383-424.


39 Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, op. cit., p. 274, tableau 142.

40 Arch. dép. Nord, 2 T 661, registre du personnel par faculté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Chapitre 2 – La microsociété enseignante et ses caractéristiques », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 41-56.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Chapitre 2 – La microsociété enseignante et ses caractéristiques », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://hleno.revues.org/94

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org