Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Deuxième partie

Chapitre 4 – La Faculté des Lettres, la région du Nord et l’espace français

p. 81-104

Texte intégral

  • 1 Maurice Barrès, Le roman de l’énergie nationale, Paris, Plon, 1961, tome I : Les Déracinés, p. 21. (...)

1Ce groupe social et professionnel très spécifique des enseignants du supérieur, tenté dans une certaine mesure par un repli sur soi, loin des bruits du monde, au nom des intérêts de la science et du progrès des connaissances humaines, se caractérise également par une appréhension très particulière de l’espace français et du rapport nécessaire à la communauté régionale et nationale. Pour une partie de l’opinion conservatrice, le professeur d’université devient à l’époque l’incarnation de l’homme sans attaches, du « déraciné » dépeint par Maurice Barrès et qui fait le malheur de la France, œuvrant patiemment à la destruction des valeurs nationales traditionnelles au nom d’idées abstraites héritées de la philosophie des Lumières et en particulier du kantisme. Boursiers conquérants, sortis de leur milieu social d’origine, ils ressemblent à s’y méprendre au Paul Bouteiller des Déracinés, « ce fils de la raison, étranger à nos habitudes traditionnelles, locales ou de famille [...] suspendu dans le vide »1 et qui fait le malheur de ses élèves nancéens. Les enseignants de la faculté des lettres de Douai puis de Lille, sont-ils réellement, entre 1870 et 1940, des êtres sans attaches sociales et sans enracinement, éternels nomades de l’Instruction publique, mutant au gré des caprices d’une ambition personnelle sans borne ? Peut-on, au contraire, relever, lors de leur séjour septentrional, une volonté de participation à la vie sociale et culturelle de leur milieu d’accueil ? Dans le même temps, les étapes du cursus et les aléas de la stratégie de carrière ne sont-ils pas à l’origine d’une gestion spécifique de l’espace national qui s’organise autour d’un noyau central, prestigieux et quelque peu monopolisateur et de quelques périphéries dynamiques en dehors desquelles il ne semble point y avoir de réel salut ?

Les trajectoires géographiques des enseignants de la faculté

2La réorganisation de l’Enseignement supérieur français par les républicains après 1880, si elle ne remet pas en cause la domination parisienne, permet aux facultés provinciales de se développer et d’apparaître comme de possibles séjours alternatifs pour les universitaires qui peuvent désormais y attendre quelque temps leur promotion vers la capitale où s’y enraciner pour de longues années. Se met alors en place une géographie universitaire qui possède ses règles et sa hiérarchie symbolique, certaines facultés apparaissant comme de meilleurs marchepieds vers la Sorbonne que d’autres. Il est aussi intéressant de voir si le marché universitaire s’alimente en nouveaux cadres enseignants sur place, par une sorte d’auto-recrutement dans le vivier des élites régionales ou si, au contraire, les trajectoires promotionnelles personnelles passent par un sillonnage complexe de l’espace français et un mixage aléatoire des origines géographiques des candidats.

Les origines géographiques par département de naissance

3L’étude des lieux de naissance des quatre-vingt-onze enseignants de la faculté entre 1870 et 1940, permet de dégager quelques constantes mais montre surtout la grande variété des origines géographiques des titulaires, l’institution n’accordant apparemment aucune importance à ce critère dans le choix de ses futurs professeurs.

L’origine géographique des enseignants de la faculté des lettres de Douai-Lille selon le département de naissance (1870-1940)

Paris

11

12 %

Grande académie de Lille

16

17,5 %

Nord

6

Pas-de-Calais

6

Somme

0

Ardennes

2

Aisne

2

Grand Nord-Ouest

21

23 %

Maine-et-Loire

3

Vendée

1

Loiret

2

Loire-Atlantique

2

Ille-et-Vilaine

2

Seine Inférieure

1

Eure

1

Indre

1

Oise

1

Calvados

2

Cher

1

Seine et Oise

1

Seine Maritime

1

Charente

1

Manche

1

Grand Nord-Est

18

19,7 %

Meuse

4

Jura

1

Côte-d’Or

1

Doubs

2

Vosges

1

Yonne

3

Bas-Rhin et Haut-Rhin

4

Meurthe-et-Moselle

1

Moselle

1

Grand Sud-Ouest

13

14,2 %

Hérault

2

Ariège

2

Dordogne

2

Aude

2

Gironde

1

Puy-de-Dôme

1

Gers

1

Haute-Garonne

1

Allier

1

Grand Sud Est

11

12 %

Bouches-du-Rhône

1

Loire

1

Isère

2

Saône-et-Loire

1

Drôme

2

Gard

1

Haute-Vienne

1

Rhône

2

Étranger

1

1 %

4Ils sont seize (17,5 % du total) à être recrutés en quelque sorte sur place, au sein de la vaste académie de Lille de l’époque (cinq départements) où ils réalisent souvent leurs études, fréquentant d’ailleurs la faculté. Alexandre de Saint-Léger est ainsi né à Dunkerque en 1866 et, après des études secondaires faites dans sa ville natale, il vient étudier à la faculté lilloise, suivant en particulier les cours de Jules Flammermont qui lui communique sa passion pour l’histoire régionale. Licencié en 1890, boursier d’agrégation en 1890-1893, il soutient un diplôme d’études supérieures en 1898 et sa thèse de doctorat à Lille en 1900. André Moret, né en 1900 dans l’Aisne, après une année de licence réalisée en Sorbonne, revient sur Lille où il accomplit la suite de ses études jusqu’à la thèse soutenue à la faculté en 1933. Henri Potez, né en 1863 à Montreuil-sur-Mer, fait aussi une bonne partie de ses études à la faculté depuis la licence jusqu’à l’agrégation (1886-1888) même s’il soutient sa thèse en Sorbonne. Il en va de même par exemple pour André Lirondelle qui est né en 1879 à Douai ou de Georges Lefèvre, né à Laon en 1862 qui suivent les cours de la faculté avant d’achever leur formation par la soutenance d’une thèse parisienne. Ces seize cas permettent donc d’affirmer que la faculté réussit à autoformer une partie de son élite enseignante, signe d’une promotion des facultés provinciales et d’une capacité certaine à s’affirmer sur le marché universitaire français.

  • 2 Christophe Charle, La République des Universitaires (1870-1939), Paris, Le Seuil, 1994, p. 112.

5Les Parisiens de naissance ne sont finalement que onze soit 12 % des cas. À la faculté des lettres de Paris même2, le pourcentage d’enseignants nés à Paris ne cesse de décliner également passant de 33,3 % pour la période 1809-1908 à 17,7 % pour les années 1909-1939.

6Si toutes les régions donnent à la faculté des enseignants, révélant ainsi un recrutement à dimension nationale, il n’en demeure pas moins qu’une zone privilégiée semble s’affirmer qui peut approximativement se définir comme une vaste zone Nord de la France allant de la Bretagne à l’Alsace et englobant une bonne partie du Bassin parisien. Les cinq départements de l’académie de Lille et Paris réunis rassemblent déjà plus d’un enseignant sur quatre (29,6 %) mais on arrive à près de trois cas sur quatre si l’on prend en compte cette vaste zone Nord du pays (72,4 %) où s’affirment les départements bretons mais aussi l’Est français. Le reste de la France, regroupant toute une grande zone sud ne donne à la faculté (Grand Sud-Est et Grand Sud-Ouest) que vingt-quatre enseignants soit 26,3 %. Il existe donc un phénomène très compréhensible de proximité minimale qui semble jouer dans la définition de la zone de recrutement des titulaires de la faculté septentrionale et qui explique la présence plus faible des gens du Sud, ceux-ci trouvant dans les villes universitaires plus méridionales des lieux de travail plus accessibles.

Les origines professionnelles par le poste précédemment occupé

7L’origine géographique des enseignants lillois ne peut cependant être étudiée à la seule lumière du département de naissance et il est intéressant de prendre également en considération le lieu d’exercice de l’activité professionnelle antérieure à la nomination à la faculté lilloise afin de voir s’il n’existe pas une stratégie d’approche consistant à intégrer les équipes enseignantes des grands lycées nordistes ou parisiens qui ont le grand privilège d’être situés près des lieux de recherches et des grandes bibliothèques de la capitale tout en permettant de se faire connaître au sein de l’institution par l’exercice de fonctions subalternes (chargés de cours).

8Une analyse du positionnement professionnel antérieur des enseignants nouvellement nommés à la faculté montre deux milieux privilégiés de recrutement : le monde des facultés et le vivier considérable de l’enseignement secondaire.

La position professionnelle de l’enseignant juste avant sa nomination lilloise (1870-1940)

- Déjà en fonction dans le supérieur comme enseignant

22

24,1 %

dont enseignants à l’étranger (Londres, Barcelone)

3

dont professeurs titulaires ou adjoints

2

dont maîtres de conférences et directeurs d’études

9

dont chargés de cours et suppléants aux chaires

8

- Étudiants dans les facultés

5

5,4 %

- Élèves des écoles spécialisées (Athènes, Rome, IFAO)

4

4,3 %

- Maîtres-surveillants à l’École normale supérieure

4

4,3 %

- Enseignants dans le secondaire ou classes préparatoires de province

43

47,2 %

- Enseignants dans le secondaire ou classes préparatoires de Paris

12

13,18 %

- Autres (bibliothécaire : Léon Mis)

1

1,09 %

9Ils sont ainsi vingt-deux soit 24,1 % du total à être déjà enseignants dans le supérieur mais très rarement avec le grade de professeur. Denis Saurat et Édouard Perroy sont ainsi enseignants à l’Institut français de Londres et Georges Gaillard est enseignant à l’Institut français de Barcelone. Le plus souvent, les universitaires concernés sont chargés de cours ou maîtres de conférences dans des facultés provinciales avant de venir s’installer à Douai puis à Lille. Seuls Abel Desjardins et Antoine Vacher quittent leur chaire (Caen puis Besançon pour Desjardins et Rennes pour Antoine Vacher) pour venir dans le Nord alors qu’ils étaient déjà professeurs ou professeurs-adjoints. Ils ne sont que deux à quitter un poste parisien pour Lille, Isidore Lévy qui était directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études et Adolphe Bossert qui était suppléant en Sorbonne.

10Les autres enseignants viennent des diverses facultés de province en particulier de Toulouse, Rennes et Besançon. Maurice Souriau est chargé de cours à Besançon alors qu’André Gibert et Raymond Las Vergnas y exercent aussi en tant que maîtres de conférences. Auguste Pinloche est chargé de cours à Rennes tout comme Maurice Le Breton. Henri Bornecque y est maître de conférences et Antoine Vacher occupe déjà un poste de professeur-adjoint en géographie où il a pris la succession d’Emmanuel de Martonne. Auguste Penjon est chargé de cours à Toulouse comme Vladimir Jankélévitch qui y occupe une maîtrise de conférences. Flammermont est chargé de cours à Poitiers tandis que Maximilien Sorre est suppléant dans la chaire de géographie bordelaise. Guillaume Allègre est maître de conférences à Lyon tout comme Jean Humbert ; Henri Cons occupe la même fonction à Montpellier et Jean Maurain à Clermont-Ferrand ; Louis Duvau enfin est chargé de cours à la faculté des lettres de Dijon. Pour une grande majorité d’enseignants, la nomination lilloise est donc signe d’une intégration définitive dans le corps enseignant des facultés en tant que titulaire après un apprentissage réalisé ailleurs en tant que chargé de cours. Pour d’autres, il s’agit d’une étape où l’on quitte une maîtrise de conférences éloignée de Paris, pour se rapprocher de la capitale ou pour obtenir plus rapidement une chaire.

11Le second grand milieu de recrutement est celui de l’enseignement secondaire et des classes préparatoires aux grandes écoles des lycées qui, si l’on rassemble la province et Paris, fournissent 60,4 % des enseignants titulaires de la faculté. Là encore, l’institution semble recruter principalement dans une grande zone Nord de la France en puisant plus particulièrement dans les lycées de l’académie de Lille et dans ceux de la ville de Paris. Les lycées Louis-le-Grand, Charlemagne, Saint-Louis, Condorcet et Lakanal sont ainsi de véritables pépinières d’enseignants tout comme le lycée de Lille, celui de Tourcoing ou d’Amiens. Tout se passe comme ci une stratégie implicite demandait aux futurs titulaires de se rapprocher de la faculté qui peut ensuite, pour un temps plus ou moins bref, tester ces enseignants en leur confiant diverses fonctions temporaires de chargés de cours. Louis André et Victor- Lucien Tapié sont ainsi enseignants à Louis-le-Grand ; Aurélien Digeon et André Cordier le sont au lycée Condorcet ; Auguste Jardé et Léon-François Préchac exercent au lycée Lakanal. Édouard Ardaillon enseigne au lycée de Saint-Quentin ; François Benoit et Émile Haumant dans celui d’Amiens. Paul Couvreur est d’abord nommé au lycée de Valenciennes et Jules Derocquigny travaille longtemps au lycée de Saint-Omer. Le lycée de Douai accueille cinq futurs enseignants de la faculté (Paul Dupont, André Koszul, André Moret, Léon Moy et Henri Potez) tandis que celui de Laon en héberge deux, Raoul Labry et Georges Lefèvre. Cette réalité d’un recrutement de proximité est particulièrement nette pour le lycée de Lille où exercent six futurs titulaires de la faculté : Maurice Braure, Léopold Constant, Pierre Gastinel, Charles Guerlin de Guer, Maxime Herman et Léon Mis. Il sert aussi de base arrière pour le recrutement des personnels non titulaires comme les chargés de cours et de travaux pratiques qui travaillent très souvent dans les établissements de la grande métropole lilloise.

12Les autres origines professionnelles sont ensuite plus variées. Ils sont deux à venir directement de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Pierre Jouguet et Henri Henne). Deux autres sont nommés à Lille après leur séjour à Rome (Paul Fabre) et à Athènes (Gustave Fougères). Quatre occupent avant leur nomination à Lille le poste de maître-surveillant à l’École normale supérieure, faveur réservée aux jeunes universitaires prometteurs et qui permet de travailler de façon intensive sa thèse de doctorat (Dion, Dautremer, Demangeon et Jasinski). Les autres titulaires issus de l’enseignement secondaire ont des origines beaucoup plus disparates, sans que l’on puisse y voir une quelconque hiérarchisation de l’espace français. Georges Ascoli exerce par exemple au lycée de Nantes ; Edmond Bailly est professeur au lycée de Marseille et Jean-Jacques Bertrand dans celui de Toulouse. Médéric Dufour, quant à lui, vient du lycée de Pau et Jules Gay de celui de Clermont-Ferrand.

13Les flux d’entrée à la faculté des lettres de Douai puis de Lille montrent donc un recrutement des enseignants titulaires qui puise dans deux viviers principaux, celui des professeurs de lycée et celui des personnels déjà employés dans l’enseignement supérieur. Dans l’espace français, la faculté septentrionale, tout en intégrant des hommes venus des quatre coins de l’hexagone, semble d’abord trouver ses cadres dans l’académie de Lille et dans les établissements parisiens. Ils sont ainsi quarante et un à exercer avant leur entrée dans le personnel titulaire de la faculté au sein d’un établissement situé dans la grande académie de Lille (les cinq départements) ou dans la ville de Paris et sa proche banlieue (soit 45 % de l’effectif total). Au-delà de cette première zone d’attraction forte, peut être isolée une seconde auréole plus favorable au recrutement et qui couvre cette fois une vaste France du Nord allant de la Bretagne à l’Alsace en englobant une bonne part du Bassin parisien. Pour beaucoup d’enseignants, il peut donc exister une stratégie d’approche qui consiste à intégrer le personnel titulaire d’un grand lycée parisien ou nordiste en espérant être repéré par les enseignants de la faculté qui proposent alors un « galop d’essai » en les choisissant comme chargés de cours.

Le devenir des enseignants après leur départ de la région du Nord

14Si les flux d’entrée sont encore assez diffus et permettent des trajectoires très diverses, les flux de sortie des personnels titulaires de la faculté douaisienne puis lilloise, sont par contre beaucoup plus organisés et permettent de mesurer le rang privilégié désormais acquis par l’institution septentrionale dans la hiérarchie des facultés littéraires françaises de la Troisième République.

Les flux de sortie de la faculté des lettres de Douai puis de Lille de 1870 à 1940

- Décès

17

18,6 %

- Départ à la retraite

19

20,8 %

- Démission de l’Enseignement

2

2,1 %

- Mutation

53

58,2 %

Sorbonne

23

43,3 %

Autres établissements parisiens du supérieur

5

9,4 %

Nomination comme recteur

8

15 %

Nomination dans une faculté de province

10

18,8 %

Retour dans le secondaire

3

3,2 %

Autres nominations

4

7,5 %

- Lycée français de Londres

1

1,8 %

- Institut français de Barcelone

1

1,8 %

- Université du Caire

1

1,8 %

- Inspection générale

1

1,8 %

15Loin de n’être composée que de déracinés, ballottés au gré des vents de l’ambition personnelle, la faculté garde constamment, sous la Troisième République un pouvoir certain de sédentarisation des individus qui, pour un certain nombre d’entre eux, se transforme en un enracinement définitif. Ils sont ainsi dix-neuf (20,8 %) pour lesquels la faculté septentrionale reste le dernier établissement d’exercice de la fonction enseignante avant le départ à la retraite. André Louis passe ainsi les treize dernières années de sa carrière à Lille ; François Benoit ne connaît que la faculté de Lille où il exerce pendant trente-huit années. Ferdinand Colincamp travaille à Douai pendant vingt-cinq années avant de prendre sa retraite. Victor Courdaveaux fait de même avec vingt-sept années de service dans le Nord entre 1864 et 1891.

16Pour dix-sept autres cas (18,6 %), c’est la mort qui vient interrompre le séjour lillois alors que de nombreux enseignants avaient fait le choix définitif de rester à la faculté. Henri Bornecque décède ainsi à l’âge de soixante-quatre ans en 1935 alors qu’il exerce encore à la faculté. Jules Gay décède en fonction en 1935 alors qu’il est âgé de soixante-huit ans. Le doyen Lefèvre meurt lui aussi en fonction en 1929 alors qu’il a soixante-sept ans et qu’il entame sa trente-troisième année de présence à la faculté.

17Pour certains cependant, la mort, souvent accidentelle, vient briser une trajectoire ascendante qui laisse à penser que la nomination lilloise n’aurait été qu’une étape vers d’autres postes, souvent parisiens mais aussi parfois provinciaux, le titulaire n’ayant pas caché son désir de rejoindre sa région natale. André Cordier décède ainsi à quarante-neuf ans, en 1945, alors qu’il était très lié aux milieux parisiens. Paul Couvreur décède en 1898 à l’âge de vingt-six ans alors que sa renommée l’appelait déjà vers les sommets parisiens. C’est la même chose pour Auguste Jardé, décédé à l’âge de cinquante et un ans. Paul Fabre décède à l’âge de quarante ans alors qu’on parlait beaucoup de sa future nomination parisienne. Jean Maurain meurt d’un accident de montagne, lié à une avalanche en 1939 alors que sa nomination parisienne ne devait plus tarder.

  • 3 Les enseignants lillois qui rejoignent la Sorbonne sont les suivants : Georges Ascoli, Léopold Cons (...)

18S’ils sont deux à démissionner après leur séjour nordiste, André Chevrillon pour raison de santé et par volonté de se consacrer aux voyages et à la littérature, Karl Hillebrand à cause des événements liés à la guerre franco-prussienne de 1870-1871, les enseignants titulaires sont cinquante-trois (soit 58,2 % des 91 cas étudiés) à obtenir une mutation vers d’autres facultés ou d’autres fonctions. L’étude de ces mutations sur la longue durée montre la position désormais privilégiée de la faculté dans la hiérarchie symbolique des facultés des lettres de province. Elle devient en effet une institution qui compte dans l’espace universitaire français et qui joue un rôle de tremplin vers les carrières parisiennes. On vient volontiers à la faculté douaisienne ou lilloise car elle permet de travailler dans de bonnes conditions, avec des étudiants assez nombreux mais aussi parce qu’elle occupe une position stratégique, à proximité des grands établissements de la Capitale avec lesquels elle a tissé de nombreux liens. Ils sont ainsi vingt-huit enseignants (soit 52,8 % des mutations) à rejoindre, après leur séjour lillois, un établissement d’enseignement supérieur parisien. Vingt-trois intègrent directement la Sorbonne (43,3 % des mutations) et cinq partent enseigner dans d’autres institutions parisiennes de renom (9,4 %). Les élus qui rejoignent le temple sorbonnard sont d’ailleurs appelés à devenir à leur tour de grands patrons dominant par leur réputation scientifique, un champ disciplinaire spécifique3. Alfred Merlin est nommé au Louvre comme conservateur d’une section ; Louis Duvau enseigne à l’École pratique des Hautes Études tandis que Pierre Pascal rejoint l’École des Langues Orientales. Pierre Jouguet est un temps à l’École pratique des Hautes Études puis rejoint la Sorbonne tandis qu’Henri Chamard enseigne à l’École normale supérieure. Plus d’un enseignant sur deux qui décide de quitter volontairement Lille rejoint donc un établissement d’enseignement supérieur parisien.

19Ils ne sont finalement que dix (18,8 %) à quitter Lille pour rejoindre une autre faculté provinciale, le plus souvent dans la région où ils ont leurs attaches familiales. Guillaume-Fernand Allègre retrouve ainsi son ancien poste à la faculté de Lyon après six ans passés dans le Nord, loin des siens.

20Maurice Blondel retourne vers des cieux plus méridionaux avec une nomination à Aix ; Benjamin Bourdon s’installe durablement à Rennes où il a de la famille et où il a enseigné au lycée plusieurs années. Maurice Braure gagne Bordeaux à l’occasion de la Seconde Guerre mondiale et décide ensuite d’y rester. Alfred Espinas rejoint lui aussi l’Aquitaine tandis qu’André Gibert s’installe pour toute la fin de sa carrière à Lyon. Étienne Gilson quitte Lille juste avant la Première Guerre mondiale pour la faculté de Strasbourg tandis que Paul Guiraud choisit de partir vers Toulouse. Charles-Victor Langlois exerce ensuite un temps à la faculté des lettres de Montpellier avant de revenir sur Paris. Paul Souriau, quant à lui, rejoint durablement sa bonne ville de Nancy où il occupe ensuite d’importantes fonctions municipales.

21Ils sont huit (15 % du total des mutations) à obtenir leur nomination en tant que recteur après leur période lilloise d’enseignement avec une représentation forte des historiens-géographes qui voient cinq des leurs accéder à cette haute charge administrative au sein de la hiérarchie de l’Instruction publique (Édouard Ardaillon, Henri Cons, Claude Perroud, Charles Petit-Dutaillis et Maximilien Sorre). Les trois autres promus sont Aurélien Digeon, René Hubert et André Lirondelle.

22Seuls trois enseignants (3,2 %) décident de repartir vers l’enseignement secondaire. Edmond Bailly rejoint le lycée de Versailles ; François Dautremer est muté au lycée Louis-le-Grand de Paris et Auguste Pinloche part enseigner au lycée Charlemagne puis à l’école militaire de Saint-Cyr. Il s’agit à chaque fois de situations très particulières que les fiches biographiques permettent d’expliquer aisément. Edmond Bailly n’est en fait pas réellement titulaire de la maîtrise de conférences d’allemand de la faculté douaisienne même si on l’assimile constamment à un enseignant titulaire. Le doyen ne cesse d’ailleurs de le pousser à activer la rédaction de ses thèses ce qui permettrait la régularisation de sa situation. La soutenance, tardive, se déroule cependant assez mal en 1889 et l’on reproche à l’impétrant d’avoir repris un ouvrage d’un savant allemand. La faculté douaisienne décide alors de se séparer de son enseignant qui passe ensuite toute sa carrière dans les lycées parisiens. C’est un peu la même mésaventure qui arrive à François Dautremer, mal jugé par son doyen et qui n’en finit pas d’achever ses thèses. Le cas d’Auguste Pinloche est plus simple encore. Parisien de naissance, il désire rejoindre sa ville natale mais son parcours d’autodidacte, issu des milieux populaires, son manque d’intégration dans les réseaux influents du Ministère ou dans des milieux universitaires parisiens lui ferment les portes de la Sorbonne ; il décide alors de demander un lycée parisien.

  • 4 Voir Christophe Charle, La République des Universitaires (1870-1939), Paris, Le Seuil, 1994, p. 87. (...)

23Les flux de sortie de la faculté sont donc très significatifs d’un positionnement favorable de l’institution septentrionale dans la géographie universitaire française. « Les facultés de province d’où on a le plus de chance d’accéder à un poste en Sorbonne sont, après 1909, Lyon et Lille et après 1919 Strasbourg. Plus on avance dans le temps, moins les petites facultés des lettres, et notamment celles du Midi de la France, deviennent des étapes d’avenir »4. Le ralentissement des carrières et l’encombrement relatif du marché universitaire parisien ont transformé les trajectoires universitaires.

  • 5 Christophe Charle, La république des universitaires, op. cit., p. 83-84.


« À la première génération (avant 1909), le schéma type de carrière d’un futur professeur à la faculté des lettres de Paris évitait l’enseignement supérieur en province, mal payé et mal considéré. Le vivier des futurs élus était composé des professeurs des classes supérieures des lycées parisiens et des maîtres de conférences de l’École normale supérieure et des maîtres de conférences à la Sorbonne, postes obtenus après un stage plus ou moins long en province dans le secondaire »5.

  • 6 Christophe Charle, La république des universitaires, op. cit., p. 197.


24Après 1909, les choses se complexifient fortement et le développement des facultés provinciales offre désormais d’autres lieux d’exercice pour la fonction universitaire. Il est d’ailleurs nécessaire de prouver de plus en plus longuement ses aptitudes dans les facultés provinciales avant de pouvoir espérer rejoindre le sommet parisien. Les professeurs provinciaux qui accèdent directement à une chaire parisienne deviennent de plus en plus rares et la mutation dans la capitale demande dans un premier temps une « rétrogradation » dans des fonctions moins prestigieuses de chargés de cours ou le plus souvent de maîtres de conférences en Sorbonne ou dans les établissements qui gravitent autour d’elle6. Ces éléments peuvent aussi expliquer, en partie, le choix d’un certain nombre d’enseignants qui, une fois installés à la faculté des lettres de Lille et ayant accédé au titre suprême de professeur titulaire, décident finalement de ne plus la quitter et de ne pas recommencer une nouvelle course aux places désormais très incertaine.

Les enseignants et la région du Nord

  • 7 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure ; la formule est contenue dans la notice (...)

25Si la faculté des lettres de Douai puis de Lille devient bien une sorte de tremplin vers les carrières parisiennes, il ne faut cependant pas imaginer, sous la Troisième République pour le moins, un monde enseignant septentrional constamment soumis aux aléas des mutations, composé d’enseignants « nomades », qui logent sur Paris et ne cessent de se plaindre de leur exil nordiste. Certes, les doyens et les élites régionales commencent déjà à émettre un certain nombre de critiques, condamnant l’instabilité des équipes et la trop grande attraction parisienne. Mais la faculté garde constamment un pouvoir de sédentarisation et d’enracinement pour des enseignants originaires de nombreuses régions françaises. L’image d’une « faculté ferroviaire »7 telle qu’on peut la trouver parfois après 1960, n’est donc pas encore totalement fondée et les liens qui se tissent entre les enseignants et les élites régionales sont encore très nombreux.

La durée du séjour septentrional

26La plupart des enseignants titulaires de la faculté ne sont pas des « déracinés » à la mode barrésienne qui se meuvent dans le vide, sans aucune attache aucune avec leur milieu d’accueil, constamment perdus dans les nuées de leurs pensées scientifiques à vocation universelle. Un examen minutieux de la durée des implantations dans la région montre qu’au contraire, une bonne partie d’entre eux, accepte de s’installer durablement, même si ce n’est pas forcément définitivement, dans la région.

La durée du séjour nordiste des enseignants titulaires de la faculté des lettres de Douai puis de Lille (1870-1940)

Moins de deux ans

8 cas

8,7 %

De 2 à 5 ans

14 cas

15,3 %

De 6 à 10 ans

22 cas

24,1 %

De 11 à 15 ans

15 cas

16,4 %

De 16 à 20 ans

3 cas

3,2 %

De 21 à 25 ans

7 cas

7,6 %

De 26 à 30 ans

10 cas

10,9 %

De 31 à 35 ans

8 cas

8,7 %

Plus de 35 ans

4 cas

4,3 %

27Si 24,1 % des enseignants nommés à la faculté restent moins de cinq années en poste, il n’en demeure pas moins que plus de la moitié (51,6 %) y travaillent plus de dix ans et qu’ils sont 31,8 % à y exercer plus de vingt ans, signes d’une réelle intégration dans le tissu social et culturel régional. C’est ici une nouvelle preuve de la transformation profonde des facultés des lettres provinciales qui sont bien devenues sous la Troisième République des lieux d’enseignement et de recherche, capables de retenir leurs cadres et leur offrant des perspectives intéressantes de carrière. Il semble, d’après le tableau ci-dessus, exister une sorte de seuil au-delà duquel on finit par rester dans le Nord et que l’on peut situer vers quinze à vingt ans de présence continue au sein de l’institution. Le plus souvent, ce sont d’ailleurs de jeunes maîtres de conférences qui restent très peu à la faculté, celle-ci n’étant qu’une étape promotionnelle vers d’autres trajectoires universitaires. Maurice Blondel enseigne ainsi deux ans avant de rejoindre la faculté d’Aix ; Benjamin Bourdon est réellement présent une année scolaire puis réussit à obtenir son retour vers Rennes où il a de nombreuses attaches familiales. Alfred Espinas est nommé à Douai en 1878 mais quitte la faculté dès 1879 pour celle de Bordeaux, le poste lillois lui ayant permis d’intégrer le cadre des maîtres de conférences. André Gibert ne reste que deux ans dans le Nord avant de regagner Lyon, plus proche de sa région d’origine. Claude Perroud enseigne une année la géographie à Douai puis se retrouve directement nommé recteur à Toulouse. Pour ce type d’enseignants, la faculté est bien un lieu de passage dans une stratégie de carrière et il est évident qu’ils n’ont pas le temps de réellement marquer de leur empreinte la vie de l’institution.

28Ils sont cependant près d’un sur quatre (24,1 %) à rester à la faculté entre six et dix ans, prenant donc le temps de s’engager dans les projets de recherches et les filières préparées. Plus d’un titulaire sur deux (51,6 %) enseigne à la faculté plus de dix ans et ils sont même douze à exercer à Douai ou à Lille plus de trente et un ans de suite, le record étant détenu par Médéric Dufour qui enseigne à la faculté lilloise de 1891 à 1933, date de son décès, soit quarante-deux années. Il faut toutefois signaler que sept des douze cas d’enracinement définitif concernent des enseignants qui sont originaires, par leur lieu de naissance, de la grande académie de Lille.

Les séjours les plus longs à la faculté des Lettres de Douai puis de Lille (1870-1940)

Dufour Médéric

42 ans

1891-1933

Benoit François

38 ans

1899-1935

Derocquigny Jules

37 ans

1894-1931

Langlois Ernest

36 ans

1888-1924

Bornecque Henri

35 ans

1900-1935

Saint-Léger Alexandre (de)

35 ans

1901-1936

Thomas Émile

34 ans

1879-1913

Lefèvre Georges

33 ans

1896-1929

Mis Léon

33 ans

1908-1941

Penjon Auguste

32 ans

1881-1913

Henne Henri

32 ans

1928-1960

Angellier Auguste

31 ans

1880-1911

29Le monde enseignant de la faculté s’organise donc autour de trois cercles concentriques. Un noyau central, très stable, est composé de professeurs titulaires enracinés dans la région du Nord depuis longtemps et ne désirant plus déménager. Ils forment les cadres permanents de l’équipe professorale qui décident des grandes évolutions de l’institution. Autour de ce noyau, gravite un autre groupe d’enseignants qui restent entre cinq et quinze ans à la faculté et sur lesquels on peut donc compter pour organiser des actions de longue durée et mettre en place des projets. Un certain nombre « d’électrons plus libres », viennent temporairement s’agréger à l’ensemble mais sans rester plus de cinq ans, la faculté n’étant pour eux qu’une étape, souvent de jeunesse, dans leur trajectoire.

Le choix du logement : un signe d’intégration

30Pour beaucoup d’enseignants titulaires, la nomination douaisienne puis lilloise a pour corollaire immédiat une installation dans l’espace urbain de la métropole, sans qu’il ne s’agisse là que d’un simple respect de l’obligation de résidence faite aux fonctionnaires. Un décret du 12 juillet 1901 est cependant venu rappeler que les membres des facultés et écoles assimilées sont tenus de résider dans la ville où siège la faculté ou l’école dont ils font partie, s’ils n’en ont pas été dispensés pour causes approuvées par le ministre. Une nouvelle circulaire du 13 juillet 1920 vient ensuite confirmer cette règle mais il semble bien que son application réelle ait été de plus en plus lâche dans l’entre-deux-guerres.

  • 8 Voir le Livret étudiant de l’année 1900-1901 qui donne les adresses des enseignants des facultés.
  • 9 Livret étudiant, année 1910-1911.

  • 10 Livret étudiant, année 1924-1925 et Annuaire statistique du département du Nord, année 1924.
  • 11 Le Livret étudiant, année 1936-1937 et Annuaire statistique du département du Nord, 1936.

31Le choix du logement est d’ailleurs souvent stratégique car ce sont les quartiers très proches de la faculté qui sont les plus convoités, beaucoup d’enseignants pouvant ainsi, en quelques minutes, se rendre à pied, de leur domicile à leur lieu de travail. En 1900-1901, les dix-sept enseignants de la faculté logent tous à Lille sauf Auguste Penjon qui est autorisé à résider à Douai8. La rue d’Artois (Langlois, Lefèvre et Chamard), la rue Brûle-Maison (Thomas), la rue Solférino (Haumant, Derocquigny, Benoit), les rues Nicolas Le-Blanc (Petit-Dutaillis) et Jeanne d’Arc (Dufour) sont toutes des axes menant directement ou presque à la faculté. Tous ces enseignants sont ainsi à quelques minutes, non seulement de la faculté mais aussi les uns des autres ce qui permet à la fois les rencontres familiales et professionnelles. En 1910, la situation est identique ou presque9. Seuls deux des dix-neuf enseignants n’habitent pas Lille. Auguste Penjon est toujours domicilié à Douai tandis que Pierre Jouguet loge à La Madeleine, commune très proche de la métropole. Après la Première Guerre mondiale, les choses évoluent cependant vers une plus grande prise de distanciation entre les enseignants et la réalité urbaine lilloise. En 1924, à partir des vingt-deux adresses recensées par le Livret étudiant10, ils sont encore dix-sept à résider sur Lille. Floris Delattre loge à Loos-les-Lille et Georges Ascoli à Ronchin qui sont des communes de la proche banlieue lilloise mais trois autres titulaires ont désormais décidé de rester parisiens et de faire le trajet régulièrement. Louis André, Isidore Levy et Henri Bornecque déclarent en effet un logement parisien. En 1936-1937, le Livret de l’étudiant permet de mesurer cet ancrage lillois mais aussi son relatif déclin11. Ils sont quatorze (51,8 %) à résider dans la ville de Lille et trois (11,1 %) à loger dans des communes très proches, agglomérées à la métropole (Benoit et Guerlin de Guer à La Madeleine, Braure à Templemars). Deux enseignants habitent ensuite Tourcoing (Henne et Peyssard, un chargé de conférences). Un enseignant réside à Armentières (Cordier) et un autre à Valenciennes (Moret). La ville de Paris est le lieu de résidence de quatre enseignants (Digeon, Emerit, André et Pascal) alors que deux autres résident dans sa banlieue (Jeanmaire à Viroflay en Seine-et-Oise et Tosi à Montreuil-sous-Bois). Ils ne sont donc plus finalement que 60 % à habiter Lille et ses communes environnantes (La Madeleine, Templemars, Lambersart) même si 77,7 % résident toujours dans le Nord. L’agglomération parisienne rassemble désormais 22,2 % des domiciles déclarés. L’attraction parisienne s’exerce donc à ce niveau-là également, les progrès des moyens de transport et en particulier des chemins de fer permettant des trajets plus rapides entre Lille et Paris. L’enracinement septentrional reste cependant, tout au long de la Troisième République, fortement majoritaire.

Les enseignants et la vie mondaine septentrionale

32Bien souvent d’ailleurs, mais nous devons ici nous contenter de peu d’informations directes, les enseignants de la faculté acceptent d’entrer en relations avec les notables locaux et régionaux et participent à la vie mondaine de leur cité d’accueil. Il semble bien, cependant que la tendance soit, progressivement à un certain repli sur son propre monde. On côtoie certes les élites politiques locales, les élus et le préfet lors des grandes cérémonies officielles mais les enseignants semblent d’abord pratiquer les loisirs et fréquenter les réceptions propres au monde de la fonction publique et aux élites culturelles. Les soirées organisées par le recteur et son épouse sont incontournables, tout comme celles que peuvent mettre sur pied les doyens des facultés. Il est aussi fondamental de bien paraître lors de toutes les cérémonies et fêtes purement universitaires qui peuvent aller des traditionnelles séances de rentrée aux bals organisés par l’Association générale des étudiants lillois fondée en 1881 ou aux réceptions exceptionnelles liées à la venue d’un ministre.

  • 12 Archives nationales, F17 20592 ; dossier personnel d’Abel Desjardins, rapport du recteur Nolen en 1 (...)

33Mais il semble bien que les professeurs préfèrent se rassembler entre eux, avec quelques amis, souvent universitaires, pour discuter et s’amuser. Les sorties au théâtre et au concert sont fréquentes mais on apprécie de rester entre soi, partageant un même élitisme culturel. Les relations avec le recteur apparaissent fréquentes sous la Troisième République mais ne sont pas dépourvues d’ambiguïtés ni de tensions, ce dernier ayant à l’époque un pouvoir certain sur le personnel des facultés. Les sourires et les messages de sympathie cachent donc bien souvent des conflits et des querelles de préséances. Le recteur Nolen écrit, par exemple, dans son rapport de notation (1886) à propos du doyen Abel Desjardins qu’il est certes un « homme du monde mais que la démarche mal assurée, plus incertaine, la parole plus lente, les somnolences plus fréquentes, tout annonce que chez Monsieur le doyen, la vieillesse est venue [...]. Une chute qu’il a faite vers le commencement de l’année, l’a retenu longtemps dans sa chambre où les boursiers venaient entendre ses leçons [...]. Je ne crois pas que le décanat puisse longtemps rester confié aux mains de M. Desjardins [...]. Il devient sourd »12. Il faut donc lui faire habilement comprendre que l’âge de la retraite a sonné, ce qui n’est pas chose facile. Les conflits d’intérêts sont souvent très présents derrière les bienséances respectées. Jean-Baptiste Tissandier écrit ainsi au recteur le 2 octobre 1879 :

  • 13 Arch. dép. Nord, 2T 485, dossier Jean-Baptiste Tissandier ; lettre au recteur du 2 octobre 1879.

« Si je ne suis pas venu à votre soirée, c’est que la cérémonie du matin m’avait profondément attristé. Je ne sais si c’est dans un but de conciliation que vous me mandez de nouveau dans votre cabinet. N’abusez pas de ce moyen, je vous prie. Je n’admets pas que le recteur intervienne dans nos affaires de famille. Celui qui l’appelle est comme le pion qui a besoin du proviseur pour avoir la paix dans son étude [...]. C’est un mauvais doyen. J’attends une réponse de Monsieur Desjardins. C’est entre lui et moi que l’affaire doit se passer »13.

  • 14 Archives nationales, F17 20446, dossier Ferdinand Colincamp, lettres du recteur à Louis Liard du 9 (...)

34En réalité, il s’agit de querelles anciennes liées aux péripéties de l’accession à la chaire de philosophie et qui se sont trouvées renforcées par des disputes philosophiques. « Il est avec Auguste Comte et Littré ; moi avec Lachelier, Fouillée et Liard ». L’arrivée d’un jeune maître de conférences de philosophie, Alfred Espinas, a aussi froissé l’amour-propre du professeur titulaire qu’est Tissandier. Le recteur Foncin doit, la même année, gérer les tensions liées à la fin de carrière difficile de Ferdinand Colincamp qui multiplie les absences pour raison de santé et fait plusieurs fois mauvaise impression dans des conférences publiques mais dont l’épouse ne veut pas entendre parler de retraite14. « Le doyen des lettres joue dans toute cette affaire un rôle suspect. Pour des motifs d’intérêt personnel fort mesquins et contraires aux intérêts réels de sa faculté, il tâche de traîner les choses en longueur et j’ai tout lieu de croire qu’il soutient en dessous la résistance de M. Colincamp » écrit le recteur à Louis Liard le 9 novembre 1879.

  • 15 Archives nationales, F17 20746, dossier Jules Fleury, lettre du recteur au ministre datée du 30 oct (...)
  • 16 Madame Camescasse, Souvenirs de Madame Camescasse : Douai au XIXe siècle, salons parlementaires sou (...)

35La république des lettrés, au-delà des apparentes complicités et des mondanités circonstanciées peut aussi se transformer en une société très dure où les rapports de force et les intrigues sont nombreux. Sous le Second Empire d’ailleurs, un conflit larvé oppose longtemps le recteur Jean-Jacques Guillemin et le proviseur du lycée, Jules Fleury (futur recteur lui aussi). Par épouses interposées, ils se reprochent d’organiser des soirées concurrentes et de faire pression sur les possibles invités, en particulier sur les universitaires. Une véritable querelle de préséances oppose alors des années durant les deux familles. Dans son rapport de 1858, le recteur note : « Monsieur Fleury ne saurait comprendre que la femme du recteur reçoive plus ou moins intimement des gens du monde, parmi lesquels se trouvent d’ailleurs des personnes fréquentant le collège rival du lycée »15. Il semble bien que les universitaires aient, un temps, poursuivi de leur assiduité cette vie mondaine septentrionale. Madame Camescasse, fille d’une grande famille douaisienne (Les Luce et De Legorgue) et épouse du préfet de police16, se souvient des soirées organisées par le doyen Abel Desjardins :

  • 17 Idem, p. 57.


« Le doyen de la faculté des lettres était le frère d’Ernest Desjardins, membre de l’Institut ; ils avaient tous deux un grand talent de lecteur et le montrèrent un soir en l’honneur de Madame Lardin de Musset, qui était en visite chez son cousin le général Moulin [...]. Ce fut une inoubliable soirée pour ceux qui furent conviés à entendre dans les salons de la faculté des lettres, les plus émouvantes poésies d’Alfred de Musset, récitées plus que lues par les deux frères. Le doyen des lettres [...] reçut beaucoup à dîner pendant les longues années qu’il passa à l’hôtel académique [...]. C’était un homme charmant, possédant cette galanterie léguée par les mœurs de l’ancienne France »17.

  • 18 Ibidem, p. 57.


36Spécialiste des leçons publiques d’histoire, il met en scène ses paroles : « Sa leçon à succès était celle où il racontait Charles IX et la Saint-Barthélemy, ce crime des catholiques. Il avait alors la voix tremblante, les larmes aux yeux et son public aussi ». Vivant avec sa belle-mère, Madame Ferray dont il a tardivement épousé la fille, le doyen Desjardins se plaît à organiser de long repas pour dix à douze personnes au plus et à jouer les entremetteurs de ses amies pour leur faciliter les flirts. « Il leur facilitait la chose sous l’œil bienveillant de sa femme qui, elle, sûre de la fidélité de son mari, aimait assez voir tromper ceux des autres ». À la même époque, Madame Camescasse note que « Ferdinand Colincamp était également très apprécié. Il avait épousé une douaisienne [...] dont les vendredis étaient fort courus »18.

  • 19 Raoul Blanchard, Je découvre l’Université : Douai, Lille, Grenoble, Paris, Fayard, 1963, p. 64.
  • 20 Idem, p. 63.

37Cette vie mondaine assez riche, qui fait se côtoyer les notables politiques et culturels de la région, semble avoir progressivement décliné sous la Troisième République et les enseignants de la faculté des lettres se replient davantage sur un cercle plus étroit d’intimes, souvent issus des milieux proches du leur, côtoyant les salons du rectorat, recevant des collègues des facultés ou des lycées de Lille. Raoul Blanchard, dans ses souvenirs, raconte son installation à Douai, à partir d’octobre 1900, puis à Lille de 1902 à l’automne 1906. Alors qu’il enseigne au lycée de Lille tout en travaillant à sa thèse de doctorat sur la Plaine du Nord de la France sous la direction d’Édouard Ardaillon, il se lie d’amitié avec un certain nombre d’enseignants et s’intègre vite dans les réseaux de sociabilité. « Nous sortions, et très fréquemment. Réceptions chez les amis, invitations aux réunions de la faculté des lettres [...], invitations aux soirées du rectorat »19. Il se souvient également de multiples contacts avec les enseignants de la faculté. « Saint-Léger était souvent des nôtres [...] ainsi que le ménage Petit-Dutaillis »20. Il participe également à diverses soirées organisées par Édouard Ardaillon, par le doyen ou par des collègues des autres facultés, appréciant beaucoup le professeur Barrois, directeur de l’Institut de géologie de Lille.

  • 21 Arch. dép. Nord, 2 T 483, dossier de fonctionnaire d’Émile Thomas, remarque du doyen datée de l’ann (...)
  • 22 Arch. nationales, F17 22240, dossier d’Auguste Penjon, notation de 1890 et 1891.

38Ces relations mondaines et amicales entre collègues ne doivent cependant pas laisser une impression d’entente forcément cordiale entre les diverses composantes de cette petite république encore très malthusienne. Il y a aussi de multiples conflits de personnes ou d’intérêts qui peuvent souvent déboucher sur de longues guerres larvées. Émile Thomas et Auguste Penjon, hostiles au transfert de la faculté des lettres de Douai vers Lille en 1887, s’opposent ainsi longuement au doyen Léon Moy auquel ils reprochent sa gestion inconvenante. Le conflit semble aussi avoir pour origine les prétentions des uns et des autres à l’élection au décanat dans les années 1880-1898. Dès lors, le doyen Moy refuse de remplir la fiche annuelle de notation du professeur Thomas et s’empresse de signaler en 1896 : « Monsieur Thomas persiste dans son attitude d’abstention boudeuse. C’est un philologue érudit [...] mais comme professeur, il ne rend pas à la faculté tous les services qu’on peut attendre de lui. Il ne s’intéresse pas suffisamment aux étudiants ; il manque envers eux de zèle et de bienveillance [...]. Ne paraît à la faculté qu’aux heures de ses cours ; n’est jamais aux assemblées, au conseil »21. Dès 1891, le même doyen Moy signale à propos cette fois d’Auguste Penjon : « caractère un peu difficile, protestataire intransigeant, entraîné dans une coterie »22. Les susceptibilités sont donc rapidement froissées dans ce petit monde des universitaires littéraires et, si les relations amicales sont nombreuses, les tensions sont aussi fréquentes. Les querelles de préséance dans les fêtes universitaires et les réceptions officielles, les rivalités de personnes dans la course aux promotions ou aux publications, le choix des nouveaux enseignants à recruter pour l’institution, sont des occasions multiples de surchauffe des énergies et d’accumulation de frustrations qui donnent lieu à des disputes.

39La vie mondaine des universitaires septentrionaux connaît de 1870 à 1940 un déclin certain si l’on ne prend en compte que leur participation aux grandes soirées organisées par les élites régionales. Le professeur qui était essentiellement sous le Second Empire, un donneur de cours public, un grand orateur pour le public bourgeois de sa ville d’accueil, se transforme peu à peu en chercheur méthodique, avide de faire avancer la science et en professeur qui fait cours à de réels étudiants. Ce « grand renfermement » pédagogique et scientifique sur la faculté et ses activités semble bien s’être accompagné d’un certain repli social, les enseignants ne rencontrant plus que leurs semblables le plus souvent. Une sociabilité spécifique se met alors en place faite de petites soirées familiales avec des collègues, de sorties culturelles (théâtre et concert surtout) et de réceptions plus imposantes mais de plus en plus intégrées dans un calendrier propre à l’Instruction publique et allant des soirées de gala au rectorat jusqu’aux bals étudiants et aux séances solennelles de rentrée.

L’ancrage de la recherche dans la réalité régionale et ses limites

40Un dernier point peut permettre de mesurer l’enracinement réel des enseignants dans la réalité sociale et culturelle de la région du Nord, à savoir l’orientation de leurs recherches scientifiques personnelles et des cours proposés dans une démarche qui tienne compte des spécificités de leur milieu d’accueil. S’il est bien évident que l’ensemble des titulaires de la faculté, entre 1870 et 1940, n’acceptent pas d’infléchir leur champ de recherche pour tenir compte de la réalité régionale, il n’en demeure pas moins qu’ils sont nombreux à être conscients de l’originalité de la région du Nord et que beaucoup d’entre eux accordent du temps à l’étude de ses spécificités et acceptent de moduler leur enseignement en fonction des réalités observées.

Les cours proposés aux étudiants

  • 23 Voir les emplois du temps dans les livrets étudiants de l’Université. Ici, Livret étudiant, année 1 (...)

41Tout au long de la période, les enseignants de la faculté des lettres proposent aux étudiants des cours qui doivent permettre de leur faire comprendre la région dans laquelle ils vivent et qui sont le complément des cours beaucoup plus généraux, à prétention universelle, qu’ils leur donnent par ailleurs pour les préparer aux concours et aux examens. Si cet ancrage septentrional est assez délicat à mettre en œuvre et ne se justifie en rien au niveau de l’enseignement de la philosophie générale, on le comprend, le professeur de philosophie peut compter sur le cours de la science de l’éducation pour accompagner ses démonstrations théoriques, par des enquêtes de terrain (rôle de Georges Lefèvre) qui tiennent compte de la réalité scolaire de l’académie de Lille. En histoire, les cours généraux, répartis par grandes périodes historiques (histoire ancienne, histoire du Moyen Âge, histoire moderne et contemporaine) traitent de questions globales et n’abordent qu’exceptionnellement, au détour d’une question, des éléments régionaux. Mais des chaires plus spécifiques sont là pour enrichir l’enseignement. En histoire de l’art, François Benoit accorde ainsi une grande place aux collections du Musée des Beaux-Arts de Lille et à la peinture flamande. Alexandre de Saint-Léger, reprenant la tradition lancée par Jules Flammermont, propose constamment des cours, souvent publics, sur l’histoire septentrionale. Chargé d’un cours complémentaire en 1901, il est ensuite nommé maître de conférences en 1902 puis obtient sa titularisation dans la chaire d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France en novembre 1907 grâce à une subvention complémentaire de la ville de Lille. Pour l’année 1913-1914 par exemple, il réalise trois séquences23 : un cours public placé le mardi de 17 h 30 à 18 h 30 traite de l’histoire de Lille de 1667 à la Révolution tandis qu’un second cours public, le mercredi, à la même heure, traite du département du Nord pendant la Révolution. Une troisième séance est réservée, le jeudi de 16 à 17 heures, aux étudiants pour des travaux sur documents. Le professeur Langlois consacre également une partie de son activité à des cours publics de langues et littératures picardes et wallonnes. Pour la même année universitaire, il organise par exemple trois séquences consacrées, l’une à la grammaire historique et les deux autres à des explications de textes. En géographie, l’unique enseignant de la discipline consacre toujours l’une de ses trois séquences hebdomadaires à une question de géographie régionale. En 1913-1914, Antoine Vacher traite par exemple de la géographie régionale de la circulation.

42En lettres, l’orientation régionale des cours est, par contre, inexistante, les professeurs de langues et littératures grecques, latines et françaises ne consacrant pas de plages horaires à de tels enseignements. C’est la même chose en langues vivantes, on le devine. Pour cette année 1913-1914, c’est donc finalement neuf séquences sur soixante-sept (13,4 %) qui sont réellement ancrées dans la réalité septentrionale.

  • 24 Voir le Livret étudiant de l’année 1923-1924, p. 88-97.

43Dans l’entre-deux-guerres, les choses n’évoluent pas de façon très significative et la faculté demeure essentiellement un lieu d’enseignement à prétention universaliste, ne revendiquant aucune spécificité régionale dans la plupart de ses disciplines. En 1923-1924, la faculté ne propose encore, parmi vingt-huit certificats de licence possibles24, que quatre certificats à ancrage régional, valables uniquement pour la licence libre et non pour la licence d’enseignement : histoire régionale, archéologie et histoire de l’art régional, langues et littératures picardes et wallonnes, géographie régionale.

  • 25 Voir Arch. dép. Nord, VM 146170, procès-verbal du conseil de la faculté dans sa séance du 21 janvie (...)
  • 26 Voir L’Écho du Nord du 21 novembre 1928.


44Deux points sont cependant à relever qui montre cette volonté toujours présente de tenir compte de la spécificité de la région. La faculté poursuit tout d’abord son ouverture disciplinaire en direction des langues et des civilisations de l’Europe centrale, jouant sur sa position septentrionale de carrefour, au contact des pays du Nord-Ouest européen. Un cours de langue et littérature russes avait été proposé dès mai 1892 à Lille par le conseil des facultés qui désirait procurer aux négociants nordistes la possibilité d’apprendre la langue d’un pays avec lequel ils pouvaient réaliser des affaires depuis l’Alliance franco-russe25. C’est Émile Haumant qui est chargé, de 1892 à 1902, de cet enseignement que poursuit ensuite André Lirondelle. En 1927, la faculté inaugure un cours de langue et littérature polonaises qui se maintient jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, signe à la fois d’un intérêt pour la Pologne proche mais aussi d’une prise en compte de l’importance de la communauté polonaise dans le Nord de la France. Un lecteur, M. Godlewski, organise d’ailleurs à côté de l’enseignant titulaire, de nombreuses conférences et même des échanges linguistiques avec la Pologne26. Un cours d’histoire et de civilisation de la Roumanie est également ouvert en 1928 par Marcel Emerit tandis que Victor-Lucien Tapié se voit confier en 1937 la nouvelle chaire d’histoire et de civilisation de l’Europe centrale créée spécialement pour lui. On peut donc considérer cette volonté de développement de l’histoire et de la pratique de la langue des pays slaves comme étant liée à la prise en compte de la position spécifique de la faculté, au contact des influences Nord et Est européennes.

  • 27 Arch. dép. Nord, 2 T 946, lettre du recteur Châtelet au doyen du 3 avril 1930.
  • 28 Voir le Livret étudiant de l’année 1932-1933.

45Le second changement majeur concerne l’introduction dans les études de philosophie ou d’histoire d’un certificat de psychosociologie de l’homme au travail, créé par arrêté du 26 juin 1930. L’assemblée de la faculté avait souhaité cette création d’un certificat libre de licence en parlant d’un besoin régional indiscutable. « Le comité consultatif de l’Enseignement Supérieur a reconnu que la région industrielle de Lille est particulièrement qualifiée pour favoriser les recherches sur les conditions tant psychiques que sociales du travail et sur les problèmes de la rationalisation »27 écrit le recteur Châtelet au doyen de la faculté en avril 1930. Les cours proposés, confiés tout d’abord au professeur René Hubert, abordent des questions très diverses : les conditions historiques, géographiques et démographiques de la production industrielle de la région, les mobiles du travail et leur évolution, la psychologie collective des travailleurs, la solidarité ouvrière et les conflits du travail, l’organisation scientifique du travail, la vie sociale des travailleurs, l’éducation professionnelle et sociale des travailleurs, le rôle technique et social des chefs d’entreprises28.

  • 29 Voir le Livret étudiant de l’année 1929-1930, p. 162-167.

46L’emploi du temps de l’année 1929-1930, réparti sur soixante-quatorze séquences horaires propose cinq séquences que l’on peut qualifier de régionales29. René Hubert réalise le cours de psychosociologie de l’homme au travail, le mercredi de 18 à 19 heures ; Alexandre de Saint-Léger a toujours trois séquences horaires consacrées à l’histoire de Lille et aux études de documents. Maximilien Sorre réalise un cours spécifique de géographie de l’énergie dans le Nord, le lundi à 17 heures. Ces enseignements régionaux sont douze si l’on y ajoute les quatre séquences consacrées à l’histoire, à la littérature et à la langue russes (Antoine Martel), celle consacrée par le même enseignant à la langue polonaise et la séance d’histoire et de civilisation roumaines dirigée par Marcel Emerit. On considère alors que cette ouverture vers l’Europe Centrale est liée au positionnement géographique de la faculté la plus septentrionale de France.

47L’ouverture des cours de la faculté aux problèmes locaux et aux caractéristiques régionales existe donc bien mais elle demeure assez limitée, ne concernant que quelques cours très particuliers fortement identifiés comme spécifiques. L’essentiel des cours vise à la diffusion de connaissances plus générales et à la formation d’une culture humaniste à vocation universelle ou tout du moins à la promotion d’un savoir scientifique national.

Les recherches dirigées ou réalisées par les enseignants

48Si l’ancrage régional n’est pas très significatif dans la palette des cours proposés aux étudiants, il est cependant possible, dans les travaux personnels des enseignants ou dans les mémoires de diplôme d’études supérieures (ancêtres de la maîtrise) et les rares thèses qu’ils dirigent, de relever une volonté d’utilisation des ressources documentaires locales. Cet enracinement est, on peut s’en douter, absent chez les professeurs de philosophie, de langues ou de lettres classiques (latin et grec) mais il apparaît à la marge chez les enseignants de langue et littérature françaises. Léon Moy publie en 1889 un gros ouvrage sur les institutions ouvrières et sociales du département du Nord, destiné à l’exposition universelle. Henri Potez, originaire du Pas-de-Calais consacre après la Première Guerre mondiale une petite étude à Arras : ville meurtrie de France, après avoir édité en 1907 une Petite anthologie du Nord et du Pas-de-Calais : les paysages des Flandres, de l’Artois et du Boulonnais décrits par les poètes. Charles Guerlin de Guer, professeur de grammaire et de philologie françaises, spécialiste des patois normands, s’intéresse à la littérature patoisante et lance une vaste enquête sur les patois du Nord et du Pas-de-Calais en 1931.

  • 30 Alexandre de Saint-Léger et Philippe Sagnac, Les cahiers de la Flandre maritime en 1789, Dunkerque, (...)
  • 31 Voir Mélanges : Écrits de Philippe Sagnac. Il écrit par exemple un article dans la revue d’histoire (...)
  • 32 Voir Philippe Marchand, « L’Enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Lille et son ins (...)

49L’implication locale et régionale semble, par contre beaucoup plus évidente en histoire-géographie où les enseignants acceptent souvent de participer à des recherches sur le passé de la France septentrionale ou sur ses caractéristiques géographiques. Jules Flammermont est le véritable initiateur, en 1892, avec l’aide financière de la municipalité lilloise, des cours publics sur l’histoire du Nord et de Lille et publie divers ouvrages dont Album paléographique du Nord de la France, Lille et le Nord au Moyen Âge, Histoire de l’industrie à Lille. Philippe Sagnac travaille de son côté avec Alexandre de Saint-Léger à l’édition de deux tomes regroupant les Cahiers de la Flandre Maritime30 (cahiers de doléances). Il dirige aussi plusieurs mémoires de diplôme d’études supérieures sur l’histoire régionale et publie plusieurs articles consacrés à la région dans la Revue du Nord ou la Revue d’histoire moderne qu’il dirige31. Il participe aussi très activement à la création en juillet 1904 du Comité du Nord pour l’histoire économique de la Révolution française, section départementale du Comité d’études relatives à la vie économique de la Révolution française constitué à l’initiative de Jean Jaurès32. On y retrouve, outre Sagnac, A de Saint-Léger, et l’étudiant Georges Lefebvre. Le comité travaille en particulier à la publication des cahiers de doléances dont les deux tomes cités plus haut sont un remarquable exemple. Fondateur de la Revue du Nord en 1910, nous l’avons vu, Alexandre de Saint-Léger met aussi sur pied en juin 1912 une Société d’encouragement aux études locales qui associe notables économiques, membres de l’Instruction publique et érudits locaux. Son but est d’organiser des conférences régulières mais aussi de former scientifiquement et méthodologiquement les chercheurs locaux tout en organisant des concours de monographies locales pour les instituteurs. La guerre devait cependant mettre à mal l’initiative.

  • 33 Pour plus de détails sur cette réforme des études, voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’ (...)

50La réforme des épreuves de l’agrégation d’histoire-géographie par l’arrêté du 28 juillet 1896 impose aux agrégatifs la possession du diplôme d’études supérieures (DES) qui avait été créé en 1886 (tout en demeurant facultatif)33. L’obtention de ce nouveau diplôme qui vise à décharger les jurys d’agrégation de la vérification des aptitudes scientifiques (maîtrise des techniques de recherches), repose sur la rédaction et la soutenance d’un mémoire original dont le sujet a été agréé par l’équipe enseignante de la faculté. Ce nouveau diplôme apparaît très vite comme un réel espace de liberté qui permet aussi une première spécialisation entre l’histoire et la géographie. Diverses épreuves orales accompagnent d’ailleurs la soutenance pour vérifier l’aptitude méthodologique du candidat. Ce DES, resté optionnel dans les autres disciplines (lettres, langues vivantes et philosophie) devait d’ailleurs être imposé à tous les agrégatifs par l’arrêté du 18 juin 1904.

  • 34 Voir l’article d’Alexandre de Saint-Léger, « De l’organisation du travail historique dans la région (...)
  • 35 Voir Jean-François Condette, « Le développement des études d’histoire-géographie à la faculté des L (...)

51En histoire-géographie, le DES est l’occasion d’enraciner l’initiation à la recherche dans la réalité locale et régionale34. Pour la seule période 1894-1914, vingt-cinq DES sont réalisés à la faculté des lettres en histoire-géographie dont le premier est soutenu le 7 mai 1896 par l’étudiant Louis Germain sur la découverte de la côte occidentale de l’Amérique du Nord. Sur ces vingt-cinq mémoires, seize traitent de sujets historiques ou géographiques à dimension locale ou régionale35. A de Saint-Léger en personne soutient le 25 juin 1897 son diplôme d’études supérieures sur Dunkerque et la Flandre Maritime sous la domination française de 1662 à 1789, ébauche de sa future thèse.

52Le couronnement de cet enracinement régional reste cependant la soutenance à Lille d’une thèse de doctorat. Pour la période 1887-1914, la faculté voit sept thèses être soutenues en histoire-géographie avec des sujets qui sont à chaque fois très liés à la région : La Flandre maritime et Dunkerque sous la domination française de 1659 à 1789 (Alexandre de Saint-Léger, 26 juin 1900), Le département du Nord sous la Seconde République (A.-M. Gossez, 23 décembre 1903), Cambrai à la fin du Moyen Âge (H. Dubrulle, 25 février 1905), La Flandre : étude géographique de la plaine flamande (Raoul Blanchard, 8 mai 1906), Jérôme Bosch : le faiseur de diables de Bois-le-Duc (M. Gossart, 19 mars 1907), Calais au Moyen Âge, des origines au siège de 1346 (F. Lennel en 1909), L’abbaye de Liessies en Hainaut depuis ses origines jusqu’à la réforme de Louis de Blois : 764-1566 (J. Peter en 1912). Cette tradition historienne se maintient ensuite dans l’entre-deux-guerres sans changement notable. C’est ainsi, par exemple, que Maurice Braure soutient à la faculté sa thèse de doctorat sur La Flandre wallonne au XVIIIe siècle en juin 1932.

53En géographie, l’étude des spécificités régionales septentrionales intéresse aussi, même si c’est à un degré moindre, les enseignants qui acceptent volontiers d’écrire divers articles sur le Nord. Henri Cons est ainsi l’auteur d’un Nord pittoresque de la France. Albert Demangeon soutient en 1905 à la Sorbonne sa célèbre thèse sur La Picardie et les régions voisines : Artois, Cambrésis, Beauvaisis et enseigne à la faculté de 1904 à 1911. André Gibert écrit un article très documenté sur l’industrie houillère de la région du Nord devant la crise en 1934 qui paraît dans le Bulletin de la Société de géographie de Lille.

54Si l’on excepte quelques figures historiennes qui témoignent d’un intérêt certain pour l’étude des spécificités régionales, l’enracinement des enseignements quotidiens et des recherches personnelles des enseignants de la faculté dans la réalité septentrionale est donc faible. L’institution lilloise assure essentiellement des formations générales ou spécialisées qui se veulent similaires à celles proposées dans les autres facultés de France et en particulier à Paris. Cette prétention à l’universel est aussi la condition nécessaire d’une possible intégration dans le corps enseignant d’une autre faculté, un marquage trop net dans une spécificité régionale interdisant de façon presque systématique l’accès aux postes parisiens.

La participation à la vie culturelle régionale

  • 36 Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 213.

55Tout en travaillant à leur recherche spécifique à vocation générale, les enseignants titulaires de la faculté acceptent bien souvent de se transformer en « éveilleurs » et participent à une entreprise durable de diffusion du savoir parmi l’élite sociale de la région qu’ils accueillent à la faculté pour des cours et des conférences publiques. Il faut toutefois noter que cette réception du public cultivé, qui était la grande raison d’être des facultés des lettres avant 1880, tout en se maintenant jusqu’en 1940, subit une érosion progressive liée au développement très important des formations fermées, destinées aux seuls étudiants. De l’essentiel, ces cours publics deviennent, en quelque sorte l’accessoire, le couronnement mondain d’une activité scientifique et pédagogique de bien plus grande ampleur. Louis Liard, parlant des facultés provinciales, tout en insistant sur le nécessaire maintien d’un cordon nourricier avec l’État, avait demandé « qu’elles soient enveloppées d’un placenta local. Il faut qu’elles trouvent sur place des sympathies, des stimulants, des sucs particuliers et de l’argent, beaucoup d’argent »36. Les universitaires lillois s’emploient donc à tisser des liens nombreux avec les notables régionaux qu’ils soient économiques ou politiques.

  • 37 Annales de l’Université de Lille, Rapport annuel du doyen sur l’année 1888-1889.


56Jusqu’en 1914, ils maintiennent en vie la tradition très ancienne des cours publics. Il s’agit de cours que le conseil de la faculté, puis le conseil de l’université, ont décidé d’ouvrir au public, des auditeurs libres pouvant venir écouter les enseignements du professeur. En 1888-1889, par exemple, sept cours sont déclarés publics, après accord entre la faculté et la municipalité qui verse un petit subside37. Henri Cons réalise un cours sur la géographie industrielle et commerciale qui peut intéresser les chefs d’entreprise ; Auguste Penjon fait un cours sur la pédagogie et la psychologie de l’enfant susceptible de faire venir à la faculté les enseignants du primaire et du secondaire mais aussi les parents soucieux d’en savoir plus. Léon Moy propose un cours de littérature française et d’explication de textes et Victor Courdaveaux, une séance de littérature grecque. Auguste Angellier traite de Charles Dickens et Émile Thomas réalise un cours de littérature latine. Charles Petit-Dutaillis, propose un cours sur l’histoire de Lille et de la région du Nord qui semble avoir rencontré un vif succès.

  • 38 Arch. dép. Nord, 2 T 933, Tableau des cours publics de l’année 1911-1912 : Ernest Langlois propose (...)

57À côté de ces cours publics existent aussi des conférences ouvertes qui sont en réalité cette fois des séquences essentiellement destinées aux étudiants, préparant donc aux examens, mais où la faculté accepte quelques personnes étrangères justifiant de leur intérêt pour la formation suivie. Pour cette même année 1888-1889, sept conférences sont ainsi déclarées ouvertes et concernent en particulier des cours de méthodologie (paléographie, explication de textes latins, de langues vivantes…) où quelques érudits locaux peuvent venir approfondir leur maîtrise scientifique en intégrant le groupe des étudiants. En 1911-1912, les cours publics sont toujours bien présents à la faculté et onze séquences sont ainsi proposées aux habitants de la région38 toutes les semaines. L’habitude se prend progressivement d’étaler certains cours publics sur plusieurs années afin de disposer de temps et d’aborder dans le détail la question traitée. Si les conférences ouvertes semblent disparaître progressivement dès avant 1914, les cours publics eux se maintiennent jusqu’en 1939 mais en déclinant progressivement. En 1925-1926, par exemple, les cours publics sont toujours bien là avec neuf séquences dont six en histoire-géographie.

  • 39 Bibl. mun. Lille, Danchin II, 103, Affiche du programme des cours publics de la faculté ; année 190 (...)
  • 40 Idem, année 1913.


58En fait, une séparation plus nette entre cours réservés aux étudiants et conférences publiques s’instaure progressivement qui apparaît dès la « Belle Époque » et se généralise dans l’entre-deux-guerres. La faculté des lettres, en accord avec le conseil de l’université, organise de plus en plus, le soir, de grands cycles de conférences destinés aux auditeurs de la région et l’habitude se prend de fédérer les énergies, en fixant un thème précis pour le semestre ou pour l’année. Il s’agit là de moments beaucoup plus cérémonieux que l’on place en fin de journée pour permettre aux notables de venir écouter la bonne parole tout en s’y montrant avec leur épouse. Ces lieux de mondanité permettent aussi aux enseignants d’entrer en relations avec la bonne société septentrionale, tissant ainsi un réseau serré de liens parfois très utiles. De janvier à mars 1909, le thème retenu pour onze conférences successives est Louis XIV et son temps39. En 1913, c’est l’Angleterre contemporaine qui est au programme autour de dix conférences publiques40. Antoine Vacher réalise une introduction géographique. Le professeur Malaquin, de la faculté des sciences consacre sa conférence au mouvement scientifique né avec Darwin ; Jules Derocquigny présente Dickens et André Lirondelle, Tennyson. André Kozsul réalise une conférence sur Newman et le mouvement d’Oxford ; son collègue Floris Delattre traite de la pensée religieuse de Robert Browning et Henri Potez présente l’Irlande poétique. Le professeur Schatz (droit) vient présenter les doctrines et les faits sociaux et son collègue de sciences, le professeur Paillot présente le développement des sciences physiques en Angleterre. Philippe Sagnac, quant à lui, réalise une vaste fresque de l’évolution générale de l’Angleterre contemporaine. Cette organisation dédoublée qui différencie définitivement les cours fermés — destinés aux étudiants et qui sont l’activité fondamentale de la faculté — et les conférences publiques destinées aux élites culturelles régionales, se maintient et se renforce même dans l’entre-deux-guerres, les professeurs acceptant constamment de participer à cette mission de vulgarisation scientifique et de rencontre avec les notables.

59En 1924, le thème retenu est celui de la France intellectuelle sous le Second Empire ; en 1930, les conférences se focalisent sur les contes et les légendes d’autrefois. En 1933, on assiste à une présentation détaillée des tendances littéraires et artistiques contemporaines. À partir de 1935, signe des temps, nous y reviendrons, les universitaires décident de traiter de thèmes plus politiques. Ils présentent ainsi successivement le monde germanique en huit conférences (1935), l’Italie en dix conférences (1936), la Russie (1937), le monde slave et l’Europe centrale (en 1938). Devant l’imminence de la tempête guerrière, les universitaires reviennent en 1939 à leurs premières amours et décident de traiter du théâtre d’aujourd’hui.

  • 41 L’Écho du Nord du vendredi 16 mars 1891.

  • 42 L’Écho du Nord du dimanche 14 décembre 1913.
  • 43 L’Écho du Nord du lundi 16 février 1913.

  • 44 L’Écho du Nord du lundi 17 janvier 1910.

60Ces conférences publiques, jusqu’en 1939, connaissent un réel succès parmi l’élite cultivée de la métropole et de la région. « La nouvelle conférence de Monsieur Angellier sur Georges Eliot a eu lieu vendredi au milieu d’une affluence plus grande encore que les semaines précédentes »41 signale l’Écho du Nord en mars 1888. « On sait le succès considérable qu’obtiennent chaque année les conférences du samedi à la faculté des lettres de Lille »42 note le journal en décembre 1913. « Dans la salle, une foule de notabilités de Lille, Roubaix et Tourcoing. On se serre, on s’écrase littéralement. Les chaises circulent par-dessus les têtes, les aigrettes et les plumes des chapeaux »43. Bien avant l’heure fixée, l’amphithéâtre de la faculté [...] était bondé d’auditeurs et surtout d’auditrices [...]. La conférence portait sur les salons au XVIIIe siècle »44. Les universitaires littéraires, comme les autres facultés d’ailleurs, acceptent donc constamment d’ouvrir leur faculté à l’élite cultivée de la région et travaillent à diffuser la connaissance parmi ces milieux privilégiés.

61Dans le même temps, ils participent souvent au mouvement inverse qui les fait intégrer des sociétés extra-universitaires liées à l’enseignement et à la culture. Sortant de leur faculté, ils rejoignent les diverses sociétés de prévoyance ou les sociétés savantes qui se développent rapidement à l’époque. Les historiens sont presque tous membres de la puissante Commission historique du département du Nord. Alexandre de Saint-Léger y entre dès 1902 et en devient le président de 1920 à 1944, œuvrant à la fédération des recherches historiques régionales et diffusant parmi les érudits locaux les grandes règles de la méthodologie historique. Nombreux sont aussi les enseignants qui rejoignent la Société des sciences et des arts de Lille. Les littéraires sont souvent membres de sociétés lilloises de promotion des arts et lettres.

  • 45 Voir le Bulletin de la Société de géographie de Lille qui donne régulièrement la liste des adhérent (...)
  • 46 Arch. dép. Nord, 1 T 246/5, Société de géographie de Lille. (voir aussi 1 T 241/9).

  • 47 Pour plus de détails, voir Jean-François Condette, « L’institutionnalisation de la géographie dans (...)

62Les géographes quant à eux, intègrent rapidement la Société de géographie de Lille qui est très dynamique45. Fondée en janvier 1882 et reconnue d’utilité publique le 2 décembre 1895, elle compte 700 adhérents en 1882, 2 135 en 1909 et 1 690 en 1930 ; la société propose « chaque année quarante conférences par hiver et vingt excursions et voyages par été »46 et a pour objectifs de promouvoir la culture géographique dans l’opinion mais aussi de servir les intérêts industriels, agricoles et commerciaux de la région. Édouard Ardaillon accepte plusieurs fois de réaliser des conférences pour la société et intègre son comité d’études47. Albert Demangeon fait de même et donne quelques articles au bulletin même s’il semble vouloir prendre une certaine distance vis-à-vis d’une société non universitaire et d’une activité qui peut lui apparaître comme une extrapolation de son rôle scientifique. Antoine Vacher s’engage davantage et on le retrouve en 1913-1914, comme secrétaire adjoint du bulletin. Il fait aussi partie de la commission du bulletin, de celles de la bibliothèque, des actes et des collections. Le président de la société à cette date est Auguste Crépy, un négociant. Le bureau directeur comprend, entre autres, un juge, deux négociants, un banquier et trois grands noms de l’industrie nordiste. Cette tradition d’engagement au sein de la société se maintient ensuite dans l’entre-deux-guerres. Maximilien Sorre, dès 1923, accepte d’être le secrétaire général de la société et c’est à ce titre qu’il réalise un rapport annuel très détaillé, participant à la rédaction d’une grande partie du bulletin, se chargeant de faire de nombreux comptes rendus d’ouvrages. Il participe à trois commissions sur six, celle du bulletin et des nouvelles géographiques, celles des concours et des excursions et voyages.

  • 48 Bulletin de la société de géographie de Lille, tome 1930, p. 8.

« Dès janvier 1923, il devient secrétaire général. Pendant les sept ans écoulés [...], il se montra un des secrétaires les plus actifs. Il était assidu aux séances du comité d’études ; sa compétence étendue nous fut précieuse pour régler les rapports de notre société avec les sociétés étrangères, pour juger des travaux et des revues qui nous étaient communiqués [...]. Il voulut que notre bulletin périodique eût un caractère véritablement scientifique [...]. Seul ou presque, il assura la charge de le rédiger tout entier »48.

  • 49 Idem, 1937, « Compte rendu de l’excursion », p. 272-288.
  • 50 Arch. dép. Nord, 1 T 240/8, lettre d’avril 1888.

63Après lui, André Gibert puis Roger Dion, prennent le relais ; ce dernier est ainsi dans quatre commissions sur six (commission du bulletin et des nouvelles géographiques, celle de la bibliothèque et des collections, celle des excursions et voyages, celle des concours) et reprend la tradition des sorties de terrain. En 1937, par exemple, il dirige une sortie géographique de la société vers les marais de la Scarpe, Pecquencourt et les buttes sableuses de Cantin. Il a lui-même fixé l’itinéraire dont le but est « de faire comprendre le cadre géographique où évoluent les civilisations qui successivement occupent le sol »49. L’excursion a lieu le 23 juin 1937 avec vingt-cinq membres de la Société de géographie et couvre une distance de 125 kilomètres alternant marche à pieds et transport en voiture. Les universitaires acceptent aussi d’animer de nombreuses commissions liées à la culture. Une lettre du ministre au recteur, en avril 1888, nous apprend que le doyen Moy est membre du comité d’inspection et d’achat des livres pour la bibliothèque municipale50. Le même doyen fait d’ailleurs aussi longtemps partie de l’Œuvre des Cantines Scolaires des quartiers Saint-Maurice et Saint-Sauveur qui ont pour but principal d’aider les établissements primaires à fournir aux jeunes élèves de ces deux quartiers très pauvres de Lille un repas copieux le midi à la cantine plutôt que de les voir repartir rapidement chez eux où le repas n’est pas garanti. Le comité lillois de l’Alliance française, créé en 1884, fait aussi une large place aux universitaires. À sa création, Édouard Ardaillon, Paul Dupont, André Lirondelle et Charles Petit-Dutaillis entrent dans le comité directeur.

64Les enseignants de la faculté des lettres de Lille acceptent donc souvent d’entrer en relation avec le milieu régional. S’ils sont finalement assez peu nombreux à « régionaliser » tout ou partie de leurs recherches scientifiques — quelques historiens et géographes mis à part — ils sont par contre favorables à une ouverture de la faculté sur l’extérieur, qui permet à l’élite sociale et culturelle septentrionale de venir suivre les cours et conférences publiques. Beaucoup d’entre eux participent aussi au mouvement inverse qui les fait intégrer les comités des œuvres caritatives et les sociétés savantes lilloises où ils peuvent participer à une œuvre de « démocratisation » du savoir, même si cette dernière s’adresse encore essentiellement à la bourgeoisie et à une mince frange des classes moyennes avides de se cultiver.

65La république des lettrés marque donc à sa manière l’espace géographique national et régional. Si les flux d’entrée à la faculté sont marqués par la variété, toutes les régions françaises fournissant des enseignants, il n’en demeure pas moins que l’institution recrute essentiellement dans une vaste France du Nord allant de la Bretagne à l’Alsace et englobant un grand Bassin parisien. Les postes occupés juste avant la titularisation lilloise confirment, en la grossissant, cette caractéristique géographique. L’académie de Lille et les lycées parisiens sont alors deux viviers fondamentaux pour le recrutement. Les flux de sorties, par contre, sont beaucoup plus organisés et mettent en avant la position favorable qu’occupe désormais la faculté dans la hiérarchie des institutions universitaires provinciales. Avec deux ou trois autres facultés, elle apparaît comme un tremplin vers les postes prestigieux de la capitale et en particulier vers la Sorbonne avec laquelle elle tisse des liens très étroits. Si l’on a parfois tendance à trop insister sur le facile et systématique enracinement de ces universitaires dans la réalité septentrionale (« le Nord, terre d’accueil »), l’examen des recherches menées à Lille montrant une nette domination des travaux généraux, sans lien aucun avec la réalité nordiste, il n’en demeure pas moins que les universitaires littéraires sont nombreux à rester longuement dans la région. 51,6 % d’entre eux restent au moins dix ans et 31,8 % plus de vingt ans. Ils choisissent alors souvent d’habiter à proximité de la faculté, acceptent d’orienter certains cours dans une optique régionale et rejoignent les sociétés savantes locales, œuvrant ainsi à la diffusion des connaissances, en dehors des bancs des facultés. Ils se transforment alors en agent de diffusion de la culture et sont bien loin des blafardes figures d’enseignants déracinés, « suspendus dans le vide » comme l’avait dit Barrès. Est-ce à dire qu’ils aillent encore plus loin et que ce rôle d’éveilleurs culturels se transforme peu à peu en combats d’intellectuels, les enseignants mettant leur renommée scientifique et morale au service d’une cause ? C’est ici tout le problème de leur positionnement politique qu’il nous faut analyser.

Haut de page

Notes

1 Maurice Barrès, Le roman de l’énergie nationale, Paris, Plon, 1961, tome I : Les Déracinés, p. 21. (voir à ce sujet l’article de Jean-François Sirinelli, « Littérature et politique : le cas Burdeau-Bouteiller », Revue Historique, CCLXXII, p. 91-111).

2 Christophe Charle, La République des Universitaires (1870-1939), Paris, Le Seuil, 1994, p. 112.

3 Les enseignants lillois qui rejoignent la Sorbonne sont les suivants : Georges Ascoli, Léopold Constant, Floris Delattre, Albert Demangeon, Roger Dion, Alfred Ernout, Gustave Fougères, Georges Gaillard, Henri Gouhier, Émile Haumant, Victor Henry, Jean Humbert, Vladimir Jankelevitch, René Jasinski, André Koszul, Raoul Labry, Raymond Las-Vergnas, Maurice Le Breton, Isidore Levy, Édouard Perroy, Léon-François Préchac, Philippe Sagnac, Lucien- Victor Tapié.

4 Voir Christophe Charle, La République des Universitaires (1870-1939), Paris, Le Seuil, 1994, p. 87. Voir aussi du même auteur, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris : Dictionnaire biographique, tome II : 1909-1939, Paris, CNRS-INRP, 1986, p. 4-10 : « La répartition des facultés d’origine avant l’arrivée à un poste en Sorbonne montre que certaines universités sont de meilleures cartes de visite que d’autres du fait de la constitution de réseaux de cooptation. Lyon, Lille et Strasbourg surclassent nettement toutes les autres universités ».

5 Christophe Charle, La république des universitaires, op. cit., p. 83-84.


6 Christophe Charle, La république des universitaires, op. cit., p. 197.


7 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure ; la formule est contenue dans la notice nécrologique de Jean Humbert, année 1981, p. 59.

8 Voir le Livret étudiant de l’année 1900-1901 qui donne les adresses des enseignants des facultés.

9 Livret étudiant, année 1910-1911.


10 Livret étudiant, année 1924-1925 et Annuaire statistique du département du Nord, année 1924.

11 Le Livret étudiant, année 1936-1937 et Annuaire statistique du département du Nord, 1936.

12 Archives nationales, F17 20592 ; dossier personnel d’Abel Desjardins, rapport du recteur Nolen en 1885.

13 Arch. dép. Nord, 2T 485, dossier Jean-Baptiste Tissandier ; lettre au recteur du 2 octobre 1879.

14 Archives nationales, F17 20446, dossier Ferdinand Colincamp, lettres du recteur à Louis Liard du 9 puis du 21 novembre 1879.

15 Archives nationales, F17 20746, dossier Jules Fleury, lettre du recteur au ministre datée du 30 octobre 1858.

16 Madame Camescasse, Souvenirs de Madame Camescasse : Douai au XIXe siècle, salons parlementaires sous la Troisième République, Paris, Plon, 1924, 378 p. (les pages 53 et suivantes consacrées aux facultés).

17 Idem, p. 57.


18 Ibidem, p. 57.


19 Raoul Blanchard, Je découvre l’Université : Douai, Lille, Grenoble, Paris, Fayard, 1963, p. 64.

20 Idem, p. 63.

21 Arch. dép. Nord, 2 T 483, dossier de fonctionnaire d’Émile Thomas, remarque du doyen datée de l’année 1896.

22 Arch. nationales, F17 22240, dossier d’Auguste Penjon, notation de 1890 et 1891.

23 Voir les emplois du temps dans les livrets étudiants de l’Université. Ici, Livret étudiant, année 1913-1914, p. 226-229.

24 Voir le Livret étudiant de l’année 1923-1924, p. 88-97.

25 Voir Arch. dép. Nord, VM 146170, procès-verbal du conseil de la faculté dans sa séance du 21 janvier 1903 qui demande un subside complémentaire afin de pouvoir créer une maîtrise de conférences de russe. Voir aussi l’article de Paul Gerbod, « L’image de la Russie en France de 1891 à 1917 », Revue Historique, mai-juin 1979, p. 115-122.

26 Voir L’Écho du Nord du 21 novembre 1928.


27 Arch. dép. Nord, 2 T 946, lettre du recteur Châtelet au doyen du 3 avril 1930.

28 Voir le Livret étudiant de l’année 1932-1933.

29 Voir le Livret étudiant de l’année 1929-1930, p. 162-167.

30 Alexandre de Saint-Léger et Philippe Sagnac, Les cahiers de la Flandre maritime en 1789, Dunkerque, Société dunkerquoise d’édition, Paris, Picard, 1906-1908, 2 tomes en 3 volumes, 472, 541 et 261 p.

31 Voir Mélanges : Écrits de Philippe Sagnac. Il écrit par exemple un article dans la revue d’histoire moderne et contemporaine sur l’enseignement secondaire avant et pendant la Révolution d’après des travaux récents, (p. 433-451) qui reprend en fait les conclusions d’une thèse dirigée par lui sur l’enseignement secondaire dans le Nord pendant la Révolution : 1789-1792, soutenue par l’abbé Joseph Peter en 1912. Le recueil contient aussi une étude publiée dans les Annales du Nord et de l’Est, n° 2 de 1907 sur le serment à la Constitution Civile du Clergé en 1791 dans la région du Nord (avec son étudiant C. Richard).

32 Voir Philippe Marchand, « L’Enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Lille et son insertion dans le milieu local (1890-1914) » dans Robert Vandenbusche (éd.), 1896-1996 : Cent ans d’université lilloise, Lille, CRHEN-O, Lille 3, 2000, p. 121-133.

33 Pour plus de détails sur cette réforme des études, voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, p. 157 et suivantes.

34 Voir l’article d’Alexandre de Saint-Léger, « De l’organisation du travail historique dans la région du Nord », Bulletin du Comité flamand de France, 1906, p. 456-462 et du même auteur, « Le travail d’histoire moderne en province : Flandre française, Artois, Hainaut français et Cambrésis », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 6, p. 183-188.

35 Voir Jean-François Condette, « Le développement des études d’histoire-géographie à la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1914 », Revue du Nord, avril-juin 1999, n ̊ 230, p. 329-366. Voici quelques-uns des sujets d’histoire ou de géographie régionales : Étude sur l’histoire de Jean sans Peur : les registres des chartes de Lille (26 juin 1897) ; Les évêques de Cambrai au Moyen Âge (15 mars 1901) ; L’Artois pendant la révolution des Pays-Bas : 1505-1579 (14 juin 1905) ; L’industrie en Flandre wallonne à la fin de l’Ancien Régime (18 juin 1908) ; Évolution du droit de vengeance privée en Flandre (20 juin 1908) ; Contribution à l’étude du domaine temporel de l’abbaye bénédictine de Liessies-en-Hainaut (22 juin 1908) ; Essai sur l’histoire religieuse du département du Nord pendant la première année de la Révolution française (23 juin 1908) ; La révolution commerciale en 1280 en Flandre (23 juin 1909) ; L’Université de Sedan aux XVIe et XVIIe siècles (21 décembre 1909) ; L’industrie textile à domicile du Cambrésis et du Vermandois (19 juin 1911) ; La Pévèle (19 juin 1912) ; Les huguenots du Calaisis aux XVIe et XVIIe siècles (20 juin 1913) ; L’esprit public à Lille de la convocation des États Généraux jusqu’au lendemain de Varennes (1789-1791) ; Le port de pêche de Boulogne-sur-Mer (21 juin 1913) ; Les classes rurales en Artois à la fin de l’Ancien Régime (21 juin 1913).

36 Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 213.

37 Annales de l’Université de Lille, Rapport annuel du doyen sur l’année 1888-1889.


38 Arch. dép. Nord, 2 T 933, Tableau des cours publics de l’année 1911-1912 : Ernest Langlois propose un cours de grammaire historique des dialectes flamand, picard et wallon ainsi qu’un cours de paléographie (TD) ; Albert Demangeon réalise un cours de géographie régionale ; André Lirondelle dispense un cours de langue russe ; Alexandre de Saint-Léger poursuit son cours d’histoire locale et régionale ; Jules Gay propose une séquence sur les rapports entre les Latins et Byzance à l’époque des croisades, Philippe Sagnac réalise un cours sur l’économie sociale de la France au XVIIIe siècle tandis que Firmin Nicolardot organise un cours sur la religion d’Israël. Le professeur Clément, en littérature française parle longuement de Victor Hugo et de ses grandes œuvres lyriques.


39 Bibl. mun. Lille, Danchin II, 103, Affiche du programme des cours publics de la faculté ; année 1909.

40 Idem, année 1913.


41 L’Écho du Nord du vendredi 16 mars 1891.


42 L’Écho du Nord du dimanche 14 décembre 1913.

43 L’Écho du Nord du lundi 16 février 1913.


44 L’Écho du Nord du lundi 17 janvier 1910.

45 Voir le Bulletin de la Société de géographie de Lille qui donne régulièrement la liste des adhérents.

46 Arch. dép. Nord, 1 T 246/5, Société de géographie de Lille. (voir aussi 1 T 241/9).


47 Pour plus de détails, voir Jean-François Condette, « L’institutionnalisation de la géographie dans l’Université française et l’importance des laboratoires : 1898-1939 : Mise en perspective nationale à partir de l’exemple lillois » dans Guy Baudelle, Marie-Vic Ozouf-Marignier et Marie-Claire Robic, Géographes en pratique (1870-1945) : le terrain, le livre, la cité, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 55-80.

48 Bulletin de la société de géographie de Lille, tome 1930, p. 8.

49 Idem, 1937, « Compte rendu de l’excursion », p. 272-288.

50 Arch. dép. Nord, 1 T 240/8, lettre d’avril 1888.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Chapitre 4 – La Faculté des Lettres, la région du Nord et l’espace français », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 81-104.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Chapitre 4 – La Faculté des Lettres, la région du Nord et l’espace français », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/96

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org